Auteur Sujet: Les petites phrases dont on se passerait bien  (Lu 171208 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Romane

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 729
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #255 le: 04 Septembre 2016 à 23:02:08 »
Comment peut on être aussi con? Stana,  des gens comme ça , ne méritent pas que tu uses ,ne serait ce qu'une seule goutte de ta salive  pour leur parler

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1545
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #256 le: 04 Septembre 2016 à 23:16:36 »
Ne parle pas aux imbeciles ça ne les instruit pas !!! ;)

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2729
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #257 le: 05 Septembre 2016 à 20:37:23 »

     On n'instruit pas les imbéciles, par contre la connerie est archi-multi encyclopédique.
     Contre la connerie, l'humour, un autre genre de connerie en beaucoup plus évolué.
     Tantôt, j'ai pas compris immédiatement "pinocumettable", cf chez Federico, je n'ai guère eu le temps de chercher, je devais faire des courses ...
      J'ai pensé "référence à Pinocchio ?", ou alors "encore un truc en espagnol ?"... comme quoi, des références orthographiques ou culturelles peuvent induire en erreur ...
     Pff, ce doivent être mes comprimés spéciaux "mémoire et concentration" ... j'en ai pris beaucoup trop !
     Meilleure soirée possible à vous ... M.

     
     

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2869
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #258 le: 05 Septembre 2016 à 21:57:37 »
et là, tu as compris?

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2729
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #259 le: 05 Septembre 2016 à 23:32:59 »

    J'ai compris qu'il ne s'agissait pas d'un néologisme, et que l'extrait de ginkgo biloba me joue des coups tordus.
   

DOLLY86120

  • Invité
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #260 le: 08 Septembre 2016 à 13:49:06 »
Bonjour,

et encore une !!!
Au boulot, je travaille dans 2 petites mairies, on me demande "comment ça va ?", je ne supporte plus cette question déjà d'une !! Alors comme à chaque fois je réponds: on fait aller.
Puis, on me demande "c'est pas trop dure ?"    grrrrrr............... >:(
t'en a une autre question C.. ou quoi ?? J'en ai marre.
Mes 3 enfants et moi-même, bien-sûr et évidemment, qu'on souffre et qu'on est malheureux, même si on pleure pas H24.
Tous les matins, j'ai la boule au ventre et des nausées. J'ai du mal à m'endormir et retarde au maximum l'heure de mon coucher qui me rebalance en pleine tronche ma triste solitude !!
Ce qui n'est pas mal aussi, ce sont les proches, genre ses soeurs, qui ne me demandent carrément rien du tout en me tapant la bise !! comme ça c'est fait !! pas une petit parole sympa pour savoir si je m'en sors (à tous niveaux), si j'ai besoin...

