Auteur Sujet: Parent divorcé et désenfanté  (Lu 666 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #15 le: 24 Juin 2018 à 22:33:03 »
Bonsoir à vous...très beau poème sur l'amour dans un film mignon mais un peu "culcul"..."La forme de l'eau" mais le final colle bien avec ce que je ressens..."tu ne peux me voir,... mais je suis partout". Bel écho d'une phrase dite par le compagnon de ma fille que j'ai eu  joie de voir  il y a peu. Pour la tortue, je me suis permis une analogie rythmant écorce et carapace...fasse la sève circuler, fasse le temps nous donner le nôtre; fasse la nuit nous amener proche de l'ailleurs car souvent sommeil nous emmène sur ses ailes où dans le bruit des feuilles.
Pascal.

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #16 le: 25 Juin 2018 à 07:50:20 »
Bonjour,
oui, la nuit fût porteuse. comme nombre d'autres, j'avais perdu le sommeil et l'aide de la pharmacologie fût utile dans un premier temps. Depuis je l'ai réduite au minimum, juste suffisante à m'aider en complément de toutes les autres formules que je peux agir, en passant par la méditation, le sport, le bricolage, le jardinage, la musique;..enfin, bref, tout ce qui m'occupe l'esprit et le corps, avec le feedback que vous connaissez tous. Avec  un anxiolytique 0,25 et la fatigue, ça marche à peu près.
La concentration et la créativité  restent très affectées et, par ex, je ne peux presque plus lire, rester assis sans faire, bref, vous connaissez aussi certainement. Ce qui est très affecté est aussi ce que les systémiciens appellent "l'appartenance". Ce délitement a pourtant du sens, car, comme le sujet lancé sur le sens des pseudos, c'est par cette phase de silence social que  je devais passer avant de trouver un fil de résilience, pour autant qu'elle soit évoquée sous cet aspect. Il y a pour moi, dans ce forum, un mode d'appartenance qui pour l'instant me convient et me fait du bien.
A suivre.
Pascal.

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2381
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #17 le: 25 Juin 2018 à 14:03:02 »
Une forme d'appartenance qui réhumanise ... j'avais trouvé...

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #18 le: 25 Juin 2018 à 19:59:42 »
Merci Eva Luna, ça fait certainement partie du chemin de se poser cette question, je pense. En tout cas m'adresser aux personnes qui sont par malheur, comme je le suis, comme nous le sommes, contraintes de ce "faire avec" calme un peu mon envie de mordre! A défaut de transformer la souffrance en quelque chose de positif, c'est au-delà du possible, ça me pousse à espérer un futur ou cette lutte produira peut être du constructif. Voilà, je peux à peu près le dire comme ça.

Hors ligne Etoile9

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #19 le: 25 Juin 2018 à 20:54:35 »
L'auteur David Grossman dont le fils est décédé écrit cela très bien dans son livre "tombé hors du temps", parents endeuillés tombés hors du temps. Il écrit aussi "j'ai pensé: il faut fuir. Mais il n'y avait plus nulle part où aller".
Appartenance qui réhumanise pcq les parents endeuillés savent l'étendue de la souffrance des autres parents endeuillés, et je trouve le plus souvent beaucoup de délicatesse, beaucoup de bienveillance avec eux, quelque part un lien malgré la solitude de ce chemin douloureux.

