Auteur Sujet: Parent divorcé et désenfanté  (Lu 53412 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 593
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #660 le: 01 Avril 2020 à 05:24:07 »
La thérapie stratégique, petite histoire pour occuper les confiné(e)s :

un jour, un Monsieur vint consulter un psy pour un petit problème de sommeil.
Des "aliens" l'emmerdaient la nuit, sortant de son plafond et l'empêchait de dormir paisiblement.
Le Monsieur avait trouvé une solution originale. Il avait mis 2 puissants spots de chaque côté de son lit, et enfin tranquille, avait pu dormir un peu plus. L'ennui, c'est que 2/3 nuits plus tard les "Aliens" étaient revenus et l'empêchaient à nouveau de dormir.
AÏe, fallait aller voir un psy pour parler de cette affaire. Ce qu'il fit.
Il raconta ce problème au psy, qui à chaque fin de séance, lui disait : "Monsieur, je crois que le problème est qu'il n'y a pas assez de spots de chaque côté de votre lit, et qu'il faut en doubler le nombre".
Ceci dura un certain temps, le Monsieur en question doublant régulièrement ses spots entre chaque séance, où, il se racontait, parlant de bien d'autres soucis que les "Aliens", soucis qui l'assaillaient dans sa vie....
Et le nombre de spots ne cessant d'être doublés, il vint un jour où il y en avait tellement dans sa chambre que ça faisait péter les plombs de l'immeuble. Ennuis de voisinage, troubles divers et variés côté électricité, ce Monsieur se dit un jour :
"ce psy est complètement zinzin".  Pour trouver une jolie rime, ce fut le bout de son chemin. Il rangea tous ses spots à la cave, ou les déposa en vente dans un truc style "foire à la brocante", je ne sais. En tout cas, il s'en débarrassa, Il se débarrassa aussi des ses ennuis avec le voisinage, s'excusant auprès des habitants de l'immeuble d'avoir traversé dans sa vie un "épisode délirant", mais qu'il avait pris le "taureau par les cornes et s'occupait de régler ses propres ennuis, en en parlant avec ses proches, de façon éclairée, tranquille, sociable et respectueuse du droit de chacun à se dépatouiller du mieux possible du pathogène qui circulait depuis bien des générations dans cette constellation familiale dont il était membre". Ce fut ainsi le démarrage d'une thérapie familiale, en bonne et due forme, chacun se "mettant au travail", avec un/des psychothérapeutes formés à cette technique, principalement utilisée en Italie, dans les années 70/80, et très novatrice pour l'époque.
Le psy avait vraiment bien fait son boulot : ce Monsieur allait mieux, et ce fut une trouvaille qui marcha quelques années pour soigner des personnes venues en consultation. Seulement, au bout d'un moment, les "patients" connaissaient le truc, arrivaient en consultation et disaient : "je sais, vous allez, Mme/Mr la/ le psy, me prescrire le symptôme et je vais aller mieux". ça ne marchait plus, puisqu'il n'y avait plus rien de surprenant dans cette façon d'approcher le symptôme. Il fallait que les psys trouvent d'autres façons de déconcerter....ça fait 40 ans qu'elles et qu'ils s'y emploient! Des fois, un psy "zinzin" est celui ou celle qui a bien la tête sur les épaules, et le cerveau suffisamment solide pour supporter sans trop de difficultés d'être considéré comme "zinzin" alors qu'il/elle n'a qu'un seul objectif : le soin!
Donc, comme toute chose, les psys ne sont pas à mettre toutes et tous dans le même sac, et chaque patient(e) non plus! Je suis sûr que Raymond Devos aurait fait un sketch de haute volée avec cette histoire! ;)
« Modifié: 01 Avril 2020 à 05:32:10 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne katrinap

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 432
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #661 le: 01 Avril 2020 à 14:38:41 »
tu m'as bien fait rire avec cette histoire !
bises
katrin

Hors ligne Anic

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 109
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #662 le: 01 Avril 2020 à 15:17:19 »
Ce que ton histoire interessante m a inspire, avec un peu d humour (et au dela de la conotation religieuse ) : " et la lumiere fut, aux sens propres puis au sens figure "
Merci de tes " eclairages ".
Anic
"Gardons vivant ce que nous avons frole ensemble de plus haut" Christiane Singer