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 308
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #261 le: 17 Septembre 2016 à 16:36:16 »
Et oui.... Le fameux "comment ça va?"... Je propose un concours des réponses les plus originales et déconcertantes à apporter à cet incontournable... Si vous avez des idées je suis preneuse...
J'ai hésité un peu avant d'écrire ici... J'ai cette sale manie d'essayer de trouver des excuses à tout le monde la plupart du temps, mais après avoir lu un commentaire d'Eva Luna sur "la tartine de merde", dans un autre post, je me décide à lâcher un peu de lest... Parce qu'à force d'avaler sans que ça sorte, je vais finir par faire une occlusion.
Après le cataclysme, je suis retournée dans le village de mes parents, à l'autre bout de la France... Déracinement total... Bien sûr, je connais du monde ici, mais tout est à reconstruire puisque je ne voyais plus mes amis alsaciens que ponctuellement depuis pas mal de temps. Du coup, je ne vous parle pas de la gêne ultra palpable qui accompagne chaque prise de contact, lorsque prise de contact il y a. Pour beaucoup, j'ai semblerait-il provisoirement ou durablement disparu de la surface de la planète. Pas un mot, pas un coup de fil...
Puis ensuite, niveau maladresse, l'exemple d'hier était pas mal. Un voisin qui m'avait proposé d'aider pour une fête du village, un concert, histoire de "me changer les idées..." Ce concept de "se changer les idées" me donne du fil à retordre, mais tout de même, j'arrivais à apprécier l'intention. Sauf que hier soir je l'appelle pour avoir des détails, en parler avec lui, et là d'un coup il a semblerait-il mis un point d'honneur à me balancer mes quatre vérités: "que rester enfermée chez moi ne réglerait rien, que la vie continue, qu'il fallait que je sorte absolument, à tous prix pour me changer les idées, qu'il fallait que j'arrête de penser à lui. Que je devais en avoir marre que tout le monde me parle de lui (euh... c'est le contraire en fait. Tout le monde fait plutôt comme si de rien n'était). Et puis la goutte d'eau pour moi: "qu'il me conseillait de sortir pour me mettre une murge plutôt que de passer du temps à m'occuper de mon "petit jardin de merde".... Jardin que j'ai planté et dont je prends soin pour mon chéri puisque c'était une de nos passion commune... Dans l'absolu, j'apprécie mon voisin pour sa franchise et son franc parler, mais là "le jardin de merde", même si ça n'était qu'une façon de parler, j'ai eu un peu de mal à digérer... Du coup, j'essaye de lui dire honnêtement ce que j'en pense, de lui donner le sens de mon besoin de calme et de retraite également... mais il coupe court en me disant que de toute manière, il ne me force pas, que je fais ce que veux, d'une façon qui m'a un peu laissé entendre que si j'ai envie de me complaire dans mon malheur, c'est mon problème...
J'en ai franchement ras le cul de tous ces conseils qui sous couvert de bonnes intentions, travestissent l'épreuve que je vis et la souffrance qui en découle en mauvaise volonté de ma part... Et tous les efforts que nous faisons au quotidien? Qui est ce qui les prend en compte? J'ai eu d'autant plus de mal à entendre cette remarque qu'elle arrivait à un moment où j'avais réussi à trouver une sorte de paix, d'apaisement en moi-même... Qu'on me balance dans la figure que je suis pessimiste, négative et que faire la fête me permettrait de renouer avec le sens profond de l'existence, alors que chaque jour je bataille pour réapprendre à aimer cette vie, l'aimer vraiment et pas juste faire semblant, je trouve ça un peu énorme.
Puis amertume aussi concernant certaines de mes amies d'enfance... Je sais que je finirai par passer au dessus, mais pour le moment ça me gonfle et c'est comme ça.... La mère de l'une d'elle vient me voir l'autre jour et me dis que je devrais faire un effort pour me confier, arrêter d'essayer d'être forte en face de mes copines, car elles ne savent pas comment réagir avec moi... C'est un peu facile... Je vois difficilement comment je pourrais avoir envie de me confier puisque l'amie en question ne prend pas de mes nouvelles, ne vient jamais me voir... Je ne lui en veux pas, mais je n'accepte pas d'être désignée comme responsable de cet éloignement. Je crois que chacun doit être capable d'assumer un minimum. Cette amie d'enfance, ainsi qu'une autre, je ne les ai vue que deux fois depuis ce qui est arrivé et toujours avec d'autres personnes. La première fois, à peine deux mois après le départ de mon chéri, elles ont proposé avec un grand sourire et beaucoup d'excitation qu'on aille déterrer ensemble une boîte à souvenirs qu'on avait enterrée dans le jardin étant enfants... Quand je leur ai fait comprendre que pour moi ce n'était vraiment pas le moment, j'ai quand même eu droit à des "pourquoi?" et des "si on ne le fait pas un jour, on ne le fera jamais".... En l'écrivant, je prends conscience de l'énormité de la situation...
Heureusement, il y a ma mère et quelques amis sensibles sur qui je peux m'appuyer...

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2729
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #262 le: 17 Septembre 2016 à 20:09:13 »

    Chère Ela,

    Attention à l'occlusion en effet !
    Qui doit ou non prendre du
    ?
    Qui fait les ordonnances ? Délivrance libre ? Attention !
    Danger ...

    Que veux-tu, les relous peuvent RIEN comprendre, c'est comme ça.
    Qu'est-ce que tu veux leur répondre !
    Ça va très bien Mme la Marquise ?

Hors ligne lisa

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 116
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #263 le: 17 Septembre 2016 à 20:26:52 »
Je ne comprends plus les gens...insensibilité ou stupidité? ...ce matin encore,alors que je n avais pas vraiment répondu à  cette fameuse question"ça va?",voilà  que la personne insiste"mais ça  va mieux quand même? "....j avoue que j ai eu envie de lui repondre"mais oui connasse, mon mari est décédé  ça  fera bientôt  5 mois,je vais nettement mieux"!!!désolée  d être vulgaire mais je suis sûre que nous avons tous et toutes à  un moment donné  pensé  la même  chose...