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #20 le: 26 Juin 2018 à 08:04:17 »
Bonjour à vous,
Je n'ai pas lu ce livre de David Grossman. C'est ce "nulle part ou aller" qui me questionne. Sur un autre lien de dialogue d'Eva, il y a bien évidemment le thème récurrent de la culpabilité.
"Pourquoi laissez vous votre surmoi installer une dictature dans votre démocratie psychique?" Je trouve que la mort prématurée, qu'elle qu'en soit la forme, ouvre un boulevard à cette partie de nous...mais comme l'isolement social, pour moi, c'est aussi une défense, aussi lourde soit-elle. "Vous n'êtes pas responsable de la mort de votre fille", m'a dit mon analyste en début de parcours (6 mois dernièrement, pour rappel). Bien évidemment, c'est une position thérapeutique et il était important qu'un professionnel de ma "famille" puisse me le signifier. J'aurai fait idem avec tout autre sujet que moi dans ce cadre d'entretien. Mais, rien à faire d'autre dans le champ des possibles, à mon avis, que d'aider à alléger cette culpabilité. systémicien, je pense qu'elle fait partie de l'homéostase que nous devons supporter pour vivre ce qu'il nous reste de vie à arpenter. D'ailleurs, j'avais répondu quelques séances plus tard, que suivant Freud, "tout sujet est lui-même à ses propres fins, mais, toujours avec conflictualité, maillon d'une chaîne symbolique dont il est héritier, serviteur et bénéficiaire". Pardonnez si la citation n'est pas tout à fait exact, mais peu importe, c'est son sens.  Pas coupable, mais responsable pour moi ne peuvent qu'être en tandem, avec plus ou moins de moments ou l'un tracte et ou l'autre se laisse traîner. Le penser ne résout pas la souffrance mais ça donne des forces, peut-être, comme un nulle-part et un autre-part que s'équilibrent.

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #21 le: 27 Juin 2018 à 07:46:06 »
Bonjour,
hier, j'ai vu un film intense,  sans concession avec un monde qui marche sur la tête. Foxtrot. Je me suis accroché au siège vu que ça démarre direct sur l'annonce faite à 2 parents du décès de leur fils de 19,5 ans. Plusieurs fois j'ai failli quitter la salle mais j'ai tenu bon. Pas question de vivre en vase clos et je n'ai nullement été choqué du final côté parental,  je ne le déflore pas, mais autant prévenir c'est au niveau du reste du film :  l'écrasement de l'éthique du respect d'autrui et de sa liberté d'être trouve parfois des solutions dérangeantes pour la morale.
Pascal.

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #22 le: 27 Juin 2018 à 14:35:26 »
Ce sont les enfants qui nous construisent parents. Dans les premiers mois, je ne savais même plus dire combien d'enfants j'avais. Ma fille n'était plus là pour me dire mes 4 vérités si besoin était et me faire avancer si besoin. L 'écho de son rire, de sa façon de cloper quand elle avait son mot à dire, son "salut P'pa" quand elle me voyait tout ça n'était plus là. Mais elle continue de me construire, pas à pas, coute que coute, vaille que vaille, en serrant les dents, avec douleur, souffrance, rage, colère parfois, amour quand cette fenêtre s'ouvre, son décès l'exige et c'est non-négociable.

Hors ligne Etoile9

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #23 le: 27 Juin 2018 à 19:12:13 »
J'ai écrit dans mon carnet il y a peu que d'avoir vécu avec elle, je ne pouvais que continuer de vivre  en donnant un sens à mes actions en cohérence avec celle qu'elle était et est toujours pour moi; une façon de lui être fidèle peut-être.

Hors ligne résilience et silence

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #24 le: 27 Juin 2018 à 19:59:14 »
Très certainement, étoile 9. Je perçois peu à peu que la souffrance ne doit pas nous détruire mais nous aider à construire une autre exigence de soi, mais ce n'est pas "simple" du tout du tout, avec bien des moments d'errance, de creux, de perte complète de repères dans ce que j'appelle ce "pas à pas"...Toute mort prématurée est si injuste quelle qu'en soit la forme et   nous laisse si dévastés et démembrés. A chaque fois que je suis en décalage avec cette exigence éthique qui pousse, c'est comme quand nos enfants étaient petits et que nous devions apprendre à nous répondre de la bonne façon  pour "grandir" mutuellement...seulement là je n'ai plus que l'humilité et des fois de la révolte devant ce que je ne maîtrise pas, devant ce qui me dépasse. Je vis ça quand ma raison domine comme un total réapprentissage paternel. "En chacun de nous, il y a quelque chose de nous qui en sait plus sur nous que nous" est peut être une façon de le dire aussi. Je n'ose aller plus loin, trop dur, je me force maintenant souvent à donner du temps au temps. C'est souvent dans le sommeil que j'arrive à faire un autre pas.
Tchao à vous.