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 593
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #663 le: 02 Avril 2020 à 05:43:35 »
Hello!
Nom d'un spot, que je suis content! 1000 watts dans la caboche valent autant que premier homme qui a claqué 2 silex et fait jaillir étincelle. j'en suis tout ballot. à m'asseoir sur une chaise que mon père disait : "il est quand même pas con celui qu'à inventer le cul pour s'asseoir". Parlant de con, histoire d'occuper ma tribu, j'ai commencé à faire circuler dans ma tribu :
"le journal d'un con, finement confiné". J'ai pas encore eu les retours, mais je sens bien que ça va les faire rigoler et occuper leur temps d'enfermé(e)s.
Comme j'ai repéré que, curieusement, au rayon bière, les seules qui restaient en rayon, c'était les corona, je me demande pas pourquoi : génie du lien encore plus que Qiguan, qui avouons le est top, et sans la moindre ironie de ma part, du vrai, du vrai, elle assure un max, notre Qiguan (et me rassure aussi par sa force volontaire, sérieux )  donc, moi, génie du lien, je me suis dit que heureusement que ce nouveau virus ne s'appelle pas p'tit beurre 18. Je ne m'en serai pas remis. Même le Superdupont de Gotlib les aimait, nos p'tits beurres. La corona, perso, je m'en fiche un peu. Mais les p'tits beurre pas question de les lâcher. J'en serai à faire tourner une pétition sur change.org style : "mesdames messieurs les scientifiques, changer ce nom viral, siouplait". A peine 2 semaines de confi-ture, non, confi-pote, non, confi-etis de carnaval, et me v'là dans la case identificatoire des comportements et autres catégories DSMiques, frappé de délire à tendance paranoïaque p'tit beurresque. Pfouh! Il est pas con non plus celui qui a inventé la bouche pour souffler.
A force de nous rigoler au nez et de nous faire prendre des lucioles pour des spots, j'avoue que je suis contaminé : dès que je sens un "on a fait tout bien, cause et finalité , c'est encore un coup bas, les américains nous on piqué nos masques sur le tarmac à grand coup de dollars", je peux plus m'empêcher de rigoler. il y en a que l'alcool rend mauvais, bah moi, le confinement me rend rigolard. Et triste aussi. Vraiment triste, de voir que, nous les endeuillé(e)s, on a déjà pris une sacré stratégie de choc dans la tronche. Et c'est comme si ça avait produit des anti-corps."Ni paillasson , ni hérisson", ça nous a un peu distrait de notre douleur, à une époque. Il faut croire qu'on en ouvre une autre, parce que de la douleur, il va y en avoir un sacré paquet à soulager. Et ça, ça me fait pas rigoler du tout, du tout. Je serai plutôt côté médecins en colère, voyez ce que je veux dire? ;)
Bon p'tits beurre à vous dans votre café, mais attention, il ne faut pas trop les trumper, pardon, les tremper. V'là que je me gourre de continent, avec ce confinement. Un effet secondaire sans doute.
Tchao, tchao.
Pascal.
« Modifié: 02 Avril 2020 à 05:45:36 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4770
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #664 le: 02 Avril 2020 à 10:11:35 »
 ;) hello écoutes