CHA MALLOW

  • Invité
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #264 le: 20 Septembre 2016 à 18:39:12 »
Pour ma part,

la phrase que j'ai entendu qui m'a le plus blessé, après chacun à ses croyances... C'est celle ci : Natacha, si tu vis cela c'est que tu devais le vivre.  Une amie très proche : elle a pas mis longtemps à comprendre qu'elle avait fait une erreur de me dire cela... Quoi, comment ???  Je viens de perdre la personne que j'aime ( d'amour ) le plus au monde et toi tu me dis que je devais vivre sa mort ( brutale, soudaine, sans volonté )... Je ne peux pas l'entendre...

karimstar

  • Invité
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #265 le: 22 Septembre 2016 à 14:00:20 »
oui les gens sont horribles moi je me suis occuper 7 ans de mon père et au final meme si j'ai peut être pas été parfait on ma traité de profiteur , on n'a oser dire que j'avais empoisonner mon père on m'a fait culpabiliser a mort alors que j'ai vraiment fais tout ce que j'ai pu pour le soutenir dailleurs je regrette rien si c'étais à refaire je le referais mais on n'a failli me briser j'ai du me faire hospitaliser car j'ai fais une grosse dépression a la mort de mon père aujourd'hui 2 ans après je rame mais je vais mieux grâce à ma femme et au boulot

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #266 le: 27 Septembre 2016 à 15:50:19 »
  Je vous lis, et je me dis que décidément, la bêtise humaine-et parfois même la méchanceté-n'ont aucune limite  :'(et pourtant j'arrive encore à m'en ètonner, à chaque fois un peu plus  :o

  Les pires exemples personnels que j'ai ont eu lieu durant l'enterrement de Pierre. Comme je l'ai déjà précisé, lui et moi, durant notre merveillleuse année de vie commune, étions plutôt controversés dans notre mode de vie, goûts, idées, style vestimentaire, lesquels étant plutôt originaux (comme l'a fait remarqué Frederico, nous formions un couple original  ;D), puisqu'il se définissait comme "hippie" et moi comme "gothique"  ;) nous allions bien ensemble, mais les préjugés du monde étant ce qu'ils ont, tout le monde ne comprenais pas que nous étions, avant tout, des personnes gentilles et ouvertes-je ne dis pas ça pour nous vanter, nos amis communs l'ont toujours dis^^

  Il se trouve donc qu'après la mort de Pierre-alors qu'il n'était plus là pour me protèger physiquement donc-toutes ces personnes ont montré leur vrai visage  :'(je ne m'attendais pas à une telle cruauté.
  Pour commencer, Pierre avait fait savoir qu'il voulait être incinèré, et sa volonté n'a pas été respectée. Ses sœurs auraient largement eu de quoi payer, mais elles étaient les premières à mal juger ses choix de vie, ce qui a été une excuse bien pratique pour  ne pas lever le petit doigt  >:(elles n'ont même pas voulu lui offrir un entrrement décent. POur elles il n'en valait pas la peine  :'(

 
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Nandou_Guanaco

  • Invité
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #267 le: 27 Septembre 2016 à 16:12:50 »
Respecter les dernières volontés d' un défunt sont des obligations légales, faut-il encore qu' il les ait consignées par testament. Pour ce qui est des histoires d' argent, évidemment, plus les gens sont riches et moins ils participent, le mort, il n' a plus besoin de rien, on va faire un service minimum, allé hop, à la va vite, un coup de bêche et dans le trou. V'là qu' il a eu la drôle d' idée de mourir et en plus il nous en coûte, il n' est pas marrant celui-là!

Mon mari aussi m' avait parlé d' incinération sans être vraiment formel, mais comme mes enfants ne voulaient pas que l' on brûle leur père, j' ai préféré une inhumation classique en passant par l' église alors qu' il n' était pas croyant mais cela afin que famille et amis, voisins, connaissances etc puissent l' accompagner une dernière fois. Certains sont venus à l' office religieux, d' autres au cimetière, d' autres encore dans la chambre funéraire le voir, bref, chacun a fait selon son ressenti, tout le monde a pu participer à sa façon.

