FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Discussions Générales => Discussion démarrée par: résilience et silence le 22 Juin 2018 à 08:57:43

Titre: Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Juin 2018 à 08:57:43
Bonjour.
j'ai besoin d'une pause, façon temporaire d'aménager le silence. Un nouveau palier à franchir peut être.
Amitiés et pensées chaleureuses à vous tous.
Pascal.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 22 Juin 2018 à 12:54:56
Mais je ne pouvais pas non plus me contenter de te lire en te laissant une « vue » supplémentaire sans réponse... je ne suis que depuis quelques mois sur le forum, je lis beaucoup les témoignages, mais ne réponds que peu, je m’en sens rarement
Barbara, Pascal et tous les autres parents endeuillés,
je ne sais que dire, pas les mots lorsque je lis vos messages de souffrance. Je ne le vis pas mais je pense que faire face au décès de son enfant est ce qu'il y a de plus douloureux quelque soit l'âge de son enfant.
De tout coeur avec vous
tendres pensées
Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 22 Juin 2018 à 22:04:07
  Très bel haïku ...
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 22 Juin 2018 à 22:28:26
Il y a un truc qui m'a aussi beaucoup fait de bien. 2 films de Patricio Guzman, et particulièrement le "bouton de nacre". "Nostalgie de la lumière" vu ensuite est pourtant tout aussi dense. Cet homme arrive à lier nos douleurs profondes avec l'univers et son infinitude avec poésie, tendresse et sans la moindre complaisance ou concession. ça fait pour moi comme la liste de Barbara, des choses à penser qui font du bien quand le doute, la douleur et le manque obscurcissent le ciel. Et ça me fait du bien aussi de savoir que d'autres savent exprimer avec ce talent ce qui  frise la limite du pensable.
Quand ma fille a été incinérée à l'autre bout du monde, au moment même où j'étais dans mon jardin, à la fois complètement KO et debout, lisant à haute voix le livre de Thierry Lenain, "un marronnier sous les étoiles",  une étoile filante est juste passée au-dessus, et c'est ce lien que je retrouve dans les films de Guzman. Oui, il sait en parler cet homme comme arbres et bambous s'envoient des messages de sagesse.

MERCI pour ce beau partage !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 23 Juin 2018 à 14:50:54
oui votre définition de la tortue me parle bien !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 24 Juin 2018 à 21:39:49
Je n'avais pas pensé à l'image ou la posture de la tortue et pourtant elle me parle bien...je vais la garder en tête...merci...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 25 Juin 2018 à 14:03:02
Une forme d'appartenance qui réhumanise ... j'avais trouvé...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 17 Août 2018 à 13:10:05
" entre présence et absence, entre confiance et souffrance, la navigation de parent demande l'obstination de croire en l'invisible"...
C'est beau...j'espère que ça t'aide à vivre , obstinément .
Je demeure scotchée coté absence, souffrance, béance et j'apprends chaque jour à vivre avec ÇA...sans Elle.
Je ne parviens pas à viser la/sa présence invisible avec confiance ...


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 17 Août 2018 à 13:12:25
"L'étoile qui a trouvé son oeil n'a pas perdu sa nuit.

Il y a a là une vérité frémissante...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Bmylove le 21 Août 2018 à 10:17:37
Bonjour,
J'ai lu ton fil avec beaucoup de tristesse. Je ne trouve pas de mots pour te dire...
Pour te dire quoi ? Que je suis désolée ? C'est nul
Que je te comprends ? Je ne peux qu'imaginer ce que tu ressens.
Alors je vais juste te dire que je suis de tout coeur avec toi sur ce chemin de désolation.

Colère, Culpabilité et Chagrin sont pour moi devenus de solides lianes qui envahissent peu à peu mon psychisme.
Parfois les lianes donnent des fleurs. C'est mon seul espoir.

Bises.
 
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: nathT le 23 Août 2018 à 10:21:46
Bonjour,

je n'ai pas de réponse .
Je te conseille de voir le film de Christine Pascal ' le petit prince a dit ' (1992)
Ce film bouleversant raconte  à la fois un divorce puis la disparition d'un enfant et bien d'autres thèmes .....
La musique sublime de Gabriel Fauré ( son Requiem qui est une 'berceuse de la mort )

Nath
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: qiguan le 23 Août 2018 à 14:28:21
Oui très bon support de réflexion ce film
Élevée par sa grand-mère, Violette est une petite fille tonique de dix ans qui voit ses parents divorcés un week-end sur deux. Suite à des maux de tête répétés, elle doit subir des examens médicaux. Les résultats montrent que Violette a une tumeur au cerveau et que ses jours sont désormais comptés.

https://youtu.be/p8rWzGo8zsU

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Bmylove le 03 Septembre 2018 à 08:56:18
Dans la saison 4, Alison participe à une conférence sur l'EMDR.
Cette saison est encore plus forte que la précédente, je trouve.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 17 Septembre 2018 à 23:00:14

C'est le chagrin qui est un escalier circulaire, dit la poétesse Linda Pastan...

The Five Stage of Grief

The night I lost you
someone pointed me towards
the Five Stages of Grief
Go that way, they said,
it's easy, like learning to climb
stairs after the amputation.
And so I climbed.
Denial was first.
I sat down at breakfast
carefully setting the table
for two. I passed you the toast---
you sat there. I passed
you the paper---you hid
behind it.
Anger seemed so familiar.
I burned the toast, snatched
the paper and read the headlines myself.
But they mentioned your departure,
and so I moved on to
Bargaining. What could I exchange
for you? The silence
after storms? My typing fingers?
Before I could decide, Depression
came puffing up, a poor relation
its suitcase tied together
with string. In the suitcase
were bandages for the eyes
and bottles sleep. I slid
all the way down the stairs
feeling nothing.
And all the time Hope
flashed on and off
in detective neon.
Hope was a signpost pointing
straight in the air.
Hope was my uncle's middle name,
he died of it.
After a year I am still climbing, though my feet slip
on your stone face.
The treeline
has long since disappeared;
green is a color
I have forgotten.
But now I see what I am climbing
towards: Acceptance
written in capital letters,
a special headline:
Acceptance
its name is in lights.
I struggle on,
waving and shouting.
Below, my whole life spreads its surf,
all the landscapes I've ever known
or dreamed of. Below
a fish jumps: the pulse
in your neck.
Acceptance. I finally
reach it.
But something is wrong.
Grief is a circular staircse.
I have lost you.

Linda Pastan est née à New York en 1932. Elle vit à Potomac, dans le Maryland.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 17 Septembre 2018 à 23:16:49
Tentative de traduction...



Les Cinq étapes du Deuil
(Traduction bien approximative...il faudrait en faire quelque chose de poétique...Qui veut s'y atteler?)

La nuit où je t'ai perdu
Quelqu'un m'a dirigé vers
Les Cinq étapes du Deuil,
Suis ce chemin, a-t-il dit,
C'est facile, comme d'apprendre
à grimper des escaliers
après une amputation.
Et je suis montée.
Le Déni était premier.
Je me suis assise pour petit déjeuner
dressant avec soin la table pour deux.
Je t'ai passé ton toast, Tu es resté assis là.

Je t'ai donné ton journal ,Tu étais caché derrière.
La Colère me semblait si familière.
J'ai brulé la tartine, arraché le journal, et lu les titres moi-même.
Mais ils parlaient de ton départ,
Et je suis passée à Négociation.
Que pourrais-je échanger contre toi?
Le silence après les tempêtes? Mes doigts de secrétaire?
Avant que je puisse me décider, la Dépression m'a rattrapée,
Une triste relation, une valise accrochée au bout d’une corde.
Dans la valise :bandages pour les yeux et sommeil en bouteille.
J’ai dévalé les escaliers, sans rien sentir.
Et j'espérais tout le temps voir clignoter les lumières de l'ambulance
L'espoir était un panneau signalant les airs.
Hope était le deuxième prénom de mon oncle, il en est mort.
Un an après, je monte encore, alors que mes pieds glissent sur ton visage de pierre.
La cime des arbres a disparu depuis longtemps;
le vert est une couleur que j'ai oubliée.
Mais maintenant je vois vers quoi je monte:l’Acceptation, en lettres majuscules,
Titre spécial:Acceptation,ce mot est illuminé,
Je me débats, vacille et crie.
Ici-bas, ma vie entière répand son ressac,
Tous ces paysages que je n’ai ni connus ou ni rêvés..

Là-bas,un poisson saute : ton pouls dans le cou.
Acceptation.Je l'ai finalement atteinte.

Mais quelque chose manque…
le chagrin du deuil est un escalier circulaire
Je t'ai perdu…

Linda Pastan

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Bmylove le 21 Septembre 2018 à 08:33:00
Black Mirror, j'adore.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 28 Septembre 2018 à 13:12:01
"on" les évite...
des fois qu'il faudrait leur montrer un peu d'humanité  et sortir de sa zone de confort!
"Ça " dérange le bel ordonnancement du monde, un endeuillé visiblement éploré...

Excusez moi, je suis en deuil. est le titre d'un québecois livre...
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 30 Septembre 2018 à 21:51:43
les chiens, quand ils aiment un humain, c'est un amour inconditionnel, c'est total. Pas de relativité
je suis bien d'accord !
Certains disent "ils ne leur manquent que la parole " : ben non, pas besoin .... ils donnent tellement .... et ils sont à fond dans la vie.... eux .

 "mon Toutou adorait les aigus du ténor et particulièrement les basses du baryton. Il chantait de concert"   :)

Courage à toi Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Bmylove le 02 Octobre 2018 à 14:32:12
J'ai lu la même idée d'Einstein dans une revue scientifique (ceci dit...)
Bref, c'est comme ça que je me représente moi aussi l'au-delà.

Amicalement.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 04 Octobre 2018 à 11:17:02
E Kübler-ross semble croire dur comme fer aux cycles de la réincarnation, en particulier pour écrire sur le suicide, "la pire agression d'un vivant pour son âme" m'avait dit un proche de confession bouddhiste" à une époque où j'y étais confronté.
Le peu d’extraits que j’ai lu d’Elisabeth Klübler-Ross … font penser que c’est une  « sacrée grande dame », qui savait trouver les mot, attentive à chaque être …. alors je me dis qu'elle peut-être su écrire de façon "entendable" pour les proches de personne suicidée sur le devenir, les conséquences etc .... pour leur âme ?
As-tu lu quelque chose à ce sujet qui complète "la pire agression d'un vivant pour son âme "?


Pour ton dernier post, Je ne suis vraiment pas sûre d'avoir compris correctement (donc ma réaction risque d'être complètement "à côté"!).
Je trouve que l'hypthnose, l'EMDR, l'EFT etc .... peuvent permettre de soulager la souffrance (entre autre) assez rapidement, sans devoir passer par des dizaines et des dizaines de séances psy (auxquelles peuvent s'ajouter, dans l'attente d'une amélioration, des traitements médicamenteux avec des effets secondaires pénibles).
Et ce sont des outils que chacun-e peut s'approprier.
Quand la douleur est plus apaisée, rien n'empêche de continuer sur le chemin de la compréhension, au contraire.
Pas toujours facile de trouver le chemin qui nous convienne ...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 04 Octobre 2018 à 20:10:33
Je comprends mieux le sens de ton post par rapport au souhait, à la vigilance, de ne pas opposer 2 pratiques.

Je suis touchée par ton témoignage qui montre que même avec des souffrances, des actes qui démarrent tôt et durent de nombreuses années, des épreuves extrêmement douloureuses, il y a quand même moyen de tenir et même d'avancer !
Je te remercie sincèrement pour ce partage.
Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 07 Octobre 2018 à 13:18:03
J’avais lu avec  grand intérêt ce livre, les "Thanatonautes"... j’avais déjà perdu ma soeur et le sujet et les questions m'habitaient...
et je n'ai pas eu l'envie , jusque là.. ni le courage... de le relire après la mort de ma fille...
 le non sens et le néant  se sont invités pour une longue longue période chez moi...et l'humour s'en était allé...ça revient un peu...
Ronces et chardons fleurissent aussi...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 08 Octobre 2018 à 00:06:07
Je m’accommode du non-sens et du néant...je bricole et bidouille.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 08 Octobre 2018 à 13:19:36
Ah oui, sculptés...je retiens l'image...
j'ai longtemps pensé décapée  à l'acide....
transmutée en autre chose sous l'action du plomb fondu de la Mort...en deuxième personne...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Bmylove le 14 Octobre 2018 à 11:17:08
Pascal, tu me donnes envie de me remettre à courir...
La vie reprendrait-elle le dessus ?

Bises
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Bmylove le 14 Octobre 2018 à 12:21:35
Je crois que c'est une très bonne idée, et ça éviterait à Bibou de ne pas trouver écho parmi nous pour ses exploits sportifs. ;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 22 Octobre 2018 à 15:43:56

HIER...

Bonjour.
j'ai besoin d'une pause, façon temporaire d'aménager le silence. Un nouveau palier à franchir peut être.
Amitiés et pensées chaleureuses à vous tous.
Pascal.

« Modifié: Hier à 09:06:03 par résilience et silence »


Bonjour Pascal,

En toute amitié, je ne comprends pas ... aujourd'hui, tu as "copié-collé" le texte "la perte d'un enfant" dans Mon Petit Monastère  sous ton titre et sujet de "Parent divorcé et désenfanté" ... ???...

Apparemment, tu as effacé tous tes messages sur ton propre sujet ... ???

Franchement, avec toute la bonne volonté du monde, je ne comprends pas !!!
Et il n'y a pas la moindre explication de ta part...

Tu dis avoir besoin d'une pause... ça,  je comprends!

Je te souhaite bon repos et ... le meilleur pour toi !

Nous sommes tout deux... Papa divorcé et désenfanté... c'est brut, pur et dur !!!
Tu as mon soutien !

Amicalement, solidairement.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Octobre 2018 à 18:52:12
Bonjour Federico!
De retour après avoir pris mon sac à dos et pris un peu le large on the road....ça fait du bien, surtout quand ça a "bugé" un peu et je crois que ça a été le cas. :P.
D'une part manip maladroite pour ce texte magnifique et si juste que j'ai pleuré en le lisant. Il a fait "mouche" çui-là.
D'autre part, un p'tit coup de parano suite à une autre manip maladroite, un pseudo défloré un peu naïvement auprès de personnes du coin dont je ne saisis pas bien l'intention profonde..mystère et boule de gomme égal politique de la terre brulée appliquée un peu à l'arrache. Donc mille pardons et mille mercis pour ton message tout sympa. ça remonte le moral.
bizs Amigo.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 29 Octobre 2018 à 21:31:53
Bonjour Federico!
De retour après avoir pris mon sac à dos et pris un peu le large on the road....ça fait du bien, surtout quand ça a "bugé" un peu et je crois que ça a été le cas. :P.
D'une part manip maladroite pour ce texte magnifique et si juste que j'ai pleuré en le lisant. Il a fait "mouche" çui-là.
D'autre part, un p'tit coup de parano suite à une autre manip maladroite, un pseudo défloré un peu naïvement auprès de personnes du coin dont je ne saisis pas bien l'intention profonde..mystère et boule de gomme égal politique de la terre brulée appliquée un peu à l'arrache. Donc mille pardons et mille mercis pour ton message tout sympa. ça remonte le moral.
bizs Amigo.
Pascal.

Bonsoir Pascal,

Ben vlà bordel de merde ! t'es revenu !!! ... enfin quoi ! un peu de chaleur humaine !

Mille milliards de mille sabords et bien moi je ne veux pas de tes "mille pardons" et de tes "mille mercis" ! je veux que tu restes ici encore un peu !

Suis un papa comme toi : nous sommes terriblement blessés, écorchés vifs, divorcés mais toi Pascal tu es amoureux de ta fille adorée et moi je suis amoureux de mon fils adoré ... et tout ça pour ça... ça rassemble et ce n'est pas rien !

Putain, la vache ... quand tu causes, tu intellectualises tellement que... j'y comprends que dalle !
Pourtant, chuis trilingue " français, english, espanolito " et j'ai fait quelques études (des longues, j'ai souvent redoublé !) ... mais avec toi... ça alors ! j'ai besoin d'une vraie encyclopédie pour savoir "moins que plus" où tu veux en venir !

Parle moi... normalement... pour que je puisses piger ton message un minimum !
"D'autre part, un p'tit coup de parano suite à une autre manip maladroite, un pseudo défloré un peu naïvement auprès de personnes du coin dont je ne saisis pas bien l'intention profonde..mystère et boule de gomme égal politique de la terre brulée appliquée un peu à l'arrache.
Pascal."


Fais comme moi...  n'hésite donc pas à parler de " scoubidou boum boum " et de pipi pipi -pouêt pouêt !!!
A la rigueur tu peux en MP me raconter des blagues salaces c-a-d des histoires de cul au langage très crues !!!

Bon, j'arrête de déconner... ton message m'a fait plaisir !  ;)

Pascal, tu as mon soutien.

Amicalement, solidairement.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Octobre 2018 à 08:29:05
Cool de sentir que ça circule la chaleur humaine dans cette époque de "glaciation affective"...moins seuls sur la banquise!
d'ailleurs à croire que notre amie la planète nous signale par le réchauffement climatique que la vraie glace qui devrait fondre c'est celle des humains entre eux!
Sérieux, j'ai été viré du lycée, glandouilleur de première toujours au fond de la classe à côté du radiateur avec mes potes! ça fait un autre point commun.... ;) Certain qu'on se serait marrés ensembles!!!
Allez, Amigo, passe et passez une bonne journée!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 31 Octobre 2018 à 01:06:34
Contente de pouvoir te lire à nouveau Pascal en espérant que ta pause t'a été bénéfique ...
C'est vrai que vu la façon dont tu es parti, je me suis demandée si tu avais été blessé, heurté ... ici. 
On sait bien que l'on est à vif, très sensible et une maladresse, une mauvaise interprétation etc .... et ça y est, on s'effondre ...
(tu ne voudrais pas remettre ton "image" de la tortue ?)

Ici (et pas que), parmi notre douleur, il y a tous ces échanges comme les vôtres, avec ces "sourires", cette solidarité qui, oui,réchauffent les coeurs ....

Catherine

p.s : vous n'allez peut-être pas me croire ... mais pour moi aussi LA place au fond à côté du radiateur (on se "battait" pour cette place) (l'impression que l'école n'est pas adaptée pour beaucoup d'élèves)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 31 Octobre 2018 à 07:51:29

Bonjour Catherine du "Nord-Pas de Calais-Picardie",
                                                                                                                       Bonjour Pascal de " Résilience et Silence"...

OUI, OUI et OUI... vous faites partie de ma bande ! je vous embrasse !

Toi, Pascal, tu as quand même réussi l'exploit de te faire virer du lycée en tant que "glandouilleur de première"... c'est pas mal et ça fait bien sur un CV !
Quant à toi, Catherine... LA place au fond à côté du radiateur était TA place (j'ai quand même un peu de mal à te croire !)... tu es donc digne d'être "La fille de ma bande" !

Moi, je suis le Cancre... de Jacques Prévert !

Le cancre
Jacques PRÉVERT

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 31 Octobre 2018 à 08:54:08
Salut!
Eh Mircéa, (Alias Catherine) il y a un truc top sur la tortue du côté "des symboles qui nous parlent"! Et des amis vont peut être de m'en offrir une vraie (2 naissances récentes, yes!), même pas en plastique, pour mon jardin....D'accord, je doute qu'elle vienne aboyer au portail aussi rapidement que mon Vivo surnommé "le bolide" par des gens du coin! Je crois que je vais la nommer "Godzilla", en souvenir d'un film vu voici 50 ans, "Godzilla contre Mécanic Monster", film qui m'a fait rigoler des années au fond de la classe, vu le niveau absolument "merdique et minables" des trucages de l'époque : Mécanic Monster était une tortue surdimensionnée, léthargique au possible, absolument pas terrifiante comme le générique le promettait,...exactement comme un prof qui a fait les frais de nos années de rebelles "à 2 euros", pour parler monnaie de maintenant! Ah ah les cancres sont les tortues de l'esprit!
Carapacez vous bien!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Novembre 2018 à 09:06:06
Hello!
La lutte continue même si des fois c'est ardu...Toussaint, tu nous tiens. Halloween, non au spleen!
J'allais pas raconter à tous ces enfants et ados déguisé(e)s et grimé(e)s en mort-vivants qu'ici, en sonnant, il(elle)s frappaient à la porte d'une "Maison aux Esprits" parmi d'autres sur terre, pour rendre hommage à Eva! ça fait partie du chemin de se tenir sur ce sujet, vous connaissez et le savez autant que moi....Le coup de génie, la "sérendipité" fut qu'en lieu et place des bonbons que j'avais pas, ça a été un joli petit "blues en ré" saxophoné que j'offris aux sacs ouverts de tous ces "minos", ce qui d'une part les ravit comme leurs parents (et évita qu'ils absorbent des nanos!) et d'autre part qui m'a aussi permis de souffler un coup, car de "minos" à Minos, il y a un sacré labyrinthe entre notre désespérance des disparu(e)s et la manne des joies de la Vie!
Nom d'une citrouille, d'un esprit j'aurai jamais la trouille, car d'avec nous et d'en nous il(elle)s sont tout comme les bougies dans cette grosse cucurbitacée! Il(elle)s nous éclairent le chemin qu'on appelle Vie et qui nous mènera à eux en paix.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Novembre 2018 à 09:35:45
Tchao!
A la Toussaint tout est à l'envers, de la tête aux pieds. Il y a bien l'expression "rire aux larmes" mais "larmer au rire" point.
Ce soir je vais travailler mon saxo en soufflant par le pavillon, comme ça demain je ressemblerai à un crapaud, vu que le haut s'appelle le bocal et que paraît-il faut "déconnecter la tête" pour s'en sortir. Alors de celle-là je m'en remets vraiment pas.
il y a un film sur Stalingrad 1943 où l'un des soldats Allemand conseille à un de ses potes de l'horreur de cliquer son oreille pour éviter de penser et d'ainsi massacrer et/ou de se faire massacrer sans se poser de questions...Bah, OK, l'intellect ne prime pas sur le reste mais faudrait quand même aborder des sujets autrement que "Anastasie, l'ennui m'anesthésie et l'homéostasie aussi, tout autant que la systémie".
Donc dès demain, j'essaye de m'atteler au truc, quitte à passer pour un cornichon dans son bocal. Rieur, le cornichon, et masqué comme le concombre du même nom, hein Mandryka ( "le type au reuri, car il faut lui river la gliture sinon il bourjoufle")! La tête c'est aussi fait pour rireu, pas seulement pour marcher dessus même si on a les neurones en pelote (ce qui d'ailleurs m'a bien fait rire sur les étapes du deuil et la réalité vécue!). Vive le Verlan, et gloire à Desproges.
Bizs et jourbon!
Scalpa.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Novembre 2018 à 09:01:11
Coucou! Ce qui en verlan fait coucou. Bonjour ma haine, bonjour ma colère et mon courroux coucou, ouvrait Desproges le Grand, j'ai bien retenu ses leçon, en bon cancre.
Guerre des Tranchées ( Yes, Federico, je partage!)  propose aussi cet outil en or l'humour...le flux et le reflux me font marrée disait un autre Grand ,, Devos. Et je trouve que de dire de la mort qu'elle ne permet ni réparation, ni pardon, ni réconciliation c'est égal au sketch du Grand Devos sur le rond point entouré de sens interdits avec le laitier condamné à dire que "son lait va tourner".
Et la vache de Spinoza ne saurait me dire contredire...A rester dans son pré carré à tourner en rond, condamnée à aller de mal en "pis" entre ses barbelés, elle finira par se transformer en yaourt si elle ne trouve pas que l'herbe du pré d'à côté est plus verte que la sienne!
L'horreur des tranchées, quoi. D'ailleurs mon grand-père, sorti (sur)vivant de 4 ans la-dedans (l'intégrale de 14 à 18!)  doit se retourner dans sa tombe  juste à s'en souvenir, et 2 générations après, chercher la paix, c'est un fil que je lui dois, comme à ma fille, sans relâche, quitte à griller un sens interdit.
La mort tranche, ouais, d'accord, c'est bien une guerre de "tranchez", alors là, Federico, double Yes, je  crois que tu n'aimes pas  les médailles plus que moi, alors c'est toute mon affection que je te transmets! Tiens bon, mon pote.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Novembre 2018 à 11:19:58
Rebonjour!
En faisant mon "p'tit runing", je me disais que la métaphore des sens interdits de Devos était vraiment pas mal. J'en vois 3 à visualiser : le premier, divorce égal impossible entre 2 parents désenfantés d'envisager réparation , réconciliation ou pardon. Là, OK, c'est un sens interdit sans la moindre issue autre que de le considérer comme tel et de le respecter ainsi. Mais, 2 autres me paraissent "remontables". L'un ouvre la question de "pourquoi serait-il interdit de se réparer, de se réconcilier avec soi-même voire de se "pardonner"? L'autre de saisir que quand une mort prématurée interdit une réparation, un pardon ou une réconciliation c'est l'intergénérationnel qui prend le relais, quand il existe. Avec un soupçon d'humour à la Reiser, "les parents boivent, les enfants trinquent".
L'homéostase serait approchable en réfléchissant aux processus mettant en oeuvre des forces contraires qui d'une part clouent et aimantent la vache de Spinoza dans son pré et d'autre part des forces qui la poussent à sortir de son enclos. ça me plaît bien comme métaphore aussi!
Merci à mes baskets!
bizs.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Novembre 2018 à 08:41:36
Bonjour!
Cette nuit j'ai rêvé d'un petit vampire que j'aimais, scénario onirique qui au final se concluait par un renoncement de ce mignon petit être (ayant partiellement pris forme de mon chien DCD voici peu) à accomplir son "forfait sanguin", pile-poil à la carotide...Je le remerciais ce petit être tout autant chaleureusement qu'affectivement de me laisser ainsi en vie, de l'effort qu'il fit si bien traduit dans le "Nosfératu" de Murnau.
Il y a un très bon passage sur "le renoncement pulsionnel" dans un bouquin ou un podcast de René Roussillon (je ne sais plus, l'un ou l'autre)...Mais qu'en est-il de notre capacité de parent endeuillé à ne pas s'installer dans une mélancolie ou un masochisme à perpétuité, aussi légitime que ce soit? Il en va bien de notre vie et de ce "oser aller bien si périlleux". Sujet brûlant que ces crédos sur "la guérison du coeur" tentent d'éviter peut être, car si douloureux, ça mérite réflexion.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Novembre 2018 à 13:23:42
Le "for fait sans gains". Joli détour  Lacanien sur le bénéfice secondaire du masochisme et /ou de la mélancolie que l'on appelle aussi jouissance. Merci P'tit Vampire, elle est bien vue celle là, le for intérieur, bien sûr!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 05 Novembre 2018 à 13:35:10
      Tu écris si bien "là-dessus", ou plutôt "là-dedans", cher Pascal.
      Ton rêve est fort,  sacrée prouesse de ta part d'amadouer ton petit vampire et d'avoir pu ainsi réfréner sa pulsion destructrice, affection et respect ont gagné contre la fatalité ...
    Au fond de toi, TOUT EST POSSIBLE ...
    Bien franginement (mon frère désentanté porte le même prénom que toi), M.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Novembre 2018 à 19:03:29
Merci Souci! Tous mes remerciements pour ce message sympa qui fait chaud au coeur! Pascal, en hébreu, signifie "passage"! Alors mille pensées à ton frangin pour sa propre passerelle...vers cette "terra incognita" d'où  nos disparu(e)s nous disent ce qu'il(elle)s ont à nous dire.
Bizs.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Novembre 2018 à 09:09:07
Coucou! Les coucous sont de drôles d'oiseaux. Il y en a 3 sortes : les killers, les pousseurs et les mutualistes. Les premiers ont le bec crochu, les 2émes le dos qui gratte et les 3ème sont appréciés car ils renforcent la couvée dans laquelle ils ont été déposés par Maman/Papa coucou. Les premiers "flinguent" les nouveaux nés avec leur bec crochu qui disparaît ensuite, les autres virent les oeufs avec leur dos qui gratte et les 3ème coopèrent au bien commun : comme les Shadocks, ils pompent les Gibbies mais en amenant force et vitalité au reste de la couvée. Rois de l'imitation, de la dissimulation, de la fraude fiscale pas moyen néanmoins pour eux de se planquer derrière des sociétés écrans, des paradis fiscaux ou des banques complaisantes sans oublier les niches fiscales...ça c'est du côté humain...La Toussaint, c'est tous pour un ou un pour tous?
Ma fille est morte en tentant de changer des choses dans ce monde, je fus un papa/coucou  qui divorça 2 fois, un papa abruti de douleur qui culpabilisa à en crever, qui chercha des réponses comme notre courageux ami Federico...Bon texte de Christophe Faure, rien à y redire, c'est vraiment du bon boulot, je salue.
Solidairement.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Novembre 2018 à 07:52:13
Vivent les poètes!
Alors là, Federico, Tire le Coyote, c'est top de chez top!
ça me donne envie de raconter une belle histoire c'matin.
Un de mes formateurs en thérapie familiale nous la conta. Un jour, il accueillit une dame qui avait sonné à la porte de la consultation qui servait aussi de salle de formation. Elle portait ses quelques affaires dans 2 sacs plastiques qu'elle déposa là, "s'écroulant" sur l'un des sièges  en rond, tous un peu usés et fatigués par des étudiant(e)s et patient(e)s qui les patinaient de leur fond de culotte depuis pas mal d'années. Elle même était fatiguée, voire même épuisée de fatigue, avec un look genre "habitant de la rue".;. Pas le profil conventionnel avec RV, miracle du moment, plutôt et
méga intriguant, voire plus. Cette femme était une des survivantes des prisons et de la torture infligée en Argentine,;..elle cherchait un havre de paix, le trouva et finit par devenir en Europe une thérapeute talentueuse qui soignait des gens à partir de poésie. Elle était demandée, sa file active était  dense, comme danse avec les mots ce Benoit qui se fait appeler Tire le  Coyote en souvenir des westerns de Sergio Leone....Vraiment, vivent les poètes! Merci à toi Federico, ça fait un beau début de journée, une telle trouvaille, et hier j'ai eu un p'tit passage à vide à raviver des moments hardos !
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Novembre 2018 à 09:11:56
Hello.
Federico j'ai commandé Tire le Coyote, vraiment trop cool, et j'té un oeil sur des partoches d' "il était une fois dans l'ouest", histoire de voir si je peux en sortir un truc au sax....ça tombe bien c'est en ré pour mon sib. c'est ma gamme adorée pour le blues et vaux mieux tirer des notes que des balles, surtout sur les Coyotes ou les pianos bar ! ça ouvre aussi la réponse de Mircea au texte sur l'initiative Anglaise,;. je me dis que le lien social on en parle que quand il est malade. sinon on en parle pas.... Et là je partage total ce côté de l'idée, le lien social a choppé la grippe et faut apprendre à vivre dans le désert, et sans antibios, en plus. Comme les Navajos que j'adore autant que la gamme blues.
Courage à nous!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Novembre 2018 à 13:44:59
Etre aveugle à son propre aveuglement fait partie de ce que nous sommes. Il y a même une expérience de Varela qui démontre que notre angle de vue zappe un repère existant sur un coin de feuille, par ex. Essayez en mettant d'un côté du coin d'une feuille une croix et de l'autre un losange, par ex. A une distance précise, l'un des signes disparaît et n'est plus perceptible à notre regard. Ce n'est pas pour autant qu'il n'existe pas. Il est et on ne le voit pas.
Dans la palette des fonctionnements familiaux, il y a de même des états d'être aveugle à son propre aveuglement qui, à l'identique de l'expérience de Varela, nous agissent. La mort sépare définitivement et nous répare car elle nous ouvre les yeux et c'est insupportable de l'accepter. L'une des fonctions de la culpabilité est, à mon avis, le moyen de l'encaisser. Cette dette à nos disparus est énorme, mais encore plus énorme ce serait de faire comme si elle n'existait pas.
Je crois ça.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 09 Novembre 2018 à 14:08:25

Hello my friend Pascal

Clin d'oeil  ;)... sourire  :)... bizs  :-*

https://www.youtube.com/watch?v=cgqs5OEMox0... Tire le Coyotte ... Calfeutrez lez failles

Paroles :

Les vagues blanches et frêles
Comme des moutons sur le St-Laurent
La route du Mitan
Les oies qui squattent l’île d’Orléans
Moi, je trouve ça beau
Et j’arrête de crever pour la journée
La beauté je l’empaille
Le temps de calfeutrer les failles
L’hiver qui dégèle
Tes cheveux qui touchent le soleil d’avril
Tes yeux noirs qui regardent
Comme deux diamants
L’horizon fragile
Moi, je trouve ça beau
Et j’arrête de crever pour la journée
La beauté dans le formol
Le temps de retrouver ma boussole
La beauté je l’empaille
Le temps de calfeutrer les failles








Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Novembre 2018 à 07:25:19
Salut!
Federico, 2 choses :
Un jour à venir, je pense, ça me plaira bien de participer aussi à un WE en Ardèche ou ailleurs (ta proposition avec C. Faure, j'y réfléchis aussi, NSP) ...même si à un moment ça chiale, il y aurait de bons moments j'en suis sûr et assez curieusement dans un recoin de ma spiritualité, c'est pour partie en écho à des forces que je  ressens d'un au-delà pour co-construire cette idée..."à la gloire de mon père", c'est la dernière bouteille de vin que m'offrit ma fille et je l'honorerai volontiers d'un bon cru à partager!
L'autre chose tient à ce texte de Tire le Coyote,. ça raisonne bien ce truc aussi. "Calfeutrez les failles" . L'histoire de la faille, résumée lors d'une de mes dernières séances d'analyse et remise alors en mémoire par mon analyste : la fonction paternelle n'est elle pas aussi de transmettre la faille?
"Calfeutrez les failles"!
Soubis!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Novembre 2018 à 19:39:46
Là où je suis d'accord avec toi Federico c'est que dans le texte de présentation du truc anglais il y a le terme "mauvaise santé mentale". Je ne suis pas convaincu du tout que ce soit une façon appréciable de qualifier les personnes suicidantes.
Et là où je te trouve un chouette bonhomme, c'est que comme moi tu restes un Papa, et le grand P c'est exprès!
A toi, mon amigo.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 10 Novembre 2018 à 20:15:53
Là où je suis d'accord avec toi Federico c'est que dans le texte de présentation du truc anglais il y a le terme "mauvaise santé mentale". Je ne suis pas convaincu du tout que ce soit une façon appréciable de qualifier les personnes suicidantes.
Et là où je te trouve un chouette bonhomme, c'est que comme moi tu restes un Papa, et le grand P c'est exprès!
A toi, mon amigo.
Pascal.

Pascal,

La société se permet de juger subjectivement ce qui est "bon ou mauvais", " bien ou mal"!
Cette "mauvaise santé mentale " ne serait-elle pas plutôt une réaction hyper sensible de nos Enfants aux injustices et aux cruautés de la vie ! un honnête et courageux refus à toute cette misère sociale ! dire "stop" à toute cette superficielle et hypocrite ignominie humaine !
BASTA ! allez vous faire enculer ! moi j'me casse !

OUI, Pascal, amigo, tu es un Papa avec un "grand P majuscule "...

C'est QUAND et OU tu veux ... la convivialité du partage d'une bonne bouteille de vin rouge ! j'ACCEPTE !
OUI, c'est sûr, on chialera mais nous serons toi & moi des Papa... pudiques et réservés... mais nous serons authentiques !

Nous aimons...
Nous sommes aimés...
Nous existons malgré notre chagrin, notre douleur, notre souffrance !

"Un jour peut-être, le silence et la solitude me permettront de te sourire à nouveau avec douceur et tendresse.
TA liberté sera encore plus belle...
...que nos regards se perdent vers les mêmes étoiles..."

Amitié, solidarité.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Novembre 2018 à 07:41:43
L'étoile qui a trouvé son oeil n'a pas perdu sa nuit et les étoiles qui ont trouvé les leurs ne l'ont pas perdue non plus.
A Raphael, à Javotte et à tous les autres parti(e)s dans les nébuleuses. Merci de ta réponse Federico.
J'aime les Navajos pour leur sens de la dignité.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Novembre 2018 à 08:25:48
S ource : Esprit Sciences Métaphysiques : Est-ce que la non-conformité et la Libre Pensée sont une maladie mentale ? Selon la der-nière édition du DSM-IV (Manuel diagnos-tique et statistique des troubles mentaux), oui. Ce manuel identifie une nouvelle maladie mentale appelée « trouble oppositionnel avec provocation » ou TOP. Cette maladie est définie comme un « schéma continu de désobéissance, d’hostilité et de provocation » et les symptômes incluent la remise en question de l’autorité, la négativité, la défiance, la contradic-tion, et le fait d’être facilement agacé.
Le DSM-IV est le manuel utilisé par les psy-chiatres pour diagnostiquer les maladies men-tales, et à chaque nouvelle édition, il y a des di-zaines de ces nouvelles maladies. Sommes-nous en train de devenir de plus en plus malades ? Est-ce qu’il devient plus difficile d’être en bonne santé mentale ? Les auteurs du DSM-IV déclarent que c’est parce qu’ils sont plus à même d’identifier ces maladies aujourd’hui.
Les nouvelles maladies mentales identifiées par le DSM-IV incluent l’arrogance, le narcissisme, la créativité supérieure à la moyenne, le cynisme, et le comportement antisocial. Ce que nous appe-lions des traits de personnalité autrefois sont dé-sormais des maladies mentales. Et il existe des traitements.
Au cours des 50 dernières années, le DSM-IV est passé de 130 à 357 de ces maladies. La majorité de ces maladies frappent les enfants. Bien que ce ma-nuel soit un outil de diagnostic important pour l’industrie psychiatrique, il a également été res-ponsable des changements so-ciaux. L’augmen-tation des TOP, des troubles bipo-laires et des dé-pressions chez les enfants a été en grande partie à cause du manuel qui identifie cer-tains comportements comme des symptômes. Un article du Washington Post a fait remarquer que, si Mozart était né aujourd’hui, il serait diagnosti-qué avec un TOP et il serait médicamenté jusqu’à ce qu’il redevienne normal.
L’article poursuit : « Selon le DSM-IV, les adultes peuvent souffrir des mêmes maladies que les enfants. Cela devrait donner une raison de s’inquiéter aux libres-penseurs. L’Union Soviétique utilisait de nou-velles maladies mentales pour les répressions politiques. Les gens qui n’acceptaient pas les convictions du Parti communiste développaient une nouvelle forme de schi-zophrénie. Ils souffraient du délire de croire que le com-munisme n’était pas une bonne chose. Ils ont été isolés, médicamentés de force et ont subi une thérapie répres-sive pour les ramener à la raison.
Lorsque la dernière édition du DSM-IV a été publiée, l’identification de symptômes de diverses maladies men-tales chez les enfants a entraîné une augmentation si-gnificative de la médication des enfants. Certains États ont même des lois qui permettent aux agences de pro-tection de soigner de force, et ont même rendu le refus de prendre des médicaments passible d’amende ou d’emprisonnement. Cela donne une image effrayante à
tous ceux qui sont non-conformistes. Bien que les au-teurs de ce manuel affirment ne pas avoir d’arrière-pensées, qualifier la libre-pensée et la non-conformité de maladie mentale est une bombe à retardement d’abus en tout genre. Cela peut facile-ment devenir une arme dans l’arsenal d’un État répres-sif. »
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Novembre 2018 à 08:28:17
Et bien heureusement que tous les psychiatres ne sont pas en accord avec cette façon d'exercer leur métier, je garantis ce fait.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Novembre 2018 à 08:54:52
Je me sens à un tournant, une marche,  un palier, une étape, un col, une porte, un choix. Vais je suspendre ou reprendre, point d'interrogation. Point de suspension,  Mircea, t'es top, point d'exclamation. L'inconscient collectif pousse  comme Archimède son ludion vers le haut et comme nous le disions avec cette si grande intelligence lors des cours de physique en 3ème, intelligence qui caractérisa notre scolarité avortée :
"si à masse équivalente, une bille  en fer lâchée à la verticale d'une craie tombe dessus et la brise, c'est la preuve que la force d'inertie;...blablabla!  Euréka, ça démontre que "le fer est plus solide que la craie", point barre et vos conneries de force d'inertie on s'en tappe. Et pour Archi mède : "tout objet plongé dans l'eau ressort mouillé". Moralité, viré du lycée!
A vos plumes : je propose....en  verticale du point de suspension, une vérité qui dérange est plus solide qu'un mensonge qui rassure.
 ;D Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Novembre 2018 à 09:07:55
Ps. Je viens de lire le mot de Bibou, sur les dits et non-dits en suspens. Au soleil des Adrets et toujours l'ombre de l'Aubac comme au symbole tient le "diabole", L'un unit, l'autre divise et ainsi nous allons chemin faisant dans un Savdana que l'on côtoie en partage. A vous,  :-X
Et merci Nath pour ton lumignon lyonnais, cette aile de lumière fait si bien réponse  à l'aile qui déploie son ombre.
Pascal
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 13 Novembre 2018 à 00:46:58
La société se permet de juger subjectivement ce qui est "bon ou mauvais", " bien ou mal"!
Cette "mauvaise santé mentale " ne serait-elle pas plutôt une réaction hyper sensible de nos Enfants aux injustices et aux cruautés de la vie ! un honnête et courageux refus à toute cette misère sociale ! dire "stop" à toute cette superficielle et hypocrite ignominie humaine !
BASTA ! allez vous faire enculer ! moi j'me casse !
Parfois, même souvent, je me demande si ce n'est pas nous qui ne sommes pas suffisamment sensibles à tout cela (hypo sensibles), et ces enfants : juste sensibles, entièrement humains ....
Catherine

p.s : Pascal : qu'est-ce qu'un Savdana ?
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Novembre 2018 à 07:42:55
Salut Catherine.
Savdana, le noeud sans fin, symbole bouddhiste de l'interdépendance et de la complémentarité.
Quand ma fille aurait eu 29 ans, j'ai construit une pergola pour accéder au jardin. Ma maison est déjà toute particulière au quartier car pleine de décos très personnalisées. Je voulais symboliser quelque chose de ce petit portail qui côtoie aussi une authentique porte mongole chinée voici qques années. Je ne savais que mettre et comme je suis assez habile de mes mains j'ai cherché un modèle à sculpter. c'est là que j'ai trouvé ce savdana, l'ai finalement acheté à une boutique d'artisanat Tibétain et fixé au-dessus de cet accès au jardin. ça a été pour moi le seul moyen supportable de coordonner tout ce que je ressentais en moi avec ce moment et ça m'a apaisé. Ying/yang, vide/plein, conscient/inconscient, vie/mort, présence/absence c'est de ce "tatouage" que j'ai  marqué mon lieu de vie. Quand ma fille a été incinérée, elle a réussi le tour de force de réunir autour de son corps en partance des Bouddhistes, des Musulmans, des Catholiques et des Athées dans un même respect d'elle, libre penseuse comme moi. Pour autant, des trucs de la pensée Bouddhidte m'accrochent. et même si je tiens par dessus tout à mon libre arbitre, Savdana, ça me convient, c'est un bon point de suspension!!! Ah, ah, Leloldudit!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Novembre 2018 à 07:36:17
Bonjour.
En réponse à un MP de Federico, je me pose cette question : pourquoi sommes-nous aussi peu d'hommes sur ce site? L'une des réponses pourrait être que nous vivons une société qui clive le féminin et le masculin à les figer dans des rôles carrément psycho-rigides. Les Amérindiens identifiaient 5 genres, laissant choix à chacun(e) de se définir comme il(elle) le souhaitait. La question de la propriété d'autrui ne semblait pas non plus faire question, la clandestinité des amours inutile car sans sens, vu que personne ne se sentait propriétaire d'autrui.
Que de souffrances il(elle)s s'évitaient! Vraiment des fois, je regrette d'être né du côté des cow-boys! Heureusement qu'il y a des hommes comme tire le Coyote, hein, Federico, on se sent moins seuls! ;)
Bizs Amigo.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Novembre 2018 à 07:39:16
Bonjour à tou(te)s.
Comme la vache de Spinoza, le texte magnifique réédité par Federico ne cesse de me conduire vers des horizons insoupçonnables, que j'ai même du mal à partager tellement ils me paraissent autres.
Le fil qui me vient est celui de la science fiction.
Un auteur a particulièrement marqué ma jeunesse, Philip. K Dick, "les clans de la lune alphane" plus spécialement. Il imagine une planète où les fous sont envoyés car indésirables sur terre.
un autre: Isaac Asimov. "Demain les chiens".
Et un lu plus récemment et issu du 19ème siècle : Machado de Assis. L'alièniste.
Finalement ils parlent tous de mutation.
Si je reprends le final du texte de Federico, je me pose cette question : qui porte qui ? Et de Papa, ma fille n'en a qu'un. Je n'ai absolument pas l'arrogance ou la prétention d'être unique détenteur de ce qu'elle est maintenant devenue, C'est juste mon boulot de Papa qui continue, et ça me fait mutant, membre d'une planète qu'on appelle parent désenfanté, ça doit être ça qui faut que j'avale, Mais pardon, ma fille, la pastille a plus que du mal à passer. JE TE PREFERAIS VIVANTE MEME SI DES FOIS TU ME FAISAIS BIEN CHIER ! Merci Federico le solidaire de me permettre de dire ça.
Bizs à vous.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 15 Novembre 2018 à 08:03:54

"La perte fait entrer l'éternel dans nos chairs et l'éternel c'est ce qui ne passe pas, ce qui reste en travers de la gorge .
Elle (Il) avait perdu un enfant il y a de ça quelques années, en vérité il y avait une seconde : le coeur ignore le temps. "

 Christian Bodin - La grande vie-


Pascal... Cher Papa
... ... ...
Amitié, Solidarité
... ... ...
Chaleureuse poignée de main
Accolade amicale
... ... ...

Bonne journée Cher Papa

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Novembre 2018 à 08:19:56
Merci, cool et plus que bien vu Federico.
L'inconscient est intemporel et c'est là qu'il(elle)s sont, les loulou(te)s, que j'm dis. Les "hypnoticiens" disent qu'il existe un espace entre veille et sommeil où "les choses peuvent se réorganiser". ça doit être cette porte du matin comme toi du soir qu'on empreinte dans "l'entre-deux" qui communique. Tu devrais recevoir "vu d'ici" aujourd'hui ou demain! sûr que tu vas faire un top sur ces textes!
Bizs.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 15 Novembre 2018 à 09:17:47
L'auteur dont tu cites l’œuvre "Demain les chiens" est Clifford D. Simak. J’ai lu ce livre il y a un bon bout de temps.
La science-fiction n’est pas très représentée dans ma bibliothèque. Mais on y trouve, et c’est mon top 3, Ray Bradbury avec ses « Chroniques martiennes », Ira Levin pour « Un bonheur insoutenable », Aldous Huxley dont le « monde est meilleur »...

Perso, la vache qui m’inspire toujours, c’est La Roussette, je continue à voir dans ses doux yeux une  tranquillité éclairée …

Faïk
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Novembre 2018 à 10:16:18
Mais oui tu as raison! Faïk c'est C Simak! je me suis pris les pieds dans le tapis de la série fondation d'Asimov ! ah ah tête de Mulet le mutant et la psycho-histoire d'Harry (Potter ;D) Seldon!  :D
Je profite de cette petite modif pour remercier Ptstf de rappeler un devoir élémentaire totalement zappé pour ma part, contrairement à elle, ce "p'tit bout" de 23 ans. Bingo pour cette politesse. Je remercie les créateurs et les bénévoles de ce forum, si utile et soulageant pour nous. dès que je le pourrai je n'hésiterai pas une seconde à soutenir l'asso qui le porte. Merci de ce super boulot.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Novembre 2018 à 07:51:37
Hello!
Un sujet que j'aimerais bien déflorer ce matin est celui des Papas/mamans. il y a les Papas/coucous, ceux qui se barrent et laissent couvée et emmerds du quotidien à Maman/maison. Seulement, l'inconcevable de Mamans/coucous, ça arrive tt de même un peu de nos jours et ça fabrique des Papas/maison qui se dépatouillent des emmerds comme ils peuvent.
Ayant eu la joie et le plaisir de bénéficier d'une mère à charge toxique élevée plus/plus, il y a eu pas mal de fois dans ma vie où je me suis dit qu'elle aurait eu gain à se barrer de la nichée et de laisser Papa et ma pomme tranquilous dans la tendresse mutuelle de nos apprentissages réciproques. Papa, comme d'autres papas de l'époque était certainement un précurseur de ces papas/mamans qui tentent plus ou moins maladroitement d'exprimer leur tendresse sans tomber dans les travers multiples de l'incestuel. C'est pas de la tarte, Pas plus que le droit de toute femme de ne pas être condamnée à ce que les féministes ont bien heureusement fichu en l'air.
Alors toutes mes pensées affectueuses et respectueuses aux filles dépapatisées d'autant plus que je supporte assez mal d'être en vie alors que ma fille ne l'est plus. J'aurai préféré l'inverse.
Bizs.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Novembre 2018 à 08:37:29
Salut!
la macronie est une drôle de planète. L'un des grands avantages de la place du fond à côté du radiateur, c'est que c'est là qu'on se marre. ça tombe bien les smileys sont jaunes tout comme les gilets!  De la part du dernier rang au premier rang : ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D.
En plus, nous avons été viré(e)s du lycée et avons fini au Larzac et contre superphénix, en sabots avec les cheveux au henné. Tout le monde peut pas être premier de la classe, d'accord, passer par la case grandes fortunes et faire avaler des couleuvres aussi longues qu'une carrière de banquier! Sûr aussi que de se poser quelques questions sur la compromission ne fait pas non plus partie du programme "premier de la classe", au regard des dernières Pétainades! D'ailleurs, mon grand père, c'est pas avec un gilet jaune qu'il a arpenté le Chemin des Dames et Verdun, c'est avec un pantalon rouge! Alors, perso, les discours démagos de la macronie ça me gave un peu.
Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Novembre 2018 à 08:17:00
La suite des  aventures de Piniochron, premier de la classe, j'attends avec impatience. c'est vrai, nous, au dernier rang, nous aimerions tant être aussi intelligent(e)s que le premier rang! Mais rien à faire, ce torrent de neurones n'arrive pas jusqu(à nous. ça ruisselle même pas dans nos godasses. pourtant, on fait des efforts. :P. Mais, en bas du bulletin, on récolte toujours ce : "peut mieux faire". Je vais essayer:
Par ex, celle du mouvement perpétuel de Kid Paddle. Si ta tartine tombe le matin, c'est toujours du côté confiture qu'elle atterrit. Si tu lances un chat en l'air, c'est toujours sur ses pattes qu'il retombe. donc, si tu attaches la tartine sur le dos du chat, tu lances le tout en l'air, les forces s'annulent et ça flotte direct, logiquement. Fallait y penser! c'est de l'intelligence aussi, Pour de vrai. dans le peuple, y a des gens qui pensent!
Allez, Piniochron, humour, peux mieux faire. En tout cas, merci de me faire rire, j'en ai besoin dans ce monde pétri de compréhension mutuelle entre élite et bas du panier.
Désolé, et puis, désolé, ça commence par un D comme Deuil. Bon, comme dit  Yves Jamait, j'men vas et je descends les poubelles, hein Fed!
Allez, c'est l'heure de mes prières à Grand Esprit, j'retourne pleurer. "si tu veux connaître l'enfer sur terre, t'as qu'à te réincarner en Navajo", c'est ce qu'ils disent dans leur chant. ça me fait du bien de pleurer aussi des fois.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 18 Novembre 2018 à 11:17:23
Citer
Si tu lances un chat en l'air, c'est toujours sur ses pattes qu'il retombe. donc, si tu attaches la tartine sur le dos du chat, tu lances le tout en l'air, les forces s'annulent et ça flotte direct, logiquement. Fallait y penser!

    huhuhu, hihihi! Merci Pascal pour ce bon bidonnage ... M.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 18 Novembre 2018 à 11:30:26

   Pleurer toujours à l'intérieur, "depuis", mais RIRE encore un peu, parfois ... je t'en partage "une" cocasse de mon petit frère Pascal à moi ...
 
Citer
15 Octobre 2016 à 12:34:55 »

    Citer
    Modifier
    Enlever

   Il faut quand même que je vous les raconte, les histoires de mon petit frère à l'armée.
   Pas de bol pour lui, il était un baby born de la dernière levée du service militaire obligatoire en Belgique, 1993 !
   18 ans et début de poil au menton ...
    Le we avant son premier jour, c'était la fête au village et mon père lui avait pêché au lunaparc une montre fantaisie, avec un bouton qui lui faisait DIRE l'heure, suivi de "Cocoricoooo!"
    Lundi matin à la caserne, le vlà dans la rangée où on apprend aux jeunes recrues à faire le salut.
    Salut, pause, repos (mains derrière le dos) et alors là PAF sans le faire exprès, il appuie sur le bouton de cette fameuse montre, dix heures vingt-deux, Cocoricoooo ...!
    Mon frère l'avait pas fait exprès ! En plus, l'adjudant s'approche de lui "vous vous fichez de moi?"
    C'est alors qu'il lit sur son badge: "adjudant Lecoq !"
    C'est ça qui est hyper marrant quand il le raconte, il était innocent !
    Bien entendu, il a fait d'autres blagues afin d'agrémenter son service, préméditées celles-là !

     De quoi distribuer quelques étincelles dans la noirceur ...
     A bientôt tout le monde, Cocoricoooo !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Novembre 2018 à 11:53:29
Cooooooooooooooooooooool ! Une super du dernier rang celle  là Souci! Belle bidonnade aussi Yes! Chaleureuses bizs de cancre!
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Novembre 2018 à 06:19:41
Bonjour!
Une nouvelle présence  dans la maison : elle s'appelle Cheyenne, accueillie par la SPA, elle fait ses premières pattes dans la maison et promet d'être aussi géniale que son prédécesseur, Vivo!
ils et elles nous font tellement de bien, à nous les endeuillés, par ce qu'ils donnent qu'il est difficile de se passer d'eux quand on le sait! Son nom doit être pour qq'chose dans notre adoption réciproque! Cheyenne, les Amérindiens, etc! Cocoricooooo!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 19 Novembre 2018 à 06:39:47

Je souhaite "Tout le bonheur du monde à Cheyenne"...

Bienvenue chez son nouveau maître Pascal qui va rendre , j'en suis sûr,  sa vie douce et heureuse !

Cocoricooooo !

Pensées amicales et solidaires... bonne semaine Pascal

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: nathT le 19 Novembre 2018 à 09:03:12
Bienvenue à Cheyenne!

Vous allez constituer tous les deux un 'duo d'enfer' (prédiction de mamie Nath)

J'ai adopté Moonlight une petite chatte il y a 6 mois (elle devient  très très grande avec des poils longs: je ne connait que sa génitrice,une toute petite minette... qui du passer du bon temps avec un très grand mâle sans doute un 'norvégien')
Ceci étant Moonlight (prénommée ainsi car elle possède une tâche de couleur taupe sur le dessus de la tête ayant une forme de croissant de lune ..... et.... la lumière de la lune, la lumière au bout de la nuit .... la sonate au clair de lune ......)

Moonlight m'a 'sauvé la vie' ,lorsque je rentre à la maison (enfin je vis chez elle) il y a un être 'vivant' pour m'accueillir .
Et si quelqu'un me dit que Moonlight est un mon  ridicule je les rassure cela va se terminer par ' moumoune' pour les intimes .

Cheyenne compte sur toi comme tu comptes sur elle . Vous sous êtes trouvés,vous allez vous garder !

Hauts les coeurs!

Nath



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Novembre 2018 à 14:46:36
Merci de vos chaleureux messages! Cheyenne a déjà fait son premier footing, avec juste l'envie de croquer mes baskets une fois enlevées! Et l'avantage indéniable du bas rouge, c'est que quand il y a une côte et qu'elle tire, y a  intérêt à avoir les gambettes en rythme! Yo! Moonlight future Moumoune, pour Cheyenne ça va faire T'che! ça devrait plaire à Fed ça!  :D
CoooOOOOOOOOOOOOOOlorico!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Novembre 2018 à 07:50:29
Bonjour!
ça y est la greffe a réciproquement prise, Cheyenne est chez elle ici! Et ce matin, je n'ai d'autre envie que de saluer chaleureusement tte l'équipe de la SPA pour le boulot qu'il font. ça fait autant de bien aux accueilli(e)s qu'à nous de croiser dans la vie des chouettes personnes! Fred, une gorgée de rince-cochon avec toi en leur honneur!
Au fait, pour l'histoire de la tartine de confiote et du chat, avec Cheyenne, faut carrément la totalité du pétrin pour que ça marche. ;D.
Bizs!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Novembre 2018 à 06:04:30
Bonjour!
Putain, je viens de lire le truc posté par Fed. Quelle est cette société que nous avons créée qui n'est pas foutue de soulager, soutenir le boulot de parents (et des profs)  et pas fichue d'ouvrir un avenir porteur d'autres choses que la culture de la performance, du gagnant, du winner, du brutal? Et les ultra-sensibles, les ultra-poètes, les ultra-artistes, les ultra-solidaires, ils ou elles font quoi, la-dedans? Ils ou elles sont qualifiées de "mauvaise santé mentale"? Et si c'était ce monde qui était plutôt en mauvaise santé mentale avec ces valeurs à la con qu'il trimbale? Je rage.
"Nous" les endeuillés désenfantés, je crois qu'on partage tou(te)s la même chose : on a pas du tout du tout envie que notre troupe grossisse. Des fois, même mes plus proches potes ne comprennent pas toujours mes impulsions, eh bah, je suis content qu'ils ne comprennent pas et que ça leur soit à jamais étranger, parce qu'un enfant ça meure pas avant son parent. c'est pas possible d'accepter ça, quelle qu'en soit la raison.
Bizs de tout coeur.
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Novembre 2018 à 17:17:26
Une demande d'inclure un principe de référendum populaire dans une nouvelle constitution circule et je soutiens cette proposition, seule mode, à mon avis, pour réintroduire un équilibre démocratique dans cette vocation d'ultralibéralisme qui conduit de plus en plus de personnes, jeunes ou moins jeunes à un naufrage, au sens le plus profond du terme.
Seul point de désaccord, cette proposition amène l'idée d'un chiffre de 600 000 signataires pour que le politique soit contraint de s'en saisir, je penche intuitivement plutôt vers 1 million de signataires pour que ce le soit.
Je ne garantis nullement qu'une société plus juste, plus équilibrée, plus démocratique, plus épanouie en un seul terme garantirait ou endiguerait les pulsions suicidaires, mais, au moins, nous pourrions nous penser "tut(rice)eurs de résilience" plus que moutons de Panurge. ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D. pensées du dernier rang.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 23 Novembre 2018 à 07:26:16
J'aime te lire, Pascal.

Bien à toi

Nora
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Novembre 2018 à 18:56:28
Merci Nora.
To-day, j'ai été un peu secoué et y a de la larme qu'a tombé! Et Fed qui colle "un homme ça pleure aussi ", du coup, j'en ai eu une deuxième couche.
"nous sommes allés dans le Sud, où nous avons beaucoup souffert. de nombreux Cheyennes sont morts de maladies dont nous ignorons le nom. Nos coeurs cherchaient ce pays où nous sommes nés et le pleuraient"
Ohcumgache (little Wolf), Cheyenne du Nord.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 23 Novembre 2018 à 22:55:16
Merci Nora.
To-day, j'ai été un peu secoué et y a de la larme qu'a tombé!
Et Fed qui colle "un homme ça pleure aussi ", du coup, j'en ai eu une deuxième couche.

« C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il faut se quitter déjà ?
Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. » Henri Calet


Amitié, solidarité.
Federico

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Novembre 2018 à 06:32:24
Hello!
Petite citation en lien avec un MP de Mircea.
"Indiens doivent tous danser, partout, danser toujours. au printemps prochain, Grand Esprit arrive...Indiens morts reviennent tous et retrouvent vie. Tous, robustes comme jeunes braves, retrouvent jeunesse...Quand Grand Esprit vient, alors Indiens vont tous dans montagne, tout la-haut loin des Blancs...Alors quand Indiens tout la-haut, grand déluge arrive et Blancs tous morts noyés....Indiens qui dansent pas, qui croient pas message deviennent tout petits, restent tout petits. Certains transformés en bois et brûlés dans feu". Wovoka, le Messie Paiute.
Alors ça, ça serait -t-y pas pas une vision anticipatrice des risques inhérents au changement climatique?
Danse avec les loups et choisis bien celui que tu nourris que je me dis!!
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Novembre 2018 à 07:13:12
Hello!
Ce matin, j'avais une phrase en tête : "Vous nous avez enterrés, mais vous avez oublié que nous étions des graines".
ça c'est pour tout ce qui se passe en ce moment avec cette révolte qui jaillit comme un geyser au pif des élites en maillot de bain au soleil de leur tranquille certitude de penser mieux qu'autrui.

Et pour nous, les endeuillés, qu'on a enterré pour de vrai un morceau de nous?

Mort qui pousse n'amasse pas mousse
mais fleurit en nos coeurs arrosée de nos pleurs,
et de secousses en secousses, croyez -nous, vous les grandiloquents
dans son silence, elle nous pousse".

Résilience et silence.

Bizs à toutes et tous les Courageu(se)x de cette terre!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 25 Novembre 2018 à 16:06:04

    Coucoucou, cuicui, j'applaudis avec mes ailes,
    P. graine de poète, M.
   
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Novembre 2018 à 06:51:57
Salut!
Il y a des matins où il n'y a rien à dire. ;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 26 Novembre 2018 à 13:00:20
A l'écoute du Chat ...

(https://www.aht.li/3310558/A_lecoute_du_Chat.jpg)

J’aime bien celle-là aussi. Je l’ai parfois suggérée à quelques-uns de mon entourage, ceux qui ont le « deuil infus » …
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Novembre 2018 à 13:56:19
Trop fort Faïk yes! merci de la bidonnade. Et je viens de celle de Fed!!! le peps! yes, leslarmorire!
Haïku de la journée de la dernière rangée  et d'à l'écoute du chien, pote du chat.
"crotte de chien gelée roule sous le pied". ;D ;D ;D ;D
"crotte de chien molle colle aux groles". ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Novembre 2018 à 07:22:34
Tchao Manu et los désaparécidos.
"ÊTRE LIBRE, c'est d'abord être libéré du besoin de comprendre."
Alors là, OK, je veux bien mais je veux garder de l'appétence sur ma tartine comme celle que j'ai trempée dans mon café ce matin en me disant que c'est la première fois depuis la mort de ma fille que je me sens ré-appartenir à une communauté :
VOUS.

J'ai pas trop exploré le fil du pourquoi des pseudos, mais je pense que je vais vouloir que sur ma stèle, mon terme passé, figure le mien de pseudo. Et n'importe comment, je suis d'ac avec Fed, il y a une trame qui nous dépasse, je l'ai appelée "la grande mathématique universelle", d'autres la nomme destin ou dieu, chacun sa tasse de thé, sans vouloir heurter quiconque et en respect des croyances de chacun'e)s.
Et c'est plutôt du côté du ressenti que je me tourne pour traduire cette conviction qu'il y a du parallèle dans ce sentiment communautaire de l'autre côté : celui  de nos disparu(e)s. Un parallèle qui s'organise en une sorte d' écho du notre, le côté vivant. Ou, pourquoi, comment? ça me dépasse et effectivement je n'ai pas envie de m'y casser les dents, c'est un trop gros morceau pour moi tout seul en tout cas. mon inconscient et le collectif font le boulot et je leurs fais confiance pour me filer les infos quand "ça doit", avec encore un tout petit peu de cette détestable arrogance du MOI à laquelle il me semble bien difficile d'échapper. Mais je lutte, quitte à me botter les fesses tout seul, d'ailleurs! Lol!
Dans un bouquin sur la construction de l'univers, Hubert Reeves, je crois, pose une question assez identique à ce que je ressens :
Je cite de mémoire, donc pas exact exact. perdoname, mais ça doit s'approcher d'un truc du genre  : la génèse de l'univers s'inscrit dans un ensemble d'interactions et rétroactions relevant du hasard et/ou de la plus subtile organisation,  ce qui laisse ouverte la question de l'intention.
A mon horloge, cette réflexion d'Hubert Reeves active un questionnement tout aussi ouvert sur mon propre équilibre établi entre maîtrise et non-maîtrise. La cascade de tragique qui nous conduit ici, là et maintenant à former communauté dans une appartenance d'endeuillé(e)s me reste hors de portée dans son essence. Un "pourquoi du comment"que je me refuse à affirmer, à accepter, voire à assumer par le truchement d'une idéologie réductrice ou d'un dogme qui prend pouvoir sur le reste. Comment pouvoir supporter ma part de responsabilité autrement que partielle et réfléchie  dans le fil symbolique, intergénérationnel, ascendants et descendants, qui conduit ma fille à mourir à 27 ans? Sans réflexion, sans l'appui de mes p'tits neurones et des carrefours synaptiques à sens parfois giratoires,, je ne peux me libérer ni la libérer dans ce qu'elle est maintenant devenue ni dans ce que je suis devenu, à la fois libre, à la fois contraint. C'est aussi paradoxale que ce que nous sommes et que le paradoxe crétois "si je dis que je mens, je dis la vérité". Pour moi, petit moi, la solution c'est nous et la chaleureuse attention que nous faisons circuler entre nous, entre bienveillance, compréhension, respect d'autrui et de son rythme, le "bon loup" comme cite Fed, quoi!
Comme Cristophe Faure, qui a travaillé le "syndrome du sauveur", j'ai bossé un autre aspect que j'ai appelé "le syndrome de trahison du lien de confiance". C'est un peu du "blabla technique", mais je vois pas non plus comment y couper. ça doit d'ailleurs être le titre de mon bouquin, mais c'est encore trop "brut de décoffrage".
Bon "z'arrêtes", de poisson. ;D.
Bizs de tout coeur à vous, vraiment chaleureusement.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Novembre 2018 à 07:48:55
D'ailleurs, à cette étape, à ce passage, je me demande si ce n'est pas la question ouverte par Charybde (et Scylla, donc) à trouver responsabilité entre culpabilité et colère?
Rebizs.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 27 Novembre 2018 à 09:41:31

https://music.youtube.com/watch?v=wQFQgItsm18&list=RDAMVMJVRsDilJzNs

Dis-moi encore que tu m'aimes.....

Gaëtan Roussel

Amitié, solidarité.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Novembre 2018 à 13:22:36
Merci Fed! J'adore encore écouter de temps en temps Louise attaque et je vais sans hésiter faire un tour chez Gaëtan Roussel. Et sur le titre : à Raphael et à Javotte, oui, on peut leur dire qu'on les aime!!!! Encore et encore, de tout notre coeur, de toute la fierté de notre paternité.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Novembre 2018 à 06:49:23
Bonjour.
Le texte de Lucie. Je partage même si je n'ai pas porté ma fille dans mon ventre, je partage, en tout respect de ce qu'une maman éprouve, et en considérant la mienne propre, de douleur, je n'ose en imaginer l'ampleur.

Le rêve que je fis voici 1 an maintenant, d'accoucher d'un être "Autre" qui était essence de ma fille, rêve porteur d'autant de soulagement que chargé de densité douloureuse, sublimation, transformation et genèse d'un "ici et maintenant" qui me porte chaque jour et chaque instant de ma vie. Qui sait? Personne. La seule chose que j'ai su au petit matin de ce rêve était que seuls les hommes pouvaient  "porter" ce rêve. C'est tout juste si j'arrive à en parler par total respect (et le mot est faible, mais je n'ai pas mieux) des Mamans qui ont enterré un enfant qu'elles ont eu en elles.
Un peu de colère me reste aussi : nos enfants ne meurent pas seulement de suicide ou de cancer, il(elles) meurent aussi de conduites ordaliques, conscientisées ou non, actées ou pas, parfois masquées et tout aussi brutales dans la soudaineté de leur frappe. Et certainement tout aussi impossibles à prévenir en amont que d'autres formes de fin de vie prématurées.
Je sais parfaitement que ce fil est délicat, mais je ne peux le taire, c'est seulement  dans ce substrat que je peux supporter l'insupportable.
Bizs à toutes et tous. At to-morrow!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Novembre 2018 à 19:13:19
Finalement c'est to-day.
Ce matin, en footing avec Cheyenne, je suis allé la présenter à "Grand Pin". Je l'appelle comme ça. C'est l'ancêtre de la forêt. Il est magnifique, majestueux, je n'ai jamais vu un pin aussi puissant. Son tronc, quand on l'approche est sidérant. Les ramifications qui le parcourent sont invraisemblablement énormes. Pour l'atteindre, il faut traverser des buissons de ronces. Elles griffent, plantent leurs épines dans les mollets, laissent trace presque sanglantes de leurs défenses. Je lui ai présenté mon respect et demandé de même à Cheyenne. Elle l'a flairé, pas trop haut, pas trop bas, juste à la bonne hauteur. Un arbre a un coeur. Cette récente découverte signe que la vie émotionnelle n'est pas réservée aux seuls humains. J'ai senti dans le mien de coeur, que Grand Pin était sensible à mon respect, un peu étonné aussi, car beaucoup de nous ont abandonné son langage. Il ne m'a pas transmis d'apaisement, Grand Pin, non pas d'apaisement. Seulement sa tristesse de devoir faire front à ce monde de ses vieilles branches et de sa force qui décline. Mais il tient bon, et est heureux de ces 6 pattes qui sont venus l'honorer de leur respect. Peut être même qu'il m'a remercié, mais j'en suis pas sûr. Je crois que c'est plutôt à moi de le remercier. L'écorce et le noyau.
Il vous envoie ses vibrations.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 29 Novembre 2018 à 00:30:50
"grand pin" : c'est peut-être l'un des gardiens de cette forêt ?
Oui je pense aussi que c'est à nous de remercier les arbres ....

Je te dépose cette phrase de Souci : "Ah, planter des arbres, il n'y a rien de plus sage à faire pour rééquilibrer le carbone: cessons de nous planter, plantons des arbres ..." (j'aime bien)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Novembre 2018 à 06:21:57
Hello!
Ah ah, Mircea, "Cessons de nous planter plantons des arbres", ça doit faire gigoter de plaisir les racines de Grand Pin! Des radicelles à la cime, que son chapeau l'est tombé dans l'abîme, le-dit chapeau, je le soulève de respect, Souci, CHAPEAU!
et pour le carbone, je suis tombé sur un bouquin de "Gordon Zola", Cartonne 14, tranchées dans le vif, édition du léopard masqué, que celui-là (celle-là?) ça doit être un(e) échappé(e) de la dernière rangée! Pas lu encore ce truc mais ça promet!

Cessons de nous planter, plantons des arbres, ça me plaît bien aussi pour ce que je ressens de ma vie de maintenant : certes j'ai toujours été provoc. Je ne nie pas votre honneur du tribunal des flagrants délires. mais pas seulement. Je fais partie de la génération de celles et ceux qu'on voulut changer les choses d'avant et qui se sont plantés. Du libertaire à l'hédonisme, l'individualisme nous a gratté le maillot jaune devant le pif, camé qu'il était le cochon  à la coc et aux amphets! Et nous, les doux dingues en sabots, on se retrouve comme des cons à se demander où qu'on s'est plantés!
Le monde meilleur qu'on rêvait, on s'est pas vraiment rendu compte qu'on l'avait bouffé jusqu'au trognon et que les prédateurs(rices) nous avaient laisser les pépins. Alors oui,  ça me plaît bien de les planter ces pépins. et aux Philippines, Ils et elles ont planté un arbre en mémoire et honneur de ma fille juste au milieu du village. Comme c'est encore un peu loin pour ma bourse de retraité étrillé, Grand Pin a laissé "murmure du vent" faire le boulot de colissimo!
Bizs tout plein
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 29 Novembre 2018 à 19:49:53

"ÊTRE LIBRE, c'est d'abord être libéré du besoin de comprendre."
...en me disant que c'est la première fois depuis la mort de ma fille que je me sens ré-appartenir à une communauté :
VOUS.

 Et n'importe comment, je suis d'ac avec Fed, il y a une trame qui nous dépasse, je l'ai appelée "la grande mathématique universelle", d'autres la nomme destin ou dieu, chacun sa tasse de thé, sans vouloir heurter quiconque et en respect des croyances de chacun'e)s.

A mon horloge, cette réflexion d'Hubert Reeves active un questionnement tout aussi ouvert sur mon propre équilibre établi entre maîtrise et non-maîtrise. La cascade de tragique qui nous conduit ici, là et maintenant à former communauté dans une appartenance d'endeuillé(e)s me reste hors de portée dans son essence. Un "pourquoi du comment"que je me refuse à affirmer, à accepter, voire à assumer par le truchement d'une idéologie réductrice ou d'un dogme qui prend pouvoir sur le reste. Comment pouvoir supporter ma part de responsabilité autrement que partielle et réfléchie  dans le fil symbolique, intergénérationnel, ascendants et descendants, qui conduit ma fille à mourir à 27 ans? Sans réflexion, sans l'appui de mes p'tits neurones et des carrefours synaptiques à sens parfois giratoires,, je ne peux me libérer ni la libérer dans ce qu'elle est maintenant devenue ni dans ce que je suis devenu, à la fois libre, à la fois contraint. C'est aussi paradoxale que ce que nous sommes et que le paradoxe crétois "si je dis que je mens, je dis la vérité". Pour moi, petit moi, la solution c'est nous et la chaleureuse attention que nous faisons circuler entre nous, entre bienveillance, compréhension, respect d'autrui et de son rythme, le "bon loup" comme cite Fed, quoi!
Comme Cristophe Faure, qui a travaillé le "syndrome du sauveur", j'ai bossé un autre aspect que j'ai appelé "le syndrome de trahison du lien de confiance". C'est un peu du "blabla technique", mais je vois pas non plus comment y couper. ça doit d'ailleurs être le titre de mon bouquin, mais c'est encore trop "brut de décoffrage".

Bizs de tout coeur à vous, vraiment chaleureusement.
Pascal.


Moi aussi mon  Cher Pascal... je souffre du " Syndrome de trahison du lien de confiance" !


Dur, dur à réparer, à rétablir, à retrouver... pour soi et avec les autres !

Solidairement.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Novembre 2018 à 07:08:17
Dur, dur à réparer, à rétablir, à retrouver... pour soi et avec les autres !
:) ;) :D ;D >:( :( :o 8) ??? ::) :P :-[ :-X :-\ :-* :'(
Ouais, Fed, c'est dur de chez dur mais on a des outils. Et le meilleur peut être c'est que nous n'avons plus rien à perdre à faire autrement qu'avant. Et je suis de plus en plus convaincu que Javotte et Raphael, ce qui a été eux, nous fait/donne/transmet confiance pour qu'on y arrive. et je suis aussi convaincu que nous n'aurons jamais de preuves, jamais d'apaisement, jamais de relâche; seulement la fermeté de notre volonté.
Mais on est de la dernière rangée! Avec ta force, la mienne et celles des autres ON VA Y ARRIVER!

Bon d'ac, on est un peu "romantiques", et à regarder trop les étoiles, des fois on marche où y faut pas, mais toujours du pied gauche!
"Crotte de chien gelée roule sous le pied et crotte molle colle aux groles", nom d'une bière de Troll. Et en plus, Cheyenne a bouffé une de mes godasses, la droite en plus. C'est ballot.
Eh eh! Bizs!
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Novembre 2018 à 19:17:05
Ah ah, Ouais Kine, ordalique! Vraiment quel mot à la con même s'il est juste. Bordalique, ça serait pas mal non plus. Je ne sais pas si ma fille était prête à perdre la vie. Mais c'est arrivé. Elle a tellement chargé sa barque que ça a lâché en elle sans qu'elle prête attention au signal que ça craignait et qu'il y avait un problème qque part. Et dans ce quelque part elle a refusé de se satisfaire d'une vie simple, ordinaire sans trop se poser de questions, au prix de sa vie, oui.
Je me dis aussi que le point commun sans doute à nos enfants morts trop tôt, que ce soit par suicide ou comportement ordalique (je n’ai pas fini de le replacer ce mot !), c’est sans doute de ne pas s’être satisfaits d’une vie simple, ordinaire, sans trop se poser de questions, dont la plupart des gens se contentent, c’est sans doute une recherche de quelque chose en plus, des questionnements supplémentaires.
Tu as pleinement raison KIne.
Quant à cette ou ces autres dimensions, à certains moments ça me fait comme des poussées, des évidences et à d'autres je me demande si je suis pas disjoncté :o! Et toujours, reviens une sorte d'exhortation intérieure qui me demande de ne pas perdre confiance et de tenir bon. Alors, oui, je vote pour penser qu'il n'est pas impossible qu'il(elle)s se croisent. Le pari de Pascal : qu'est ce qu'on a à perdre à y croire? S'il n'y a rien, rien, et s'il y a quelque chose? Comme dit Alain Bignon dans sa BD  : il faut y croire pour le voir. J'ai pas mieux que ça, bordalique, alors.
 Zoubis. Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Décembre 2018 à 07:59:13
Saluto!
ça faisait longtemps que je m'étais pas fait contrôler par la police de façon aussi tendue. Ciblage de gilet jaune, policiers sur le tarmac à cran, fatigués, ras le bol, un peu en conflit intérieur aussi : sur leur garde, obligé de bien signaler que j'allais chercher portefeuille et papiers dans ma poche intérieure, style juste avec 2 doigts comme dans les films américains. Et, j'arrive assez rapido à placer "qu'il y en a ras le bol de cet écrasement des classes populaires et moyennes au détriment de l'élite financière"; ça ouvre un passage pour ajouter qu'il n'y a jamais eu autant de policiers qui se suicident que maintenant. "blessés" aussi me dit mon homme! Eh bien lui comme moi, on était 2 hommes blessés qui se sont accordés pour dire "que quelque chose n'allait pas". Et ma "petite tremblote du début" s'est transformée en soulagement. On était d'accord sur ce quelque chose ne va pas et ça fait du bien de passer de la méfiance du contrôle à la confiance mutuelle. quand j'ai appris la mort de ma fille, C'est 2 policiers qui ont empêché que je la rejoigne illico. Je les ai remercié quelques jours après de m'avoir ainsi aidé. Une société juste se passe de contrôle tendu et tout le monde va mieux, policiers y compris. Sauf les assoiffés de fric et de pouvoir, comme de bien entendu, dirait Brassens. "Gare au gorille". Dans la brume , qui observe qui ? disait Dian Fossey!

P'têt bien que c'est encore une expression de "la grande mathématique universelle" qui veille à l'équilibre du grand tout entre nous, parce que ce coup là, je crois avoir senti un "merci" implicite de leur part!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Décembre 2018 à 19:23:20
Qui sème la misère récolte la colère. ;D.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Décembre 2018 à 06:43:55
Ce matin, un seul ressenti me vient en réponsesaux commentaires navrants des bienpensantscrandiloquentsabsentsdaimerledernierrang : ENFIN!

ENFIN, des personnes bousculent cet ordre établi qui nous emmenait dans le mur.
ENFIN, des personnes secouent la léthargie et la sédation  filées en intraveineuse par un ordre établi.
ENFIN, des personnes reprennent leur droit à la dignité d'eux mêmes en éternuant la culpabilisation distillée en masse.
ENFIN, des personnes osent défier la toxicité d'un ordre établi sur le seul primat de la rivalité.
ENFIN, des personnes font montre aux autres que le courage qui les anime est contagieux.
ENFIN, des personnes exercent leur parole en disant des vérités crues à des menteurs pathologiques.

MERCI à toutes celles et à tous ceux qui ont repris la lutte ouverte pour un mieux être digne, respectueux d'autrui, entre conscience écologique et intégrité humaine. Le chemin d'une société plus juste, plus démocratique, plus équilibrée sera dur, encore et encore mais, grâce à vous,  il germe.
Auto Nomos : les règles qu'on se pose pour grandir.