    France Culture  https://www.franceculture.fr/emissions/les-racines-du-ciel/lapocalypse-avec-jean-yves-leloup
pour un confinement qui canalise les réflexions  ;)
Prenez toutes et tous soin de vous pour prendre soin des autres
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 593
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #665 le: 07 Avril 2020 à 03:50:14 »
Hello!
Par l'une de mes belles filles, j'ai eu un lien avec une vidéo littéralement tordante de rire, caustique à souhait et à mon avis si fine qu'elle n'est jamais blessante...Nous devons faire gaffe, il y a de la grande détresse tout à fait réelle dans les dégâts humains du covid 19, et le rire doit rester dans le camp du soulageant et non du mordant.
Cette frontière n'est pas toujours facile, mais là, pour moi, RAS. J'ai bien rigolé, tout simplement. Cherchez le convid 20, je n'ai pas le lien et d'ailleurs, c'est mieux de laisser tout un chacun(e) décider par soi-même d'y accéder ou pas suivant son état, confis-endeillé(e)s, nous restons, et respect grande douleur  d'autrui nous devons. "Primum non nocere" doit s'équilibrer avec "primum me marrer". ;)
Bizs.
Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 593
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #666 le: Hier à 04:47:56 »
Salut à vous.
Dans covid, il y a vide. Co-vide. C'est quand même pas rien, qu'il se soit retrouvé ainsi nommé. un peu comme vivre avec du vide. ça, nous, les En-deuillé(e)s de tous bords, nous connaissons. Un être cher nous a laissé gérer du vide, souffrants, hurlants, griffants, pleurants. nous nous en sortons plus ou moins bien, bricolant de la résilience avec nos p'tits outils, plus ou moins performants, plus ou moins affligeants, mais  jamais satisfaisants. Nous serons bancal(e)s à jamais, étayant notre devenir  de ce "Vous ne serez jamais plus comme avant, et vous ne souhaiterez pas non plus l'être".
Comme écrit Yannick Haenel dans le Charlie du 1er avril, p12, "le néant comme chance", faisons de notre néant actuel une victoire, ne revenons pas en arrière.
Sacrée résonance que celle de se dire que néant  nous inflige changement dans la souffrance qu'il induit. Mais qui l'induit?
Perso, changement a signifié un "chant du vide" qui me conduit à produire bouquin issu en partie des échanges de notre forum. L'autre partie m'appartient, nous savons toutes et tous ici que deuil est un cheminement singulier, personnel, partageable mais unique. Le mien a été et est finalement assez simple : il m'a fallu 65 ans et la mort de mon enfant  pour comprendre que l'Univers est vivant, que nous n'en sommes que des éléments, qu'un élément encore plus infime, viral, vient prendre place dans ce maillage du vivant, et secouer le prunier. Maître Univers a parfaitement répondu à ce que produit genre humain, obsédé de croissance et de profits, au point de lui enlever de la couenne d'une de ses planètes, ses poumons, les arbres.
Déforestons, quelle image pitoyable que celle de ce pauvre orang-outang se battant contre une pelleteuse qui bousillait son environnement. Bah, tiens, puisque vous attaquez mes poumons, v'là que comme la grande règle de la psychologie humaine est de souffrir de ce que nous générons, suffit de laisser faire, Covid va vous rappeler que maîtrise n'est qu'une illusion. Pas la peine non plus d'espérer que religion sauve vos arpions, qu'elle soit de science ou d'esprit, mortel tu es, mon ami(e), et mortel tu resteras, c't outil là, il est dans ma trousse, pas dans la tienne.
Très probable que le changement ne se fera que très progressivement, par à coups plus ou moins violents, un peu comme notre cheminement d'endeuillé(e)s qui nous a confiné(e)s, lui, à être vécu depuis que mort prématurée est venue toquer à notre porte un jour de malheur.  De là à crier victoire, perso, j'en suis loin. Je me contente de tenir debout et de partager mes pensées sans non plus me prendre pour Jésus, et encore moins pour guide spirituel, chemin propre à chacun. Le mien est passé par un "chant du vide" dont je ne regrette absolument pas que partie de ses recettes soient dévolues à cause amazonienne, c'est ma façon de plier les genoux devant le pire du pire : la connerie.
Merci aussi à Yann Diener, dans ce même Charlie du 1er avril, p6 "passion de l'ignorance au sommet de l'état", de finir sur ce propos que je partage entièrement :
"J'ai déjà dû les citer dans cette colonne, mais aujourd'hui je ne résiste pas à l'envie de rapporter ces mots de Lacan : "la psychanalyse est un remède contre l'ignorance. Elle est sans effet sur la connerie".
Pardonnez-moi, ça me fait du bien de lâcher un peu de vapeur, à force d'être confiné, j'ai la pression qui monte dans ma cocotte minute intérieure! Mes propres recettes ont leurs limites, foi de marmiton.

Bizs, Un peu tristes, mais bizs quand même.

Pascal.


« Modifié: Hier à 05:09:42 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.