Auteur Sujet: Les petites phrases dont on se passerait bien  (Lu 131208 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne magellan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #450 le: 12 Août 2018 à 01:26:47 »
Bonjour

******
Edit de mon message, dimanche 17h22: la citation sur laquelle je réagissais a été retirée... Roméo et Juliette... Comme quoi il est difficile de
ne pas se décharger de ses propres doutes sur autrui... Je suis passé par là mais jamais trop longtemps. Une réponse aurait pu convenir mais c'est le phénomène de la 'pique' : cela ressort aussi vite que c'est venu, en somme.

******
Une petite phrase assassine, qui illustre parfaitement la culpabilité projetée insidieusement sur les parents de 'suicidés'.
Merci.

Ah oui, une petite phrase, hurlée par une personne inconnue, sortie de sa voiture devant chez moi, interpellant ainsi les pompiers venus me chercher avant internement , 2 mois après le suicide de notre enfant:
'Mettez le en prison'.

Une autre?
'c'est préférable qu'il se décharge de son lourd fardeau auprès de professionnels'.
Merci les 'amis'.

Mais je n'ai pas le droit de me plaindre. Je suis mort et ressuscité dans un monde parallèle, grâce à la sainte médecine.
 J'espère seulement que la jeune femme qui aura tant fait souffrir notre garçon n'ira pas se plaindre du défaut de garantie parentale... Mais à l'ère du cybernétique et du big data totémiques, je n'en serais que très peu surpris.
« Modifié: 12 Août 2018 à 17:34:49 par magellan »

Hors ligne miss Terre

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #451 le: 14 Décembre 2018 à 17:23:14 »
j'ai perdu ma maman après un an d'accompagnement en mars 2017, une collègue de travail a perdu son fils de 15 ans dans un accident de la route!
 nous nous etions confié durant la maladie, sachant que j'avais ete élevé seule par ma maman et fille unique , elle également et nous avions parlé de ce lien entre un parent et son enfant, elle m'a aidé lors de la maladie par des petites phrases gentilles et de la compréhension, mais tres discrete et la sachant de confiance.

 lors de l'accident de son fils, nous nous sommes retrouvés chacune avec notre peine differente mais des sentiments similaires autour d'un thé! elle aurai pu etre a la place de ma mere et j'aurai pu etre a la place de son fils !!

en septembre 6 mois apres le décés de maman (j'arrivé encore a faire bonne figure mais apres plus d'un an et demi je suis ecnore plus une carpette)et 3 mois pour elle, un collegue/superieur me previent qu'elle arrive au travail pour regler un truc, je me derobe a une petite phrase, pesant mes mots connaissant la lourdeur des phrases asssasines ou des formules de politesses ou d'empathie maladroite, a un "je ne sais pas si on peux demandé comment elle va.." et la, fort de me repondre "compare pas la mort de ta mere a celle de l'enfant de xxx, ca n'a rien a voir ..."" je balbutie choqué "effectivement bien loin de moi cette idée,incomparable, celle d'un parent est plus logique et normal ..."

 je suis parti mais bougonnant, que l'on puisse croire que je pourrai faire un telle amalgame, ou comparaison, que je ne puisse pas faire la part des choses ,qd bien mm chaque perte et deuil est different pour tt un chacun mm pour une mm personne...puis j'ai etais en colere, n'etant pas en plus en super osmose humainement avec ce collegue, je n'ai pas porte attention mais en rentrant chez moi se fut la douche froide et toutes les montagnes russes ... pourquoi je l'ai pas remis a sa place et d'avoir un minimum de respect pour ma mere, pourquoi je lui ai pas fait bouffé son ordinateur ou ces papiers,pourquoi je lui ai pas fait ferme son clape en lui disant que je l'avais vu (ca non jamais c'est notre moment, qui regarde personne) ou lui dire que la mort d'un proche reste la mort d'un proche et qu'il n'y a pas de degres dans la douleur (mm si je n'en suis pas sur ) !! non bonne conne j'ai aquiescer et me suis mm aplati a ses pieds pour mieux me pietiner !! se fut cette periode ou des crises d'angoisses ont commencé au boulot, le fait de ne pas avoir reussi a repondre ?
 cette phrase reste marqué, pourquoi ? je ne sais pas ? pourtant je concois tres bien cette difference ...
même si il a raison en aucun cas il n'avait le droit de se permettre de me dire ca, ce n'est que depuis quelques mois que j'arrive a dire qu'il n'avait pas le droit et que même si c'est totalement vrai c'etait injuste et injustifié de me repondre ca !