Bizs à vous, les gilets jaunes.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Décembre 2018 à 14:40:19
En gros, pour la psychanalyse, le symptôme est une addition plus ou moins salée du compromis de la névrose et du retour du refoulé. En systémie, le symptôme est considéré sous un autre angle : c'est quelque chose de normal qui se répète.
Dans un système dysfonctionnel, apparaît le symptôme qui parfois peut pousser un(e) clinicien(ne) croisant des troubles du comportement chez un enfant à dire, bien embarrassé(e) aux parents : "bah il va bien". Normal, dans tout univers pathogène, il est un peu "normal" et plutôt sain de péter les plombs, histoire de mettre en relief qu'y a qque chose qui tourne pas rond dans le-dit système. ça aide le dit système au changement, et plus rapidement le-dit système le comprendra, moins le symptôme s'alourdira. Déjà, prendre conscience d'un "ça va pas", c'est un premier signe de salubrité. une petite feuille qui pousse sur la branche d'un arbuste qui a grainé. ça a grainé, mais c'est pas gagné pour autant.
Arrosé aux lacrymos, p'tit arbuste demande juste un peu d'engrais,  Nous les endeuillés, "on" a pas besoin de lacrymos pour pleurer. "On a compris la leçon si chère payée". Et même si parmi tous ces p'tits arbustes qui manifestent y en a des épineux, ils ne sauraient résumer la forêt.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 02 Décembre 2018 à 23:08:12
L'art de DIRE avec finesse et de façon si belle : bravo !
Les 2 derniers posts : je me retrouve tout à fait dans ce qui est dit ...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Décembre 2018 à 07:21:53
https://youtu.be/QMClreF1zyY
Pour vous, toi et les tiens.
Merci Mircea.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Décembre 2018 à 15:12:58
"Ni paillasson ni hérisson". Y a des expressions comme ça qui me restent de mes cours de com de cursus du passé.
Elle me plaît bien celle là; "Ni paillasson ni hérisson". C'est de J. Salomé, je crois.
Merci Mr Salomé, ça m'est bien utile.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Décembre 2018 à 18:32:40
Bon...soir! Jouer au saxo, ça diminue la pression. Je pars de >:( et j'arrive à ;D. C'est l'avantage indéniable du blues. Son âme doit être nichée quelque part par ce coin là. Dans ce monde où il faut se la :-X, ça fait quand même un peu de bien de ;D. Bon d'accord. ça  >:( plus ça ;D, ça peut donner ça  ??? Bigre, me voilà dans la merde. Je sais plus quoi dire, alors je me tais. Mais attention, c'est un choix, pas du scotch. et ça tombe bien, c'est l'heure de l'apéro.
Je trinquerai à la santé de Cheyenne qu'a fait son choix. Sa maison c'est ici qu'elle m'a dit alors que le portail était grand ouvert et qu'elle avait "le sirop de la rue" comme on dit! Et j'ai confirmé, en la regardant bien dans les yeux : ouais ta maison c'est ici et on est vachement contents de la partager avec toi.
Bonnes cahouettes à vous. :P.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Décembre 2018 à 06:31:31
Bonjour à vous tou(te)s!
Fed, Mircea, ça me fait du bien aussi de pas me sentir seul. Hurler au vent soulage comme si nous étions une meute de lou(ve)ps et c'est bon de sentir cette appartenance vivre. Libertaires et solidaires. Le loup n'est pas mon totem, mais c'est un être noble, digne de respect, et certainement pas seulement un prédateur sans foi ni loi tel qu'il est parfois décrit. Je ne veux non plus insulter les bergers qui pâtissent de ses dérapages, mais considérer que nous sommes à l'identique pris en tenaille dans un maillage rendu toxique.
Et nous, humains, avons le droit de hurler que toute mort prématurée n'est autre qu'un signe qui révèle ce toxique.
Ce loup, celui qui prône que "la beauté de la diversité l'emporte sur la complexité de la vie", ne lui ôte nullement ses dents. La pathologie de la confiance c'est la naïveté, donc cessez, mesdames et messieurs les grandiloquent(e)s de nous prendre pour des con(ne)s.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 05 Décembre 2018 à 07:44:47

https://www.youtube.com/watch?v=RUMAxuRIvtw

Musique de "Danse avec les loups"

"Ni paillasson, ni hérisson, ni couillon"...  ;) :) :-*

Bonne journée ensoleillée...

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Décembre 2018 à 11:50:35
 ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D  Ah ah Fed!!!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Décembre 2018 à 07:11:20
Bonjour, bonjour, bonjour.
Ce matin, j'ai lu le post de Fed sur l'amour des Mamans. MAMAN. un terme qui pour moi n'évoque que des emmerds depuis l'enfance. Très jeune, j'ai compris qu'y avait un blème de ce côté-ci de ma vie. Avant que je puisse définir cette problématique sous l'angle de la perversion narcissique et de la structure hystérique, il m'a fallu pas mal d'années de galère. Les quelques années avant la mort de ma fille, je gérais à peu près la dame, restant à distance respectueuse de ses attaques destructrices, percutantes et nuisibles aux miens. mais comme j'avais déjà la pensée bien implantée que l'on ne peut résumer un sujet à sa pathologie, je faisais "avec" au mieux possible et une certaine relativité.
La mort de ma fille a tout fait exploser. Je ne peux retirer à ma mère que la toute première "vague", ça a tenu entre nous. Elle a d'ailleurs toujours fait preuve d'être là quand ça allait pas, juste que "fallait que ça aille toujours pas pour qu'elle soit là depuis tout le temps"! En gros, le petit problème entre nous, cette divergence d'opinion!
Fils unique, peu de chance de soutien non plus du côté de la famille, ce fut un peu lourdingue de désamorcer cette charge nucléaire que j'avais dans les pattes après la mort de ma fille. Mon père était déjà dans les cordes, KO  et sur sa fin de vie, lui aussi à terre d'aimer une femme qu'il fallait constamment "contenir". Dame dotée comme pas mal des personnes affectées de cette pathologie d'un QI assez percutant, coriace, sans relâche et omni-actif. En gros, mère pas mal placée sur le podium des perversions et pathologies du genre.
Bah, j'ai réussi à trouver un équilibre de paix la-dedans, dans ce gros gros merdier. et peut être que ma mère va réussir à mourir sans guérir au sens propre du terme, mais au moins en ayant amorcé le début du chemin.
Ce n'est pas simple de parler de ceci sur ce forum, parce que OUI, il y a des Mamans tendres, aimantes, présentes et tant mieux. Atrocement terrassées dans leur maternité aussi. Amputées comme nous les Papas deuil. Mais il y a des mamans qui ne savent pas être mamans. et quand elles ont un enfant, ces mamans là, c'est pas de la tarte. Cet enfant ne fait que révéler cette béance en elle et là, passez moi l'expression "ça chie des bulles". Pour autant, ce ne sont pas de "mauvaises femmes", non simplement des femmes amputées de leur capacité maternelle et en souffrance. Je suis désolé d'amener cette dimension ici, mais c'est aussi l'occasion de pardonner. De pardonner et de se pardonner. de demander pardon aussi, en toute honnêteté, de ce que j'ai pu faire ou pas faire.
"Il existe un grand livre des comptes" disait Boszormenyi Nagy. Ben voilà, j'ai signé cette page!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: nathT le 06 Décembre 2018 à 08:11:32
Bonjour Pascal,

Ton message me réconforte ; j'ai une 'môman' assez extra-ordinaire maniaco-dépressive (plusieurs TS), perverse narcissique.....j'en passe et des meilleures !
 Un père qui a démissionné depuis le départ mais qui reste près d'elle depuis 60 ans! , une soeur jumelle qui a pris un chemin différent du mien ( elle a rompu tout dialogue depuis 25 ans) alors que je tente comme toi de la gérer à distance raisonnable
Le pardon, cela me parle ...
La mort de mon compagnon a ajouté une autre dimension : comment demander à mes propres enfants de me pardonner également ? Et de lui pardonner car les dégâts collatéraux vont sur plusieurs générations .
OUI .....le grand livre des comptes !

Allez Hauts les coeurs , Pascal

Nath
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 06 Décembre 2018 à 11:44:29
"Tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin"

Provocatrice, cette petite phrase lancée à mes parents m'a valu, adolescente, une belle ratatouille (la seule d'ailleurs !) ...
Le parlement n'avait pas voté alors contre les sévices corporels, ni de loi contre les enfants rebelles ...
Dur dur de trouver sa place dans un couple passionné et passionnel, Pa' alexithymique et Ma' olympienne.

Par ailleurs, une famille originale, brillante ... Comme je ne suis pas Poil de carotte, j'ai parfois opté pour le poil de hérissonne ... la fragilité est intérieure et exacerbée.
Ma' et moi cahotons, en parallèle, sur le chemin du deuil.
Ma' est malade et je suis tétanisée de peur de la perdre, elle que je n'ai jamais vraiment trouvée.

Voilà, c'était ma minute : Merde alors ! et psychologie de comptoir.

Ps Qui a dit que les deuils sont parfois compliqués ? Ça existe un deuil simple ?
Merci à nathT & Résilience et silence ...

Je pense à vous tous
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Décembre 2018 à 13:18:41
 ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D. Content qu'il est le Pascal d'avoir ouvert cette page!
Figurez vous que, à 11 ans, ma mère m'a sauvagement mordu à l'épaule et à la cheville. Je me rappelle très bien que mes potes d'alors, dans la file d'attente pour la cantoche ne me croyait pas. Alors je leur ai montré. Ils n'en revenaient pas, Les morsures étaient bien visibles, chaque dent bien marquée, style Walking Dead j'y avais eu le droit!
Près de 40 ans après, c'est là, sur la plus vive morsure des 2, à l'épaule, que j'ai tatoué mon totem. Un séminaire avec Robert Neuburger, séminaire sur les piercings et autres ornements cutanés proposait l'idée que c'était à considérer non comme une auto-agression mais bel et bien comme une réparation de ce qui était déchiré en l'être profond,
Suffit de faire un tour à la plage pour remarquer qu'on est assez nombreu(se)x par les temps qui courent!
Ma fille s'était ornée d'un sur l'omoplate.
Bizs tout plein!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Décembre 2018 à 07:24:32
Salut à vous!
Ce matin, une énorme pensée de tendresse pour Mircea-Catherine. J'ai lu son fil avec attention. Des fois je rie, des fois je pleure, des fois je suis sérieux, et des fois c'est hors de ce ring que ça se joue.
J'ai imaginé que je décidais de me suicider et ce qu'il en serait pour ma compagne. Vraiment pardon, c'est indicible. Nous, les désenfantés, nous avons souvent entendu "c'est le pire". Dans un deuxième temps, j'ai osé répondre , non, regardez en Syrie quand toute une famille meurt, souvenez vous des camps de concentration, lisez Primo Levi, Robert Antelme. Perdre tous les siens, c'est pire. ça changeait pas grand chose au fond de moi de dire ça, non pas grand chose, ça dérangeait aussi l'interlocuteur, le gênait, l'embarrassait cette réponse. Mais je la trouvais vraie.
Je crois que les morts n'aiment pas qu'on mente. eux, ils ont accès à tout en nous, les moindres replis, les moindres pensées, les plus intimes, les plus noires, les plus cachées, les plus masquées. Et c'est de cela qu'ils souffrent, ai-je ressenti, pensé, affronté, supporté, fantasmé. Alors, je me suis dit que dans cette nouvelle vie, je ne mentirai pas, jamais, même si ça plaisait pas. Plus je pourrai diminuer l'espace entre l'explicite et l'implicite, plus je me rapprocherai de ce qu'est ma fille maintenant devenue.
Alors, Mircea-Catherine, recevez toute ma tendresse, parce que perdre un amour c'est un arrachement qu'il n'est absolument pas possible de souhaiter à quiconque pas plus que de perdre un enfant.
bisous;
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Décembre 2018 à 07:40:35
Hommage à Don Juan.
PISSER DE RIRE... dehors, la nuit... dans la Nature... en regardant la Lune et les Etoiles ! J'ADORE..
Très jeune, j'ai lu Carlos Castaneda. "Voir" et "Voyage à Yxtlàn" m'ont plus particulièrement marqués. L'initiation de Castaneda par Don Juan a pris de drôles de chemins, puisque dans l'enseignement Yaqui, le peyotl est personnifié comme une divinité qui s'exprime si nous sommes prêts à cette rencontre.
Castaneda (tout comme Aldous Huxley et "ses portes de la perception" sur un autre registre, ou même Jerry Rubin, d'ailleurs, toute une époque!) s'y frotta. comme le lendemain il n'avait rien ressenti, Don juan lui dit qu'il avait passer la nuit à :

PISSER DE RIRE... dehors, la nuit... dans la Nature... en regardant la Lune et les Etoiles ! J'ADORE.. ;D ;D ;D ;D ;D!

C'est grave Docteur, ça s'attrape?

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 07 Décembre 2018 à 20:06:14
Très touchée par ta pensée tendresse pour Mircea et pour moi,
 :-*
Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Décembre 2018 à 06:33:08
Federico ça rime avec Amigo, Mircea ça rime avec Amiga. :-* :-*

 ??? To-day y va se passer quoi? ça va chier p'têt bien. Je le sens comme un virage, et j'espère qu'il n'y aura pas de sortie de route, ni pour les un(e)s ni pour les autres. Mais j'ai plutôt le sentiment d'un "voeu pieu" et que c'est assez mal barré.
J'ai pris un tir tendu à St Michel quand j'étais jeune. Bien chaud et pas loin de mon visage. Une épaule HS. Je me souviens du regard du CRS qui m'a visé. Ce type de regard, on ne l'oublie jamais. Récemment, le fils d'une de nos copines est devenu CRS. Très honnêtement ça m'interroge vu que c'est un chouette gars et que ça bouscule nos images passées. En tout cas et je croise les doigts pour qu'il tienne bon son calme, son refus de céder à une "légitimité destructrice". J'espère que la page de cette journée ne sera pas endeuillée même si la marmite est bien chaude, parce que si qqchose doit mourir, c'est la connerie des élites qui se la pète.
Quand aux grandiloquent'e)s, apprenez un peu à la fermer, ça aiderait!

Mille courages aux courageu(se)x.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Décembre 2018 à 19:20:33
Ce soir, je suis content qu'il n'y ait pas d'autres Rémi Fraisse. :'(.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: vortex le 09 Décembre 2018 à 01:13:04
Ce soir, je suis content qu'il n'y ait pas d'autres Rémi Fraisse. :'(.

Moi aussi !

Bien qu'il y a eu la semaine dernière des blessés et même des défigurés dû au tir de flashball
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Décembre 2018 à 06:49:23
Oui, je suis d'accord Vortex, mais proche d'Albert Camus et de son "2 peuples qui se condamnent à mourir ensemble pour ne pas avoir su vivre ensemble".

Des matins, "on" se dit Hello, Coucou, Salut, Ohé,  "On" met un point, une virgule ou rien, ça dépend de l'humeur du jour, de ce qu"on a envie d'ouvrir de nous au autres, de nous à nous, les endeuillé(e)s.
C'est cette frontière du "nous à nous" qui m'incite à parler de la limite, ce matin. Perdre un enfant, un amour, c'est radical. Le membre aimé n'est plus. "On" le câlinera plus et comme dit Fed, il va falloir apprendre à la ou le faire vivre dans notre coeur. Ce que j'ai osé appeler "la mort sépare, la mort répare" est une frontière définitive, radicale et sans autre issue que le changement. "Nous", les endeuillés, ce grand "nous" dont je fais partie exclut tout compromis. Sa frontière est souffrance, larmes, déchirure, plomb fondu dans le bide et j'en passe, toutes et tous savent de quoi je parle. Un no man's land entre 2 mondes dans le même monde.

Longtemps, j'ai pensé que la psychanalyse des limites était à mettre en écho avec la limite de la psychanalyse.
Longtemps j'ai pensé que la clinique de reconstruction était à mettre en écho à la reconstruction de la clinique.

Les gilets jaunes c'est la limite du supportable et de l'admissible qui s'exprime.
4 vitrines cassées c'est quoi par rapport aux centaines d'immigré(e)s climatiques qui vont mourir noyés, rackettés, trucidés?
Quelques millions d'euros sur un compte aux îles caïman ou ailleurs c'est quoi par rapport à une planète qui meurt?
Donc, merci Mr Macron, du haut de ton premier rang de nous éclairer la limite.
Je reste au dernier rang et ça ne me rendra pas ma fille, ça c'est sans compromis.

La terre-mère, Gé est vivante, ses blessures sont multiples et le secret de la nature est patience. Mais même la patience a ses limites.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Décembre 2018 à 06:26:43
Soubis!

La quête du "pourquoi" aide à comprendre et "comprendre" peut mener au pardon.

Je suis d'ac. c'est souvent ce "pourquoi" et  "comprendre" qui m'a conduit à être à l'index, comme une sorte de  lanceur d'alerte qui défend une vérité qui dérange plutôt qu'un mensonge qui rassure, Comme je n'ai pas l'estampille "docteur", ça expose sans protection pas plus que les gilets jaunes face aux blindés, Et ça me fait bien plaisir que Fed mette en ligne ce propos du bouquin de Cristophe Fauré parce que je pense pareil. Encore une fois merci Fed, ça devient une ritournelle! ;D

Ensuite, je suis aussi d'accord avec une approche philosophique qui rappelle que chaque nouvelle avancée ne fait que révéler l'étendue de notre ignorance. et rien n'est jamais acquis, c'est bien de le rappeler aussi, Et d'ailleurs, faut que je rame, j'ai un petit retour de balancier ces temps ci. Ma fille me manque terriblement et l'image d'elle dans son cercueil souvent présente en arrière plan. J'ai tellement envie de la secouer pour qu'elle reprenne vie. et "t'inquiètes, Papa, j'suis là, flippe pas STP", qu'j'entends.

Putain, être père, c'est aussi transmettre la faille, certes, mais je m'en serai bien passé et j'ai pas eu le choix.

"Des fois, monde pourri, je te hais, je te vomis et les postillons c'est exprès!"
Tiré du Baron Noir de Got et Petillon, album 5!

Je vais quand même finir sur un truc un peu moins noir que ce Baron en citant ce bouquin de SF de je ne sais absolument plus qui : un homme parcourt l'univers en quête du sens et ne cesse de demander à toutes les entités qu'il croise : "pourquoi?". il finit par trouver Dieu et lui pose la même question et Dieu lui répond : "pourquoi pas?" ;D

Tchao!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Décembre 2018 à 19:15:00
Les moutons sont quand même une source intarissable de rigolade.
"Les moutons sont tellement cons que même leur cervelle a pas de goût". Brève de comptoir.
"que je sache, oncques ne vit-on indien s'esbaudir!" Le génie des alpages
"cactus, rocher, herbe, MOUTON! c'est là que ça cloche" Le baron noir.

Alors ce soir, à 20h, ça va moutonner ou pas? ;D

Prénom? Amin. Nom? Dada. Diplômes? Plôme.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Décembre 2018 à 06:13:09
Ouhaaa! Trop classe le premier de la classe! J'en suis tout ébobi.
Propre sur lui, franc du regard, même pas un tic, ça me donnerait presque envie de le croire franc de collier et de revoter pour lui !
C'est pas que je lui en veuille ou que je sois jaloux de sa place de premier de la classe. Non, vraiment, ça doit pas être marrant tous les jours de serrer les fesses pour marcher droit et conduire le troupeau vers les verts pâturages promis! Dommage que c'est pas Romuald ton chien de garde, ça ferait un sacré copier/coller avec F'murr et son génie des alpages.
Bon d'accord, dans le troupeau y a des moutons blancs, des noirs et même des bariolés! Et pis des endeuillée)s aussi!
Non, sérieux, c'est bien ce que t'as dit comme début, et pis on l'a compris, la justice sociale n'est pas très complaisante. Y a plein de gens qui t'aiment pas, on se demande pourquoi;
Alors, p'têt ben que le maçon qu'a plus de 50 ans que j'ai croisé il y a une semaine, souffrant d'une lombalgie, il avale pas très bien que son boulot ne soit plus pris dans la case "pénibilité" pour sa retraite? Faut le reconnaître, c'était pas sympa comme mesure pour protéger les "plus vulnérables"!!! Et en plus, il a même pas mis de gilet jaune! Juste que le dernier parpaing il l'avait dans les reins et surtout sur l'estomac!

Alors, mouton, p'têt ben, mais ni paillasson, ni hérisson, ni couillon!

Allez, courage, tu vas y arriver. Nous, les endeuillé(e)s  on sait un truc : on ment pas, ça paye pas de mentir, de se mentir et de nous mentir.

Pascal.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 11 Décembre 2018 à 09:01:22
Ce soir, je suis content qu'il n'y ait pas d'autres Rémi Fraisse. :'(.

"J’ai fait un rêve.
J’ai fait un rêve, Rémi, tu nous quittes dans un faisceau lumineux.
J’ai fait un rêve, Rémi, la renoncule à feuilles d’ophioglosse fleurit sur toutes les zones humides qui se multiplient partout en France.
J’ai fait un rêve, Rémi, l’humour et le détachement de soi sont à l’intérieur de nous tous
J’ai fait un rêve, Rémi, plus jamais la France ne se mutilera avec des grenades offensives
Que ta mémoire, Rémi, soit le gardien de l’interdiction de ces armes.
Je ne rêve plus".


de Jean-Pierre Fraisse, un papa endeuillé ...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Décembre 2018 à 09:26:39
 :-* T'es une reine Mircea!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Décembre 2018 à 06:03:06
Empêchons la folie de nourrir sa progéniture.
Comment te dire Merci sans trouer le silence
entre les bombes d'autrefois et celles à venir
je tente encore et toujours d'activer ma naissance
j'ai dompté les hauteurs
montre-moi les décollages
je veux être l'oiseau évitant les postes à péages
comment te dire Merci sans trouer le silence?
Tire le coyote.

Bonjour!

Citation Katrinap
 le serment d'hyppocrate des médecins qui parfois est mis de côté
la thérapie pour moi ne peut pas, ne doit pas être d'abord une question d'argent


"PRIMUM NON NOCERE", 1er serment d'Hippocrate.
Katrinap a raison, la thérapie ne doit pas être d'abord une question d'argent.

Et pour plagier Freud, en terme de raisonnement symbolique "capitaliser son argent revient à capitaliser ses excréments". Ah, ah, le dernier rang, ça vous parle là hein, d'autant plus qu'au lycée, gravé par je ne sais qui sur une table au fond à droite, y avait gravé : "la vie est une tranche de pain tartinée de merde dont on prend une bouchée chaque jour!" L'a du devenir thérapeute ou boulanger(e)  ç'ui là (cel'là?)!
Moi ça a été mécano, dans un premier temps. Les mains dans le cambouis, réparateur en cycles et motocycles, que ça a été après le virage (dans le sens viré!)  en terminale D! Et un jour bien après, réparateur en cycles et systémie j'ai mis sur mon échoppe!
Honnêtement j'ai gagné plus de fric mécano que systémo! Mais je m'en fous, ex-mécano j'adore encore réparer les motos, je joue du saxo, et je prends le métro.
J'sais pas si je vais mio, mieux, pardon, c'était pour la rime,

Et moi, je trouve que t'es quelqu'un de courageux, Assiniboine, et même, p'têt bin qu'y a des Indiens qu'on été  se tremper dans c'te rivière ou escalader c'sommet des Rocheuses canadiennes, le grand Assiniboine!

Comment te dire Merci sans trouer le silence?

Bizs
Pascal.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Décembre 2018 à 14:25:38
Bonjour.
Quand j'ai bossé dans les années 90 auprès des habitants des zones dites de "non droit" comme éducateur en prévention spécialisée, puis ensuite en détention, des jeunes tous mignons que nous connaissions se sont mués en allumés de la religion, malgré nos discussions. Je faisais difficilement le poids face à des recruteurs en chasse qui "texto" disait : "vous vous rendez compte, ils disent qu'on descend du singe". ça marchait à tous les coups, j'avais beau bouffer une banane en rigolant pour montrer que ce genre de propos ne me faisait ni chaud ni froid, j'étais à chaque coup perdant. Comment voulez-vous vendre à des jeunes en galère sociale limite "camora" que la case prison est la même pour tout le monde et argumenter que la religion ça peut aussi vous bouffer jusqu'au trognon?
La rage sociale peut mener aux pires conneries quand elle ne s'enracine pas sur un terrain un tant soit peu politisé, et c'était justement le problème: la nature humaine a horreur du vide et quand il y en a, elle le remplit avec des sacrées conneries. Z'avez pas encore compris ça les grandiloquent(e)es?

Les endeuillés ont encore des larmes pour Strasbourg.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Décembre 2018 à 18:13:18
Ci-joint le bilan Cheyennesque:
1 mocassin
1 godasse à 70 balles la paire
3 laisses
1 harnais.
1 louche (si si!)
1 branche de pommier
Réponse au rappel "au pied!" : ???
Réponse à la demande "à côté" :  :D
ça existe les chiennes féministes? Bah oui j'en ai une. ;D

Pascal, Du mouvement humoristique "les endeuillé(e)s".

PS : son oeil est en train de guérir partiellement, semble-t-il. Le véto ophtalmo va  :o
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Décembre 2018 à 05:54:10
Bonjour ma haine, bonjour ma colère et mon courroux, coucou!

Citation Fed
 Et tous ceux qui ont vécu ce drame sont unanimes sur un point : ils se sont recentrés sur l’essentiel. « Après un tel événement, on a soif de rapports sincères, d’échanges profonds. Il n’y a plus de place pour les futilités »,

Mille fois d'accord! Sauf pour rigoler style Desproges. Cet homme, Mr Cyclopède a même réussi à rire de son propre cancer. ça dit sa grandeur, son humanité, son humilité. Rappelez vous même l'après : "Desproges est mort, étonnant, non?"
Mouvement humoristique pour des endeuillés! Normalement c'est carrément insultant. Sauf pour les militants de la vie que Dame Faucheuse nous condamne à être.

La mort sculpte le vivant et c'est loin d'être toujours marrant quand on est sur le flanc et qu'elle vient de nous en foutre plein les dents.
;D

J'ai ri 2 jours après la mort de ma fille. Je m'en souviens. J'étais dans le jardin, je recevais texto sur texto. Il faisait beau, C'était le mois d'août. Une cousine proche qui m'avait piqué la place de "bonne fille" alors que j'étais "le mauvais fils" a mis ces 2 jours pour m'envoyer son texto. 2 jours à réfléchir quoi mettre.
Avant même de l'ouvrir ce texto, je savais mots pour mots ce qu'il y aurait d'écrit, Langage coincé, émotions verrouillées, empathie toute aussi amputée que ma propre psyché qui ne concevait pas encore ce qui arrivait. Et j'ai rigolé. C'était trop drôle d'anticiper ce trait pathologique familial qui s'exprimait plein pot. J'ai failli répondre : "ma fille est morte, étonnant, non?" A la Desproges.
Un jour il y a bien des années, un homme rencontré en détention dans le cadre de mon métier d'intervenant a passé la totalité de l'entretien à me rire au nez. Plus je m'accrochais, plus il rigolait. Je vous garantis que ce fut formateur. Le rire n'est pas toujours l' iconoclaste de notre désespérance, il peut aussi être son messager. Cet homme, je le sus plus tard par une collègue à qui j'avais passé le relais, avait été violé enfant par son père.

Un train peut en cacher un autre, dit-on en systémie.

Le rire n'est pas toujours l'iconoclaste de notre désespérance.

Bisous.

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Décembre 2018 à 06:10:16
Au fait, Fed, t'as oublié de mettre que je t'emmenais à Bruxelles! Mais c'est toi qui paye les moules/frites. ;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Décembre 2018 à 11:55:08
Y flotte, j'attends que les carottes (pour Cheyenne) soient cuites, j'ai envie et le temps de vous raconter mon plus grand exploit de thérapeute. A l'époque voilou bien 25 ans, honnêtement je me la pêtais un peu. Pas trop, mais un peu quand même. Un jour que je devais bosser en détention, je fais tout le tralala pour accéder au bloc, un peu habillé classe avec ma p'tite sacoche en cuir  genre mec qui assure bien. Mais dans le couloir central qui fait un angle droit, j'ai tourné trop court.
Moralité je me suis payé le coin du mur bien dans la tronche. Une file de détenus en sens inverse m'a vu en pleine cascade, salto arrière, lunettes pétées et de traviole. LA CLASSE! Ils étaient tous morts de rire! Eh bah, j'ai eu pas mal de demandes la semaine suivante, dont celle de l'homme qu'a rigolé comme jamais alors que je m'accrochais!  ;D
Allez, accroche toi au pinceau, mon Ami, j'enlève l'échelle.
ça tombe bien ça rime avec Bruxelles.
 :-*
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 13 Décembre 2018 à 13:06:16
Tant qu’à bouger, n’oubliez pas Liège, pour tou.te.s ceux.celles qui se sont gaufrés … à Dinant, y’a St Perpète aussi …
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Décembre 2018 à 14:13:39
 ??? En fait, ça me rappelle qu'il y a une auberge de jeunesse qui avait accueilli un groupe d'environ 30 à Ostende pour pas cher. Pas top confort mais bon, ça le faisait quand même. Ostende, ça me rappelle Bashung en plus!

nos souvenirs font des îles flottantes
à Ostende
j'ai la hantise de l'écharpe
qui s'effiloche à ton cou

a Ostende j'aime Epinal
ses odées lacrymales
à l'arrivée du ferry

Un soupçon de fadeur
un rien de tragédie
Et je pleure
Mon collyre
ma colère

Z'en pensez quoi? Moi, ça me rappelle ma fille cette histoire d'écharpe. Quand elle était en colère après moi, un jour.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 13 Décembre 2018 à 15:06:47
Tant qu’à bouger, n’oubliez pas Liège, pour tou.te.s ceux.celles qui se sont gaufrés … à Dinant, y’a St Perpète aussi …
Si ce n'est pas une faute, c'était vraisemblablement une erreur ... y'a des jours plus durs que d'autres faut croire. Aujourd'hui jour sans.

Je pense à vous

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Décembre 2018 à 16:30:26
Te soucies pas Faïk.
Bisous.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Décembre 2018 à 03:54:47
Salutou(te)s;
Aïe, aïe, Caramba, les insomnies reprennent! C'est qu'y du "move" (mu:v pour les non english spoken ;D) dans l'air!
Bon d'abord, Kine, ça  :-* c'est pour Thomas. Maintenant c'est comme tous nos enfants, là où ils/elles sont, y a plus besoin du temps et de se faire chier à arriver à l'heure au boulot/métro/dodo. L'éternité c'est un peu long vers la fin, notons bien, ça m'étonnerait qu'il/elles n'utilisent pas ce temps infini pour soutenir la vie de ce qu'il/elles ont été ici. Moi, c'est comme ça que je le crois. S'ils ont été "partants prématurément" nous, on est "restants", et pareil j'ai pas l'intention de croiser les bras en attendant d'être aussi un partant définitivement.
Alors, oui, vers chez les miens y a du move. 2 ans  et 5 mois sont passés depuis la mort de ma fille et je commence à avoir quelques cartes en main pour organiser un lien plus solide que virtuel avec les jeunes du bidonville où elle est morte. C'est un début, je vais voir où ça mène. Je serai pas en solo sur le coup, et ce timing va se construire pas à pas en passant par du soutien associatif sur place et ici, de tou(te)s celles et ceux qui ont connu ma fille.
C'est ce move qui me tient devant l'écran à vous "parler" de ça, certainement, car la confiance est de règle pour savoir que ce qu'il y a "hors nous" a son propre timing et agit quelque part dont on sait pas grand chose d'autres que comme Cheyenne ça marche pas du genre : "au pied!" ???, mais du genre :  "STP à côté?" :D.

En tout cas, c'est en route et c'est comme une putain d'épine que ça m'enlève du bide que de commencer à me dire : "ça y est mon pote, tu es à une nouvelle étape de ton deuil. Et au passage, gardes bien tes chevilles à leur place, c'est comme ça qu'on t'aime et c'est comme ça que tu resteras!" ;D.

Le temps au temps, pour moi aussi comme pour Misstinguette.

Bizs mille à vous.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Décembre 2018 à 07:20:32
Pfouh, p'tit entracte de sommeil quand même! Yes. :P

Et je découvre que cet homme criminel, meurtrier et traqué a été abattu avec des badauds qui ont crié "bravo".
D'accord, il n'y avait pas le choix, je n'ai rien à y redire même si le terme "traqué" me heurte et que j'aurai préféré "activement recherché". Et crier "Bravo" est alimenter le camp de la haine plus que celui de la justice à mon avis, même si c'est un soulagement pour autrui qu'un tueur en furie soit occis. ça rendra pas les victimes, et les endeuillés n'aiment pas trop leur rangs grossir de victimes innocentes qu'allaient faire des emplettes pour Noël. De même une glorification du martyr n'est guère de mes goûts et convictions, et j'ai surtout envie de me demander pourquoi on en arrive là, parce que ce jeune homme, c'est bien en France qu'il a grandi, dans notre patrie. Et je maintiens mon avis de systémicien, le symptôme qui s'alourdit n'est que le reflet d'un système dysfonctionnel qui patauge dans sa propre semoule.
Comme un jour en détention un homme qui en avait tué  un autre au cours d'une bagarre m'a dit : ça a fait 2 victimes, lui et moi.
L'humanité n'est pas gagnante, ni pour les uns ni pour les autres, à mon humble avis, et je ne suis pas du genre à tendre l'autre joue quand on m'a foutu une baffe. ça m'est authentiquement arrivé d'en coller une à un mec qui m'avait fait chié.
Mais je reste clairement dans le camp de ce mot, baffe, avec 2 ff plutôt que 2 ll, tant que c'est possible, bien entendu, car malheureusement quand c'est trop tordu, bah c'est foutu.  :'(

Pensées à tous ces malheureux.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: katrinap le 14 Décembre 2018 à 09:42:09
pascal

très heureuse de lire vos mots
quand pasqua il  y a plusieurs années a dit triomphant à la télé suite à la mort d'un tireur qui avait pris en otage à neuilly sur seine une école maternelle, je cite dans le texte " le forcené est mort tout va bien", et c'est un homme politique qui devrait avoir une certaine forme d'exemplarité qui tient des propos qui sont aussi violents que ceux qu'on décrie chez les extrêmistes? Que devient on pour se réjouir de la mort même d'un terroriste, il est aussi le fils d'un pèreet d'une mère
quand mesrine a été abattu froidement je dirai assassiné par les policiers qui ont aussi blessé grièvement et rendu handicapée sa compagne, mon père s'était insurgé, et j'étais d'accord avec son discours, nous descendons d'une longue lignée de magistrats qui eux ne comprenaient pas notre discours
j'ai été bercée par les propos humanistes de mon papa et c'est le plus bel héritage qu'il m'ait laissé
de quelle société parlons nous quand nous voyons que les policiers mettent des enfants à genoux les mains sur la tête? et qu'ils ne seront pas punis? il y a beaucoup à faire sur l'intégration d'autres cultures, d'abord de l'accompagnement avant la stigmatisation
katrin
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Décembre 2018 à 10:30:20
D'ac avec toi Katrin. c'est déjà pas de la tarte d'être policiers, le politique devrait les aider à tenir haute la dignité plutôt que de l'enfoncer. D'autant plus qu'ils risquent leur peau aussi! Bon, ça fait pas non plus d'eux des anges, si j'ai souvenir de celui qui m'a enfoncé sa matraque dans le derche quand je m'étais fait gauler en manif, il y a 40 ans, après un coup de manche de pioche sur le crâne!
Une fois, une jeune nana de cité vraiment chouette est devenue flic et s'est reçue un pavé dès le lendemain, nul n'est gagnant sur ce coup là par ex!
Bon je vais être un peu en retrait car potos à la baraque!

Ni juge ni soumise!

Bizs katrin, tchao!
pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Décembre 2018 à 15:13:19
Kine c'est un sacré débat que tu ouvres, mine de rien!
juste quelques éléments qui me traversent, là, un peu en vrac, entre l'apéro du midi et celui du soir :
Rien ne fut plus violent dans ma vie que la mort de ma fille. je ne peux qu'acter, mais c'est ce qui me pousse à encore et toujours plus d'humanité.
Des bris de glace en allant aux folies meurtrières, il n'y a pas à négliger que la violence peut aussi prendre des formes plus souterraines et non moins destructrices : par ex, Michel Pinçon et Monique Charlot Pinçon, super sociologues, admirables de ténacité et de pugnacité, ont écrit pas mal de bouquins sur le sujet dont "la violence des riches"! Alors des fois un peu ras le bol de faire porter ce seul chapeau aux classes sociales en révolte!

Même les moutons
en révolte finiront
à force d'être pris pour des couillons!

Un système social qui condamne des êtres à la violence mérite d'être sérieusement interrogé dans son essence et personnellement cela ne me suffit pas de jeter l'anathème sans autres formulations, interrogations ou questions.
Oui, ce sont bien mes positions sans pour autant appeler à la révolution. Et cramer 3 pneus n'a rien à voir avec brûler des vie, comme ça, d'un claquement de fusil aussi ignorant qu'un claquement de doigt du nanti méprisant  la pauvreté des gens.
Soubis.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 14 Décembre 2018 à 19:01:53

La violence des riches

https://www.youtube.com/watch?v=Ys3cjJlTcDE

Voici un couple de sociologues qui cogne dur et parle clair. Entretien avec Monique et Michel Pinçon-Charlot, autour de leur livre «La violence des riches - Chronique d'une immense casse sociale» (Editions Zones - La Découverte 2013).
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 14 Décembre 2018 à 22:04:45
Merci pour vos échanges (riches pour moi) !

j'ai surtout envie de me demander pourquoi on en arrive là, parce que ce jeune homme, c'est bien en France qu'il a grandi, dans notre patrie. Et je maintiens mon avis de systémicien, le symptôme qui s'alourdit n'est que le reflet d'un système dysfonctionnel qui patauge dans sa propre semoule. [...]
L'humanité n'est pas gagnante, ni pour les uns ni pour les autres

"Que devient on pour se réjouir de la mort même d'un terroriste, il est aussi le fils d'un père et d'une mère" (de Katrinap)


Je trouve bien "légitime"  que des victimes aient la rage après l'agresseur, le meurtrier ...
Mais j'ai aussi découvert "la justice restauratrice" (ou réparatrice) qui peut "aider" un peu certaines victimes et certains agresseurs :

https://blogs.mediapart.fr/observatoire-international-des-prisons-section-francaise/blog/030217/mettre-des-mots-sur-une-souffrance-0

 et cet extrait

En 2005, Brigitte Sifaoui publie L’homme qui a tué mon frère, un récit qui évoque sa rencontre avec l’auteur du crime. « J’ai la conviction que ce n’est pas en faisant souffrir quelqu’un qu’il va avoir des prises de conscience et se grandir. Je crois que la demande de vengeance à l’égard d’un criminel provient davantage de personnes qui n’ont pas vécu le drame directement »*. Pour elle, « le fait de rencontrer l’auteur du crime peut aider à intégrer le réel ». Elle avait décidé de ne rencontrer le meurtrier de son frère qu’une seule fois. « Il ne s’agissait pas de créer un lien, mais de m’en libérer, car il avait été omniprésent dans mon esprit. Et effectivement, cette rencontre m’a énormément servi dans ma vie personnelle : beaucoup de choses se sont alors débloquées ».


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Décembre 2018 à 06:28:50
Ohé du bateau des insomniaques! ;D

Ouais, bah ça fait plaisir de pas se sentir seul à penser tout ça. YES! ;D

Curieusement tous ces points de vue qui ont quelque peu émergé après Charlie et le Bataclan (pardonnez si ce n'est pas tout à fait exact, exact au niveau chronologie) ont été de plus en plus éludés sous couvert d'un "c'est quand même pas nous les responsables d'être victimes de ces atrocités!" Jusqu'à disparaître complètement.
C'est juste que ça nous foutait dans une position d'autant plus complexe que le principe de "désignation négative" est une bonne ficelle et qu'elle marche bien. C'est l'autre qui est fou et on y est pour rien. Comme dit Katrin de Pasqua : "le forcené est mort tout va bien". D'ailleurs pas pour rien que dans certains départements français, la systémie a été retirée des listes de programme de formation car "trop bousculante"! Authentique!
Penser ça fait bobo, penser ça bouscule des principes établis, penser ça bouscule ce qui "doit être vrai pour les abuseurs et abuseuses de tous poils". D'autant plus qu'une grande partie des modes de régulation sociales, syndicats et autres ne sont plus là que pour négocier autre chose que le poids des chaînes et surtout pas réfléchir au principe d'esclavage. MERCI en cela à tous les gilets jaunes d'avoir relégué toute cette quincaillerie à l'arrière garde, ça donne une bouffée d'air. :P!

Je reprends un autre fil souligné par un pote hier soir : "je mettrai résilience et silence sur ma stèle". ben , non, ça sera pas moi, vu que je serai mort! ;D ;D. J'y avais pas pensé, merde alors!

bisous tout plein

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 15 Décembre 2018 à 13:27:23

   Salut Pascal,

   Je me permets ce petit mot:
   le plus chouette à découvrir, dans "gilet jaunes", c'est
   l'horizontalité du mouvement,
   à ne surtout pas perdre.
   Jamais, de jamais, de jamais.
   Horizontalité: horizon magnifique.
   Vraiment.
   Pourvu que ça dure, pourvu que ça prenne comme des graines semées dans un bon terreau.
   S'il y a des mauvaises plantes, au moins, comme ça, elles seront guère plus hautes que les autres.
   Franginement, M.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Décembre 2018 à 06:21:12
Hello et ohé du même bateau, juste un peu "beurk" de ce liquide étonnant qui une fois ingurgité vous file la GDB le lendemain et mal au abdos de s'être ;D à plusieurs. Ce qui fut le cas vu qu'on était toutes et tous du genre dernière rangée.
Même Cheyenne a écouté, sauf que pour se marrer quand on a des crocs, c'est pas facile facile, on ressemble un peu à Dracula, les cernes en moins. et de plus, promis juré, quand elle sort au soleil, eh bien, ça lui fait rien d'autre que du bien.
Donc le "zigomatique collectif" fonctionna à merveille, surtout quand on a appris que à 200 euros au-dessus du SMIC, on était considéré comme faisant partie de la petite bourgeoisie. ça nous a fait plaisir un max de le savoir. Donc, rassurons-nous, avec 100 balles de plus sur la prime d'activité, l'homogénéité des classes sociales est en bonne voie, entre des millions de prime de stocks option et 100 balles de plus par mois, la fracture sociale est résorbée. Que nous sommes donc heureux de ce monde égalitaire, solidaire et de probité exemplaire, Car divisé par 2, avec ses 100 euros de plus, le nouveau smicard est un "petit petit bourgeois". ça va enthousiasmer les gilets jaunes qui résistent à donf,  j'en suis certain, ce genre de discours passé hier soir sur BFM TV. Cela dit, je comprends : le "petit petit bourgeois" il/elle marche à pied. Les "pas petit bourgeois", ils/elles peuvent s'acheter un plus gros bateau, une plus grosse bagnole et laisser l'un au port et l'autre au garage.Tout ça, indéniablement c'est bon pour la transition écologique. COOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL. J'en trépigne de joie. ;D

Eho! Bonne journée à vous tou(te)s!

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 16 Décembre 2018 à 07:59:27
GDB et abdos tétanisés : écouter BFMTV, c'est se faire du mal ou faire du mal aux autres : Bouillie Franchouillarde
 (pré) Mâchée TéléVisuelle. Ou rabâchée. ;D
Y'a la presse écrite heureusement....


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Décembre 2018 à 07:10:52
Saluto!

Eh eh, Fed me fait marrer dès le matin. Marrer et pleurer en même temps, vu qu'il poste un truc sur Paris pollué, Paris lacrymogé, Paris amoché, mais Paris libéré! OUPS, j'a dérapé dans l'histoire Gaulliste! ;D

Donc, si je comprends tout bien, nous vivons l'air de la transition lacrymogique, premier pas vers la transition écologique.

Trop cool, Hier moins de coins chaud, moins de coins où ça craint, mais pour autant la France fait pas coin-coin!

Du coup je me sens solidaire des cols verts. comme les gilets jaunes, c'est bientôt les fêtes et ils vont se prendre un max de plomb dans le fion, si ils font les cons; planquez vous pour l'instant, demain sera demain,

Et comme dit le fameux proverbe " Sécheresse en septembre, Noel en décembre", le temps est à l'humourothérapie, gratoche et même parfois mieux que d'aller au cinoche.
Notez bien qu'au cinoche j'y vais plus, car comme c'est écrit sur les portes dans les magasins, "nos amis les chiens ne sont pas admis". Cheyenne est sympa mais refuse de se faire passer pour humaine, d'autant plus que les godasses elle préfère les bouffer que de les porter.
Alors, c'est le moment des emplettes pour celles et ceux de la petite bourgeoisie, merci de la prime antidéprime, ça paiera un verre de vin chaud! ;D

N'empêche qu'hier, c'est 2 super petits tapis marocains que nous avons achetés, à un jeune marocain adorable et tout reconnaissant que nous nous intéressions au processus de fabrication artisanale qui fait vivre un village en vrai essai de transition sociale............au Maroc! ça, c'est du lien et ça fait du bien de se serrer la main plutôt que de se la faire exploser! Merci Mr le Maire, je salue votre initiative, le commerce peut être autre chose qu'un truc pourri.

Bizs tout plein.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Décembre 2018 à 12:55:37
Ouais, la théorie des 3 passoires de Socrate, ça me parle bien ce truc! ;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Décembre 2018 à 07:11:34
 ;D ;D Rebonjour!

L'avantage avec tous ces intelligents, c'est qu'on a pas le temps de s'emmerder! Y en a toujours un ou une qui lâche le morceau. Le cap était au profil bas bas bas, la France sens dessus dessous, le trouillomêtre à zéro, les fesses serrées, juste de faire passer la cuillère d'huile de foie de morue si bonne pour la santé et si dégeulasse à avaler : un maximum d'humilité, si on vous la sert c'est pour votre bien soyez en certains!
L'ennui, c'est que y en a toujours un ou une qui peut pas se retenir d'aller déflorer le paquet au pied du sapin de Noël!
"on est trop intelligents, trop subtils!". çui-là, il va se faire ramoner les bronches par l'élite qui n'avait que comme crédo que ça se voit pas qu'ils et elles pensent comme ça : mieux que les autres!!!!!
Cool!!! J'adore qu'on pense pour moi. ça me donne un sentiment de réel sécurité, surtout quand je sens que c'est pour me piquer le trognon de pomme qui me restait pour mon dessert.
Bon, allez, soyons larges, y reste les pépins! ça se plante les pépins! ça germe sur les ronds points, tranquilles, des fois un peu énervés, certes, mais ça pousse, ça pousse!
Face au président des riches, y a des pauvres qui demandent d'avoir un RIC, histoire que les RIChesses servent un peu plus à la planète démocratie/solidarité/égalité,/fraternité! Finalement ça doit être ça la république en marche!

Vraiment merci d'être trop intelligents, trop subtils, sérieux, chapeau, fallait y penser!
Vraiment, des fois, le premier rang est étonnant, presque créatifs et original!
mais comme sur nos fameux bulletins du dernier rang : "peux mieux faire, y a écrit!"

Allez, sans rancunes aucunes! ;D je retourne pleurer et serrer les dents sur le décès de mon enfant.

Bisous les intelligents. :-*

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Décembre 2018 à 05:21:02
Hello!

Grain de sable dans des rouages en mouvement, la résistance est un combat quasi permanent. Je crois que j'ai besoin de me :-X un peu et laisser place à vous, chèr(e)s endeuillé(e)s. Dans nos malheurs, vous connaître est un honneur.
Fed est en route pour les Seychelles. Mes souhaits et mon amitié accompagnent ses caps à passer, nos échanges me manquent, nous nous sommes appris à travers eux. Javotte et Raphael se sont appris à travers nous.
Printemps, été, automne, hivers.......et printemps. merci Kim Ki Duk de me permettre cette dernière métaphore avant de venir vous revoir.

Mille milliers de  :-* à vous.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Décembre 2018 à 06:33:18
Chalut!
ça me file le moral d'avoir un clin d'oeil de mon potos Fed. On est vulnérables, nous les endeuillés, On a morflé. on a le niveau sensibilité élevé avec une jauge sur le côté comme ascenseur à notre humeur. La douleur nous a endurci mais elle nous a aussi affaibli, Pour croire à un monde meilleur ça ne peut que passer que par le portillon altérité ce qui n'est pas toujours facile à équilibrer avec liberté, individuité et authenticité.
Bon, Cheyenne fait des progrès chaque jour. J'ai croisé plein de gens qui la connaissait d'avant et sont ébahis de la voir aussi resplendissante! Je suis super fier d'elle et comme nous, elle a la sensibilité ultra développée et la seule personne dont elle se méfie, c'est Ma Mère!!!! ;D
Pourtant honnêtement, ma mère va mieux aussi, non qu'elle soit guérie, mais au moins capable de faire "amende honorable" quand elle fait/dit une connerie! Elle m'a même demandé ce qui se passait après la mort : comme si je le savais! ;D Je lui ai proposé la théorie d'Albert sans même ajouté mon propre avis!
Allez, assez raconter de ma vie.
Soubis, à pluche!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Décembre 2018 à 14:00:54
En fait de la mort, la seule chose que je sais, c'est l'après mort de ma fille. et ça, ma mère, elle zappe. Non qu'elle en refuse la réalité, non, ce qu'elle refuse c'est que je puisse en souffrir. C'est assez curieux comme phénomène.
il y a pas longtemps, j'ai vu passer sur un fil un propos de Nietzsche.
Friedrish a sorti, "ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort" qu'il a dit". Eh bah, c'est un peu ça son truc. Quand on prend un méga coup dans la tronche, faut se relever, point barre. Et ce qui est curieux c'est que ce qui reste en moi du pioupiou loyal que je fus, il lui en veut même pas de pas coller du tout du tout avec l'image d'épinal maternelle style protectrice, tendre, douce et tout ce tralala. c'est plutôt une image d'épinoche qu'on s'est tapé depuis l'enfance, en fait! Mais bon, ça nous a pas tué, c'est juste, mais il a fallu le permuter. Je vois déjà les lacanien(ne)s se marrer car père muter pour mère mater c'est assez rigolo, j'admets. Sérieux, ce qu'est gagné c'est qu'elle va un peu moins pire et ça c'est good pour tous y compris elle. Et quoiqu'il en soit ça me rendra pas ma fille.
C'étaient les réflexions du dernier rang!  ;D
Je garde :
père muter pour mère mater
Tchao.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Décembre 2018 à 06:38:52
Salam!

Hier à 28 mns (qui en vrai en font 55), un astrophysicien visiblement humble, génial et humain (et clarinettiste, YES  ;D!) a évoqué les possibilités scientifiques débattues au sujet d'autres univers. ça me conforte dans ce que je pense. Je suis dans cette mouvance. J'en suis, oui, non astrophysicien, certes, mais j'en suis quand même. L'image de réalités superposées s'est bien emboitée avec ce que je ressens de la mort de mon enfant.
Je suis tout à fait conscient que transférer, sublimer dans un créer/trouver participe d'un mode de défense et d'apprivoisement d'une douleur béante ouverte par le désenfantement. Bien évidemment, avant, c'était dans le seul imaginaire et dans le souvenir de lire de la SF genre P K Dick, Spinrad, Climak, Sturgeon etc. que ça restait. Plus maintenant.
La mort ouvre à elle seule d'autres espaces en nous en nous condamnant à pousser des portillons douloureux  en quête de ce que nos enfants sont maintenant devenus. Il/elles sont dans des ailleurs si je suis le fil d'Ariane d'Albert Einsten. Et de leur égo nous reste le souvenir ancré et partagé en nous dont personne n'a la totalité, et encore moins l'exclusivité. J'ai assez "maladroitement" appelé ça un "moi collectif". Et la multitude de signes hors de notre portée comme ce si métaphorique "vol de papillon" ne peut que nous amener à penser des ailleurs qui rejoignent cette hypothèse d'autres espaces temps, d'autres univers existants sur d'autres plans de réalité que la notre propre. Seulement "ça communique pas" directement pour une simple raison logique ; la mort on n'en revient pas. Et si on communique avec un mort c'est qu'on est mort. Alors j'invente ce terme que je propose à votre réflexion : la mortémaphore.
Le vol du papillon, la souris morte, l'anguille du marécage pour moi, comme le propos de Lacan sur l'inconscient, se structurent comme un langage. Et nous les endeuillé(e)s, on apprend à parler le mortémaphore.

A suivre.

Bizs.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Décembre 2018 à 08:43:02
A la réflexion, le terme qui me convient mieux c'est:

La métamorphore

Ouais, ça résonne avec métamorphose, avec la racine grecque de metapherein, (transporter) et ça relie bien dans du méta comme la métacommunication est la communication sur la communication comme trouvée par Bateson je crois.

être désenfanté introduit la métamorphore, porte/douleur ouverte sur des ailleurs qu'on ignore tout autant que l'après
de la mort.

Bon molo pour ce matin, j'ai le carafon qui chauffe ;D

Bizs à vous.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 21 Décembre 2018 à 15:03:22

  Le carafon qui métamorfond ?  :D :'( :-*
  La Nature crée, procrée et profondcrée, alors la mort n'arrête que nos certitudes et stupéfie nos sens limités, pas notre histoire d'amour ...
  Libre nous, M.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Décembre 2018 à 17:52:54
Un doublon!!!! poésie et rigolothérapie. Souci! YES! Même si je sais pertinemment que c'est à force de scier que Léonard de Vinci, le carafon qui  se métamorfond alors là c'est chapeau bas!
Même la vache de Spinoza elle se marre, c'est dire que quand on va de mal en pis, le seul vaccin qui marche c'est une dose de rigolothérapoésie.  :-*
Mille mercis Souci!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Décembre 2018 à 18:01:50
Le chant des endeuillé(e)s

ni paillasson ni hérisson, ni couillon
et encore moins pigeon!
j'ai le carafon qui se métamorfond
c'est pas du bidon. ;D
a vous l'antenne!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Décembre 2018 à 17:32:04
pour les garçons,
quand y a l'humeur de plomb
y a de la mitraille dans le tromblon
pour les nénettes
quand elles sont grave tristounettes
y a de la dum-dum dans l'escopette
;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Décembre 2018 à 06:51:53
Dans un univers en expansion, vie dans la vie,
Qui de temps et d'énergie se nourrit
envers nos douleurs et nos pleurs
il nous aide quand on se meurt.
Jouant du hasard et du destin,
de ce qui en nous d'humain s'éteint
la flamme que certains appelle âme
définit sa force, le chant des pulsars est sa trame.
Face à nos drames nous avons nos larmes
mais honorer la vie reste notre arme,
a tous deux, des fois chanceux et heureux
et des fois malheureux ou coléreux.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Décembre 2018 à 07:26:14
Hello!

Une pensée me vient en lisant d'autres fils : notre premier soignant c'est nous-mêmes.
Aucun(e) psy ne peut changer ce fait, quelle que soit sa pratique clinique. Elles ou ils ne  peuvent que nous aider "à arpenter" nos souffrances pour qu'elles fassent sens. Faut-il encore que ces souffrances restent supportables et il n'est pas question de cracher dans la soupe moléculaire quant elle est indiquée, au risque de jeter le bébé avec l'eau du bain comme on dit. Désolé, mais j'ai une position tranchée sur ce sujet même si elle risque de déplaire.
Thérapies cognito, hypno, familiales, analytiques et j'en passe restent des outils parfois adaptés, parfois pas, parfois bien pratiquées, des fois pas, mais en aucun cas des formules magiques qui sortiraient de leur chapeau une panacée universelle!
Je maintiens mon cap : la beauté de la diversité l'emporte sur la complexité de la vie, et j'ajoute l'utilité à la diversité!

Excusez ce petit coup de calgon systémique d'un clinicien à la retraite!
Bizs
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 23 Décembre 2018 à 07:45:33

      Pensez pas que l'on soit bêtement
 Terre-à-terre
       Quand parfois choque le tintement
De nos verres
       Une pensée va vers nos Enfants
Terre-à-ciel
       Et le vin claque à ses accents
D'autres veilles
       Alcool-test fais gaffe au verglas
Arc-en-ciel
       Renversé quand t'entends le glas
Qui rappelle
      Clocher t'es bien là quand ça cloche
Éternel
      Pour nous sonner la vie c'est moche
Ritournelle
      Pour la chanson ça va aller
Bien lancé
      Un, deux, trois, pas d'problème c'est lié
Tête-à-pieds
                                         

    Un couplet pour le ptit déj ... ?
    Bon manchedi, M.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Décembre 2018 à 10:05:05
 :-* :-* :-* :-* :-* :-*
J'ai raison d'y croire à la force collective!!!! C'est superbe.

Et pour ce que j'a écrit plus haut, je me disais en courant z'avec Cheyenne, que mes p'tites années de clinique sont à peine un pet de pet de mouche à côté du temps universel et que y a bien des fois où la perspicacité, la justesse des propos de Faik, de Mircéa, de Souci, de Quigan, de Nora, de Bmylove, de Bibou, de Katrin de Fed-ito , Mike et Assidiboine (pardonnez si j'oublie des personnes) est bien cette force collective qui marche aussi pour aider nous mêmes qu'autrui! Celle là j'y crois à donf!

Au fait, une news de Raymond Devos qui me revient et c'est pas rien :

Un mouton à 5 pattes s'étant accidentellement cassé une patte a pu enfin remarcher normalement

c'était pour tester le mouvement! ;D
Soubis!
Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Décembre 2018 à 06:37:10
L'équation du noël de divorcé/désenfanté.


Acte I scène I

le décors:
Padre divorcé +familles recomposées = noëls décalés  .

Les acteurs:
Le sapin méchamment enguirlandé avec les boules, les loupiotes qui clignotent = les cadeaux même pas là.

le repas:
Queudale dans le frigo= une binouse avec un reste de jambon racorni que t'arrive même pas à mettre dans le pain tellement il est rassi.

le joyeux noel:
Le portable sonne = "coucou Papa, joyeux noel", hop ça coupe, pas le temps c'est le moment de la dinde. Tant mieux t'es devenu végétarien sauf pour le jambon.

L'humeur:
Génial, c'est la fête = je m'éclate grave devant la glace, mais en fait c'est un bouton que t'as éclaté car t'as trop bouffé de chocolat hier.

La veillée:
t'allume ton ordi et regarde tes comptes= cool il te reste juste assez pour partir mettre tes skis et faire un tour dans la ville. Dommage y a pas de neige en banlieue, t'as qua prendre un skate ou des patins à roulettes, t'auras l'air un peu moins con sur le trottoir qu'avec tes skis sans neige.

le final:
Merde, la police municipale t'a ramassé parce qu'en plus t'étais bourré.

au total:

Je m'en fous parce que ma fille, là où elle est, je l'ai bien fait marrer et ça c'est top!  ;D :-* :'( Et vous aussi j'espère bien.

Pascal.
 

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Décembre 2018 à 12:21:05
:o
:-* ;D :D
;) ??? 8) :P
:P ::) ??? ;D ;) :'(
8) :( >:( :) ::) 8) :'( :P
:o ;D :-[ :-* :-\ ;) :) :-* :-X 8) >:( :-\ :-*
:) ;) :D ;D >:( :( :o 8) ??? ::) :P :-[ :-X :-\ :-* :'(

Le sapin des endeuillés. Mille bisous aux si tristes d'aujourd'hui.
Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 25 Décembre 2018 à 13:04:55

    Mon cher Pascal,
    je t'offre l'étoile du plus joli sapin de No^¨el de tout le cyber espace !
    Purée chou mimi pouêt-pouêt,ton sapin !  8) :D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 25 Décembre 2018 à 13:45:17

(boudiou : exclamation provençale et occitane pour "bon dieu"...
Interjection familière qui correspond à un juron. On peut s'exclamer en utilisant le terme " boudiou " pour montrer sa surprise, sa fureur ou encore son émerveillement.)

Boudiou ! Pascal-ito

Franchement, il est too much ton sapin des endeuillés ! sans déconner !
C'est une chance pour toutes celles et tous ceux qui sommes de la dernière rangée de t'avoir parmi nous !
J'adore toutes ces "boules d'Emotifs" (émojis)... les couleurs contrastées et variées du grand paradoxe des endeuillés ! émotions et sentiments se succédant et se "métamorfondant" en fonction du jour et de la nuit ou des saisons de l'année !
Bravo... Félicitations !
Suis vachement fier... t'es mon pote !

Aujourd'hui, j't'embrasse  :-*

Fed-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Décembre 2018 à 07:15:01
Hello !

Ouf, ça y est Noêl est passé, un cap Horn de franchi. Petite ligne droite avec le nouvel an et je ne cache pas avoir envie d'être à 2019 que je suis sûr que les endeuillé(e)s que nous sommes vont trouver un moyen de se rencontrer en toute liberté, en toute responsabilité de ce qu'elles et ils sont : des personnes d'un autrement qui se construit dans le respect d'autrui.
A Fed-ito, à Souci et tous les autres autruis, aussi que j'dis comme notre ami "Tire le Coyote":

Empêchons la folie de nourrir sa progéniture!


Bisous de Pascal-ito!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Décembre 2018 à 07:23:40
Hello!

Eh, ce matin, c'est sur ma progéniture que je me prends le chou parce qu'avec mon fils cadet c'est pas de la tarte!
Silence, ignorance, ambivalence, certainement qu'il me demande par ses actes de ne plus le considérer comme un enfant mais comme un adulte responsable de ses actes! Ce qui n'est pas fastoche fastoche quand "on" a perdu un enfant et ce que l'on en sait de ce que ça fait!  Alors, on sert les fesses de payer "ad libitum" un divorce en monnaie courante pour pas mal de Papas que je connais autour de moi qui sont bonant/malant ldans le même cas!
Maman, c'est sacré et Papa t'es là pour casquer!
Yes, coool! Serre tes dents biquet!
tchao, j'ai un peu la rabia ce morning!
Bisous!
Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Décembre 2018 à 14:59:36
Hello!
A l'évidence, le décès d'un enfant bouleverse les équilibres familiaux. Des parents séparés ne peuvent non plus, dans la plus grande majorité, se témoigner soutien aide et assistance comme peuvent déjà si difficilement le faire des parents encore unis. Désunis, l'une des défenses possible contre l'immense douleur du désenfantement est de s'indifférer, en quelque sorte. Comme rien n'est possible pour se saisir ensemble de cette douleur, chacun fait sa "tambouille" de son côté.
Mais pour les enfants vivants qui doivent se coltiner ce double voir triple trauma, qu'en est-il?  Un rien n'est certainement pas supportable puisqu'il faut être issu de quelque chose et non pas de rien. Alors au rien, un enfant peut substituer de la colère, de la rage, de la haine même, c'est toujours mieux que du rien. des parents qui s'en veulent "à mort" est peut être le seul moyen d'exhorter cette insondable douleur que laisse la mort d'un frère, d'une soeur.
D'autant plus qu'il y a terrain facile à planter puisque comme dit Shakespeare, je crois, "rien n'est pire que l'enfer si ce n'est la vengeance d'une femme". sous l'égide des Erinyies, en tout cas, la vengeance au féminin n(est certes pas facile à désamorcer, pas plus pour Madame que Monsieur. C'est pas pour rien que les 3 nénettes ont été assimilées aux furies par les romains. Un vrai bout de scotch style Tintin.
C'est dur, très dur à vivre tout ça, je le garantis; et je n'ai pas la clef magique pour faire mieux que ce que je fais. Tout avis constructif est bienvenu, bien sûr.
Chaud, très chaud!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 27 Décembre 2018 à 20:22:29
Hello!
A l'évidence, le décès d'un enfant bouleverse les équilibres familiaux. Des parents séparés ne peuvent non plus, dans la plus grande majorité, se témoigner soutien aide et assistance comme peuvent déjà si difficilement le faire des parents encore unis. Désunis, l'une des défenses possible contre l'immense douleur du désenfantement est de s'indifférer, en quelque sorte. Comme rien n'est possible pour se saisir ensemble de cette douleur, chacun fait sa "tambouille" de son côté.
Mais pour les enfants vivants qui doivent se coltiner ce double voir triple trauma, qu'en est-il?  Un rien n'est certainement pas supportable puisqu'il faut être issu de quelque chose et non pas de rien. Alors au rien, un enfant peut substituer de la colère, de la rage, de la haine même, c'est toujours mieux que du rien. des parents qui s'en veulent "à mort" est peut être le seul moyen d'exhorter cette insondable douleur que laisse la mort d'un frère, d'une soeur.
D'autant plus qu'il y a terrain facile à planter puisque comme dit Shakespeare, je crois, "rien n'est pire que l'enfer si ce n'est la vengeance d'une femme". sous l'égide des Erinyies, en tout cas, la vengeance au féminin n(est certes pas facile à désamorcer, pas plus pour Madame que Monsieur. C'est pas pour rien que les 3 nénettes ont été assimilées aux furies par les romains. Un vrai bout de scotch style Tintin.
C'est dur, très dur à vivre tout ça, je le garantis; et je n'ai pas la clef magique pour faire mieux que ce que je fais. Tout avis constructif est bienvenu, bien sûr.
Chaud, très chaud!

Pascal.


Cher Pascal,

Chaud, très chaud !
De toute évidence, je suis... tu es... nous sommes "bien mal" placés pour subir tous ses "déséquilibres familiaux" après le décès d'un Enfant !
C'est sûr que depuis ma séparation (2 ans et demi !) d'avec la Maman de Raphaël, nous ne nous témoignons plus aucun soutien moral, aide financière ou assistance "technique" !
ELLE se démerde et ... moi aussi ! c'est comme "ça" !
ELLE a choisi... elle a décidé... elle est libre (et moi aussi!)
Elle est partie, elle m'a quitté...
J'ASSUME ET JE VIS MA VIE !
Je ne parlerai pas d'indifférence mais plutôt d'acceptation et de RESPECT de nos différences ...
Maintenant  ELLE se fait sa "tambouille" et moi ma "ratatouille" !!! hihihihi et En Avant Guingamp !

Le Grand Challenge se trouve dans la "nouvelle union"  qu'on est capable de tisser avec le ou les Enfants vivants !
J'ai de bonnes relations avec mon fils cadet (22 ans !) ...
Le problème est que son frère est mort par suicide et... "depuis"... toutes mes certitudes ont volées en éclats et moi-même j' ai explosé corps et âme !
Je n'ai plus aucune crédibilité et j'ai perdu toute légitimité par rapport à mon plus jeune fils !
Après on peut vivre comme ça... nous échangeons, nous partageons, nous rigolons ... ça se passe bien MAIS j'ai le sentiment de ne plus exister en tant que père ! c'est difficile à expliquer et peut être à comprendre ! c'est ainsi !
Mon fils va à son rythme, je le soutiens moralement, je l'aide financièrement, il bénéficie d'une assistance technique et je suis très présent pour lui... MAIS... je suis ailleurs , je me sens ailleurs !

Moi non plus, mon cher Pascal, je n'ai pas la clef magique pour faire mieux que ce que je fais .
J'espère que cet humble avis te sera constructif... mon Ami !

Solidairement.

Federico


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Décembre 2018 à 08:30:43
Merci Fed, bien sûr que c'est constructif, utile le partage de ces cactus!
Et comme je te l'ai dit en Mp, c'est de la fierté de t'avoir comme ami que j'ai, ni plus ni moins.
comme je t'ai écrit aussi, c'est comme pris dans un piège que je me sens : se couper la patte revient à couper lien et c'est insupportable. Se débattre ne fait qu'alimenter la douleur.
Désamorcer le piège c'est aussi trouver les mots pour en parler.
Alors plein de bisous à toi mon Ami.
Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Décembre 2018 à 18:39:53
Le bonsoir.

Une phrase m'est revenue en tête : "le pervers ligote le névrosé et fait sa petite affaire". Je trouve que ça résume partie du problème, même si ça ne soulage pas vraiment vraiment. Pourtant, il y a un peu de vrai la-dedans, ce qui n'est guère surprenant, puisque affligé d'une maman ainsi gaulée, c'est vers un style de femme de ce genre que je me suis tourné.
Mais à ne pas confondre défense et structure je me suis attaché, Et ce lien là je le garde, celui d'être dans le camp du "accroches-toi, Jeannot, ça finira par aller pour fiston, lâches pas et tiens bon!"
L'éclairage finira par arriver, pour l'instant t'es encore un peu dans le nocturne.

Zoubix.

Pascal-ito

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Décembre 2018 à 07:36:05
Bonjour à vous tou'te)s et tous!

Ce matin, j'ai répondu à une proposition d' Avaaz, croisant mon propre cheminement sur un souhait équivalent du choix du bon dans l'humain. J'y évoque très honnêtement une rapide histoire de ce mouvement de liberté des "endeuillé(e)s" ainsi que mon attirance et souhait de me lier à des membres de la communauté Amérindienne. une bouteille à la mer avec un message dedans.
Qui sait ce que demain sera?
bisous à vous.
Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Décembre 2018 à 12:42:37
Hello!
Perso, je n'ai pas divorcé des femmes mais d'une femme, ce qui n'est pas tout à fait pareil à mes yeux, je vous prie d'en tenir compte!
il fût un temps ou je lus Spinrad, la guerre des bleus et des roses. NON mille fois NON!
Nous sommes des êtres complémentaires, avec nos forces et nos faiblesses réciproques, pas forcément aux mêmes endroits et bien heureusement, c'est ce qui nous rend différents. et dans un lointain passé, le féminisme que je soutins à l'époque était, toujours à mes yeux' de bonne nature, nécessaire, utile et fondateur d'avancées.
Le combat des générations n'est pas rien non plus, même si des fois j'ai un peu le sentiment d^'être à l'image de cet orang-outan luttant contre un bulldozer qui bouzille sa palmeraie.
Pas une raison non plus pour se prendre pour des bananes les uns les autres, vive le masculin, mais vive le féminin, sans la moindre hésitation.
Hugh.
Pascal-ito.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Décembre 2018 à 08:09:28
Hey!

C'est bientôt nouvel an. Je sais ça nous fait une belle jambe, à nous les endeuillé(e)s.
Tous les matins, tu te réveilles et se réorganise en toi l'alchimie de ce deuil et de ce ne sera plus comme avant. La plupart du temps, je vis avec maintenant. ça fait partie de mon identité. Cette identité n'est pas toujours tiraillée comme elle le fut au point d'être déchirée, après avoir été littéralement fracturée. ça se tient et quand j'entends Bashung chanter "Malaxe" c'est à ça que ça ressemble, même si des fois tu te sens plus dans le Vercors en train de sauter à l'élastique.
Une bonne copine m'a refilé son dernier que j'ai pas encore tout écouté. il a l'air de bien démarrer.

Et c'est bientôt nouvel an, ça nous fait une belle jambe à nous les endeuillé(e)s.
et pas besoin de prothèse,
on n'y sera jamais à l'aise.
et pour 2019
moi, je veux du neuf.
moins de veufs
moins de keufs
et plus de teufs.

NA! ET LES POSTILLONS
POUR DE VRAI
C'EST EXPRES!

NOM D'UN MOUTON.

BEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEh! ;D

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 31 Décembre 2018 à 08:13:46
Salut Amigas, Amigos.
Cheyenne est superbe. Son poil noir est devenu luisant, ses taches rousses comme du feu. ELLE DEVIENT LA QUEEN DU COIN. Il m'arrive de l'appeler ma fille.
Des fois ça me choque, des fois pas, car peut être que ma fille n'est pas toujours là, "elle" a certainement pas mal de choses à faire dans l'univers. Mais je la sens souvent là, auprès de nous, dans cette formule de présence qui s'est organisée en toute serendipité. Partie de son énergie vit ainsi, près de nous, donnant/prenant ce qui est maintenant.
Suis-je fou devenu? Peut être, mais peut être pas. Quelle importance du moment que ça fait du bien et ne nuit à autrui?
Aucune. Vraiment aucune.

Citation Cristophe Fauré.
Il est bon aussi de se nourrir de ce que d'autres ont écrit sur le deuil et la perte au sens large. Qu'il s'agisse de romans, de témoignages, de poésie ou de philosophie ... La peine est universelle, tout comme les questions sur la vie et la mort et sur le sens des choses ; elles ont conduit à écrire des pages d'une rare sagesse ou d'une infinie profondeur. Il existe des mots qui vous sont destinés et qui vous feront du bien, des mots qui vous marqueront à tout jamais et qui vous accompagneront tout au long de votre vie.

Il a raison.

Bisous.

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 31 Décembre 2018 à 17:41:43
Nadine Bauthéac aime, elle aussi, s'appuyer sur Freud, mais surtout sur ce qu'il écrivit deux ans après avoir lui-même vécu la mort de sa fille : «On sait que le deuil aigu, après une telle perte, s'apaisera. Mais on restera inconsolable, on ne trouvera jamais de substitut. Tout ce qui viendra prendre la place, et qui peut même la remplacer entièrement, reste quand même quelque chose d'autre.» Tout de suite après ces propos pessimistes qui lui ressemblent bien, Freud ajoutait : «Et au fond c'est bien ainsi. C'est la seule façon de continuer l'amour auquel on ne veut pas renoncer.»

«Continuer l'amour auquel on ne veut pas renoncer» semble être pour beaucoup d'endeuillés un moteur qui, bien loin de les entraver, leur évite la dépression. Après une phase de choc, des temps de grandes souffrances, une élaboration peut se faire. Pour Nadine Bauthéac, il s'agit alors de «passer un nouveau pacte avec la vie», ne serait-ce que par respect pour ceux qu'on a perdus : «La vie je l'ai, et eux ils ne l'ont plus, résume la psychothérapeute. Qu'est-ce que je fais alors de ce temps qui m'est donné ? Pour beaucoup d'endeuillés, cette question appelle des réponses créatives.»


Créativité, sérenpidité, créer/trouver. Bonne année mon cul! Desproges. C'est une façon entendable de se la souhaiter cette saloperie de bonne année! Bonjour ma haine, bonjour ma colère et mon courroux, coucou!
Et ne pas oublier qu'à mettre un chat et un mérou au bouillon, lorsque le chat bout, le mérou pète. C'est aussi du Desproges!

bizs à Fed-ito et autruis endeuillé(e)s!

Pascal-ito.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Janvier 2019 à 08:32:39
YEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEES!

CCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCcc'est passé!

Trop content! :D
Maintenant faut affronter les "bonnes années 2019". :-X
Sûr, j'aurai la peau de 2020 :P

Trop bien la dernière rangée. ;D
Je sais pas ce qui va arriver ???
P'têt qu'on va halluciner :o
et même râler :(

Mais surtout rigoler :)
pleurer :'(
s'aimer :-*
vivent les endeuillé(e)s :-\
bonne année mon cul. ;)

Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Janvier 2019 à 15:34:35
Un endeuillé s'étant accidentellement pété la tronche en regardant les étoiles put enfin remettre les pieds sur terre alors que de l'autre côté un esprit ayant  accidentellement mis les pieds sur terre pu à nouveau se péter la tronche et ainsi voir des étoiles. ;D
Pardon aux gens, mais j'ai pas pu me retenir. c'est le champ d'hier soir.
Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Janvier 2019 à 05:15:46
Saluto!

"La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, c'est d'apprendre à danser sous la pluie".

Exacte situation d'hier.
L'une de mes petites filles à la trouille de Cheyenne. Du coup quand elle la voit, elle se fout sur un pied.
"Danse sur un pied" pourrait être son nom indien. mais je préfère attendre et l'aider à être "tranquille sur 2 pieds".
Premier essai : montrer le truc du torro dans l'arène avec les étudiants immobiles. Raté.
Deuxième essai: biscuit/assis/cool. Raté.
Troisième essai; Maîtrise toi, t'as réussi avec Vivo, avec le temps tu vas y arriver avec Cheyenne. Raté.

1+2+3 =

1 : son Papa protège et porte dans ses bras Fifille qu'a la trouillasse.
2:  son Pépé se barre avec Toutoute, trouve une belle plume sur la plage et textote "Yes, d'accord" au Papa de protéger Fifille.
3 : Fifille aura cette belle plume quand le temps lui viendra de passer cool ce cap pas fastoche. Elle aura avec sa première plume son nom indien "tranquille sur 2 pieds".


Que la terre mère
Toute entière
Vous porte dans son lit
Ennobli
Pour vous !
Que la terre mère
Vous enveloppe
De son air pur,
Réparateur,
Salvateur,
Et développe
Pour vous des boutures
De réconfort,
Des fruits réparateurs !
Que la terre mère
Vous tisse un habit de force
Et  vous renforce !
citation, Ma fille chérie. :-*
La forêt m'avait déjà transmis avis sur la plume après la mort de ma fille. c'est là que je l'ai prise. Merci Grand Pin.

A un repas, 1 semaine avant, je me fis interroger sur "Danse avec les loups".
"t'en pense quoi ?" qu'on m'a dit.
"Rien" que j'ai dit. "Je suis juste allé danser avec mes plumes sous la lune avec Cheyenne". ;D ;D ;D ;D ;D

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Janvier 2019 à 07:49:23
Buenjorno!

Je me rends compte ce matin à quel point la responsabilité est un sujet délicat : à la fois elle n'incombe à chacun de nous que sous la forme d'un pourcentage infime, dont d'ailleurs je ne saurais évaluer mathématiquement guère mieux qu'une fourchette en dessous des 10 sur une échelle de 100, et pourtant, ce pourcentage aussi infime soit-il peut peser des tonnes. J'irai presque dire que plus il s'affine plus il pèse lourd, ce qui, paradoxalement est une progression dans notre force de résilience, p'têt ben, tiens!
Moralité, j'ai dormi 9 heures d'affilée! y a pas d'icône je roupille?
 ::) ZZZZZZZZZZZZZZ  :P ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZz :o Debout c'est l'heure!

Zoubis!

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Janvier 2019 à 18:12:46
L'énigme des 2 portes :
2 frères gardent chacun une porte : l'une est celle de l'enfer, l'autre du paradis. On ne sait pas laquelle est gardée par lequel des 2 et rien n'est écrit. C'est ballot, mais c'est comme ça.
On sait juste que l'un des frangins dit toujours la vérité et que l'autre ment tout le temps.
Une âme arrive par là et voudrait bien choisir sa porte, après tout, rôtir ou bronzer, ça peut se décider.  ??? Ok; Seulement cette âme n'a droit qu'à une seule question pour savoir quelle porte de son choix emprunter.
C'est quoi la question? Silence on tourne pour celles et ceux qui la connaisse!  ;D

Luce-ito. :P
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: nathT le 04 Janvier 2019 à 20:40:48
venere mamie Nath, fait une heure que je réfléchis, donne ma langue au chat
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Janvier 2019 à 07:24:15
Chat alors, donner sa langue au chat!  Cool!  Chat content car langue donnée, langue mangée. Miaou merci! Merci miaou.
:-*

Si je demande à miaou si c'est merci que me dit merci?
Si je dis merci à miaou, mais la porte elle est où?
Si c'est merci que je dis à miaou alors je suis dans un miaou à merci?
Si je merciou à mirci qui je dé alors ça finit en dinde à whisky!
Mais c'est qui ce chat que j'appelle whisky à qui je dis merci?
Oui, certes mais chat ch'est pas chat que j'ai mis à ou 24h à trouver? 8)

Bien tenté. Yes!