Comme je vous l' ai dit à plusieurs reprises, les phrases quelles soient péjoratives, maladroites, idiotes ou autres, je n' en tiens pas compte, les gens ne sont pas volontairement méchants, ils sont mal à l' aise. Un voisin était indifférent, pas de nouvelle de lui alors que l' on se côtoyait facilement et puis subitement hier, il est venu m' embrasser alors que l' on se serrait juste la main, comme quoi, il faut un temps d' adaptation à tout un chacun. Il ne faut pas prendre sur soi les réflexions des autres, souvent les gens parlent sans savoir ce qu' ils disent réellement, sans penser ce qu' ils disent, c' est sûr qu' ils y  gagneraient plus à se taire seulement voilà, le silence n' est plus une vertu, on se doit d' ouvrir la bouche, alors on dit un peu n' importe quoi comme ça vient et même comme ça ne vient pas, hi hi hi.

Bref, j' en suis toujours à l' étape 3 celle dite de l' absence, elle s' éternise un peu trop à mon goût, il en reste encore 6 ou 7 à passer je crois, le psychiatre m' a dit que j' en avais pour 4-5 ans à me remettre, cela fait 7 mois qu' il est parti, c' est quand-même vite passé finalement, remarquez c' est sûr, je dors beaucoup! En mode hibernation!

Biz à touti

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #268 le: 27 Septembre 2016 à 16:31:12 »
  C'était juste pour situer  :(les "petites phrases dont on se passerait bien", en voici en voilà (je vous préviens que ce que je vais ècrire doit être aussi dur à lire qu'à transcire; merci d'avance à ceux qui auront le courage de me lire jusqu'au bout. Je n'exagère rien  hélas):

  Le 12 mai, jour de l'enterrement de Pierre, était arrivé. Je savais ce matin-là que j'allais devoir affronter la pire journée de toute ma vie, je puisais mes forces dans ma foi personnelle, et dans ma volonté d'être forte et digne pour lui, en sa mémoire, en son honneur. Je voulais qu'il soit fier de moi de là où il est. C'et cette certitude qui m'a aidé à tenir ce coup, en dépit de ma douleur presque insoutenable-et qui a encore augmenté de par l'attitude de certains.
  Lorsque je suis arrivé au cimetière, je suis heureusement tombé sur une vieille amie de Pierre, une femme adorable envers qui je serai éternellement reconnaissante. Sans elle, je n'aurais eu aucune présence physique pour me réconforter au cœur de la tempète.
  Je dis toujours: "Il faut savoir reconnaître les anges qui croisent notre route." Cette femme fait partie de ces "anges"  :) :-* je commençais à être (encore plus) effondrée parce-qu'on venait de me dire qu'on allait enterrer son corps dans la fosse commune, et-étant croyante elle aussi, sans prosélytisme, elle est d'ailleurs connue pour ça-elle m'a dit: "Ca n'a aucune importance. CE qui compte, c'est son âme. De là où il est, il se moque bien que sa dépouille mortelle soit dans un tombeau egyptien ou une fosse commune. " "J'ai la conviction qu'il est là", ai-je répondu. "Il est là, m'a-t-elle dit gravement. Et il peux être fier de vous. Vous avez beaucoup de dignité pour une femme qui vient de perdre son compagnon." Ca m'a fait chaud au cœur!
  J'en avais bien besoin: parce-qu'après tout le voisinage de Pierre est arrivé, ainsi que ses sœurs. Malveillants et manifestement détachés  :opas une larme, rien. Des regards durs...
  Alors que je ne pouvais pas m'empêcher de sanglotter doucement, et c'est alors qu'une bonne femme m'a lancé d'un ton bourru, totalement dépourvu de compassion-comme si elle n'avait aucune conscience de mon effroyable souffrance: "Oh, c'est pas la peine de pleurer, hein!" Ca commence...
  Après une parodie de 10 minutes de "cérémonie" religieuse (qui pourtant m'a mis du baume au cœur), le moment est vennu de jeter de l'eau bénite sur le cerceuil (dont la vue a été l'un des moments les plus durs, que j'aurais dû avoir le droit de vivre sollenelement et entourée de respect). Une femme a voulu commencer; étant la prsonne qu'il a le plus aimée, je lui ai pris (doucement, je tiens à le préciser), le goupillon des mains en disant, tout aussi doucement: "C'est à moi de le faire en premier." Une femme a gloussé derrière moi: "Elle est pas bien..." N'est-ce pas monstrueux?...Souffrance supplémentaire.