Bisous

Pascal-itou.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: manou21 le 05 Janvier 2019 à 19:30:41
Résilience et silence

Dans la symbolique de ce problème, nous avons 1 chance sur 2 d’aller en enfer; non ?
mais bon je trouve pas la réponse, mais peut être nous donneras-tu la solution.

bonne soirée à toi .

bisous
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 05 Janvier 2019 à 20:55:21
Hum, moi ce que j'ai à dire de c't'affaire, c'est que "là-haut", c'est la même injustice qu' "ici-bas":
faut être plus malin et/ou avoir du bol pour réussir,
aille, vu que ch'chais ça, je vais me prévoir une pyramide de pelotes de laine JAUNE pour passer l'éternité à tricoter des gilets devant ces deux foutues portes et ces deux foutus gardiens !
Purée purée !
 :P M.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Janvier 2019 à 21:46:37
Eh eh!  chat roule tout chat!  :D

Si je demande à Miaou ce que me dira Merci de cette croquette? La bonne ou la mauvaise?
Miaou qui serait celui qui dit toujours vrai dira "c'est celle ci qui va te montrer"
Merci qui serait celui qui ment tout le temps dira "c'est celle-ci qui va te montrer"
Si je demande à Merci ce que me dira Miaou de cette croquette? La bonne ou la mauvaise?

C'est-y cette croquette là qui faut manger ou pas ? ??? La grande trouillasse que je me gourasse.
Je vais tout de même pas tricotasse toute l'éternité! Surtout que l'éternité c'est un peu long surtout vers la fin!

Allez zoubis et bonne nuit!
ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZz ;)

Pascal-ito.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Janvier 2019 à 06:37:15
Coucou à vous!
"Donner la parole". Quelle outrecuidance!
Le matin j'aime bien lire Fed. C'est un copain pourtant on s'est jamais vu. Le truc qui nous a réuni, c'est le décès de nos enfants. Fed comme moi et plein d'autres personnes ont souffert et souffrent encore de ce martyr. C'est pas rien, tout de même.
Fed, moi et plein d'autres, femmes ou hommes,  font du mieux qu'ils peuvent pour affronter, assumer, honorer, respecter, tenir bon autrement que dans la haine ou la destructivité. J'ai l'arrogance de croire que nous nous efforçons d' être dignes et responsables pour faire face à ce que la vie nous a imparti de vivre. Je n'ai pas la prétention de croire que nous sommes mieux ou moins bien que d'autres personnes qui y arrivent avec leurs propres forces,
Ce qui serait une vraie fève pour moi, ce serait que tous ces petits trous du cul prétentieuses /prétentieux qui parlent actuellement de responsabilité apprennent à la fermer, Je crois que ça calmerait pas mal de gilets jaunes qui préféreraient tranquillous aller bouffer une bonne galette au chaud que de se les cailler sur des ronds points, policiers y compris. Peut être que ça serait bien que le "politique en général" apprenne à faire comme nous les endeuillés : serrer les dents en faisant leur propre bilan sans se la raconter ni nous la raconter.

Nom d'une croquette, j'en avais sur la patate ce matin! Nom d'une patate, j'en avais sur la croquette!
Mille bisous à vous, les endeuillé(e)s qu'on aurait tou(te)s préférer pas en être!

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Janvier 2019 à 07:10:55
Yo! Bonjour!
Il y a souvent un lien entre ce que l'on vit au quotidien et ce qui se vit au collectif. S'il y a bien une chose que la mort de nos enfants nous apprend, à nous les endeuillé(e)s, c'est l'absence de maîtrise face à ce qui est plus fort que nous. "On" se l'est bien pris dans la tronche et "on" a pas envie du tout du tout, mais alors du tout que ça recommence.
Mr Arthus-Bertrand parmi d'autres personnalités évoque "une triste vérité de la fin de l'humanité". Moi, ça me déprime.
Faut -il donc être un âne pour être vétérinaire? Cela doit-il être la leçon que l'humain se prend pour survivre à son immense potentiel créatif? Si la fin de l'humanité suppose de laisser de côté notre potentiel destructeur comme seul moteur d'apprentissage, ça se défend, là, je suis d'accord avec cette vision. L'avantage de l'âne est qu'il a de grandes oreilles: ça serait-y pas simplement de réapprendre à écouter ce que dit Dame Planète et Mr Univers disent aux enfants que nous sommes? Z'êtes pas vraiment obligés, obligés de pratiquer à donf ce tandem destruction/construction pour trouver les limites de l'oscillation du pendule de l'équilibre.
Bon, voilà ce que j'en pense de ce capharnaüm cacophonique cacastrophique épique et pic et colégram!
Une chance au tirage, une chance au grattage, foi de dernier rang!  ;D

Pfouh! Vivement demain!

Bizous à vous!

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Janvier 2019 à 07:30:59
Chalut.
J'ai lu Fed-ito. ça me fait tout triste dedans et je sais qu'il a raison. Des fois il vaut mieux se taire pour dire à nos amis qu'on les aime. C'est ce que je fais. :-*

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Janvier 2019 à 07:25:50
Chienlut!

Bonheur Parfait!!!  ;D lu à Cheyenne ce matin, elle l'a un peu modifié!

Que les chiennes sont heureuses !
 Dans leur humeur badine,
 ils se sucent la pine,
 ils s’enculent entr’eux ;
 Que les chiennes sont heureuses
de rigoler et de voir les chiens entr'eux!

Théophile Cheyenne


Eh bien, dans le chantier de démolition du deuil, "on" a besoin de pauses! Merci Fed-ito de cette pause rigolade, c'est ce qui fait le plus de bien à nos esprits âmes-ôchés!
Ah si, C. Jouano qu'a démissionné ça c'est cool! Merci M'dame de pas gâcher l'argent public, une chance au tirage, une chance au grattage!

Allez zoubis les endeuillé(e)s, le moral est meilleur ce matin!

Pascal-ito.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 09 Janvier 2019 à 12:13:01

Salut Pascal-ito... c'est Fed-ito !

Dis-moi mon copain-ito... tu sais que je suis loin de tout comprendre ! fort heureusement !
Mais quand tu parles dans ton " édito" de cette C.Jouano, s'agit-elle d'une de tes ex-amoureuses ?
Et si j'ai bien compris ton message un soir tu la pointais et tirais et l'autre tu la grattais! c'est bien çà ?
T'es au courant du salaire mensuel carrément indécent de la M'dame : 15.000 euros ! versé en toute légalité de l'impôt public, payé aussi  par les plus modestes contribuables ! quel vole ! c'est honteux, scandaleux !

Théophile Cheyenne-ita !

PS : ma chatte s'appelle... Juanita ( c'est vrai !)
OUI, aujourd'hui, le ciel est bleu et le moral est meilleur !
Cet aprèm, j'irai me promener le long du Canal du Midi... c'est agréable !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Janvier 2019 à 15:24:11
179 000 euros annuels :o. J'avais même pas fait la division par 12! De nos impôts!!! Bon je sais, je chipote, c'est du brut, pas du net. ;D; Bon avec la bagnole, les faux frais plus les petits fours, ça devait quand même faire une bonne cagnotte pour débattre de ce qui va pas. C'est qui qui va oser maintenant faire semblant? C'est que de cramer des palettes sur les ronds points pour pas avoir froid ça conduit le politique à cramer l'argent public? C'est ça qui va pas? ça va pas être facile à faire passer comme message! Une sacrée couleuvre à avaler, tt de même!
Allez, j'en reviens à mon chantier de démolition. pour moi, le deuil, c'est démolir tout ce qui a été avant vu que ce qui nous a fait souffrants c'est cet avant et la mort de nos enfants. Et notre chagrin, eh bien, c'est notre gilet jaune et celui-là, croyez moi, on l'arnaque pas, c'est lui qui gouverne tous nos ronds points.
Zoubis les endeuillé(e)s et caresse à Juanita-banana.
Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Janvier 2019 à 07:41:26
Buenjorno!

C'est difficile d'être un Papa souffrant plus comme avant. à la fois en vous il y a ce Papa souffrant qui ne cesse d'exister et ce Papa de maintenant qui se bat pour être cet homme qui comme Fed-ito donne 32 cts à une dame qui a pas assez d'argent pour se payer un filet de patates. J'essaye pareil, à agir de la meilleure façon pour être en calme intérieur. Souvent, la voix de ma fille m'exhorte à tenir, comme un écho intérieur qui parle de cet endroit qui n'existe pas, ce que l'on nomme si précisément inconscient, peut être, du moins c'est ce que je crois.
Alors plein de gens m'ont souhaité "bonne année", à certains j'ai répondu "bonne année mon cul" et à d'autres "oui, merci, à vous aussi", car je ne crois pas non plus qu'une sélectivité arrogante soit profitable au calme intérieur et aux bienfaits qu'elle/il procure en nous. La souffrance ouvre une grande tolérance, même si cette porte a tendance parfois à se fermer ou à sortir de ses gonds!!!!! Je parle pour moi! ;D

Bizouxxxx!

Scalpa-ito.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Janvier 2019 à 08:14:30
Ohé!

L'éthique n'est pas un processus de complaisance. Bien des blablas parlent d'éthique, et j'ai soutenu par le passé des positions qui orientaient notre métier de thérapeute vers un savoir-être plus que vers un savoir-faire, sans certainement réaliser la portée de mes propos.
Je ne savais pas encore ce qui allait me tomber sur la tronche, me retrouver un jour devant une tombe qui accueillait les cendres de ma fille. Je n'exerce absolument plus mon métier, mais pour autant il m'a aidé à surnager.
Bien des fois, j'ai eu envie de crier "Ohé du bateau", Bien des fois, j'ai méprisé tous ces savoirs qui n'ont rien empêché.
Bien des fois je me suis rebellé contre l'obscurantisme.
Kim Ki-duk est vraiment un visionnaire : Printemps, été, automne, hiver...et printemps signe bien son génie. Quand j'ai eu 11 ans, avec ma carabine à plomb, j'ai tué une mésange. elle était si jolie dans l'arbre où je l'avais visée. Puis comme le petit moinillon, devant ce bel oisillon tout mort qui roulait sa tête dans ma main, je me suis senti le dernier des derniers. J'ai rangé ma carabine à plomb, jamais plus tiré et ça a probablement été le début de ma carrière au dernier rang et mon premier zéro en maths.
Non, l'éthique n'est pas complaisante et il nous faut parfois aussi apprendre à s'indulger. Pas vraiment facile, non, pas vraiment facile ce tandem!

L'indulgence, nom féminin, (latin indulgentia)
Aptitude à excuser, à pardonner les fautes, à ne pas les sanctionner sévèrement : Faire appel à l'indulgence du jury.
Caractère de ce qui n'est pas sévère : L'indulgence de la loi pour ce genre de délit.

J' ai toujours préféré l'indulgence plutôt que la tolérance !

On avance mon Ami ... on avance doucement mais sûrement !

Solidairement... toujours !
Fed-ito


Ohé du bateau, Fed-ito!
Chaleureusement.

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 11 Janvier 2019 à 12:50:22
Moi itou j’attends avec impatience tous les matins l’ed-ito de Pascal-ito.

Je te l’ai dit Pascal, j’aime te lire,  et vos échanges, entre fed et toi, sont riches et précieux.

Merci !

Bien à toi, à vous

Nora
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Janvier 2019 à 07:11:59
Hello!
Merci mes Loulous (terme affectueux dédié à l'esprit de meute!), sérieux j'en suis presque gêné!
Et j'ai trouvé cette perle que je vous livre:

"La première chose que j'ai apprise à l'école fut la résignation à l'emmerdement". Edgar Morin.

C'est pas digne du dernier rang ça? Edgar Morin, s'il vous plaît! "introduction à la pensée complexe" rien que ça!  il a comparé la vie à un tourbillon dans l'eau : ça tourne, c'est fruit du mouvement, ça existe et pourtant c'est insaisissable; je trouve cette comparaison géniale. ça doit être aussi fruit de mon enfance car j'ai grandi à côté de la Vienne et j'étais fasciné par la danse des algues dans le courant, juste sous les tourbillons. Un balai sans fin qui faisait comme une chevelure au vent. ça devait être les images de Marylin Monroé en filigrane avec un "Poupoupidouh" de mes premières amours enfantines que celle-là je l'aurai bien aimée comme maman! Et on me dira que la vie libidinesque d'un enfant n'est pas fertile!!!! ;D
Bon sérieux, je viens de tilter sur Bourges!

"Notre société est malade des excès de ses élites" article de David Koubbi dans l'éveil de qui vous savez! ;D

les habitants de Bourges sont les Bourgeois!!!! Alors là, ça, fallait y penser! Et il est interdit d'aller manifester chez les bourgeois! Ils servent de transfert! Même pas payés pour, comme un psychanalyste!  :P
Bon, pour parler technique, j'espère que la charge transféro-contretranférentielle ne leur sera pas trop lourde. :-\

Bisous! Et encore merci du soutien! Cooool!

Pascal-ito!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Janvier 2019 à 07:34:42
Bonjour!
 :)
https://www.ouest-france.fr/societe/gilets-jaunes/avec-les-gilets-jaunes-est-dans-la-lutte-des-classes-analyse-la-sociologue-monique-pincon-charlot-6164641

Eh eh, j'avais raison pour Bourges : l'inconscient est structuré comme un langage! ;)

Bien sûr, il n'y a pas que des bourgeois à Bourges, loin de là! Mais ça manque pas de piquants, je trouve comme  symbole!
Trop fort!

Bisous!

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Janvier 2019 à 10:52:36
Exister c'est survivre à des choix impossibles! Certes, mais ce matin j'ai choisi!
J'ai écrasé de mes baskets un cordon de chenilles processionnaires alors que j'ai pleinement horreur de détruire de la vie. Mais le pin, pote de Grand Pin, me l'a demandé, alors avec des "Om Mani Padmé Hum", j'y suis allé franco.
Mille pardons  :'(!
Mais bon, quand la partie ombrée de nous mêmes est intégrée, des fois faut assumer, c'est ce que j'm'a dit,  snif  :-[
Objectivement Cheyenne s'en fout! ;D

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: loma le 13 Janvier 2019 à 12:12:56
Non,  Cheyenne ne s'en fout pas, les chenilles processionnaires sont hyper dangereuses pour les chiens :

https://www.guide-du-chien.com/chenilles-processionnaires-chien-danger/

je déteste également détruire la vie , si petite soit elle, mais là c'est Cheyenne qui est en danger

Alors continue à jouer des claquettes avec tes baskets sur les chenilles, sinon il existe des pièges pour  Chenilles Processionnaires du Pin , à fixer sur les arbres
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Janvier 2019 à 13:36:35
Mille mercis Ioma! Je viens de regarder! ça craint! Oui, Cheyenne s'en foutait et visiblement tant mieux de chez tant mieux!  Pour les pièges je sais, j'en ai vu à d'autres endroits, pas à celui-là. Idem, j'ai hésité cet été pour les frelons asiatiques pour finalement en attraper une cinquantaine dans un piège fabriqué maison. Donc bien d'accord, mais ça reste quand même en question sur le fond : la nature a horreur du vide et c'est aussi à nous de tenir ceci aussi pour leçon, sans naïveté ni crédulité et c'est loin d'âtre simple, à mon avis. C'est un colibacille issu de la nature qui a tué ma fille, mais issu des égouts à ciel ouvert du bidonville où elle était. C'est bien dans ce bouillon de culture issu de nos déchets humains que se génèrent des organismes  toxiques de plus en plus toxiques. On y est donc pour quelque chose et peut être que ça vaut de se questionner? C'est juste qu'en systémie le prioritaire est au cyclique et non au linéaire. Pour autant, très d'accord parfois faut pas hésiter et je te remercie encore car d'autres processionnaires attaquent les pins à d'autres endroits de ballade, j'en ai vu hier. Heureusement Cheyenne ne les a pas touché non plus, ouf! je fais gaffe plus plus du coup!

Bisous tt plein.
Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Janvier 2019 à 16:41:51
Eh bien, je m'en suis écrasé au moins 8 mètres! Et croisé une dame qui a été obligée d'emmener son toutou au véto pour avoir marché sur un cordon! Cheyenne cordonnée aussi du coup! Juste lâchée sur la plage! Pas vu de cordons de méduses ni de crevettes atteintes de la rage, donc risque zéro!
Sinon au fil de mes pas écrabouilleurs de processionnaires à la queueleuleu, encore plus solidaires qu'un nid de fraudeurs à l'impôt entre eux à la queuleuleu d'un guichet bancaire aux îles Caïman, je pensais à un truc que j'ai croisé voici quelques années au sujet des Massaï. Ils vivaient sur des territoires aussi habités par des lions. Et quelque fois l'un d'entre eux se faisait manger. Pas pour autant qu'ils les écrabouillaient. Ce qui n'est pas facile, je le concède volontiers. Mais v'là t-y pas que c'est eux qui se font écrabouiller par des chasseurs friqués branchés tueurs de crinières! Et il y a une pétition qui tourne sur ce sujet, nom d'un lion!
Zoubix.
Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Janvier 2019 à 07:07:17
Bonjour!
Etoile filante vue ce petit matin au moment où je pensais à ma fille et son vieiliissement ça fait du bien :P. Merci Mr Grand Univers de nous transmettre  ainsi pacifiquement la force de ta dimension et des mess rassurants quand le doute se fait un peu trop grand. :P :P :P :P
Les peuples habitant plutôt pacifiquement notre planète en ont tous bavé des ronds de chapeau. Qu'il s'agisse des Massaïs, des Tibétains, des Amérindiens ou Amazoniens. Ils finissent tous bouffés par la voracité et la prédation des peuples plus violents. C'est quand même une sacrée question pour notre espèce de se sortir de ce merdier.
ça me rappelle cette histoire du pioupiou qui se fait embouser par une vache bien intentionnée et qui fort mécontent se mit à crier. Attiré par les cris le loup le tira de la bouse et le bouffa, ni plus ni moins.
Moralité : apprends à la fermer et méfies-toi de celui qui te tire de la merde!
Foi d'endeuillé, y a pas à tortiller, faut que l'humanité apprenne à se tenir un peu plus décemment sinon elle finira comme les processionnaires: en bouillie!

bisoux à vous.

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Janvier 2019 à 08:23:16
Bonjour à vous!
Comme d'hab, je viens du fil de Fed et lu ce passage sur le deuil du deuil et je salue à nouveau la perspicacité de Cristophe Fauré et le remercie de ce fil d'écrit (et Fed aussi!)
Je suis d'accord. Comme les processionnaires et la force solidaire qu'elles déploient pour vivre tout en diffusant toxicité et destruction, seuls se traduisent en moi  les images du paradoxe et de l'impermanent.  Le deuil diffuse en nous ses propres forces de guérison mais sème aussi ses propres toxines. Je le ressens ainsi. La jouissance mélancolique qui peut étreindre notre façon de supporter le manque sur sa durée est certainement l'un des écueils le plus ardu de ce deuil du deuil, comme le décrit Cristophe Fauré. Il y a là certainement une frontière à identifier entre ce qui est de la défense et de ce qui relève du pathologique. En parler est courageux en tout cas et ouvre ce débat si délicat pour les endeuillés du "oser aller bien".
Pour autant que j'en sache, le compromis fait partie de notre structure, c'est le principe même de la névrose, crois-je saisir. Je ne vois guère d'autre issue que celle d'un compromis supportable entre un "ça ne peut pas s'oublier" ou "un on s'en remet jamais" si souvent entendu en contre-point du manque, de la culpabilité et du désastre intérieur que nous laisse la mort d'un enfant ou toute mort prématurée. La jouissance mélancolique est un compromis parmi d'autres et risque effectivement de parasiter notre psyché au même niveau que les processionnaires finissent par bouziller la vie des pinèdes. Finalement "on" en revient à ce propos des "pharmacies" de Platon :
"il n'existe ni médicaments ni poisons, seulement des dosages". Et le deuil du deuil n'y échappe pas, la preuve en est de cette "happycratie" tout aussi toxique qu'une "malheureucratie".
Je suis d'accord sur le danger des deux!  ;D
Rappelons-nous ce propos d'Oliveinsten : "le processus thérapeutique est de sauvegarder notre démocratie psychique"

Bisoux.
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Janvier 2019 à 08:37:26
Je me permets d'ajouter vu mon ordi vieillot qui bug à tout va et supporte plus les ajouts entre parenthèses, que la frontière entre le pathologique et le non-pathologique fait débat depuis longtemps et que le concept de "border line" le traduit bien.  Mon ordi aussi : out ou pas ?  ;D
Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 16 Janvier 2019 à 01:09:27

Bonjour mon massaï-ito et navajo-ito

Va vite lire Mon Petit monastère... mon paradis blanc !

Cadeau... pour toi !

Amitié, solidarité.
Fed-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Janvier 2019 à 09:20:24
Ah ah Fed, je l'avais lu avant de lire ce mess sur mon fil!  :D; Et j'ai été tout simplement heureux de découvrir toutes ces merveilles. comme un gosse au pied du sapin! Une première gorgée de bière à la Delerme avec la gorge un peu sèche du randonneur après une pause!
Avec en plus un déroulé commençant par le Tao et finissant sur les Massaï et les Sioux!  :o

Tu vois, Robert, l'un de mes formateurs nous avait fait une double promo : celle du Tao et celle de se comporter comme anthropologue comme l'une des premières règles à adopter en exerçant la clinique en thérapie familiale.  Et une fois, il a un peu craqué sur la solitude d'être grain de sable! Eh bah là, avec ce que toi tu viens de faire, c'est comme une aube de Dali : un tableau qui se révèle aux yeux du visiteur ébahi! Vive les Endeuillé(e)s! et la majuscule c'est exprès, comme les postillons du Mouton!

Chez les Navajos
 « Regarde-moi dans les yeux quand tu me parles ! » Voici une injonction impensable chez les Navajos. Chez les Diné, « le peuple » comme ils se nomment eux-mêmes, la politesse veut le contraire : « Pour eux, regarder l’autre dans les yeux pendant l’échange, c’est vouloir lui prendre quelque chose », explique Lorenza Garcia, artiste plasticienne et chanteuse, passeuse en France de la culture navajo.

Aux yeux des peuples racines, c’est d’ailleurs une caractéristique des Blancs, dans leur relation aux autres comme à la nature : vouloir prendre. Pour les Navajos, regarder l’interlocuteur dans les yeux est symptomatique de cela. À travers cette fenêtre de l’âme, celui qui écoute devient un peu voyeur. Et celui qui parle, cherchant à plaire, se perd un peu lui-même.

Or pour eux, la qualité de cet espace intérieur depuis lequel nous prenons la parole est essentielle à préserver, pour pouvoir y entretenir hozho. Ce dernier terme recouvre neuf qualités : beauté, joie, compassion, prospérité, amour, conscience, santé, harmonie, humour. Préserver hozho en soi et autour de soi, même et surtout face à l’adversité, est, dans leur vision, la fonction même de l’être humain : devenir le point de passage harmonieux entre ciel et terre
.

Tu vois, l'esprit virtuel nous a ouvert cette porte. C'est un cadeau précieux. Merci Fed-ito. Un merci à la Tibétaine, comme me l'a aussi enseigné Duk, une ancienne "patiente" d'origine Nomade que j'ai énormément apprécié de connaître.

Cette journée va être une belle journée. "Mon coeur s'élève tel un faucon", Little Big Man ;)


Bizs mon Amigo.

Pascal-ito.

 https://youtu.be/F9oekhkXo20
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 16 Janvier 2019 à 13:30:31

   Les yeux.

  (Sully Prudhomme)

   Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux,
Et le soleil se lève encore.
 
               Les nuits, plus douces que les jours,
               Ont enchanté des yeux sans nombre ;
               Les étoiles brillent toujours,
               Et les yeux se sont remplis d'ombre.
 
Oh ! qu'ils aient perdu le regard,
Non, non cela n'est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu'on nomme l'invisible

   (...)

   Gardons bien Hozho dans le collimateur de nos mirettes ...
   Amicalement, M.
 
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Janvier 2019 à 14:46:33
 8) D'ac! bisous.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Janvier 2019 à 07:53:40
Coucou!
Eh oui la journée fut belle et les mirettes se sont ouvertes sur une nuit en forme de rêve de passage! Coooooooooool!
Je sais pas si j'ai été reçu à ce concours mais le premier pas est fait! En tandem avec un Fed-ito-Hozho c'est parti on y va!
Pascal-ito-Kraken en paix avec ce mythe des profondeurs, j'en suis tout fiérot, mais attention à pas se la péto mon frérot!
Profil bas des itos! L'humilité est de règle quand on touche au divin, coin-coin! Je sais toi tu dis Scoubidou, c'est pas mal non plus! ;D
Bon, c'est changement d'ordi aujourd'hui, le vieux tacot est en voie de recyclage pour un autre plus véloce et produit d'occasion, comme Mégane! Non à l'obsolescence programmée qui pille nos porte-monnaie et affaiblit la planète!
Zoubis!
Pascal-ito-Kraken
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 17 Janvier 2019 à 10:01:12

Salut mon indien-ito -des grandes plaines préféré... Sioux-ito ( tribus Dakota, Nakota, Lakota)

Salut mon Passage-ito  !

Ma minette a de jolies mirettes ! hihi !

T'es encore étudiant ? qu'est ce t'as passé comme concours ? et où est ce que tu veux m'emmener ?
Moi, chuis encore puceau !!!

Ah ! le divin coin-coin ! vive le scoubidou boum boum ! c'est sacré !

Je vois que tu changes ton ordi pour un plus véloce...... le mien, il est de plus en plus lent ( un peu comme moi !)

Ce matin, j'ai trop rien à te dire mon copain-ito mais c'est pas pour ça que je vais fermer ma grande gueule et me priver du plaisir de te faire un p'tit coucou amical et solidaire !

Bonne journée... suis content pour toi et ton nouvel ordi !

Bisoux de la part de Juanita pour Cheyenne-ita !

Fed-ito

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Janvier 2019 à 09:08:37
Hello, hello, hello,hello,hello,hello, hello,hello, y a de l'écho!


De Divin coin-coin à Scoubidou boum boum.  :D ça fait radio Londres! Résistons, résistons à la pression, à l'oppression, à l'obsession et aux mirlitons!
Alors le "t'es encore étudiant diant diant?" m'a m'a fort occupé pé pé dès le réveil ce ce matin tin tin.
Je me sens plutôt to to aprenti ti ti.
L'écho co co de mon être profond fon fon m'envahi hi hi. Mais le travail du chapeau de la cime ne tombera pas dans l'abîme meu  meu!
Je choisis de rester  sur ce chemin du destin tin tin et au dernier rang ran ran comme étudiant dian dian et apprent ti ti ;D
J'y rencontre des gens trop bien bien.
Y marche bien bienaussi si si  ce nouvel ordi di di tant t'y fie! :P

Bibisousous.

Pascal_ito to to.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Janvier 2019 à 06:55:45
 ;) Salut!
Y a des jours où c'est pas la patate. Pourtant ça m'a fait un bien fou d'avancer sur la conscience Navajo. Mais ce matin je me sens plutôt homme blanc et franchement j'ai un peu de mal à le kiffer çui-là.
"Langue bien pendue" a bcp parlé ces derniers temps et quand en plus j'entends ma mère dire des conneries au sujet des gilets jaunes, ça m'aide pas plus que de souffler dans un mirliton sur un air de danse du balai un soir de beuverie collective pour fêter le nouvel an genre  :D- :D- :D- :D- :D- :D- :D- :D- :D- :D.
Ce matin c'est plutôt genre  ???- ???- ???- ???- ???- ???- ???- ???, vers quoi on va ?
Bon, d'accord, y a plein de bonnes choses autour de nous : une collecte lancée pour récupérer des terres sur la ZAD de Nantes. C'est une bonne nouvelle, ça me rappelle le Larzac.
L'organisation collective et la conception clanique d'élever les enfants de la tribu ça me va bien comme principe. Mieux que l'individualisme outrancier  mais un peu plus compliqué, bien évidemment. Pas toujours simple d'équilibrer tout ça.
Bon faut que je me préoccupe de ma couche d'hozho, "on " se tient au courant!Faut que ça décante!
Bisous les endeuilél(e)s :-*
Tchao de Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Janvier 2019 à 07:50:35
A la première réflexion de ce "pas la patate" c'est difficile d'équilibrer une zone de confort entre le droit d'être un endeuillé éploré et cesser de s'éplorer d'être un endeuillé. Une sorte de ZAD aussi car constamment attaqué par l'ordre établi.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 19 Janvier 2019 à 07:59:40
Salut "Langue bien pendue"

Alors comme ça ce matin t'es pas en forme t'es plutôt genre  ???- ???- ???- ???- ???-

Moi je suis carrément bisounours :-*- :-*- :-*- :-*- :-*-... c'est drôle aujourd'hui j'crois que j'suis à nouveau amoureux de ma femme !( j'déconne... hihihi!)

https://www.youtube.com/watch?v=RSpQsdIAuIc..... Richard Anthony

Laisse parler ta mère même si elle dit des conneries au sujet des gilets jaunes... moi, la mienne, elle ne dit plus rien depuis bientôt 19 ans et ... ELLE me manque !

Tiens je te laisse un peu tranquille-peinard avec Sona Jobarteh ...
Mamamuso... https://www.youtube.com/watch?v=HBx5Ud-wm58

Allez mon Grand pote "accroche toi Jeannot !"

Fed-ito


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Janvier 2019 à 08:23:50
Merci Fedo! je reconnais que vu la prime relation à ma mère ça n'est pas non plus fastoche d'honorer féminité! ça doit jouer aussi, ça, petit enfant qui pleure maman! 63 ans sans maman! là je te bats à plate couture mon Amigo, pour ce sujet! Lol!
Cela dit, yes Richard Anthony ça me rend Dog Soldier avec Cheyenne! Amitanao o!

Une personne sacrée c'est une personne reliée!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 19 Janvier 2019 à 15:18:58
Un lien endommagé c'est un cœur sacrifié ...
    Tendresse à vous les menitous-too-too
     :-* de la part de Scalperlipopette
   
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Janvier 2019 à 07:20:10
Hello!

Je suis content ce matin de voir que Fed-ito a été honoré de tant de vues depuis son 1/2 million. Quelque part on s'en fout car on est pas dans le challenge. Ce genre de challenge, "on" le laisse à qui veut,  je ne crois pas usurper quoique ce soit en l'affirmant.
Et ça colle bien avec ce que je ressens de nos partages, à nous les endeuillé(e)s.

Citation Fedo.
Lutter pour plus de liberté c'est avoir la force physique et morale de mettre parfois notre blessure suffisamment à distance afin de ne pas se noyer dans notre sang de douleur et pouvoir ainsi profiter de moments plus doux... amicaux, amoureux !
La Liberté de mourir n'existe pas...
Seule la Liberté pour vivre est belle... avoir la sagesse de vivre en toute liberté notre blessure... j'y crois !


 Et ça de Souci : un lien endommagé c'est un coeur sacrifié.

Hier "ma" nana qui bosse sur la vie de Frida Kalho a reçu un bouquin sur la psychosomatique : entre l'âme et le corps, douleur et maladie. il est écrit en préface ce truc qui me parle bien:

L'âme et le corps ne sont pas deux réalités, ce sont deux concepts que nous inventons pour rendre compréhensible l'unité. On est toujours obligé de faire des divisions, de distinguer des choses, alors que dans la réalité tout cela est uni. Et toute la théorie relationnelle est en fait une pensée de l'unité.


ça rejoint bien ce que je crois percevoir de la conscience Navajo : l'unité.

Il y a tellement de choses qui nous encombrent dans la pensée occidentale. Il y a tellement d'emprise qui avilissent notre aspiration à une liberté du vivant dans laquelle nous les endeuillé(e)s nous nous débattons pour faire lien avec le non vivant. Il y a la nécessité de célébrer le courage de celles et ceux qui tentent par leur propres forces de restaurer ce lien endommagé d'un coeur sacrifié.
Je suis d'accord avec toi Souci. Et je crois que l'un des "challenges" de l'endeuillé(e) c'est de retrouver l'unité.

Mon partage de ce matin, un propos ancien qui me revient :

la propriété privée, c'est le vol.


Bisous-ito.

Pascal.








Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 21 Janvier 2019 à 08:06:59

   Celui qui n'a pas peur fait voler son esprit

   Mais celui qui a raison vole à la peur une vérité

   (https://www.aht.li/3331500/titindien.jpg)Scalperlipopette
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Janvier 2019 à 08:08:33
Bonjour!

97 blessés graves, 4 mains arrachées, 19 oeils perdus, 9 policiers suicidés,  Langue bien pendue a repris la main, dit-on! Les mains qu'aurait du être dit!
Des lions élevés en cage pour être chassés par des touristes riches (from la relève et la peste). Ouais, le monde d'ici et maintenant donne tellement envie d'y naître que c'est la 4ème année de baisse des naissances en France. Fuck fuck fuck, ma connexion au monde est en galère ce morning! >:(
4 ONG qui attaquent en justice l'état français avec 2 millions de signatures pour inaction climatique! ;D
1  Navajo encerclé par des jeunes  manifestants pro Trump et il résisteaux provocations avec son Djembé sans bouger!
Mais HEUREUSEMENT il y a le net! Salut Fed-ito! Les endeuillé(e)s ça devient fort Alamo! On est encerclés!  :P

Misère! ::) Quelle galère! :'(
Bon allez, je résiste! :-\ Haut les coeurs!

Pascal-ito de derrière son charriot! Le dernier rang  ;D et avec  SOUCI dite Scalperlipopette-ito!

Mon coeur s'élève tel un faucon! 2éme édition! LBM (Little big Man)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Janvier 2019 à 08:16:06
Coucou à vous!
Pour pondre ses oeufs et faire avaler cette couleuvre aux pioupiuox choisis comme je l'ai transcrit il y a qques temps, le coucou a développé 3 méthodes : le destroyer, le pousseur et le solidaire. Une chance sur 3, en gros, si on ne comptabilise pas les pioupioux gilets jaunes qui se liguent contre destroyer car ils ont éclos avant lui et donc plus nombreux.
Les humains tout aussi doués pour faire avaler des couleuvres aussi longues qu'une file d'attente de fraudeurs à l'impôt au guichet d'une banque caïman (je l'ai déjà faite, mais elle me plaît bien celle-là) ont inventé un autre processus : le filtroyer.
Le truc est simple : organisons un pow-pow entre 4 charriots et ne laissons passer que les d'accords avec nous! Et yop, restent les opineurs de chef et les autres n'ont qu'a aller pondre ailleurs. C'est pas mal comme truc. L'ennui c'est que les humains ne sont pas tous des oisillons ni tombés du nid ni de la dernière pluie : ils osent se protéger de leur cervelle et réfléchir un peu. Pas pour autant qu'il(elle)s ont le don de divination. Que va être demain? Je croise mes plumes!

Bisous aux résistant(e)s

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Janvier 2019 à 08:11:23
Saluto!

La répression ne remplace pas l'éducation!

 
Pfouh! c'est le seul truc que j'ai trouvé à répondre à un Agent de la voirie tout en colère devant les déchets inappropriés laissés épars devant les collecteurs de la déchetterie collective! Evidemment c'est pas cool et yop, il attendait avec impatience qu'il y ait des caméras de surveillance pour coller des PV aux malotrus crados, la seule solution qu'y disait, c't homme !
Là où je vis, je me suis dit que la psychologie ça marche pas, c'est diabolisé, vilipendé, délabré et inadapté.A  juste titre ou pas je m'en fiche un peu. Au final le moyen que j'a trouvé ça a été la pédagogie.  Mais allais je lui parler de ma fille décédée dans un bidonville construit sur des déchets à l'autre bout du monde?
Comme Fed-ito, des fois je me demande ce que je suis devenu : un tout petit grain de sable dans les rouages de la folie qui nourrit sa progéniture, comme dit "tire le coyote".
Allez, les Navajos disent qu'il faut laisser le coyote vivre et l'avoir à l'oeil! C't homme, j'l'ai vu se poser une question, puis il m'a dit : "mes enfants ils jettent pas un papier par terre". (Sinon ils prennent une baffe, que je me suis dit! Mais ça c'est plutôt le mien de coyote : j'ai pas le sentiment d'avoir été un père à la hauteur, alors mon pote, juge pas autrui et garde ta mélasse, que je m'suis dit!))
Allez bisoux les endeuillé(e)s et plein de câlins je vous transcrit devant notre déchetterie, sans surveillance, sans caméras et sans embarras!
Y a pas de déchetteries pour les câlins, c'est tout recyclé dans le bonheur! :D

Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 23 Janvier 2019 à 12:50:24

    Cher Pascal,

    Merci pour cette vue de ta merveilleuse fille au milieu des récolteurs de déchets ...
    Absurdement navrante néo-agriculture du 21 ème !
    Mon frère, brave sioux, travaille dans une usine de tri des déchets, je suis fière de lui ... il a une tenue de travail gilet ET culotte jaune, hé!
   
    L'horreur économique ne fait-elle que commencer ?
    Plantons des arbres à fruits, des plantes à graines, des roses à câlins, partout, partout, partout !
     :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'(
   
   
   
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 23 Janvier 2019 à 21:55:03
Pascal, Federico, nous n’avons pas le même deuil mais je suis bien chez vous, dans le petit monastère, sous Grand Pin, à vous lire ... et être aussi à vos côtés pendant les moments durs, douloureux.

Les chagrins et la souffrance, qui broient lourdement nos coeurs, s’allègent, soulevés par des ballons arc en ciel gonflés par les sourires, les rires, les échanges chaleureux,constructifs, la poésie, la musique, les textes ….

Gracias, ahéhee, mulțumesc, pour ces bulles d’oxygène, de liberté …. ça m’aide à prendre un peu de recul face à l’envahissement du deuil.

J'ai un peu de retard mais je voulais quand même dire que "le sapin des endeuillé-e-s" : trop bien !  :) avec en plus le commentaire sur les "boules d'émotifs" représentants nos émotions paradoxales ....

Et "tranquille sur deux pieds" a eu sa plume ?

Y a pas de déchetteries pour les câlins, c'est tout recyclé dans le bonheur! :D
: ah oui !  :D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Janvier 2019 à 08:29:58
Content vraiment de revoir les commentaires de Mircea! Et ceux de Scalperlipopette-ito qui fait un méga boulot avec un jeune en galère plus plus!

Il y aurait eu un mouvement du câlin voici qques années et mes belles-filles sont au jus, paraît-il! Faut que je me renseigne!!!
C'étaient des hughs? Si oui, trop cool! comme en Amérindien de base western! Hugh qui se disaient les Zozos grimés en Apaches que des fois c'était trop drôle, les peaux rouges! Genre carotène!
Pas beaucoup de temps ce morning!!! Sorry!

Zoubix et Câlinoux!

Je rajoute ce soir que "tranquille sur 2 pieds" et Cheyenne ne se sont pas encore recroisées! Qu'elle l'a prise en photo plein de fois et emporté tout ça avec fierté! Et comme Cheyenne ne sait pas encore tout à fait bien utiliser le web ça reste en  ??? Mais sérieux, je ne doute pas une seconde que ça va le faire  :-*!

Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Janvier 2019 à 07:51:54
Hugh!!!
Alors là, Catherine-ito, faut que celle du fermier et du mec en BMW tu la partages!!! J'en rigole encore !!!
Hier Premier de la classe et ses leçons sur le social m'ont exactement fait la même! Un gag! Je crois qu'il n'y a pas meilleure façon de poser notre propre débat genre dernier rang! Merci encore de ce morceau d'hilarité aussi bon que ma confiture de tomates vertes sur ma première tartine élégamment trempée dans mon bol de  café! Floush, floush, Mr du fond, vous pouvez répéter la question? ;D ;D ;D ;D ;D! ?
Et justement ma question du matin, elle est chaude pour nous les endeuillé(e)s. Hier en balladant Cheche, radio france s'amorce pil poil sur cette question du journaliste à une Dame Endeuillée du décès de sa fille voici 7 ans :

"Est-ce qu'on s'en remet?"


Nous les endeuillé(e)s, on est pas dans le factice organisé. Cette question elle taraude, tiraille, agresse des fois, calme parfois, etc. Vous connaissez autant que moi.
Qu'est que je répondrais à ce truc que j'me suis dit? Je ne sais absolument pas comment faire état du non-sens qu'elle représente pour moi. C'est la-dessus que j'a dormi, sachant que bien d'autres sujets me taraudent aussi et qu'il faut bien trier, comme nos déchets. Mais cette question- là pour moi, c'est une montagne  digne d'être comparée aux décharges envoyées aux pays dits émergents par les pays dits émergés.
Je crois pouvoir répondre un truc du genre :

 "je ne sais pas vous dire autre chose que de me sentir vivre dans un  ailleurs, et pas tout le temps, vu que je suis encore vivant. Et j'ai pas la moindre envie de filer des leçons pour répondre à cette p----n de question".


En tout cas, cet ailleurs il est constitué de signes plus ou moins perceptibles, plus ou moins compréhensibles, plus ou moins soudains, jamais certains en tout cas. Et de lire d'autres fils ce potentiel est éminemment intime, personnel, subjectif, unique et particulier à chacun(e) d'entre nous. C'est ainsi que je le ressens, comme le profond respect en les lisant.
Ainsi, hier j'ai croisé une adorable Toutoute, au caractère style Vivo mais avec un doigt de domination qu'il n'avait pas, que Cheyenne a tenu tranquilou à sa place et qui s'appelait "Flamme".
"Flamme, âme", chacun(e) y voit ses résonances ou pas, libre de droit!

Perso, je ne crois pas à la réincarnation de l'égo dans l'au-delà.
Je crois à sa transformation, son intégration et son action au sein d'un collectif de "flammes d'âmes plurielles mais individué(e)s, différenciables mais indissociables, infinies mais définies, indulgentes mais vigilantes".

Sagesse Navajo me dit d'attendre la suite de cette question! ça ouvre un sacré débat!

Et à toi la balle Mircéa!!!

Zoubix!

Pascal-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 25 Janvier 2019 à 09:42:32
tu vois Pascalito, tu l'emmerderais bien ton journaleux à parler comme ça passque le temps d'antenne, dis, le temps d'antenne, tu comprends, y faut qu'y s'arrangent, ils doivent s'arrranger pour que nous on les arrange à pas dire des réponses qui prendraient trop de temps, tu me suis ? Bon, allez, j'arrête sinon le bout de tartine y va plonger dans la tasse et c'est pas bon un bout de tartine repêché du fond de la cl ... heu, de la ta-sse, pardon o parle pas la bouchplène
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Janvier 2019 à 14:47:24
 :D :D :D Ah ah t'as raison Souci! j'ai effectivement ressenti que la personne interviewée était en quelque sorte "pressée" par les questions tout en cherchant à transmettre des réponses cohérentes. Un rythme de parole  comme si elle tentait de faire rentrer un truc trop grand dans un tout petit contenant! D'où ma totale incapacité de m'imaginer dans cette situation! :P
L'impasse! :-X

Côté tartine de confiote fond de bol ,cette question méconnue du chancelier Bismarck pour son bateau du même nom  :
"Le Bismarck est-il un sous-marin?"
"Non".
"Alors on coule". ;D
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 26 Janvier 2019 à 00:51:15
En tout cas, cet ailleurs il est constitué de signes plus ou moins perceptibles, plus ou moins compréhensibles, plus ou moins soudains, jamais certains en tout cas. Et de lire d'autres fils ce potentiel est éminemment intime, personnel, subjectif, unique et particulier à chacun(e) d'entre nous. C'est ainsi que je le ressens, comme le profond respect en les lisant.
Ainsi, hier j'ai croisé une adorable Toutoute, au caractère style Vivo mais avec un doigt de domination qu'il n'avait pas, que Cheyenne a tenu tranquilou à sa place et qui s'appelait "Flamme".
"Flamme, âme", chacun(e) y voit ses résonances ou pas, libre de droit!

Perso, je ne crois pas à la réincarnation de l'égo dans l'au-delà.
Je crois à sa transformation, son intégration et son action au sein d'un collectif de "flammes d'âmes plurielles mais individué(e)s, différenciables mais indissociables, infinies mais définies, indulgentes mais vigilantes".

Sagesse Navajo me dit d'attendre la suite de cette question! ça ouvre un sacré débat!

Et à toi la balle Mircéa!!!
Mes croyances après la vie : c’est carrément pas clair du tout … (j’y reviendrai certainement plus tard quand ça sera moins le bazar mais je sais que j’aurai toujours des doutes, des questions ….).

Une forme de réincarnation : peut-être ? Mais je n’accroche pas à sa représentation occidentale (trop à notre image d'Homme).
Je pense qu’une « énergie » continue d’être après la vie.
Avec une survie de la conscience : oui ? Non ?
Pour toi, Pascal : égo = conscience ?

"un collectif de "flammes d'âmes plurielles mais individué(e)s, différenciables mais indissociables, infinies mais définies, indulgentes mais vigilantes".  : ça me plaît bien, ça permet de penser qu’il reste une part de ce que chacun a d ‘ "unique » dans cet « ensemble »

Autant une forme de « reliance » avec les autres, avec la nature, avec un « tout » ici, ans la vie, je peux la sentir  (quand je suis retournée au Sri Lanka il y a plus de 15 ans,  lors d’un temps dans une forêt splendide, j’ai ressenti un court instant cette unité dans ce « tout », ça ne s’oublie pas ….)
autant une reliance avec un éventuel au-delà : je ne l’ai jamais ressentie jusqu’à présent.

Pour les signes : même avant le deuil, j’ai l’impression qu’il y avait déjà ces « petits clins d’oeil » de la Vie pour « guider », interpeller ….
Depuis la mort de Mircea, c’est plus sensible …. mais souvent avec des doutes, des questions : signe ? l’inconscient ? interprétation ?
Pourtant quand des « signes » font lien avec Mircea : ils font danser mon coeur …
 
Voilà ….
alors je lance la balle (ou le bâton de paroles) à qui souhaite l’attraper ….   :)

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Janvier 2019 à 07:50:16
Pas coule, mais Coool! Hello !
Grande respiration et yop j'embraye! Je suis nul de chez nul en foot mais passe réussie dans l'équipe "ITO"! Pensée d'ailleurs pour le jeune homme de Nantes mort prématurément même si j'y connais rien de chez rien! C'est dans mon coin et jamais soft d'apprendre ce genre de news de  jeunes hommes DCD.


Autant une forme de « reliance » avec les autres, avec la nature, avec un « tout » ici, ans la vie, je peux la sentir  (quand je suis retournée au Sri Lanka il y a plus de 15 ans,  lors d’un temps dans une forêt splendide, j’ai ressenti un court instant cette unité dans ce « tout », ça ne s’oublie pas ….)
autant une reliance avec un éventuel au-delà : je ne l’ai jamais ressentie jusqu’à présent.


Cette porte de la reliance me parle bien et j'ai un truc en tête que je ne sais pas très bien comment aborder (sans passer pour l'allumé de service ;D, lol!) : si cette histoire de flammes resurgit c'est que j'en ai vues. C'est aussi ballot que ça. Je devais avoir 22/23 ans à l'époque et consommateur "honnête" de THC (tétrahydrocannabinol). "Honnête" car moins que d'autres connaissances, mais plus que celles et ceux qui s'abstenaient. Une autre époque, un autre temps social d'ouverture de l'après 1968,  en gros.
Je ne sais plus si j'avais déjà lu Castaneda, mais pour faire court il y développe l'enseignement Yaqui et la reliance avec le divin par l'intermédiaire de Mescalito, représentation et figure de ce divin qui se présente aux humains lors de prises ritualisées de peyotl. Mon expérience fut bien plus modeste mais m'amena au contact de 3 flammes. Cette rencontre "trinitaire" se borna à une signification bienveillante, indulgente pour citer Fed-ito, mais vigilante car "j'avais rien à foutre là!!!". C'était pas ma place, pas mon temps, pas le moment. une figure métaphorique sur le sujet des drogues résume assez bien cette sensation qui me fut signifiée : la drogue vous dépose en hélicoptère en haut de la montagne alors que ce chemin doit s'arpenter à pieds!!!
J'ai entr-aperçu ce visuel et cette sensation d'infini(e)s associés que j'ai retranscrite dans cette formule nécessairement "appauvrie". Cette "expérimentation" d'une autre réalité est à l'évidence un des moteurs que j'utilise pour affronter le deuil, sens de ce partage, mes ami(e)s. Comme Catherine, ça ne s'oublie pas.
Bon je repasse le ballon! ;D ???

Bisoux-ito.

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Janvier 2019 à 07:57:57
Ps : pour les Navajos, le coyote c'est l'égo. Conscience et égo c'est pas tout à fait un copié/collé je pense. à réfléchir! :-*
Comme fil j'vas me donner cette façon de concevoir le psychisme :
 
le psychisme c'est une conviction identitaire
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Janvier 2019 à 19:35:07
Quel décalage entre ce que le décès de ma fille m'amène à explorer et ces images vues ce soir à la télé! Des brigades cinéphiles! Moi, voir  des chiens, mêmes muselés, face à des manifestants ça me choque! Quelle honte! ça a des relents nauséabonds, ni plus ni moins. Je me sens largué, et un peu dégouté aussi. C'est pas glop ce soir, pas glop du tout comme disait Pifou! l'était plus sympa ç'uila comme Toutou!
Tchao-ito.
Un peu troué le Pascal-ito! :o
Et un grand salut à Greta Thunberg, elle me remonte le moral! :-* :-*
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Janvier 2019 à 08:22:37
Bonjour!
Les monts de la Madeleine font quand même 1165m! Alors que Marie Magdalena  Von Loch était certainement plus petite que l'un de mes idoles de jeunesse : Bob Marlène. Exodus! Non pardon, eurêka! Je me sentais comme un culbuto devant une émission de jeux de TF1 : j'y comprenais rien! Mais ça y est j'ai compris en trempant une marlène dans mon bol que la Madelon, elle avait de tout petit petons! Misère et boule de gomme, mystère et boule de rhum, ça me fait le plus grand bien de lire des trucs où je comprends rien! ça m'évite de me sentir haut de plafond  et  de me surchauffer les synapses!  Le 28 janvier c'est une date pas du tout fastoche pour Fed-ito et j'espère que mes conneries des fois un peu bas de plafond(le Bismarkest-ilunsous-marinnonalorsoncoule) l'aideront à  penser à Raphaël comme il sait faire en gardant sa force de Papa. Et sans froisser Faik, pace que moi j'aime bien aussi lire ses écrits et ce qui s'en dégage, comme plein d'autres, ça m'aide au moral!

Vive Shaun le mouton!


Je m'en vais brouter aussi et relire "chroniques de la haine ordinaire".

Smackous! (sauf à ceux en marche, pour la plupart  les méritent pas!)  Brout, brout, brout!F'murr.

Ito.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Janvier 2019 à 14:40:41
Au fait, y a "ma" Nana qui me dit que y a Papa qu'a retoqué Marlène! Mince alors! Et que sur l'égalité des SDF (habitants de la rue) y a 2 femmes sur 5! Y a eu un débat qu'elle me dit avec truc, là, qui fait blabla! Bah ça, me v'là tout ballot de plafond, crénom! Je m'y retrouve. Bon, c'est vrai qu'on s'y paume un peu, pace que des foulards rouges j'en avais un quand j'étais au JC (jeunesse communiste, si si!) à 13 ans! Quand même les gilets jaunes, arrêtez de piquer les ronds points aux HDR (habitants de la rue ;D); C'est violent quand même de piquer l'habitat d'autrui! Remarquez dans mon souvenir de travailleur social, l'un des moments les plus poignants ce fût quand je suis allé avec une jeune voir sa Maman au dépôt de Nanterre. J'en ai vu dans ma vie, mais là j'ai encore les joues qui piquent de voir tant de détresse humaine, sérieux c'était vraiment hardos! Et je me suis senti impuissant. ça fait partie des choses qui ont poussé ma propre fille à se bouger et à en mourir. Et là, fini de rire. Allez, Marlène, y a une pétition qui tourne!
Tchao d'ito!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Janvier 2019 à 07:17:47
Salut!

 L’écocide : d’un crime contre l’humanité à un droit pour la Terre
Alors que nous vivons déjà la sixième extinction de masse, faudra-t-il que chacun subisse la perte d’un être cher à cause d’une catastrophe naturelle pour que nous décidions tous d’agir ?
From "La relève et la peste".

Contraindre les activités industrielles et étatiques au respect du vivant et de la Terre, c’est le combat des juristes militant pour la reconnaissance de l’écocide, comme la française Valérie Cabanes.

Pour Javotte, pour Raphael et tous nos enfants, merci de votre lutte. Transmis à LP4Y par facebook ce jour en lien avec un nouveau groupe en partance pour l'Asie.

Je ne baisserai jamais les bras. Jamais. Bisous.

Pascal-ito.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 29 Janvier 2019 à 00:24:11
L’écocide : d’un crime contre l’humanité à un droit pour la Terre
Alors que nous vivons déjà la sixième extinction de masse, faudra-t-il que chacun subisse la perte d’un être cher à cause d’une catastrophe naturelle pour que nous décidions tous d’agir ?
From "La relève et la peste".


Ca fait des morts aussi en dehors des catastrophes naturelles ..... malheureusement tu en sais quelque chose .....
Solidaire de ta lutte qui est aussi un très bel hommage à Javotte....


Que la terre mère
Toute entière
Vous porte dans son lit
Ennobli
Pour vous !
Que la terre mère
Vous enveloppe
De son air pur,
Réparateur,
Salvateur,
Et développe
Pour vous des boutures
De réconfort,
Des fruits réparateurs !
Que la terre mère
Vous tisse un habit de force
Et  vous renforce !
citation, Ma fille chérie. :-*


petit texte en complément (terre mère nous donne beaucoup et nous en retour ?)


Fais-moi de beaux jardins

"Fais-moi rêver, humain. Fais-moi de beaux jardins.
Redonne-moi mes arbres, mes forêts
et ma nature incontaminée.
Redonne-moi mes poissons, mes oiseaux,
mes abeilles et mes papillons.

Je suis la Terre, fais-moi rêver, humain.
Aime les animaux, ce sont tes frères.
Donne-moi tout l'amour dont tu as besoin
car selon une antique loi de la nature
c'est en donnant que l'on obtient."


Nadine Léon


p.s : "conscience, égo" : c'est déjà compliqué à comprendre pour moi, alors avec "psychisme" en plus .... : je vais demander à ma psy qu'elle essaye de m'expliquer ....
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 29 Janvier 2019 à 06:22:21

Merci Pascal

https://www.youtube.com/watch?v=l8eOcnAnwno..... M. (Matthieu Chedid)..... Massaï

Paroles de la chanson Massaï par M (Matthieu Chedid)

Tu penses à quoi ?
Aux rêves inutiles
Loin d’être sage je songe comme un singe des villes
Tu penses à quoi ?
Ému par l’univers
Quand ma vie danse en transe aux bras de l’enfer
De l’enfer

Massaï
Ces histoires m'assaillent
Tous ces visages Massaï
Si souvent ...
Si souvent ...

Toute une vie qui s’étale dans ce miroir
Subtile, fatal, ce regard sans âge
Qui résonne millénaire, dévisage

Massaï
Ces histoires m'assaillent
Tous ces visages Massaï
Si souvent ...
Ouais Si souvent ...

Alors je fuis les mots comme je marche sur la terre
Loin de cette vie toxique je m’envole dans les airs
Béton armé dans une armure amer
Voit que nausée fébrile fidèle, éphémère

Massaï
Éphémère
Massaï
Éphémère
Massaï

Massaï
Ces histoires m'assaillent
Tous ces visages Massaï
Si souvent ...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Janvier 2019 à 08:31:25
Merci aussi mes Ami(e)s. Notre lutte est lourde et commence en nous-mêmes mais que cela aide tant de se sentir entouré(e)s de soutien, de compréhension, d'amitié, de reconnaissance, de solidarité et de ce simple geste qui effleure l'enveloppe de votre tristesse en la respectant.
Aujourd'hui j'ai compris le silence de mon fils cadet. Son sens. C'est une protection.
C'est si douloureux quand on est Maman de perdre un enfant. Comment se défaire de la cruauté qu'elle fouille en nous, au plus profond de nos entrailles si ce n'est en haïssant? Quelle illusion que de penser qu'on puisse y couper, nous sommes les un(e)s et les autres si  banalement humain(e)s.
Pourtant, à l'aube de l'humanité, ce qui nous a lié c'est d'être ensembles autour d'un feu à se réchauffer. l'image instantanée qui me traversa le jour de la mort de ma fille fut celle d'une solitude glacée dans laquelle elle se sentait. Pauvre Papa, pauvre de moi, je lui ai envoyé de toutes mes forces l'amour le plus intense que je pouvais lui adresser pour la rassurer, l'entourer, la tranquilliser, l'apaiser, la protéger, la guider si besoin était vers un chemin autre que cette solitude glacée. Quand une Maman est terrassée de douleur peut-elle supporter ce qui alors ne peut être dit? Ma réponse est non et le chemin est long pour qu'il déroule son temps, pour nous tou(te)s.
C'est triste aujourd'hui, la tempête va rager, mais elle va passer.

Nous n'avons d'autres armes que nous-mêmes


Bisoux.

Pascal-ito.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 29 Janvier 2019 à 13:25:11
En te lisant aujourd'hui, triste avec toi, très émue aussi en écoutant ce moment d'amour d'un papa envers sa fille :
je lui ai envoyé de toutes mes forces l'amour le plus intense que je pouvais lui adresser pour la rassurer, l'entourer, la tranquilliser, l'apaiser, la protéger, la guider si besoin était vers un chemin autre que cette solitude glacée.
en te souhaitant de traverser au mieux cette tempête .....

Avec toi Pascal, autour du feu, je te dépose un panier de plumes et de douceur ....
 :-*
Catherine

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Janvier 2019 à 15:05:02
Merci Catherine. Il fait du bien ce partage. Comme ce message intérieur que j'ai perçu me disant "t'inquiètes, Papa, j'ai trouvé le chemin de l'univers et ses confins, je ne me suis pas perdue dans cette solitude glacée qu'il nous faut traverser. Non plus j'y suis restée car c'est d'être aimée qui empêche d'y errer".
Et maintenant, après ce temps, si bref aux yeux de la mort, cet amour ressenti est aussi ce qui lui permet de se détacher de ce que nous éprouvons, nous, les vivants, de cette même solitude glacée dans laquelle nous nous trouvons englué(e)s. Nous maillons nos coeurs d'un coussin de douceur pour nous aider à faire taire nos douleurs. Et eux, plus apaisés de nous sentir plus apaisés peuvent nous laisser pour explorer les ailleurs, comme  devenu(e) plus légers que plume le bois de Grand Pin m'indiqua.

Pascal, Papa de Javotte.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Janvier 2019 à 09:20:09
Hello!

Citation de chez Fed-ito.
Jusqu'à ce qu'on se revoit.


Environ  8 mois après le décès de ma fille, l'amputation psychique (à vif, un arrachement plutôt pour dire plus vrai ) s'est transformée en sensation de trou. Bien des moments d'échanges avec l'un de mes amis qui a vécu un veuvage précoce et bien des discussions qui, à l'époque, avaient scellées notre amitié. Ce trou....les points de suspension c'est exprès, car comment se suspendre à un trou?
A quelle distance se tenir de ce trou sans le perdre de vue ni y être aspiré? A quelle fonction  condamne-t-il notre état  de trapéziste de la douleur souffrante? A quel point faut-il stabiliser le curseur?  Et ce curseur dont la maîtrise échappe, peut-il suffire à ouvrir ce deuil dit apaisant? Déjà cette interrogation du néant en soi marqua une fin de ma première tranche analytique voici 30 ans.
La vie étant faite pour partie de boucles, le néant  explosa bien des années après en un " big-bang"  dont il n'est  pas besoin ici de préciser la nature.
De ce trou de douleur un autre univers est né, passage entre  reliance et résilience , jusqu'à ce qu'on se revoit après notre grande partance comme celle d'une autre naissance. D'accord la dessus de ce propos des Morts aux vivants :"nous avons été ce que vous êtes, vous serez ce que nous sommes".

Substitut symbolique de la mort, le trou signe-t-il  la nécessité de séparer d'un temps  l'état d'être de celui de non-être?


Courage! Courage à nous les endeuillé(e)s nous en avons grand besoin.

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 31 Janvier 2019 à 07:55:04
Salut!

https://youtu.be/oG6fayQBm9w
Transformer. L'un des phrasés les plus superbes au  sax à 3,38. :-*
Sinon , pour aujourd'hui :
 https://youtu.be/uRWyxzmNdJc

'M LOVING IT!  SINGING IT! Sunny, yesterday my life was filled with rain. Sunny, you smiled at me and really eased the pain. The dark days are gone, and the bright days are here, My Sunny one shines so sincere. Sunny one so true, I love you. Sunny, thank you for the sunshine bouquet. Sunny, thank you for the love you brought my way. You gave to me your all and all. Now I feel ten feet tall. Sunny one so true, I love you. Sunny, thank you for the truth you let me see. Sunny, thank you for the facts from A to C. My life was torn like a wind-blown sand, And the rock was formed when you held my hand. Sunny one so true, I love you. Sunny, thank you for the smile upon your face. Sunny, thank you for the gleam that shows its grace. You're my spark of nature's fire, You're my sweet complete desire. Sunny one so true, I love you. Sunny, yesterday my life was filled with rain... :'(

https://youtu.be/Tb-GvpCUwDw
Un autre grand moment pour Fedo et endeuille(e)s que nous sommes!

Tchao Amig(a)os

écouté en boucle aux moments les plus affreux. Merci Janis.
https://youtu.be/guKoNCQFAFk

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 31 Janvier 2019 à 09:06:26
et puis ça, histoire de se donner un peu la patate!

https://youtu.be/EHV0zs0kVGg

Go!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Février 2019 à 08:13:35
Bonjour d'ed-ito!

Ce matin, j'ai un peu plus la patate, merci aux Blues Brothers! Et à Fed-ito aussi. Souvent, j'admire son courage. Il m'aide mon Amigo à traverser des périodes de doutes dans cet escalier du deuil qu'il nous faut monter marche après marche, quitte des fois à en redescendre 2 ou 3 pour reprendre de l'élan.
Rien à faire, ça fait partie du mouvement et pas moyen d'y couper, à celui-là, de mouvement, il faut bien l'accepter, je n'ai absolument rien à y redire, Nos enfants ont rendu leur mort inacceptable et nous devons accepter cet inacceptable.
Humilié(e)s, battu(e)s, rejeté(e)s, dénié(e)s, cassé(e)s, broyé(e)s, j'en passe et ne cherche aucune surenchère dans l'expression de nos douleurs, mais je rejoins les affiches collées ce matin en Belgique :

On veut bien éteindre les lumières mais il ne faut pas se foudre de notre gueule!


Ce monde qui a conduit nos enfants à des morts prématurées n'a d'écho que dans la rage de cette jeune qui vient mettre à Davos  les "grands" de ce même monde au pied du mur : "je ne veux pas que vous espériez, dit-elle, je veux que vous paniquiez".
 Alors oui, j'accepte  les forces que nos enfants insufflent par la fenêtre du trou que leur mort a ouvert en nous avec la même force que le "j'accuse" de Zola, même si des fois je faiblis.
J'accepte que ces forces nous tiennent encore debout pour lutter, dire, écrire, chanter, pleurer, rire aussi parfois, ne pouvoir se souvenir sans souffrir, partager ici et ailleurs.
J'accepte que mon ressenti ne soit qu'un maigre ressenti face à la somme de ressenti des endeuillé(e)s tout entier, entre la tempête qui a secoué la yourte de Catherine, les pleurs du Papa de Fed, la mort du mien en date de l'anniversaire de ma fille et tous ces "Autres" qui sont là, à nos portes  si nombreu(se)x dans le noir.
J'accepte d'éteindre les lumières, mais arrêtez de vous foutre de notre gueule, l'inacceptable n'est pas acceptable.


Entre Geronimo et Sitting Bull, mille milliers de bisoux à Vous! Everybody needs somebody to love! ;D

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Février 2019 à 19:38:23
Et le compère de Janis : Jim !

https://youtu.be/k9o78-f2mIM
Merci Fed aussi pour ces extraits si justes :
D'où l'importance capitale de comprendre ce qui se passe. Ce n'est pas parce qu'on "sait" qu'on a moins mal. C'est parce qu'on sait qu'on donne un autre sens à sa souffrance et ça, c'est une différence considérable. On ne souffre plus "à vide" on comprend qu'il y a une cohérence interne dans ce qu'on est en train de vivre.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Février 2019 à 08:23:46
Saluto de samed-ito!

Bon, j'a bien commencé ma journée que je me suis régalé d'une chouette vidéo de Cristophe Fauré. Sérieux, je pense vrai de vrai que ce qu'il écrit, ça continue de me raccommoder autant avec les psychiatres que René Roussillon avec la psy. De vrai aussi, j'ai connu aussi des psychiatres top, mais assez marginaux par rapport à la médecine du genre médoc/médoc, consult rapido et salut bye/bye. Faut quand même préciser sinon Katrin va nous faire un trauma! Lol!
Et ça a bien collé cette vidéo et son final, la bagnole et la chasse d'eau qui priment sur l'essentiel de la vie.
PFoooooooooooooufr. c'est pilpoil le bruit de ma chasse d'eau quand j'ai appuyé sur le bouton chasse d'eau petit pipi en me disant qu'évacuer ce que Lacan disait du grand conflit entre petit pipi et grand zizi était assez essentiel dans notre dame psyche, pour autant que cela ne concerne que notre versant féminin. Car bien d'accord avec tout ce que Cristophe Fauré a dit, l'évacuation est vraiment vraiment un  sale problème de notre plomberie psychique. Et sérieux, même du dernier rang, je ne me moque absolument pas de cette partie : ça me fait même le plus grand bien de constater que les personnes que je pense authentiquement  plus intelligentes que ma pomme finalement sont dans la même galère et tentent au mieux de nous inviter à avancer dans ce merdier (sans jeux de mots/maux ;D) qu'est notre psyché.
Que ne faut-il équilibrer!!!!! Et en plus des fois, il y a un contexte qui nous fait prendre des vessies pour des lanternes. Je m'en sens tout lampion, ludion, pardon vu qu'on ai dans le côté aquatique. Et le titre doctoral, eh bien des personnes comme Cristophe Fauré, je suis d'accord avec. L'un de mes formateurs, psychiatres aussi avait écrit un bouquin suite à un séjour en Bosnie sur la clinique de reconstruction.
Toujours genre pieds dans le plat, je lui avais dit que j'avais bien aimé son bouquin sur la "reconstruction de la clinique"!!!! Ah ah, on se refait pas quand on a fait sa scolarité au dernier rang! ;D
Bah, moi, je trouve que Cristophe Fauré il fait partie des personnes qui la reconstruise, cette clinique, et ça c'est ok pour écrire Dr Fauré!

Vive La Roussette, Shaun et les Mercedes-Benz!

Bonne journée et tenez bon! Bizs!

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 02 Février 2019 à 19:25:33
C'est une nouvelle vidéo ou une ancienne?I ne me semble pas la connaitre...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Février 2019 à 19:38:49
Voici la vidéo Eva!

https://youtu.be/REDa0JX3cY4
Zoubis!

Ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 02 Février 2019 à 20:33:33
Ben non là c'est Christophe André !

C'est bien aussi.  Cela n'aide pas vraiment pour le deuil , mais pour accepter le moment présent, s'arrêter, repenser sa vie etc ...   il a complètement raison. Moi j'aime bien son blog :

http://psychoactif.blogspot.com/

Zoubis les ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Février 2019 à 08:28:09
Hello les itos!

Après une bonne nuit de rêves entre petit pipi et grand zizi un peu à rigoler bêtement de ce qu'aurait dit Lacan, roi du dernier rang,  entre impuissance et toute puissance, maîtrise et non-maîtrise, corrélatifs, interactifs,rétroactifs, divergents, convergents, astreignants et ASTRINGENT!
Astringent , définition : se dit d'une substance qui resserre et assèche les tissus et peut faciliter leur cicatrisation.

Je suis d'ac Nora, les propos de cette vidéo ne sont pas direct deuil, posologie et soignants au sens médical du terme. Mais, pourtant qu'il a raison!
Méditation : je le fis, ça pose.
Nature : Grand Pin et sa plume, ça pousse.
Altruisme : "la beauté de la différence l'emporte sur la complexité de la vie", ça guide.
Essentiel : relations et valeurs, homéostasie, comprendre, cultiver et partager, ça se tient!

Je maintiens : les endeuillé(e)s se prennent en pleine poire la non-maîtrise et doivent se replier sur un tout-détruit qu'il doivent réapprendre à maîtriser entre douleur, horreur et  terreur, même (ex, je pense aux moments de réelle terreur que j'ai traversé à la seule idée de revivre l'inacceptable). Alors l'humilité est un bon guide dirait homme-médecine (les shamans ça existait pas chez les Navajos, je crois) et revient à des principes simples et de bon sens assez basiques.
D'un côté qu'un Cristophe Fauré, psychiatre de grande acuité, je maintiens,  et d'un autre un Cristophe André,  soient obligés de rappeler avec leurs outils réciproques des aspects qui ne font que me confirmer à quel point notre société industrielle a divergé de vérités qui dérangent pour opter vers des mensonges qui rassurent, au final, ça me convient. Et là, avec tout mon respect pour ces pratiques de différentes approches, je les rejoins.
A nous endeullé(e)s de faire notre propre chemin, la médecine ne peut pas tout pour nous, seulement ce qu'elle peut et la nature idem.

Primum non nocere dans les 2  sens.
Sourit Clin d'oeil Délire Grimace Fâché Triste Choqué Cool Hein ? Roule des yeux Tire la langue Embarrassé Bouche cousue Indécis Bisou Pleure


Ouais, D'ac Nora, je me suis gouré, perdoname de pas avoir tilté,  mais mon inconscient lui non, et normal il est plus intelligent que ma pomme!
Rêve, lapsus, actes manqués, etc! Le coquin a du chien! Vive Cheyenne-ita et tous nos animaux ami(e)s même les canards; Coin-coin, que je dis.

Zoubis les itos.

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Février 2019 à 12:06:54
 :D coin-coin!

Une paysanne russe de l'ancien régime arrive sur une banquise où des morses font un sacré tintouin. HUK HUK HUK HUK!
Et bing, ils se taisent dès qu'elle apparaît. Silence puis cris tous doux genre uuuuuuuuuuuuuuuuuk.

La moujik adoucit les morses.


https://youtu.be/loFDn94oZJ0

 :-X fermeture! Bizs.




Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 03 Février 2019 à 14:01:13

Salut coin-coin-ito !

Juanita & Cheyenne-ita ! ... etc...

Zoubis les itos

Fed-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Février 2019 à 14:44:44
 ;D
 https://youtu.be/17vFHKwq8B8!

bizs ito  Amigo!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 03 Février 2019 à 15:22:45
 
;D
https://www.youtube.com/watch?v=Zqn41lMIGg8

En ce moment, je suis très câlinothérapie !

Biz ito Amigo ! hihihi !

Fed-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Février 2019 à 16:11:10
Ah ah! grave top mon Ami, merci pour mon moral! :D :D :D :D :D :D
Sublime : à quoi on reconnaît un motard heureux? Aux moucherons collés sur ses dents!
https://youtu.be/I38ea3GoHXQ
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 03 Février 2019 à 18:44:00

Bonjouille mon Pascalouille !

Aujourd'houille, journée Pyjama pour ma pommouille !
                                          - je grassouille la matinouille,..
                                          - je petit-déjeunouille...
                                          - je glandouille...
                                          - je mangeouille...
                                          - je siestouille...
                                          - je reglandouille...
                                          - j' ordinatouille
                                          - je télévisouille...

Comme ça... pas le temps... à la pensouille !

Bon dimanchouille-pyjamanouille de la part de Federicouilles...

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Février 2019 à 07:52:55
Ouille, ouille, Pascalouille!
Ah ah, encore merci Fedo de toute ton attention. Rigoler un bon coup quand Narcisse en en a pris un de coup dans la tronche,  ça fait le plus grand bien et c'est ça qui me plaît entre nous, les Papasouille ouille. On a tellement morflé que c'est pas un moteur que le notre de se croire le plus fortiche. D'ailleurs, perso ça jamais été trop le mien, ce genre du  masculin. Je dirais même que c'est ce qui m'a poussé à refuser pas mal de trucs du temps où les féministes massacraient notre genre, phallocrates et héritiers d'une tradition de domination dans laquelle perso j'avais pas vraiment vraiment envie de grandir : mon propre Papa m'a refilé ce virus dès tout petit et merci que je lui dit! Dominants/dominés, c'est comme l'adret et l'aubac, on peut trouver un milieu!
Cela dit diminuant/diminués aussi!  :D j'ai pris une sérieuse leçon d'apoptose, vu que c'est vrai, notre cervelle a été bien sonnée quand elle s'est tordue en 2. A suivre... J'arrive encore à rouler normal en bagnole, pas tout à fait aussi bien que ce vieux Mr suivi on the road voici qques jours qui organisait son brexit tout seul en roulant à gauche. J'ai d'ailleurs entamé une danse des canards tout seul derrière en faisant coin-coin, histoire qui s'arrête avant de foutre en l'air qq'un(e). Heureusement qu'un Mr de la marée-chaussée ne m'a pas vu ou un chasseur, je me serai fait plomber! ;D
Eh bah toi mon Poto-ito, c'est l'inverse, tu m'as redonné mes plumes et avec celle de Mircéa-ito, l'indien de Scalperlipopette-ito  et les mots gentils de Nora-ito et d'autrui(e)s c'est bon je vole à nouveau! Yes! Merci, c'est bon de retrouver Blériotte dans les hauteurs, nom d'un génie des alpages.

Le téléphérique fou a encore frappé et la parole sacrée est "Vroum". F'murr.


Zoubis-ito de Blériotte-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Février 2019 à 07:14:35

Copes, formation pour les professionnels de l’enfance, de l’adolescence et de la famille

    Formations intra sur site
    Formations inter au Copes
    Toutes nos formations
    Brochure 2018
    Brochure 2019
    S’inscrire

    Le Copes
        icone_Copes.png
        icone_formation_inter.png
        icone_formation_intra.png
        icone_ODPC.png
        icone.png
        tv.png
        scope.png
    De l’enfance à l’adolescence
        icone.jpg
        icone.jpg
        icone.jpg
        virtuel.png
    Problématiques familiales et sociales
        icone.jpg
        icone.jpg
       

Honte et culpabilité : entrave du lien avec les familles

Début : jeudi 14 février 2019

Les destins de la culpabilité et les effets de la honte parasitent souvent à leur insu les acteurs des prises en charge.

Leurs effets peuvent altérer la relation, les liens professionnels-familles ou familles-professionnels voire même interdire toute forme d’alliance et de confiance.

La honte, la culpabilité, indicibles souvent, niées parfois, enferment le sujet dans un isolement coûteux ; difficile alors de se reconnaître une place à part entière.

Si les jugements surmoïques impitoyables peuvent attaquer parfois cruellement l’estime de soi, le regard social dans sa normativité renforce chez le sujet un sentiment d’exclusion. Solitude rendue aigüe par la douloureuse conscience d’être « marginalisé ».

Comment, dans les pratiques professionnelles, dans le quotidien de la clinique, tenir compte de cet implicite qui éloigne les prises en charge des valeurs de dignité qui les fondent ?

    Golse Bernard,

    Pédopsychiatre ; psychanalyste (membre de l’Association psychanalytique de France) ; ex-chef du service de pédopsychiatrie de l’hôpital Necker-Enfants malades, Paris ; professeur émérite de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, université Paris V-René Descartes, Inserm, U669, Paris, université Paris-Sud et université Paris V-René Descartes, UMR-S0669, Paris ; ex-membre du Conseil supérieur de l’adoption (CSA) ; ex-président du Conseil national pour l’accès aux origines personnelles (Cnaop) ; membre du conseil scientifique de la Société française de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et des disciplines alliées (SFPEADA) ; président de l’Association Pikler Lóczy-France (APLF) ; président de l’Association pour la formation à la psychothérapie psychanalytique de l’enfant et de l’adolescent (AFPPEA) ; président de l’Association européenne de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent (AEPEA) ; président de la Cippa (Coordination internationale entre psychothérapeutes psychanalystes s’occupant de personnes avec autisme) ; président de l’association Cerep-Phymentin, Paris
    Dumora Marie,

    cinéaste
    Équipes de l’Ermitage,
    Stephanoff Marina,

    Directrice et psychologue clinicienne au Centre d’accompagnement parent-enfant (Cap Alésia), Paris 12e
    Lefèbvre Danielle,

    psychologue clinicienne, psychothérapeute, ex-directrice de CAP ALESIA (Centre d'Accompagnement Parent-enfant)
    Detry Laurette,

    psychologue clinicienne dans l'équipe de néonatalogie et unité Kangourou, de réanimation néonatale et pédiatrique de l'Hôpital Yves Le Foll de St Brieuc; superviseure, spécialiste de la prévention précoce et de la périnatalité
    Tisseron Serge,

    Psychiatre de l’enfance et de l’adolescence ; docteur en psychologie ; directeur de recherche à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense ; thérapeute familial au CMP, Paris 11e, 5e intersecteur

Inscription

Pour vous inscrire, vous pouvez :

    soit compléter en ligne ce formulaire.
    soit imprimer et compléter la fiche d’inscription.
    soit nous contacter :
    Copes, 26 boulevard Brune 75014 Paris
    Tél. 01 40 44 12 27, fax 01 40 44 12 24
    formation@copes.fr

Thèmes
Objectifs
Méthodes de travail
Public
Programme
jeudi 14 février 2019
09:0010:00

    Golse Bernard

Se sentir coupable d’être honteux, se sentir honteux d’être coupable. La honte et la culpabilité peuvent apparaître comme des concepts voisins mais ils sont cependant distincts. La honte implique une perte de l’estime de soi (hémorragie narcissique), la culpabilité implique une dimension d’auto-reproches (perte objectale). De ce fait, la honte renvoie au Moi idéal et la culpabilité au Surmoi, mais les choses ne sont pas si simples notamment au regard du développement précoce et les deux concepts posent la question du pouvoir sur soi ou sur autrui. Peut-on se sentir coupable d’être honteux et/ou se sentir honteux d’être coupable ? C’est l’équilibre entre le courant narcissique et le courant objectal qui se trouve ainsi interrogé notamment dans le champ des dépressions des bébés et des adolescents.
10:0011:00

    Tisseron Serge

Dire la honte pour éviter qu’elle se transmette. La Honte n’est ni la pudeur, ni la culpabilité, et elle est d’autant plus redoutable qu’elle avance souvent masquée. Mais sa reconnaissance est essentielle pour mettre en route une ré-affiliation du sujet honteux à la communauté des hommes. Pour passer de « la honte qui tue » à la « honte qui sauve », il faut d’abord la reconnaître et la nommer. D’autant plus que nous la ressentons quand nous courons le risque de nous déshumaniser, mais aussi lorsque nous nous sommes éloignés, sans même nous en apercevoir, du pacte qui fonde l’humain et que nous y revenons. Et il faut retrouver les sentiments que la honte a étouffés, à commencer par l’angoisse et la colère : ces sentiments sont en effet la base à partir de laquelle la personnalité peut se reconstruire. En même temps, le fait que la honte traverse les générations a pour conséquence qu’aucune honte ne prouve rien, ni sur les raisons pour lesquelles elle est éprouvée, ni sur celui ou celle qui l’a d’abord éprouvée, ni même sur la génération concernée initialement par elle. C’est pourquoi il est essentiel d’envisager les aspects générationnels de la honte. Enfin, l’empathie est importante à chacun de ces moments, d’autant plus qu’elle est souvent bloquée chez celui qui a un jour vécu la honte : il ne peut ni se mettre à la place de l’autre, ni accepter que l’autre se mette à sa place.
11:0011:30

Pause
11:3012:30

    Detry Laurette

L’expérience des carences à l’épreuve de la rencontre thérapeutique. La méconnaissance des troubles générés par le tableau des carences psycho-affectives tant dans le parcours d’enfance que la vie d’adulte peut entrainer un défaut d’appréciation clinique qui provoque impasses, ruptures, mépris, défiances mutuelles. Ressentir de la honte, voire de la culpabilité nécessite une construction psychique laissant une place importante à l’intersubjectivité. Dans les tableaux cliniques de carences lourdes l’accès, au fil de la prise en charge, à un ressenti de honte peut signer l’émergence d’un mode relationnel plus interactif.
12:3014:00

Déjeuner
14:0014:45

    Stephanoff Marina
    Lefèbvre Danielle

Honte de moi, honte à toi, honte à nous .La honte en partage La honte traverse insidieusement le dispositif de protection de l’enfance mais elle est rarement nommée ou repérée. Comme si il y avait une honte de la honte. Honte des parents défaillants, honte des enfants d’avoir de tels parents et qu’en est-il de la honte des professionnels? La honte flirte avec la culpabilité, en ce sens elle est subjectivante mais peut-être ce travail avec la honte de l’autre pour lui-même, suppose de la part du professionnel une identification trop embarrassante. Reconnaître la honte chez l’autre n’est-ce pas prendre le risque d’être confronté à sa propre honte en tant qu’acteur dans un dispositif qui participe à la honte éprouvé par les usagers ou bénéficiaires.
14:4516:00

    Équipes de l’Ermitage

Dignité et narcissisme au cœur de l’accompagnement. Les familles accompagnées dans les différents services de l’Ermitage (pouponnière, centres maternels et parental et accueil de jour), victimes d’exclusion et de solitude, se sentent souvent marquées par le sceau de la honte et de la culpabilité car stigmatisées par la société à travers leurs difficultés et celles de leurs enfants. Comment nous, professionnels, pouvons-nous les rejoindre suffisamment dans leur quotidien afin de soutenir, contenir et faire émerger leurs compétences propres et ainsi renforcer leur dignité et leur narcissisme ? Nous témoignerons autour de ces questions et des effets qu’elles produisent sur les professionnels à partir de l’exposé de vignettes cliniques qui seront analysées et commentées par Mme Marie Frieh, psychologue clinicienne à l’Ermitage.
16:0017:00

    Dumora Marie

Du particulier à l’universel : une histoire de frontière Au cours de ses tournages, Marie Dumora s’est constitué un territoire de cinéma dans l’Est de la France, le personnage d’un film l’entrainant vers le film suivant comme un fil d’Ariane. Dans ses films, il est souvent question d’enfances, d’adolescences, d’initiations, de baptêmes, de mariages, bref, de la vie et de ce qui probablement nous est commun par-delà la singularité de nos histoires. Pour avoir souvent accompagné ses films lors de projections et échangé avec divers publics, la cinéaste a pu mesurer combien nous percevons les films avec ce que nous sommes et combien les frontières peuvent être ténues ou au contraire insurmontables.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Février 2019 à 07:23:44
Hello!
reçu ça ce matin de Psynem. Je pense qu'il y a à manger la-dedans, ne serait-ce que la présentation de Serge Tisseron qui me convient bien.
Allez, je vous laisse faire votre tour de marché si ça vous tente d'en mettre dans votre panier!

En lien direct avec l'absence totale de honte des pseudos rois de Davos venu(e)s en jet écouter la petite pioupioute venue en train!

Pour passer de « la honte qui tue » à la « honte qui sauve », il faut d’abord la reconnaître et la nommer.


Soldats : garde-à-vous! ;D

Bizs d'ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Février 2019 à 09:21:04
Bonjour!

Militant de la perméabilité des frontières! ça m'irait bien comme épitaphe, avec en dessous mon prénom, nom, surnom et un rappel  style : il fût un homme au-net, résilience et silence.  ça serait un beau "chut!", avec un bel arbre planté sur mes cendres, comme Vivo, histoire d'entendre le vent dans les branches de sassafras. Bon, pour l'instant c'est que du laurier et je suis vivant, alors je n'anticiperai pas de ce que je ne connais pas.  ;D
En tout cas, j'espère bien ne  pas rester coincé dans un entre-deux monde, car c'est souvent ce qui m'agite : le concept frontalier. Le "distinguer sans disjoindre" entre le professionnel et le non professionnel n'est pas fastoche fastoche à pratiquer, à installer , j'avoue, j'admets, parmi les médecins "la maladie de Sachs  de Martin Winckler en est un bel exemple si je me rappelle bien.   Et ce qui est marrant de chez marrant c'est que le cimetière où repose mes ancêtres du côté paternel est pilpoil sur l'ancienne ligne de démarcation. Avec un peu d'humour, la tête côté France occupée et les pieds côté zone libre!
NON au contrôle éternel, je refuse de montrer mes papiers pour l'éternité! Non mais.

Bizs à mes poto/as ito.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 06 Février 2019 à 20:59:34
Merci pour ces mots, tes mots "soutien", solidaires ….. citoyen du monde ….

 :-* :-* :-*

Catherine
une des potas ito


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Février 2019 à 07:55:24
Ne jamais désespérer!!!! plus facile à dire qu'à faire. Alors à Nous de nous le dire :
plein de solidarité de soutien, de citoyenneté mondiale, de :-* dans nos coeurs, nos âmes, nos corps et nos esprits!
Et aussi tout plein pour toi Catherine! Pour vous! Si ces conneries de frontière étaient plus poreuses, la terre s'en porterait mieux et nous aussi. S'emmurer c'est s'enterrer! S'enfermer c'est s'emprisonner! Et au-delà de nos douleurs mille bisous à celles et ceux qui refusent les murs, les barreaux et les camisoles! Il y a toujours d'autres passages que ceux du rejet, de la xénophobie, de diabolisation du différent! Ceux de la compréhension, de la traduction, de l'élaboration, de la réflexion, de la discussion, des bienfaits de l'altérité qui nous construit plutôt que nous détruit!
Na, na, na et rena! Sans le Na de Naïveté ;D

Bonjour! Ici radio Na! Celui de Nativité!
TVB ce matin, mon fils cadet m'a téléphoné!!!!! 2 ans et demi de silence à s'accrocher au manche!!!! IL VA BIEN ET TIENT AUSSI SON CAP.  Je ne m'étais pas fourvoyé, c'était bien une histoire de protection à comprendre plutôt qu'une tumeur à développer. Tumeur, sale mot du cancer. Métastases, chimio, aberration cellulaire, dysfonctionnement majeur de notre équilibre interne, le décès prématuré d'un enfant, d'une soeur, d'un frère, d'un(e) conjoint(e) d'une tante, d'un oncle, d'un(e)ami(e) risque autant d'ouvrir des tumeurs du lien. Là aussi la frontière est à tracer, à assouplir entre le psychorigide et l'ouverture d'esprit. Pas à se fracturer le crâne, d'accord, mais à travailler ses focales, ses propres résistances, à favoriser le temps au temps quand il lui faut son temps, justement. Le douloureux de l'injuste,sale frontière.

A mettre trop de murs à nos frontières, on favorise le cancer.


Vive nous! Bisous! D'ailleurs un ver de terre qui copule avec un hérisson, ça donne du fil de fer barbelé! On a besoin des deux, pas de leur rejeton!
Ni paillasson, ni hérisson ni couillon!

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Février 2019 à 08:34:10
Coucou à vous!

Abdication vis à vis de la souffrance plutôt qu'acceptation. C'est avec cette pensée que je me suis réveillé. Curieuse sensation. Abdication. Quelle est cette gymnastique de réflexion que me propose l'éveil?  Abdication n'est absolument pas génuflexion, je dirai que j'en suis absolument certain et que je ne tiens nullement à me prendre les pieds dans cette carpette. Elle me propose bien plus de prendre soin et attention de la vie qui m'environne qu'elle qu'en soit sa forme, c'est le seul moyen de la respecter, elle aussi, cette souffrance dans sa propre  forme : elle vient du deuil, de la mort, du manque. Serait-ce ce qui est appelé "un lâcher prise?". N'importe comment, je ne fais pas le poids, résistance ou pas : suffocation, saturation, sidération, c'est "une guerre perdue d'avance" pour citer ce titre. La souffrance est plus forte que moi et sans être ni balloté ni médusé, ni abusé, il arrive un point où il faut bien reconnaître cette défaite. L'entraver c'est encore pire, car prisonnière, elle s'échappe, s'évade vers des contrées ignorées pour y semer sa destructivité.

La prison qu'elle pose est notre  liberté de l'écouter dans ce qu'elle nous dit, des choix qu'elle nous impose : ceux de vivre à ses côtés, sans l'ignorer, ni la mépriser et encore moins  la destituer.

Seuls comptent les liens d'amour, d'estime et de respect d'autrui


Je me joins à Mircéa! Mille bisous aux libertair(e)s comme à celles et ceux qui profitent du soleil (et particulier à mon pote-ito)!

Un peu d'éco-nouvelles:

https://youtu.be/u5UPkAzUCY0

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 08 Février 2019 à 11:46:25

"Federico sirotant des mojitos sur une plage dorée... loin de tout... de tous... loin du monde ".

J'ai bien pris soin de communiquer mon adresse de vacances aux Seychelles afin de recevoir "L'Ed-ito" de mon éditorialiste préféré... mon Ami Pasca-ito !

Douces pensées et tendres câlins pour ma magnifique Catherine !

Pensées amicales et solidaires pour Papa-ito

zoubis aux itos...

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Février 2019 à 14:01:20
Eh Fedo bons moj-itos!!! Fais quand même gaffe, rentre à pied après le 4ème sinon tu vas te transformer en nuggets !!!! :D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Février 2019 à 08:04:42
Bonjour!
Retraites baissées, grandes fortunes en hausse! Jubilation narcissique d'un grand soliloque national organisant un show pré-électoral sur fond d'assemblées plus ou moins formatées! Cooool! Vraiment pas très envie de jaser la-dessus!!! Y en a qui le font mieux que moi, enfin j'espère et je me sens moyennement objectif car assez saturé de toute cette esbrouffe.
Tiens, côté divorce, j'ai regardé " l'économie de couple" sur la télé qui vous allume : ça c'était plus cool dans le genre pas cool.
C'est le coup de l'esquimau que j'en retiens : papa refuse les esquimaux, maman donne quand même, papa souligne la provo, maman s'en fiche et s'en va ailleurs. Moralité, Grande Fille se retrouve avec une belle injonction paradoxale à gérer entre papa/maman ou maman/papa au choix. Son allié : le temps! Lentement mangé, l'esquimau fond et tombe du bâton ce qui fait d'une part rire papa et tient l'accord avec maman car esquimau un peu consommé tt de même. Merci Miko.
Cela dit, ça serait-y pas un peu comme ça avec nos retraites : elles fondent comme un esquimau et il va bientôt ne nous rester que le bâton pour que démocratie divorce d'avec oligarchie? Pfouh, quelle époque épique!

Bizs de soleil-ito choco/pralin-ito. ;)

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 09 Février 2019 à 09:07:24

Salut mon soleil-ito ...

Une petite précision s'impose : je commente rarement tes "éd-itos" non pas par désintérêt ou indifférence MAIS parce que tu penses,  tu argumentes, tu écris et tu exprimes parfaitement tes idées , ton opinion et que tes textes personnels sont plus un cadeau ou un partage qu'une invitation à débattre !
Tes textes sont sources de réflexion personnelle et non de conversation de comptoir !
On te lit... puis on réfléchit ou pas... Mais comme c'est toujours (souvent) bien dit... on a rien à redire !
point barre !

Je partage souvent ton gâteau avec plaisir !

Puis je t'offrir à mon tour une coupe de champagne pour te remercier ?

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Février 2019 à 13:24:04
Merci Fedo, ça me fait du bien de lire ça! Oui des fois j'ai un peu la trouillasse d'ennuyer le monde avec mes réflexions qui n'ouvrent pas forcément au débat! Alors merci, Fedo, et moi je me régale bien souvent de tes partages!!! Vivement qu'on trinque mon ami, profite des mojitos en attendant et garde toute cette force, elle nous aide tous aussi, pour de vrai. ça me fait plaisir aussi de savoir que ce que j'écris sert à qque chose, idem!
Zoub-itos!
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Février 2019 à 08:05:27
Hello! Du haut de l'Everest et de ses 8848m comment mieux dire l'essentiel que ce propos de Fredo?

Pour nous Parents certaines dates et périodes sont toujours très compliquées à traverser... nous nous accrochons aux belles choses de la vie puis malgré notre douleur physique et souffrance morale nous savons bien que la vie de nos Enfants ne se résument pas à leur mort... notre Coeur est rempli d'Amour et nous avons la force de leur sourire même si des larmes de tendresse coulent... nous ne fuyons pas, nous affrontons avec dignité et courage nos douloureuses épreuves... nous continuons à vivre... oui, à vivre humblement et de notre mieux !

Amitié. Solidarité.

Papa de Raphaël


Et pour souligner cette lucidité et cette honnêteté :

Mr Mondialisation : Et concernant l’humanité plus spécifiquement ?

Manon Aubry : La lucidité et l’honnêteté intellectuelle m’obligent à rappeler que nous n’échapperons pas aux grandes souffrances : après des milliers d’années de croissance presque ininterrompue, il est vraisemblable que le nombre des êtres humains déclinera en l’espace de quelques générations tout au plus, dans la continuité de ce que nous infligeons déjà à l’ensemble de la vie sur Terre ; et que l’environnement dans lequel nous évoluerons désormais nous sera, à nous humains et à l’intégralité du vivant avec qui nous aurons ces défis en partage, de plus en plus hostile et frugal.

Je lance cette interrogation à celles et ceux que la perspective de l’effondrement heurte, à celles et ceux qui éprouvent de la mélancolie : le monde que nous laissons derrière-nous est-il désirable et véritablement humain ?

Il apparaît que ce sont les difficultés et les résistances à notre mouvement qui rendent possible l’émergence de l’«acte héroïque», qui rendent possible que se révèlent toutes sortes de grandeur, de puissance, d’intelligence humaine et d’élans fraternels qui sommeillent en chacun de nous ; les obstacles nous obligent à nous dépasser, à nous améliorer : tout ce qui vit se fortifie dans l’adversité. Ce monde-là ne fera pas exception aux autres époques en portant en lui ses nuées d’obscurantismes ; mais à l’inverse, ce paysage neuf qui s’ouvre devant nous permettra aussi que renaisse ce qui manque cruellement à notre époque de grand épuisement, où l’affaiblissement et l’asphyxie dans l’entassement matériel font office de phare existentiel : une ambition exigeante et un horizon élevé pour l’humanité.


Que dire de plus, effectivement? Compromission, corruption, manipulation, prédation le chapeau de la cime est tombé bien bas dans cet abîme et la marche est bien longue pour nous  relever de  notre grand épuisement. A nous d'arroser les graines que nos enfants décédé(e)s ont semé dans ce jardin " ne fuyons pas, affrontons avec dignité et courage nos douloureuses épreuves... nous continuons à vivre... oui, à vivre humblement et de notre mieux !"

La route est longue, mon Ami, mais nous la ferons.


Bizs

Ito.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 11 Février 2019 à 00:37:57
des fois j'ai un peu la trouillasse d'ennuyer le monde avec mes réflexions qui n'ouvrent pas forcément au débat!

Pascal : ne doutes pas, jamais, de tout ce que tu apportes !
Federico dit que tes écrits sont un cadeau, sont "sources de réflexion personnelle", font réfléchir .... je suis bien d'accord !

J’aime aussi beaucoup lorsque d’autres personnes viennent s’exprimer à partir de tes partages.

Certains de tes posts, ceux de Federico aussi, permettent parfois de ne pas se sentir qu’une personne endeuillée …. mais également une personne "dans la vie".

Des bisous à vous deux, les papas

Catherine

p.s : Pascal : contente de lire que ton fils cadet va mieux !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Février 2019 à 08:28:05
Hello!
Merci Catherine la Magnifique comme dit Fedo! Merci oui, ça me donne le moral le partage de notre petit travail de graine! D'ailleurs c'est le numéro ' de la Relève et la peste :  GRAINE! On est dans le mood! Et y en a du grain à mood! ;D

Reporterre : le capitalisme vert utilise Greta Thunberg. Et bingo, la logique macronnienne de la compromission qui vient une fois de plus nous botter le train. La petiote; qualifiée d'Asperger et instrumentalisée par think tank et grandes fortunes.
ça m'a rappelé un ancien moment de séminaire où nous étudions le DSM (classification des maladies mentales). A la case "syndrome d'Asperger" nous répondions toutes et tous "oui"aux critères ce qui nous fit bien rigoler!  Remarquez, au syndrome d'opposition, on serait pas mal placé(e)s non plus! :P
Bon comme je démarre sur le syndrome ce morning, ça relie avec mon questionnement d'hier : a-t-on encore le choix?
Pour moi, le capitalisme a perverti la démocratie et comme d'un tout nous faisons partie. Et chaque petite graine qui redevient saine ne peut faire que du bien au champ tout entier. Il est possible de guérir de la perversion, ce n'est pas simple, mais possible et des clinicien(ne)s s'y sont attelé(e)s de toutes leurs forces.
Pour preuve:
Le syndrome de Munchausen par procuration qui consiste à blesser ( en cachette et gravement à un point qui frise le crime, pour bien le situer) son enfant pour le sadiser par l'intermédiaire des  médecins (du coup instrumentalisés) a été dépisté voici peu d'années finalement. C'est un degré parmi les plus élevé sur l'échelle "perversions humaines" avec un degré moindre qui est qualifié par l'approche systémique de désignation blanche (les 2/3 barreaux de l'échelle en dessous, à mon avis). En gros, très sommairement un enfant porte le symptôme familial, un peu comme le coup de l'esquimau d'hier multiplié par 100 ou plus. Très honnêtement j'en ai croisé un dans ma pratique et c'est loin d'être simple à dénociver, garanti! Pour autant ça peut se guérir avec la force d'une volonté thérapeutique  qui frise presque  l'acharnement (constat perso quand le médecin psychiatre nous exposait ce à quoi elle était exposée, c'est chaud de chez chaud!). Comprendre c'est déjà guérir un peu, je le pense ainsi. La psychanalyse fût elle-même en difficulté sur ce sujet puisque "le pervers (H/F) perverti la cure".
Nos sociétés n'échappent pas à cette problématique et à mon avis, nous sommes face à cet enjeu : la perversion, si poussée à son paroxysme par les nazis est de retour sociétalement parlant  sous une forme plus  insidieuse et demande toutes nos forces pour être vaincue. C'est peut être un des sens profond qui nous porte, nous, endeuillé(e)s à lutter encore et encore. Peut être. Je ne sais pas. Par contre je crois que nous n'avons pas d'autres choix que cette constatation d'une hydre avec les têtes qui repoussent! Tranchons, tranchons!!!! Et parfois je me dis que le décès de ma fille est l'épée qu'elle m'a laissée.
En tout cas merci aussi de vos plumes, de votre éthique de votre courage. :-*

Bisous-ito après ce drôle d'ed-ito pas drôle!

Pascal.

Ps : comme c'est un peu clinique tout ça, je précise qu'il ne faut pas confondre structure de  perversion et mode de défenses. Un autre sujet à déflorer. Et pour mon fils, oui ça me soulage énormément.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Février 2019 à 14:09:33
Breacking the wall! ;)
https://youtu.be/xBQsQoGodPY

And Santana  Woodstock!
https://youtu.be/AqZceAQSJvc

Et ça, toute ma jeunesse :
https://youtu.be/OorZcOzNcgE

For you my loves!   https://youtu.be/m16QDBiT3Go and that https://youtu.be/XUjne298BdM
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Février 2019 à 07:50:24
Article de Reporterre; Claire Nouvian :"il faut prendre le pouvoir pour le réinventer".

Extrait:

Comment vivez-vous le délitement de cette biodiversité que vous aimez tant ?

Quand on a une vision de l’ensemble des effondrements de la biodiversité, du climat, de notre projet de société… c’est désespérant. Les scientifiques sont en première ligne : ils enregistrent le déclin de la biodiversité, sonnent l’alarme. Tous ceux que je connais sont angoissés. Ils vivent une sorte de syndrome prétraumatique, lié à leur connaissance de la situation. À l’inverse du stress post-traumatique, propre aux personnes ayant déjà vécu un événement grave, un choc, eux vivent dans l’angoisse de ce qui va advenir.

Quand j’ai découvert, dans un article scientifique, ce stress prétraumatique, ça m’a fait le même effet que quand j’ai lu Kant pour la première fois. Cette sensation de rencontrer quelque chose qui décrit exactement ton état. À 17 ans, quand j’ai lu les Fondements de la métaphysique des mœurs, je me suis rendue compte que toute ma colonne vertébrale morale avait été théorisée par Kant.

« Macron a poussé l’exercice du mensonge sémantique tellement loin qu’on ne peut plus le supporter, ça en devient épidermique. »

Qu’est-ce qu’être kantienne ?

Je vis avec un impératif catégorique sur la vérité. Thomas Porcher dit de moi que je suis rugueuse. Par rapport à des gens de culture latine, avec un rapport plus élastique à la vérité, je suis germaniste, au sens caricatural : je ne rigole pas du tout avec le mensonge.

Avec l’avènement de la société industrielle et du marketing, on est entré dans l’ère du mensonge permanent et institutionnalisé. Les élites, économiques comme politiques, mentent. Et ceci n’est plus toléré. Les gens recherchent de la sincérité.

Une société qui est fondée sur le mensonge voit son langage détruit. On ne sait plus ce que les mots veulent dire, puisqu’ils veulent dire l’inverse de ce qu’ils sont supposés signifier. Macron utilise des mots comme « bienveillance » ou « société civile ». Il a poussé l’exercice du mensonge sémantique tellement loin qu’on ne peut plus le supporter, ça en devient épidermique.


Bonjour les amigo(a)s.  Que tal?

Bel article ce matin avec en plus cette vidéo:  https://youtu.be/vfwgLHyydFc
Tout ça pour faire lien avec nous, les endeuillé(e)s avec cette question de l'article de Claire Nouvian que je partage  : comment passer d'une posture d'observation à celle d'action?
Petit grain de sable entre les rouages, chaque geste, chaque propos , chaque regard, chaque pas franchi vers le besoin de vérité, d'authenticité, de simplicité  donne du soutien à nos forces thérapeutiques, et  le syndrome post traumatique peut devenir une force de soutien permanente pour oeuvrer en ce sens. Et chacun de nos rires!

Vive les moutons qui ne sont pas des paillassons/ hérissons sans être non plus pris pour des couillons car ils n'aiment pas se faire mordre le croupion! ;D


Bizs-ito!

Pascal-ito.

Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 13 Février 2019 à 01:33:03
Manon Aubry :  je lance cette interrogation à celles et ceux que la perspective de l’effondrement heurte, à celles et ceux qui éprouvent de la mélancolie : le monde que nous laissons derrière nous, est-il désirable et véritablement humain ?

Manon Aubry .... elle peint aussi de sacrés tableaux, très parlants ....


citation de pascal :
"ce message intérieur que j'ai perçu me disant "t'inquiètes, Papa, j'ai trouvé le chemin de l'univers et ses confins, je ne me suis pas perdue dans cette solitude glacée qu'il nous faut traverser. Non plus j'y suis restée car c'est d'être aimée qui empêche d'y errer".

ça c'est un message que j'aimerai tant percevoir .... avoir cette certitude ....
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Février 2019 à 08:23:18
Hello!!

Un petit mess, cooool! Ouais les tableaux de Manon Aubry m'ont aussi bluffé! Au point où je me suis demandé s'ils n'étaient pas des collages! Et même, si cette technique l'inspire, quelle importance?  J'admire, humblement. Cette vaine d'artiste me donne de l'espoir, en plus. Tout comme les fresques murales du street art qui reflètent cette envie de rendre le monde moins gris, moins glacé.

citation de pascal :
"ce message intérieur que j'ai perçu me disant "t'inquiètes, Papa, j'ai trouvé le chemin de l'univers et ses confins, je ne me suis pas perdue dans cette solitude glacée qu'il nous faut traverser. Non plus j'y suis restée car c'est d'être aimée qui empêche d'y errer".


ça c'est un message que j'aimerai tant percevoir .... avoir cette certitude ....

Là Il y a quelque chose qui nous dépasse quand ce qui vient d'un autre espace d'en dedans nous dit. C'est ce que je crois, je ne peux l'affirmer, je le crois et n'ai d'autres choix. J'ai fait pas mal de peinture aussi dans ma vie. De l'huile, de l'acrylique, j'ai exposé, vendu. un jour, un drôle de truc m'est arrivé : je m'étais frotté à l'abstraction après une longue période plutôt proche des toiles de Chirico, en gros. Une de mes toiles, que j'ai encore, représentait un travail que je trouvais accompli, équilibré, solide, en quelque sorte. Mais je ne savais pas la nommer. Au cours d'une expo, un Mr me dit : "là vous avez représenté l'attentat des twin towers". Lui aussi, il m'a bluffé. C'était exact et je ne l'avais pas perçu. L'image des "jumpers" s'était si profondément inscrite dans ma psyché, moi qui un jour passé de ma vie me suis aussi défenestré (de bien moins haut, sinon je serai mort!!! ;D, bah oui!) que je l'avais peint à mon total insu. Tout y était : le point d'impact, les towers, les jumpers en images allégoriques. Eh bien, le message de Javotte c'est dans ces coins là qu'il a résidé. Tel fut le trauma que j'en ai produit ça, à mon insu, et que ce ça m'aide à continuer mon chemin, je ne crois pas qu'il y ai d'autres explications. Ce serait faux et outrecuidant de dire autrement.
C'est à peu près tout ce que je peux en dire Catherine, et je ne sais guère mieux soutenir si ce n'est cette autre conviction:

Nous avons tou(te)s ce chemin en nous.


Bizous tt plein de courage- ito!

Pascal-ito, Membre sénior, la-dessus, ouahou! ;)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Février 2019 à 09:12:24
Pfouh, que ne suis-je sérieux ces derniers temps! Hier soir je me suis fait une grosse tartine de Desproges, "rire de soi" quelle thérapie il pratiqua cet homme dans l'auto-dérision et la liberté d'expression. Guillaume Meurice le dit périmé, moi je ne trouve pas. ça me fait toujours autant rigoler sa sagacité et elle reste d'actualité. Je l'aurais bien vu participer au grand débat déguisé en poulpiste, c'est toujours mieux que de finir en populiste.
Coucou en verlan ça fait toujours coucou, eh bien poulpiste en verlan ça fait populiste, un recto/verso que certainement notre ami Pierrot le Desproges aurait exploité sans vergogne. Je n'ai pas son talent, mais j'espère bien que des fois vous me trouvez marrant, comme membre (sénior :o, ah ah) du dernier rang.
Un rêve que je ne réalisa point fût de me former à la Comédia del Arte, façon Molière dans  Araine Mnouchkine!
Voilà une belle prescription aux endeuillé(e)s que nous sommes : pan, un coup de cartoucherie de Vincennes, ça a même fait rigoler le roi, c'est dire.
C'est d'ailleurs assez curieux, habitant pas loin du front marin, je croise pas mal de gens qui ont envie de prendre l'air! Ce qui en pure anatomie signifie rigoler un bon coup!

Mais attention, ces matins, "Couvrez-vous bien, le fond de l'erre effraie, d'ailleurs y en a qui mettent des gilets!" ;D

Zoubix

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 14 Février 2019 à 12:56:20

"...mais j'espère bien que des fois vous me trouvez marrant, comme membre (sénior :o, ah ah) du dernier rang.
C'est d'ailleurs assez curieux, habitant pas loin du front marin, je croise pas mal de gens qui ont envie de prendre l'air! Ce qui en pure anatomie signifie rigoler un bon coup! " Pascal


Salut Valentin-ito ! hihihi-ito !

Je ne veux pas être "indiscreto" mais Tu vas faire quoi ce soir avec ta nana ? t'as prévu une surprise ?

Mais c'est plus que sûr ! c'est même certain ! t'es SUPER MARRANT !
T'es "sénior" mais ton membre est "héroïque" ... comme moi !

Rigoler un bon coup... prendre l'air et  s'envoyer en l'air avec une hôtesse de l'air lors de mon baptême de l'air !

"Plus spécifiquement, jouir. Quel bonheur que d'être pilote d'hélicoptère professionnel ou hôtesse de l'air et d'être payé pour s'envoyer en l'air toute la journée ! Mais ne rêvons pas et revenons sur le plancher des vaches puisque c'est plus généralement là que notre expression est utilisée."

Saluti a tutti ...

Biz-ito

Fed-ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Février 2019 à 14:36:50
Eh mon Amigo, j'ai crampé au tennis ce matin!!! Me voilà canné, avec la canne de mon pépé!!!! Alors ce soir avec ma copine ST Valentine ce sera : décontractyl, nyfluril, baume aroma et 2 doigts de magnésium arrosés d'Arnican. une soirée folle quoi!
Elle en est toute ébobie!Avec des fleurs ça va le faire, promenade au clair de lune claudicante, toute en douceur avec plein de jolies couleurs, genre bleu ecchymose, jaune violacé sous la voûte étoilée! Romantique et baumatique! :D :D :D :D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 14 Février 2019 à 15:12:55
Passerais bien sous un rouleau compresseur si ça m'assurait une soirée traumatique, non, romantique...
Je crois que pour beaucoup, c'est bleus à l'âme aujourd'hui ... Demain sera toujours un autre jour, c'est déjà ça ...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Février 2019 à 15:59:10
Désolé de t(vous) avoir blessé(e)s, ce n'est absolument pas dans mon intention.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 14 Février 2019 à 16:47:42
Pas blessée du tout … Au contraire !  :) Je m’imaginais quelles spécialités pharmaceutiques j’aurais mis à mon menu perso post rouleau compresseur :
Actaea spicata, bien que racemosa soit plus adapté à mon profil, huile essentielle de gaulthérie, suivie d’une petite goutte de champagne délicatement posée derrière mon oreille, droite.
Cette dernière (la goutte de champagne, pas mon oreille) porte bonheur, paraît-il.

Bonne soirée à toi, à toutes et à tous,

Faïk
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Février 2019 à 18:10:14
Bien content et tant mieux Faik, vraiment. bizs!

La question de la limite est si rude, pour nous tou(te)s les endeuillé(e)s , c'est vraiment, vraiment très dur. Si bien traduit dans ce "oser aller bien". C'est jamais acquis en plus et langage du corps signe limite par sa contracture, nouée, douloureuse et pourtant si banale à côté du reste. Vivre avec, aimer avec, se supporter avec, jamais gagné mais jamais perdu non plus.
Plein de bouquets de fleurs à vous H/F.

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Février 2019 à 09:16:38
À chaque génération sa fin du monde

Chaque génération a connu une angoisse de fin du monde. La génération précédente a eu l’angoisse de la guerre nucléaire, celle qui la précédait, celle des guerres. La différence aujourd’hui est peut-être que nous n’avons pas de croyance en un monde meilleur pour venir supplanter cette angoisse. Nous ne trouvons pas d’alternative pour dépasser la perspective de la mort de notre planète. Le débat n’est peut-être pas de savoir si on y croit pour agir, mais simplement, d’agir sans espoir, pour au moins se dire qu’on aura essayé.

Hello!
Je ne crois pas à la mort de notre planète. Elle en  a vu d'autres. Mais c'est bien dans nos mains qu'est l'avenir de l'humain, ça oui, j'y crois. Je crois aussi que la question de la limite ne fait pas le moindre doute, comme dans tout système c'est l'aggravation du symptôme qui provoque la crise. N° 1 au hit parade systémique : le changement climatique. Moi, au N°2 je fous les morts prématurées. J'enrage qu'on les taise, je hais le silence qui les entoure, je crache sur le déni qui les occulte.
Je me sens pourtant totalement incapable de dépasser cette certitude : il y a obligatoirement un sens à ce merdier. >:(

Me faudrait une barrique de champagne pour voir tout ça en rose, to-day! Allez,  :-X

si vous avez l'impression d'être trop petits pour changer les choses, essayez de dormir dans une chambre avec un moustique,..et vous verrez qui empêche l'autre de dormir. Le Dalaï-lama


Kiss-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Février 2019 à 16:21:58
Le sens du partage:
"là où le sens stagne au lieu de circuler abondent violence et désespoir" Idriss Aberkane.

La théorie du 100ème singe:
Durant une trentaine d'années, sur l'ile de Koshima au Japon, des scientifiques ont observé la vie d'une espèce de singes appelée macaque japonais. Les scientifiques nourrissaient les singes en leurs jetant des patates douces crues dans le sable. les singes appréciaient les patates douces, mais en revanche les trouvaient plutôt sales et déplaisantes, car couvertes de sable.
Une des femelles eu l'idée d'aller laver les patates dans un ruisseau tout près. Elle enseigna cette technique à sa mère, et puis à ses compagnes proches. Celles-ci prirent le pli de laver les patates douces avant de les manger. Il s'agissait là d'une vraie innovation pour ces macaques. au fur et à mesure, un nombre de plus en plus important de singes apprirent aussi à laver les patates douces. Les bébés singes instruits par leurs parents apprirent à le faire mais en revanche, les singes adultes conservèrent l'habitude de manger les patates sans les laver. Alors quelque chose d'étonnant se produisit. Un certain nombre de singes de Koshima lavaient donc leurs patates douces--leur nombre exact demeure inconnu. Supposons que lorsque le soleil se leva un matin, il y avait quatre-vingt-dix-neuf singes sur l'île de Koshima qui avaient appris à laver leurs patates douces. Supposons encore qu'un peu plus tard ce matin-là, un centième singe apprit à laver les patates.
Alors la chose arriva!
Ce soir-là presque tous les singes de la tribu se mirent à laver les patates douces avant de les manger. l'énergie additionnelle de ce centième singe avait créé une sorte de percée scientifique!
Mais notez ceci: la chose la plus surprenante observée par ces scientifiques fut le fait que l'habitude de laver les patates douces  fit alors "un saut au-dessus de la mer"...pour rejoindre d'autres colonies de singe habitant d'autres îles, ainsi que la troupe de singes de Takasakiyama sur le continent, qui commencèrent à laver aussi leurs patates douces. C'est ainsi que le macaque japonais a été surnommé le "laveur de patates".
Cela signifie que lorsqu'un certain nombre de personnes réalise une prise de conscience, celle-ci se communique d'un esprit à un autre. Une nouvelle façon de faire doit donc être intégrée par un nombre critique d'individus afin que celle-ci devienne partie intégrante de la conscience de la communauté. Et ensuite, à un moment donné, si une seule personne de plus réalise cette prise de conscience et adopte un nouveau comportement, son champ d'action s'étend de telle sorte que cette prise de conscience se communique et est adoptée par presque tout le monde.

Seul compte le sens du partage.


Ito
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Février 2019 à 08:14:51
Salut!
C'est juste ce qu'a posté Federico sur le destin, ça correspond à ce que je ressens. Souligné du rappel de Steve Waring de Catherine, je me dis que nous sommes un peu comme les singes de Koshima : en train d'apprendre de nouveaux usages humains. La mort prématurée de nos êtres chers contraint notre douleur intolérable à chercher des chemins plus supportables. Et peut être bien que là réside un choix qui s'opère de lui-même au fil du temps.
Vers quoi se tourner avec cette question lancinante de la transformation qu'exige notre devenir d'endeuillé(e)s?
2 cybernétiques ( étude des processus  de commande et de communication chez les êtres vivants, dans les machines et les systèmes sociologiques et économiques )  régissent l'approche systémique. La première, sommairement, s'intéresse plus aux processus d'équilibre, de crise, de transformation et d'intéractions/rétroactions. La deuxième est plus orientée vers le processus identitaire qui lie le groupe, son appartenance, vers l'étude  des frontières qui le structurent et le différencient/releint au reste du monde. Un peu comme les paramécies avec cette enveloppe de cils vibratils  en mouvement constant, c'est une bonne comparaison, sachant que par ailleurs la psychanalyse groupale parle de "pacte dénégatif", donc inconscient. Et comme nos amies les grenouilles, c'est dans cette bouillasse qu'on doit crawler, patauger, ramer,pleurer, avancer, avancer, avancer encore et encore, contractures ou pas. >:(

Que je crois ou que je crôa, comme les macaques de Koshima, ce que le deuil nous a mis sur la patate est notre croix. Les postillons c'est exprès, parole de mouton. ;D


Bizous-ito dans notre tambouille originelle.

Pascal.
 
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 16 Février 2019 à 12:27:14

Bonjour Pascal,

Merci mon Ami... j'ai adoré lire ton texte sur la théorie du 100ème singe qui porte sur l'étude des singes "macaque japonais" !

Je suis d'accord entre autres choses que "Seul compte le partage" Pascal et tu as bien raison de dire que "nous sommes un peu comme les singes de Koshima : en train d'apprendre de nouveaux usages humains. La mort prématurée de nos êtres chers contraint notre douleur intolérable à chercher des chemins plus supportables. Et peut être bien que là réside un choix qui s'opère de lui-même au fil du temps." Pascal
Je suis tellement content de notre complicité et de pouvoir partager et échanger avec Toi mon Ami Pascal et Catherine !
Je suis sûr que certain(e)s "itos"ou "itas" pourraient se joindre à nous afin d'élargir et d'enrichir encore un peu plus nos réflexions... jusqu'à arriver au 100ème singe... "Cela signifie que lorsqu'un certain nombre de personnes réalise une prise de conscience, celle-ci se communique d'un esprit à un autre. Une nouvelle façon de faire doit donc être intégrée par un nombre critique d'individus afin que celle-ci devienne partie intégrante de la conscience de la communauté. Et ensuite, à un moment donné, si une seule personne de plus réalise cette prise de conscience et adopte un nouveau comportement, son champ d'action s'étend de telle sorte que cette prise de conscience se communique et est adoptée par presque tout le monde." Pascal

As-tu remarqué que de MA grenouille de bénitier ... TU es passé aux grenouilles de Steve Waring ... et que toutes ces histoires de grenouilles ça à rappeler bien des souvenirs à notre magnifique et très chère Catherine ! Formidable !

Bizous-ito dans notre douce et belle ratatouille bio !

Merci encore mon Ami

Federico

PS : Raphaël voulait sauver les bonobos d'Afrique et sortir avec eux pour faire la fête ! je suis ému ! oui, très ému !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Février 2019 à 15:30:07
Hello Fredo! Oui ça rappelle des souvenirs à notre Catherine qu'est sur un chemin pas loin du nôtre! Multiples pensées pour Raph qui voulait aller sauver les bonobos, ça m'étonne pas! Comme Javotte l'avait ça dans le sang!
Bon, je sors d'une belle galère! La Cheyenne m'a faussé compagnie, et avec mon p'tit sifflet et mes bombons, j'ai eu beau siffler en haut de la colline, l'est pas revenue! 4h à la chercher, en prévenant tout l'alentour! Et ouf, s'était planquée dans un bosquet, le trouillomètre à zéro. La prochaine fois je la peins en fluo avec un drapeau et si elle ne revient pas au premier coup de flutiau je la transforme en crapaud!
https://youtu.be/_IY1fNs0Tps

 ;D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 16 Février 2019 à 19:45:03
Hello Fredo! Oui ça rappelle des souvenirs à notre Catherine qu'est sur un chemin pas loin du nôtre! Multiples pensées pour Raph qui voulait aller sauver les bonobos, ça m'étonne pas! Comme Javotte l'avait ça dans le sang!
Bon, je sors d'une belle galère! La Cheyenne m'a faussé compagnie, et avec mon p'tit sifflet et mes bombons, j'ai eu beau siffler en haut de la colline, l'est pas revenue! 4h à la chercher, en prévenant tout l'alentour! Et ouf, s'était planquée dans un bosquet, le trouillomètre à zéro. La prochaine fois je la peins en fluo avec un drapeau et si elle ne revient pas au premier coup de flutiau je la transforme en crapaud!
https://youtu.be/_IY1fNs0Tps

 ;D

Oooooooh quelle coquine cette Cheyenne-ita ! elle va bien dormir cette nuit... remarque toi aussi mon copain !
Je n'sais pas si cette longue recherche avec le stress qui va avec ça va détendre tes courbatures !

Merci pour Raphaël... douces pensées pour Javotte... nos Amours d'Enfants... tellement chéris, aimés !

Bonne soirée !

PS : merci pour Joe Dassin (j'aime bien !)

Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 16 Février 2019 à 23:16:17
En digne compagne de son humain libertaire, Cheyenne semble revendiquer son espace de liberté ....
.
Raph qui voulait aller sauver les bonobos, ça m'étonne pas! Comme Javotte l'avait ça dans le sang!
Gilets "jeunes", grève mondiale de l'école pour le climat : on ne peut que penser à Javotte et Raphaël ....
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Février 2019 à 07:36:08
Eh eh Salut! Oui bien dormi avec une Cheyenne qui n'a pas côassé sur son nénuphar et a fait plutôt canard! Coin-coin qu'elle a fait aussi la libertaire sur pattes! ;)! Et p'têt ben qu'elle a tracé un sanglier, un peu moins soft que Shaun...J'en saurai pas plus mais je crois qu'elle a bien flippé aussi! J'ai supplié les esprits de la protéger.
En tout cas, semaine prochaine, on va prendre RV à l'école ensembles avec notre petit cartable au terrain d'éducation humains/canins, gain de socialisation pour les 2 libertaires en goguette, allez, on rentre au bercail. :-\

Ce matin je suis tombé sur ça:

On dit que la guerre donne toujours raison aux vainqueurs. Mais il n’est pas trop tard pour faire mentir le dicton. Les Indiens d’Amérique ont certes perdu la guerre contre les colons, mais la sagesse de leur pensée perdure et il ne tient qu’à nous de la découvrir ou de la faire revivre, comme ici, avec ce texte puissant attribué à John Fire Lame Deer, un indien Lakota né au début du XXe siècle…

Homme médecin, John Fire Lame Deer (lame deer = cerf boiteux), est né vers 1900 et mort en 1976. Considéré comme le « gardien de la spiritualité et des traditions de son peuple », il a, au cours de sa vie, laissé un certain nombre d’écrits témoignant de la philosophie des Sioux. On lui doit notamment ce texte ironique et puissant détaillant ce que l’œuvre civilisatrice des blancs a apporté au mode de vie indien.

Des mots qui, aujourd’hui encore, nos invitent à réfléchir sur nos propres habitudes. Regardez :

    « Avant que nos frères blancs viennent nous civiliser, on n’avait aucune prison. Par conséquent, il n’y avait aucun délinquant.

    Nous n’avions pas de clés ni de serrures, donc il n’y avait pas de voleurs.

    Quand quelqu’un était trop pauvre pour s’offrir un cheval, une couverture ou une tente, il pouvait recevoir cela comme cadeau.

    Nous n’étions tellement pas civilisés que nous n’accordions pas une telle importance à la propriété privée.

    Nous voulions posséder des choses pour donner aux autres, s’entraider.

    Nous n’avions pas d’argent, pour cette raison, la valeur d’un Homme ne pouvait être déterminée selon sa richesse.

    Nous n’avions aucune loi (écrite), aucun avocat (ou procureur), aucun politicien, Par conséquent nous n’étions pas capable de tricher ou d’escroquer autrui.

    Nous suivions vraiment une mauvaise voie avant que les hommes blancs viennent, et je ne saurais vraiment pas expliquer comment nous nous y prenions pour nous en sortir sans ces choses fondamentales (c’est ce que nos frères blancs nous ont dit) qui sont absolument nécessaires pour une société civilisée. »



Le tricot de la résilience comme dit Boris Cyrulnik!
Maillez, maillons  entre morts aux vivants, nous sommes "tous maillons d'une chaîne symbolique dont nous sommes, toujours avec conflictualité, héritiers, serviteurs et bénéficiaires" Sigmund.

A nos aiguilles, tricota-tricoti à  mêler humour, sagesse et ironie au sein d’une même pensée, mêlons tricoti-tricotons!.


Bizs-ito

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Février 2019 à 07:35:20

Ma Planète

Il a planté une forêt à lui seul

Jadav Payeng est un paysan indien. Comme beaucoup de héros, il a agi seul pendant 30 ans avant d’être reconnu. Sa prouesse ? Avoir planté une forêt de 550 hectares à lui tout seul, et recréé la vie sur son île.

Rédigé par Annabelle, le 4 May 2016, à 11 h 02 min
Voici l’histoire digne d’un conte ou d’une vieille légende indienne. C’est celle de Jadav Payeng, un homme qui n’a jamais voulu renoncer. Depuis plus de 30 ans, il fait pousser des arbres sur un simple banc de sable. Devenu une véritable arche de Noé, le petit havre de paix de l’île de Majuli s’est transformé en refuge pour plusieurs animaux, dont des tigres du Bengale et des rhinocéros menacés d’extinction.
Payeng, l’homme de la forêt

L’histoire(1) commence il y a plus de 30 ans sur l’île de Majuli, qui s’étend sur un bras du fleuve Brahmapoutre, en Inde. Cette île fluviale, l’une des plus grandes au monde, est menacée de disparaître à cause de l’érosion et des crues : sa superficie a diminué de moitié en un siècle.

C’est sans compter sur la force de l’un de ses habitants : Jadav Payeng qui vit là-bas avec sa famille. Un jour de l’année 1979, il a eu le choc de sa vie lorsqu’il a découvert des centaines de milliers de corps de serpents inanimés gisant sur le sol : « Les serpents étaient morts de chaleur, il n’y avait pas d’arbres pour les protéger. Je me suis assis et j’ai pleuré sur leurs corps sans vie. C’était un carnage. J’ai alerté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont dit d’essayer de planter des bambous. »

Payeng

Si la plupart d’entre nous auraient sans doute baissé les bras, Jadav Payeng lui, s’est plutôt retroussé les manches. Le jeune homme âgé alors de 16 ans à peine, s’est effectivement attelé à la tâche qui deviendra l’oeuvre de toute une vie.

Il commença à planter des bambous, un par un. Au bout de quelques années de travail en solitaire, le banc de sable est devenu une petite forêt de bambous. Jadav Payeng ne s’est pas arrêté là. « J’ai alors décidé de faire pousser de vrais arbres. J’en ai ramassé et je les ai plantés. J’ai aussi rapporté des fourmis rouges de mon village : les fourmis rouges changent les propriétés du sol. J’ai été piqué plusieurs fois ».
L’Arche de Payeng, un refuge pour la faune et la flore

C’est alors que Payeng a commencé à recréer un véritable écosystème : d’autres végétaux se sont mis à pousser, des oiseaux migrateurs sont arrivés ainsi que des espèces menacées comme le rhinocéros ou le tigre du Bengale, attirés par le gibier venu en masse.

Aujourd’hui, la forêt compte plus de 550 hectares, soit plus que le Central Park de New York ; tout cela grâce au travail d’un seul homme et à la force du temps.
Jadav Payeng Forest Man

La forêt de Jadav Payeng ©Siddharta Kumar – dpa

Cette oasis est restée inconnue des autorités pendant 30 ans. Le ministère des Forêts a eu vent de cet endroit en 2008 seulement, lorsqu’un troupeau d’une centaine d’éléphants y a trouvé refuge, après avoir détruit des villages, et même la cabane de Payeng, sur son passage.
Nous avons été surpris de trouver une forêt aussi dense sur ce banc de sable. Les gens du coin dont la maison avait été détruite par les pachydermes voulaient abattre ce bois, mais Payeng leur a dit qu’il faudrait le tuer d’abord. Il traite les arbres et les animaux comme si c’étaient ses enfants. Quand on a vu ça, on a décidé de contribuer au projet. Jadav Payeng est incroyable. Ça fait trente ans qu’il est là-dessus. Dans n’importe quel autre pays, il serait un héros !
Gunin Saika, conservateur assistant des forêts au Times of India

Aujourd’hui, celui que l’on appelle « Forest Man » (l’homme de la forêt) a récolté de nombreux prix grâce à son initiative. Il est à présent soutenu par une fondation, Plant for Planet and Peace, qui met en valeur son initiative.

Cette histoire incroyable montre que, même seul, à force de temps, on peut changer les choses et recréer la biodiversité autour de soi. Une initiative qui ne demande qu’à être multipliée !


Hello!
Il y en a qui multiplie les pains, d'autres qui multiplient les pins! Et si les chenilles processionnaires se multipliaient dans les pins pour que nous les humains, nous apprenions à multiplier les arbres? En plus leur nature chargée de toxicité met en scène la solidarité, le maillage, une vraie danse du balai. Et alors, hier, alors que je me baladais avec trouilleuteuse à moutons, chevaux et cochons, devant mon arbre culte, un magnifique cordon chenillant de ci,de là se déroulait juste à côté. Fort mari et ex-mari comme mon ami, je croisais alors un couple propre sur lui et tout bien mis.
"Du fait de Toutoute, je ne puis écrasé les contrevenantes chenilles", apostrophais-je aimablement ces gens,  leur signalant le boulot à faire, que j'en avais un peu ras le bol d'en avoir écrasé plein plus loin, contrevenant à la loi anticasseurs puisque me protégeant le pif de mon foulard. Le Mr comprit mon aimable suggestion et je le vis (de loin)  s'accroupeter, regarder la procession et se barrer. Ah ah, le coquin voulait pas faire le turbin, et laissait l'affaire. Ce que je fis, revenant sur mes pas en le vilipendant intérieurement malgré mon humeur badine.
Je refusais de les rattraper et de leur parler de la solidarité organique ou mécanique décrite par Mr Georges Devereux, me disant que le pain c'est moi qui risquait de le ramasser, foulardé comme j'étais, ils auraient pu me prendre pour un brigand digne de Tomi Ungerer, sait-on jamais ce qui passe par la tête d'un bien-pensant. Pas facile de passer du statut d'observateur à celui d'acteur, chacun son rythme. "Ecrabouilleur de chenilles", ça fait moyen classe sur un CV, j'admets.
Remarquez que tout ça m'a donné de quoi planter un texte rigolo sur mes aventures sylvestres et le reste, bien modestes à côté de ce boulot de Jadav Payeng qui en plus confirme un autre truc : ce serait l'Inde et La Chine qui reboisent la planète à l'équivalent de la forêt amazonienne!!!!! Bah ça alors! 

Histoire de tricot de résilience et les vannes nases de Papa, disait Javotte :

Un pull over sans over c'est un tricot stérile. Gravé sur une table du dernier rang ;D


Zoubis à vous, solidairement comme Fedo!

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Février 2019 à 12:47:20
Ayant souvent l'impression d'avoir la tête dans la stratosphère, ça me fait plaisir de vous poster ça :
https://youtu.be/j0VBm5nTI9o

Patate dans l'espace, c'est pas mal comme nom indien! ;)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 18 Février 2019 à 12:59:32
Pour mon Ami Pascal !

https://www.dailymotion.com/video/xztu1w ... Chris Hadfield... Space oddity de David Bowie

 8) 8) 8) ...  ;)

Federico


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Février 2019 à 14:19:31
Hihihi! Trop cool mon ami! Merci! 8)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Février 2019 à 16:37:20
Hello!

Bon,  Fédo me remet au boulot! Je viens de relire "deuil et mélancolie" écrit en 1915 et édité en 1917 par notre ami Sigmund. Très objectivement , c'est évidemment la partie "deuil" plus que celle de la "pathologie mélancolique" qui a retenu mon intérêt. Idem le côté technique Freudien, hautement  respectable, n'est pas le fil que je cherche à tirer, il est même blessant par endroit, je trouve.  Je tente plutôt de raccorder ce que je ressens et ce que je peux en dire, sans être pour autant dans un cadre thérapeutique. Une traduction à ma façon, plutôt, je préfère le transcrire ainsi.
Le premier pas le plus délicat est de cerner de quoi je  parle, au fond. C'est simple. Je veux aborder le thème de la non-souffrance.  Fonction de mon propre ressenti, ce sujet est tout aussi délicat à aborder qu'à supporter, même en le prenant avec des pincettes ça reste de la vraie nitro. (Cfre le salaire de la peur! ;D).
"La souffrance ne s'en va jamais vraiment". C'est ainsi que ça se dit.
Ma compagne me rappelle que l'an dernier, j'avais déjà parlé d'une souffrance qui n'était plus présente 24h sur 24. Aujourd'hui, tressaillement à l'idée que la souffrance puisse ne plus être là. ça angoisse!  Comme perte du lien, trahison et culpabilité associées à une adaptation par l'assignation à la réalité du deuil qui, je cite Deuil et mélancolie, "est exécutée en détail, avec une grande dépense de temps et d'énergie d'investissement, et pendant cela l'existence de l'objet perdu est continuée psychiquement".
De ceci, je dirais que la non-souffrance ouvre un nouveau vide. Si je suis cohérent avec ce que je ressens, le désenfantement ouvre un trou qui tient communication et nous amène un compromis entre la mort et la vie. Déjà, cette étape demande à elle seule un long, douloureux et harassant travail de notre psyché.
A quel point l'apaisement que procure cet état devient-il suffisant pour qu'un nouveau vide puisse émerger dans ce que je tends à qualifier de non-espace? A quel moment la rambarde de notre escalier(de chagrin)  devient-elle  suffisamment solide pour autoriser une  nouvelle possibilité de penser ce vide sans s'y accrocher?
Est-il simplement possible d'envisager que le "faire-avec" ,qui parfois nous étrangle, autorise " un achèvement du travail de deuil et un moi redevenu libre et non-inhibé"?
Sans passer par une interrogation  de la charge qu'implique une non-souffrance, cela me semble impossible. Nous sommes à nouveau condamné(e)s à élaborer cette "non-souffrance" et la forme qu'elle peut prendre. Ce qui revient à dire que la souffrance reste mais n'est plus notre seul point d'étayage, voire d'ancrage. Très objectivement je n'en sais rien.

Pascal-ito. :-*

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 19 Février 2019 à 20:15:54
"l'existence de l'objet perdu est continuée psychiquement".
Et ça c'est un job à plein temps pour les parents endeuillés, non?
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 19 Février 2019 à 20:21:20
Le vide absolu généré par sa mort....est particulier, il n'a ni forme ni fond... et tout le "travail de deuil" du deuil à vivre ,me semble être de donner une forme et une finitude à ce néant qui nous hante, nous happe et nous aspire...
Je te lis toujours avec grand...plaisir...., euh non mais grand intérêt... ça donne à penser...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Février 2019 à 08:03:56
Bonjour à vous et particulièrement à Eva!

J'ai bien saisi et compris à quel point certains de mes avis peuvent bousculer ce que nous les endeuillé(e)s devons mettre en chantier, et le mot est bien faible pour décrire cette réalité. Et je n'ai aucune leçon à donner à quiconque, simplement faire état de ce que je ressens profondément en utilisant ma pensée plutôt que de la paralyser dans un carcan qui ne me convient pas : celui d'un ordre établi qui concourt à pousser prématurément certain(e)s de nos enfants dans la tombe.
Ce n'est certes pas pour rien que Freud a associé deuil et mélancolie. Là où j'émets une réserve ne serait-ce que sur sa formulation première, c'est le tracé du pathologique. En quoi un choix mélancolique pour supporter le désenfantement serait-il pathologique? De mon avis, il ne l'est absolument pas et au contraire ne fait que nous aider à supporter l'insupportable. Tout comme le déni, finalement, cela nous propose ainsi du temps. notre temps, à nous les endeuillé(e)s dont nous avons si cruellement besoin pour nous relever. Et je suis touché qu'il semble bien clair que je ne juge pas supérieure à une autre  l'économie psychique singulière, unique de chacun(e) de nous. Donc Eva, merci de me lire, pas toujours avec plaisir mais avec intérêt,

Et ceci :
Manifeste de la jeunesse pour le climat
12 février 2019 / AG francilienne réunie le 8 février à Jussieu



Manifeste de la jeunesse pour le climat

À la suite du mouvement enclenché en Suède, en Belgique, en Australie et en Suisse, des étudiants français annoncent que la première grève pour le climat aura lieu vendredi et se répétera toutes les semaines. Affichant la solidarité avec les Gilets jaunes, ils donnent des devoirs à faire au gouvernement.

Ce texte émane des réflexions du groupe de travail dédié à la rédaction de l’ultimatum, créé à la suite de l’assemblée générale (AG) inter-fac rassemblée vendredi 8 février 2019 et comportant des étudiant.e.s et lycéen.ne.s de divers établissements de la région parisienne. Cette AG a été organisée par plusieurs associations étudiantes parisiennes écolos en vue de lancer le mouvement de grève pour l’environnement de la jeunesse reconduite chaque vendredi à partir du 15 février.

Nous, la jeunesse, sommes né.e.s dans un modèle de société mondialisé responsable de la catastrophe environnementale et sociale actuelle, et c’est notre futur qui se dérobe sous nos yeux.

Heureusement, quelque chose se passe aujourd’hui. Une colère verte gronde sur fond de désordres écologiques toujours plus visibles. La démission de Nicolas Hulot, les impressionnants chiffres de participation aux marches pour le climat, l’État français porté en justice pour « inaction climatique » par plus de deux millions de ses citoyen.ne.s, tandis que les gens affirment qu’« On est prêt » et qu’« Il est encore temps » : les événements récents confirment que le mouvement écologiste prend de l’ampleur.

La jeunesse se mobilise elle aussi : ces dernières semaines, les grèves scolaires pour le climat en Suède, en Australie, en Allemagne, en Suisse, aux Pays-Bas et en Belgique en témoignent. De plus, en France, le mouvement des Gilets jaunes revendique un système social plus juste, et a permis d’engager un nouveau rapport de force. Tous ces mouvements montrent l’urgence d’une transformation globale où questions sociale et écologique fusionnent pour devenir le projet du XXIe siècle : celui d’un mode de vie et d’un modèle de société viables à terme, incompatibles à tous les niveaux avec le capitalisme, qui ne sera jamais "vert".

La jeune suédoise Greta Thunberg appelle à la Grève mondiale de la jeunesse pour le climat le 15 mars prochain. Nous, la jeunesse, consciente de l’urgence climatique, allons commencer sans attendre la mobilisation à Paris suivant le principe du mouvement mondial Fridays for future (Les vendredis pour l’avenir), en reconduisant la grève tous les vendredis à partir du 15 février.
Nous entrerons en résistance, car face à l’inaction politique la seule solution est la désobéissance civile

A ceux qui s’appliquent à détruire ce monde et prétendent faire preuve de « pédagogie », nous entendons donner une leçon : chaque vendredi, nous présenterons une revendication impérative afin d’éviter le désastre écologique. Vous, dirigeants et dirigeantes aurez des devoirs à faire, et nous donnerons une semaine à l’État pour mettre en place notre proposition. Si ces devoirs ne sont pas rendus avant le vendredi suivant, vous serez sanctionnés : nous entrerons en résistance, car face à l’inaction politique la seule solution est la désobéissance civile. Soyez prêt.e.s pour l’examen du 15 mars. En parallèle, nous présenterons des alternatives citoyennes allant dans le sens de ces propositions et les mettrons en pratique.

Chaque vendredi, nous nous réunirons donc en assemblées locales le matin, avant de nous rejoindre pour une action commune l’après-midi. Soyons le plus nombreu.se.x possible afin de montrer aux dirigeant.e.s que nous n’acceptons plus ce système destructeur de l’environnement. Portons collectivement ce combat jusqu’à ce que cesse l’inaction politique face au dérèglement climatique.

Chaque samedi, nous vous invitons à rejoindre les Gilets jaunes dans leurs manifestations contre ce système qui ravage l’environnement. Vendredi vert, samedi jaune...

Nous sommes tou.te.s concerné.e.s par cette mobilisation : nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend !
Leçon no 1

Pour ce vendredi 15 février, nous proposons au gouvernement de réviser les bases avec une première leçon.

Le dérèglement climatique ainsi que les bouleversements sociaux et environnementaux auxquels nous nous confrontons nécessitent une considération systémique et ne peuvent se réduire au périmètre du ministère de la Transition écologique et solidaire. C’est pourquoi nous appelons le gouvernement français à prendre ses responsabilités et à déclarer l’état d’urgence écologique et sociale afin de débloquer un plan interministériel à la hauteur des risques encourus.

Cet état d’urgence devra faire un constat clair de la situation dans laquelle nous nous trouvons en reconnaissant l’ampleur des dérèglements enclenchées par nos activités tout en mentionnant le manque de moyens déployés jusqu’à maintenant. Il devra notamment consister en une communication intense sur le sujet via la diffusion de spots d’information publics et l’instauration de programmes scolaires à la hauteur des enjeux, ainsi qu’en l’inscription dans l’article 1 de la Constitution du fait que "La France est une République indivisible, laïque, démocratique, sociale, solidaire et écologique."

Suite à cet état des lieux, une réaction immédiate devra être entreprise.
Nous appelons le gouvernement à débloquer des moyens exceptionnels et contraignants pour s’engager dans la voie d’une réduction annuelle de 4 % d’émissions de gaz à effet de serre afin s’aligner sur l’Accord de Paris et de lutter contre le dérèglement climatique et ses conséquences sur notre monde.

Si le gouvernement persiste dans son manque de volonté et maintient ses notes aussi proches de 0, un conseil de discipline sera organisé pour envisager une réorientation.

Face à la catastrophe, cet enseignement est celui de notre futur, l’échec n’est donc pas une option. Nous saurons vous le rappeler incessamment.

Nous donnons rendez-vous à tous les grévistes, ce vendredi 15 février à 14 heures, devant le ministère de la Transition écologique et solidaire pour le premier rendu des copies.


Sans autres commentaires! Révisons nos copies, mes ami(e)s du premier rang !Du dernier rang, ito. ;D


Bisouz à vouz!

Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Février 2019 à 08:20:11
Danse, mon Ami(e), danse sous la pluie, danse avec les loups car c'est honorer notre animalité qui pleure. Little Wolf.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 20 Février 2019 à 11:55:25

Cher Pascal,

C'est sûr qu'on ne peut pas plaire à tout le monde... là n'est même pas le problème pour toi et moi car notre "égo" est dans notre froc comme dit mon grand Ami Léo Ferré à propos de la lucidité !

Aujourd'hui , l'irréparable et l'irrécupérable est que tout un chacun veut égoïstement être "tête de liste" et avoir tout le protagonisme pour leur sale gueule d'enculés et de faux culs !

Absence d'humanité...  manque de respect, de solidarité... collaboration intéressée, hypocrite et mensongère... jalousie exacerbée, exécrable violence et ordurière agressivité verbale... explosion sociale généralisée !

Nous sommes cuits, nous sommes chiés !
Débandade sociétale... sauve-qui-peut !

Mon Ami,  je te lis toujours avec grand plaisir... gourmandise, délectation... toujours avec respect, attention !

Tu peux compter sur moi, je suis avec toi !
Nous essayons tous les jours de danser sous la pluie... pour Javotte... pour Raphaël...

Federico

Ps : je n'aime pas le mot "intérêt" ! ça me rappelle trop ce putain de capitalisme !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Février 2019 à 14:45:46
A danser sous la pluie : les communards!
https://youtu.be/RRMGPjkL2zE

En fermant les yeux avec ça après.
https://youtu.be/-N4jf6rtyuw
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Février 2019 à 15:33:39
https://youtu.be/_E1HbACfWNo

Julos Beaucarne, lettre ouverte.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 21 Février 2019 à 00:15:02
Plaisir et mélancolie vont bien mal ensemble, pour moi...seulement pour moi...
je n'en dis rien pour les autres...
Lire, "avant ".... me procurait du plaisir, "depuis"... le plaisir s'est éclipsé.
Pas mon intérêt pour la chose écrite qui donne à penser à travers le témoignage proposé avec respect...
Je te lis toujours avec grand intérêt  Pascal et j'ai eu envie de te le dire...
Je sais combien c'est important d'avoir des retours de temps en temps de ceux qui nous lisent...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Février 2019 à 08:00:03
Salut à vous!

Merci de considérer mon respect, Eva. Je suis d'accord et ça colle avec ce que je ressens. Je peux de mon côté le formuler ainsi : quand la mélancolie devient plaisir, c'est signe de dimension pathologique, d'une frontière qui signe un état qui n'est plus seulement défensif et devient à risque. Une alerte à percevoir, à identifier.  Pour ex, il fût un moment  où, ayant repris mes baskets pour courir comme "avant", j'avais presque un visuel de ma fille courant à mes côtés, dans un pré bordant le chemin. Auprès de mon analyste j'ai nommé ceci "une schizophrénie constructive" pour autant que je me le rappelle. Il ne s'agit absolument de s'y tromper : rien de confortable dans la folie "qui nourrit sa progéniture" comme dit Tire le Coyote. C'est mon avis, cela suffit de le dire ainsi, je pense, même si par ailleurs je pense que des aspects de nos adaptations "hors normes" présentent certains avantages :  la psychiatrie comme un asile, oui, mais un asile qui peut être protecteur d'un monde fou!
Cette ellipse qui amène l'endeuillé(e) à côtoyer la folie ouvre autant la pensée que la fracture du crâne qu'elle nous assène. C'est aussi un asile protecteur.  C'est peut être pour ça que je ne supporte plus le péremptoire normatif, moraliste, individualiste et les dictats qu'il trimbale.
Si "fermer les yeux et imaginer que danser sous la pluie avec les loups honore nos morts" me fait du bien ainsi qu'à autrui je ne vois pas pourquoi je m'en priverais au titre d'une normalité que je conchie. Bon, d'accord, la lune était pleine et ça échauffe les esprits, et les nôtre ont eu leur dose de surchauffe. Mais de là à aller danser sous les lacrimos et autres fumigènes, faut pas non plus nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Tout arracheur de pattes de mouches ne devient pas serial killer ;D


Bzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzisous!

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Février 2019 à 13:25:21
A la réflexion il y a un autre sac de noeuds à identifier : celui de la chronicité et de ses dangers. Sur un plan psychique le trait entre jouissance masochiste et mélancolie chronique peut peut être nous intéresser, nous les endeuillé(e)s. Pour mémoire, quand je travaillais dans le domaine des toxicomanies, il y a une trentaine d'années, nous signalions lors de nos actions de prévention que  le signe d'absence de plaisir peut faire vigie, alerte et signal style"corne de brume". Idem en alcoologie entre le distinguo à opérer entre le buveur dit "excessif" et l'alcoolique. L'un se signalait de l'autre, car à l'énoncé du problème par un tiers, l'un diminue alors que l'autre pas. De même, une pub pas mal foutue à l'époque signalait que lors d'une fête, le réel danger n'était pas du côté de la personne qui vomissait ses tripes mais plutôt du côté de celui qui tenait bien debout malgré une quantité d'alcool ingurgitée équivalente.
Qu'est-ce qu'on peut faire de ça nous les endeuillé(e)s si ce n'est être constamment en vigilance de nous-mêmes, d'autrui et du reste? :-\
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Février 2019 à 09:01:41
Citation Fedo.

Ça faisait des semaines que je voulais lui parler. Je me suis lancé. Elle s’était arrangée un vague chignon pour l’occasion, alors je n’ai rien trouvé de mieux que de vouloir la complimenter sur sa coiffure. Seulement, le «  il te va bien ce chignon » est sorti de mes lèvres en « Ils te vont bien ces nichons ». Elle m’a regardé bouche bée, s’est tournée vers ses copines en rougissant avant d’éclater de rire. J’ai bafouillé avant de sauter sur mon Solex en pédalant pour fuir plus vite avant de me rappeler que c’était moi qui avait organisé la « Boum » chez mes parents…


Réception ito.

Alors, ça y est ma journée commence par un éclat de rire!  :D. L'ennui est que je vais être obligé de balancer mon pote quand je vais croiser une dame en bonnet et lui toper : "c'est Fédo qu'a commencé, M'dame, même pas moi, c'est pas de ma faute, je voulais juste vérifier ce qui y avait en dessous". Faut faire gaffe, par ces temps du clair-obscur où pullulent les monstros, pour paraphraser notre ami Hulot, à pas se retrouver en zonzon pour rapt de cagoules capillaires! Des coups à se faire taxer d'obsédé du pompon, dont tout le monde sait que c'est le petit surnom affectueux du yéti laineux courant le guilledou sur les pentes neigeuses d'un Everest où des vacanciers bronzés craquent leurs économies en crapahutant pour le surprendre, voire l'attraper, alors que c'est eux qui ont été attrapés par une pub alléchante de la galerie commerciale où ils vont remplir leur  caddie de conneries en rêvant à des horizons inconnus.  Titre en gros dans le journal la gazette des cancans : le  satrape du pompon écume la région! ça vire pour moins que ça de l'école, pour ça qu'on se planque au dernier rang! ;D "c'est pas moi qu'a commencé, M'dame, c'est Fédo, cela dit, vous avez de beaux pompons, bidous, bidous, Ahhhhhhhh!".


Et pan, 3 heures de colle, faut pas que ça rigole! ;D


Ito! :-*
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 22 Février 2019 à 10:28:11

Salut mon Pascal-ito

Tu peux m'croire si tu veux mais on ne m'a jamais viré de l'école !
Par contre combien de fois ai-je redoublé mes classes ?
Et toujours au dernier rang !

A l'époque du temps jadis...  j'aimais déjà "danser sous la pluie et hurler comme un loup" ...
C'était mon plaisir afin de me révolter contre cette foutue tristesse nostalgique et mélancolique !
Mon Coeur est resté en Espagne !
" Et pan, 3 heures de colle, faut pas que ça rigole !"
Moi, je ne rigolais pas, j'avais besoin de "danser sous la pluie..."

Tu n' sais peut être pas Pascal... que même ici, sur ce très respectable forum,  j'ai failli me faire virer à plusieurs reprises !
J'ai plusieurs avertissements oraux et 3 avertissement écrits dans mon dossier de "membre héroïque" !
Au prochain samedi des gilets jaunes... si je déconne (trop !) "ON" me vire illico presto du forum !
Là franchement, j'ai "intérêt" à me tenir tranquille-peinard !
C'est parfois mon sale caractère et mes propos grivois qui font que je suis dans le collimateur de la Haute Autorité ! hihi !
T'inquiète... je gère, je maîtrise ! sinon c'est l'expulsion brute, pure et dure !

J'embrasse toutes celles et tous ceux qui m'aiment fort !

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Février 2019 à 14:00:48
Je ne suis pas un héros!
Mes faux pas me collent à la peau!! ;)
https://youtu.be/dG1T6HxijFY

Mais on s'en fiche, on t'aime fort!
Zoubis-ito!
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 23 Février 2019 à 00:41:00
Dans le tumulte de nos émotions, avec nos sensibilités, nos fragilités, nos différences, pas toujours facile de se faire comprendre, d’être compris-e, de comprendre les autres ….

J’apprends beaucoup sur le forum. J’ai appris, entre autre, à me taire ici (c’est positif).
Même si ça me manque, je me suis aperçue que ce n’est pas le lieu pour débattre vu nos états, l’écrit qui ne facilite ce genre d’échanges etc ….

Par contre, j’apprécie lorsqu’il y a des échanges complémentaires à partir d’une idée, une pensée etc ….
Ca rejoint, je crois, la pensée de Federico :
Je suis sûr que certain(e)s "itos"ou "itas" pourraient se joindre à nous afin d'élargir et d'enrichir encore un peu plus nos réflexions... jusqu'à arriver au 100ème singe...
Et je trouve que vos files, Pasal, Federico, s’y prêtent bien …. (mais ça vous dérange peut-être)
Maintenant que je connais un peu Julos Beaucarne (et j'aime beaucoup)(merci Pascal) : une de ses phrases : "La diversité de chacun fait la richesse de tous."

Pascal : "lettre ouverte" : je te la pique ....

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Février 2019 à 07:00:11
Hello!
Julos Beaucarne et sa lettre ouverte  a marqué notre jeunesse comme H Tachan, B Lapointe, C Ribeiro, G Manset (la mort d'Orion),Malicorne, Ange et Nino...Alors Catherine  pique, pique sans la moindre hésitation, sauf les moustiques, ça va de soi!!!

Et la danse comme outil  de résilience : Loba!Exprime-toi. https://youtu.be/OQ2ib65d2e8 Merci Bolewa! J'y ferais volontiers un stage avec Cheyenne! Je souffre moins mais si ce qui est enfouit "se danse sous la pluie", et je me sens pleinement  d'accord avec cette métaphore.
Moi aussi j'apprends de vos files.ça me fait du bien, je n'hésite pas à le dire et je n'ai pas non plus de souci d'être addict ici, c'est un libre choix et c'est le bon endroit. ça me porte d'oser parler  avec nos mots à nous, uniques et singuliers, de nos formules aussi provocatrices que cette douleur qui est venue fouailler nos entrailles et provoquer notre rage. Merci aussi de nous lire et de nous supporter  quand la souffrance est au pic de son pic, et seulement pouvoir espérer qu'un jour vienne où elle s'amenuise. J'ajouterai aussi un merci sans flatterie à la fonction de contention de ce site ainsi qu'à celles et ceux qui s'en assurent, la limite me semble posée avec réel souci de respect de la libre expression et de la salubrité.

Et pour ma pomme, si je puis être avant-garde d'une moindre souffrance, je n'hésiterai pas une seconde à le danser, danser encore et encore sous la pluie, sous le soleil ou ailleurs.

Sauf en cas d'arthrose, ça va de soi!!!! La mauvaise réputation https://youtu.be/26Nuj6dhte8 ;D

Bisous-ito

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Février 2019 à 07:55:55
Il n’y a pas d’âge pour se montrer solidaire. La preuve avec cette mamie italienne qui, à 93 ans, vient de s’envoler pour le Kenya. Sa mission ? Venir en aide à un orphelinat ! Lumière sur une dame au grand cœur qui nos donne à toutes et à tous une très jolie leçon de générosité.Cette dame se prénomme Irma.


Salut ma haine, bonjour ma colère et mon courroux, coucou!

Dommage, Irma n'a pas emmené Choupette! ça aurait pu être un moyen de transformer un orphelinat en village écolo comme l'a fait l'asso avec qui ma fille découvrit son fil de vie aux Philippines. Pas la peine de préciser que ce fil s'est rompu et m'amène à tenir le mien, no comment, je souffre moins mais ça ne m'empêche pas d'y penser tout le temps.
De plus, je me sens souvent un peu décalé dans la vie, maintenant. Imaginez : hier je suis allé avec Cheyenne à l'école. Non pas celle de Choupette avec plein de croquettes en or dans les gamelles, non, non comme dit Anny (Whitehouse!)! Une école associative, animée par des bénévoles, des gens du coin qui font ce qu'ils peuvent pour aider les toutous et leur "proprio" à mieux se tenir en société. Un centre d'éducation canine de bon aboi, pardon, de bon aloi avec un accueil sympa. Un pas de plus pour moi aussi en socialisation, lequel tire l'autre en laisse de Cheyenne à moi que je me suis demandé? Va falloir que je travaille mon silence, comme Catherine, ça fait partie de résilience. D'accord, je comprends, s'il pleut et que je me mets à danser style Lakota, ça va faire bizarre un peu quand même. Faut que je le fasse dans ma tête, en vrai, discret, avec cette schizophrénie constructive qui m'a sauvé la mise.
Il y a bien longtemps, quand je bossais avec les mineurs en détention, une psy qui co-écrivit un super bouquin "les chevaliers de Thanatos" me dit : "tout le monde a le droit de penser que la tête du bonhomme avec qui je parle ne lui revient pas et envie de lui couper le tout c'est de ne pas l'acter!". (Pardon Mme Chartier, c'est peut être pas le propos exact mais ça doit en approcher).
Bah nous, les endeuillé(e)s on doit faire pareil : C'est pas parce que Choupette ressemble à un sac à main plein de biffetons  que c'en est un notons-le bien!


“Il paraît que même à Monaco les rues ne sont plus sûres. Les milliardaires n'osent plus sortir le soir... Il y a des millionnaires qui rôdent.” Geluck.


Zoubis-ito.

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Février 2019 à 08:06:20
Hello!
Bon, il semble que j'ai encore un peu de temps à faire ici, ça tombe bien il fait beau! Et pis y a de bonnes choses sur cette terre la preuve :

Auteur de Comment tout va s’effondrer (Les liens qui libèrent, 2018) et président de l’association Wings of the Ocean, Julien Wosnitza s’affaire depuis plusieurs mois à un projet hors du commun, l’appareillage d’un voilier pour dépolluer les mers. le Kraken : découverte inspirante.

Julien Wosnitza n’en a pas fini avec la mer. Son engagement pendant un an en tant que matelot auprès de Sea Shepherd avait grandement inspiré son livre, Comment tout va s’effondrer, en écho à Comment tout peut s’effondrer (Seuil, 2015) de Pablo Servigne et Raphaël Stevens. La sortie de son livre lui avait même valu de faire le tour des plateaux télé. Désormais, il repart en mer, cette fois à la voile, dans une mission de dépollution océanique à vocation scientifique et afin de rappeler l’indispensable lutte contre la dispersion du plastique dans l’environnement.

Le Kraken : mon totem! Bah ça, ça me plaît bien j'en ai les tentacules de mon tatouage qui gigotent! Faut dire, oui c'est vrai, la pieuvre est un animal invertébré qui me fascine : en plus il supporte très mal la pollution, je partage.
2012, université de Cambridge, Francis Crick Mémorial conférence:
"L'absence de néocortex ne semble pas empêcher un organisme d'éprouver des états affectifs.....Par conséquent la force des preuves nous amène à conclure que les humains ne sont pas seuls à posséder les substrats neurologiques de la conscience. Des animaux non humains, notamment l'ensemble des mammifères et des oiseaux ainsi que de nombreuses autres espèces telles que les pieuvres, possèdent également ces substrats neurologiques".

Mes filets d'endeuillé de pleurs sont mouillés,
Ses mailles tressées de gorges nouées
à tracer la plastique de la haine
qui mérite tout autant le Kraken
symbole des esprits infernaux
elles et ils voguent sur les flots
à se défaire du plastique de cette haine
en de-ça et malgré leurs poèmes
qui jamais n'écluseront toute leur peine.
Kraken-ito. :-*
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Février 2019 à 08:16:06
Salut à Vous Tou(Te)s! S VTT en abrégé.

Parlons Vélo. Rêver d'un vélo avec ou sans dérailleur (contrairement aux trains les psys ont le droit de dérailler ;D!) implique autonomie et mouvement tout autant qu'équilibre actif puisqu'il faut être en mouvement pour le tenir, l'équilibre.
Plus on construit de routes, plus les automobilistes s’y amassent. De la même façon, plus on multiplie les pistes cyclables et plus les vélos les investissent. Alors j'y va, pédali-pédalo sur la piste cyclable traçant chemin de souffrance à non-souffrance et une Cheyenne qui apprend à tracter le bonhomme et son vélo avec brio. J'avoue que le running est un peu à son avantage quand on court, mais en vélo j'arrive à la gratter. 8)
Sur cette piste cyclable du mouvement, reste une nouvelle étape à franchir : celle de pouvoir parler librement de nos amours DCD de façon suffisamment paisible sans que cela affecte nos propres ami(e)s. Pour moi il est vital de pouvoir parler de ma fille au même titre que nos enfants vivants avec cette présence permanente en moi qui m'aide à maintenir notre propre équilibre et nos pensées qui circulent. Et comme nos ami(e)s ne veulent pas nous blesser, c'est aussi un apprentissage pour eux comme pour nous de trouver ce nouvel équilibre de  ne pas nous blesser encore plus.

Comme le marcheur trace son chemin en marchant, le pédali-pédalo fait avancer le byclo. :P

Bisous les itos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Février 2019 à 08:12:06
Est-il juste et sain que les entreprises qui nous vendent des médicaments soient les mêmes qui produisent des pesticides ? Pour Vandana Shiva, militante écologiste en guerre contre « le cartel du poison« , la réponse est évidemment non. Dénonçant une « logique meurtrière« , elle nous appelle toutes et tous à nous lever pour notre liberté, notre santé et notre planète. Une intervention musclée, sans détour et sans pincette, mais avec le sourire !