  Alors que deux employés de cimetière descendaient le cerceuil dans la tombe (je devais faire appel à toute ma foi pour ne pas penser à ce qui se trouvait dedans, avoir conscience que ce n'était que sa dépouille), la première bonne femme a recommencé à me torturer-le mot n'est pas trop fort-en paroles: "C'était pas à toi de jeter de l'eau bénite en premier! Ce que tu as dis...ça m'a choquée! Nous, on était ses voisins depuis 10 ans, 20 ans, on le connaissais depuis toujours! Toi, tu ne le connaissais que depuis un an!" Ces terribles paroles me poignardaient en plein cœur. J'étais sa compagne, son amie, son amie, ceux qui nous connaissent vraiment savent à quel point nous nous aimions!...Pierre m'avait bien dit qu'ils ne pouvaient pas nous voire, sous leurs mines mielleuses, j'en ai seulement pris conscience ce jour-là.

  NadoouGuanaco: je viens de découvrir ton message, il s'est croisé avec le mien  :) merci pour tes paroles. Je te répondrai quand j'aurai fini, dans le prochain post, de me délivrer de ce vécu.
 

 
« Modifié: 27 Septembre 2016 à 16:33:13 par Stana »
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #269 le: 27 Septembre 2016 à 17:14:34 »
  Alors que je me forçais, en dépit de mes larmes, à rester droite et à garder les yeux fixés sur le cerceuil-je lui devais bien ça: il m'a tans apporté-cette femme s'est encore permis de me lancer, toujours du même ton bourru: "Oh, c'est pas la peine de regarder: il est mort!"
  Puisqu'on se trouvait dans les limites de la fausse commune, j'ai eu droit à la nouvelle petite phrase suivante: ""Quand on n'a pas de fric, voilà ce qui arrive: on vous fous à la poubelle..." Il n'y a pas de mots pour décrire ce que ça m'a fait-et pas de smiley non plus.
  L'amie de Pierre, qui n'avait jamais lâché ma main, et la serrait fort quand je pleurais, ou lors des moments les plus difficiles-comme lorsqu'une pelletée de terre tombait sur sa tombe-m'a dit tout bas: "Ne les ècoutez pas! Ils ne vous connaissent pas pour ce que vous êtes. Courage! IL est là." Quel doux réconfort malgrès tout!...Un ange  :'( :)
  Elle leur a d'ailleurs crié: "Vous devriez avoir honte! Laissez-là le pleurer, et lui, laissez-le reposer en paix! Un peu de respect!!!" Ils se sont tus provisoirement mais, au moment de repartir, ils m'ont menacée  :o la première bonne femme-la pire-m'a "interdit" de revenir dans le quartier.
  Leurs pauvres menaces de ces energmènes n'ont eu aucun effet sur moi. Je suis retourné de nombreuses fois m'assoire en bas de l'immeuble de Pierre, en pèlerinage  peut-on dire, et parce-que j'y ai de bons amis, et "curieusement", j'ai eu la paix à chaque fois  ;)

  Au bout du compte j'ai été la seule à rester jusqu'à la fin. On ètais seuls, moi et l'employé du cimetière, qui égalisait la terre sur la "tombe" et plaçait une planche de chaque côté pour marquer l'emplacement . "J'ai dis que je resterais jusqu'au bout, je resterai jusqu'au bout", lui ai-je dis. (c'est moi qui ai jeté la dernière motte de terre d'ailleurs, à défaut d'avoir pus jeter la premières, ces personnes dépourvues de cœur m'ayant êmpêché de jeté la première)
  J'ai discuté avec l'employé du cimetière, un très brave homme, pendant qu'il terminait son triste travail  :( il m'a confié que ce n'est pas toujours facile...comme il n'a pas pus faire autrement que d'assister au comportement scandaleux et ignoble des autres personnes, il a dû avoir de la compassion pour moi, et c'est alors qu'il m'a dit: "Normalement, on n'a pas le droit de déposer de fleurs à la fosse commune, je dois les enlever tous les soirs, mais si vous apportez des fleurs fraîches, je n'y toucherai pas jusqu'à ce qu'elles soient fanées. Pas de fleurs artificielles, c'est tout." Je l'ai remercié, profondément émue. Encore un ange  :-*
  Il a tenu parole. Il a même provisoirement laissé des fleurs artificielles et des bougies  :)
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)