Physicienne et philosophe, Vandana Shiva s’attaque aux pesticides depuis plus de 20 ans. Et puisqu’elle n’a toujours pas obtenu gain de cause, elle poursuit son combat avec force et détermination. Dernier exemple en date ? Cette interview accordée à Brut :

Vandana Shiva :

    « Nous devons nous libérer du cartel du poison pour la liberté et la vie sur Terre, pour la liberté de tous les peuples, pour se libérer des maladies, et pour se libérer d’une nouvelle forme d’esclavagisme. »

    « On a entre nos mains le pouvoir de soigner la Terre, on a entre nos mais le pouvoir de soigner nos corps, et de réparer nos démocraties en souffrance en enlevant le pouvoir au cartel du poison. »



Hello!

Merci Fédo! Boulo ça rime avec Bégaudeau!
Découvrir celles et ceux qui ont fait un pas de côté, ça donne du poids au dosage vaccinal qui lutte pour une humanité qui n'est pas condamnée  à  une obsolescence programmée!
Et cette question du mérite soulevée par Mr Bégaudeau, elle me plaît bien : "et alors, qu'est-ce qu'on fait des non-méritants?" Bel écho de ce propos de refuser une société de "winners et de killers" qui ne font que killer la Terre à l'empoisonner à tour de bourse :

Quand le dernier arbre sera abattu,
la dernière rivière empoisonnée,
le dernier poisson capturé,
alors le visage pâle s'apercevra que
l'argent ne se mange pas
Sitting Bull.

Du symbolique au réel, l'individualisme assassin nous conduit au cannibalisme. >:( Vivent les végétariens! ;D

Bisous de ito!

Pascal.



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Février 2019 à 09:11:30
Des scientifiques nous alertent sur l’effondrement de la calotte polaire ouest-antarctique. Ce phénomène, déjà arrivé il y a 125 000 ans, avait entraîné une hausse du niveau de la mer de 9 mètres, changeant radicalement la face du monde.

Bonjour.

Quand j'étais enfant, avec mon cousin, jour de pluie ou jour d'orage, nous disions que le ciel pleurait ou était fâché.
Au jour d'aujourd'hui, Dame Terre nous dit de plus en plus fermement "ne me secouez pas, je suis pleine de larmes" mais  ne nous incline que bien lentement au changement de notre façon de respecter son accueil.

Atterré, privé de terre : 9 mêtres! Le bidonville où travaillait ma fille risque d'être submergé, ni plus ni moins. Des millions de personnes vont être touchées de plein fouet au plus grands périls de leur vie. L'épreuve qui se prépare n'a d'écho en son ampleur que notre propre écho d'endeuillé(e)s en notre for intérieur et le message de Wovoka m'atterre tout autant dans son avertissement :

"Indiens doivent tous danser, partout, danser toujours.
 Au printemps prochain Grand Esprit arrive....
Quand Grand Esprit  vient, alors Indiens vont tous dans montagne,
tout la-haut, loin des Blancs.
Blancs peuvent plus faire mal aux Indiens...
Grand déluge arrive et Blancs tous morts, noyés.
Plus tard, homme-médecine dit à Indiens d'envoyer message à autres Indiens
pour danser toujours,
et alors temps heureux arrive..."
Wovoka, messie Paiute

Il y a des jours plus difficiles que d'autres. Je n'aime ni prier ni être à genoux, ni alarmer, ni catastropher, même gorge serrée.
Je me sens là, debout, désarmé comme à Wounded Knee.

Bizous et courage à nous.
Pascal-ito.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Février 2019 à 20:41:42
https://youtu.be/b_Uyt9qa4hI
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Mars 2019 à 08:29:58
Il fait beau et c'est un drame

    « Nous écoutons les scientifiques du monde entier, comme la statuette des trois singes de la sagesse, et sommes simplement satisfaits d’aller déjeuner en terrasse… pas tout à fait insouciants mais avec cette vague idée que la lumière et la chaleur, fin février, c’est déjà ça de pris. Tout se passe comme si l’humanité et ses représentants ne réagissaient aux crises graves que lorsque celles-ci surviennent de façon spectaculaire. »

    « Les étudiants américains, en pleine guerre du Vietnam, qui organisaient la 1ère journée de la terre, en 1970, avaient le bon slogan : ‘nous avons trouvé l’ennemi, c’est nous !’ disaient-ils. Aujourd’hui, la menace est pire mais progressive et les ennemis, c’est toujours nous ! On s’écharpe sur le Hidjab Décathlon, sur le nombre de députés nécessaires, sur le RIC, alors que l’essentiel de nos débats devrait tourner autour de la façon de changer de mode de production, de consommation. »


Hello!
C'est la brutalité policière actée sur les campus universitaires qui a réveillé la population et permis d'arrêter cette folie guerrière J'apprends à l'occasion de cette chronique "il fait beau et c'est un drame"que la première journée de la terre, en 1970, fut corrélative de la résistance à la guerre du Vietnam. Quelle leçon d'un chapitre 1 de cette urgence climatique qui nous pend au nez.
Alors, oui, je prends ma bagnole le moins possible, oui je fais gaffe à ma conso, oui je ne prends pas l'avion, oui je deviens de plus en plus végétarien, oui je dis bonjour au Punk à chien qui squatte devant la boulang, oui je souris même si je rage car "on n'attrape pas des mouches avec du vinaigre". Et oui, c'est bien Punk à chien qui nous montre le chemin : il fait la manche, s'occupe plus de son chien que de lui-même et émet moins de Co2 que nombre de "propres sur eux" qui froncent le nez en passant devant eux. Je les ai pris une fois en stop et discuté un brin de causette. C'est aussi un Papa en difficulté qui s'accroche et j'ai fait ce que j'ai pu pour le soutenir, par un simple moyen, le considérer avec tout le respect dû à sa dignité d'homme.
Et quelque part, il m'a fait penser à ces "bousillés" de la guerre du Vietnam en treillis militaire comme lui,  à la rue des Amériques et s'auto-médiquant avec ce qu'ils trouvaient pour oublier l'horreur vécue.
Comme les Indiens le disaient, "Visage pâle ne sait ni regarder ni écouter" et  cet ennemi en nous, nous devons le combattre sans pour autant être des taiseux et aveugles à nous-mêmes.

Oui, Fédo,  je suis d'accord avec ce que tu a posté :

"-Certains enfants, par leur mort subite, invitent... leurs parents à oser un changement qu'ils n'avaient pu envisager jusqu'alors.
Certains enfants ont ce pouvoir de dire par leur présence furtive et fugitive et leur disparition brutale : "Ose ta vie, toi seul la vivra".
Message d'espoir..." Jacques Salomé.

Je serai dans la rue le 15 mars.

Bisous-ito.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 01 Mars 2019 à 11:01:55
Bonjour Pascal... oh boudiou ! j'ai failli écrire " Patate dans l'espace" (ton nom indien)

Merci, merci, merci... 3 fois Merci !

1er merci pour les 3 singes de la sagesse !
je me permets de compléter ton message.
"En Occident, cette représentation suggère que, pour être heureux, il faut : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. Or, à l’origine, les trois singes évoquent bien des conseils, mais pas ceux-ci. La plus ancienne trace de cette parabole est chinoise, et se trouve dans les Entretiens de Confucius, penseur chinois du Ve siècle av. J.-C. Une traduction plus juste serait : « Ne pas voir le Mal, Ne pas entendre le Mal, Ne pas dire le Mal ». Une maxime que l’on peut comprendre ainsi : la fréquentation du mal rend mauvais, comme l’a exprimé le philosophe Nietzsche au XIXe siècle dans sa citation « quand ton regard pénètre longtemps au fond d’un abîme, l’abîme, lui aussi pénètre en toi ». Si le discours est chinois, l’utilisation de trois petits singes est toutefois une idée du sculpteur japonais Hidari Jingoro au XVIe siècle, qui en orna les temples de Nikko au Japon.
Originellement, les trois « personnages » sont des macaques du Japon et ils s’appellent :
Mizaru (l’aveugle), Kikazaru (le sourd) et Iwazaru (le muet).
- Par l'équipe Ça m'intéresse -


2ème merci  pour "les messages prémonitoires des Indiens d'Amérique"...
Des chefs Indiens humbles et sages comme les 3 macaques du Japon : Mizaru, Kikazaru et Iwazaru !

3ème merci à toi mon Grand copain pour toutes les belles choses que tu apportes au forum !

et notamment : "Et oui, c'est bien Punk à chien qui nous montre le chemin : il fait la manche, s'occupe plus de son chien que de lui-même et émet moins de Co2 que nombre de "propres sur eux" qui froncent le nez en passant devant eux. Je les ai pris une fois en stop et discuté un brin de causette. C'est aussi un Papa en difficulté qui s'accroche et j'ai fait ce que j'ai pu pour le soutenir, par un simple moyen, le considérer avec tout le respect dû à sa dignité d'homme."
Papa de Javotte

Un peu d'humour...
Citation
"Ça faisait des semaines que je voulais lui parler. Je me suis lancé. Elle s’était arrangée un vague chignon pour l’occasion, alors je n’ai rien trouvé de mieux que de vouloir la complimenter sur sa coiffure. Seulement, le «  il te va bien ce chignon » est sorti de mes lèvres en « Ils te vont bien ces nichons ». Elle m’a regardé bouche bée, s’est tournée vers ses copines en rougissant avant d’éclater de rire. J’ai bafouillé avant de sauter sur mon Solex en pédalant pour fuir plus vite avant de me rappeler que c’était moi qui avait organisé la « Boum » chez mes parents…"

Un premier flirt mais  j'ai "paniqué" et il n'y a donc pas eu de scoubidou boum boum ... après la "Boum" hihihi

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Mars 2019 à 14:05:55
On s’écharpe sur le Hidjab Décathlon, sur le nombre de députés nécessaires, sur le RIC, alors que l’essentiel de nos débats devrait tourner autour de la façon de changer de mode de production, de consommation. »

Re-hello et plein de pensées à vous.
En baladant Cheyenne je ne pouvais m'empêcher de réfléchir à cette partie de la chronique "il fait beau  mais en fait c'est un drame". Peux-t-on s'en satisfaire?
Devant le choc qui nous attend, il y a tout de même 2 façons de concevoir le genre humain et son devenir qui se confrontent, s'affrontent comme à bien des moments de notre histoire émaillée de guerres, d'atrocités et de conflits : soit la solution qui émerge se tourne vers un collectif et une conscience partagée d'un bien commun, soit c'est la dérive élitiste d'une classe de grands propriétaires qui prend le dessus et s'arroge le droit d'en jouir sans partage autre que d'asservir le reste de l'humanité à cette fin. La troisième voie pourrait être une co-habitation supportable, mais j'imagine mal qu'elle puisse se construire sans heurts ou violences.
Systèmes capitalistes et systèmes communistes ont pollué avec autant d'entrain et distillé une culture tout autant orientée vers des mensonges qui rassurent plutôt qu'orientée vers des vérités qui dérangent. Des riches, des super riches y en a dans les 2 camps qui au final en ont produit autant. Il me semble que nous avons eu un tout peu plus de liberté de contester dans le système capitaliste qui a phagocyté les autres formules. Mais on y est, se télescopent de plus en plus frontalement sa logique dévoratrice et d'autres logiques de vie plus communautaires.
Dissocier d'une part la responsabilité de consommer autrement et d'autre part les revendications sociales et sociétales  met un accent légitime sur l'état d'urgence environnemental, certes, mais, à mon avis, l'un ne va pas sans l'autre car ils sont interdépendants. Certainement une question du rapport d'équilibre des masses, comme le "100ème singe" et la recherche du point de basculement d'une masse critique.
Merci Fédo pour les 3 singes qui me rappellent bien aussi  ceux de Koshima, dits laveurs de patates (dans l'espace,hi, hi!)

Zoubis-ito et "dansez sous la pluie!" ;)  https://youtu.be/Bx743aah7o8
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Mars 2019 à 08:08:47
"La décroissance n'est pas la croissance négative. Il conviendrait de parler d'"a-croissance", comme on parle d'athéisme. C'est d'ailleurs très précisément de l'abandon d'une foi ou d'une religion (celle de l'économie, du progrès et du développement) qu'il s'agit.

S'il est admis que la poursuite indéfinie de la croissance est incompatible avec une planète finie, les conséquences (produire moins et consommer moins) sont encore loin d'être acceptées. Mais si nous ne changeons pas de trajectoire, la catastrophe écologique et humaine nous guette. Il est encore temps d'imaginer, sereinement, un système reposant sur une autre logique : une "société de décroissance". " S.L.

Serge Latouche est professeur émérite d'économie à l'université de Paris-Sud XI (Orsay). Cet " objecteur de croissance " poursuit l'analyse qu'il a donnée dans Survivre au développement (Mille et une nuits, 2004) puis dans Le Pari de la décroissance (Fayard, 2006).


Salut mes ami(e)s (ou pas!)

Cette nuit j'ai probablement  rêvé que je dansais à Wounded Knee,  juste à mon réveil j'avais cette image en tête dans ce non-espace/espace de notre psyché en sommeil.

Corinne Morel :"Plus qu'un art, la danse remplit, sur le plan symbolique, une fonction spirituelle d'échange entre l'homme et les forces cosmiques ou divines...La danse est également l'expression de la levée des défenses, de la cessation du refoulement, de la délivrance intérieure. Le rêveur ose "se lâcher" et se livrer...La danse solitaire montre la libération personnelle"
J'étais seul, certes désarmé et un peu maladroit, humble en tout cas, et acceptant d'être" jugé", vu. Peut être que mes soeurs et frères de coeur me donneront leur accord pour être des leurs. A nouveau, oserais-je dire, à nouveau. Comme dans la culture Rom, pour les Amérindiens, l'exil était une punition suprême. Mon ressenti était plus proche d'un retour d'exil mêlant appartenance retrouvée et solitude assumée que d'être empreint d' un état histrionique ou extatique .
https://youtu.be/7PQj-NHp83A

C'est honneur pour moi de le partager et je vous prie de le recevoir en toute simplicité. "You must not hate the white man!"

PS: il ne pleuvait pas! ;D

Exposer c'est s'exposer disait Pablo!


Zoubis-ito.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 03 Mars 2019 à 01:47:48

Cher Frère Blanc

Quand je suis né, j'étais noir,
Quand j'ai grandi, j'étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,
Qui est l'homme de couleur ?

Léopold Sédar Senghor (1906-2001)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Mars 2019 à 07:52:28
 :D Ah ah, Fédo, l'homme arc-en-ciel vous dit Bonjour!

L'art de la politique est d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde


Et pan, "on" en voit de toutes les couleurs! Drapeau blanc, je me rends!
Et puis mon corps vieillit, il n'arrête pas de me jouer des tours. J'ai le talon d'Achille en berne côté gauche depuis hier et les semaines précédentes c'était le côté droit. Bigre, mon corps serait-il instance de dialogue politique? Ou signe de dire à sa façon : ça marche plus, t'as le tendon trop tendu! P'têt ben qu' c'est ça qui me dit car j'ai foiré l'école hier. Impossible trop flippant, rien à faire, ça bloque dans ma têtête : pas moyen de me résoudre à prendre mon petit cartable avec Cheyenne. J'ai préféré aller me balader avec elle, et bingo, le talon d'Achille fait bobo. Franchement, je me rends, drapeau blanc, faut être dans le rang. d'accord, mais au dernier, là où ça rigole. Parce que j'en ai un peu marre de voir que c'est la pathologie qui gagne le plus souvent, alors je laisse la mienne filer. Cancre, fainéant, sécheur de cours,école buissonnière, dilettante, réformé p4 à l'armée, étudiant, chômeur, retraité, une vie bien remplie! Et Papa abîmé!
Cela dit, Cheyenne est trop contente, elle arrête pas de le montrer, parce que vraiment ça la gavait d'aller se casser les pattes à marcher droit, comme son maître elle préfère marcher de travers. ça renforce notre complicité qu'elle me dit et c'est pas moi qui t'a pété le tendon, c'est le tennis que t'as trop joué hier, me fait pas prendre mes croquettes pour des lampions, comme M :-\ >:( :-X ;). Je vous laisse deviner le nom ;D!

Quand on vous colle une baffe, marcher hors des clous vaut-i mieux que de tendre l'autre joue et finir à genoux? Question ouverte, nom d'un tendon!  :P


Bon Domingo de la part de  Pascal-ito!

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Mars 2019 à 07:51:13
Hello!
Ah ah Catherine, ça y est t'es membre héroïque! :-* Sans commentaires, Fedo, sinon tu vas te faire virer du cours, dernier rang ou pas! ;) .
Mon grand père, ses médailles, elles étaient dans un tiroir, bien mélangées avec le reste du joyeux bordel qui régnait dedans. De temps en temps, on les sortait avec mon cousin, pour jouer avec, mais ça durait pas car à chaque fois, mon grand père ou ma grand mère les refoutait dans le vrac du tiroir. Faut dire que du Chemin des Dames à Verdun, Pépé était chaque fois dans les derniers rescapés, 2ème classe jusqu'au bout, salement amoché et alcoolique. ça a marqué la filière paternelle d'un joli tendon d'Achille : obligé d'être au dernier rang, pas médaillé et réparateur en cycles et motocycles, mon premier boulot, suivi du 2éme,  "réparateur" en cycles humains, ce coup là, (modestement dit tout de même, très sérieusement) et allant au boulot en moto! Hier, j'ai exploré l'histoire Amérindienne : chaque être était considéré comme détenteur d'un pouvoir qu'il cultivait ou pas. Cette conception reflétait une diversité d'approches qui m'a fait le plus grand bien, parce que personne n'était condamné à être guerrier comme Pépé le fut, appelé et pas le choix, va à la boucherie au nom de la patrie. Mais bon, ça ne me fait pas rêver (de jour ;D!), car les Amérindiens en ont vraiment bavé : décimé(e)s par les épidémies, dépecés par les traités, le commerce fallacieux, l'alcool et le reste, déportés et acheminés dans des camps, traqués et assassinés, déchirés dans des choix infernaux voire inféodés à tuer les leurs, une horreur. Et la palette de leurs réactions m'aide à avancer : aussi féroces que celles de Géronimo ou plus politiques comme celles de Cochise pour les Apaches, voire intégratives comme celles de Major Ridge pour les Cherokees, par exemple, au final,  il n'y a pas de recettes magiques.  Seulement des dosages, comme pour les poisons et médicaments et à chacun(e) le sien dans cet univers cruel qui nous amène à pleurer, "on" le partage et ça c'est dans le camp du bien, de l'aide, du respect et de la résilience.

Eva Luna – Isabel Allende (1987)
Entre comédie et tragédie, l'univers d'Eva Luna est un théâtre cocasse et cruel, peuplé de personnages inquiétants et loufoques : sa mère qui arrache son père de l'agonie en lui faisant l'amour, sa marraine qui engendre un monstre à deux têtes, l'une blanche et l'autre noire, grand-mère Elvira qui dort dans son cercueil, Huberto Naranjo, gosse des rues qui deviendra guérilleros, la Madame, puissante maquerelle de la capitale, Mimi, travesti promu star de la télévision nationale, Riad Halabi, commerçant moyen-oriental au coeur tendre et aux caresses savantes... Et Eva elle-même, née bonniche rebelle, rêveuse et émerveillée, dont le talent de raconteuse d'histoires lui permettra de sortir de la misère et de la servitude.


Avec toute ma considération, Eva,  pour cette si difficile journée d'hier  ainsi que pour Emmanuelle, Raphaël, Javotte ma fille, Mircéa et toutes et tous.

L'univers n'est pas cruel, c'est nous qui le rendons ainsi. :(


Comme Fedo, solidairement, chaleureusement, respectueusement.

Pascal-ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 04 Mars 2019 à 13:28:33
Merci infiniment Pascal...

C'est une auteure que j'aime beaucoup...que j'aimais déjà avant...
Mon pseudo vient d'elle.Il est polysémique...

J'ai bien pleuré en lisant Paula...tant ça raconte une facette de mon histoire...Isabel a mis des mots sur une expérience im pensable,in nommable , im parlable...Ce fut précieux.

Paula.Isabel Allende.1994
"Le 8 décembre 1991, Paula, une jeune femme de vingt-neuf ans, atteinte d’une grave maladie, sombre dans le coma. Elle mourra un an plus tard.

Pendant les jours de détresse consacrés à la veiller, sa mère – Isabel Allende – entreprend de lui adresser par écrit un long récit : l’histoire des siens. Avec la même force et la même vérité que les personnages de La Maison aux esprits et d’Eva Luna, surgissent ainsi les protagonistes de son enfance, et ceux, plus lointains, d’une saga familiale inaugurée par ce marin basque qui, au début du siècle dernier, prit pied sur la terre chilienne. Au gré des souvenirs revit le Chili du président Allende, en état de quasi-guerre civile jusqu’à la tragédie de 1973. Puis vient le temps de l’exil et de la création littéraire. Mais à travers le témoignage, l’histoire, la confidence, ce livre nous conte avant tout la lutte désespérée, bouleversante, d’une mère contre le temps qui passe et emporte chaque jour un peu plus son enfant."

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Mars 2019 à 09:05:41
Un prospectiviste de BP a ainsi donné à Matthieu Auzanneau cette image déroutante à propos des pétroles de schistes :

    « On est exactement comme des rats de laboratoires qui auraient mangé toutes les céréales et qui se trouvent résolus à manger le paquet ».


Bonjour!
Voici 4 ans, j'ai assisté à un débat passionnant sur les énergies de l'extrême animé par l'auteur  d'une BD sur le "fracking". Sylvain Lapoix, BD "énergies extrêmes"publiée chez Futuropolis.  Sylvain Lapoix est journaliste d'investigation. Il a été (admirablement  et courageusement, je souligne) sur place explorer cette réalité du fracking. Il a rencontré ses promoteurs ainsi que ses détracteurs, voire ses victimes. C'était avant. Je ne savais pas alors que je serai sujet d'un fracking tout aussi violent 4 mois plus tard. Psychique, celui-là, mais la métaphore est bonne, c'est de même nature, je la maintiens.
Lors de ce débat, j'appris que les victimes étaient en partie des Indiens (dans le Dakota, je crois). Les accidents dus aux transports routiers et plus particulièrement aux camions étaient devenus monnaie courante. L'explication : les chauffeurs payés à l'heure surpassait leur temps de conduite à tel point qu'il(elle)s étaient de véritables dangers routiers. D'autant plus que l'exploitation en fracking  demande des quantités pharamineuses d'eau et de sable (de basse qualité), donc un max de transport. Ma fille n'a pas été une victime directe de cette folie qui nourrit sa progéniture, mais je n'arrive pas à dissocier l'orientation prise par ce capitalisme effréné et les propres choix de ma fille pour accorder ses aspirations d'un monde meilleur et ses convictions intérieures. J'ai failli à un endroit : celui de privilégier mon propre stress de Papa (et aussi ma culpabilité)  à celui d'une réelle écoute du besoin de tempérance qui aurait été plus utile à ma fille que ma croyance élogieuse en ses choix.

" Qui reconnaît ses torts demande pardon. "
Mark Twain ; Les aventures de Huckleberry Finn (1884)

Une bonne nouvelle : Total est bredouille au large du récif d'Amazonie! Greenpeace. ;D


Courage à nous!

Bisous.

Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Mars 2019 à 15:41:42
Ajout aujourd'hui :
Je militais pas mal à l'époque (2015 et avant) et diffusais quelques textes de mes ressentis, trouvant que militer c'est déjà pas marrant alors autant le faire avec une dose d'humour... j'ai pensé à Raphaël qui voulait aller danser avec nos cousins en Afrique en évoquant ce matin le fracking et ce que ça m'avait inspiré à l'époque.

Quand le Bonobo rencontre la fracturation hydraulique

   Notre cher Bonobo est un chimpanzé. Réputé pour sa sociabilité, les femelles bonobo, n’en soyez pas choquées, Mesdames, proposent leur sexe aux mâles qu’elles sentent un peu trop en proie à l’agressivité. Ma foi, ça fonctionne pour le genre Bonobo, et n’en déplaise à la morale, ces messieurs les bonobos mâles se calment et le groupe garde son homogénéité.
   Tout le monde est gagnant, en terme de simple sécurité et survie dans la jungle.
   En est-il de même pour notre charmante espèce de bipèdes en terme de survie et de sécurité quand les mâles pètent les plombs? Je me le demande, et pour cause. Un lot de mâles agressifs tentent de soulager leurs pulsions prédatrices, voraces et insatiables en violant...la terre. Je ne suis absolument pas convaincu qu’elle soit d’accord pour calmer leurs ardeurs sous cette forme. Je doute même fort que ce soit le cas et que Dame Terre propose ses services de façon aussi complaisante à ces arrogants de la conquête (sans bégaiement!) que mesdames les Bonobettes.
   La preuve en est fournie par les réponses embryonnaires de notre mère planète sous forme de dérèglement climatique à nos portes, M’est avis que les pseudos Ouranos commencent sérieusement à agacer Madame Planète grave de chez grave avec leurs envies incontrôlables de la pilonner à coup de fracturation hydraulique. Cette analogie avec “les coups de boutoir masculins” a été évoquée en terme fort suggestifs  par un enquêteur journaliste au cours d’un débat sur le thème des gaz de schiste. ça résumait assez bien son propre ressenti des propos tenus par les promoteurs de cette technique "fracturale".
   Imaginons la scène d’un forage rempli d’une substance gélatineuse (fruit des recherches, la flotte est trop fluide, tout à fait authentique) soumise à forte pression pour fracturer la roche et libérer les gaz...L'analogie est effectivement quelque peu piquante, "séminalement" parlant. Mon dieu, "qu'allait-on faire dans cette galère" disait Molière.

   Je vous conseille la Bd “énergies extrêmes” de Blancou&Lapoix, parue chez Futuropolis. C’est Yes et parlant!

   Bon, c’est quand que ces mâles ne résument pas leurs neurones à habiter la partie pénienne de leur personne? Ah, oui, c’est vrai, l’humain a dominé le reste du monde avec l’usage de son cerveau, alors, les neurones, il est grand temps de retourner au bercail, ça chauffe le climat!!! Fuyez l’endroit du pantalon et remonter vers la cervelle, comme les saumons, vous verrez, ça marche! Suffit de suivre la moelle épinière, le cerveau est en haut, un peu comme un puits de forage, quoi, z'avez déjà le mode d'emploi.

            Cycle “quelle épique époque! Avril 2015.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Mars 2019 à 08:24:46
Bordalo II est un artiste portugais auteur d’une œuvre profondément originale : à partir de déchets, il sculpte des animaux magnifiques. Ses sculptures sont comme le miroir de notre société gaspilleuse.
 « J’appartiens à une génération extrêmement consumériste, matérialiste et avide », explique Bordalo II sur son site. « Avec la production de choses à son maximum, la production de "déchets" et d’objets inutilisés est également à son maximum. Le terme "déchet" est cité en raison de sa définition abstraite : "Les ordures d’un homme sont le trésor d’un autre". Je crée, recrée, assemble et développe des idées avec des matériaux en fin de vie et j’essaie de les relier à la durabilité, à la conscience écologique et sociale. »

Coucou les richard(e)s!

Gazer au visage un gilet jaune handicapé dans un fauteuil roulant après lui avoir arraché et confisqué ses lunettes et masque de protection vient d'augmenter mon trésor de façon nettement appréciable : au jeu de la cagnotte des violences sur personnes vulnérables, le concours est ouvert et même TF1 collerait des pubs pour "Doséo", la bombe qui dose mieux. Super de se sentir riche avec tout ce qui se passe, je vais pouvoir aller danser sous la pluie avec un parapluie doré même pas imposé et faire la queue dans une file d'attente pré-citée au guichet de l'île caïman que j'aime tant.
La légitimité destructrice fait des adeptes et risque fort de se retourner contre l'ensemble de l'humanité:  ça va pas être simple d'en faire une jolie création, mille pardons aux générations futures tellement elles devront retrousser leur manche pour ce faire.
Allez les Riches, passez une bonne journée tout de même, il reste de la place dans mon coeur même si mon portefeuille métaphorique est plein..de biftons-ito!

Bizous

Pa-scalp!

Petit ajout fin de journée : pensant à Albert Camus qui opta pour refuser tout anathème avec son "2 peuples qui n'arrivent pas à vivre ensemble se condamnent à mourir ensemble", étant ici-même sur un site dédié au deuil, il me semble nécessaire de rappeler que le suicide affecte bien des êtres, dont des policiers. L'inacceptable ne légitime pas l'amalgame d'une partie au tout. Il y a des policiers qui ont été reconnus comme "Justes" pour leur refus d'appliquer ce qu'ils considéraient comme contraire à leur fonction sous Vichy. C'est bien de le rappeler, je trouve.

ito.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 07 Mars 2019 à 00:26:26
Et oui, c'est bien Punk à chien qui nous montre le chemin : il fait la manche, s'occupe plus de son chien que de lui-même et émet moins de Co2 que nombre de "propres sur eux" qui froncent le nez en passant devant eux. C'est aussi un Papa en difficulté qui s'accroche

« punk à chien » ?!  :P   Chez nous, c’est une expression un peu péjorative ….   ;)

 Ca me renvoie à la ZAD de N.D des Landes.
 Il y a eu de très, très belles choses ! Et aussi d’autres bien moins belles ….
Entre autre, la reproduction (en moins pire quand même) de la « société » : d’un côté celles et ceux qui « savent » (parler, décider, imposer) et de l ‘autre : celles et ceux qui ont rarement la parole, « subissent » l’exclusion, etc ….  ces derniers étaient souvent appelés « punk à chien » (par une partie des premiers, entre autre). Ils vivaient sur la zone déclarée «non motorisée » : sans électricité etc ... (c’est pas donné à tout le monde ce genre de choix, c’est respectable ….). Ils y ont créé des façons de vivre simples (plein de choses à apprendre grâce à eux, à elles...).

Et des gens au milieu qui essayaient de mettre du lien entre ces deux mondes …(pas tout rose, ni d’un côté, ni de l’autre)

Après l’abandon du projet d’aéroport, comme prévu et craint, une bonne partie des premiers est allée « négocier »( ?) avec l’État !
Ces terres devaient revenir légitiment à toutes celles et ceux qui ont lutté pour les préserver … (c’est à dire à tout le monde et à personne). Ensuite celles et ceux qui voulaient régulariser leur situation par rapport à « leurs terres » : pourquoi pas ….

 Hé bien non ...
Tout compte fait on n’a rien gagné, on a juste pas perdu …
Et quasiment tout le deuxième groupe est parti, par choix ou par nécessité ….

Vraiment dommage, c’était un endroit, malgré les différences et différents, riche de rencontres, de partages, de créations ….


Pour toi, pour celles et ceux qui aiment la terre, la Vie …. :
https://www.youtube.com/watch?v=K9J8tR7MYDA&feature=youtu.be  (Jacques Gamblin "mon climat")

 :-* aux itos, aux itas

Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Mars 2019 à 08:57:33
Hello!
Punk avec un P majuscule pour moi! Il y a un Africain qui m'avait expliqué que dans sa culture (Bambara ou Ouoloff? Pardon, je ne me rappelle plus, en tout cas dans ce coin de l'Afrique, Tobie Nathan en sait plus que moi sur le sujet, certain!), le sens d'un mot était signifié par une noix gardée en bouche. Cette noix donnait sens au mot, éludant en quelque sorte les versants antagonistes du mot et en précisant la nature. Donc, Catherine, merci de me le rappeler: dans ma bouche rien de péjoratif et c'est bien de le préciser. Les discussions autour de l'amalgame bien gratiné effectué autour de la ZAD  ne disqualifie pour moi rien de ce qui aurait du y être soutenu contre vents et marées par l'état  et non détruits aussi aveuglément. Mais le paradoxe de la marge qui a besoin de sa marge est difficilement contournable, pour aider  le reste de la page à avancer, je crois.
D'ailleurs, dès que je peux, je participerai comme au Larzac à la hauteur de mes moyens au pot commun pour acheter des terres à la ZAD NDL, si c'est encore possible,  sans la moindre hésitation.
Il y a un auteur que j'adorais lire à mes enfants, Philippe Corentin. : L’ogre, le loup, la petite fille et le gâteau.
Comment faire passer le gué à nos impossibles? :P. Des fois, j'en sais rien. :-*
Qu'allons nous faire dans cette galère?
Ma fille me manque, c'est dur ces temps-ci.

Bizs.

ito.


Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 08 Mars 2019 à 03:47:24
Il y a un auteur que j'adorais lire à mes enfants, Philippe Corentin. : L’ogre, le loup, la petite fille et le gâteau.
Je ne connaissais que "l'Afrique de Zigomar". Dans le "tien", la tête du loup : elle paye ....
La lecture des livres pour "enfants" est souvent un grand plaisir pour tous je trouve.

J'espère qu'il y a du soleil dans ton coeur aujourd'hui ...., que le beau sourire de Javotte t'apporte un peu plus de sérénité.
Il faudrait peut-être aussi que Cheyenne refasse des bêtises .....  :D

Des bisous tout plein

Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Mars 2019 à 08:23:45
L’effondrement de notre civilisation mondialisée n’est plus une hypothèse farfelue. De plus en plus de monde s’y prépare, réapprend à se passer du superflu… et à vivre ensemble. Et ça, pour Christophe André, c’est une excellente nouvelle.

Dans sa dernière chronique sur France Inter, le psychiatre s’est penché sur deux notions à priori incompatibles : l’optimisme et la fin du monde. En quoi est-ce qu’un effondrement de nos modes de vie pourrait être une bonne chose ? Découvrez la belle et inspirante réponse de Christophe André :

    « Oui, le pire va sans doute arriver. Oui, notre monde, tel que nous le connaissons, va s’effondrer. Mais on pourra s’en tirer si on se serre les coudes »

    « Nous devrons vivre avec moins, faire le deuil de toutes nos dépendances énergétiques, matérialistes. Mais surtout, nous devrons comprendre qu’il sera inutile de vouloir se sauver égoïstement, de seulement chercher un abri pour y vivre comme avant. Quand tout menace de s’effondrer, on se met à mieux écouter les prophètes, mais aussi les poètes. Et voilà ce que nous dit l’un d’entre eux, Christian Bobin :

    « Fou celui qui se croit à l’abri.

    Je ne cherche pas un abri.

    Ce ne serait qu’un endroit pour y mourir sans bruit.

    Je cherche ce qui arrive quand on n’est plus protégé et qu’on n’a plus peur de rien. »

    Ça va nous faire bizarre de renoncer à toutes nos protections et toutes nos peurs. Mais ça va peut-être aussi nous faire du bien. »

Revenir à l’essentiel et à plus de solidarité ? C’est vrai que, de ce point de vue, l’effondrement peut être perçu comme une opportunité plutôt que comme une menace… Bien vu.

Saluto!
Hello Catherine, oui, je sens Javotte dans le coin et ça me fait du bien. Plus Cheyenne au top : on fait du vélo ensembles, elle adore! Et on ira pas à l'école : je crois qu'elle assure un max juste pour montrer que vraiment elle me comprend, ça m'angoisse trop  l'école! :D. Je préfère la rue comme....Punk à Chien! LOL, sérieux je m'y sens mieux et ça c'est ce qu'on partage derrière la façade. Je mets aussi une majuscule à Chien (magnifique d'ailleurs, un boxer superbe) car Cheyenne me fait remarquer que ça se fait pas et que c'est discourtois de se limiter à un seul  être du tandem comme elle et moi en byclo!) Pardon Mr, je recommencerai plus.
Par ailleurs, je poste ce truc de Cristophe André en soulignant une résonance d'endeuillé avec  :" l'optimisme et la fin du monde". J'ai un peu de mal à positiver, mais bon de mon côté je vais essayer d'optimiser la manif climat et penser que les policiers vont être de notre côté plutôt que de nous doser la trombine avec leur escopette à lacrymos! La piste des larmes c'est comme le chant des pistes des aborigènes Australiens (Cfr Bruce Chatwin) , ça se danse et ça se chante sans nous y aider, vu qu'on en ai déjà proprios! ;D

Zoubis-ito

Pascal.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 08 Mars 2019 à 20:14:58
Pablo Servigné dans des écrits sur la collapsologie, l'effondrement, fait un parallèle avec le processus de deuil. ( moi j'y crois pas trop au processus de deuil,  mais bon ..)

Mais il commence par la fin,  l'acceptation, qui donne une " ouverture "  .

Accepter l'idée que le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui va s'effondrer d'ici peu de temps ( Pablo Servigne parle de 2020 à 2030, donc demain ...) va permettre la " construction " d'un autre sur d'autres bases, l'entraide, la solidarité, l'essentiel , la nature etc...

Bon, je résume, et je n'ai pas tout lu, ni sans doute tout compris, mais je farfouille pas mal là dedans en ce moment.

Christophe André dit la même chose, et cela tombe bien, car j'aime ses pensées, autant que celles de Pablo, et je me sens cohérente sur ce coup là ...

Si cela vous intéresse, des choses intéressantes à lire et écouter.

Pablo Servigné : " L'entraide, l'autre loi de la jungle "

La web série " NEXT "

Et  tout plein de conférence sur youtube...

Pensées pour tous les itos et itas, présents et absents.

Nora

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Mars 2019 à 08:09:20
Hello!

Pensées pour tout les itas et les itos, absents ou présents.

Comme ça me fait plaisir de partager aussi cette phrase de Nora. Vraiment ça me fait du bien de recevoir et de partager cette formule. C'est une façon d'interpeller notre sens du lien qui me convient .
exemple de ce matin de Radio Canada:

Solidarités Initiatives

Suspendu au télésiège, un skieur de 8 ans est sauvé par des ados

Ces jeunes n'étaient à Vancouver que pour la journée. Le hasard a bien fait les choses... Un sauvetage solidaire et exemplaire.
Par
Axel Leclercq -
Publié le 8 mars 2019 à 14:37 - Mis à jour le 8 mars 2019 à 15:57

Face au danger, la meilleure réponse est souvent la solidarité. Exemple avec ce sauvetage spectaculaire observé cette semaine au Canada.

Ça s’est passé plus précisément à Vancouver, sur une piste de ski. Un enfant de 8 ans, qui avait glissé sous la barre du télésiège, était suspendu dans le vide, retenu uniquement par la main de son père. Pour éviter un drame, il fallait agir vite. Pas le temps d’attendre des secours.

Par chance, un adolescent de 14 ans a aperçu ce qui se passait et a aussitôt alerté ses amis, leur demandant de s'emparer d’un filet de sécurité pour s’en servir comme d’une toile d’atterrissage. Pendant ce temps-là, le papa et le gamin ont tenu bon, jusqu’au dénouement…

Résultat ? pas la moindre blessure !

Grâce à leur sang froid et à leur travail collectif, ces jeunes ados ont réussi à sauver le gamin.


C'est quand on se donne la main qu'on s'en sort bien, pas quand elle est arrachée, blessée ou frappée, hein, ça rappelle rien?  Ah si, la guerre du feu!


Après Amnesty International et le Parlement européen, l’ONU dénonce l’« usage excessif de la force » contre les « gilets jaunes » à travers sa haut-commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet qui a réclamé, mercredi 6 mars, « une enquête approfondie » sur les nombreuses accusations de violences policières. Depuis le commencement des « Actes des Gilets Jaunes », ces violences policières sont recensées par le documentariste David Dufresne. Pour le moment, 500 blessures sont comptabilisées, parmi lesquelles des membres arrachés et des yeux crevés.


Alors, on fait quel choix? Moi la religion "no limit"  du possédant qui accumule son argent comme sublimation d'un  état de commerce niveau caca/popo ça me branche pas des masses. J'sais pas, ça m'attire pas et ça nourrit pas mes questions d'endeuillé. Je préfère celle-ci, ramassée hier:
Va-t-il  falloir changer de paradigme? La matière qui crée la conscience, base du matérialisme va-t-elle céder la place à la conscience qui permet à la matière de se manifester?  Je vous passe le lien de cette question : "et si la mort n'existait pas?"
https://youtu.be/HpsJ4o5C4Hg

La spiritualité n'est pas une religion ;D


bisous-ito et bon WE

Pascal.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Mars 2019 à 14:31:42
Hello Fédo.
Content de te relire, ça me manquait mais, on le sait, endeuillé égal besoin de se retirer quand ça demande. Alors toute ma solidarité mon Amigo.
Ouais, le titre "et si la mort n'existait pas" me convient très moyennement. On en sait quelque chose que la mort existe, nos enfants l'ont prise en pleine tronche et, au cimetière comme ailleurs, c'est le mien de poing en pleine tronche que j'aurai collé à la première personne m'affirmant de dedans ses propres croyances : "mais ta fille elle est vivante". Pour moi c'est ni plus ni moins de la maltraitance que de tenir ce genre de propos, ça a été tenté avec moi, mais assez vite retenu, j'ai carrément averti des risques encourus de me les servir, j'avoue.
Par contre se poser la question de la mort comme une  étape dans une continuité d'un autre "vivant" de ce qui fût conscience, là je signe totalement ok. C'est le sens de notre science de gratter du terrain sur l'étendue de notre ignorance et le paradigme est processus évolutif.

Louis Joseph Antoine de Potter 1848. Questions sociales p 215:

Question : Il y a relativement à la société plusieurs espèces de raisonnement également bons?

-Tout raisonnement doit être relatif à l'époque à laquelle on l'applique. celui par ex, qui établit que la vérité incontestablement reconnue est la base de l'ordre, raisonnement bon dans le sens absolu du mot, serait relativement mauvais si on y avait recours à l'époque où l'ordre a encore besoin d'un principe hypothétique, considéré comme vrai parce que personne ne le conteste.
De même, le mauvais raisonnement, absolument parlant, et qui l'est en effet pour une société conforme à l'absolue raison, c'est à dire ce raisonnement qui fonde la société sur une supposition de vérité qu'il est défendu à l'intelligence d'examiner, est le seul efficace pour conserver l'ordre et l'existence si on l'applique à une société encore ignorante et pour cela forcément opprimée; il est par conséquent le seul bon raisonnement relatif à cette société.


Tout dogme doit rester à notre service et non l'inverse, tout comme résumer le tout à une seule de ses parties est de l'idéologie. ;D


Itaos, plein de pensées à vous!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Mars 2019 à 07:00:23
« Nous sommes tout simplement en train de détruire les systèmes de support à la vie qui nous permettent de maintenir notre existence sur la planète, ainsi que toutes les autres formes de vie sur la planète. C’est horrible de nous voir décimer le monde naturel comme celui-ci. » a déclaré Brad Lister à The Guardian. « Je ne pense pas que la plupart des gens aient une vision systémique du monde naturel. Mais tout est lié et lorsque les invertébrés déclinent, c’est toute la chaîne alimentaire qui va en pâtir et se dégrader".

Hello!

"Et si on arrêtait tout, on réfléchit et c'est pas triste", l'an 01 de Gébé! Déjà, qu'il n'y ai plus d'insectes volants pourrait nous inviter à arrêter de prendre les nôtres de volants. Ou au moins se limiter, prendre le bus, développer les transports en commun, les rendre gratuits, multiplier modes de déplacement non polluants du vélo au bateau et pis se dire que le temps c'est de l'argent, alors oui, d'accord, je le prends. Tiens, d'ailleurs, c'est à pied que je me déplace le plus souvent, maintenant. Je vois des gens, je leurs dis bonjour ou pas, etc....Bon d'accord, ça suffira pas et c'est pas en achetant des baskets écologiques que ça règlera le reste. Mais c'est vrai, faut un début à tout, marcher pour le climat c'est un devoir citoyen, planétaire et terrien, ni plus ni moins. P'têt que je prêche des convaincu(e)s, p'têt que je cherche en vain, p'têt qu'y aura jamais l'an 01, mais p'têt qu'on est comme les insectes :

 Dans une chrysalide on se transforme avant de pouvoir déployer nos ailes! :-*


Bizous-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Mars 2019 à 08:16:26
Les étudiant.e.s et lycéen.ne.s ont lancé un appel à la « grève mondiale pour le futur » le 15 mars 2019, et pour des actions reconductibles et amplifiées chaque vendredi. Nous, personnels de la recherche publique et de l’enseignement supérieur, sommes à leurs côtés et avec les enseignant.e.s qui auront choisi de les accompagner. Nous célébrons leur exigence « d’entrer en résistance » face à l’inaction politique et à l’aveuglement ou au consentement passif qui s’en satisfait.

Ami(e)s du jour bonjour, ennemi(e)s du soir bonsoir!

C'est parti pour les vendredis, j'en serai.
Robinson Crusoé (ou les limbes du pacifique, merci de vos écrits, Mr Tournier!) seront d'accord avec la formulation  " c'est encore dans les limbes", projet vague et incertain que l'écologie actuelle traduit assez bien : on sait pas encore vraiment quoi foutre pour s'en sortir entre les boues rouges d'un côté et les  insectes en berne de l'autre avec la voracité financière pour couronner le tout.

    « Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas. »  Et le XXIIe sera-t-il ou ne sera pas, tout simplement?

    André MALRAUX (1901-1976), La Légende du siècle (1972)

Rétablissons la vérité, sur la prophétie de cet homme né avec le siècle dernier (1901), qu’il parcourut en acteur et témoin de l’Histoire, tour à tour romancier, combattant et résistant, compagnon de route et ministre du général de Gaulle.

Malraux le philosophe tenait au mot « spirituel » – et non pas « religieux », voire « mystique » ! Deux qualificatifs qui trahissent ou à tout le moins réduisent et déforment sa pensée. Tadao Takemoto, disciple fidèle, fait précisément allusion à cette spiritualité malrucienne, dans son essai : André Malraux et la Cascade de Nachi (1989, Julliard).


Et  le XXIIe siècle?  Se résumera-t-il à être une survie écologique ou pas? Nous empruntons la Terre à nos enfants et j'oserai ajouter ici, morts ou vivants  :-*


Bizous-itaos.

Pascal.



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Mars 2019 à 12:05:35
"Accepter, ce n'est pas se résigner, mais rien ne vous fera perdre plus d'énergie que de résister face à une situation que vous ne pouvez pas changer."
Dalaï Lama

Ok! mais je peux au moins essayer de la comprendre ou plutôt d'avancer dans ma compréhension de ce qui est hors de ma portée. Je découvre la pensée de la physique quantique que jusqu'à présent jr e n'avais pas cherché à explorer. La pensée quantique croise bien des points avec mes autres apprentissages, mes ressentis de la clinique comme de mon propre   "soin".  Cela me bouscule autant que mes premiers pas systémiques. C'est dire à quel endroit je me trouve de ce "comprendre" qui parfois me procure de l'apaisement et d'autres fois non. J'ai besoin d'un petit break pour digérer tout ça!
Je trouve ça passionnant et bouleversant. pour exemple de mon trajet, ci-joint un lien parmi d'autres..
Pour moi, la différence fait couple avec le tout, sorte d'homéostase de l'univers vibratoire et du corpus, dans un constant renouvellement de l'expérience d'un Grand Tout qui s'expérimente à lui-même en s'oubliant, liant mort et vie dans une permanence à l'écho des forces qui le constitue.
https://youtu.be/OCJjcpmt0WU
https://youtu.be/kS5SNQQ6V-8

Filles des nombres d'or
fortes des lois du ciel
sur nous tombe et s'endort
un dieu couleur de miel

La primauté de la conscience est bien plus porteuse de sens que la primauté du matérialisme, et tant mieux, cela nous donne une chance de nous sortir de cette mauvaise passe où nous sommes plongé(e)s.

Bisous itaos à tou(te)s.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Mars 2019 à 06:53:01
Trois chiens sèment des graines pour replanter toute une forêt

Ne trouvant plus aucun abri ni nourriture, les animaux sauvages n’ont pas eu d’autre choix que de déserter la forêt. Pour venir en aide à cette biodiversité malmenée, une association a fait appel à nos plus fidèles amis à quatre pattes.
10 décembre 2018 - La Relève et La Peste

Das, Summer et Olivia gambadent joyeusement dans les bois, bien insouciantes de leur nouvelle renommée de « chien-héro ». D’habitude, les médias nous content de touchantes histoires de chiens sauveteurs, bravant les décombres ou les monticules de neige pour retrouver de malheureux disparus. Cette fois-ci, ce trio de canidés part à la rescousse des forêts calcinées.

En janvier, le pays sud-américain a vécu « le pire désastre forestier » de son histoire, selon les mots de sa présidente Michelle Bachelet. En quelques jours, plus de 467 000 hectares sont partis en fumée et 11 personnes ont perdu la vie.

Ne trouvant plus aucun abri ni nourriture, les animaux sauvages n’ont pas eu d’autre choix que de déserter la forêt. Pour venir en aide à cette biodiversité malmenée, une association a fait appel à nos plus fidèles amis à quatre pattes. C’est ainsi que trois chiennes de race « borders collies » se sont mises à semer pour la bonne cause. Leur mission ? Etre des chiens comme les autres. Courir, sauter, jouer… il faut remuer ! Chaque animal s’est vu remettre un précieux bagage, une sorte de sac à dos rempli de graines.
Crédit Photo : Jesse Gardner

Un système de perforation permet qu’elles puissent s’échapper et s’éparpiller au sol. Bondissant de tous les côtés, les petits poucets de la forêt ne cessent de semer. Ainsi, en trois mois, Das, Olivia et Summer ont déjà sillonné quinze bois de la région de El Maule, et écoulent l’équivalent de 10 kg de graines par jour. Belle performance !


Hello!

Vive les chiennes et les chiens qui ne marchent pas en rang! ;)

Bizs-itao.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Mars 2019 à 07:31:37
 

Philippe Bobola, présenté dans une précédente interview, est physicien, biologiste, anthropologue et psychanalyste.
Dans cette interview il révèle les différents changements de paradigme amorcés dans le monde occidental, qui sont entrain de changer radicalement notre vision du monde.

Nous pouvons citer par exemple le passage de la religion à la spiritualité, qui est la quête d’un équilibre avec la nature, le cosmos.
D’où l’engouement actuel pour le chamanisme.

Actuellement la physique quantique met en évidence que tout est lié.
La vie est finalement beaucoup plus le lien entre les choses que les choses en elles-mêmes.

Tout est en constante intéraction, à commencer par soi-même avec ce que nous percevons. Nous passons dès lors à une physique participative.

A travers ces prises de consciences, nous pouvons passer à un écologie participative, à une démocratie participative, où l’on va pouvoir se prendre en main, ensemble.

On ne peut espérer que le meilleur en alliant la science de pointe et les savoirs des peuples traditionnels.
Nous passons d’un système fermé à un système ouvert.
Pour l’Occident, tout est à redécouvrir.


Saluto!

Je me permets de partager cet extrait en provenance du site d'accueil de Philippe Bobola. Je navigue modestement depuis quelques jours dans ces approches de la physique quantique, Loin de tout comprendre, je comprends que ça bouleverse bien des concepts et j'apprécie le terme relevé par Philippe Bobola sur une "vulgarisation" pour préférer le terme de popularisation. De nombreux aspects développés croisent bien des ressentis personnels, certes, mais ce qui m'intéresse est cette question : est-ce que ça agit sur ma douleur de Papa endeuillé? La psychanalyse, lors de mes 2 dernières séances voici 1 an et demi ne pouvait plus m'apporter d'aide. C'est sur ce constat ouvert/fermé que j'ai décidé d'arrêter ces séances, en gardant, en accord avec mon analyste, possibilité de les reprendre si besoin. ça n'a pour l'instant pas été le cas. Peu d'autres chemins se proposaient autres que les écrits en partage, principalement ici. Il me semble que la physique quantique et ce qu'elle ouvre sans tomber dans le travers du magique remplit cette possibilité : ouvrir une porte vers d'autres champs s'appuyant sur un postulat constaté par les physiciens, la dualité, princeps de l'univers.
Ces nouveaux paradigmes  m'amènent à les partager puisque reflets de ma propre quête, avec toutefois une réserve : spiritualité et responsabilité vont de pair et n'appellent nullement des affirmations péremptoires et doivent être écrites sous égide de probabilité. Peut être que ça sera utile à d'autres personnes que moi? Un pas après l'autre! ;D

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 14 Mars 2019 à 12:30:37
As tu lu Philippe Forest?
Le chat de Schrödinger?(ça me semble être dans l'air du temps que tu traverses en ce moment...j'aime beaucoup cet auteur pour son réalisme face à la mort de l'enfant et son inconsolabilité radicale...)

«Attraper un chat noir dans l'obscurité de la nuit est, dit-on, la chose la plus difficile qui soit. Surtout s'il n'y en a pas.
Je veux dire : surtout s'il n'y a pas de chat dans la nuit où l'on cherche.
Ainsi parle un vieux proverbe chinois à la paternité incertaine. Du Confucius. Paraît-il. J'aurais plutôt pensé à un moine japonais. Ou bien à un humoriste anglais. Ce qui revient à peu près au même.
Je crois comprendre ce que cette phrase signifie. Elle dit que la sagesse consiste à ne pas se mettre en quête de chimères. Que rien n'est plus vain que de partir à la chasse aux fantômes. Qu'il est absurde de prétendre capturer de ses mains un chat quand nul ne saurait discerner, même vaguement, sa forme absente dans l'épaisseur de la nuit.
Mais Confucius, si c'est de lui qu'il s'agit, ou bien le penseur improbable auquel on a prêté son nom, n'affirme pas que la chose soit impossible. Il dit juste que trouver un chat noir dans la nuit est le comble du difficile.
Et que le comble de ce comble est atteint si le chat n'est pas là.
J'ouvre les yeux dans le noir de la nuit. Des lignes, des taches, des ombres, le scintillement d'une forme qui fuit. Quelque chose qui remue dans un coin et envoie ses ondes ricocher au loin vers le vide qui vibre.»


Télérama:"Le chat de Schrödinger, qui donne son titre au nouveau roman de Philippe Forest, est ce qu'on appelle une expérience de pensée — une image, une fable, dont l'objectif est d'illustrer, de façon métaphorique, une théorie scientifique trop abstraite pour que l'esprit humain puisse se la représenter. Erwin Schrödinger (1887-1961) est en l'occurrence un des pères de la physique quantique et, pour simplifier, disons que l'expérience du chat, qu'il a imaginée, illustre l'hypothèse, qui défie tout ensemble la physique classique et le bon sens, mais a valeur de loi dans la mécanique quantique, selon laquelle « toute chose existe simultanément sous des formes opposées au sein de la réalité ». Certes, c'est difficile à avaler, mais c'est ainsi, partons du principe « qu'une chose puisse à la fois être et ne pas être, exister simultanément sous différentes formes pourtant incompatibles les unes avec les autres, qu'ainsi être ou ne pas être cesse soudainement d'être la question ».

Car tel est le point de départ de la méditation de Philippe Forest, l'entrée en matière de ce roman poétique et somptueusement spéculatif. Qui, au côté du chat de Schrödinger, en convoque un autre : une apparition « sous forme de chat », surgie un soir dans l'obscurité au fond du jardin du narrateur. L'intérêt de ce dernier pour la physique quantique, pour Schrödinger et son hypothétique félin, ainsi que pour le chat sans nom qui hante son jardin, constituant, pour lui, le support d'une réflexion patiente, intimiste et métaphysique sur la relation que l'homme entretient avec l'insaisissable réel. Une interrogation qui convoque tout ensemble l'infiniment grand (l'Univers et le néant d'où tout est né), l'infiniment petit (le monde de l'atome et ses étranges lois), mais aussi l'enfance et la mémoire, l'histoire en tant que récit et en tant que destin..., pour faire de tout cela la « matière hété­roclite d'un récit plutôt monomaniaque comme ceux qu'on se fait à soi-même les nuits d'insomnie, où se juxtaposent et se chevauchent dans l'obscurité tous les morceaux du jour, et dont ne reste rien de plus qu'une bouillie de souvenirs au réveil ».

Dans ce récit, en son coeur même, il est un vide : celui laissé par la petite fille morte qui occupe depuis toujours, livre après livre (L'Enfant éternel, Tous les enfants sauf un, Sarinagara...), le centre de l'oeuvre de Philippe Forest. Comme une absence, « un trou au ventre ». Une plaie que Le Chat de Schrödinger vient à son tour, d'une nouvelle façon — philosophique, poétique, grave, bouleversante —, ausculter, à défaut de pouvoir la guérir, la consoler. A défaut aussi, et en dépit de toute science, de pouvoir finalement lui donner un sens, autre que « ce grand mouvement d'ombres qui pousse tout vers le néant ».
Nathalie Crom
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Mars 2019 à 15:00:27
Merci de ta réponse Eva et de ce que tu retranscrit de Philippe Forest. J'ai toutes les peines du monde à lire et à me concentrer sur un bouquin, faut que j'apprenne autrement! Donc thunks, le chat de Schrödinger ça me rappelle un truc et vraiment chouette de me le donner. Ouais, merci vraiment  Eva.
« qu'une chose puisse à la fois être et ne pas être, exister simultanément sous différentes formes pourtant incompatibles les unes avec les autres, qu'ainsi être ou ne pas être cesse soudainement d'être la question ».
C'est effectivement dans cette strate que je cherche puisque cela, à défaut de nous consoler ou de nous "guérir" (l'un des termes que j'ai utilisé auprès de mon analyste était que de perdre un enfant n'est pas une pathologie), cela m'apaise ne serait-ce que par une formulation tout aussi valide et inverse : qu'une chose puisse à la fois ne pas être et être, exister simultanément sous différentes formes est évidemment moteur pour nous, telle est notre charge.
Qui observe qui,  me dis-je  souvent quand je croise des chats, et récemment un qui était comme en attente sur l'autre côté d'un pont que je franchissais, très clairement en train de m'évaluer! Sont pas nommés "gardien de l'invisible" pour rien ceux-là et c'est juste de dire que c'est un peu ce genre de trucs que la physique quantique me permet de raccorder, parmi d'autres éléments.
Bizs-itao.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Mars 2019 à 15:51:58
Le paradoxe de Russel:
On peut diviser tous les objets de l'univers en 2 classes, par ex, la classe des chats et la classe des non-chats. à un "niveau logique supérieur", on peut de nouveau diviser l'univers en 2 classes : les classes membres d'elles-mêmes et celles qui ne le sont pas; ainsi la classe des concepts sera membre d'elle-même puisqu'elle est un concept, tandis que la classe des chats ne sera pas membre d'elle même puisqu'elle n'est pas un chat. Et l'on peut encore, répétant la même opération, diviser les classes en 2 classes différentes; on aura donc la classe des classes membres d'elles-mêmes, et la classe des classes non-membres d'elles- mêmes.
C'est là qu'apparaît le paradoxe de Russell : si la classe des classes non-membres d'elles-mêmes est membre d'elle-même, alors elle n'est pas membre d'elle-même puisqu'elle est la classe des classes qui ne sont pas membres d'elles-mêmes; mais, si elle n'est pas membre d'elle-même, alors elle est membre d'elle-même puisque le fait de ne pas appartenir à soi-même est la propriété des classes qui la composent.
Watzlawick, Helmick Beavin et Jackson font remarquer qu'il ne s'agit pas seulement d'une contradiction mais d'une véritable antinomie, car la conclusion est fondée sur une logique des plus rigoureuses.

Extrait de "si tu m'aimes, ne m'aime pas, Mony Elkaïm. "approche systémique et psychotérapie".

Et voilà, les chats sont toujours dans le coup! ;) J'avais déjà bien ramé sur ce truc dès le 2ème étage, alors imaginez la physique quantique! Bon, au moins ça prouve bien le fait paradoxal qui nous intéresse! Un des croisements que j'avais repéré.
Re-bizs-itaos.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Mars 2019 à 07:33:46
« Nous façonnons nos outils, et ceux-ci, à leur tour, nous façonnent. » affirmait Marshall McLuhan, célèbre théoricien de la communication, au sujet des médias

Hello!

Il n'y a pas que les médias, il y a nous-mêmes aussi! Une physique participative en somme, puisque c'est ce que nous amène cette pensée du quantique. Alors? ça nous sert à quoi, à nous, les endeuillé(e)s?
l'idée qui me vient est la suivante : la conjugaison. Une alchimie de la conjugaison. Si le système solaire, par exemple, ne peut être expliqué que par la physique classique et ses lois sur la gravitation;  si le système sub-atomique ne peut l'être que par l'approche quantique, il s'agit bien d'une sollicitation de notre capacité, de notre potentialité d'adapter nos propres états à cette complémentarité.
Si je tente de percevoir la mort sous ces 2 angles dans ce que j'appelle un "distinguer sans disjoindre",  la physique classique avalise ma souffrance de Papa endeuillé sans le moindre conteste : ma fille n'est plus et plus jamais je ne la tiendrai dans mes bras ni elle, moi et ses êtres chéris dans les siens. La physique quantique m'ouvre la porte de perception pour paraphraser Aldous  Huxley : celle d'un être vibratoire qui continue son chemin de conscience sans que je puisse en être autrement certain que par la logique de déduction. C'est bien mon logos qui me porte à n' exclure ni l'une ni l'autre approche. Il y a donc bien un équilibre qu'il est envisageable de décrypter. Et ce terme de "décrypter" n'est pas sans rappeler des éléments de transmission inter-générationnels bien connus en thérapie familiale si je puis me permettre cette petite digression.
En synthèse, l'un ne va pas sans l'autre et réciproquement. C'est bien dans cette conjugaison de douleur et d'apaisement que nous évoluons endeuillé(e)s entre "la mort" et "l'âme hors", sans exclusion ni inclusion des possibles comme des impossibles.
En tout cas, ça me donne envie d'avancer encore, la brutalité du ressenti m'y oblige, pas le choix, là.
Et en soutien à ces journées de sensibilisation aux méfaits de la pollution et de l'industrialisation:

Si la psychanalyse nous a invité(e)s à nettoyer notre passé, la quantique nous invite à nettoyer notre futur en changeant notre ici et maintenant. Solidairement.


Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Mars 2019 à 06:50:36
Pour démarrer ce samedi Pras à pras : https://youtu.be/k2GN45nubEE

Hello!

Petit tour hier auprès de ces jeunes en grève : Elles (surtout elles), et ils sont nombreux! Tant mieux. Gag : elles et ils avaient parsemé la place "Nap" de phrases écrites à la craie dont  "l'argent ne se mange pas (cfr Sitting Bull !)". J'ai essayé de dialoguer mais pas facile car j'ai buté  sur de la colère présente en filigrane  envers nos générations et assez palpable pour qui sent ce genre de trucs,... évidemment un peu embêté, presque maladroit même. C''était surtout très émouvant de voir cette jeunesse en mouvement et l'ambiance était sympa.  Un peu frustrant pour moi de ne pouvoir échanger que très sommairement, mais ça se comprend, question de cadre.  Petite rigolade intérieure en voyant la balayeuse municipale effacer les slogans écrits à la craie dès la levée de camp des jeunes!  Pas sûr qu'on soit plus nombreux aujourd'hui, nous les adultes, en ce lieu, tout au moins. A suivre!
La danse du ballet Vs hip hop tome 1 : https://youtu.be/Fb1Blvfvp78  ;D
                                                                  tome 2 : https://youtu.be/-fWfDEjhqnY dommage ratée la fin, mais bon!

Zoubis-itaos

Pascal

Grâce et avec toute l'attention de Fédo, Catherine, plein de pensées.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Mars 2019 à 18:49:04
2000 personnes environ. Ouf, ça devrait être 20 000 mais je vais pas chialer, c'est déjà pas mal et nettement à la hauteur pour soutenir la mobilisation des jeunes d'hier. Cela étant, ça a été l'occas de croiser des personnes du 2ème et 3ème cercle de connaissance peu ou pas vues depuis longtemps. et j'ai répondu "je vais bien", avec insistance même parfois et le sourire. C'est violent dedans, ça ruade, ça tape mais c'est possible de le contenir et ça aide les personnes à être plus détendues, comme une charge qui leur est enlevée et lève une barrière.
Autre barrière qui se lève, je vais faire un tour dans qques temps à un rassemblement shamanique ce que je n'aurais jamais envisagé auparavant. Et en plus il y aurait des Navajos et des Cherokees! Yes!
Papa de Javotte.

Bizs.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Mars 2019 à 08:06:03
Les éditocrates éblouis par Macron... et en rage contre les gilets jaunes
par Florent Michaux, mercredi 13 mars 2019

Depuis le début du « grand débat » lancé par le gouvernement à la mi-janvier, Emmanuel Macron est omniprésent dans les médias. Ses déplacements sont scrutés, et ses interventions lors de « débats » (qui prennent rapidement la forme de monologues) sont retransmis en direct par les chaînes d’information en continu. Et surtout, sa « performance » fait l’objet de tous les commentaires éblouis des éditocrates. Pendant ce temps, la mobilisation des gilets jaunes se poursuit. Ces derniers ne provoquent pas le même enthousiasme chez les tauliers des grands médias, qui ne manquent pas une occasion de les mépriser et de les insulter. Retour en images sur ce contraste qui n’est pas sans évoquer La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable... »



La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable... »

Bonjour à vous, respectueusement, solidairement, chaleureusement comme  Fédo.

éblouissement et aveuglement vont de pair, parole d'endeuillé et ce n'est certes pas un hasard si la violence vise les yeux ou le visage qui les porte.  Le visible et l'invisible exsudent leur dualité au fil des actualités comme un sens qui crie sa demande d'être vu  au titre d'un système qui produit son propre changement. Le big bang du bling bling est en route et notre potentiel de changement avec. La physique quantique propose un futur comme un champ de probabilités qu'il est de notre responsabilité de potentialiser ou non. Quoique nous les avons déjà potentialisées puisque pensées si soigner, en quelque sorte  c'est dérailler de sa ligne temporelle, comme proposé par une lecture quantique du temps..
Le deuil vient agir pour nous aider progressivement  à nous délier de nos objets d'amour et  change notre rapport à la continuité/discontinuité par la douleur qui se fait matière. L'insupportable absence demande sa présence dans une forme de mise en relief qui n'est pas sans évoquer les sculptures dont mon premier souvenir est celle du musée Dali à Figueras. Le visage n'apparaît que du haut d'un escalier qui m'évoque tout autant le poème de Linda Pastan.
I comme Icare décale le savoir de soi et ne peut que nous exhorter à trouver la bonne distance sans perdre les pédales de notre petit vélo intérieur!
ça tombe bien, dimanche est jour des cyclistes! SVTT!

Et la première ou le premier qui dit  "le ballet des mollets aiguille le tricot des gambettes" sera viré ! Crotte c'est moi. OK, je sors! ;D

Bizs-itaos!

Pascal.

Ps : y a-t-il un point où nous ne nous  sentons plus obligé(e)s de justifier notre non-souffrance? Question ouverte.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Mars 2019 à 10:56:20
je pense que oui, et c'est sur le terme justifier qu'il est possible d'agir : mais je pense que nous restons contraints de l'expliquer.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 17 Mars 2019 à 13:28:04

"Le deuil vient agir pour nous aider progressivement  à nous délier de nos objets d'amour et  change notre rapport à la continuité/discontinuité par la douleur qui se fait matière. L'insupportable absence demande sa présence dans une forme de mise en relief qui n'est pas sans évoquer les sculptures dont mon premier souvenir est celle du musée Dali à Figueras. Le visage n'apparaît que du haut d'un escalier qui m'évoque tout autant le poème de Linda Pastan.
I comme Icare décale le savoir de soi et ne peut que nous exhorter à trouver la bonne distance sans perdre les pédales de notre petit vélo intérieur!
ça tombe bien, dimanche est jour des cyclistes! SVTT!

Et la première ou le premier qui dit  "le ballet des mollets aiguille le tricot des gambettes" sera viré ! Crotte c'est moi. OK, je sors! ;D

Bizs-itaos!"
Pascal.

Simplement magnifique ton "édito-ito" ... purement, durement SU-BLI-ME ...

Je serais le deuxième à dire "le ballet des mollets aiguille le tricot des gambettes"... eh oui, je suis viré ! j'assume ! OK, je sors... mais avec toi !

Amicalement, chaleureusement, solidairement, respectueusement

J't'embrasse Pascal-ito

Fed-ito

Vive les itaos ! bizs
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Mars 2019 à 13:44:42
Merci, Fedo. :-*
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 17 Mars 2019 à 14:05:04
2000 personnes environ. Ouf, ça devrait être 20 000 mais je vais pas chialer, c'est déjà pas mal et nettement à la hauteur pour soutenir la mobilisation des jeunes d'hier.

Oui, mais voilà :  entre compromis et compromission (https://mobile.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/l-assemblee-decale-de-trois-ans-l-interdiction-de-la-production-de-certains-pesticides_3236123.amp) ...
(https://www.aht.li/3351828/Baskets.gif)

Hé bien, c’est pas le moment de délacer ses baskets (https://www.consoglobe.com/marques-chaussures-ecologiques-cg/2). Par contre s’il y en a qui pouvaient nous les lâcher un peu …



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Mars 2019 à 14:45:56
ah ah Faïk!
Top 10 des marques de chaussures écologiques

Des chaussures écologiques, solides et belles, c’est possible : voici, sélectionnés pour vous par consoGlobe.com, dix chausseurs éthiques et respectueux de l’environnement.

Les seules godasses qui évitent les escargots et limaces avec radar de recul intégré, quoique "pieds nus sur la terre sacrée" ça le fait aussi!!! :D

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Mars 2019 à 08:24:02
Un corbeau et un loup qui s’associent pour mieux chasser ? Non, vous ne rêvez pas. Cette étonnante synergie a déjà été observée par des scientifiques. Le corbeau localise des proies puis les indique au loup qui n’a plus qu’à passer à l’attaque. Et quand la messe est dite, les deux compères se partagent le butin… . Une association efficace reconstituée dans un film passionnant.

Saluto à vous touto!

ça tombe bien ce truc du corbeau et du loup, ce matin, j'avais en tête la reliance! J'y ajouterai le lapin qui, reconnaissons-le n'a pas une super place dans la chaîne alimentaire et ne faisait même pas de ski comme qui vous savez.
Non, vraiment, c'est la reliance qui m'agitait le ciboulot, merci Maître Corbeau de ce fromage, par l'odeur alléché, c'est le ramage de la reliance au réveil que je voulais croquer.
La non séparabilité des particules qui viennent questionner temps et distance sont bien soulignées par cette vidéo qui en notre lieu de résidence, la Terre, nous force à l'association pour résister au vide, en particulier celui de notre estomac se trouvant au bout d'un tuyau précédé d'une ouverture qu'on appelle la bouche qui par ailleurs sert aussi de machine à parler quand elle ne mastique pas.
Eh bah, il se trouve qu'en physique quantique la non séparabilité démontre que temps et distance ne s'inscrivent pas dans la théorie d'Albert Einsten. Comme entre reliance et résilience il y a SI, je me suis dit et SI? Et si la théorie du 100ème singe pouvait s'expliquer sur un plan quantique? C'est pas ballot.
Style si une masse X de particules changent, la non-sommativité ,théorie systémique des ensembles implique que la masse X finit par arriver à un point critique suffisant pour basculer le reste. Eh, eh, c'est pas idiot. En clinique, la théorie de la non-sommativité: de même qu'un système n'est pas la somme de ses éléments, on ne peut réduire une famille à la somme de ses membres. C'est ce plus d'inertie qui m'intéresse, la "patate chaude" qu'on se refile, dit-on, nous les clinicien(ne)s! ;)
Et là, la reliance pour nous les endeuillé(e)s, notre corbeau je ne vous le décris pas, pas besoin. Bah mon lapin, t'as encore fait un pas! Gare au loup! Bon, très humblement je demande protection à Mr Grégoire Solotareff :

Tom et Loulou :
Lorsqu'un jeune loup qui n'a jamais vu de lapin rencontre un petit lapin qui n'a jamais vu de loup, ils ne savent pas qu'ils sont censés être ennemis, alors ils deviennent amis. Mais quand ils jouent à "peur du loup", Tom le lapin a beaucoup plus peur que Loulou le loup quand ils jouent à "peur du lapin".


Mon lapin, essaye de bien rester à ta place dans la chaîne alimentaire! Oui, Mr, je reste dans le couloir, avec Fédo. ;D


Bizs-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 18 Mars 2019 à 11:08:03

"Saluto à vous touto" ... Pascal   // S VTT (Salut à Vous Toutes et Tous... Federico

Non Pascal-ito, ça ne peut plus durer ! demain nous reprenons le chemin de l'école... toi et moi !
On ne se lâche pas des yeux et on se tient la main !
On se soutient et on se motive ! ensemble !
Nous ne pouvons cependant pas être coiffés de bonnets d'ânes et vivre dans la bohème des cancres toute notre vie !
Nous ne pouvons pas nous faire toujours virer des cours et se retrouver dans les quatre coins de tous les couloirs du monde ! ça suffit le gâchis !
Soyons raisonnable, tu ne peux tous les jours faire la ribouldingue avec Cheyenne et moi glandouiller de la sorte !
il faut nous ressaisir et vite ! hihihi !

Tiens à propos de lapin et de loup... voici une p'tite BD...
https://www.youtube.com/watch?v=Bz-3Ys4dfgs

Amicalement, chaleureusement, solidairement, respectueusement.
Federico

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Mars 2019 à 07:36:15
    Le vent ne souffle pas la matinée entière. L'averse ne dure pas tout le long du jour. Les caprices du temps ne sont pas éternels. L'homme non plus.

Tao te King

SVTT!

J'aime me référer à des bouquins d'enfants. Solotareff, Ungerer, Ponti, Lenain, Corentin sont souvent parmi mes préférés. Ils marquent tous un passage de vie, un souvenir, une bribe, une envolée. et ce matin c'était "Hypolène la découvreuse". C'est souvent comme ça que je nommais Javotte, un peu en secret : Hypolène la découvreuse. Après avoir quitté le nid Hypolène découvre son arbre de bas en haut, affronte et lutte pour arriver à sa cime et découvrir un horizon d'autres arbres. Elle devient alors :
LA DECOUVREUSE !
C'est toujours ce qu'elle active dans ma conscience et à une puissance 10 puissance 10. Je suis si fier d'elle, avec mon amour de Papa, même si, même si....comme Fédo pour Raphael, je tente toujours de saisir encore et encore ce qui fût sa propre souffrance.
Alors je me suis dit : "qu'est-ce qui nous lie, ici?". A mes yeux, dans mon impression profonde, dans mon "imprégnonisme",une Galère avec un G majuscule. Et si je mets majuscule c'est pour honorer ce bateau qui est nôtre. La douleur endeuillée est  chaîne liant nos destins et communautés dans un même lieu, un même espace, un même temps, un même sentiment : le "Amicalement, chaleureusement, solidairement, respectueusement" si cher à Fédo, le contenant de notre bateau, sa coque en quelque sorte. Un proche et différent qui nous porte à ramer sur le même banc, si proche du long siège sans dossier du Galérien(ne).
Wei Wu Wei. C'est le nom que je donnais à ce bateau. C'est la quête que j'expose souvent, la recherche, la poussée d'équilibre, ma propre ligne de flottaison avec mes soeurs et frères d'appartenance. Vous, mes ami(e)s si j'ose vous nommer ainsi. Oui je suis content d'apprendre qu'il y a un "hôtel de l'espoir", oui je lis Eva triste de cet engouement excluant le soin allopathique sans autres formalités, oui je partage le "mais où est Souci?", oui à la conscience solidaire et sociale, à la révolte de Catherine, oui à tout ce qui marque ce forum d'un nouveau pas, d'un nouvel élan, d'une nouvelle force qui nous aide à avancer.
Et je me suis demandé s'il y avait comme dans Hypolène la découvreuse d'autres bateaux qu'on pouvait voir au loin? Proches ou lointains? S'il est facile d'identifier ce qui nous enchaîne, qu'en est-il de la liberté? Et, non, je ne suis pas naïf, je cherche seulement à évaluer le poids de mes chaînes et jusqu'où mon regard porte!

Autant en emporte le vent   

Noter le Tao Te King, c'est noter le vent et c'est noter une traduction.
Comme le site n'admet pas les doublons, je note le vent.
 Et comme le vent passe toutes les notes,
 mon humeur étant à cette heure aérienne : 10.


Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Mars 2019 à 14:32:41
Hello!
La reliance. Pourquoi n'ai-je pas ouvert ce fil sous l'égide "parents en deuil" qui aurait été plus indiqué?  La première réponse qui me vient est qu'il m'est impossible d'accepter le terme de perte. Il n'est tout simplement pas éligible à ma psyché. Je n'ai pas les moyens psychiques de le concevoir sous quelque forme que ce soit. Egoïsme profond, incapacité d'aimer, handicap structurel, individualisme outrancier, faillite paternelle, culpabilité ingérable, procrastination pathologique, égotisme, auto-centrage et j'en oublie, je crois avoir tout explorer pour en arriver à ce point : je n'ai pas les moyens psychiques de concevoir la perte de ma fille. On perd un objet, pas un sujet, et encore moins un sujet de sa filiation.
En systémie, la néguentropie est l'information transmise au système sur lui-même. Si je me conçois système, le I d'information présenté par Philippe  Guilleman dans son VIE (vibration information énergie) est celui-ci : je n'ai pas dans ma structure accès au principe de perte. Est-ce du déni? A la fois oui et non;  je suis assez convaincu de sa façon de décrire les synchronicités par cette approche d'un futur "excité" par notre propre prospection. De son" retour" pour nous indiquer chemin. Je suis plus critique sur l'amour mis en seul pôle mais je n'ai certainement pas tout pigé!
https://youtu.be/cZsu2v9CWBQ


Zoubis.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 19 Mars 2019 à 19:12:44
Galériennes et galériens du deuil...
nous sommes tous dans cette galère,
elle avance pas vite, mais elle avance...


"On perd un objet, pas un sujet, et encore moins un sujet de sa filiation."
je plussoie des 2 mains...
je n'ai pas perdu ma fille, que non...
elle a été néantisée par la mort...
effacée du monde des vivants...
et mon psychisme à moi peine encore à le réaliser...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Mars 2019 à 20:05:56
Je me demande si ce n'est pas notre psychisme qui peine à reconnaître qu'il ne le peut pas. Et c'est dans ce non-espace, l'impossible que nous devons raciner. As-tu remarqué qu'il est la plupart du temps fait référence à une présence d'ancêtres DCD, éventuellement depuis longtemps, de connaissances ou de proches mais jamais d'enfants?  Pour moi cela en est presque devenu visible notre marque.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 20 Mars 2019 à 00:34:13
Je racine peu...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Mars 2019 à 08:09:42
Hello!

Je racine peu...Eva.

Comment pourrions-nous être "épiphytes" dans ce monde commun du langage qui ne nous désigne pas d'autre façon que par ajout qualificatif? Le terme "désenfanté" ne fonctionne pas encore comme un nom commun, le sera-t-il un jour?  Je n'en sais rien, il sonne mal.  Les propres racines des termes qui se transforment au fil du temps passant d'un état de qualificatif à celui de nom commun mettent bien du temps à pousser...Malades, Veuves, Veufs, Orphelines, Orphelins ont fait ce chemin, mais "perdre" un amour n'est pas non plus nommé  autrement que par l'ajout d'un adjectif qualificatif : le nom commun simple n'existe pas. Cela m'ouvre cette passerelle métaphorique que Catherine nous transmet de tout son coeur, à nous qui sommes "désenfanté(e)s", en lien avec tou(te)s les endeuillé(e)s.
C'est ce que je vais porter, probablement, comme question auprès du "cercle de sagesse" : existe-t-il une langue, une culture qui nous nomme de façon simple? L'ajout qualificatif suppose une complexité qui ajoute alors que nous sommes face à la perte. Il y a chemin à faire.
 
 Citer Mircea :

Mais je voulais vous dire MERCI pour vos mots, pensées pour Mircea et moi, vos cadeaux, musique, poèmes, mais surtout MERCI à VOUS d'être là. Vous avez mis, sur mon nuage bien gris, un arc-en-ciel ….

Arc en ciel/passerelle des termes qui nous lient ...D'ailleurs le terme "plussoyer" forme aussi un "plus soi" qui  habite et lie notre état : pas étonnant de mon côté que je m'intéresse à la dimension quantique qui nomme l'invisible et trace un lien entre l'observation et l'observé. C'est l'impensable qui fait jour, passant d'une canopée inversée à des racines aériennes. Je ne vois pas comment raciner autrement que dans une sorte de "pensum" de l'inversion temporelle.
Je suis aussi d'accord avec une approche du mental qui ne se résume pas à être  dogme... qui doit être à notre service et non l'inverse, ça colle pour moi, en tout cas.

Biz-itaos à vous tous!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 20 Mars 2019 à 09:38:18
Hello!

Je racine peu...Eva.

Comment pourrions-nous être "épiphytes" dans ce monde commun du langage qui ne nous désigne pas d'autre façon que par ajout qualificatif? Le terme "désenfanté" ne fonctionne pas encore comme un nom commun, le sera-t-il un jour?  Je n'en sais rien, il sonne mal.  Les propres racines des termes qui se transforment au fil du temps passant d'un état de qualificatif à celui de nom commun mettent bien du temps à pousser...Malades, Veuves, Veufs, Orphelines, Orphelins ont fait ce chemin, mais "perdre" un amour n'est pas non plus nommé  autrement que par l'ajout d'un adjectif qualificatif : le nom commun simple n'existe pas. Cela m'ouvre cette passerelle métaphorique que Catherine nous transmet de tout son coeur, à nous qui sommes "désenfanté(e)s", en lien avec tou(te)s les endeuillé(e)s.
C'est ce que je vais porter, probablement, comme question auprès du "cercle de sagesse" : existe-t-il une langue, une culture qui nous nomme de façon simple? L'ajout qualificatif suppose une complexité qui ajoute alors que nous sommes face à la perte. Il y a chemin à faire.
D'ailleurs le terme "plussoyer" m'évoque un "plus soi" qui  habite notre état : pas étonnant de mon côté que je m'intéresse à la dimension quantique qui nomme l'invisible et trace un lien entre l'observation et l'observé. C'est l'impensable qui fait jour, passant d'une canopée inversée à des racines aériennes. Je ne vois pas comment raciner autrement que dans une sorte de "pensum" de l'inversion temporelle.
Je suis aussi d'accord avec une approche du mental comme un dogme qui doit être à notre service et non l'inverse, ça colle pour moi, en tout cas.

Biz-itaos à vous tous!

Pascal.



"Les morts sont des invisibles, mais non des absents" Victor hugo

"..... dimension quantique qui nomme l'invisible et trace un lien entre l'observation et l'observé !" Pascal

Aujourd'hui, j'ai un peu d'inspiration et je profite de l' "éd-ito" de Pascal pour rebondir...

Il es vrai que je n'aime pas le mot "désenfanté(e)s" et encore moins parler de la notion de perte de son Enfant !
Je ne suis pas, non plus, sensible aux mots de "mam'ange", "pap'ange" ou "par'ange" !

Finalement, j'aime bien que "ça" soit in-qualificatif parce que notre deuil est in-qualifiable, in-quantifiable puisque in-dicible et in-nommable ! souffrance in-descriptible ! in-guérissable,  in-consolable !


Le cercle de sagesse c'est certain souhaiterait davantage d'intercommunicabilité entre les endeuillé(e)s ! davantage d'ouverture d'esprit, de générosité, de solidarité !
Sur ce forum, s'il y a bien UNE seule chose dont je sois un peu content c'est d'échanger et de partager mes émotions avec d'autres endeuillé(e)s et pas seulement par suicide...

L'impensable a puisé son venin dans les racines profondément souterraines et aujourd'hui je cite Eva Luna "je racine peu"... je me conforme avec mes racines aériennes, superficielles, légères... et j'attends un grand coup de vent pour que puissent enfin et définitivement s'envoler mon malheur, ma douleur, ma souffrance...

Chaleureusement, solidairement, respectueusement... à toutes, à tous les endeuillés du forum !

Papa de Raphaël
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Mars 2019 à 13:53:16
Hello Fedo et SVTT!
J'ai envoyé ma question au cercle de sagesse. Ce cercle est en lien avec le festival shamanique qui aura lieu du 25 au 28 avril vers La Rochelle. endroit de rassemblement de nombreuses cultures. Cela m'a paru indiqué de poser cette question de notre "condition", de notre "état" à cette instance de sagesse multiculturelle par l'intermédiaire du secrétariat. Je me suis d'ailleurs inscrit pour en être membre.
La suite dira!
Bizs-itaos
Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 20 Mars 2019 à 17:50:47
Il semblerait que le mot existe en hébreu et en arabe...j'avais lu  plusieurs articles, je ne retrouve que cette page là...

http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?p=229791
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Mars 2019 à 20:24:32
Merci Eva de ces données. Au moins ce sujet a fait objet d'être nommé.
"Disparents" en français ça me parle moyen, ça sonne pas pour moi car ça fait "parent disparu" ce qui ne correspond pas à ce que je ressens. Je suis toujours le parent de 3 enfants dont l'une est DCD et reste ma fille, conscience à qui je n'ai pas à dire ce "sois autonome" parfaite injonction paradoxale identique à celle que j'aurai pu formuler de son vivant puisqu'elle l'est! Qui peut prétendre m'interdire de parler d'elle ainsi? Pour moi, c'est un fait.

Le fait de perdre un enfant ne change pas son statut. On n'a pas de droit particulier.
Et c'est compliqué : celui qui perd son unique enfant n'est plus un père ou une mère.
Alors que celui qui a 12 enfants et qui en perd un, le problème n'est pas le même.
Le nombre d'enfant est variable, donc c'est assez complexe.
En revanche, on a un seul et unique conjoint, un père unique, une mère unique.


Et c'est compliqué : celui (ou celle, ceux) qui perd son unique enfant n'est plus un père ou une mère.

Bah non, je ne suis absolument pas d'accord avec cette proposition. Je plussoie pas du tout!

Merci pour tout ça Eva, ça fait son chemin, homme ou femme quoiqu'il en soit nous restons. Merci aussi Fedo pour ton rebond.

Bizs.

.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 21 Mars 2019 à 00:26:08
Moi je dis Parent Endeuillé ou parent en deuil...
c'est clair, c'est un parent et il est en deuil parceque parent dont l'enfant est mort.
Mais un vrai mot serait plus clair pour tout le monde...et nommerait cette réalité indicible souvent.

et je suis totalement d'accord avec toi disparent c'est moche et inutile, ça fait parent dysfonctionnel et disparu... et père d'une enfant morte reste  père, quoi qu'en  disent les nonendeuil qui noncomprennent notre réalité...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Mars 2019 à 08:25:37
Hello!
Bien sûr, je suis d'accord Eva avec toi et je ne pense pas que Fedo contredira : disparent ça colle pas, ni les par'anges d'ailleurs, comme lui pour moi, en tout cas.  Parent en deuil c'est juste mais pareil, ça nomme pas l'indicible d'un nom commun simple. Et dans indicible il y a le "in" souligné par Fedo. Je me sens plutôt du côté du "entre". Une Entre, un Entre? Comme c'est une préposition, ça n'est pas nom commun. J'ai essayé de le dire à haute voix en l'accrochant dans un temps à différents wagons, entre-distant(e) par ex,  mais au final j'en reviens à Entre sans le tandémiser. J'ai exploré rapido la racine  latine  inter, indique 1 que qqch se situe dans l'espace qui qui sépare des choses ou des êtres. 2 que quelque chose se situe dans un intervalle de temps. 3 un état intermédiaire.4 l'ensemble au sein duquel une possibilité est offerte.5 un rapport de réciprocité, d'amitié ou d'hostilité, de similtude ou de différence.6 un ensemble de personnes à l'exclusion de tout autre 7 d'entre, pris parmi, au nombre de. Tout ça ne me choque pas et colle plutôt à ce que je ressens.
Eh bah, je verrais une définition de nom commun à part entière : Entre, n f/m : 1 parent en deuil, parent désenfanté, parent dont un enfant unique ou plusieurs sont décédé(e)s. 2 Espace de l'indicible.
ça me paraît possible ou envisageable  d'y réfléchir? Voir si ça s'apprivoise ou demande un autre terme en le manipulant dans nos têtes? C'est curieux comme impression pour l'instant, encore étranger certainement. NSP.
En tout cas je n'ai pas envie de rester dans le "rien".

Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Mars 2019 à 13:24:06
Entre me fait aussi penser à Antre, donc à la caverne de Jung :

La caverne symbole du moi intérieur

Finalement, la caverne symbolise aussi l’exploration du moi intérieur, et plus particulièrement du moi primitif, refoulé dans les profondeurs de l’inconscient. C’est probablement pour cette raison que Jung a voulu interpréter la sourate coranique de la Caverne, qu’il conçoit comme symbolisant la transformation.


Bonotoo: en langue mandingue "femme qui a perdu ses enfants".

Voici la réponse donné par l'Académie française pour le mot "désenfanté"

 
L'Académie Française ne saurait être responsable des mots qui entrent dans les dictionnaires tels que le Petit Larousse ou le Robert.
Ceci dit, concernant notre propre dictionnaire, nous ne saurions émettre un avis favorable à votre requête.
L'emploi du vocable « désenfanté » nous apparaît maladroit et inapte à retranscrire dans les faits la perte d'un enfant.
Quant aux mots « veuf, veuve » et « orphelin, orpheline », ils expriment un statut officiel reconnu au sein de notre République.
C'est pourquoi, à notre sens, il n'y a pas de mot, existant ou non, qui saurait exprimer seul toute la peine et toute la douleur que ressent un parent lorsqu'il perd son enfant.
Les mots peuvent beaucoup, nous en sommes convaincus, mais ils ne peuvent pas tout.
Ici, ils ne peuvent rien.
 
Cordialement.

 :-X
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Mars 2019 à 08:10:00
Un nouveau credo s’est installé depuis bien longtemps à l’ONF : celui de la rentabilité. La gestion court-termiste des forêts s’impose, en lieu et place d’une gestion durable et qualitative respectueuse de la nature. La forêt n’est plus qu’un espace à exploiter, à industrialiser, à rentabiliser. Les forêts sont déjà fragilisées par le réchauffement climatique, les pollutions aux plombs des chasseurs et aux pesticides, mais l’État n’en a que faire, il veut des forêts productives. On sélectionne donc les essences à croissance rapide, et tant pis pour la biodiversité : nos forêts meurent littéralement sous nos yeux.

Il reste cependant une journée dans l’année où une parole peut être portée pour sauver nos forêts : c’est la Journée internationale des forêts. Alors que les scientifiques alertent sur les risques liés au changement climatique, du Giec aux tribunes de presse, que les analystes démontrent qu’il ne nous reste qu’une quinzaine d’années pour inverser la courbe du réchauffement climatique, alors que la jeunesse européenne est dans la rue pour réclamer un droit à un avenir, il est plus que jamais urgent de protéger nos poumons naturels. Contre les logiques de marché stériles et les massacres, social et environnemental, qu’elles produisent, l’État et l’Europe doivent agir.

Il ne s’agit plus seulement de préserver l’ONF à l’intérieur de nos frontières mais d’inverser la tendance : face à la bétonisation, à la pollution, à la déforestation, à l’extractivisme, il est temps de laisser la nature reprendre ses droits. Face à la poursuite de l’accaparement et de la privatisation, à l’industrie extensive de l’agriculture, des déchets ou de l’énergie, à l’artificialisation des sols, réensauvageons l’Europe et créons un vaste patrimoine écologique terrestre et marin, avec des zones protégées interconnectées et des corridors écologiques pour permettre à la faune et à la flore de se déployer de nouveau sur le sol européen.

La nature est notre bien commun le plus précieux, préservons-la.

Ensemble, réensauvageons l’Europe !



Bonjour! Antre nous et SVTT!

Réensauvageons l'Europe! ah ah, ça me plaît bien sauf qu'il faudra s'entendre sur sauvages! Samedi c'est carnaval, si je mets mes peintures de guerre et sort mon balai fourchu en criant Vive les arbres, j'ai mes chances! En vrai, je resterai plutôt avec du coton dans les oreilles, carnaval égal grosse sono et basses à donf, la fête fait du bruit et ça cache difficilement que tout le monde ou presque fait la gueule! Dans ma caverne, même déguisé en coton tige, j'échapperai difficilement aux décibels en liesse, mais comme j'aime pas non plus être dans le camp de la famille rabat-joie, fort possible que je finisse au cinoche!  :D
Cela dit, j'ai un peu le sentiment que mon histoire d'Entre fit rabat-joie, comme si j'avais mis les pieds dans le plat! Humilité de notre état se doit, mais ça avance pour moi. J'ai rêvé Amérindien et j'en suis tout ébaubi! Fier aussi de sentir ce courant s'ouvrir, hors temps, dans ce non-espace de l'onirique épiphyte et singulier : mille orchidées en émanent et vous transmettent parfum et douceur pour que ça avance pour vous aussi!

Pourquoi je me souviens de ce que j'ai vécu hier et que je ne me souviens pas de ce que j'ai vécu demain? ??? L'endroit où il n'y a pas de temps suppose qu'il n'y a pas d'oubli.


Bizs-itaos!

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 22 Mars 2019 à 10:18:20
Entre me fait aussi penser à Antre...

L'emploi du vocable « désenfanté » nous apparaît maladroit et inapte à retranscrire dans les faits la perte d'un enfant.
Quant aux mots « veuf, veuve » et « orphelin, orpheline », ils expriment un statut officiel reconnu au sein de notre République.

C'est pourquoi, à notre sens, il n'y a pas de mot, existant ou non, qui saurait exprimer seul toute la peine et toute la douleur que ressent un parent lorsqu'il perd son enfant.
Les mots peuvent beaucoup, nous en sommes convaincus, mais ils ne peuvent pas tout.
Ici, ils ne peuvent rien.

Cela dit, j'ai un peu le sentiment que mon histoire d'Entre fit rabat-joie, comme si j'avais mis les pieds dans le plat! Humilité de notre état se doit, mais ça avance pour moi.
 

**********************************************************************************************************************************

Bonjour Antre-Pascal... tu es mon alter-ego... je suis Antre-Federico !

Cette nuit, j'ai un peu réfléchi à ton questionnement... et je te livre mes réflexions toutes chaudes comme des petits pains aux chocolats et des croissants ! bon petit-déjeuner copain-ito !

j'ai pensé que l'on pourrait dire ou écrire : Papa-deuillé(e)... Maman-deuillé(e)... Fils-deuillé(e)... Fille-deuillé(e)... Frère-deuillé(e)... Soeur-deuillé(e)... "Ami-deuillé(e)... "Amie-(deuillé(e)... "Tonton-deuillé(e)... Tata-deuillé(e)... Neveu-deuillé(e)... Nièce-deuillé(e)... Cousin-deuillé(e)... Cousine(deuillé(e)... Compagnon-deuillé(e)... Compagne-deuillé(e)...

Je suis un "Maman-deuillé" , un "Fils-deuillé", un "Ami-deuillé), un "Cousin-deuillé"... ce qui signifie que je porte le deuil et de ma Maman et de mon Fils et d'un Ami et de mon Cousin !
Tu es un "Fille-deuillé"... respectueuse pensée pour ta Fille Javotte
Catherine est une "Compagnon-deuillée"... respectueuse pensée pour Mircea
Katrin est une "Papa-deuillée"... respectueuse pensée pour son Papa
Claraben est une "frère-deuillée"... respectueuse pensée pour son Frère
Mike67 est un "Amoureux-deuillé"... respectueuse pensée pour Ludovic
Nora est une "Amoureux-deuillée" ... et non plus veuve ! respectueuse pensée pour son Mari
Souci est une "Neveu-deuillée"... respectueuse pensée à Kalahan
X... est un "Amoureuse-deuillé"... et non plus veuf !

Voilà ma proposition... Mon Grand Pote et SVTT !

Amicalement, chaleureusement, solidairement, respectueusement.
Federico



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Mars 2019 à 13:47:17
Oui je trouve que ça décale la focale deuil vers l'être qui n'est plus. ça permet de mieux nommer comme cette formule que j'utilisais parfois "Javotte dans ce qu'elle est maintenant devenue". Je trouvais ça lourd  souvent et l'utilisais peu en vrai, surtout en pensée. Finalement ça plutôt été une sorte d'arrangement séquentiel pour m'aider à franchir des marches de notre escalier. C'est presque plus présent maintenant. Et en plus ta proposition met en scène une interaction qui colle avec ce que je ressens : Javotte est aussi dans le papadeuillé comme je suis dans la filledeuillée.
Javotte n'est plus fille mais corps "entropique" et conscience qui est aussi mamandeuillée, papadeuillé, frèredeullés, compagnondeuillé, ami(e)sdeuillée(e)s, mondedeuillé (et aussi filledeuillée puisque conscience). Ouais c'est vraiment bien vu Fédo, et peut être possible et mieux d'enlever le trait d'union comme Eva l'a fait pour Mamandeuil? ça colle pour moi en tout cas et nomme dimension entre nos morts et vivants comme la réciproque.
Tu vois, ça colle aussi avec ce que je ramasse de la pensée quantique qui s'intéresse à une physique qui a pour vocation notre interaction avec la réalité alors que la physique classique a pour vocation de décrire ce qui est. Un point de bascule entre Einsten et Bohr, apparemment.
Filledeuillée en lien avec papadeuillé peut être pensé en sens quantique alors que le sens classique reste pleinement valide : c'est indicible, cette réalité dans le monde visible Ouais, je crois que tu as trouvé qqch de fort, de juste et ouvrant un potentiel positif.  Merci Fedo, perso, je signe.
Faudrait d'autres avis.
Bizs de mon antre!
Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Mars 2019 à 14:36:34
Ceci serait certainement très porteur en groupe de parole si ce n'est déjà en place.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Mars 2019 à 19:14:15
Du plus vieux peuple du monde. Autonomie et interdépendance.
https://youtu.be/5bPtPftbRe4
Merci Aigle bleu.
One eye dog's man.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 22 Mars 2019 à 20:46:49
Ceci serait certainement très porteur en groupe de parole si ce n'est déjà en place.

Je plussoie !

Je suis un "Filsdeuillé" , un " Mamandeuillé", un "tontondeuillé", un "tatadeuillé", un "amideuillé", un "camarasdedeuillé", un "cousindeuillé", un "cousinedeuillé", un "collèguedeuillé", un "voisindeuillé"... un "citoyendumondedeuillé"... un "humanistedeuillé"...


J'en ai plein les couilles d'être un endeuillé !

Fed-ito

PS : Vive les samedi-ito des gilets jaunes- itaos  ! hihihi !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Mars 2019 à 08:27:11
ah ah, je plussoie aussi! Idem pour ma pomme!

Hello!

Chien bleu : hier en faisant mon dogbike avec Cheyenne, son poil était si luisant au soleil matinal qu'il était irisé de reflets bleus. Elle trottait, truffe au vent, oreilles flottantes en totale plénitude...resplendissante de bonheur d'être comme c'est. Tecumseh, honneur à lui. Et comme les plumes d'un corbeau, Cheyenne irradiait une onde bleutée qui m'a évoqué l'un des bouquins culte de Javotte : chien bleu. Et le soir, je tombe par hasard ou presque sur Aigle bleu.
Le bleu ça peut être une couleur froide, aussi glaciale même que l'antarctique . Mais il révèle son potentiel chaleureux quand il est éclairé de soleil ou évoque l'ailleurs d'un chien copain comme Nadja l'a si bien peint.
Cheyenne, Chienne bleue et pattes de feu!
Je plussoie et j'aboie!

Pascal-ito, dog soldier!

Zoubis!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Mars 2019 à 08:42:51
    — Jane Broadis (@Jb5Jane) 27 février 2019

Ce poème intitulé Dyslexie, le voici :

    « Je suis stupide

    Personne ne dira jamais que

    Je suis douée avec les mots

    J’étais faite pour être géniale

    C’est faux

    Je suis un échec

    Personne ne pourra jamais me convaincre de penser que

    Je peux réussir dans la vie.»

Maintenant, lisez-le à l’envers :

    « Je peux réussir dans la vie

    Personne ne pourra jamais me convaincre de penser que

    Je suis un échec

    C’est faux

    J’étais faite pour être géniale

    Je suis douée avec les mots

    Personne ne dira jamais que

    Je suis stupide »


SVTT, TTVS en dyslexique.

La preuve en est, apprendre à parler le monde à l'envers remet debout puisque le monde marche sur la tête. Et plus je monte mon escalier, plus je vois ce côté d'anamorphose fort proche de cette "figure d'Indien en miroir cylindrique, 1740, par Elias Baeck (musée des arts décoratifs de Paris): être un Papadeuillé remet à plat (par le rouleau compresseur qu'il impose à  nos vie, je n'ai pas de meilleure métaphore pour en imager la brutalité,désolé) une spiritualité  déformée, voire atrophiée, illisible, opaque en tout cas,  de notre lien à l'universel. L'Ouroboros cesse de se mordre la queue en nous contraignant à chevaucher le dragon.
Cette spiritualité redevient lisible après avoir été réduite au silence, comme un papyrus qui se déroule. Résilience et silence prend du sens, un sens dyslexique en quelque sorte. Mon bain culturel n'a pas proposé de terreau autre que le deuil pour que puisse s'ouvrir ce qui fût contraint à rester graine.
Je me permets de vous rappeler cette formule : "Ils nous ont enterrés mais ont oublié que nous étions graines". J'ai enterré ma fille et une graine de spiritualité arrosée de toute cette douleur indicible n'a eu d'autres choix que de pousser, de croitre, de se développer. Effectivement, si les yeux des morts se ferment, ils ouvrent nos yeux, à nous les vivants.

Le cerveau n'exclue le coeur pas plus que le coeur n'exclue le cerveau, une maille à l'endroit, une maille à l'envers. ;D


Biz-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 24 Mars 2019 à 14:27:01
 "Ils nous ont enterrés mais ont oublié que nous étions graines". J'ai enterré ma fille et une graine de spiritualité arrosée de toute cette douleur indicible n'a eu d'autres choix que de pousser, de croitre, de se développer. Effectivement, si les yeux des morts se ferment, ils ouvrent nos yeux, à nous les vivants."


Je ne sais si je dois t'envier cette capacité de résilience qui transforme la petite graine de spiritualité léguée par Javotte en arbre qui commence à se déployer...la mienne s'est desséchée sur place...LA question reste en creux.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Mars 2019 à 14:51:23
Oui bien sûr, je comprends Eva. Javotte ne m'a légué aucune spiritualité. Elle a "légué" du fric sur un compte Pea, une horreur. Comment peux-t-on hériter de son enfant? Totalement impensable. Pourtant c'est un fait. La spiritualité relève pour moi du fait. C'est le seul moyen de "faire avec" et il ne peut être question d'objecter que cette graine de spiritualité soit postérieure à sa mort. Ce n'est pas le cas, vraiment sincèrement. Elle était déjà présente dès l'enfance, mon enfance, mais presque "forclose" au sens Lacanien du terme. Sa mort l'a réveillée, la douleur l'a arrosée, la volonté et le choix de vivre encore l'ont contrainte à croitre. C'est aussi une formule d'adaptation, mais vraiment non, pas un leg. Quasi certain que Javotte ne signerait pas cette issue sous cette forme, à moi de me dépatouiller avec, là elle signerait, je pense. Je vois ça plutôt sous cet angle Eva sans vouloir te porter le moindre ombrage, tu le sais.
Peut être faut-il préciser que je n'ai été sujet d'aucune religion particulière pour influencer ou non cette graine initiale. Baptisé, oui, de façon très commune, absolument non pratiquant et ne souhaitant par ailleurs pas être apostasié, car non concerné par ce besoin, tout simplement.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 24 Mars 2019 à 20:09:27
Oui, j'avais mal lu, trop vite... désolée.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Mars 2019 à 07:58:14
En Colombie, le village de Villa de Leyva est connu pour une singularité architecturale qui attire de nombreux visiteurs : la Casa Terracota, la maison troglodyte en terre cuite d’Octavio Mendoza, un architecte à l’imagination débordante passionné de poterie. Découvrez sa maison de terre.

Dans un village des montagnes colombiennes se dresse la plus surprenante des créations architecturales : une maison troglodyte de 500 m² dont les formes et les matériaux de construction sont on ne peut plus originaux. Cette étrange habitation est l’œuvre d’Octavio Mendoza, un architecte colombien des plus loufoques.


Bonjour!
Le pot de terre contre le pot de fer. Je suis cuit. J'ai perdu la partie, je range mes cartes, mets tout dans mon petit cartable et quitte l'école. Le grand difficile de notre société de consommation est la consommation. Cette nuit, j'ai rêvé que je tentais de convaincre Macron, bah j'ai perdu aussi. Misère. :-\

Bizs
Pascal-ito.

Mon Ami... le deuil c'est comme la dyslexie !
Soit nous voyons l'extérieur plutôt que l'intérieur..... soit nous préférons l'intérieur plutôt que l'extérieur !
Soit nous restons dans la superficialité des choses... soit nous sommes authentique dans notre expression émotionnelle !
Soit nous survivons comme "un terrien matérialiste"... soit nous choisissons de vivre "l'universalité de notre être"


Les nations amérindiennes n’ont pas de religion.
       Nous n’avons ni prêtre, ni livre révélé, ni dogme.
       Notre temple est la Nature et notre maître est la Vie.

       Les Hommes de Connaissance, gardiens de la Terre et dépositaires de cette Sagesse où l’harmonie avec la Nature est primordiale, n’ont pas de disciples et n’organisent aucun groupe d’adeptes.

     
Avant d’être Indiens, nous sommes des Hommes de la Terre.


Bizs mon Ami Fédo, pour moi, le choix est fait et je partage le tien, hommedeuillés nous sommes, chaleureusement, respectueusement, fraternellement, solidairement et affectueusement.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 25 Mars 2019 à 13:51:08

Cher Ami Pascal,

Je comprends... oui, je comprends ta déception ! par contre je n'accepte pas ta démission !

Ta déception est raisonnée, justifiée, légitime ! NON, tu n'es pas cuit!
Tu as le sentiment d'avoir perdu une petite partie parce que je sais que tu es très social, sensible, perfectionniste !
Alors je te dis haut et fort que tu n'as certainement pas perdu ni ta bataille spirituelle ni encore moins philosophique....
Bataille que je partage Ô combien avec toi !

Notre guerre est injuste, cruelle et nous cherchons à la rendre plus humaine ! c'est respectable et à notre honneur !
Le problème mon Ami ce sont les têtes permanentées et les culs serrés !
Rien à foutre de ces personnes là !

ici, sur ce forum, il faut rapidement savoir pourquoi et surtout pour qui écrivons-nous !
Moi, je sais depuis longtemps que mes écrits n'intéressent qu'à peine une petite douzaine de personnes ... par contre je suis très proche et principalement lu par mes très chers anonymes, mes invités de Coeur ! toutes celles et tous ceux que je ne vois pas mais qui me motivent à toujours écrire, vivre, exister !
Merci à vous mes invités du forum !
Tu trouveras dans ta réponse ta modeste satisfaction, ton but et ta quiétude !

Nous ne sommes plus des Don Quichotte et nous ne pouvons plus lutter contre tous les moulins à vents !
Ciblons nos combats avec les gens que nous apprécions et que nous aimons et qui réciproquement nous apprécient et aiment !
Rien à cirer de vouloir convaincre Macron et ses macronistes de mes couilles alors que le gouvernement n'a pour seule réponse que la violence, la condamnation, la répression, l'interdiction... au lieu d'apporter une vraie réponse politique aux problèmes de société de l'immense majorité des citoyens de ce pays !

Restons sagement et librement à notre dernier rang et observons de près les événements politiques et agissons activement pour notre environnement, la protection et la sauvegarde de nos campagnes, de nos mers et océans, de nos montagnes, de notre Terre, de notre Planète... faisons le un peu pour nous et beaucoup pour nos Enfants !

J'ai choisi d'être dans l'authenticité des émotions intérieures et vivre l'universalité de tout mon être d'Homme!

Et je plussoie, je suis entièrement d'accord avec toi Pascal...

"Les nations amérindiennes n’ont pas de religion. Nous n’avons ni prêtre, ni livre révélé, ni dogme.
Notre temple est la Nature et notre maître est la Vie."


"Les Hommes de Connaissance, gardiens de la Terre et dépositaires de cette Sagesse où l’harmonie avec la Nature est primordiale, n’ont pas de disciples et n’organisent aucun groupe d’adeptes.

Hommedeuillés nous sommes... Papa de Javotte... Papa de Raphaël...

Chaleureusement, respectueusement, fraternellement, solidairement et affectueusement.

Federico



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Mars 2019 à 16:21:47
Oui tu as raison Fed, j'ai à nouveau une relance pour participer à un groupe parents "désenfantés". D'une part j'y réfléchis et d'autre part j'ai besoin d'un temps de pause pour amalgamer éveil spirituel et le reste sans barrer dans les branches de sassafras! Je reste dans le coin, t'inquiètes. ;)

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 25 Mars 2019 à 17:31:30
Oui tu as raison Fed, j'ai à nouveau une relance pour participer à un groupe parents "désenfantés". D'une part j'y réfléchis et d'autre part j'ai besoin d'un temps de pause pour amalgamer éveil spirituel et le reste sans barrer dans les branches de sassafras! Je reste dans le coin, t'inquiètes. ;)

N'oublie pas mon Grand Pote Papa de Javotte que je t'aime fort ! suis là ! tu sais où me joindre !

NON, NON, NON... je n'accepte pas ta démission !

Tu as bien sûr le droit de prendre une pause et même de partir en vacances aux Seychelles ... ça d'accord ! ok mais reste dans le coin, stp !

Chaleureusement, respectueusement, fraternellement, solidairement et affectueusement.

Federico

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 25 Mars 2019 à 19:48:33
Je peux seulement te témoigner, parceque je l'ai vécu,2 à 3 ans après la mort de ma file, Emmanuelle,de l'accompagnement incomparable que peut apporter un groupe de parents endeuillés... qui ont à traverser la même épreuve, qui savent entendre même ce qu'on ne dit pas...
Je t'encourage ,très fort,à y aller...
Quelle association te propose cette aide là?
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 26 Mars 2019 à 01:46:56
Cher Ami Pascal,

Je comprends... oui, je comprends ta déception ! par contre je n'accepte pas ta démission !

Ta déception est raisonnée, justifiée, légitime ! NON, tu n'es pas cuit!
Tu as le sentiment d'avoir perdu une petite partie parce que je sais que tu es très social, sensible, perfectionniste !
Alors je te dis haut et fort que tu n'as certainement pas perdu ni ta bataille spirituelle ni encore moins philosophique....

Bonjour Pascal,

et ben moi, je ne suis pas sûre de tout bien comprendre !? Et pourtant je vous lis régulièrement.

Envie quand même de partager cela :
en lisant certains de tes derniers posts, c'était "rigolo" : j'ai fait le même genre de "recherche" que toi les premiers mois après la mort de Mircea : la géométrie sacrée, la physique quantique, (mais souvent trop complexe pour moi surtout les chiffres ....), Philippe Guillemant ...
Et mi juillet j'ai participé à un festival chamanique (bien plus light que le tien.) A la base j' y allais pour apprendre à mieux méditer, pour chercher des débuts de réponse par rapport à un éventuel au-delà etc .... (je partagerai certainement un jour).
J'y ai fait des expériences totalement imprévues, très riches .... (il y avait aussi des choses trop "perchées" pour moi : ce n'est pas péjoratif, je ne sais pas le dire autrement et j'ai conscience de faire aussi des choses qui vont sembler complètement perchées pour d'autres ....)
C'est là, pour la première fois depuis la mort de Mircea, que j'ai ri de bon coeur. Je suis revenue de ce festival "remplie" ....

Après la mort de Mircea, un ami m'a offert un livre sur la géométrie sacrée en expliquant que, lui qui croyait au néant après la mort, c'est cette géométrie sacrée qui a balayé ses certitudes et qui lui donne une ouverture sur un possible au-delà ....
Je n'ai pas compris grand chose aux calculs, au nombre d'or ... Par contre les photos sont très belles. Cette nature tellement bien faite, trop bien faite pour ce soit un "hasard", qui inspire l'Homme, je trouve ça très beau. Ca touche à quelque chose de très profond en moi tout comme la musique des tambours chamaniques.

Je ne connais pas vraiment l'origine de ta déception, de ce sentiment d'avoir "perdu", j'espère juste que ça ne provoque pas trop de tristesse en toi.

Je suis triste, pas seulement de ne plus pouvoir lire tes éditos, tes échanges ..... mais surtout que TOI, tu partes parce que je t'aime bien !
Comme Federico, j'espère que tu resteras dans le coin, que tu passeras faire un "coucou" de temps en temps ....

Fais ce qui est le mieux pour toi : je te souhaite le meilleur. Et dans ce meilleur : trouver le chemin qui te convient pour évoluer spirituellement papa de Javotte.

Des bisous tout plein

Catherine

Pour toi, Pascal (tant pour la musique que pour les photos) : https://www.youtube.com/watch?v=tCiDdrh5oks&feature=share&fbclid=IwAR2RYU_7V-1_HE4yidfUjaJGS6QnWKHfcutaN6RZ3tLb6i4c1kMaDEsZnuM
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Mars 2019 à 08:49:31
Hello.
Oui Ok, Merci à vous. Je ne suis pas encore certain d'avoir la force d'aller à un groupe de parents endeuillés. Explorer, traduire et exposer une non-souffrance est potentiellement agressif pour toutes les personnes qui ont encore besoin de s'étayer avec une souffrance active, majeure et quasi-vitale. D'ailleurs non que je ne souffre plus, je ne suis pas un robot!!! La souffrance reste à sa place et ne prend pas le pouvoir, c'est tout ce que je lui demande. Comme je l'ai écrit en MP à Catherine, la forêt m'aide profondément, les arbres font comme un maillage de solidarité, de compréhension et de transmission de forces! Merci à eux de tout coeur comme à vous et à mon grand Poto Fédo.
Et une nouvelle habitante en route pour notre maison, offerte par mon plus vieil ami: Caramelle, petite tortue de 9 mois, qui m'indique que faut un peu de temps pour solidifier une carapace!
Ps : au fait, le shamanisme c'est une belle rencontre mais gare au bizness qui l'habite! Il y a vraiment de quoi se marrer à aller dépenser 600 euros pour souffrir et essayer l'haya huasca! Ah ah, ces occidentaux ne sont jamais assez créatifs pour se faire arnaquer! ;D

Bon "el Condor passa!", merci Don Marcelino, t'es vraiment un chouette type!

Bizs-itaos.

https://youtu.be/tCiDdrh5oks c'est superbe! Plantas sacradas. :-*

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 26 Mars 2019 à 13:22:22
Le groupe de parole ou d'entraide n'est pas une panacée et ne convient pas à tout le monde, toi seul sait ce qui te portera vers un futur plus serein et plus plein...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Mars 2019 à 15:30:45
Eh eh! Merci Eva.  :D Oui cette réponse ouvre une jolie question : si je pense que je suis seul à savoir ceci, pourquoi le partagerais-je? Parce que cela fait bien longtemps que penser à ma place n'est pas possible, et vu le fric que j'ai lâché à la psychanalyse, ça serait grave de chez grave de ne pas avoir pigé cette base. :P
En tout cas l'intention est très surement positive et ça va m'aider à réfléchir, ou pas d'ailleurs. Des fois faut lâcher le volant ça évite de faire des tout droit! :)
En gros, maîtrise/non maîtrise tel est le sujet et la panacée ça n'existe pas, tout simplement. Et la sérénité je la laisse  aux canaris et aux politiques attaqués en justice : curieux ils(elles) sont toujours serein(e)s!
Bon, je silence! :-X
Sans rancune, j'ai toujours été un peu rebelle et fond de la classe!
Ito.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Mars 2019 à 08:11:50
« La majorité des Slovènes considère les ours comme un élément précieux de la nature et souhaite les conserver pour les générations futures »

Cette proximité ancienne entre les humains et le grand voyageur à quatre pattes perdure également près des denses forêts de Slovénie. La « Suisse des Balkans » est souvent saluée comme un modèle en la matière. « Les ours n’ont jamais été exterminés de Slovénie, explique Aleksandra Majic, biologiste à l’université de Ljubljana. La majorité des Slovènes considère les ours comme un élément précieux de la nature et souhaite les conserver pour les générations futures. » Alors qu’aucun consensus européen n’a été trouvé sur les mesures à prendre pour protéger l’espèce, les Slovènes ont entrepris d’importants efforts. Grand comme la Picardie, le pays abrite aujourd’hui près de 800 ours. « D’énormes ressources ont été consacrées au traitement des conflits entre les hommes et les ours, assure Aleksandra Majic, notamment en matière de prévention des dommages agricoles. La population d’ours a doublé sans augmenter les dommages causés. »

Les forêts des Alpes dinariques abritent un quart des ours européens.

Les ours des Balkans représentent plus du quart de la population européenne avec 3.950 individus recensés en 2016. « Il s’agit de la population d’ours bruns en bonne santé la plus occidentale d’Europe [Scandinavie à part], assure Aleksandra Majic. Elle est souvent considérée comme un facteur important pour permettre le retour des ours dans les parties de l’Europe occidentale où il existe des habitats propices, mais où les ours ont été exterminés. » Beaucoup d’espoirs sont ainsi placés dans l’expansion naturelle des individus des Alpes dinariques vers le nord, et les Alpes occidentales. Les querelles nationalistes n’ont ici pas voix au chapitre et plusieurs programmes transnationaux ont vu le jour, comme entre la Croatie et la Slovénie. Les compères de l’ours ne sont pas oubliés. Dans un contexte de fort développement de « l’écotourisme » dans la région, le nouveau projet Carnivora Dinarica veut ainsi favoriser la coexistence de l’humain avec les grands carnivores des forêts que sont le loup, le lynx et, bien sûr, l’ours brun
.

Hello!

Bon, d'accord. Nous en sommes aux nounours en guimauve en paquets de 20 en-dessous des fraises Tagada tsoin-tsoin. C'est un début et comme " libérons les nains de jardin", j'en relâche un paquet dans la forêt. Promis. Je les imagine s'égayant joyeusement comme Bonhomme en Pain d'épice cavalant comme un bargeot devant Vilain Renard qui voulait le bouffer. Pas besoin d'Aya Huasca, c'est une bonne journée, je viens d'économiser 600 euros.  Et quel bol, ce n'est pas encore un délit de relâcher des ours en guimauve dans la nature! Allez demain je tente de libérer des crocodiles dans une flaque! ;D
Z'avez déjà vu un chêne se bidonner? Sérieux ça paye! Franchement dans l'état où sont nos forêts, j'espère que ça file un coup de bonheur aux arbres d'arriver à les faire rire comme toutes les âmes qui s'y réfugient. :-* Et plus facile que la suite de Fibonacci ou le 1,618....Cela dit, j'ai acheté un chou Romanesco, c'est vrai que la nature arrive à faire tout ça sans le moindre calcul! Etonnant, non? dirait Desproges!

Citation Catherine
Envie quand même de partager cela :
en lisant certains de tes derniers posts, c'était "rigolo" : j'ai fait le même genre de "recherche" que toi les premiers mois après la mort de Mircea : la géométrie sacrée, la physique quantique, (mais souvent trop complexe pour moi surtout les chiffres ....), Philippe Guillemant ...
Et mi juillet j'ai participé à un festival chamanique (bien plus light que le tien.) A la base j' y allais pour apprendre à mieux méditer, pour chercher des débuts de réponse par rapport à un éventuel au-delà etc .... (je partagerai certainement un jour).
J'y ai fait des expériences totalement imprévues, très riches .... (il y avait aussi des choses trop "perchées" pour moi : ce n'est pas péjoratif, je ne sais pas le dire autrement et j'ai conscience de faire aussi des choses qui vont sembler complètement perchées pour d'autres ....)
C'est là, pour la première fois depuis la mort de Mircea, que j'ai ri de bon coeur. Je suis revenue de ce festival "remplie" ...
.

Bizs-itaos!

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 27 Mars 2019 à 11:34:08

SALUT mon Pascal...

YO CHUIS SOU-LA-GE ! ce matin, j'ai pu lire ton "édito" ! sinon j'avais prévu de lancer un appel de recherche à Interpol pour te rechercher car tu es mon principal bienfaiteur et mon régulateur d'humeur pour toute la journée !

Aïe aïe  caramba ... Nicoletta..... https://www.youtube.com/watch?v=Oe_uQXspel0

Et... cadeau pour vous... Fio Maravilla"... Nicoletta ..... https://www.youtube.com/watch?v=uUHat_o81fw

Au lieu de lire des conneries dans les journaux ... je préfère lire les tiennes ! enfin, non, c'est pas ce que je voulais dire ! sorry ! mes mots ont largement dépassé ma pensée ! je veux dire que je préfère te lire TOI mon "éditorialiste préféré" !

« Les ours n’ont jamais été exterminés de Slovénie, explique Aleksandra Majic, biologiste à l’université de Ljubljana. La majorité des Slovènes considère les ours comme un élément précieux de la nature et souhaite les conserver pour les générations futures. » Alors qu’aucun consensus européen n’a été trouvé sur les mesures à prendre pour protéger l’espèce, les Slovènes ont entrepris d’importants efforts. Grand comme la Picardie, le pays abrite aujourd’hui près de 800 ours. « D’énormes ressources ont été consacrées au traitement des conflits entre les hommes et les ours, assure Aleksandra Majic !
Les forêts des Alpes dinariques abritent un quart des ours européens.
Les ours des Balkans représentent plus du quart de la population européenne avec 3.950 individus recensés en 2016."


Moi qui a le trouillomètre au cul et qui ne voulait plus aller me promener dans les Pyrénées parce qu'on avait lâché 3 ou quatre ours... eh bien grâce à cette rassurante Aleksandra Majic je vais radicalement voir les ours d'une manière plus pacifiste ! et le trouillomètre à la température élevée je vais me le sortir du trou ! na !

D'ailleurs cet été j'ai prévu d'emmener tous les membres du gouvernement Macron en excursion dans les forêts des Alpes dinariques et peut être qu'avec un peu de chances Aleksandra et les ours des Balkans vont leur expliquer comment il faut faire pour le traitement et le règlement des conflits entre les hommes et... les hommes !

Il est mort le soleil... Nicoletta..... https://www.youtube.com/watch?v=8bjiys-WIpQ

Mamy Blue... Nicoletta..... https://www.youtube.com/watch?v=w6adcXXRcUU

Humainement vôtre !
Federico

PS : dis-moi copain-ito il t'en reste des nounours en guimauve parce que moi je les adore et ... tant qu'à être gourmand (j'assume !) si t'as aussi des fraises Tagada tsoin-tsoin !
Promis demain je vais avec toi pour libérer des crocodiles dans une flaque... on n'ira pas à l'école... on séchera les cours... hihihi ! huhuhu! jajaja !

Allez celle là c'est pour la route... nos chemins  !..... https://www.youtube.com/watch?v=UI3Zi056PuM

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Mars 2019 à 08:32:42

La Relève et la Peste est un média indépendant et gratuit. Soutenez notre travail gratuitement en utilisant le moteur de recherche éthique Lilo. Si chacun utilisait Lilo pendant 1 mois, nous pourrions boucler le budget 2017. Nous comptons sur vous  Découvrir le Moteur de Recherche Lilo    Déjà sur Lilo ? Donnez-nous vos gouttes
La Relève.
   
 
Des magnifiques « ponts arbres » vivants menacés par le réchauffement climatique
Aujourd’hui, une dizaine de ponts vivants relient les vallées du Meghalaya. Ce soin apporté à leur Terre et cette dépendance à leur environnement naturel a créé une très forte connexion à la Nature pour les Khasi. Dans cette tribu matrilinéaire, les femmes sont les légataires uniques des terres et des titres. Cette place importante à la femme a contribué à en faire un peuple majoritairement égalitaire, pacifiste, et protecteur de la nature.
27 mars 2019 - Laurie Debove

Perché au-dessus d’une énorme falaise à presque 2 000m d’altitude, le Meghalaya est réputé pour être l’un des endroits les plus humides de la planète. Depuis des siècles, la tribu Khasi s’est adaptée aux violentes moussons en créant des ponts vivants à partir d’arbres. Aujourd’hui, ils se mobilisent face aux premiers effets du réchauffement climatique.

L’Etat Indien du Meghalaya, qui signifie « la demeure des nuages », porte bien son nom. Caché en haut d’une immense falaise, cette Région luxuriante connaît des moussons d’une intensité rare. Là-bas, il est déjà tombé 25 mètres de pluie en un an, le record du monde, et les habitants se souviennent encore de la fois où il a plu durant neuf jours et neuf nuits sans s’arrêter.

Pendant la mousson, les ruisseaux tranquilles deviennent des torrents impétueux, capables d’emporter les berges de la rivière sur leur passage, et impossibles à traverser. Au fil des siècles, la tribu Khasi s’est adapté à son environnement particulier grâce à des figuiers étrangleurs locaux. Cet arbre a été nommé ainsi en raison de la façon bien particulière dont il se nourrit : il pousse en étouffant d’autres arbres avec ses racines, dont certaines partent de la cime d’un arbre-hôte vers le sol, et d’autres de la terre vers le soleil, formant ainsi un enchevêtrement parfait.

Ce réseau solide de racines a donné une formidable idée aux Khasi : les utiliser pour créer des ponts-vivants qui leur permettent de traverser les torrents agités durant la mousson. Les racines enchevêtrées de l’arbre empêchent l’érosion des sols, et les berges de la rivière ne sont plus emportées par le courant. Chaque pont-vivant est un travail qui s’effectue sur plusieurs générations, car il est impossible pour un individu de l’accomplir lui-même au cours de sa seule vie.
Cette solidarité transgénérationnelle incite les membres d’une même famille à se transmettre le savoir nécessaire à l’entretien de ces ponts-vivants, résistants à n’importe quel déluge. Un seul pont-arbre peut se développer pendant 500 ans, et même comprendre plusieurs étages.

Aujourd’hui, une dizaine de ponts vivants relient les vallées du Meghalaya. Ce soin apporté à leur Terre et cette dépendance à leur environnement naturel a créé une très forte connexion à la Nature pour les Khasi. Dans cette tribu matrilinéaire, les femmes sont les légataires uniques des terres et des titres. Cette place importante à la femme a contribué à en faire un peuple majoritairement égalitaire, pacifiste, et protecteur de la nature.

Mais aujourd’hui, une menace plane sur cette Région jusqu’alors préservée. En 16 ans, près de la moitié des forêts de Meghalaya ont connu une « augmentation des perturbations » et environ un quart d’entre elles sont désormais « extrêmement vulnérables » à l’impact du changement climatique, selon une étude de 2018 commandée par le gouvernement de l’État. Les projets industriels et l’exploitation forestière perturbent cet écosystème unique, et une fois que les arbres ont été coupés, il est difficile de reforester la Région, ont déclaré les chercheurs de l’étude.

Encore plus préoccupant, les endroits où la dégradation forestière est le plus importante sont ceux qui hébergent le plus de biodiversité : un seul kilomètre carré de forêt tropicale peut héberger jusqu’à 1000 espèces de plantes différentes. Plusieurs espèces de plantes et d’animaux – vautours, grenouilles, tortues, insectes, champignons et orchidées – dans les forêts tropicales humides de Meghalaya sont « en danger critique d’extinction » ou « vulnérables ».

De la même façon qu’ils se sont organisés pour construire des ponts-vivants pendant des siècles, les villageois travaillent aujourd’hui ensemble pour sauver les forêts. Ils identifient les parcelles dégradées pour en limiter l’accès le temps qu’elles se régénèrent naturellement. Certains en adoptent même pour les entretenir manuellement, par exemple en éliminant les espèces non-natives de la Région qui risqueraient d’en perturber l’écosystème. Au Meghalaya, l’adaptation au changement climatique et l’importance de régénérer la Terre se transmet déjà.


Ohé du pont!

Voici le genre d'article que j'adore découvrir le matin : des figuiers étrangleurs! Je savais même pas que ça existait! Comme Fédo, ça ouvre ma journée en m'amenant à l'autre bout du monde, d'un clic. L'ennui c'est qu'une fois encore ce clic vous colle une claque et les joues piquent un peu ces temps-d'maintenant. Clic et Clac sont en bateau, Clic tombe à l'eau et qui reste en bateau ? ça dépend si Clic sait nager ou pas : s'il coule, Clac est obligé de sauter idem et de lui en coller une pour éviter de couler avec et le ramener à la surface. Il peut aussi rester sur le pont et regarder l'autre couler, chercher une bouée, une corde ou autre chose qu'y a pas, ou prier le ciel. Chacun son truc, mais des fois vaut mieux avoir des palmes quand on est atteint du syndrome du sauveteur! ;D

Appel aux arbres: système basé sur des amitiés, des sympathies, des convergences, des complémentarités aussi complexes que les nôtres! :P


Bizs-itao.

Pascal.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 28 Mars 2019 à 23:29:58
Des compagnons précieux, les arbres .... partout ....
Dommage qu'il n y ait pas les images de ces ponts qui sont magnifiques (rien qu'à les regarder ça fait du bien)

"Dans cette tribu matrilinéaire, les femmes sont les légataires uniques des terres et des titres. Cette place importante à la femme a contribué à en faire un peuple majoritairement égalitaire, pacifiste, et protecteur de la nature."
Ce n'est pas pour dire mais les femmes ont souvent ce lien à la Terre-mère de façon "naturelle", "spontanée" ?

Aujourd'hui aussi (dans la même revue) : "La forêt amazonienne déclenche sa propre pluie" !   :)

 :-* aux itaos

Catherine

p.s : elle est sympa la vidéo d' Ernst Zürcher (je l'ai envoyé à mon fils qui est aussi ingénieur forestier)

p.s 2 :
    Le vent ne souffle pas la matinée entière. L'averse ne dure pas tout le long du jour. Les caprices du temps ne sont pas éternels. L'homme non plus.
Tao te King 
ça dépend où tu vis ..... dans mon coin, le vent peut souffler, tourner pendant 2-3 jours. Et pour l'averse : un jour une personne m'a dit "tiens il n'y a eu qu'une averse aujourd'hui : de 8 h à 17 h .....  ;)

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Mars 2019 à 08:24:03
La sorcière, une femme rebelle victime du patriarcat

Insoumises et autonomes, ces femmes ont défié le patriarcat et refusé le rôle qui leur était imposé. Il n'en fallait pas davantage pour être châtié...
Par
Axel Leclercq -
Mis à jour le 28 mars 2019 à 8:17


Qui étaient ces sorcières que la Renaissance brûlait en place publique ? Des créatures dangereuses aux pouvoirs maléfiques ou bien des femmes rebelles dont le seul tort était d’échapper au patriarcat et aux lois de la famille ? Pour Mona Chollet, qui leur a consacré un essai, la réponse est plutôt à chercher de ce côté-là. Une vidéo passionnante qui bouscule nos certitudes et nos idées reçues.

Depuis quelques temps, la sorcière fait désormais figure d’icône féministe. Pourquoi ? Parce la sorcière est avant tout un symbole de l’oppression féminine. Sa faute ? ne pas être dominée par un homme. D’ailleurs, nul ne s’étonnera que, bien souvent, dans la littérature, au cinéma ou à la télé, la gentille sorcière est celle qui s’est mariée et a renoncé à ses pouvoirs. Explications avec Mona Chollet dans cette interview signée France Culture :

    « C’étaient beaucoup les veuves, les célibataires, les femmes qui n’étaient pas sous le contrôle d’un homme en fait. C’étaient aussi les vieilles femmes et beaucoup d’entre elles ont été brûlées à l’époque. La vieille femme, c’est aussi la femme qui n’est plus utile pour le pouvoir patriarcal. Elle a perdu sa force de travail souvent, elle ne peut plus faire d’enfant, elle n’est plus considérée comme agréable à regarder. »



Ah ah! Salut! Vive les sorcières, vive les sorciers!
Bavazacamasarpataparda,
malamache,malamache,
bavazacamasarpataparda,
malamache,malamache
aravana!
Dommage qu'il n'y ai pas eu plus d'averses sur les buchés, il y en aurait eu moins de cramés! Et les Femen :
Femen est un groupe féministe d'origine ukrainienne, fondé à Kiev en 2008 par Anna Hutsol, Oksana Chatchko et Alexandra Chevtchenko. Le mouvement est actuellement représenté dans 8 pays. Sa présidente à l'international est Inna Shevchenko. Quelle magique utilisation de la plastique féminine au service d'une cause de simple décence : la liberté.
Mille fois j'ai salué leur courage et je le refais aujourd'hui, le courage de ces femmes qui osent opposer à l'homme guerrier la seule force de leur nudité.

Vive les sorcières, vive les sorciers, ma serpette est perdue, mais le manche, mais le manche, ma serpette est perdue, mais le manche est revenu! ;D


Bizs itao!

Pascal.

Ps : Ouais Catherine, je suis d'ac, juste regarder les ponts vivants ça fait du bien! Ce sont de véritables images d'un Eden terrestre! Accessible sur le site de "La relève et la peste". ;)  Bizs!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 30 Mars 2019 à 00:13:59
Les femens : ça me questionne  : leurs revendications : ok
Mais apparemment un fonctionnement à l’interne pas top du tout.   
Et du peu que j’en ai vu : même image de la femme que donne la pub, la société sur ce qu’elle doit être (critères de « beauté », de minceur, de jeunesse, normée etc …).
Utiliser son corps ?

Un homme torse nu  ça passe,
Une femme les seins nus sans se faire, au mieux, « mater » : on en est très, très loin …. Quand on voit certaines remarques par rapport aux femmes qui allaitent dans des lieux publics ….
 
"Il n'y a que les statues qui peuvent être nues dans les villes quelle chance elles ont".
(Julos Beaucarne)

« La réduction permanente des femmes à leur corps et à leur sexualité, la négation de leurs compétences intellectuelles, l’invisibilité sociale de celles qui sont inaptes à complaire aux regards masculins constituent des pierres d’angle du système patriarcal » : dixit Mona Chollet (dans un article critique concernant les Femen….)

Zehra Dogan évoquée par Nora sur son fil : son combat est, pour moi, une lutte bien plus féministe.
On la retrouve bien dans la lignée des « nouvelles » sorcières évoquées par Mona Chollet (« démarche politique avec une pratique spirituelle liée au monde naturel ») : https://www.monde-diplomatique.fr/2018/10/CHOLLET/59161
"La sorcière surgit au crépuscule, au moment des angoisses vespérales, alors que tout semble perdu. Elle est celle qui parvient à trouver des réserves d’espoir au cœur du désespoir."

Bien d’accord avec toi : « vive les sorcières, vive les sorciers » (c’est une richesse qu’il y ait des hommes se reconnaissant dans le féminisme)

p.s( Ah « buvons un coup ma serpette est perdue ... » chanson que l’on apprenait aux enfants en colo ….)  :)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Mars 2019 à 08:17:08
Hello !
Ok Catherine, rien a redire. Je ne connais pas Zehra Dogan et je vais découvrir. J'ai eu qques difficultés les décennies passées avec le féminisme que nous espérions et soutenions dans notre jeunesse. Représentatif d'un espoir profond du changement que nous espérions, rejet du phallocrate et de la "fabrication des mâles". Seulement, la suite fût moins joyeuse quand la fonction hiérarchique s'est enfin ouverte aux femmes : c'était pas mieux! Il a fallu digérer tout ça et en tirer des enseignements. Et c'est vraiment bien que ça ai avancé de part et d'autre quand j'ai revu des interviews de femmes comme Louise Bourgeois, par ex.

Louise Joséphine Bourgeois, née à Paris le 25 décembre 1911 et morte à New York le 31 mai 20101, est une sculptrice et plasticienne française, naturalisée américaine2.

Elle est connue surtout pour sa sculpture et ses installations monumentales, mais pratique également la peinture et la gravure. Elle explore des thèmes tels que l'univers domestique, la famille, le corps notamment les organes sexuels tout en abordant une approche qui se traduit comme une manifestation des subconscients et la réactivation de souvenirs de son enfance. Elle est proche des mouvements expressionnistes abstraits et du surréalisme, ainsi que du mouvement féministe mais reste toute sa vie non affiliée à une mouvance particulière.

Louise Bourgeois bien que née en France a passé l'essentiel de sa carrière artistique à New York, où elle s'est installée en 1938 après avoir épousé l'historien d'art américain Robert Goldwater (1907-1973).

Son travail d'artiste est reconnu tardivement et elle est considérée comme particulièrement influente sur les générations d'artistes d'après, surtout féminines.


ça tombe bien en plus, j'ai rêvé d'araignée, cette nuit! Un fil qui se tisse!

Bizs-itaos à toutes les sorcières et à tous les sorciers!

Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 30 Mars 2019 à 09:27:17
Bon voyage dans l'univers de Zehra Dogan, Pascal.

En plus de tout ce que tu vas trouver sur elle, voici un petit film :

https://www.youtube.com/watch?v=2SHx6d3kuy4

Et ceci :

http://www.kedistan.net/2019/03/08/zehra-dogan-rennes-histoire-vive/

Bien à toi

Nora
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Mars 2019 à 19:06:16
Merci Nora. Je reviens de l'univers de Zehra. Je ne sais quoi dire.
J'ai une question que j'ajouterai à celles posées par Vol de Papillon : pourquoi devons nous vivre un monde de noir dessein où un dessin qui crie sa couleur vaut 2 ans et 9 mois de prison? 
C'est vers Marie-France Hirigoyen que je me tournerai en me disant qu'au final, un dictateur n'est qu'un banal narcissique.
Pathologiques mégalomanes, prêts à tout pour réussir, Narcisses vulnérables, hypersensibles à la critique, dissimulant leur désir de toute-puissance derrière une façade d'humilité, les Narcisses sont de tous les fronts et font recette. Pour s'en prémunir, il faut pouvoir les reconnaître : Marie-France Hirigoyen propose ici une grille de lecture explicite et salutaire.
Dans un monde toujours plus compétitif, les Narcisse occupent des positions de pouvoir au sein des affaires ou des médias, voire à la tête des États. Certains observateurs, confondant narcissisme et confiance en soi, considèrent que le renforcer permettrait d'affronter les maux de l'époque. Pourtant, les " psys " dénoncent régulièrement le rôle désastreux du narcissisme ambiant sur leurs patients : solitude, souffrance au travail, désordres amoureux...
Pour comprendre cette réalité paradoxale, Marie-France Hirigoyen propose une enquête détonante nourrie de sa clinique. Elle pointe la confusion entre le narcissisme sain, qui permet d'avoir suffisamment confiance en soi pour s'affirmer, et le narcissisme pathologique consistant à se mettre en avant aux dépens des autres. Elle reprend la genèse de ce concept dans la psychanalyse freudienne, puis dans la psychanalyse américaine, qui l'a transformé en mettant l'accent sur l'" estime de soi " – participant ainsi d'un glissement de sens emblématique.
Émaillé de nombreuses études de cas, histoires et récits de vie, ce livre explique ainsi de manière vivante et originale les dérives du monde moderne, où de plus en plus d'individus sont centrés sur eux-mêmes, " scotchés " à leurs écrans, " accros " aux réseaux sociaux pour se valoriser et exister uniquement dans le regard de l'autre. Mais il invite aussi, grâce à un dialogue renouvelé entre psychanalyse et sociologie, à mieux comprendre les traits narcissiques pour contrer l'ascension des Narcisse tout-puissants. Un projet indispensable pour notre avenir commun.


Les narcisses : ils ont pris le pouvoir.

Le nôtre ne fait que pousser.

Bizs-itao.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 31 Mars 2019 à 07:33:57
Merci Pascal. Souvent je ne sais pas quoi dire non plus...

Un régime dictatorial dans un pays merveilleux aux portes de l'Europe.

Une femme, journaliste, artiste,  qui se bat, qui peint dans sa cellule avec le sang de ses règles, les restes de la nourriture, avec des pinceaux confectionnés avec les cheveux de ses codétenues en disant  : "je n'aurais jamais imaginé peindre avec des pinceaux aussi précieux."

Une situation qui me touche particulièrement parce que mon compagnon était Turc, du Kurdistan Turc.

Aujourd'hui les élections municipales en Turquie. Elections importantes. Les observateurs sont refoulés aux frontières. 

J'attends les résultats,  je suis attentive .

Bien à toi, à vous.

Nora

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 31 Mars 2019 à 08:48:12
Merci Nora. Ce que tu nous apportes de Zhera aide aussi à donner sens à notre malheur de vie : ce sont nos morts qui nous ouvre les yeux sur le désastre du vivant. Je suis d'accord, c'est pas un "karma" facile que le nôtre, les endeuillé(e)s. a nous le manque, la douleur, le foudroiement, l'impuissance mais aussi la puissance de se relever et de dire, de crier, de soutenir, de signaler, de signifier, de transmettre, de refuser, de lutter, de résister, de rester debout pour tenir nos pancartes, de serrer les dents, d'honorer le terreau de la vie pour que des jeunes tiennent le coup et réenchante le monde :

94 % des jeunes sont inquiets face à la situation environnementale actuelle
Quelle est l’opinion des jeunes sur la situation environnementale du pays et dans le monde entier ?
30 mars 2019 - Marine Wolf
FacebookTwitter

Dans un contexte de grèves et de manifestations à travers toute la France, Diplomeo a voulu apporter une réponse à cette question. L’équipe de la plateforme en ligne a réalisé début mars 2019 une enquête auprès de 1678 jeunes de 18 à 23 ans. En voici les principaux résultats.
Une jeunesse très préoccupée par l’écologie

94 % des jeunes se disent inquiets face à la situation environnementale actuelle. Parmi eux, les filles se montrent plus sensibles à ce problème : 67% des filles se disent très inquiètes, contre 56 % des garçons.
Les comportements individuels

Celles-ci semblent également plus engagées, 84 % des filles s’efforçant de préserver l’environnement au quotidien, face à 78 % des hommes. 64% d’entre elles ont par exemple modifié leur alimentation pour l’environnement, seulement 49 % des hommes ont fait de même.


Les femmes de cette nouvelle génération sont devant, souvent, les hommes moins nombreux mais aussi présents. Zehra me rappelle le combat des Irlandais poussés à l'extrémisme qui avaient fait grève de propreté en étalant leurs excréments sur les murs de leur cellule et de leur corps. Zehra peint avec le sang de ses règles.

l'arme de Zehra est l'art. A nous les endeuillées de suivre le chemin qu'elle nous trace de ses pinceaux. Vraiment merci Nora, connaître des forces nous en donne.


Bizs-itao.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Avril 2019 à 08:33:10
Hello,

Quand ils baignent au soleil,
les cimetières sont tranquilles
Quand ils sont sous la pluie
Les cimetières sont tranquilles
Quand le vent se déchaîne
les cimetières sont tranquilles
Seuls les dérangent
pleurs et tourments
ainsi morts et vivants s'écoulent dans un même temps.

Quand ils sont sous le vent
ploient les vivants
quand les leurs sont sous terre
pleurent les restants
quand ils sont encore du côté du vivant
soumis / insoumis, restant/luttant
s'écoule  un même temps.

Papa tu aurais eu 89 ans aujourd'hui, mais tu n'es plus là, une plume proche de ta tombe... elle m'a incité à t'écrire poème et te transmettre mille bisous.
Ton fils-itao.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 01 Avril 2019 à 10:04:12
Merci d'avoir partagé avec nous ce poème pour ton papa.

Portées par les plumes multicolores de l'amitié, chaleureuses pensées pour vous deux.

Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 01 Avril 2019 à 12:48:34
Mon Ami Pascal,

Alors oui, ce matin, en lisant ton poème pour ton cher Papa... l'amertume d'une larme a coulé jusqu'à la douceur de mes lèvres tremblantes d'émotion !

Mon papa a 87 ans et je l'aime très très fort ! il vit seul à Valencia en Espagne !

Mon Père ne m'a pas transmis du "savoir" et en héritage il ne me laissera aucun "avoir".....
Mais Il m'a appris l'essentiel à mes yeux : à Être !
Ma Mère m'a appris à Aimer et mon grand-père : l'Amitié !

Je suis riche de ses choses là...

Amicalement, chaleureusement, solidairement.

Federico



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Avril 2019 à 09:15:50
Une femme devient Présidente de la Slovaquie pour la première fois, et c’est une militante écolo

Salut!
Catherine et Fédo, Bizs pour vos mess.  Notre route est longue et l'arc en ciel de l'amitié donne aux marcheurs l'énergie des ses couleurs : vers l'infini et l'au-delà disait Buzz-l'éclair, Ranger de l'espace! D'ailleurs, parlant d'infini, juste à côté de la tombe de mes ancêtres s'est installé pour l'éternité un peintre de l'infini. Il peignait des chiffres en suite, un peu comme la suite de Fibonacci, le 1,618 ou le 3,14116. Faut que j'explore. ça m'a touché, comme une synchronicité, un côtoiement qui me conviendra en tout cas, lorsque ma propre suite passera sur d'autres vecteurs...vers l'infini et l'au-delà!
La bonne news de ce matin, c'est cette nouvelle présidente : ça c'est cool!
Bon, d'ac, il y aura toujours un écart entre l'implicite et l'explicite, mais, ça se réduit un écart, non? C'est vrai, des fois l'écart est si grand que c'est bonhomme caoutchouc qui  met la gomme. Et où il la met la gomme, hein, j'vous d'mande? Dans la tronche de celles et ceux qui  voient les failles sociales s'agrandirent, c't blague. Allez, je souhaite mille réussites à cette jeune présidente,:
« Cherchons ce qui nous relie. Favorisons la coopération plutôt que les intérêts personnels », a-t-elle déclaré à une foule de sympathisants à Bratislava. « Je suis heureuse pour le résultat, mais surtout pour le fait qu’il est possible de ne pas succomber à l’extrêmisme, de dire la vérité, et de se rassembler autour des valeurs d’humanité et de solidarité ».

La vie n'est pas un long fleuve tranquille! Même les poissons d'avril sont d'accord! ;D


Bizs-itaos

Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 02 Avril 2019 à 12:03:13
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/difficile-decompte-ours-pyrenees-1648692.html?fbclid=IwAR00Tfh_7ELnm96DobQaLKohi5B78FFw2n3JWT-4wGqXi55AtFbHxHPrRnE

Quarante ours bruns ont été décomptés dans les Pyrénées en 2018, un nombre en baisse par rapport aux 46 de 2017 mais qui peut être sous-évalué, a annoncé lundi le ministère de la Transition écologique.

 "Les résultats provisoires établissent un effectif minimal détecté de 40 ours en 2018, intégrant les deux ourses réintroduites en Béarn en octobre", précise le communiqué.
"Ce chiffre, en baisse par rapport à l'année précédente, est cependant à nuancer.
En effet, 11 ours repérés en 2017 n'ont pas pu être détectés en 2018", ajoute-t-il. Le chiffre pourrait donc être corrigé ultérieurement, comme vient de l'être celui de 2017.
 
Une population d'ours en hausse de 10 % depuis 2006
Ainsi, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avait compté 43 ours en 2017 mais le nouveau décompte a permis de détecter trois animaux vivants mais non repérés l'année précédente, portant ainsi l'effectif minimal pour 2017 à 46. Soit une augmentation moyenne annuelle de 10,7% depuis 2006.
La quasi parité mâles/femelles
Sur les 40 ours détectés en 2018, les indices de présence collectés (crottes, poils...) ont permis d'identifier "20 femelles, 19 mâles et 1 individu de sexe indéterminé", dont "22 adultes potentiellement reproducteurs" et deux portées de deux et trois oursons.
Mais "trois ours sont considérés comme disparus", dont Pyros, né en Slovénie en 1990 et introduit en Haute-Garonne en 1997, qui est "probablement mort de vieillesse", le dernier indice de sa présence datant d'avril 2017.
 
Les grands déplacements des ours des Pyrénées
L'aire de répartition de l'espèce a augmenté en un an de 1.400 km2, atteignant 7.400 km2 en 2018, une extension principalement liée aux "grands déplacements exploratoires" de Claverina et Sorita, les nouvelles femelles slovènes équipées de colliers émetteurs.

Le suivi de la population d'ours a d'autre part confirmé "des échanges entre les individus des Pyrénées occidentales et centrales, observées depuis 2016".
"Ces déplacements, qui restent le fait des mâles (Néré, Rodri, Cannellito), sont le signe d'une nouvelle connexion entre les 2 noyaux historiquement isolés des Pyrénées", explique le communiqué.
 
Crottes et empreintes : des indices de présence
La population d'ours des Pyrénées fait l'objet d'un suivi annuel grâce à la collecte d'"indices de présence": prédations, crottes, empreintes ou encore pièges photographiques et pièges à poils déployés sur le terrain.
La méthode de comptage de tous les individus, "particulièrement adaptée aux petites populations, sera sans doute amenée à évoluer dans les prochaines années en lien avec l'augmentation du nombre d'ours", note le ministère, alors que la présence du plantigrade est dénoncée par les éleveurs.


                                                                                                            **************************

Dans un courrier commun, daté du 31 mars 2019, les élus locaux et les acteurs du monde agricole et du pastoralisme rejettent la concertation proposée par l'Etat et répètent que la cohabitation avec l'ours est - et sera toujours - impossible.

Par Marie Martin
Publié le 02/04/2019

Il y a du monde - et des noms - à signer cette lettre adressée à la Préfète de l'Ariège, ce dimanche 31 mars 2019.
Le président de la chambre d'agriculture de l'Ariège, le président de la fédération pastorale de l'Ariège, le sénateur Alain Duran, le président du conseil départemental de l'Ariège, et bien d'autres...

Ils sont invités à participer à une réunion départementale portant sur la mission "ours" et visant à recueillir l'avis de tous ces acteurs sur le projet de feuille de route "ours et pastoralisme". Mais pour eux, il s'agit simplement de leur "faire accepter une cohabitation qui signe la mort du pastoralisme et de l'élevage dans nos montagnes".

Ils n'ont jamais voulu de l'ours et n'en voudront jamais : la position est on ne peut plus simple. Les signataires de cette lettre estiment que l'amélioration des mesures en estives est conditionnée au fait que les éleveurs acceptent de nouvelles contraintes. Des injonctions insupportables, pour eux.

"Cette concertation-là, nous n'en voulons pas". Les signataires demandent un changement de cap radical : pour eux, l'Etat doit cesser les introductions d'ours. Il doit également mettre en place un véritable plan de gestion des plantigrades pour faire diminuer la prédation dans les Pyrénées. Enfin, ils estiment que les aides et les indemnisations doivent être allouées sans condition.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Avril 2019 à 09:26:44
SVTT!

Ce matin, je me suis demandé ce que les arbres représentaient pour nous les endeuillé(e)s. Ce qu'ils nous amenaient.
Cette réponse m'est venue : ils nous aident à exister car comme eux, nous avons la tête à l'envers. La tête d'un arbre, ce sont ses racines, ses organes reproducteurs sont à l'air libre, tournés vers le ciel.
Ils sont structurés dans un vivant inverse au nôtre : les racines sont leur tête et ils poussent sans pouvoir se mouvoir ou presque (j'ai vu une vidéo accélérée d'une plante apte à se déplacer sur le sol pour "suivre" la source de lumière occultée par la densité de la canopée).
Quant la question est posée à un groupe sur le sujet des familles, de la lignée, des origines, les réponses sont assez unanimes. Notre histoire est majoritairement pensée dans le sens racine du bas et arbre généalogique du haut, arborescence comme continuum. Rares sont les représentations pensant nos histoires dans l'autre sens...de la canopée vers les racines, le passé est en terre, la plupart du temps.
Le décès d'un enfant inverse le cours du temps. Ce qui devait faire canopée puis continuum est devenu racine, nous forçant la tête vers le lieu racine, "Dame Terre".
Il n'est pas étonnant que les arbres propose langage qui nous aide à maintenir pensable la vie  "inversée" que nous a infligé la mort d'un enfant : ils sont exemples de ce que notre psyché doit appréhender du vivant tranché que nous portons en négatif de notre structure initiale. Peut être que ces réflexions matinales nourriront les vôtres?

Nous sommes des êtres spirituels vivant aventure humaine. L'aventure végétale suggère  des perceptions inversées de nos discontinuités. :-*


Bizs-itao.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Avril 2019 à 14:26:40
Au sujet des ours ;) :
Dans les Balkans, ours et humains réapprennent à vivre ensemble
25 mars 2019 / Louis Seiller (Reporterre)



Dans les Balkans, ours et humains réapprennent à vivre ensemble

Jusqu’à récemment dans les Balkans, les ours bruns étaient arrachés à la forêt pour divertir et enrichir les humains. Aujourd’hui, des lois interdisent la possession de ces animaux, les captifs sont recueillis par des centres spécialisés, la pédagogie progresse. Et la Slovénie est un modèle en Europe de coexistence entre ours et humains.
Bizs, Fédo! On lâche rien! :D
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Avril 2019 à 11:14:00
Qui a inventé l'alphabet, quand et pourquoi ? Une vidéo fascinante.

Cette invention a bouleversé l'histoire de l'humanité et, pourtant, on n'y fait plus guère attention... Pierre Bergounioux en rappelle l'importance.
Par
Axel Leclercq -
Publié le 2 avril 2019 à 12:07 - Mis à jour le 2 avril 2019 à 17:1

On les utilise tous les jours sans même se souvenir ni de leur origine, ni de leur sens. Pourtant, les lettres qui composent notre alphabet ont une histoire, et cette histoire est absolument passionnante. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à couter l’écrivain Pierre Bergounioux qui vient d’écrire un livre sur le sujet. C’est fascinant.

Les premières lettres désignant des sons et non plus des choses pourraient avoir été inventées conjointement par des esclaves juifs et égyptiens dans le Sinaï, il y a 3 500 ans. Une révolution que Pierre Bergounioux considère comme « l’acte le plus éblouissant de toute l’histoire de l’espèce. » Explications dans cette vidéo signée France Culture :

    « Il s’est trouvé des hommes, il serait beau que ce soit comme on l’a supposé des esclaves égyptiens et juifs qui travaillaient conjointement dans le Sinaï qui ont l’audace de fermer les yeux sur les choses pour écouter le souffle de l’esprit et notre non plus des choses mais des sons. C’est sans doute l’acte le plus éblouissant de toute l’histoire de l’espèce que le fait de noter avec deux douzaines de caractères les variations innombrables infinies, inépuisables de la parole. »

L’alphabet ? Une invention extraordinaire dont on a oublié l’ampleur tant elle a envahi nos vies.



Bonjour,

Voici qui nous rappelle du sens. Le mot en lui-même, que je pense reconstruction ou métamorphose n'a d'importance que si c'est associé à la représentation d'un ressenti. Cela  guide sans reprendre la formule un peu éculée des maux aux mots. Je ne peux pas m'accorder "reconstruction" alors que "métamorphose" est plus proche de ce que je ressens. J'ai peu de temps ce matin pour développer ce sujet, mais il me semble porteur.

Bizs-itao.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Avril 2019 à 09:32:42
Millénaires, légendaires ou majestueux, ces arbres sont des monuments. Pourtant, on leur accorde trop peu d’importance, on oublie qu’ils font partie de notre patrimoine au même titre que nos châteaux et nos cathédrales. Alors, pour leur rendre à la fois hommage et justice, un superbe documentaire leur a été consacré, offrant des images somptueuses…

Arbres remarquables – Un patrimoine à partager est un magnifique tour de France des arbres les plus beaux, les plus vieux et les plus surprenants. Objectif de ce film : emmener le public à la découverte d’un patrimoine méconnu et inviter les autorités à prendre les mesures qui permettront, enfin, de le protéger. Le résultat ? Magnifique.


Bonjour,

Les arbres se métamorphosent au printemps : j' imagine cette sensation  après une période de stase hivernale.
C'est ce que je décrirais du processus de métamorphose :  un équilibre du vital, du "sur-vital" qui s'exprime obligatoire, incontournable, logique presque.

Kübler-Ross :
Colère. La colère est une émotion qui surgit pour faire face à un obstacle. Il est normal qu’après une nouvelle très négative, le corps cherche à le solutionner à travers la colère. Celle-ci peut avoir différentes victimes ou différents objectifs: la personne elle-même, les médecins ou même une « figure divine ».



La métamorphose la plus difficile pour un endeuillé(e) est de transformer ses épines de colère en feuilles, en fleurs et d'arriver à traduire sa douleur en sève non toxique, tant pour lui-même que pour autrui. Je suis d'accord avec Mme Kübler-Ross, Métamorphoser sa colère dans un cadre soignant en frappant de toutes ses forces un matelas avec un tuyau en caoutchouc peut poser un nouvel écrit de la colère, oui, c'est bien vu, je trouve.

citation Fed/Catherine
Ah oui ce n'est vraiment pas facile d'écrire .....

Les mots de la souffrance peuvent piquer, claquer, faire mal, saigner ....  j'aurais préféré qu'ils ne soient que caresse .....

"Les mots servent à toucher les âmes quand les mains ne peuvent toucher les corps et j'en connais qui sont de véritables caresses "
Qu'elle est belle cette phrase !


Je suis d'accord et parfois nous avons aussi besoin de taper de nos poings! Bing bing et pan dans la tronche de l'ire! Et revient l'envie de lire! Yes!

Bizs-itaos.

Pascal.



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Avril 2019 à 08:30:38
AGIR, c’est facile, gratuit,
et c’est bon pour le moral

D’août à novembre, quand les mauvaises herbes sont en graines, n’hésitez pas à les récolter pour les ressemer ailleurs… D’abord, vous les aiderez à revenir là où elles ont été bannies, ensuite, à résister tout en résistant à l’oppresseur:)


Salut les mauvaises graines!

Merci Catherine! Ouais, t'as drôlement raison, ça fait du bien de lire Fédo quand il rigole "entre potes logues"! :D
ça me fait du bien, je me trouve trop sérieux ces temps-ci et j'prends le soleil que ça amène! Dernier rang/mauvaises graines et vive le yaourt, c'est meilleur que la soupe à la grimace.
Je me régale toujours autant de la physique quantique et je m'en remets une couche régulièrement, un peu comme la tour Eiffel, quand t'arrive en haut tu recommences en bas avec ton petit pinceau. alors ce WE, je fais comme Fedo, je me fous de tout! Cheyenne est d'accord, vraiment elle comprend pas ces humains qui se prennent le chou, alors que c'est si simple  de bien se marrer: suffit de faire des trous dans le jardin, c'est joli, ça mange pas de pain, et ito n'a plus qu'à y planter ses mauvaises graines! ;D

Le gène propose et l'épigénèse dispose! :D


https://youtu.be/x83EsIt3d58 une maison en mauvaises graines! :-*

Bizs-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Avril 2019 à 16:46:53
LE CHEMIN DE DEUIL

"Vous ne passerez pas "au dessus" de la perte de quelqu'un que vous aimez. Vous apprendrez à vivre avec. Vous guérir et  vous serez entier à nouveau, mais vous ne serez jamais plus le même.
Vous ne serez jamais plus le même, mais vous ne le souhaiterez pas non plus !

Archiexact!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Avril 2019 à 08:34:32
À la rencontre de l’arbre le plus vieux de France : un olivier de 2000 ans
Ils sont anciens, parfois millénaires, ils se maintiennent, même dans des conditions particulièrement difficile et a priori peu propices à leur développement. Ils sont les témoins silencieux du temps passé. Le documentaire Les Arbres remarquables, un patrimoine à protéger, de Georges Ferterman (Président de l’association A.R.B.R.E.S), Jean Pierre Duval et Caroline Breton nous fait traverser la France, à la recherche de ses plus beaux arbres, qui vivent malgré « les outrages du temps ». Certains ont développé des stratégies pour se maintenir dans des milieux difficiles, d’autres ont survécu à la foudre ou se distinguent par leur taille et leur caractère majestueux. Ils poussent en forêt, embrassent un rocher ou s’intègrent même à un bâtiment.

Bonjour,
Ceci est fascinant: 2000 ans. Le développé de la théorie du dédoublement de Jean Pierre Garnier Malet passe par une approche du temps en résonance avec les exposés de Philippe Bobola. Le déroulé en est complexe et heurte bien des dimensions et croyances tout aussi enracinées dans notre sol psychique que ce vieil olivier de 2000 ans. En gros : ça psychoque! ;D Notre bonne vieille pensée matérialiste en prend un coup quoique mon ressenti passe toujours par la bonne vieille logique thèse, antithèse et synthèse qui essaie de raccrocher ses wagons comme ça peut. Sans dérailler, bien entendu! Des fois, j'ai un peu de mal à suivre, j'avoue.

Paul Valéry : "maitre cerveau sur son homme perché tenait dans ses pieds son mystère".

ça vaut son pesant d'or et propose une stratégie toute aussi  intéressante que celle de notre ami l'olivier : pour survivre et se maintenir en milieu difficile, c'est pas forcément gagné en ayant recours à sa seule cervelle sans pour autant la jeter à la poubelle. Suffit de lui proposer d'aller regarder ailleurs et  de délocaliser la pensée plutôt que les entreprises. Bon, d'accord, je sais qu'au dernier rang, on a tendance à agacer. "On" regarde pas assez le prof! Désolé, mais c'est vrai, la plupart du temps il m'emmerde!

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Avril 2019 à 08:44:31


Paul Valéry : "maitre cerveau sur son homme perché tenait dans ses pieds son mystère".


Pieds nus sur la terre sacrée. https://youtu.be/554XmLUXydU



Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 09 Avril 2019 à 22:27:37
C'est simple. Je veux aborder le thème de la non-souffrance.  Fonction de mon propre ressenti, ce sujet est tout aussi délicat à aborder qu'à supporter, même en le prenant avec des pincettes ça reste de la vraie nitro. (Cfre le salaire de la peur! ;D).
"La souffrance ne s'en va jamais vraiment". C'est ainsi que ça se dit.
Ma compagne me rappelle que l'an dernier, j'avais déjà parlé d'une souffrance qui n'était plus présente 24h sur 24. Aujourd'hui, tressaillement à l'idée que la souffrance puisse ne plus être là. ça angoisse!  Comme perte du lien, trahison et culpabilité associées à une adaptation par l'assignation à la réalité du deuil qui, je cite Deuil et mélancolie, "est exécutée en détail, avec une grande dépense de temps et d'énergie d'investissement, et pendant cela l'existence de l'objet perdu est continuée psychiquement".
De ceci, je dirais que la non-souffrance ouvre un nouveau vide. Si je suis cohérent avec ce que je ressens, le désenfantement ouvre un trou qui tient communication et nous amène un compromis entre la mort et la vie. Déjà, cette étape demande à elle seule un long, douloureux et harassant travail de notre psyché.
A quel point l'apaisement que procure cet état devient-il suffisant pour qu'un nouveau vide puisse émerger dans ce que je tends à qualifier de non-espace? A quel moment la rambarde de notre escalier(de chagrin)  devient-elle  suffisamment solide pour autoriser une  nouvelle possibilité de penser ce vide sans s'y accrocher?
Est-il simplement possible d'envisager que le "faire-avec" ,qui parfois nous étrangle, autorise " un achèvement du travail de deuil et un moi redevenu libre et non-inhibé"?
Sans passer par une interrogation  de la charge qu'implique une non-souffrance, cela me semble impossible. Nous sommes à nouveau condamné(e)s à élaborer cette "non-souffrance" et la forme qu'elle peut prendre. Ce qui revient à dire que la souffrance reste mais n'est plus notre seul point d'étayage, voire d'ancrage. Très objectivement je n'en sais rien.

Pascal-ito. :-*

Ca me rappelle cette soirée de décembre où l'on fêtait le solstice d'hiver autour d'un feu.
A un moment, un fagot y est jeté, brûlé pour représenter "la destruction" de ce qui a été dur à vivre pendant cette année 2018. Chacun-e  jetant symboliquement.
Je voulais jeter toute ma souffrance par rapport à la mort de Mircea. Et bien, à mon étonnement,  je n'ai pas pu...
Il fallait que j'en garde une partie.
Faute de mieux, faute de ne pouvoir actuellement créer un autre lien apaisé, intérieur (?) avec Mircea, j'ai encore besoin de garder ce lien de souffrance avec lui .....

J'ai échangé sur ce fait avec "ma" psy.
En séance EMDR, on évalue la "perturbation" de 0 à 10 : le but étant d'arriver à 0.
Elle explique qu'avec certaines personnes le 0 n'est pas possible : ça s'arrête à 1 ;
à partir du moment où ça n'envahit pas toute leur vie, pour elle, il est amplement acceptable, respectable de garder ce "1"  qu'elle appelle le "1" "écologique" (tout le temps, même très long, même pour toujours, que la personne estime en avoir besoin)
(je n'en suis pas encore là ....) 
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Avril 2019 à 08:30:04
Pendant 12 ans, Capitan, un Berger allemand, s’est rendu chaque soir sur la tombe de son maître, dans un cimetière de Villa Carlos Paz en Argentine, afin d’y passer la nuit. L’animal, devenu célébrité locale par son incroyable fidélité, vient de rejoindre son maître de l’autre côté de l’arc-en-ciel.

Comment ne pas être touché par cette histoire de loyauté entre un chien et son maître décédé ? Chaque jour, depuis près de 12 ans, Capitan se rendait sur la tombe de son propriétaire. Un lien d’amour que même la mort n’est pas parvenue à briser
.

Bonjour à VTT.
Je suis à nouveau d'accord avec toi Catherine. Capitan nous le montre : lâcher prise et reliance sont comme souffrance et résilience, pas possible de jeter le fagot entier au feu . C'est une belle image que tu nous amène, je trouve. ça me rappelle que nous sommes des êtres de dépendance, Et la dépendance, c'est comme le feu, trouver la bonne distance évite de se cramer ou d'avoir froid. Et c'est pas facile à "doser" ni de trouver la bonne distance et le nouvel équiibre.
De Philippe Bobola, j'ai ramassé un truc qui m'a bien plu : un égoïsme altruiste. Je transcris ça comme ça, pour nous, les Endeuillé(e)s :
égoïsme : le droit de chaque personne de maintenir le lien avec ses défunt(e)s sous la forme qui lui convient et de façon supportable pour elle-même.
altruisme: le droit de chaque personne de maintenir le lien avec ses défunt(e)s sous la forme qui lui convient et de façon supportable pour autrui.

Perso, la  reliance me convient comme terme. Le lien à ma fille s'est métamorphosé en lien à l'univers, petit à petit, à son rythme, et pas question de lâcher prise pour moi. C'est exclus.
La souffrance reste à sa place sans prendre le pouvoir en permanence et rien de méprisant quand je lui signifie mes droits. Pas question d'être arrogant en tout cas. Idem, c'est exclus.
La résilience, je ne sais pas ce que c'est, ni la reconstruction d'ailleurs. Je préfère le terme de métamorphose qui convient bien mieux à ce que je ressens : me couper de l'univers, c'est me couper de ma fille.
Ma fille humaine n'est plus, mais sa conscience est, tout comme son corps est matière de fumée et de cendres.  Elle est "ma fille conscience" comme les étoiles sont des "consciences lumière" et les particules de son corps sont des particules capables de choix, même si je ne peux que le concevoir qu'abstraitement. Ce que je serai un jour aussi.
Je ne lâcherai jamais ça, pas plus que Capitan sur son propre bateau, et vive les chiens et les bouées!

Plein de bisous et d'arcs en ciel à vous!
Plein de bisous et d'arcs en ciel à vous!
Plein de bisous et d'arcs en ciel à vous!
Plein de bisous et d'arcs en ciel à vous!

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Avril 2019 à 08:23:10
Néanmoins les choses semblent peu à peu bouger. Le ministre des Affaires Sociales, Takumi Nemoto, a ainsi déclaré que « l’hikikomori adulte est un nouveau problème social » auquel « il faut remédier de manière appropriée en effectuant des études et des analyses ». Ce peut être aussi l’occasion de réfléchir sur le modèle de société qui fabrique en masse ces exclus volontaires. Car si nous sommes nombreux à rêver du Japon depuis l’occident, vivre depuis sa naissance soumis aux codes de la société japonaise n’est pas une mince affaire !

Hello!

Bah oui, des fois nous sommes aussi des Hikikomoris, le sabre à la main, prêt(e)s à trancher tout ce qui approche. ça fait du bien de regarder les 7 Samouraïs, version originale Kurosawa en noir et blanc comme notre vie de maintenant quand nous prend le besoin impérieux de nous planquer dans notre for intérieur. Respect, pas besoin d'aller attendre la venue des Barbares en fortifiant les murs, à la taille d'une particule élémentaire c'est un boulevard et nos enfants "conscience" savent parfaitement se transformer en rayon de soleil quand y a besoin.

Citation:
Comment la relation qui nous relie toujours à ceux qui nous ont quittés se transforme-t-elle ?
Anne Dodemant, dont le fils Luc s’est suicidé en septembre 2009, raconte dans son ouvrage Même la nuit quand je dors (Albin Michel, 2013), comment leur relation mère-fils s'est muée doucement en présence et dialogue intérieurs.


Extrait :
« Nous venons de passer les troisièmes fêtes de Pâques sans Luc et la question pour moi reste entière : où est-il ? Je ne sais pas. Pourtant je me sens reliée à lui, de plus en plus. Et c’est étrange. C’est un lien invisible par la trace qu’il laisse. J’expérimente la phrase de l’apôtre Paul : "L’amour ne passera pas." Le lien d’amour qui m’unit à Luc, mon fils, est vivant. Et comme tout lien il évolue. Ce lien est indestructible. Je me sens reliée à lui, non pas à lui mort, mais à lui vivant. Vivant d’une vie que je ne peux toucher, mais que je ressens. Lorsque je sens en moi une joie profonde et intense, sans raison, qui me déborde, je la reçois comme un cadeau, une sensation oubliée et pourtant nouvelle. Cette joie vient de bien au-delà de moi. Je ne la maîtrise pas, je l’accueille, m’en émerveille et c’est cette trace-là qui vient me dire : « Je suis vivant, je ne te quitte pas, vis, maman, vis. »


Dans l'univers, il y a  dans les 1 milliards de photons pour une particule de matière. Rien que ça, ça m'éclaire de le savoir vu que nous sommes un tas de particules qui croit penser par elle-même et se prend (parfois) pour le nombril du monde. Un lien d'amour, ça vit, et si on pense quantique, la pensée  se transforme en fait, nous sommes nous-mêmes imprégné(e)s de ce lien d'amour dans l'essence même de nos particules : parce que nous aimons nos enfants, parce qu'ils nous aiment, parfois Hikikomoris nous sommes, pas besoin de chercher midi à 14h, c't blague! Réponse honorable au problème soulevé par Mr Takumi Nemoto, sans prétendre avoir la clef du savoir, vu que nous les endeuillé(e)s nous ne sommes qu'un sous-ensemble de l'ensemble lui-même sous-ensemble d'un ensemble plus grand que lui ?

Vivre depuis la naissance soumis aux codes de la société française, c'est pas une mince affaire non plus! ;D


Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 11 Avril 2019 à 11:21:16

Hola Pascual,

Tu le sais déjà mais il est bon de le rappeler : j'aime te lire même si je ne comprends pas toujours tout ! hihihi... mais  je ne vais quand même pas aller jusqu'à me faire Hara-kiri (Le hara-kiri ou harakiri (腹切り), ou seppuku (切腹, littéralement « coupure au ventre »), est une forme rituelle de suicide masculin par éventration, apparue au Japon vers le XII e siècle dans la classe des samouraïs. Ce rituel est officiellement abandonné par les Japonais en 1868). - OUF ! ça me rassure !

"vu que nous les endeuillé(e)s nous ne sommes qu'un sous-ensemble de l'ensemble lui-même sous-ensemble d'un ensemble plus grand que lui ?
Vivre depuis la naissance soumis aux codes de la société française, c'est pas une mince affaire non plus! ;D
Bizs-itaos.
Pascal."

Alors là Pascal-ito t'es fort ... je suis sûr que t'arriverais même à embrouiller Macron himself !... pourvu qu'il lâche bientôt quelques biftons au Peuple de France !
J'espère qu'il (Macron) finira ses jours comme un pauvre hikikomori japonais abandonné par les médias, les banquiers et tout le grand patronat !... juste retour de bâton et de manivelle !

"... nos enfants "conscience" savent parfaitement se transformer en rayon de soleil quand y a besoin. " j'adore... merci Pascal !

Amicalement-ito...... solidairement-ito

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Avril 2019 à 18:56:19
 :D :D :D :D Rien de sorcier la-dedans : c'est comme les poupées russes, y en a toujours une plus grande que la précédente. Trop cool que je puisse embrouiller Macron! J'y crois pas! Non, pas possible!!! Sérieux, je tiens même pas 2 mns chrono. Je me tire avant! Pour les poupées russes, évidemment la question est ouverte pour savoir quand ça s'arrête????? ??? Je sèche!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 11 Avril 2019 à 22:09:19

Salut camarade-ito !

Je suis sûr que tu es ou pourrais être un excellent maître d'école, professeur, enseignant ... parce que toi au moins tu sais expliquer les choses à toutes celles et à tous ceux qui sont au dernier rang ... à toutes et tous les cancres ! les plus rigolos et les plus intéressants !
Je ne comprenais rien avec ta phrase "vu que nous les endeuillé(e)s nous ne sommes qu'un sous-ensemble de l'ensemble lui-même sous-ensemble d'un ensemble plus grand que lui ?"... là avec tes poupées russes j'ai compris... il y a une très petite puis une petite puis une moyenne puis une grande et enfin une très grande dimension qui s'emboîtent les unes dans les autres ! j'ai enfin pigé ! finalement je suis pas si con quand on prends le temps de bien m'expliquer !
MAIS...
là où tu m'embrouilles à nouveau c'est quand tu poses ta question avec pertinence : quand ça s'arrête ?
T'es chiant Pascal ... tu poses cette putain de question et non seulement tu sèches  ???  mais tu te barres  :-X !
Et tu me laisses avec cette question existentielle  :-\ à laquelle je dois essayer de répondre avec pertinence  :-[ !

Je crois que ça commence à la conception de l'Enfant dans le ventre de la maman puis la naissance puis la période bébé puis l'enfance puis l'adolescence puis  les périodes jeunes et vieux adultes puis enfin la vieillesse et la mort !!! Basta !
et moi je crois que ça s'arrête avec la mort et..... qu'il n'y a plus rien après ! pas d'au-delà après un ici-bas ! pas d'ange ni d'ange-gardien  ! rien, plus rien du tout !  c'est fini et les carottes sont définitivement cuites ! seul n'existe que le RIEN !

Je te l'accorde ... c'est infiniment triste  :(  de ne pas avoir ni foi ni croyances ! je ne suis qu'un terrien !

Bon Pascal-ito j'espère que je ne t'embrouillerai pas trop avec ma réponse sinon va voir Macron ... t'inquiètes lui c'est sûr il va bien t'entourlouper car il s'y connait en carabistouilles ! hihihi   :D :D :D

 :-* :-* :-* itaos

Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Avril 2019 à 08:45:30
Hello Fedo!
Et bien merci mon ami, je suis vraiment content de te proposer une suite de réflexion à la con :
la somme des parties n'est pas égale au tout! Donc si j'additionne la totalité de mes poupées russes, je n'aurai toujours pas la solution du grand tout qui nous dépasse.  ???
Seul n'existe que le rien : alors quand on nous dit que, vous, au dernier rang, vous n'avez rien dans le cerveau, c'est une pure réalité vu que nous sommes composés de 9,9999999 de vide. Aïe, ça se complique. le Rien c'est pas rien. Bigre, je suis dans la panade, la mélasse, la birgougnasse. et en plus si j'ajoute les états superposés de la physique des particules, me v'là encore plus dans la panade. :o
Mais heureusement il y a mon pote Fédo: il me donne la soluthe! L'information. Cher Ami, j'ai le grand honneur de t'informer que les poupées russes ne servent qu'à nous montrer que du plus petit au plus grand et à ce qui  le dépasse il y a reliance, que c'est un des postulats systémiques que t'as attrapé. Atchoum et bienvenue au club :D! Franchement je n'en sais pas plus que toi, que des questions en suspens.
Et comme Bébé dans ventre de Maman, un joli petit cordon ombilical nous raccorde à Grand Univers, et que le boulot de notre cervelle toute pleine de vide c'est d'ouvrir la porte à ce qui vient de ce qui nous dépasse. Et là, je suis total raccord avec toi, libre à chacun(e) d'y foutre ce qu'il veut sauf à blesser autrui avec des conneries. Et j'en profite pour remercier la vigilance de Quigan et son admirable capacité et sagacité pour trouver des formules respectueuses du créatif de nos personnalités endeuillé(e)s!

Je maintiens que nos enfants "conscience" vibrent à des fréquences si fines que seuls les rayons du soleil peuvent les conduire à nous et réciproquement ! :-*


Bizs-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Avril 2019 à 14:20:55
Génial Asaf Avidan. Du pur bonheur!
https://youtu.be/ZrVOcehCyCw
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 12 Avril 2019 à 17:40:06
"Quand je vois que je ne suis rien,
C'est la sagesse.

Quand je vois que je suis tout,
C'est l'amour.

Et entre les deux, ma vie s'écoule".


Nisargadatt Maharaj (indien mais pas d’Amérique  ;) )



Bonjour Pascal,

en lisant cette phrase de Nisargadatt Maharaj : ça m'a fait penser à ton évocation de la reliance ...

Depuis ton arrivée sur le forum, tes croyances évoluent ou c’est une façon différente et plus précise de les exprimer ?

Au début tu parlais d’énergie : cette énergie qui, elle, ne meurt pas mais évolue (mais sans « conscience »?)

Quand tu parles « conscience » pour Javotte : c’est une conscience « universelle » (?), collective » (?) ou c’est la conscience unique qu’elle a toujours été et qui ne meurt jamais ? Ou les deux en même temps (parce que c’est la même chose ?)
Ca fait beaucoup de questions ! C’est juste pour essayer de mieux comprendre.....

J’aime bien la définition de « l’égoïsme altruiste ».

Arriver à tenir la souffrance à distance, c'est tout un apprentissage ....

Des bisous à vous toutes et tous les itaos

Catherine

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Avril 2019 à 19:43:13
Hello Catherine. ça me fait vraiment plaisir que tu me poses ces questions, je vais essayer d'être synthétique :P.

Oui ceci a évolué au fil du temps depuis mon arrivée sur le forum et j'ai voulu faire part de ce fil d'évolution assez comparable à un  fil d'Ariane. Une marche de notre escalier après l'autre avec ses étapes, ses doutes, ses élaborations, ses expérimentations, ses rebonds.
Je ne crois pas à la survie de l'égo. C'est un point de désaccord qui a marqué plusieurs de mes débats avec des personnes de confession Chrétienne avant le décès de Javotte. ça me paraît, je "vous" prie d'excuser le terme, assez naïf. Mais, pour le stade où j'en suis de ma spiritualité, cela n'exclut absolument pas le lien entre la conscience qui "habite" notre vivant et ce qu'elle poursuit d'être après la mort de notre état humain. La conscience de Javotte n'est plus Javotte mais a été Javotte. Cette conscience est-elle elle-même consciente qu'elle fût Javotte? Je préfère penser que oui même si je n'en ai aucune autre certitude que les messages que ça transmet à ce titre, mais je doute que ce soit aussi sommaire et simple.
Les messages. j'en reviens à l'information : si on se coupe de l'univers, prisonnier(e) d'une seule poupée russe sans considérer la reliance universelle qu'elle représente, comment la conscience et son intelligence universelle peut-elle nous adresser une guidance? Il me semble de notre libre arbitre de décider d'ouvrir cette porte ou non. Cette porte, je l'appelle spiritualité.
J'ai podcasté hier une conférence de Julien Bobroff. Son approche de la physique quantique rejette très probablement des aspects de celle de Philippe Bobola. Mais je ne les trouve pas antagonistes mais plutôt complémentaires. En quoi le produit indéniablement utile de l'IRM, résultat des recherches en physique quantique serait-il contradictoire avec une réflexion métaphysique sur notre lien à l'invisible? Il me semble que l'avancée technologique sans précédent de nos dernières décennies laisse le reste de nos questions humaines de sens en berne. Et là, nous les endeuillé(e)s, le don de la désespérance nous amène là où ça fait mal : la non-maîtrise.
Mais ce que l'on peut tout de même maîtriser c'est le choix de fermer ou d'ouvrir notre porte à ce que peut nous donner l'intelligence universelle : la foi en elle qui n'aurait aucun sens sans le doute.
Après, je ne suis ni Médium, ni Shaman mais dépositaire comme tout un chacun d'une conscience corrélée à une conscience supérieure que j'ai visualisée mentalement au lieu source de mon cercle d'arbre directement lié à la mort de Javotte. C'est ce que j'ai appelé l'éveil. Et cela ne m'a pas semblé être la conscience de Javotte, mais bien la mienne dans un autre espace. Je crois avoir à peu près fait le tour de l'affaire en cours au risque de m'enliser dans des suppositions encore trop fragiles!
T'en penses quoi?

Plein de bisous-itos!

Pascal.
Ps : je trouve que cet égoïsme altruiste aurait bonne place dans une convention universelle des droits et devoirs des endeuillé(e)s, rapport aux "assises" d'aujourd'hui! ;)
 
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Avril 2019 à 08:48:44
« MiniBigForest » où comment faire pousser 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking ! Même si l’idée peut paraître surprenante, c’est possible. La méthode, qui consiste à créer une micro-forêt native, a été mise au point par un botaniste japonais, Akira Miyawaki : 10 fois plus rapide, 30 fois plus dense, 100 fois plus de biodiversité qu’une forêt traditionnelle. Un couple de Nantais, Stéphanie Saliou et Jim Bouchet, y décelant une solution à la crise écologique, a entamé cette révolution arboricole discrète dans l’agglomération nantaise.

Hello à VTT!

il y a certainement dans les consciences qque chose d'assez équivalent à ce dont j'ai révé cette nuit : au cours d'une réunion motivée par un groupe d'enfants difficiles d'accès et de contact, j'étais l'éducateur prim's concerné avec d'autres personnes  responsables présentes toutes aussi concernées que je l'étais (dont d'ailleurs une personne de connaissance dont un enfant est décédé voici de très nombreuses années). Le thème de réunion est assez facilement identifiable et certes en résonance avec nos échanges solidaires, affectueux et difficiles d'accès, parfois, comme nous-mêmes! Et il y avait aussi mon Toutou, Vivo, présent dans la pièce, avec nous mais mélange de Cheyenne et de Vivo avec néanmoins cette personnalité de Vivo. Et que ne fus-je pas fier de lui quand il ouvrit la porte pour aller chercher de l'eau dont il avait besoin! Quelle fierté de le voir se dresser sur ses pattes arrières, saisir la poignée, l'abaisser et tirer la porte en la laissant ensuite ouverte pour nous! Il l'avait appris par lui-même. Géant!  Eh bah, nous y sommes, une porte est ouverte en lien avec nos 2 compères canins, l'un décédé et l'autre, bien vivante et juste là, à mes pieds!!! Eux, contrairement à nous ne se posent pas toutes ces questions, ils le font naturellement! Ah, ces humains, qu'ils sont d'un compliqué!  ;D

Le sommeil paradoxal permet bien des échanges avec l'être profond qui est en nous et des fois Cela nous invite à prendre nos rêves pour des réalités.. :-*

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Avril 2019 à 09:15:32
Ps: ça vaut le coup de préciser un truc pour faire lien à cette question de conscience abordée dans nos partages:

Citation Catherine :Quand tu parles « conscience » pour Javotte : c’est une conscience « universelle » (?), collective » (?) ou c’est la conscience unique qu’elle a toujours été et qui ne meurt jamais ? Ou les deux en même temps (parce que c’est la même chose ?)
Ca fait beaucoup de questions ! C’est juste pour essayer de mieux comprendre.....

Ce Toutou, bien personnalisé comme Vivo, avec en filigrane l'identité de Cheyenne, était aussi représenté sous une autre forme que celle d'un mélange combinant l'aspect de mes 2 compères. Il avait aussi les traits d'un autre chien assez composite des chien(ne)s croisé(e)s à la SPA, sans pour autant que je puisse affirmer qu'ils soient multiples. Composite me semble le bon terme.

Une conscience composite.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 13 Avril 2019 à 15:14:23
T'en penses quoi?
Je ne sais pas trop si c’est par rapport à ce que tu écris ou si c’est ma pensée perso alors je réponds un peu aux deux :

La physique quantique : beaucoup trop complexe pour moi (il me faudrait une explication pour enfants).
Tes partages sur la conscience : c’est super !   :D Ca me parle pas mal (j’ai enfin pu dissocier « égo » et conscience). Une conscience composite, qui s’enrichit …. : j’aime bien  :)

Et là, nous les endeuillé(e)s, le don de la désespérance nous amène là où ça fait mal : la non-maîtrise.
Mais ce que l'on peut tout de même maîtriser c'est le choix de fermer ou d'ouvrir notre porte à ce que peut nous donner l'intelligence universelle : la foi en elle qui n'aurait aucun sens sans le doute.
 
: ha oui ça je le crois aussi !

Perso, je n’ai pas beaucoup avancé depuis nos échanges fin janvier. Pour la conscience : avec tes écrits : c’est plus clair : encore merci : ça m’aide !
La reliance avec toute cette nature dont on fait partie, avec l’univers : oui, ça l’était déjà avant et ça évolue, c’est plus présent.

Je sais, maintenant, que ce ne sont pas uniquement mes croyances qui me permettront d’avoir un lien plus serein avec Mircea (elles ne sont pas faites que pour cela et c’est certainement la mort de Mircea qui permettra d’évoluer sur le côté plus « spirituel » qu’il me manque)
Pour que ça puisse s’équilibrer, évoluer, j’ai besoin, avant tout, de me désembourber de l’endroit où je suis dans mon deuil, de continuer à travailler sur tout ce que je bloque etc ...


Je pense que l’un et l’autre (le lien à Mircea et mes croyances ») pourront alors mutuellement se nourrir et finir par être un même chemin …. « ouvrir la porte » probablement.

J’ai aussi découvert, ailleurs, ce qu’étaient les cognitions et le fait d’ « être aligné » : ça m’a permis de comprendre pourquoi je n’adhère pas à certaines choses, d’autres qui me paraissent trop « perchées » etc …

Hé bien le fait de l’écrire, je m’aperçois qu’il y a un peu plus d’avancées que je ne le pensais.  :)

Oui les animaux ne se posent pas de question : ils font, ils ressentent, ils vivent …. comme le font aussi les petits enfants ….. (je devrais m’en inspirer….)

Contente que tu partages ton évolution, tes réflexions ! C’est riche je trouve.  :)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Avril 2019 à 08:53:17
La Terre vue du cœur, c’est le nom du documentaire qui sort ce vendredi 13 avril au Québec, avec pour figure de proue Hubert Reeves. L’auteur et astrophysicien tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme face à l’état actuel de notre planète et à la 6e extinction de masse. Mais il se veut tout sauf pessimiste. Pour lui, l’espoir subsiste. L’urgence réside désormais dans l’action.

Ami(e)s du jour, bonjour!

citation Catherine:
Je pense que l’un et l’autre (le lien à Mircea et mes croyances ») pourront alors mutuellement se nourrir et finir par être un même chemin …. « ouvrir la porte » probablement.


Le sens d'ouverture de cette porte ouverte par Vivo dans le non-espace de l'onirique était un sens du dehors au dedans. Toute ou partie de la symbolique de ce rêve d'avant hier s'oriente vers l'immense difficulté du lien entre notre douleur et nos défunte)s. Ce qui nous vient du dehors de nous et nous porta à l'effroi doit accepter de s'ouvrir à nouveau pour laisser chemin se faire. S'il existe dans notre Galaxie et ses voisines des Peuples qui sont passés par ces phases de notre évolution que nous devons inéluctablement traversées, au risque et au péril de disparaître de la sphère des espèces vivantes, Elles/Ils savent que seuls notre agir peut nous soutenir. Comme en thérapie, l'espèce humaine doit trouver son propre guérir...ou mourir.
Prendre conscience que l'égo n'est pas la conscience ouvre une jolie porte, à mon avis : celle d'un éveil de conscience qui concoure à la conscience de l'éveil. Hubert Reeves parle des "rêveurs" d'un devenir uniquement solutionné par la science et la technologie. Il compare notre situation à 1940. C'est pas rien!
Pour rappel, en terme d'information, la connaissance des camps d'extermination ne filtrait pas aux cerveaux car inconcevable.
Etre conscient(e) que nous sommes sous menace grave est une bonne nouvelle car au final, j'ai le sentiment de m'éveiller d'un cauchemar : le déni, l'inertie, l'illusion du matérialisme, la captation de la spiritualité par le religieux qu'il soit de science,de la grande finance ou de la rapacité  sont devenus difficilement supportables.
 
L'éveil d'une conscience de la limite ouvre l'envers du miroir et notre fonction d'endeuillé(e)s, si lourde à porter en est le tain. :) ;) :D  >:( :( :o 8) ??? ::) :P :-[ :-X :-\ :'( :-* :-* :-* :-* :-* :-*....



Tenir bon tu dois, m'a dit Yoda! ;D

Comme quoi les robots ne disent pas toujours des conneries : https://youtu.be/OtjTYrZ_KmY

Bizs-itaos!

Pascal.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Avril 2019 à 08:59:25
107 élus de toutes étiquettes pressent le gouvernement de s’opposer à l’ouverture à la concurrence des ouvrages hydroélectriques d’EDF exigée par Bruxelles. Ils demandent que les barrages soient considérés comme des services d’intérêt général.

Bonjour!

J'ai appris il y a peu, qu'un trou noir (merci Canaille de l'info!) à l'extrême de sa contraction devient un trou de ver :
Trou de ver
Description
Un trou de ver est, en physique, un objet hypothétique qui relierait deux feuillets distincts ou deux régions distinctes de l'espace-temps et se manifesterait, d'un côté, comme un trou noir et, de l'autre côté, comme un trou blanc. Un trou de ver formerait un raccourci à travers l'espace-temps

Mille milliards de mille sabords, viennent en moi les images de 2001 odyssée de l'espace qui animèrent  tant nos discussions de jeunesse. Le bouquin d'ailleurs finit sur une phrase du style : "son pouvoir était sans limite et il avait l'éternité devant lui". Cet être transformé par ce que j'imagine être  consécutif du passage de son vivant par un trou noir/trou de ver  avait acquis une nouvelle forme d'existence lui ayant permis de stopper de sa simple volonté une frappe nucléaire en cours sur terre. Pour rappel, nous en sommes passé à un cheveu le 23 sept 1983, merci Mr Stanislas Petrov de ne pas avoir appuyé sur le bouton, sinon, on ne serait plus là. L'intelligence universelle a gagné ce premier set de la troisième manche. Ouf. Comme j'ai rêvé cette nuit d'un terrain de tennis où ça "bricolait" sévère une raquette à moitié pétée, je ne suis pas certain que l'intelligence gagne sans efforts. Et l'effort, c'est en nous qu'il faut aller le chercher. Aide-toi et le ciel t'aidera signifie aussi, si tu fous rien, t'auras rien..
Hubert Reeves développe bien ce point de vue : ce qui propulsa notre évolution  à l'aube des temps, l'intelligence, est devenue barrage si on ne fait pas preuve de notre capacité à prendre un virage sérieux pour respecter la biodiversité et la fonction de gardiens éveillés de l'intelligence de notre planète. L'intelligence est un bien commun et n'est pas réservée aux joyeux bipèdes que nous sommes, craquant pour le dernier achat d'une merde fabriquée en Chine pour emplir notre caddie. Il y a quand même quelques trucs dans la façon de se comporter de notre espèce qu'il va falloir foutre à la porte, avec ou sans coup de pieds au derche.
Mais bon, je reste zen et garde foi en notre potentiel, ce magnifique extrait de poème de Rûmi m'y incline :

J'ai vécu au bord de la folie,
frappant à une porte
et cherchant le pourquoi des choses:
la porte s'est ouverte,
c'était moi qui frappait de l'intérieur.

Bizs-itaos tout plein et courage à nous tou(te)s!

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Avril 2019 à 09:11:48
Assurer un « minimum social garanti » à tous les habitants de la ville vivant sous le seuil de pauvreté ? C’est le pari de Damien Carême, maire de Grande-Synthe, dans la périphérie de Dunkerque (Nord), depuis 18 ans, et candidat EELV (Europe-Ecologie-Les-Verts) aux européennes. L’élu, fervent défenseur du revenu universel, souhaite « éradiquer la pauvreté en mettant l’écologie au service du social ».

Salut à vous!

Il y a des matins différents d'autres. Celui-ci en est un.
J'affiche officiellement 64 ans passés à respirer! Mes  petits poumons  sont tout fiérots de l'annoncer et j'ai déjà eu plein de cadeaux.
Un magnifique Ying/yang offert par ma fille en rêve. Une histoire de Pardon avec un moine que j'ai pas tout capté mais ça doit avoir un lien qque part! Une rose blanche de Coeur Canaille avec un magnifique hommage de JJ Goldman en lien avec nos questions en route. Un petit bout de Clapton de Philippe par convergence. Et l'espoir que l'écologie  va prendre si bien racine que ce maudit passage de l'industrialisation vorace, destructrice et maladive va finir recyclée aux poubelles de l'histoire d'une humanité enfin libérée de ses mouvements pendulaires entre ombre et lumière : c'est quand même en trouvant l'équilibre qu'on a fait nos premiers pas.
En prime : le nombre d'or! Quelle est la valeur exacte du nombre d'or ?
Donnons une valeur approchée : 1,618 033 988 749 894 848 204 586 834 365 638 117 720 309 179 805 762 862 135 448 622 705 260 462 189 024 497 072 072 041. Vous pouvez télécharger les 5000 premières décimales du nombre d'or en cliquant sur le lien suivant : 5000 décimales.

Mon cadeau d'anniversaire à vous et toutes mes pensées solidaires.

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: pscar13 le 16 Avril 2019 à 10:00:02
(https://www.gold-numbers.jmckinley.com/gold-numbers/cj_SP64_14k_gold_64_Charm_Pendant_gold-numbersjmckinl_.jpg)
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 16 Avril 2019 à 11:08:22
Je ne sais que t'offrir pour ton anniversaire Pascal .

Simplement:

Mes pensées les plus douces et lumineuses pour toi et Javotte
Mon amitié la plus sincère
Te dire encore que j'aime te lire ( même si moi non plus je ne comprends pas tout )

Et une chanson, mais pas n'importe laquelle.
 Celle que j'aime le plus, qui m'accompagne  depuis mon enfance, avec l'immense émotion des premières images sur notre premier poste de télévision.
Et me bouleverse encore .

La Quête, pour toi.

https://www.youtube.com/watch?v=U2kn0Q3UHOc

Très bel anniversaire Pascal.

Bien à toi

Nora

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: loma le 16 Avril 2019 à 11:22:53
Bonjour Pascal,
en tant qu'artiste, le nombre d'or était une obsession chez mon papa, il en a même fait un tableau, un anachronisme, où figurent des personnages de Watteau , Fragonard …  et en réponse au nombre d'or, l'un d'entre eux en possession d'un téléphone portable , appuie sur la touche # , le nombre d'or des nouvelles générations …
Plein d'humour, mon papa !

Un peu de musique pour ton "golden age" :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=Y6zAT15vaFk

Tendrement, pour toi, pour Javotte,
loma


The Golden Age ( L'age d'or )

Put your hands on the Wheel
Mets tes mains sur le volant

Let the golden age begin
Laisse l'age d'or débuter

Let the window down
Laisse la fenêtre baissée

Feel the moonlight on your skin
Sents le clair de lune sur ta peau

Let the desert wind
Laisse le vent du désert

Cool your aching head
Refroidir tes maux de têtes

Let the weight of the world
Laisse plutôt le poids du monde

Drift away instead
S'éloigner

These day I barely get by
Ces jours, je me débrouille à peine

I dont even try
Je n'essaie même pas

Its a treacherous road
C'est une route déloyale

With a desolated view
Avec une vue désolé

Theres distant lights
Il y a des lumière au lointain

But here theyre far and few
Mais elle sont loin et peu nombreuses

And the sun dont shine
Et le soleil ne brille pas

Even when its day
Même quand c'est le jour

You gotta drive all night
Tu dois conduire toute la nuit

Just to feel like youre ok
Juste pour sentir si tu vas bien

These days I barely get by
Ces jours, je me débrouille à peine

I dont even try
Je n'essaie même pas

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Coeur Canaille le 16 Avril 2019 à 11:31:10
Bon Anniversaire et un cadeau pour toi avec une bonne nouvelle … c’est bientôt Pâques

http://www.01numerologie.com/signification-du-nombre-64-1636

Hugh ! du ciel
 
Coeur Canaille


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Faïk le 16 Avril 2019 à 11:52:24
Dans mon panier d’anniv’ j’ai mis :
Des godasses pour courir
Un crayon pour écrire
Et une 1664 *pour s’abreu-vie-r

* Ou comment passer des fleurs du mal aux fleurs du malt ...
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 16 Avril 2019 à 13:04:08

Cher Pascal,

Je te souhaite une belle journée spécialement pour tes 64 ans ! Bon anniversaire !

Nos chemins du deuil se sont croisés ... douces pensées à ta fille Javotte ...

Amicalement, solidairement.
Papa de Raphaël

https://www.youtube.com/watch?v=uGbSYohHcio..... Léo Ferré..... la mémoire et la mer

La marée, je l'ai dans le coeur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite soeur, de mon enfance et de mon cygne
Un bateau, ça dépend comment
On l'arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années lumières et j'en laisse
Je suis le fantôme jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baiser
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts du sable de la terre
Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps-là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l'écume
Cette bave des chevaux ras
Au ras des rocs qui se consument
Ô l'ange des plaisirs perdus
Ô rumeurs d'une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu'un chagrin de ma solitude
Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le matin mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfare les cors
Pour le retour des camarades
Ô parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j'allais, géométrisant,
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans des draps d'aube fine
Je voyais un vitrail de plus,
Et toi fille verte, mon spleen
Les coquillages figurant
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu'on dirait l'Espagne livide
Dieux des granits, ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s'immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu'on pressent
Quand on pressent l'entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue,
Dans cette mer jamais étale
D'où me remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles
Cette rumeur qui vient de là
Sous l'arc copain où je m'aveugle
Ces mains qui me font du fla-fla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l'anathème
Comme l'ombre qui perd son temps
À dessiner mon théorème
Et sur mon maquillage roux
S'en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue, aux musiques mortes
C'est fini, la mer, c'est fini
Sur la plage, le sable bêle
Comme des moutons d'infini...
Quand la mer bergère m'appelle

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Avril 2019 à 18:23:41
OHHHHHHHHHHHHH! Je suis touché par vos messages, vraiment touché! C'est une belle branche que nous développons ici, aussi belle que les cerisiers japonais en fleur! Je n'ai pu encore tout lire mais comment traduire cette onde de chaleur que j'ai reçue?
Ouais, la paix est là. Et même que dans ce rêve du moine, j'étais tant en colère après Dieu d'avoir rapté la vie de Javotte si prématurément que ça s'est vidé en secouant ce moine par ses cheveux au-dessus du vide:  il exprimait sa sincère compassion et son pardon. De quoi? de moi? de lui? de l'univers? de ce que je fis? de ce que je suis? de nos désespoirs? Je m'en fous... J'ai demandé à la forêt il y a quelques temps de m'aider à laver cette colère que je sentais sourdre encore et encore au fond de mon être, ça marche, la-dessus on peut gagner cette manche :
Une histoire de Pardon avec un moine que j'ai pas tout capté mais ça doit avoir un lien qque part!

ça marche, ça capte!

Mille bisous et au fait en vrai y a 65 ans que mes poumons soufflotent! Teuheu, teuheu! :D. J'avais oublié la première année qu'on compte pas dans l'âge. :-\

Là où croit le péril, croit aussi ce qui sauve. Hölderlin.

Bizs-itaos.

Pascal.




Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 17 Avril 2019 à 08:59:41
Ce jour-là, Sivalingam Vasanthakumar, 47 ans, transportait 20 agneaux à l’arrière de son camion. Le convoi de trop. Voici ce qu’il a déclaré à la BBC :

    « Je n’en pouvais plus. Il fallait que je dise stop. Emmener les animaux à l’abattoir, c’était beaucoup de stress et cette fois-ci, j’en ai été incapable. La charge émotionnelle était devenue trop lourde. »

Le sanctuaire qui a recueilli les agneaux n’avait jamais reçu d’animaux de la part d’un agriculteur par le passé. Une première.

Que va devenir Sivalingam Vasanthakumar ? Pas d’inquiétude. « Je serai toujours dans le monde agricole, dit-il, mais plus dans l’élevage. » Sa nouvelle vocation ? Cultiver et vendre des légumes.

Hello!

Souvent je me pose comme uniquement attentif au contenu plus qu'au contenant. Que contient-on en nous? Il y a bien longtemps, quand je travaillais auprès de personnes dites handicapées mentales, il était nécessaire de jongler avec ses propres difficultés pour soulager les leurs. A cette époque j'étais professionnel. Cette couverture a cramé autant que les flèches de Notre Dame au moment de la mort de ma fille...mais depuis j'ai reconstruit une certaine charpente, sorte d'amalgame d'un tout qui fonctionne cahin-caha, clopin-clopant et ne cesse de m'étonner dans mon nouveau regard sur le monde  : l'agneau du sacrifice a finalement atterri au sanctuaire plutôt qu'à l'abattoir, coïncidence Pascale ou coup de bol?
Si les cloches vont avoir un certain temps de mise entre parenthèses aussi long qu'un discours politique, voilà un bel oeuf qu'elles nous lâchent avant Pâques : le changement est possible, la preuve en est, "La Fontaine, je ne boirai plus de ton eau, si ce n'est toi, c'est donc ton frère", eh bien tant que nous y sommes, sauvons les 2 plus le troupeau, et vive les flexitarien(ne)s, végétariens et crotte aux j'assumerien.
Là, chapeau, c'est le genre de news qui fait du bien et je suis drôlement content du démarrage de cette journée!

La parole sacrée est VROUM! Le génie des Alpages, F'Murr. ;D


Bizs-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Avril 2019 à 08:57:38
Diplômer des patients pour leur permettre d’en accompagner d’autres à travers la maladie et le parcours de soin ? C’est l’expérience inédite menée par le professeur Catherine Tourette-Turgis à l’université des patients de La Sorbonne, à Paris. Une façon d’aider les autres, mais aussi de s’aider soi-même.

 
Bonjour!

Le deuil. "ça", le Deuil, le Grand Deuil,  vit à nos côtés et "cela" fait couple comme compagne ou compagnon de vie, avec son quotidien, ses rituels, ses habitudes, son soutien.........et ses dérives. Cette vidéo du final d'Underground suggérée par Coeur Canaille représente bien ce risque : la dérive. Un bout de terre qui se détache emmenant avec lui un groupe déjanté qui s'ébat au fil d'un mariage sur fond de musique à rythme répétitif. Je me limite au visuel de ce final qui peint un thème récurrent de nos défenses : le toxique qui nous a frappé peut nous conduire sur des chemins à risques élevés, multiples et sournois.
Le processus de contention est une question croisée dans bien des pathologies : pour avoir travailler qques années en détention, il est bien connu des intervenant(e)s en ce domaine. "Inséré(e)s car incarcéré(e)s" fut d'ailleurs à l'époque le titre de mon mémoire en psychopatho. Le deuil, sous forme métaphorique peut être considéré comme une prison. A la fois il contient, à la fois il enferme. Ses barreaux sont multiples. La gestion des flux émotionnels demande l'extrême en nous : ils sont si  corrosifs en terme de douleur, de souffrance, de désespérance, d'injustice en cas de mort prématurée, brutale ou non, qu'il est légitime de concevoir le double fonctionnement carcéral que ça amène. "ça" enferme un dedans et protège d'un dehors.  Mais , exactement à l'image des toiles de F. Bacon : ça déborde.
Le deuil rend vulnérable. La destitution des symboles qui l'accompagne liquéfie tout droit à la vulnérabilité dans ce primat social fondé sur la prédation plus que sur la solidarité.
Alors comme le suggère mon Ami Fédo, un mariage avec le deuil nécessite de trouver une harmonie du couple  suffisamment solide pour trouver/créer un vivre ensemble libres, individué(e)s et bienveillant(e)s. Qu"on" ne s'y trompe pas ; cela demande littéralement un effort hors du commun, mais pas hors de portée.

Purger sa peine, vous saisirez l'analogie, elle est volontaire, demande des efforts au-delà des mots et seul(e)s nous avons nos propres clefs.


J'espère avoir abordé ce sujet avec la précaution nécessaire.

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: katrinap le 18 Avril 2019 à 09:46:12
c'est une analyse d'une grande finesse
MERCI
katrin
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 18 Avril 2019 à 13:04:46


Je suis un "Homme-endeuillé LIBRE"...

La mort de mon Grand-père m'a condamné à l'Amitié éternelle

La mort de ma mère m'a condamné à l'Amour éternel

la mort de mon Fils Raphaël m'a condamné à perpétuité à la souffrance éternelle

Je suis un "homme-endeuillé Libre"... riche de ces choses là !

Amicalement, humainement, respectueusement.
Federico

PS : J't'embrasse mon Ami Pascal... J't'aime fort !
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 18 Avril 2019 à 16:05:39
Merci aussi de vos retours! Ils me font du bien et je suis content d'avoir trouvé ce passage qui fait lien entre nous dans ce que nous vivons et partageons.
Katrin, Fédo, plein de chaleureuses pensées à vous!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Avril 2019 à 08:32:26


Voici le texte dans son intégralité :
Article 1

L’arbre est un être vivant fixe qui, dans des proportions comparables, occupe deux milieux distincts, l’atmosphère et le sol. Dans le sol se développent les racines, qui captent l’eau et les minéraux. Dans l’atmosphère croît le houppier, qui capte le dioxyde de carbone et l’énergie solaire. De par cette situation, l’arbre joue un rôle fondamental dans l’équilibre écologique de la planète.
Article 2

L’arbre, être vivant sensible aux modifications de son environnement, doit être respecté en tant que tel, ne pouvant être réduit à un simple objet. Il a droit à l’espace aérien et souterrain qui lui est nécessaire pour réaliser sa croissance complète et atteindre ses dimensions d’adulte. Dans ces conditions, l’arbre a droit au respect de son intégrité physique, aérienne (branches, tronc, feuillage) et souterraine (réseau racinaire). L’altération de ces organes l’affaiblit gravement, de même que l’utilisation de pesticides et autres substances toxiques.
Article 3

L’arbre est un organisme vivant dont la longévité moyenne dépasse de loin celle de l’être humain. Il doit être respecté tout au long de sa vie, avec le droit de se développer et se reproduire librement, de sa naissance à sa mort naturelle, qu’il soit arbre des villes ou des campagnes. L’arbre doit être considéré comme sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine.
Article 4

Certains arbres, jugés remarquables par les hommes, pour leur âge, leur aspect ou leur histoire, méritent une attention supplémentaire. En devenant patrimoine bio-culturel commun, ils accèdent à un statut supérieur engageant l’homme à les protéger comme «monuments naturels». Ils peuvent être inscrits dans une zone de préservation du patrimoine paysager, bénéficiant ainsi d’une protection renforcée et d’une mise en valeur pour des motifs d’ordre esthétique, historique ou culturel.
Article 5

Pour répondre aux besoins des hommes, certains arbres sont plantés puis exploités, échappant forcément aux critères précédemment cités. Les modalités d’exploitation des arbres forestiers ou ruraux doivent cependant tenir compte du cycle de vie des arbres, des capacités de renouvellement naturel, des équilibres écologiques et de la biodiversité.»

Pour espérer voir un jour l’arbre inscrit comme être vivant dans le Code civil, proposition de l'asso ARBRES.


Hello!
Petit exercice matinal: inverser arbres/êtres humains.

Article 1
L’être humain  est un être vivant mobile qui occupe deux milieux distincts, l’atmosphère et le sol. . De par cette situation, l’être humain  joue un rôle fondamental dans l’équilibre écologique de la planète.
Article 2
L’être humain, être vivant sensible aux modifications de son environnement, doit être respecté en tant que tel, ne pouvant être réduit à un simple objet. Il a droit à l’espace aérien et souterrain qui lui est nécessaire pour réaliser sa croissance complète et atteindre ses dimensions d’adulte. Dans ces conditions, l’être humain a droit au respect de son intégrité physique, symbolique (branches, tronc, feuillage) et sociale (réseau racinaire). L’altération de ces organes l’affaiblit gravement, de même que l’utilisation de pesticides et autres substances toxiques.
Article 3
L’être humain est un organisme vivant dont la longévité moyenne dépasse de loin ou non celle d'autres espèces. Il doit être respecté tout au long de sa vie, avec le droit de se développer et se reproduire librement, de sa naissance à sa mort naturelle, qu’il soit  des villes ou des campagnes. L’être humain doit être considéré comme sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété du bien commun.
Article 4
Certains êtres humains, reconnus vulnérables pour leur âge, leur aspect ou leur histoire, méritent une attention supplémentaire. En devenant patrimoine bio-culturel commun, ils accèdent à un statut supérieur engageant l'ordre social à les protéger comme «de droits naturels». Ils ne peuvent être inscrits dans une zone de préservation, la protection renforcée faisant valeur sociétale pour des motifs d’ordre de respect de la vie, du partage et du bien commun,
Article 5
Pour répondre aux besoins d'une portion minime de l'espèce humaine, certains êtres humains sont plantés puis exploités, échappant forcément aux critères précédemment cités. ça doit cesser! ;D

Bizs-itaos.

Pascal.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: katrinap le 19 Avril 2019 à 09:41:24
SUperbe
merci pascal
bises
katrin
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 19 Avril 2019 à 12:16:38

Superbe
merci Pascal-ito
bises
Federico

Ps: je profite de cette occasion immanquable pour faire un immense bisous à Katrin
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Avril 2019 à 09:18:59
La « timidité des cimes » a été mise en évidence pour la première fois en Australie dans les années 60 mais les spécialistes ont encore bien du mal à l’expliquer. Cependant, qu’ils agissent pour protéger leurs bourgeons, optimiser l’exposition au soleil ou éviter la propagation des insectes (ces trois hypothèses étant envisagées), les arbres semblent en tout cas avoir « conscience de l’autre » comme en atteste cette vidéo où l’on distingue nettement ces couronnes de timidité, autrement dit, ces zones de vide parfaitement respectées par les arbres, et ce, malgré la puissance du vent…

Une vidéo intrigante, envoutante et de toute beauté signée Dimitar Karanikolov.


Bonjour à vous!

"La timidité des abîmes" a été mise en évidence voici bien des temps, mais les spécialistes ont encore bien du mal à l'expliquer. Cependant, "la timidité des abîmes" semble donner aux êtres humains une "conscience de l'autre". Elles et ils comblent les zones de vide entre eux de mots de chaleur, de compréhension mutuelle, de solidarité, voire d'affection ou d'amour. C'est sous cette forme qu'apparaît un social riche de sa propre canopée : un lien faite de respect d'autrui, de bien commun et d'une éthique de la sagesse. Pas plus que l'éthique, la sagesse n'est  processus complaisant. Elle demande des efforts constants et une prise de recul tels que peu de personnes arrivent à en saisir les fils.
C'est une des forces de ce forum... des fils fleurissent de cette force de "timidité des abîmes", ceux de nos détresses d'endeuillé(e)s, parfois rageuses ou discrètes, parfois solitaires ou solidaires, parfois partageables ou non, mais lues pour ce qu'elles sont , malgré la puissance du vent.....Qui parfois est descendu de la montagne et nous a rendu fous!

 Emile Jacotey  https://youtu.be/ZP0-WXlN5Ok  et Louise Attaque, j't'emmène au vent : https://youtu.be/BRTDC9Z5UdE)

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 21 Avril 2019 à 13:10:15

"La timidité des abîmes" a été mise en évidence voici bien des temps, mais les spécialistes ont encore bien du mal à l'expliquer. Cependant, "la timidité des abîmes" semble donner aux êtres humains une "conscience de l'autre". Elles et ils comblent les zones de vide entre eux de mots de chaleur, de compréhension mutuelle, de solidarité, voire d'affection ou d'amour. C'est sous cette forme qu'apparaît un social riche de sa propre canopée : un lien faite de respect d'autrui, de bien commun et d'une éthique de la sagesse. Pas plus que l'éthique, la sagesse n'est  processus complaisant. Elle demande des efforts constants et une prise de recul tels que peu de personnes arrivent à en saisir les fils.
C'est une des forces de ce forum... des fils fleurissent de cette force de "timidité des abîmes", ceux de nos détresses d'endeuillé(e)s, parfois rageuses ou discrètes, parfois solitaires ou solidaires, parfois partageables ou non, mais lues pour ce qu'elles sont , malgré la puissance du vent.....Qui parfois est descendu de la montagne et nous a rendu fous!

Pascal.

MA-GNI-FI-QUE PASCAL ! "La timidité des abîmes" semble donner aux êtres humains une "conscience de l'autre"

Quelle sensibilité intellectuelle... j'adore ton "Edito"... Waouh ! merci Pascal...

Amitié.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 22 Avril 2019 à 09:45:37
Pascal,

J'ai un peu de retard dans la lecture de tes ed-itos, alors je lis avec attention les derniers ce matin.

Merci, merci pour tout !

La timidité des cimes, la timidité des abîmes.... une découverte, inspirante, et magnifique !

Le deuil et la " dérive ". J'avais la même interprétation sur la scène finale de " Underground ",  un basculement dans la folie, le gouffre sans fond.
Et vivre avec son deuil, cela nécessite pour moi,  comme dans un couple, un profond respect de soi-même et de l'autre ( du deuil, donc ), s'occuper de soi et de l'autre, ne pas se laisser envahir mais laisser la place, ne pas se laisser enfermer mais se donner un espace de liberté, avancer, ensemble....et puis du bricolage, du rafistolage quand on ne sait plus trop faire face.
Je crois que, comme federico, j'en suis arrivée à cette liberté là.

Au plaisir de te lire à nouveau, Pascal
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Avril 2019 à 18:26:31
Merci Nora! L'inspiration était là ces derniers jours pour traduire à ma façon ces ressentis si délicats pour nous tous. Petit break pour moi car vadrouille de qques jours en festival !
Bizs amicales et chaleureuses à VTT! Encore merci pour vos si chouettes commentaires, Amies et Amis!

Pascal.

Un plus pour Fédo que je viens de lire, c'est dur, mais tiens bon, la rage et la colère font partie de ce que nous sommes, multiples couleurs émotionnelles de notre palette de fractales, propulsé(e)s que nous sommes par notre reliance d'endeuillé(e)s à l'invisible.
Les fractales sont aux mathématiques ce que sont les fleurs aux poètes.... https://youtu.be/YDhJdeU62js
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 27 Avril 2019 à 09:28:17
Ah ah!!!!  :D De retour ! Mais trop chaud encore pour parler de l'immense richesse de ces 2 jours passés dans les alentours du Feu Sacré, si magnifique foyer bordé de 2 immenses salamandres en argile et entouré de multiples forces shamaniques venues du monde entier! J'y ai déposé de l'encens en mémoire de Javotte, si présente lors de l'ensemble du ressenti de ces 2 jours! J'ai pu trouver la ressource d'intervenir et d'exposer un sens à ma présence au titre de Papa endeuillé en lien avec une communauté Amérindienne (du Sud) elle-même en grande demande d'aide et de partage  sur le sujet de leurs jeunes qui se suicident.
Mon intervention en présence de Philippe Bobola  a marqué une conclusion forte et profondément ressentie dans son authenticité et sa profondeur par plusieurs  Shamans de l'Océanie et du Mexique,  (le Parrain de Javotte était de ce pays).(Forum/Table Ronde 2 Vendredi midi: "Les spiritualités traditionnelles, naturellement sans aucune hiérarchie, sont-elles un espoir ou un danger pour notre humanité?)Probablement filmé et accessible sur le restitué à venir.
Le Feu Sacré brûle jusqu'à demain et mes Ami(e)s du Grand Endeuillé que vous êtes, que nous sommes, devrez attendre que ça refroidisse, c'est encore trop chaud pour moi tellement ce fût dense, honorant, chargé de partage et de sens à venir!
Festival sous l'égide de Grand père Williams, Amérindien, DCD voici 4 ans, et de Grand-Père Navajo, venu nous saluer en personne  à l'âge de plus de 90 ans! Quel honneur.
Tout ça doit décanter , Mille bises à vous toutes et tous avec la totale conviction que ce festival était le bon endroit où être pour moi à ce moment, et ainsi trouver la bonne porte à pousser!
 https://youtu.be/Hw-mLqj-M90

 :-* :-* :-* :-* :-* :-* :-* :-*-ito!

Pascal

Ps : Merci Catherine, ça a marché!!!!Yes!
Eh Fédo, bizs aussi hein!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 28 Avril 2019 à 07:37:47
Quand Benoît s’installe à la ferme de Cagnolle en 2008, on lui dit qu’il ne pourra pas planter grand chose. En effet, les sols sont pauvres, la terre est compacte et ne respire pas, et quand on y regarde de plus près, pas de vers, pas d’insectes. C’est là ce qui arrive à beaucoup de surfaces agricoles qui, à force d’être cultivées, s’appauvrissent. À Cagnolle, plus la terre est cultivée, plus elle devient riche. Comment ?

Sur cette ferme, 1.2 hectares sont destinés au maraîchage. Pourtant, aucune machine sur leur ferme. Pas d’animaux pour faire de la traction animale non plus. Ils ne travaillent plus les sols.

Benoît et Carmen appliquent un principe simple : en donnant beaucoup à la terre, la terre nous rend beaucoup. Ils décident ainsi de recréer un agro écosystème, c’est à dire créer les conditions pour que espèces végétales et animales s’auto alimentent.


A mon avis, ceci est un bel exemple  du comment redonner vie à ce qui est mort.


Bonjour à Tou(te)s.

Ce matin je me sens comme face à une montagne que je dois mettre en mouvement. Seul mais multi-accompagné, multi-soutenu, multi-accepté par les forces résidentes de l'invisible. Et rien de magique la-dedans, que du ressenti, de la logique et de l'expérimenté. Je ne supporte absolument pas d'adhérer à une philosophie spirituelle sans en avoir éprouvé la réalité dans mon propre for intérieur. Philosophie spirituelle n'est ni religion, ni politique, ni financière. Elle convient à mes convictions énoncées précédemment, tant sur l'approche systémique que psychanalytique ainsi que sur ma définition d'une libre expression non-inféodée à un quelconque dogme. Je me sens aussi en accord avec la Nature qui un jour terrible voici 2 ans et 9 mois m'a proposé dans son langage de prendre plume : écrire et c'est ce que je fis. Un nouveau palier se profile : ce fil d'écrit tresse un fil d'Ariane traçant chemin comme guide vers un sens que le décès d'un enfant altère à jamais. Mais dans ce labyrinthe, rien d'autre ne s'oppose à notre progression que nos propres Minotaures. A nous de les affronter.
Nous sommes nombreu(se)x et ne savons pas quel sens trouver à notre devenir :  en deuil,  il est impossible de se reconstruire et d'être comme "avant". L'impossible de se reconstruire ne signifie pas qu'il soit impossible de construire. Toute montagne doit prendre conscience d'elle-même avant de se mettre en mouvement : nous devons aussi créer les conditions pour qu'elle le puisse.
Toute idée novatrice, toute "révolution" de pensée passe par 3 phases : elle est dans un premier temps "ridicule", dans un deuxième temps "dangereuse", évidente dans un troisième temps.
Dire en son temps à un être que le terre était ronde alors qu'il savait pertinemment que le terre était plate, avec des bords se  suffisait à la pensée. Dire en son temps qu'il existe des forces spirituelles qui demandent une mise en mouvement alors que l'univers se limite au pré carré de nos certitudes est devenu un possible. De "l'impossible" à un "possible" il est temps de construire pont. "Nous", Endeuillé(e)s, sommes aussi cette force d'un possible et nos défunt(e)s sont notre carburant, notre moteur, notre véhicule et notre route.
A Génac, pourquoi les Shamanes sont-elles, sont-ils venu(e)s? Car leurs ancêtres leur ont dit qu'il était temps d'agir, de sortir de leur forêt et de parler "haut et fort". Elles et ils sont venus de loin, parfois même  en prenant des risques, pour venir nous rencontrer et nous remercier. Se rencontrer permet de conjuguer et d'unir les forces spirituelles des dimensions de l'invisible que notre culture ignore et ridiculise.
Mais nous, les Endeuillé(e)s savons que nous nous retrouvons seul(e)s, dépossédé(e)s d'un initial à nos vies : le sens.
C'est ce que j'ai trouvé à Génac, un sens.

Ce jour, je m'engage à consacrer force et énergie  au service de cette mise en mouvement :
rencontres, débats, discussions, échanges, organisation logistique, concertations, soutien,  globalement, ce qu'il adviendra de choisir de faire pour organiser une présence collective  de forces d'Endeuillé(e)s qui le souhaitent  au prochain festival Shamanique.

Il est temps de nous mettre en mouvement pour participer aux changements de paradigme que nous demande notre condition d'Endeuillé(e)s et son devenir.


Bizs-itaos.

Pascal.



Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 29 Avril 2019 à 07:38:23
“Un arbre, ça sert à pas mourir”... Et tout le monde s’en fout !

Comment les arbres peuvent-ils faire preuve d'intelligence et pourquoi sont-ils indispensables à la survie de l'humanité ? Réponse dans ce nouvel épisode passionnant d'Et tout le monde s'en fout. À ne pas rater.

https://youtu.be/VzaOlaYyCmw

Bonjour!

Ah ah! trop bien ce truc!  :D Extrait ; "eh, mec, t'as qu'à aller vivre à poil dans la forêt et faire l'amour à un tronc!"
En tout cas, je suis devenu volatile. Volatile dans le sens perché et plus envie du tout de redescendre de mon arbre.
J'y suis, j'y reste.
Faut dire : Woodstock c'était il y a 50 ans. J'ai authentiquement pleuré il y a qques années en voyant un documentaire retraçant ces moments woodstockiens un peu plus passionnants que grand débat. Les personnes étaient complètement barrées mais chacun(e) se côtoyait dans le respect le plus profond d'autrui comme de son "voyage" aussi exotique soit-il. Le cap était résolument sur "ce que produit cette société, c'est de la daube et vraiment, allez me faire casser la gueule au Vietnam et balancer du napalm, bah NON! Je préfère rester perché(e) dans un monde love, peace and...chance". Perso, j'ai pas connu Woodstock, mais juste après et franchement avec mes cheveux rouges au henné, mes sabots et les essais de vie communautaire en commentant Proudhon, Castaneda ou Christiane Rochefort, je regrette pas. Et bah, maintenant, avec 40 ans de plus, c'est idem : je reviens d'un lieu où les personnes se côtoient en tout liberté et en respectant autrui, le sourire aux lèvres et honorant la paix universelle qu'il(elle)s espèrent voir un jour pointer son pif. Alors, perdonamé, mais de retour en ville, il me faut un peu de recul pour reprendre le collier du sourire en vrai. C'est la seule chose qui marche  : un vrai sourire c'est comme un rayon de soleil plein de bonnes vibrations, ésotériques, spirituelles,  perchées ou pas quelle importance?
 :) :) :) :) :) :) :) :) :) :)
Et, franchement, je ne crois pas que ma fille soit en pétard après moi parce que je souris, au contraire ça lui fait du bien vu que pour les êtres des autres dimensions, il n'est pas jouable de cacher souffrance au fond du coeur,merci, Charles, de cette ouverture d'esprit:

Charles Howard Hinton (1853-1907) est un mathématicien et philosophe anglais, connu pour ses écrits sur la quatrième dimension. On lui doit aussi des récits de science-fiction.

Biographie

Dans son livre La quatrième dimension, Rudy Rucker le présente comme « le grand philosophe de l'hyperespace ».

Bien qu'il ne soit pas l'inventeur du concept de la quatrième dimension, il fut un véritable pionnier en la matière. Le premier essai qu'il publia date de 1880, il s'agit de Qu'est-ce que la quatrième dimension?, où est expliqué le concept de la quatrième dimension, notamment à travers l'exemple de la construction d'un hypercube ("Constructing a Four-Square").

Il fut le gendre du mathématicien George Boole par son épouse Mary.

Accusé de bigamie en 1885, Charles Hinton quitta l'Angleterre pour le Japon en 1886.

Dans son livre A New Era of Thought (en) (Une nouvelle ère de la pensée), Charles Hinton avance l'idée que notre espace possède une légère hyperépaisseur dans la quatrième dimension, nous permettant de construire des pensées 4D.

Il meurt en 1907.



Au fait, quand je balade Cheyenne en forêt, je suis habillé Quechua!!!Ah ah, rien à craindre, Kundalini reste bien à sa place, j'aime pas que quoique ce soit prenne le pouvoir! Je vis une démocratie psychique, pas une dictature du coeur ou d'ailleurs! A l'assemblée, il y a bien un perchoir et c'est bien de là qu'on cause! :D

Allez, je retourne avec mes perruches, j'ai encore envie de voler et de penser en 4 D !  :-X

bizs-itao

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Avril 2019 à 08:38:14
    Le peuple waorani a remporté une victoire judiciaire pour protéger la forêt tropicale des forages pétroliers et crée un précédent historique pour les droits indigènes. Faisons pression pour protéger de manière permanente ce territoire. »

Les Waoranis qui seraient moins de 5 000, occupent 800 000 hectares de terre. Avec cette victoire, ils méritent plus que jamais leur titre officieux de « gardiens de la forêt », comme ils aiment se surnommer. Bravo.


Hello à vous! Que le Hozho soit avec vous.

Alors donc me revoilou descendu de mon arbre à perruches, des bambous, fort exactement, comme nous les vîmes sur les bords d'un îlet Réunionnais du temps où ma Fille vivait encore dans notre présent.
Merci à vous toutes et tous de me lire tant je sais que mes écrits doivent être parfois bouleversants, voire choquants, peut être tout simplement ridicules, puis dangereux et finalement évidents et je vous prie d'excuser mes "maladresses" si c'est le cas. En tout cas non-arrogants, je vous le certifie.
Comme dit si justement Fedérico, chaque deuil est unique comme les êtres que nous sommes, les un(e)s et les autres. Mon intention profonde est un peu inspirée par la médecine chinoise : il n'existe pas de maladies, seulement des sujets (des personnes en langage psychanalytique) malades. Ceci se rapproche en partie des positions du Dr Martin Winckler, je pense. La médecine ne saurait nous amener à être passifs, objets de soin, alors que nous sommes avant tout  sujets de nous-mêmes dans notre propre processus de soin.  Il est possible de  transcrire ce principe  au deuil, puisque comme je l'ai affirmé à l'analyste (excellent psy, d'ailleurs) en fin de mon dernier cursus d'analyse voici 1 année et demie, le deuil n'est pas une maladie.  Ce qui mit un terme à ce soutien analytique en bonne entente.
La psychanalyse ne pouvait plus m'aider, tout simplement.
Il n'existe pas de deuil, seulement des sujets en deuil, me convient: les professionnels du soin sont là  pour nous aider (ou non) à soutenir le chemin de guérison que nous nous forgeons, chacun(e) à son propre rythme, à son propre écho, à son propre autel. Rien de plus, leur pensée ne fait pas dogme.
Pour ma propre singularité, la psychanalyse reste le meilleur outil que j'ai connu pour préparer ma psyché à d'autres ouvertures. Point de rejet, mais une complémentarité, une continuité dans un fil d'existence dont le deuil fait partie.
Parent(s) désenfanté(s), conjoint(e)s brutalement décédé(e)s, nous sommes confronté(e)s à un processus au relief si vertigineux qu'il est difficile de l'escalader ou d'y descendre  (cimes ou abîmes, NSP).
La charge de nos passés alourdit tant de culpabilité nos propres ressources. Le surmoi judéo-chrétien est si incisif, si présent dans notre bain culturel qu'il risque de prendre pouvoir et installer ses dictats, même sans agir de façon prosélyte.
Dans tout processus intergénérationnel, il y a de l'inconscient qui circule, nous ne pouvons y échapper, quelle que soit notre structure. Mais ni les un(e)s, ni les autres, nous ne sommes des répliquants : tout au plus nous opérons un tri de nos héritages toxiques avec les outils que nous propose notre culture. La psychanalyse en est un.

Pour d'autres cultures, le shamanisme  relie ses membres  à l'invisible tout comme la psychanalyse relie au rêve. Notre propre médecine est de relier ces fils du visible à l'invisible. L'artiste est indissociable de l'art tout comme l'invisible est indissociable du visible.
Lorsque le point d'ancrage psychanalytique cesse d'être aidant, il devient point d'appui vers d'autres voies, comme la cordée d'un spéléologue ou celle d'un alpiniste nous amène à arpenter la timidité des cimes ou celle des abîmes.

Le processus de deuil tisse reliance entre 2 mondes, chacun(e) de nous en est artisan, même si parfois, nous nous sentons colibris face à cet incendie de destruction qui nous a ravagé.


Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 30 Avril 2019 à 11:14:41
“Un arbre, ça sert à pas mourir”... Et tout le monde s’en fout !

Comment les arbres peuvent-ils faire preuve d'intelligence et pourquoi sont-ils indispensables à la survie de l'humanité ? Réponse dans ce nouvel épisode passionnant d'Et tout le monde s'en fout. À ne pas rater.

https://youtu.be/VzaOlaYyCmw

Ah les vidéos de "Et tout le monde s'en fout ..." : je partagerai bien celle sur "les émotions" et celle sur "les charlatans" (être aligné-e,  que l'on soit plus ou moins perché.... ou pas  ;))

"je ne crois pas que ma fille soit en pétard après moi parce que je souris, au contraire ça lui fait du bien" : j'en suis convaincue, quand je vais bien : je me sens beaucoup plus proche de Mircea et je peux lui sourire également ....
J'en suis aussi à accepter que, pour l'instant, les moments  douloureux sont encore très présents ....

" je vous prie d'excuser mes "maladresses" si c'est le cas" :  pas de maladresses pour moi, juste pas perchée au même endroit, à la même hauteur ....
On dit : la tête dans le "ciel" (l'univers), les pieds ancrés à la terre (la terre-mère) : peut-être pour éviter de se brûler le bout des ailes .... jamais facile de trouver l'équilibre, le juste milieu .... (pour tout)

Je te souhaite de pouvoir préserver le bien-être trouvé lors de ce festival

Des bisous

Catherine

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 30 Avril 2019 à 14:19:54
Merci Catherine, ouais ça va, c'est bien accroché et ça devrait tenir, je pense.  Je me sens plus solide, plus confiant et apaisé aussi car ça redonne sens. Mais boudu, ça a secoué!!!  :o
Entre l'estrade et le public se trouvait un espace circulaire dédié aux ancêtres priés de venir par les Shamans présents. Une bougie se trouvait au milieu, faite pour durer le temps du festival, je pense. Le tout sous une immense photo de Grand père Williams, DCD voici 4 ans. La tension énergétique de cet espace défiait nos sens, ni plus ni moins. Pour une première fois dans ma vie, je percevais des auras colorées autour des personnes sur scène....incroyable la transe naturelle que ça amène. Le tout panaché d'un rythme de synchronicités, d'humour (et de Didjeridu)  : les ancêtres de Mongolie sont tellement lents à la détente qu'il leur faudra bien une année pour s'y rendre!!! Authentique, ce propos!!! :D
Donc, Catherine, y a des perchés bien plus haut que nous! Honneur à eux! Et elles/ils ne se sont pas brûlés les ailes, elle/ils ont survécus!

Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Mai 2019 à 08:02:04
Mouvements citoyens
L'écologie, « ça commence par moi »
avec Julien Vidal

Face à l’urgence climatique, Julien Vidal a décidé d’agir maintenant, à son échelle, en adoptant un nouvel écogeste simple et rapide, chaque jour pendant un an. Aujourd’hui, son bilan carbone annuel est inférieur à deux tonnes, alors qu’un Français moyen en émet dix. Portrait d’un citoyen modèle.

Julien Vidal mènerait presque la vie du parfait Monsieur Tout-le-monde. À 32 ans, ce métropolitain se déplace à vélo et vit dans un appartement de trente mètres carrés dans le centre de Paris. Il y a encore un an, il travaillait quarante-cinq heures par semaine comme coordinateur d’équipes et de projets pour une association, avant de devenir auteur et conférencier à son compte. Comment ce trentenaire urbain a-t-il alors réussi à produire cinq fois moins de CO2 que Monsieur Tout-le-monde ?


Bonjour!

Javotte aimait bien Julien...Comme toutes les fleurs qui ont refermé leurs pétales, Anémone  parle maintenant dans la voix des bols chantants, dans ce coin de l'univers où résident les forces qui ont laissé trace rayonnante sur notre terre.
:-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-*
 :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :'(
 :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'(
 :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'(
 :-* :'( :-* :'( :-* :'( :'( :-* :'( :-* :'( :-* :'(
 :-* :'( :-* :'( :-* :'( :-*
 :-* :'( :-* :'(
 :-*

Bizs-itaos.

Pascal.

Lien pour belle sensibilisation à la 4 D : https://youtu.be/LQFkUjYzOn8
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 01 Mai 2019 à 16:13:02
Hello!

Je trouve que se sensibiliser à la 4D ouvre des portes de perception de l'invisible par un travail somme toute assez facile à faire : avec un peu d'attention, il est facile d'observer le passage ana/kata comme une rotation dans un espace autre que le 3 D. Couplé à une explication de l'effet Dopler, il y a matière à gravir cette marche avec relative facilité, me semble-t-il.
Par ailleurs, cela permet aussi de lancer une réflexion sur l'ana/kata en lien avec la timidité des cimes/abîmes.
J'y perçois une reliance mais cela nécessite de saisir quelles sont les passerelles que nous offre le symbolique pour trouver les liens praticables. J'en suis là pour l'instant. S'il y a mieux, je prends!!! :P

Un brin de muguet à tou(te)s

https://youtu.be/YEIJfY37nhs

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 02 Mai 2019 à 08:25:01
Adieu, amie Anémone, et merci
1er mai 2019
Adieu, amie Anémone, et merci

Anémone est passée de vie à trépas lundi 30 avril. Elle avait été la marraine du premier Reporterre, en 1989. Nous relisons ses mots, généreux et forts : les voici.

La comédienne Anémone est décédée lundi 30 avril. À Reporterre, la nouvelle nous a fait grande peine. Car Anémone avait accepté d’être notre marraine quand, jeunes gens assez fous pour lancer un magazine sur l’environnement en 1989, on avait timidement toqué à la loge du théâtre où elle jouait alors. Comme d’autres grands qui nous avaient fait confiance - Hubert Reeves, Pierre Richard, le sculpteur César, Michel Tournier, Michel Piccoli, Jeanne Bourin, Marc Jolivet -, elle nous avait aidé de son image et de ses mots. Voici ce qu’elle nous avait écrit, et qui reflète si bien sa généreuse et ardente personne. Merci Anémone, adieu.


Bonjour à vous!
Ce bel hommage rendu à Anémone pondère sa dernière interview où elle se présente comme  profondément affectée d'un devenir sombre et inéluctable de l'humanité...Ce monde "l'emmerde" profondément et elle choisit de se retirer, dansant sur une pointe des pieds qui honore sa mémoire.
Je ne partage pas cette vision uniquement sombre de l'humanité : les changements de paradigmes sont enracinés dans un champ des possibles qu'il est de notre rôle de soutenir, tant que nous en avons la force. Anémone n'en avait plus, et la dignité de son retrait ne fait que soutenir mes propres orientations.
La "dimension" symbolique commune entre kata/ana,  abîmes/cimes  pourrait se traduire par notre capacité de choix.
Abîmes et cimes sont en 3 D métaphores de dépression ou d'élation proches de ce que kata/ana sont au 4 D, évoqués par les couleurs  d'approche ou d'éloignement bleues ou rouges de "l'effet Dopler"...Une sorte de "résonance" en qque sorte.

Kata: Étymologie
Du grec ancien κατά, katá (« vers le bas »).

Ana : Étymologie
(Siècle à préciser) Du grec ancien ἀνά, ana (« à nouveau, encore », « en haut de, sur », « à travers »).

Au bas des bulletins scolaires apparaissait souvent cette phrase (tout au moins sur les miens ;D!):] "Elève doué mais peut mieux faire!"

Dans une phrase nous retenons la dernière partie, ce que pointe du doigt le "mais"et non ce que pointe ce qui précède le "mais" : les qualités, les ressources, les forces, les compétences. Cette formulation incline à mettre en relief un potentiel négatif qui lamine le potentiel positif présenté en premier. Une formulation du genre "élève peu travailleur mais doué d'une vive réactivité aux sujets qui l'intéressent" ne présente pas le même relief. En tout cas, probable que mon cursus scolaire n'aurait pas eu le naufrage qu'il connût! Aléa jacta est!
Notre état d'endeuillé(e)s nous amène à lutter de toutes nos forces dans un bain ambiant style "les petites phrases dont on se passerait bien". abîmes et cimes peuvent nous engloutir et paralyser notre devenir. A mon avis, seule l'écoute attentive des signes de l'invisible et du visible  permet d'être équilibré pour avancer dans la "voie du milieu", le tao, par ex.

Le taoïsme (chinois : ??, pinyin : dàojiào, «enseignement de la voie») est à la fois une philosophie et une religion chinoise. Plongeant ses racines dans la culture ancienne, ce courant se fonde sur des textes, dont le Tao Tö King de Lao Tseu, et s'exprime par des pratiques, qui influencèrent tout l'Extrême-Orient. Il apporte entre autres :

    une mystique quiétiste, reprise par le bouddhisme Chan (ancêtre du zen japonais)  ;
    une éthique libertaire qui inspira surtout la littérature ;
    un sens des équilibres yin yang poursuivi par la médecine chinoise et le développement personnel ;
    un naturalisme visible dans la calligraphie et l'art.

Ces influences, et d'autres, encouragent à comprendre ce qu'a pu être cet enseignement dans ses époques les plus florissantes.


Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 03 Mai 2019 à 08:09:13
L’Everest, point culminant de notre planète, est un joyau de la nature. Pourtant, même ce joyau, l’un des moins accessibles de la Terre, est jonché de déchets… Heureusement, grâce à la volonté d’une Française créative et déterminée, la situation est en train de changer. Lumière sur une initiative exemplaire.

Marion Chaygneaud-Dupuy, 38 ans, est une alpiniste chevronnée. L’Everest, elle l’a déjà gravi à trois reprises (c’est la première femme à avoir réalisé un tel exploit). Autant dire qu’elle est particulièrement attachée au « toit du monde ».

En 2016, avec Clean Everest, l’organisation qu’elle a créée, Marion Chaygneaud-Dupuy lance les premières opérations de nettoyage du site. Depuis, les trois quarts des déchets auraient déjà disparu.


Hello!
En nettoyant le toit du monde, nous nettoyons le monde du Moi. :D ça fait du bien de lire que les cimes ne vont pas finir en poubelles! Ou plutôt, ce qui fait décharge doit aller au recyclage en passant par des poubelles "responsables".
Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'on te fasses est tout aussi valide  avec Dame Nature : il va falloir apprendre à introjecter nos déjections plutôt que de les refiler aux yétis! En autre langage, j'appellerai ceci apprendre à surfer sur son ombre...au lieu de détruire ou de courir pour la fuir, le versant de l'aubac a tout son intérêt si on le nettoie pour nous assister dans notre gouvernance intérieure. Merci tout plein Marion, une initiative de plus qui fait écho à la timidité des cimes tout comme au respect des abîmes.
D'ailleurs, hier, je me suis coltiné un dérapage, une sortie de route, une gamelle maison : il m'a fallu reprendre un mauvais positionnement auprès d'une Maman dont l'enfant était affecté d'une grave pathologie à réel risque létal.
Quand "ça dérappe",nous, les Endeuillé(e)s ne sommes pas responsables de ce que d'autres personnes projettent sur nous fortuitement, par pur "hasard".  Il est néanmoins possible de réparer l'affaire avec délicatesse, respect et compréhension dès que la pression est redescendue. Une maladresse est une forme de déchet qu'il nous faut parfois recycler et heureusement l'hozho fût avec moi pour y arriver : j'ai transmis ma sincère empathie et  me suis réapproprié ma part, par tel et 2/3 heures après.
Quand le sujet de la mort surgit au détour d'un virage sans que vous vous y attendiez et que 2 blessures profondes se regardent, l'effet miroir peut être fulgurant. D'être passé de l'autre côté du miroir incline à agir avec une profonde bienveillance teintée d'une neutralité qu'il n'est pas toujours facile de respecter. Les psychanalystes en savent quelque chose de ce qui est appelée la charge transféro-contre-tranférentielle! 
Notre posture d'Endeuillé(e)s qui rend si vulnérable parfois doit aussi nous aider à nous rendre plus solides quand besoin est. Franchement c'est un apprentissage d'une rudesse sans nom, le "deuil accompli".
Admettons de plus que ce monde social de brutalité, d'arnaque, d'abus en tous genres ne nous facilite pas la tâche!!!! >:( Mais "je suis un sujet doué d'une certaine réactivité pour ce qui m'intéresse!".

Allez, bon Haka à vous!!!!Le sujet est épineux ce morning! ;)

Bizs-itaos.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 04 Mai 2019 à 08:08:14
Ode au vivant et à ceux qui luttent pour renouer avec lui, « Les Furtifs », troisième roman de l’auteur de science-fiction Alain Damasio, vient de paraître. Reporterre a évoqué avec lui les Zad, les luttes écologiques, les Gilets jaunes, et les pistes pour faire émerger ce qu’il appelle « une politique du vivant ».

Le roman Les Furtifs est peut-être aussi difficile à classer dans le règne littéraire que l’espèce fantasmée dont il tire son nom dans le règne animal. L’auteur, Alain Damasio, se réclame de la science-fiction, ses personnages ont des prénoms de saga de fantaisie, sa dystopie nous semble parfois étrangement contemporaine, la précision des états d’âme contés est digne d’un roman d’amour, les suspenses d’une grande aventure, les dialogues virent parfois à l’essai philosophique, la narration polyphonique bouscule la classique alternative entre première et troisième personnes, les mots sans cesse recomposés pulsent au rythme d’une poésie slam. Le tout est contenu en 700 pages foisonnantes, où la métamorphose permanente de la langue, la densité des idées, l’intensité recherchée dans la description des sensations, sont à l’image de ces êtres qui donnent leur titre au livre.


Bonjour!
Hiha, Hiha, Tewaka,Tewaka, Tewaka, Tewaka, Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.................
Authentique Haka de Nouvelle- Zélande à effectuer en le préparant des forces vibratoires récupérées de la Terre, de l'espace  Médian et du Soleil "appelées" par un simple mouvement latéral de salut et de vibrations des mains, suivi d'un rythme accompagné d'un mouvement tout aussi simple des bras de haut en bas devant soi en scandant  ces mots, puis un retour au calme en mettant ses mains sur le nombril, en soufflant hiiiiiii tranquille pour bien se donner cette force pour la journée!  Merci aux Dignes Maoris qui nous les ont appris, je le fais discret tous les matins en baladant Cheyenne et ça fait le plus grand bien!!! Elle fût un peu surprise au premier mais c'est bon, elle a compris que je ne la gronde absolument pas! :D
Et yop, c'est parti pour une énergie qui sera peut être tout aussi foisonnante que ce bouquin de "SF", digne certainement de Guy  Gavriel Kay, de Dan Simmons ou de Dune!!!! Des furtifs : génial! J'ai hâte de le lire dès que je pourrai. Pour l'instant je suis dans  "Terre sacrée", l'univers spirituel des Indiens d'Amérique du Nord chez Albin Michel et ça réinstalle de jolies vérités :
"les Indiens ne disposent d'aucune technique particulière de divination. ils se fient plutôt à leur intuition. Ils savent lire les signes de la Nature. Ils disent : il suffit d'observer pour comprendre. Le vol d'un oiseau, la découpe d'une ligne d'horizon, la forme d'un nuage, un dessin laissé sur le sable par le vent, ou formé par l'entrecroisement de quelques branches, sont autant de signes par lesquels s'exprime le surnaturel".

Les signes demandent certainement de ré-ouvrir nos "antennes" avec un nouveau dictionnaire de l'observation, et ce  sera certainement moins fatigant pour les êtres d'autres espaces de ne plus avoir à  s'époumoner pour nous sortir de notre surdité! Désolé, il n'y a pas l'icône surdité autre que  ???, icône que je m'applique souvent, j'avoue!

Bizs-itaos!

Pascal.




Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 05 Mai 2019 à 08:42:38
Parce qu’il est temps de mettre des mots sur l’épreuve que l’humanité va devoir affronter, voici une intervention précieuse. On la doit au photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand qui, pour donner la mesure de l’enjeu, est allé droit au but.
Pour cet écologiste convaincu, la sixième extinction de masse des animaux, actuellement en cours, c’est celle de l’espèce humaine. D’où l’absolue nécessité de réagir en masse et de toute urgence. Il s’est expliqué face à la caméra de Public Sénat. Regardez :

- Publicité -

    « La sixième extinction, c’est la mort de mes petits-enfants. »

    « On est dans un déni complet. On ne veut pas croire ce qui va arriver. »

    « Le courage de la vérité, c’est qu’on va vers une fin de l’humanité. »

    « Ce manque de réaction qu’on a tous est absolument effarant. »

    « Je pense que c’est nous qui avons le pouvoir. Et ce qui est important c’est que je change moi et que vous changiez vous (…) On a les hommes politiques que l’on mérite. Ils ne sont pas plus malins ni plus intelligents que nous. Ils sont là, en fin de compte, pour faire ce qu’on a envie. Si on n’est pas capables de changer, si on n’a pas envie de changer, les hommes politiques ne changeront rien. »


Hello!

Vous remarquerez certainement le "publicité" intercalé entre ces lignes quand même sacrément chargées. Ce qui donne :
d'où l'absolue nécessité de réagir en masse,...regardez : "publicité pour des fringues haut de gamme"....la sixième extinction.... 8) Yes! le ver est dans le fruit!  Tiens mon Ami(e), croque la pomme et quand tu vas arriver aux pépins, n'oublie pas que sur ta carte "haut de gamme", t'as une réduc en plus du jour des soldes.
Hier, jai appris une nouvelle association de termes : la responsabilité énergétique. Dans le sens usuel, il est bien sur question de Co2, d'empreinte et d'émissions "responsables" (et d'une taxe carbone, magique pour le fric! ;D). Mais, mais, mais....dans un sens spirituel, ça donne un autre encart publicitaire à l'affaire : tu es un être d'énergie et responsable de cette énergie au même titre que tout un chacun(e) sur Terre Mère. Alors? t'en fais quoi de cette énergie? C'est trognon comme question pour en revenir à la pomme. Bah, tiens, je la croque et le pépin je le plante pour qu'il pousse en moi, redonne un arbre, fleurisse et redonne des pommes. L'ennui c'est le ver!
Aië, aië. Le ver est dans le fruit! Un serpent peut être ?  ça me rappelle un truc, une sorte de maillage symbolique dont on ferait finalement tou(te)s partie  : la spirale de vie, le caducée, Le trimégiste Hermès d'Interflora!  Oups, une pub!  :-\ y a pas, je suis infecté idem.
Bon, un des meilleurs proverbes que je connaisse, c'est : "on attrape pas des mouches avec du vinaigre". Alors je propose une nouvelle ligne de fringues haut de gamme avec écrit dessus une pub style :

La sixième extinction des espèces? Oui, mais juste pour ce qui nous porte! La viduité et l'excès de nos élites  :D ;) :P


Bon, c'était la séquence humour noir!

Bizs-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 06 Mai 2019 à 08:43:20
Médias libres, indépendants, alternatifs… Le mensuel « L’Âge de faire » a réalisé une carte de la « presse pas pareille », lancée par le journal « Le Ravi », basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques.
Présentation de la carte par son éditeur :
Médias libres, indépendants, alternatifs… Pas facile de s’y retrouver ! Pour cette carte, nous avons adopté l’expression « presse pas pareille » lancée par le journal Le Ravi, basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques. Parce qu’il fallait bien choisir, nous avons sélectionné les médias répondant grosso modo aux critères suivants :
    ils produisent essentiellement du contenu écrit, sur papier ou en ligne.
    ils n’appartiennent à aucun groupe industriel, financier, ni à aucun mouvement politique, syndical ou religieux.
    ils sont détenus par leurs salarié·es, leurs lecteurs et/ou une association.
    professionnels ou bénévoles, ils mènent une véritable démarche d’information, sans se cantonner à l’expression d’opinions.
    ils sont favorables à une société plus juste et solidaire, sans exclure aucune catégorie de personnes.
    la publicité n’occupe pas plus de 10 % de leurs pages.


Hello!
Ce magnifique rappel par Catherine de Mononoké et du Dieu Cerf sur le  fil de Fédo (politiquement athée..libre expression) vient à point nommé en articulation avec ma question matinale : comment trouver en nous le point d'équilibre, le point de tranquillité, l'oeil du cyclone qui prit de plein fouet notre vie et nous amène sur ce forum?
Les forces de l'invisible tracent en nous des chemins que notre libre-arbitre décidera de suivre ou non. Le conseil est une prise de pouvoir sur autrui, certes, mais restent possibles la solidarité, le partage, la guidance.
Il est dit, en référence à Freud,  du rêve qu'il déplace, condense et diffracte.  Entre sommeil et veille, à l'éveil, notre psyché exprime le mieux son restitué des songes de la nuit. Proche de l'état d'hypnose, ce moment d'éveil ouvre un espace où "entre veille et sommeil, des choses peuvent se réorganiser", comme disent les hypnothérapeutes.
Le mien fut simple : le chemin shamanique que je commence à discerner depuis mon séjour au festival est-il le bon, est-il suffisamment solide, la personne avec qui je souhaite lier est-elle la bonne?
Dans notre bain culturel, trouver un bon analyste n'est pas si facile, même quand on sait s'y prendre. Alors, dans un mode de traditions ancestrales, comment chercher guidance adaptée ? Personnellement, j'ai toujours opté pour le ressenti.
C'est en écoutant le ressenti qu'un fil peut se dégager de la pelote.  Ce questionnement peut tout à fait s'étayer d'une interrogation du songe, du rêve ou de la pensée dite "flottante".
Le fil de reliance à l'invisible s'exprime par ses propres canaux avec ses propres pancartes, comme une carte de presse libre d'intox quand on prend soin d'une écoute dépolluée de nous-mêmes. En ce sens, la psychanalyse est bien outil préparatoire d'une ouverture des portes qui ne sont pas des portes!!!!(reférence : le Samadhi, personne ne peut franchir une porte qui n'est pas une porte, alors, soyez personne.) L'écoute shamanique de la Nature, bain des cultures ancestrales, confirme la pensée quantique dans l'hyper complexité de l'invisible.
L'endeuillé(e) qui a perdu la tête par la douleur ressentie ne  cherche autre chose qu'une nouvelle forme de pensée de reliance, comme l'oeil du cyclone au centre de cette spirale de destruction qu'il génère, son propre point de tranquillité.

Citation Catherine :
A ces mots, le Shishi-gami relève la tête et se régénère presque instantanément. La volonté d'un seul homme a pu préserver un temps l'équilibre. Au deuxième coup de feu, Le Shishi-gami perd sa tête... mais ne meurt pas. Ce qui se passe alors, c'est que l'équilibre entre la vie et la mort est rompu.


L'inconscient collectif a ses points de forces et d'alliances tout autant que l'individuel nous aide à trouver/créer nos propres singularités.


Bizs-itaos.

Pascal.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 06 Mai 2019 à 19:14:31
Médias libres, indépendants, alternatifs… Le mensuel « L’Âge de faire » a réalisé une carte de la « presse pas pareille », lancée par le journal « Le Ravi », basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques.
Présentation de la carte par son éditeur :
Médias libres, indépendants, alternatifs… Pas facile de s’y retrouver ! Pour cette carte, nous avons adopté l’expression « presse pas pareille » lancée par le journal Le Ravi, basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques.
Parce qu’il fallait bien choisir, nous avons sélectionné les médias répondant grosso modo aux critères suivants :
    ils produisent essentiellement du contenu écrit, sur papier ou en ligne.
    ils n’appartiennent à aucun groupe industriel, financier, ni à aucun mouvement politique, syndical ou religieux.
    ils sont détenus par leurs salarié·es, leurs lecteurs et/ou une association.
    professionnels ou bénévoles, ils mènent une véritable démarche d’information, sans se cantonner à l’expression d’opinions.
    ils sont favorables à une société plus juste et solidaire, sans exclure aucune catégorie de personnes.
    la publicité n’occupe pas plus de 10 % de leurs pages.


Merci beaucoup Pascal... c'est SUPER !

Lien direct : https://www.lagedefaire-lejournal.fr/carte-de-la-presse-pas-pareille/
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 07 Mai 2019 à 08:53:16
Merci Fedo pour le lien avec la carte car, Pfouh, pas grand chose de positif et de partageable ce matin! :-\ Et cette nuit j'ai rêvé d'un escalier en spirale quelque peu à réparer!!! Moments de pause et organisation de la boîte à outils !

Hello!

La spiritualité qui pousse est à de multiples facettes : aujourd'hui c'est sa posture de retrait qui m'intéresse. Au-delà de l'éveil, de l'ascension, de la montée vibratoire, de la perception du subtil, se profile une nouvelle forme de désobéissance civile pleine de promesses. Si, dans un premier temps, la spiritualité se distingue d'un "lutter contre" qui opte pour un mouvement de contestation sociale, elle ouvre une forme de "lutter pour" un lien universel respectueux du droit planétaire, écologique, sociétal inscrit dans une libre adhésion qui ne me déplaît nullement.
Une grande partie des personnes avec qui j'ai pu militer dans le passé contre les grands projets de l'oligarchie financière et industrielle m'ont ignoré depuis le décès de ma fille. Pour de multiples raisons, une bonne partie  m'a tourné le dos pour des raisons balayant l'angoisse ou une sorte de "pas savoir faire" qui pénalisent toute attitude de simple compréhension vis à vis des endeuillé(e)s. En gros, sur ce site, je prêche des convaincu(e)s pas la peine d'en rajouter la-dessus. 
Par ailleurs, depuis, plusieurs autres discussions avec de jeunes adultes ont fait état de leur désarroi, leur démotivation pour les luttes socio-politiques qui nous ont tant portées dans notre jeunesse depuis mai 68 : ça ne marche pas ou très peu, rien ne change et rien n'y fait....Alors une catastrophe mondiale, pourquoi pas?  Terrible, je trouve. Mais cette spiritualité très imprégnée de reliance à l'univers, aux forces intérieures, à la culture de l'amour, à l'avènement du pacifique et du bien en soi me remonte le moral. Ce que je ressens de cette montée en puissance du spirituel est qu'elle n'est pas encore infectée du religieux ou d'un ordre moral autre qu'une sorte de quête philosophique du rapport entre un visible peu attractif et un invisible plus prometteur. Pourquoi ne pas envisager la spiritualité sous l'angle d'un changement profond de paradigme clairement distinct de la perversion grande gagnante du capitalisme? Une nouvelle forme de lien social qui évitera peut être les multiples dérives dogmatiques qui vont surgir?
Allez, il est temps de sortir les tournevis pour ajouter quelques marches d'élation!!!

Personne ne marchera à notre place,ni ne les montera, ces marches, n'importe comment § ;D


Bizs-itaos!

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 08 Mai 2019 à 09:26:08
Le PDG de Danone, Emmanuel Faber renonce à sa retraite chapeau et à son indemnité de non-concurrence, soit un sacré pactole… Une décision annoncée au mois de janvier 2019 et officiellement validée lors de l’assemblée générale des actionnaires du 25 avril dernier.

Voilà un homme en accord avec ses principes. En 2016, Emmanuel Faber, le PDG de Danone dénonçait les grands patrons “esclaves de l’argent” devant un pare-terre d’étudiants d’HEC interloqués. Il faut dire que le paysage de l’industrie agroalimentaire n’est pas franchement réputé pour ses engagements en faveur de l’égalité salariale.

Pourtant, en avril 2019, lors de l’assemblée générale des actionnaires du groupe, il a définitivement renoncé à sa retraite chapeau et à son indemnité de non-concurrence en cas de départ. Et cela, au nom de la responsabilité sociétale de son entreprise. Résultat, à l’heure de la retraite, il ne touchera que de celle des salariés du groupe. Une décision strictement personnelle qu’il a ainsi justifié au micro de France Inter :

    « Je n’ai pas besoin aujourd’hui dans mes réglages à moi de ce que l’économie de marché attribue à des patrons de grandes entreprises. Mais c’est mon réglage personnel. »

Sa retraite se serait élevée à 1,2 million d’euros par an, soit un total de 28 millions d’euros, selon France Inter qui s’est basé sur les calculs d’un cabinet privé. Un renoncement exemplaire en accord avec les principes de ce patron aux valeurs sociales fortes. Le 25 avril 2019 il a ainsi déclaré devant les actionnaires du groupe :
- Publicité -

    « Les décennies de croissance économique auront épuisé les ressources de la planète avant d’étancher notre soif de posséder, notre modèle de production-consommation nous ayant entraînés dans une économie de « l’avoir » plutôt que de « l’être », avec pour conséquence « l’insoutenable concentration de la richesse dans le monde, véritable bombe à retardement »

Lors de sa prise de parole il a également réaffirmé son objectif de lutte contre « la déshumanisation de l’économie » :

    « Oui, nous pensons qu’il n’y aura plus d’économie de marché sans justice sociale, que c’est le seul enjeu légitime de la mondialisation. »

D’ici là, Emmanuel Faber conservera malgré tout un salaire plus que confortable puisqu’il s’est élevé à 2,8 millions d’euros par an pour l’année 2018.

Quoi qu’il en soit, voilà une décision courageuse qui envoie un message fort d’équité et de justice sociale. On applaudit et on espère que ça en inspire d’autres !



Bonjour!
Nom d'un yaourt! Il pleut, il vente, il fait froid et le permafrost fond encore plus vite que nos économies à la banque. Mais "I have a dream", ça fonctionne. A regarder mon fromage blanc dans mon assiette, je me dis qu'il y a une chance malgré tout que le lien entre "ma planète et mon argent" arrive à produire autre chose que de la bouillie neuronale.
Et le risque de tomber soi-même dans le travers de "j'en ai jamais assez" peut nous pendre au nez : ce premier pas d'un "grand" patron mérite plus un applaudissement qu'une crise d'urticaire. "I have a cream", avec un peu de confiture, siouplaît, avec mon café matinal sur ma tartine ne donne pas une journée vraiment vraiment ensoleillée, mais pas non plus une journée vraiment vraiment endeuillée, endeuillée d'un début de prise de conscience, aussi tardive soit-elle d'une humanité qui se porterait mieux avec ses requins de la finance qui en ont marre de se gaver sur le dos des autres.
Des fois, l'indigestion est une alliée!

Allez, je croise les doigts et retourne à mes rêves! Mais quand même, un peu, de qui se fiche-t-on alors qu'il y a des millions de gens qui font un super boulot pour toucher des clopinettes?

Bizs-itaos.

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 09 Mai 2019 à 08:48:01
Afin d’interpeller la firme, les militants suisses se sont rendus au pied du siège social de Nestlé, en Suisse, sur les bords du lac Léman. Une opération choc qui s’est déroulée dans le cadre d’une journée d’action mondiale, dirigée par Greenpeace et le mouvement Break Free from Plastic. Ils ont ainsi fait défilé ce monstre de 20 mètres de long et 6 mètres de haut, fabriqué à partir de plastiques ramassés dans les rues, les rivières et sur les plages.

Dans le même temps, des opérations similaires ont été réalisées aux Etats-Unis et au Canada pour dénoncer « l'empreinte plastique monstrueuse » de Nestlé.

Sarah King, responsable de la campagne Océans et Plastiques de Greenpeace Canada, a affirmé :

    «Il n’est pas surprenant que Nestlé soit au premier rang des pollueurs de plastique au Canada en 2018, sachant que le groupe alimentaire a produit 1.7 million de tonnes de plastique selon ses propres indications, soit plus de 300 camions à ordures, l’an dernier seulement. Des milliards de produits Nestlé sont utilisés pendant quelques secondes, puis jetés, contaminant nos espaces verts, nos communautés, nos écosystèmes et nos chaînes alimentaires, laissant ainsi un héritage de déchets aux futures générations. »

Encore une action puissante qui montre les trésors d’imagination qu’il faut déployer pour attirer l’attention et dénoncer les abus de certaines grandes entreprises…


Heeeeeeeeeeeeeeeeello!

Merci Greenpeace, je suis fier et content de vous avoir filé un peu de fric, vous êtes inventi(ve)fs, créati(ve)fs, courageu(se)x et engagé(e)s! Danone/Nestlé même combat! Et ça me renvoie à ma question matinale : quel monstre choisit-on de nourrir en nous ou comment transformer en nous ce deuil monstrueux auquel nous sommes confrontés? Presque sacrilège de le dire ainsi, déjà.
ça me renvoie à la légende de l'éléphant touché par 5 aveugles à qui on demande ensuite de le décrire : celui qui a touché une patte dira que c'est comme un tronc, celui qui a touché la queue comme une corde, les défenses, une lance, l'oreille, un éventail et le flanc un mur...Et bien des fois, je me sens aveugle et frappé d'une telle cécité que je ne peux apprivoiser l'ensemble qu'en empruntant le passage des parties. Il m'est totalement inaccessible d'accepter la pure réalité de la mort de ma fille. Alors, je me contente des bouts puisque la totalité de son être vibratoire n'est plus sur le même plan que le mien. Et je présume la réciprocité, à cette différence : l'être vibratoire que ma fille est perçoit l'ensemble de l'éléphant que je suis, tant de l'intérieur que de l'extérieur, manifesté à la fois par une suggestion, une émanation, une présence invisible, une alchimie mystérieuse hors de portée dans sa totalité. Cette alchimie me condamne à créer un monstre autonome, "naviguant" sur un pont tout aussi vivant que celui des lianes "étrangleuses" de cette culture Indienne qui défend les siennes contre la déforestation. Le deuil qui étrangle se traduit aussi par la construction d'un pont suffisamment solide pour que le monstre puisse l'emprunter,  aller et venir  à sa guise dans sa forme éléphantesque et que je puisse en toucher des parties. Un jour ce sera la déprime, un jour ce sera la créativité, le lendemain de la colère, le surlendemain de la spiritualité mais jamais la résignation. Le deuil est un processus  autonome et lien vivant  tressé des lianes dont on le nourrit.
Vraiment merci Greenpeace de m'avoir insufflé de la force, ce matin, pour apprivoiser mon monstre de larme, de souffrance, de culpabilité, de torture et de peine ! Il avait besoin de créativité, son meilleur foin!

Nestlé/Danone, même combat, filez vos plastiques à la retraite! ;D

Bizs-itaos

Pascal.

Titre: Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Federico le 10 Mai 2019 à 00:21:49
Merci Greenpeace, je suis fier et content de vous avoir filé un peu de fric, vous êtes inventi(ve)fs, créati(ve)fs, courageu(se)x et engagé(e)s! Danone/Nestlé même combat! Et ça me renvoie à ma question matinale : quel monstre choisit-on de nourrir en nous ou comment transformer en nous ce deuil monstrueux auquel nous sommes confrontés?

Il m'est totalement inaccessible d'accepter la pure réalité de la mort de ma fille.

Pascal.

Malheureusement,  j'ai déjà dû l'écrire à maintes reprises ...
malgré moi et à mon grand désespoir..... la cruauté de la vie m'a obligé à accepter la brute, pure et dure réalité de la mort de mon fils aîné !
Je n'ai pas eu le choix  et pourtant vous savez que j'aime dire : je choisis, je décide, je suis libre...
mais là, je n'ai pas eu mon mot à dire !

Dès l'annonce de son suicide... je me suis effondré et genoux à terre, j'ai senti mon corps brûlé vif !
J'ai immédiatement pris conscience que j'étais sous les flammes de la terreur, de l'horreur absolue et je suis mort avec sa mort !

"Depuis" la continuité de ma vie s'est tellement transformée, a tellement changé que je ne peux que me souvenir de  l'impensable,  admettre l'inadmissible et accepter l'inacceptable afin de surmonter l'insurmontable et de supporter l'insupportable.... vivre l'invivable !

Pascal, je suis content pour toi !
Tu sembles avoir trouver des forces dans ta lutte écologique et de nouvelles voies spirituelles t'insufflent de belles énergies vivantes...
Tu dis aussi vouloir rester "perché" mais peut être que tu es simplement monté sur la table et que tu vois ta vie sous d'autres angles ... tu n'es par conséquent pas si "perché" que ça ! et si cela te convient tant mieux !

Tu as bien compris que j'étais un peu en décalage par rapport à toi mais cela n'est pas vraiment important !
Tu mérites éternellement mon respect cher Papa de Javotte !

Amicalement, solidairement.
Federico
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Mai 2019 à 08:48:39
Dès que la nature peut reprendre ses droits, elle le fait. Pour preuve, ces cinq petits renardeaux nés dans le cimetière d’Ivry-sur-Seine, à quelques mètres seulement de la capitale. Des images sublimes qui nous prouvent une chose : quand la chimie s’en va, la faune revit. Explications.

Depuis 2015, la ville d’Ivry-sur-Seine a fait de son cimetière une zone zéro phyto : plus aucun produit chimique n’y est répandu. Ni insecticides, ni herbicides. Résultat : la végétation a peu a peu repris position, ouvrant la voie au retour d’une véritable biodiversité. Après la réapparition des éperviers, des piverts, des chauves-souris, des hérissons et des chouettes, une renarde a même choisi ce cimetière pour donner naissance à ses cinq petits !


Bonjour!
Ce matin, un sujet plein d'épines était sur le tarmac : comment  une société basée sur un postulat de souffrances, de violences et de brutalités accorde-t-elle le moindre regard, la moindre attention à ce qui peut la guérir?
L'image de nos petits renardeaux donne bel exemple de ce qui nous incombe : la vie qui reprend ses droits dans un cimetière et c'est ce paradoxe qui fait relief. Et quel relief, pour nous, dans notre ici et maintenant d'Endeuillé(e)s.
Dans notre terrible chemin d'endeuillé(e)s, c'est cette force de vie qui soutient  les potentialités d'un devenir autre que mortifère que, pour mon lot, je tente en permanence de chérir, cultiver, protéger, de  supporter. Oui, de supporter.
La force vive de l'Univers qui est en nous regarde comment nous oeuvrons, jamais démunie alors que Nous, le petit nous face au Grand Nous, nous le sommes parfois, totalement démuni(e)s. "Grand Observateur" nous soutient quand il y a  cruellement besoin. S'ouvrent alors parfois des sérendipités, des inspirations, des hasards, des signes, des opportunités, des synchronicités  qui solidifient le sens, mais il n'y a pas de maîtrise particulière la-dedans, seulement de la "photosynthèse", en quelque sorte. ça pousse. Alors, oui, Fédo, je te remercie de ton honnêteté, j'ai bien senti ce décalage, mais ce décalage ne fait pas fracture, tout simplement. Une façon de métaphoriser la douleur ne prime pas sur une autre, Grand Observateur ne peut qu'être d'accord la-dessus.  :-*. Je m'incline.

« Du sentiment profond qu’il avait de la solidarité de toutes choses et d’une loi générale d’interaction, Confucius a tiré le principe de convenance. La Convenance est la seconde vertu confucéenne ; elle invite à pénétrer la nature des choses de façon à pouvoir accorder chaque action avec les données circonstancielles du milieu ».

Bizs itaos.

Pascal.
Titre: Re : Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 10 Mai 2019 à 13:44:15
malgré moi et à mon grand désespoir..... la cruauté de la vie m'a obligé à accepter la brute, pure et dure réalité de la mort de mon fils aîné !
Je n'ai pas eu le choix  [...]
 accepter l'inacceptable afin de surmonter l'insurmontable et de supporter l'insupportable.... vivre l'invivable !

Je ne suis pas une  "enfant-deuillée", j'espère ne pas être maladroite ....

Accepter "la pure réalité" de leur mort : que cela se fasse malgré soi, (avec tout le temps nécessaire) me rassure ....

Actuellement, ne pas réussir à accepter sa mort, c'est une vraie privation de liberté .... j'en arrive à saper ces élans de vie qui tentent d'émerger ....

L'image de nos petits renardeaux donne bel exemple de ce qui nous incombe : la vie qui reprend ses droits dans un cimetière et c'est ce paradoxe qui fait relief. Et quel relief, pour nous, dans notre ici et maintenant d'Endeuillé(e)s.
Dans notre terrible chemin d'endeuillé(e)s, c'est cette force de vie qui soutient  les potentialités d'un devenir autre que mortifère que, pour mon lot, je tente en permanence de chérir, cultiver, protéger, de  supporter. Oui, de supporter.
Cet espoir si fort !  Nous avons encore ça : cette force de vie ....
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 10 Mai 2019 à 15:57:43
Non Catherine, tu n'es absolument pas maladroite, pour ce qui me concerne. Les un(e)s comme les autres avons été touché(e)s dans une fibre d'amour profonde, un arrachement d'une part de nous mêmes, et personnellement je ne vois pas de hiérarchie dans la douleur. Elle est, c'est tout. Accepter ou ne pas accepter ne change pas grand chose non plus, comme un phare à jamais hors de portée puisque nous sommes dans un inacceptable, un inconcevable, un anachronisme total.
Ce que j'accepte c'est comment on vit avec ça, qu'est-ce qu'on en fait, qu'est ce que ça instruit,  qu'est-ce que ça induit justement en nous?
Alors, ok, je veux bien respecter toute forme de survie et je ne tiens à convaincre personne qu'un chemin est plus aisé qu'un autre.
La pensée chinoise Li observait les façons de s'organiser dans la nature : le labyrinthe comme l'intérieur d'un choux, la spirale comme la coquille de l'escargot, la distribution des feuilles sur une joubarbe en suite de Fibonacci, les ramifications qui produisent les branchages. Pour moi, dans le processus du deuil il y a des chemins qui se ramifient, et pour se ramifier ils doivent aussi se différencier, et tant qu'à faire sans se déchirer. C'est ce qu'on fait, il me semble, dans l'arborescence de nos douleurs, une ramification. Et nos affects en sont la sève. Le tout fait force de Vie.
Je n'ai pas vu le corps de Javotte, ça a été si rapide, si loin, si sidérant. Un arrachement à vif. Peut être que la pure réalité de la mort que Fedo a eu le courage d'affronter au moment du décès de Raphaël et que je n'ai pas vécue  contribue à ma totale incapacité d'accepter. Possible, mais vraiment, cette petite boîte avec ses cendres, je garantis que ça m'a suffit et je me fiche des jugements. Authentiquement, sincèrement, honnêtement je ne crois pas que cela change grand chose au fond de nos états. Il en bave autant que j'en bave et nous sommes tous dans cette galère esclaves de ces morts prématurées, puisque comme dit Nath, il y a mémoire à avoir sur ce sujet et on rame.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 11 Mai 2019 à 08:25:26
Pour la toute première fois en France, un grand groupe est jugé pour harcèlement moral organisé à grande échelle. Lundi 6 mai a débuté le procès de France Télécom, devenu Orange en 2013, et de trois de ces anciens hauts dirigeants. Entre 2007 et 2010, leur plan social a eu pour conséquence une vague de suicides des salariés, dont 35 au cours des seules années 2008 et 2009.

Bonjour!

Eh bien pour moi, voici une des meilleures préventions du suicide : la justice. Que ces acteurs de l'ultralibéral soient responsabilisé(e)s par l'ordre social des dégâts humains qu'ils génèrent a non seulement une portée symbolique mais ouvre  une faille dans ce rouleau compresseur qui écrase nos liens sociaux au titre d'une élite gavée de sa propre suffisance, de sa propre immunité. Certes, ce n'est encore qu'une prothèse, mais au moins si ça ne répare pas, ça permet d'espérer un devenir plus sain.
Je ne dissocie pas l'état corrosif de nos rapports sociaux de celui de notre rapport à la nature. Les pervers de tout poil, du genre féminin ou masculin doivent apprendre que ce qu'ils actent avec autrui leur revient dans la face comme un boomerang, car non seulement c'est un préjudice à notre devenir mais un préjudice à l'humanité dans sa dignité d'espèce.
Je sais que ces envolées peuvent paraître déconnectées d'une réalité moins prometteuse, mais pourquoi s'économiser des sentiments de joie d'une victoire quand il y en a ? Il ne s'agit pas d'une jouissance vengeresse, mais bel et bien de simple soulagement d'une marche franchie! Je prends!

citation Nathalie Zaltzman in "de la guérison psychanalytique", PUF 1998 p 55 :
"Et l'individu pourrait assurer son auto-conservation au mépris des intérêts tout aussi vitaux qui le lient libidinalement à des membres de son espèce et à l'espèce dans son entier.
La "dérivation commune" est inscrite en filigrane dans la conception même par Freud de la Kulturarbeit, affaire de chacun et de tous. Elle est présente dans ce qu'il nomme un progrès dans la vie  de l'esprit où la figure de Moïse, ses conséquences inconscientes dans l'histoire  humaine tracent  un devenir psychique, individuel et collectif au-delà du complexe d'Oedipe."


Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 12 Mai 2019 à 09:12:52
Spationaute, La Bajon colonise une nouvelle planète à détruire

Prendre le pouvoir sur une planète et l'exploiter jusqu'à l'épuisement, l'humanité sait faire. Alors, plutôt que de s'inquiéter, pourquoi pas recommencer ?

https://youtu.be/RdI-kLZDT4o

Hello!
ah ah, c'est pas parmi les plus réussies mais il y a de belles répliques! Merci et en plus, en la tournant, vous avez du bien vous marrez! ça tombe bien, au réveil, un être constitué de milliards d'étoiles se baladait dans mes songes. Un être numineux, véritable composition de cascades étoilées dans un ballet  proche du visuel que nous offre une nuée d'étourneaux : https://youtu.be/7-Ott8SFa5o

Carl Gustav Jung, dans le cadre de sa psychologie analytique, rattache le numineux aux archétypes, formes symboliques innées et constitutives de l'inconscient collectif.

Jung s'intéresse à l'interaction de l'inconscient et du conscient chez les individus souffrant d'un trouble psychique, qui pourrait être résolu en accédant au numineux : « Ce qui m'intéresse avant tout dans mon travail n'est pas de traiter les névroses mais de me rapprocher du numineux... l'accès au numineux est la seule véritable thérapie. »


Et bah voilà une jolie thérapie dominicale, un bon morceau de rigolade et une cascade cosmique en différé, au regard de notre espèce semant des troubles multiples car pas encore tout à fait transmutée en civilisation responsable !

Bizs-itaos

Pascal.

PS : en ajout de mon texte précédent un peu trop léger à mon goût (même si sur le fond,c'est plus que hard!)  pour aborder ce sujet, et en tout respect de la légitimité des messages postés sur " tabou, même sur un forum du deuil",    je me permets de questionner un lien au sujet des préjudices et flétrissures que je ressens être aussi  reflets, facettes, d'un réel déni sociétal : n'y a -t-il pas une tentative de salissure commune qui circule vis à vis des personnes suicidantes identique à celle qui circule au sujet des fusillés pour l'exemple de 14/18? En terme de sociétés qui refusent de regarder dans un miroir ce que leur abject condamne des êtres à acter, à subir ? J'espère ne pas vous froisser en posant cette question.


Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 13 Mai 2019 à 09:12:19
1/La montée des eaux, tout le monde en parle. Et pour cause : ce phénomène n’est plus une hypothèse, c’est déjà une réalité en cours. Cependant, on n’en est encore qu’au tout début et il reste très difficile d’en imaginer les conséquences concrètes pour notre planète et sa géographie. D’où cet outil précieux qui pourrait nous aider à mesurer l’ampleur du danger et la nécessité d’agir au plus vite : un simulateur de montée des océans.

2/Ne touchez pas aux sites classés du Littoral !
Les Sites classés sont en danger, ceux du Littoral aussi !
Et pourtant leur préservation est essentielle à la protection du
patrimoine pour nous qui aimons leur beauté et leur part d'infini liberté qui nous ont été transmis depuis des générations.
Des sites comme, le Mont Saint-Michel, la dune du Pilat, les dunes de Flandres, celles de Gâvres à Quiberon, l'Estuaire de la Charente et l'Arsenal de...


Bonjour!

Voici 2 articles qui se répondent bien et m'invitent à aller direct acheter un kit "matériel de plongée" quand je voudrai aller chercher du fromage dans mon frigo d'ici 5000 ans.  Les pôles ont fondu, le niveau des eaux est monté de 65 mètres, mais celles et ceux qui auraient construit un petit palace au bord des flots sur un site actuellement protégé auront peut être les moyens financiers de l'avoir mis sous bulle alors que le reste de la population visera le plus pauvre promontoire comme un véritable Eden. Ou bien un arbre histoire que les derniers descendants de notre espèce finissent comme le "baron perché" d'Italo Calvino, dans les arbres! Retour aux sources grâce au réchauffement climatique!
Pas tout à fait pour notre génération de soixantenaires mais bien de s'en soucier un peu, non?
Perso, je souhaite ne me laisser submerger par que dalle, encore moins la haine que la flotte et je m'emploie mes énergies à difficilement équilibrer force de mort avec force de vie comme tout Endeuillé(e), avec respect, solidarité et compassion parfois. Donc, à ne pas se tromper, tout au plus, j'essaye de flotter la-dedans sans couler!
A vos bouées, des fois il y a un peu de houle, ces temps-ci! Effectivement, pour moi, le shamanisme en est une, de bouée, ce que la psychanalyse n'a pas déblayé au karcher, la mort de ma fille a totalement fini le travail et c'est très simplement que je vais tenter de monter ces nouvelles marches que me propose la Vie, comme de modestement les partager.
La simplicité est toujours le meilleur chemin.

Bizs-itaos.

Pascal.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Mai 2019 à 08:54:07
Pendant près de deux semaines de 2018, Aurélie Noury a vécu auprès de Linda Fernandes, jeune femme ayant décidé de faire l’expérience radicale de la vie en autogestion et de la simplicité volontaire à Beça, dans le nord du Portugal. La photographe nous livre son témoignage brut, entre certitudes et doutes, à propos d’un monde où il est de plus en plus difficile de trouver sa place et où les espaces de liberté – ces maquis de résistance – sont aussi rares et incertains que précieux.

Extrait :
Ensuite, honnêtement, je ne sais pas trop.

J’aime aussi la vie communautaire, les projets collectifs. L’autogestion c’est bien, mais encore mieux à partager avec d’autres gens qui ont les mêmes idées. Dans le futur j’aimerais bien créer ou trouver une Communauté où je pourrais continuer le maraîchage tout en développant des projets sociaux, associatifs, comme celui auquel j’ai participé en Slovénie. Le sud du Portugal me paraît un endroit plus clément pour s’installer.

Et bien sûr, j’espère aussi continuer à faire des voyages pendant l’hiver avec mon camion et mon chien.


Bonjour!
La spiritualité, c'est mon "sud du Portugal" un bel endroit où je souhaite m'installer. Je m'y sens bien, il fait plus doux et le climat comme l'ambiance y sont plus cléments pour les vulnérables que nous sommes. Pour moi, le processus d'incarnation des âmes reste un mystère, et cette trame d'un  vivant énergétique de l'universalité que constitue notre espèce ne saurait escamoter la singularité de nos destins. Certes, de principe, nous naissons toutes et tous égaux, mais de fait non. Nous ne sommes pas doté(e)s des mêmes résistances aux facteurs de décompensation qui surgissent inévitablement dans le processus d'évolution qu'il nous advient d'arpenter. La loi de la singularité distingue sans disjoindre mais, quoiqu'il en soit,domine nos destins, rien ne peut se faire de mieux, et honnêtement, je ne sais pas trop non plus!
Tous mes voeux de réussite, Linda et chapeau pour ton courage !

Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Mai 2019 à 08:37:05
Monsanto condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple de retraités

La justice a considéré que les plaignants n'avaient pas été suffisamment informés des risques induits par l'usage du Roundup.

Hello!
Et voilà, en France, ça serait plutôt l'inverse, actuellement : un couple de retraité condamné à verser sa retraite à Monsanto pour avoir osé en renverser un bidon juste devant le présentoir! En promenant Cheyenne, je suis passé par un chemin GR et quelle joie ce fût d'en prendre plein les poumons grâce à un tracteur aspergeant les blés avec la musique à donf dans l'habitacle, histoire de polluer en rythme. Cooooooooool, Paix à la paix, crise à la crise!
ça a chauffé un peu sur notre forum. Puisque je suis dans les tracteurs, cela me fait penser aux sillons : il arrivait en thérapie familiale de faire allusion aux disques vinyles. Comme un sillon que suit notre saphir pour dérouler sa musique de Vie...Et des fois un trauma raye le disque si gravement qu'à chaque tour, le saphir reprend le même sillon à l'endroit de la césure pour rejouer le même air, inlassablement pollué par la douleur qui s'est répandue si effroyablement au point d'altérer sa trame. Le chant des pistes des Aborigènes d'Australie rendait initiatique la recherche du segment chanté qu'il incombait de retrouver pour remailler le sens du chemin de Vie de l'être grandissant. Cette quête initiatique était rude, à risques, voire dangereuse, formatrice du devenir, enseignante des racines, car comment un arbre pourrait donner des fleurs sans avoir un ancrage dans un sol?  Nous, les Endeuillé(e)s avons, un segment chanté qu'il nous faut arpenter de nombreuses fois avant qu'il puisse dérouler son temps sans retraduire la mélopée d'une douleur en boucle :

l'Ouroboros prend tout le temps qui lui est nécessaire pour redevenir spirale.


Bizs-itaos.

pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 16 Mai 2019 à 08:18:18
Se réjouir de « l’extinction de l’espèce humaine » est devenu un commentaire courant dans les bouches et sur les réseaux sociaux. Sans avoir le courage de la formuler ainsi, certains s’imaginent bien légèrement que la mort précipitée de millions d’êtres-humains réglera le problème de la crise écologique. En plus d’être factuellement peu probable à l’échelle de nos vies, un tel raisonnement aujourd’hui n’est pas seulement cynique, c’est également un luxe réservé à ceux qui vivent dans des régions du monde encore relativement stables et préservées des crises écologiques afin de valider son propre immobilisme. Pourquoi se réjouir de l’effondrement est le signe d’une « déperdition » dramatique d’empathie sur fond d’égoïsme d’individus épargnés – pour l’instant – par la crise.

Bonjour!
Je reprends cette vieille formulation : "faut-il être un âne pour être vétérinaire?"
"Comme si" il y avait une incapacité de l'humain à retenir les leçons de Vie que nous nous infligeons pour grandir. Le fameux "comme si' de l'enfance qui ritualise nos apprentissages et reste actif dans partie de notre incurable ânerie d'êtres grandissants. Une fonction cathartique en rade pour des cerveaux en taille de pois chiche qui doivent pousser comme Jack et le haricot magique.
Cf Larousse :  "ainsi, le secret de la méthode cathartique réside dans un travail de deuil que le sujet s'autorise à accomplir en tant qu'il accepte le retour  de son souvenir inacceptable. C'est la fonction de la parole, du fait de dire, qui est déterminant de cette mutation."
Hypolite est un âne qui habite pas loin de ma baraque, dans un superbe endroit qui jouxte des marais. C'est un vrai Baudet du Poitou, et j'adore sa placidité. Sa robe est d'un gris plutôt foncé et le gris clair du contour de ses yeux lui donne une allure de masque Africain très proche des masques "Punu" pour les connaisseurs. Cheyenne avec son mix de noir et de couleur feu lui répond joliment en terme de palette colorée. La fougue Cheyennesque  répond tout autant à la placidité Hypolienne dans un équilibre qu'il me plaît de ressentir. Le vibrato.  C'est ce vibrato intérieur qui sonne pas top quand j'entends une réjouissance malsaine qui opte pour les bienfaits d'une  extinction de la race humaine. ça a le gout d'une pathologie masochiste, et ça fait "hi-han" dedans, juste à l'endroit où notre disque vinyle est rayé et repart dans le même sillon : que n'ai-je entendu dans ma jeunesse des propos louangeurs d'une "bonne guerre".
La seule guerre qui nous intéresse positivement, c'est celle qui est menée par chacun(e) à sa propre ânerie. Alors, oui, parfois "il faut être un âne pour être vétérinaire" et l'espèce humaine n'y coupe pas!
 :P. Je retourne brouter du "comme si", ça m'aide de ruminer! >:(


Bizs-itaos.

Pascal.

PS : absent du forum jusqu'à lundi! re-bizs et bon WE! :-* Merci Nora d'avoir rappelé le deuil fraternel. C'est tellement difficile. Laisser place, soutenir, respecter, aimer le Vivant de nos enfants sans faire état du deuil permanent qui occupe tant de notre temps, je ne suis vraiment pas certain d'y arriver l'autre grande partie de mon temps.
Vraiment une bonne chose que SarahB et Claraben puissent s'exprimer ici. Toute ma considération.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 19 Mai 2019 à 20:17:38
Bonsoir!
Un petit mot rapide pour Nath en particulier ! De retour après 3 jours de vadrouille! Rien à voir avec les remous récents du forum si ce n'est que cette vadrouille a été motivée aussi par un RV avec une psychanalyste au profil très particulier, praticienne shamanique que je voulais rencontrer de visu avant d'aller plus loin (et me présenter aussi pour avoir son avis) . C'est concluant! Trop HS ce soir pour avoir les idées plus claires! Et Fédo va sortir de son silence, sûr, patience!

Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 19 Mai 2019 à 20:59:55
"Et Fédo va sortir de son silence, sûr, patience!"

Franchement, ça, ce serait top !  Qui sait ...

Sinon, Pascal, tu vas te retrouver à soliloquer là, en haut. Je viendrais bien te rejoindre, mais comme je n'ai pas toujours la lumière à tous les étages, que je ne comprends pas tout et que je n'ai pas toujours d'avis sur les sujets...

Et moi je risque de m'ennuyer ferme sur le forum car c'était quasiment la seule partie que je continuais à lire, thèmes  intéressants, à réflexion, discussions passionnantes ...

(Au fait, ce n'est pas moi qui avait rappelé le deuil fraternel... mais le coeur y était.)

Porte toi bien Pascal

Nora

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 20 Mai 2019 à 07:34:24
C’est un trésor, tout simplement. L’ARChive of contemporary Music (l’ArC, la librairie géante de New York) a numérisé et mis en ligne 50 000 disques vinyles 78 tours datant de 1890 à 1950. Et, bonne nouvelle : tous sont disponibles gratuitement à l’écoute et au téléchargement.
Photo : Shutterstock

Pour parvenir à une telle prouesse, l’ARC s’est associée à l’Internet Archive. Ainsi est né le Great 78 Project, un site qui rassemble déjà, au 16 mai 2019, 167 560 titres très exactement.

    « Chaque disque est nettoyé, séché, pris en photo et numérisé. »

Great 78 Project permet de filtrer ce trésor par année, par genre (blues, jazz, yodle…) par nationalité (Angleterre, France, Espagne, Italie…) et par artiste.
Pour en savoir plus, vous promener et vous perdre dans ce merveilleux dédale de sons, rendez-vous ici (allez sur la page du site et cliquez ;)!).

Hello!
C'est géant ce truc, et gratuit! Et ça me permet de rebondir sur le sillon. Yes! J'ai donc tracé le mien ces derniers jours, et suis passé par la case rencontre thérapeutique. Et comme au jeu de l'oie, j'ai eu le coup de dés heureux, un vrai double 6! Je rigole, mais le sujet n'est pas vraiment rigolo du tout, du tout, vu que j'en ai profité pour aller déposer des fleurs sur la tombe de ma fille. Mais la souffrance est moins brûlante. ça confirme mon ressenti : à défaut de paix, le noyau de tranquillité au centre du Maelström existe et rend la souffrance moins brûlante, j'y ai mis un pied, je crois. C'est le sillon qui se déroule sans rester dans une trajectoire en boucle, semble-t-il, nous condamnant à affronter un Ouroboros qui n'est pas spirale.
Et cette spirale m'a conduit à cette phrase : il faut avoir été "démembré(e)" pour passer de l'autre côté. Effectivement, sans la mort de ma fille, je n'aurai perçu le message de la forêt "prends ta plume", message qui m'amène ici, à écrire et à partager avec vous ce cheminement, mes Ami(e)s de grande douleur.
Cet entretien thérapeutique s'est conclu sur une inscription en stage, je m'y sens prêt et en confiance. Ce sera un saut dans l'inconnu et je fais confiance aux Esprits pour accueillir ma trouille, mes remous, mes incertitudes dans un cadre suffisamment sécure pour que je m'y risque. Qu'en sortira-t-il? Je n'en sais rien. C'est le chemin, c'est tout ce que je sais.
Ce que je sais aussi, c'est qu'il n'y a pas dans notre culture prétention à être Shaman. Les mondes invisibles ont leur règle et la principale est l'intégrité, le reste appartient à nos guides.

Enfance de Tecumseh

Les parents de Tecumseh sont des Shawnees vivant parmi les Creeks dans ce qu'on appelle aujourd'hui l'Alabama et la Géorgie. Les Shawnees sont un peuple nomade fragmenté parlant une langue algonquienne. Ils ont été délogés de l'Ohio vers la fin du 17e siècle par les Iroquois. En 1759, les parents de Tecumseh remontent vers le nord lors d'une tentative de réunification de la tribu près de la rivière Ohio. Les Shawnees croient qu'ils sont le peuple préféré du Grand Esprit et que celui-ci leur a donné une partie de son cœur. Le père de Tecumseh, Pukeshinwau, est un chef shawnee.
Tecumseh naît probablement près de la rivière Scioto, soit à Chillicothe ou à Kispoko, vers 1768. On croit que son nom signifie « étoile filante ». Il est associé à la panthère céleste, patron spirituel du clan des Kispokos auquel sa famille est liée. Pendant l'enfance de Tecumseh, les Shawnees sont ravagés par la guerre. À cinq reprises de 1774 à 1782, des armées ennemies occupent le territoire de la tribu. Lors du traité du fort Stanwix en 1768, les Iroquois, qui affirment avoir conquis le pays de l'Ohio, vendent ces terres aux Américains. Les arpenteurs et miliciens américains deviennent alors omniprésents sur le territoire. Les Shawnees, dont la population s'élève à seulement mille personnes, ont peu de moyens pour résister aux attaques acharnées des colons avides de terres et des militaires américains. Pukeshinwau, le père de Tecumseh, est tué lors d'une telle confrontation le 10 octobre 1774 à Point Pleasant.

En 1777, les Shawnees se dispersent, certains s'établissant dans les vallées des rivières Little Miami et Great Miami. Tecumseh s'installe à Pekowi sur la rivière Mad, un affluent de la Great Miami. Depuis son enfance, il considère tout naturellement les « longs couteaux » comme ses ennemis : ils se sont emparés des terres des Shawnee, ont tué son père et ont détruit des villages. Les Kispokos ne jouissent pas d'une aussi grande considération que les autres clans, mais ils ont la réputation de se battre mieux que quiconque parmi les Premières Nations.



Ne vous laisser pas intimider par les remous, ils font partie de nous et de la Vie, parole de Shawnee! :-*


Bizs-itaos

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 21 Mai 2019 à 08:23:47
La désobéissance fertile : vivre en symbiose avec la Nature
« Nous avons choisi d’habiter un lieu d’une profonde poésie qui n’est pas animé par une haine du système, mais habité par du beau et du vivre-ensemble. La désobéissance fertile s’oppose à la destruction du vivant pour régénérer notre environnement. En assumant ce choix de vie, nous souhaitons que celles et ceux qui veulent vivre au plus près de la Nature ne soient plus traités comme des marginaux. » Jonathan Attias, pionnier dans la désobéissance fertile


Bonjour à vous tou(te)s!

Donc la décision fût prise. Le petit monastère est porte close.  Ces remous violents qui ont secoué le forum sont-ils en reflet de ce qui se joue dans nos fors intérieurs et plus particulièrement à notre insu, en coulisse? Petit monastère est bien vivant et perso je le préfère clos qu'enterré. Ce qui se joue en son sein appartient à Fédo et il conserve toute mon estime, tout mon respect de Papa endeuillé. il n'y a pas de meilleur chemin qu'un autre dans la tourmente du deuil. Les remous font partie de ce chemin, si pentu, si ardu, si violent!  Je préfère qu'une violence des éléments nous laisse parfois exsangues, certes, mais vivants, épuisés mais prêts à nous relever. L'intensité de la loyauté paternelle de Fédo est en miroir de celle de Raphael et Petit Monastère est un bastion qu'il est interdit de fracturer, merci, Yacine, de le laisser à notre portée et en respect de ce qui s'est joué entre ses colonnes. Courage mes Ami(e)s, l'inconscient sait plus que nous ce qui est bon pour nous, même si parfois il semble inverse de ce que nous aurions souhaité. Je fais le choix de lui faire confiance sur ce coup-là : "un train peut en cacher un autre" dit-on en systémie...Une petite lueur dans mon expérience de clinicien clignotait et me laisse encore un peu perplexe.  A suivre.

L'image d'un oeil de tranquillité au centre du cyclone appelle cette réflexion que Quigan nous partage :
Rien n'explique ce changement brutal de ressenti.

j'en suis surprise, je ne veux pas rebasculer dans la peur d'aller mieux
j'accepte.
je ne sais pas à quel point ce ressenti sera stable.

affectueusement


Merci Quigan de transmettre ce cycle du "renouvellement", il colle avec ce que je ressens. Qui peut prétendre que la tranquillité ne s'entoure pas de remous? Et ne sommes nous pas nous-mêmes vectrices et vecteurs de ces remous? Et curieusement quand l'harmonie de notre place en symbiose naturelle avec la nature se racine de nouveau, l'apaisement se fait d'un hors nous qui se transcrit en nous, mais à un rythme qui nous échappe.

Bizs et bizs-itaos à Fédo.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: nathT le 21 Mai 2019 à 09:37:13
Bonjour,

Le petit Monastère est clos .
Je suis triste cependant je respecte la liberté de Federico, c'est son choix, son libre arbitre, son chemin .
Comme pour le deuil: il n'est plus présent sur le forum mais il tient une grande place dans la mémoire , dans le coeur de ceux qui y ont trouvé un apaisement en parcourant ses allées .

Merci Pascal,la lecture de tes textes m'oblige à faire fonctionner les quelques neurones qu'il  me reste.

Nath

 
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 22 Mai 2019 à 08:43:28
Jouer avec le sable est un jeu d’enfants ? Oui, mais pas seulement. En fait, avec l’âge, il n’y a que la taille du bac à sable qui devrait changer. Démonstration avec J.ben, dont les fresques vues du ciel sont aussi impressionnantes que magnifiques.

Hello!

Je vous suggère d'aller faire un tour sur le visuel de ces magnifiques oeuvres de l'éphémère offertes au ciel, à la mer et à la terre, un régal des yeux. ça m'aide un peu ce matin, car j'avoue être un peu paumé, confirmation d'un rêve qui me mis en contact avec la même impression : perdu! Lost in time, lost in space! ça doit être en lien direct avec les bords de notre bac à sable virtuel, aussi vaste semble-t-il, aussi exigu semble-t-il aussi   pour suffire à contenir nos profonds désarrois d'endeuillé(e)s. La psychanalyse des limites, en gros, un pied de chaque côté de la frontière.
Et il n'est pas toujours facile de décoller du sol pour déployer ses ailes, prendre un coup d'altitude et regarder nos sculptures douloureuses sous l'angle de l'élation. Du coup, pour l'instant, je suis paumé, parce que je ne comprends pas très bien le fil qui m'amène à l'être. Ou t'es Amigo? Vas falloir que je t'écrive en direct, si je comprends bien. Le fil pour moi s'est rompu à un moment de décalage que je n'arrive pour l'instant pas à formaliser clairement. Hier, en footing, j'ai croisé une superbe perruche, impossible à recueillir, toute heureuse de sa nouvelle liberté car probablement échappée d'une cage. Magnifique à voir mais un peu inquiétant pour son devenir sur nos terres inhospitalières pour les oiseaux bariolés. Ici vaut mieux se déguiser en canard, coin-coin, et encore par un autre jour que celui de l'ouverture à la chasse.
Gare à tes ailes, Amigo, le virtuel et le réel sont 2 mondes qui se côtoient sans pour autant présenter les mêmes dangers.
Pour l'instant, j'ai un peu l'impression de faire des pâtés tout seul dans mon bac à sable... ;D J'aimais pas vraiment quant on devait attendre que l'autre est fini pour avoir le râteau, la pelle ou le sot(le sceau, pardon) , mais , nos châteaux de sable il me plaisait bien! La coquille St Jacques que l'on foutait sur la tour de gauche, tu l'as piquée pour aller faire un tour sur le chemin du même nom en y ajoutant Compostelle.
J'ai positivement horreur de ne pas comprendre ce qui m'arrive, vraiment, et ça s'est renforcé depuis la mort de ma fille.
Non que je veuille tout maîtriser, loin de là. Ce genre de phantasme de toute-puissance est comme le reste : il y a un bon moment que j'en ai fait mon deuil. Mais, là, tu vois, Amigo, le tien de deuil virtuel, je ne  l'ai pas fait.

Bizs.

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Mai 2019 à 07:46:41


    « Monsieur le ministre,

    À ma très grande surprise, vous m’avez adressé la semaine dernière un courrier pour m’annoncer que vous me décerniez le grade de chevalier des arts et lettres.
    Je vous remercie de cette délicate attention, mais j’ai bien peur de devoir refuser cet « honneur ».

    Déjà, spontanément, je n’ai jamais été très excité par les médailles. Pierre Desproges disait « les décorations, c’est la libido des vieux ». Je me plais à penser que je n’en suis pas encore là. Il y a cependant des distinctions plus réjouissantes que d’autres, et celle-ci a l’inconvénient, monsieur le ministre, d’être remise par un représentant politique.
    Or, comment accepter la moindre distinction de la part d’un gouvernement qui, en tout point, me fait honte ?

    Car oui, il s’agit bien de honte.

    J’ai honte de ce que votre gouvernement fait des services publics, au nom du refus dogmatique de faire payer aux grandes entreprises et aux plus grosses fortunes les impôts dont elles devraient s’acquitter. « Il n’y a pas d’argent magique » martèle votre leader. Il y a en revanche un argent légal que monsieur Macron refuse d’aller chercher pour ne pas déplaire à ceux qui ont financé sa campagne.

    J’ai honte, lorsque j’entends monsieur Castaner s’indigner que l’on puisse « s’attaquer à un hôpital », comme il l’a fait récemment, alors que c’est bien votre gouvernement qui fait le plus de mal aux services de santé, et pas trois gilets jaunes qui cherchent à se mettre à l’abri au mauvais endroit. J’ai honte de ce gouvernement qui, en supprimant l’ISF, a divisé par deux les ressources des associations qui prennent à leur charge les plus faibles, les plus démunis, les laissés pour compte, à la place de l’État.

    J’ai honte lorsque votre gouvernement refuse d’accueillir l’Aquarius et ses 160 réfugiés qui demandent de l’aide, et encore plus honte lorsque monsieur Castaner, encore lui, accuse les ONG qui tentent par tous les moyens de sauver des vies d’être « complices » des passeurs.
    J’ai honte lorsque je vois la police « escorter » les militants de Génération Identitaire après leur coup de com’ au col de Briançon pour les « protéger » contre les militants favorables à l’accueil des réfugiés. Certains de ces derniers furent d’ailleurs interpelés, alors que tous les membres de Génération Identitaire sont rentrés chez eux fêter leur coup de publicité.

    J’ai honte de votre politique indigne d’accueil des migrants, et en particulier des mineurs isolés. Le gouvernement auquel vous appartenez a accéléré le rythme des expulsions, voté l’allongement à 90 jours de la période de rétention pour les étrangers en situation irrégulière. De la prison, donc, pour des personnes n’ayant commis aucun crime, hommes, femmes, enfants, nouveaux-nés. Pendant ce temps, des préfets plusieurs fois condamnés pour non respect du droit d’asile sont maintenus en poste.

    Pour de sordides calculs électoraux, le gouvernement auquel vous appartenez foule aux pieds tous les principes philosophiques et moraux qui sont à la base de la constitution et de l’histoire de ce pays, et passe à côté du sens de l’Histoire. Soyez certain que l’Histoire s’en souviendra.

    J’ai honte de l’incapacité de ce gouvernement à prendre en compte l’urgence écologique, qui devrait pourtant être le seul sujet à vous préoccuper vraiment. En dehors d’effets d’annonce, rien dans les mesures prises depuis deux ans n’est à la hauteur des enjeux de notre époque. Ni sur la sortie des énergies fossiles, ni sur le développement du bio, des énergies renouvelables ou la condition animale. Votre gouvernement reste le loyal service après-vente des lobbies, de l’industrie agroalimentaire, des laboratoires, des marchands d’armes…

    J’ai honte, monsieur le ministre, de ce gouvernement mal élu ( le plus mal de l’histoire de la cinquième république) qui ne tient plus que par sa police ultra-violente.

    J’ai honte de voir, depuis des mois, partout en France, éclater des yeux, exploser des mains ou des visages sous les coups de la police, de Notre-Dame-des-Landes aux Champs-Elysées, à Toulouse, Biarritz, Nantes. Le monde entier s’alarme de la dérive sécuritaire de votre gouvernement, de l’utilisation abusive d’armes de guerre dans le maintien de l’ordre, mais vous, vous trouvez que tout va bien.

    Je pense à Maxime Peugeot, 21 ans, et à sa main arrachée par une grenade dans un champ de Notre-Dame-des-Landes. Qu’est-ce qui pouvait bien menacer à ce point la sécurité de la France, dans ce champ à vaches du bocage breton, pour qu’on en arrive à faire usage d’une telle violence ? 2500 gendarmes, une opération de guerre à plusieurs millions d’euros menée pour détruire une trentaine de cabanes en bois (« il n’y a pas d’argent magique »…) et procéder à une dizaine d’expulsions… Je pense à Lola Villabriga, 19 ans, défigurée à Biarritz par un tir de LBD que rien ne justifiait et qui vit désormais avec des plaques d’acier dans la mâchoire, alors que c’était sa première manifestation. Je cite deux noms, mais vous le savez sûrement, ils sont aujourd’hui des centaines. Suivez le travail de David Dufresne si le sujet vous intéresse.

    Comme vous le voyez, nous avons peu de points communs, politiquement. Et dans un monde où les distinctions culturelles seraient remises par le milieu culturel lui-même, sans intervention du politique, j’aurais accepté celle-ci avec honneur et plaisir. Mais il n’y a pas de geste politique qui ne soit aussi symbolique, et je sais déjà que si un jour j’atteins l’âge avancé où on prend son pied à exhiber ses breloques, j’aurais bien peu de plaisir à me rappeler que celle-ci me fut remise par le représentant d’un gouvernement dont j’aurais si ardemment souhaité la chute et la disgrâce.

    Passons malgré tout une bonne journée,

    Wilfrid Lupan


Chaleureusement, respectueusement, solidairement!
https://youtu.be/p2RY08QKNtw

Bizs.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 23 Mai 2019 à 08:36:12
Je retourne sur mon fil pour suggérer une méthode de réflexion assez utile lorsqu'il y a un cadenas à ouvrir dans l'hyper-complexité de notre "trame" :

C'est un tableau à double entrée issu de la pensée de BorIván Boszormenyi-Nagy, né le 19 mai 1920, à Budapest (Hongrie) et mort le 28 janvier 2007, à Glenside (Pennsylvanie) (en) (États-Unis), est un psychiatre américain d'origine hongroise. Il est connu, dès la fin des années cinquante, pour son travail de pionnier dans le domaine de la thérapie familiale et de la psychogénéalogie. Son œuvre, considérable, a eu un impact qui continue de s'étendre aujourd'hui.

La première dimension est celle des faits : ils ne s'agit ni d'accepter ou pas , ni d'analyser ou pas, ils sont.
La deuxième dimension est celle de l'économie psychique : comment chacun(e) "gère" ces faits, ce qui est prioritairement l'espace travaillé en thérapie individuelle, par ex.
La troisième dimension est celle des inter-actions et rétro-actions : c'est l'espace du collectif, du système et de ses adaptations, de ses organisations, principalement familiales pour ce qui intéresse plus particulièrement le champ thérapeutique.
La quatrième dimension est le processus du don et contre-don, don pris dans un sens fondamental et profond qui nous anime, principalement de nature inconsciente. Peut -être envisageable de le raccrocher au concept du pacte dénégatif utilisé en psychanalyse groupale...à voir.

J'y ajoute perso une cinquième dimension; celle du relation au Divin, comme celle de l'Ana et Cata déflorée par le mathématicien Hilton : la reliance à l'Universel.


Comme le cadenas à chiffres, chaque dimension est traversée par les autres et c'est la raison d'un tableau dit "à double entrée" : à la fois verticale, à la fois horizontale. Ceci n'est qu'une méthode, sachant que résumer une situation à une seule dimension risque de réduire notre perception à l'un des éléments  au détriment de l'ensemble : l'arbre qui cache la forêt, en quelque sorte.

Comme je l'expliquais en MP à Catherine, je me sens pris dans un conflit de loyauté et j'opte pour la posture médiane, respectueuse des différents courants. Le principe décrit par le tuto de mon mess précédent peut être métaphoriquement appliqué à toute problématique "cadenassant" une pensée. Un ressenti pour chaque cran en tournant les molettes à l'identique des différentes facettes d'un diamant pour trouver le bon angle d'ouverture.


Bizs

Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 24 Mai 2019 à 07:39:20
À cœur vaillant, rien d’impossible. À elle seule, Jessica Cox suffirait à incarner ce magnifique proverbe. Née sans bras, elle est aujourd’hui surfeuse, ceinture noire de taekwondo, et même… pilote d’avion ! Gros plan sur un destin hors-norme et un état d’esprit extraordinaire.

Dans un article publié sur CNN, Jessica Cox, née en Arizona, raconte sa venue au monde et le choc que son handicap a suscité chez ses parents :

    « Ma mère a eu une grossesse normale. Et puis le jour de ma naissance, ça a été un choc absolu pour mes deux parents, surtout pour ma mère, qui a été dévastée lorsque le médecin m’a amenée et lui a dit : « votre bébé n’a pas de bras. » »


Bonjour!
Merci Jessica de nous donner de la force. Ce tour de force, ce mythe vaincu du démembrement d'Osiris ne peut que raisonner en nous, les Endeuillé(e)s:

Le mythe d'Osiris est le récit religieux le plus élaboré et influent de la mythologie des Anciens Égyptiens. Il relate l'assassinat d'Osiris ainsi que ses conséquences politiques. Fils aîné de Geb et de Nout, Osiris règne sur le pays avec Isis, sa sœur et son épouse. Inventeur de l'agriculture et de la religion, son règne est bienfaisant et civilisateur. Sa vie prend tragiquement fin quand il meurt assassiné sous les coups de Seth, son frère cadet. Le meurtrier usurpe le trône et pendant ce temps, Isis restaure le corps démembré de son mari en le momifiant. Le martyre d'Osiris lui vaut de gagner le monde de l'Au-delà dont il devient le souverain et le garant suprême des lois de la Maât. Dans son nouveau royaume, son autorité s'appuie sur une armée de démons capable de gagner le monde terrestre et d'infliger des épidémies mortelles.

La suite du récit se concentre sur le personnage d'Horus, né de l'union posthume d'Isis avec Osiris. Le jeune dieu est d'abord un enfant vulnérable protégé par sa mère. Par la suite, adolescent, il est le rival de Seth pour le trône. Le conflit, souvent très violent, se termine par le triomphe d'Horus. En rétablissant l'ordre dynastique après le règne injuste de Seth, l'intronisation d'Horus parachève le processus de la résurrection d'Osiris. Le mythe, avec son symbolisme complexe, justifie les conceptions égyptiennes de la royauté et de la succession. Il permet aussi d'appréhender le conflit entre l'ordre et le désordre, entre la vie et la mort.


Si il y a moyen de conduire un avion sans bras, il y a moyen de confronter notre démembrement psychique d'Endeuillé(e)s à autre chose que  du négatif éternel, à une damnation pathologique.
Certes, la violence et la brutalité de notre lutte intérieure soumise à l'injonction de vivre trouve un certain écho dans cette maxime un peu fataliste : "la vie est une bataille contre l'entropie avec la certitude d'être perdue". Doit-on pour autant  céder....ou s'aider? Cet exemple hors du commun d'une Beauté du Vivant qui se bat "sans bras" ne peut que nous aider par l'exemple qu'il donne à voir : une force et des ressources de courage qui des fois nous font cruellement défaut dans les moments ou l'abîme nous attrape. La perte d'un membre du forum n'est pas non plus sans résonance en terme de démembrement. La psychanalyse travaille beaucoup par associations. Les liens et reliances qu'opèrent notre inconscient dans ses domaines de prédilection, le rêve plus particulièrement, sont parfois comme des fils qu'il nous faut suivre. a croire qu'internet fait de même puisque c'est souvent cet écho qui guide pas mal de mes éditos. Eh bien, ce matin, c'est la force de vivre qui tient la cime. Vraiment merci, Jessica, j'ai un moral faiblard ces temps ci et un peu de mal à tenir mon cap, mais la "honte" de se plaindre est plus forte et m'enjoint d'entendre cette leçon de vie pour tenir debout! Alors, ouais, vraiment Merci! :P

Bizs.

Pascal.

PS : Il n'est pas impossible que je dépose un préavis de grève d'éditos :-X. J'y réfléchis.  Cette dé-liaison vécue sur le forum ces derniers temps appelle un effort pour être surmontée en respect de tout ce qu'elle implique :  à la fois d'une part, toute la difficulté de poser limite à autrui et d'autre part, de la difficulté de contenir sa propre limite. Francis Bacon, roi de la limite peint Lucien Freud avant son suicide, représentant avec le talent de son pinceau ce débordement de nos affects si problématiques. L'art n'existe pas, l'art c'est nous et nous peignons avec ce que nous sommes. La Vie est-elle droit ou devoir? Joli film que celui de Mar aldentro. Perso, j'opte pour le droit et la médiation, ainsi que pour ce que les psychanalystes appellent le "renoncement pulsionnel". Re-bizs. :-* Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Mai 2019 à 07:54:11
Ces images sont sidérantes et, quelque part, tant mieux. Pour démontrer l’omniprésence du plastique jusque dans la vie sauvage, une caméra de la BBC a filmé des biologistes faisant volontairement vomir un oisillon afin de le libérer des déchets qui le mettaient en danger de mort. Une séquence choc qui devrait toutes et tous nous convaincre de l’urgence qu’il y a à changer radicalement nos comportements.

Bonjour,
finalement, je me débranche et vais méditer! Misère, pas un biologiste dans le coin et l'oisillon que je suis a aussi besoin de régurgiter ses bouts de plastique! :) :) :) :) A votre disposition si besoin.
Sérieux, bizs de soutien à tou(te)s. Tchao du coeur.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Nora le 25 Mai 2019 à 11:23:53
Au revoir Pascal !

Tu vas me manquer toi aussi si tu pars ...

Prends soin de toi. Trouve, fais ce qui est bon pour toi .

Douces et tendres pensées pour  Javotte .

Je ne te l’ai jamais dit , mais je trouve ce prénom merveilleux.

Nora
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Mai 2019 à 13:24:23
Merci Nora! :-*
et yes pour le merveilleux!
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Mircea le 25 Mai 2019 à 17:52:50
Oui, toi aussi tu vas manquer Pascal !

« se débrancher », temporairement ou non, est parfois une nécessité …
Peut-être qu’à un moment, tu auras l’envie de reprendre cette plume qui t’a mené ici … ou elle te mènera ailleurs.

Fais ce qu’il y a de meilleur pour toi ….

Latcho drom (bonne route) sur le chemin de l’apaisement ....

Je t’embrasse
Une caresse pour la turbulente Cheyenne,
Une belle pensée pour ta rayonnante Javotte

Catherine
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 25 Mai 2019 à 19:43:11
Merci Catherine! :-*
Je reste à glaner qques trucs sur le forum, mais oui, je suspens mon fil pour l'instant, c'est ce qu'il faut faire, je crois.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: nathT le 26 Mai 2019 à 09:35:00
Bonne route, ou bon vent, quelque soit ton chemin, qu'il te soit doux

Hauts les coeurs!
Nath
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 26 Mai 2019 à 10:40:29
Merci Nath! :-* Heureux qui comme Ulysse.....évitons les pièges! Bizs! Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 14 Octobre 2019 à 08:05:33
Bonjour à vous toutes et tous.
Cela fait longtemps que je n'ai pas écrit, juste des visites rapides pour maintenir le lien.
Besoin aussi d'explorer seul ce qui m'a conduit à évoquer un processus "d'accomplissement du deuil" vécu après un séminaire avec Martine Gercault qui publie très prochainement son bouquin "une psy parle aux esprits", que, bien sûr, je n'ai pas encore lu. Mais ma confiance en Martine est telle, une des meilleures praticiennes de ma connaissance, exploratrice comme nous, de nouvelles contrées du psychisme, de ses potentiels et des outils de guérison à notre disposition, soient-elles inscrites dans notre humble condition humaine.
Le shamanisme, je le conçois avec recul, comme un outil de guérison à notre portée, sans que je considère le deuil comme une pathologie, cela soit dit. Il m'a essentiellement aidé à éteindre ma colère. C'est notre responsabilité de parent endeuillé de vivre ce destin en accord avec notre devoir parental : nos enfants défunts réclament au même titre que nos enfants vivants tout notre amour, notre soutien, notre confiance et notre refus d'accepter un rôle de victimes passives, condamnées à errer dans un deuil fait d'unique souffrance, de douleur, de culpabilité et de manque.
Mais faut-il qu'un deuil accompli ouvre des portes autres que cette errance douloureuse. La respiration holotropique, outil à notre disposition, ouvre des portes de notre inconscient comme un pont vers d'autres espaces intérieurs, hors temps, hors espaces, dans lesquels je reste convaincu que nos défunts partagent l'accès dans ce qu'elles ou ils sont maintenant devenus. Hors processus de travail thérapeutique,  le rêve nous permet certains contacts dans cet entre nous-mêmes et eux-mêmes qu'il ouvre. C'est cet espace/non-espace que le deuil accompli vient de permettre d'émerger à mon conscient. J'ai rêvé de ma fille, ce qui ne m'était encore jamais arrivé jusqu'à présent, une première fois voici 15 jours, elle était encore toute petite, puis un deuxième fois cette nuit, adulte. Ce deuxième contact fût celui d'un parent à son enfant,nous rassurant mutuellement que le chemin que nous empruntons est bien celui qui nous aide l'un comme l'autre. L'image d'une amputation cicatrisée de part et d'autre conclut ce scénario onirique. Je vous sais ouvert(e)s à cette analogie métaphorique, tout comme le fait que ce ne sont que des prothèses, prothèses dont-il est important de partager l'utilité.
Je me devais de le partager avec vous, certainement un devoir de lien social qui ne saurait exclure notre grande communauté d'appartenance, quelle que soit la façon dont le destin s'est imposé à notre chemin de vie.
Toute mon estime à vous de ma place de parent endeuillé. Bizs.
Pascal.
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: Eva Luna le 14 Octobre 2019 à 13:22:54
J'ai rarement rêvé d'Elle...
Le dernier...: je l'entrapercevais au milieu d'une foule amie ou amicale...et j'en étais heureuse...Fin.

Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: souci le 14 Octobre 2019 à 13:45:36

    Bonjour Pascal  :D

    Mes rêves désignent encore la blessure ...
   
    Dernièrement, j'ai rêvé que je portais sur mon dos une mes nièces, et un autre enfant, Noir, un enfant que j'avais adopté.
Tous deux devaient avoir environ 2 ans.
Mais au fur et à mesure que j'avançais, ils rétrécissaient, et je devais faire attention de ne pas les perdre.
Et soudain, je sens que je ne porte plus rien, ils sont tombés, je les cherche sur le sol,
    épouvantée,
    ils sont si petits, si petits, impossible de les distinguer parmi les poussières ...
Ils sont devenus poussières ... je ressens une tristesse infinie ...

    Consciemment toutefois, je ressens profondément, très concrètement (ce qui a restauré en moi l'élan vital brisé, puis cassant et enfin convaincu)

    "nos enfants défunts réclament au même titre que nos enfants vivants tout notre amour, notre soutien, notre confiance et notre refus d'accepter un rôle de victimes passives"

    C'est long d'y croire réellement, mais après six ans et demi, cela apaise.

    Merci pour ton partage précieux.
     :D M.

   
Titre: Re : Parent divorcé et désenfanté
Posté par: résilience et silence le 15 Octobre 2019 à 07:58:03
Bonjour Eva, bonjour Souci et à Vous.
Oui, je crois que nous devons faire attention à ne pas les perdre, et c'est un dur combat que celui-ci, aux limites de notre possible. Une anecdote qui reflète cette plasticité permanente qu'il nous incombe de tenir : une personne qualifiée de psychotique s'est enfuie d'un entretien thérapeutique qui l''angoissait en verbalisant "je n'ai rien dans la tête"...A l'échelle particulaire quelle vérité! La part de notre matière est si infime.  Mais  quel pont avec notre deuil? L'indifférencié, qu'il se traduise par la foule (amicale, ouf) ou la dissolution dans le sol, met pour moi l'accent sur notre condition de différencié, encore inscrit dans la matière et en devoir d'en être les dépositaires temporaires. Je supporte assez mal ce verbe : "perdre". Car justement, l'accomplissement du deuil demande de transformer le lien douloureux qui fait fil en lien de confiance envers un vivant existant en d'autres espaces/temps que celui dans lequel notre conscience est inscrite pour l'instant. Le rêve fait pont, à mon avis, mais demande d'être considéré dans ses 2 sens, sans tomber dans l'abime qu'il franchit : de nous à eux et d'eux à nous. Toujours métaphoriquement, bien sûr.
"Vous êtes ce que nous avons été et serez ce que nous sommes" disent les morts. Mais il/elles le disent en nous et à nous de l'entendre, voire de "protéger" cet échange interactif probablement, je ne sais que mon inconnaissance. Je maintiens que l'Univers est vivant et que nous ne sommes qu'une de ses facettes, majoritairement construite de vide et actifs dans une illusion d'espace/temps, aussi réelle que la porte que je me prends si j'essaye de passer au travers si je m'y risque, histoire de me rappeler la réalité...Mais en rêve, c'est une autre affaire!
Courage. Bizs.
Pascal.