Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Ma chérie, l'amour de ma vie
« Dernier message par Alexandra le Aujourd'hui à 11:58:02 »
Comme je la comprends la colère contre les médecins et leur inhumanité... Pendant des mois, elle ne m’a pas quittée. Colère contre le médecin traitant vu à l’apparition des symptômes du cancer et qui a conclu que la boule au sein de Tom n’était qu’une inflammation sans faire le moindre examen. A cause de lui nous avons perdu 6 mois et il ne nous est resté que 3 semaines pour essayer de faire quelque chose. Colère contre le service de neurochirurgie qui nous a mis 10 jours dans une chambre à part pour ne pas avoir à nous dire la vérité sur la violence de son cancer. Colère contre cette interne qui nous a dit que tant qu’il ne crachait pas des carafes de sang il ne fallait pas s’inquiéter alors que ses poumons le lâchaient. Colère contre cet urologue sans cœur qui nous annonce l’étendue du cancer comme on lit une liste de courses et qui ne supporte pas qu’on lui pose trop de questions. Colère contre le service d’oncologie qui nous a dit que le traitement allait le soulager (ah ça c’est sûr, en 10 jours il était bien soulagé, ça fait moins mal une fois mort) et qui ne nous a rien expliqué comme si on était trop cons pour comprendre. Et plus que tout, colère contre tous les médecins rencontrés et qui n’ont pas voulu me dire s’il était en train de mourir, pas voulu me croire et m’entendre alors que j’avais compris. Parce qu’à cause d’eux je n’ai pas pu dire à Tom combien je l’aimais, je n’ai pas pu l’accompagner comme je l’aurais voulu ce soir où il a compris qu’il allait mourir et qu’il avait si peur, je n’ai pas pu retenir ses parents qui ont cru pouvoir fermer les yeux sur ce qui arrivait.

La colère reste là, pour Tom, parce que son regard rempli de terreur ne me quitte plus, parce que je ne sais pas ce qu’il a pu ressentir dans ces derniers instants de souffrance et d’angoisse, parce que justement on ne nous a pas donné une chance de nous dire notre amour et notre détresse. Mais à presque 9 mois depuis sa mort, elle se calme peu à peu cette colère contre les médecins, comme la colère contre Tom et contre moi pour nous être laissé glisser dans le déni. Cette colère je crois est légitime mais c’est une étape, un mécanisme de protection pour ne pas sombrer trop vite dans le gouffre sans fond du chagrin. Je la découvre ces dernières semaines cette tristesse immense qui restait cachée derrière la colère. Enfin ! Enfin je me rappelle que j’aime Tom parce qu’à force de colère je l’avais presque oublié. Je vous souhaite à toutes et à tous que la colère s’apaise quand ce sera le moment pour vous.
2
Vivre la perte d'un parent / Comme une bouteille à la mer...
« Dernier message par jadma le Aujourd'hui à 11:40:16 »
Bonjour à tous et toutes,

Je reviens aujourd'hui vers vous lancer un peu de ma détresse, comme on jette une bouteille à la mer....
Les mois passent, les années, tout va si vite.
Plus d'un an que mon père est décédé. Un an en arrière, nous inhumions ses cendres.
Alors voilà le temps passe, je tiens debout, je survis, je m'occupe de ma fille, parfois j'ai même des projets qui sont comme des éclaircies à l'horizon. Mais il y a cette fatigue, physique, morale, celle où on n'a pas l'énergie d'accomplir quoi que ce soit d'autre que les gestes du quotidien.
Mon père me manque, je n'arrive pas à combler le vide, le manque, à sentir un lien ou rien d'autre à l'intérieur!!
Je n'arrive pas à me stabiliser dans cette nouvelle vie où il n'est plus là. Et je me sens si seule avec cette douleur. Je n'arrive pas à retrouver le goût de la vie, celui qui donne envie d'encore la croquer à pleines dents. Rien n'y fait, je n'y arrive pas.

Jadma
3
Être un parent en deuil / Re : Réponse pour Romane
« Dernier message par cabrau78 le Aujourd'hui à 10:38:32 »
Chère Romane,
Ce temps léger , difficile de se rappeler, tout est si lourd aujourd'hui sans eux.
Je sais que ma fille est de l'autre coté du voile mais ça n’apaise pas ce manque et cette tristesse.
Les messages qu 'elle m'a envoyés me font du bien, c'est sa voix , son timbre
ça semble irréel mais je ré ecoute les messages de TCI et c'est bien elle, ma chérie , ma fille  d'amour:
" moi aussi  je t'aime"
"je suis heureuse"
"tu es fatiguée maman"
"maman"
" je t'aime"
Oui Romane tout ça est si dur mais nous avons l'assurance  qu'ils vont bien , qu 'ils continuent leur chemin, qu'il nous voit et qu' à notre délivrance, notre enfant sera là, nous le retrouverons.
Je t'embrasse
4
Vivre Le Deuil / Re : Mon témoignage sur le décès de ma mamie
« Dernier message par Jesse89 le Hier à 23:52:04 »
Bonsoir,
Je ne sais pas si tu me répondra, mais je veux que tu saches que ton message m'a beaucoup émue. Je vit moi même le deuil de mon cousin, certes ce n'est pas aussi récent que toi, mais je te comprend. Certes, la douleur est propre à chacun, mais je te comprend.
Sache que tu n'es pas seule face à ça. Vivre un deuil est une épreuve qui peut nous paraître insurmontable, mais avec le temps, je te promet que la douleur sera un peu moins forte. Il n'y a qu'une seule solution face à ça : le temps.
Surtout, n'hésite pas à me parler, j'ai 18 ans, on a des âges proches et je pense que ça te ferait du bien d'en parler à une personne dans tes âges.
Je t'embrasse fort.
Courage.
Jesse89.
5
Je m'excuse pour toutes les personnes qui voulaient avoir de mes nouvelles... J'ai littéralement déserté le site pour plusieurs raisons... C'était trop dur de reparler de ça, je voulais avancer dans ma vie, essayer d'oublier... Mais aujourd'hui, je ressent à nouveau le besoin de parler.
Voilà, dans quelques jours ça fera 5 ans que mon amie n'est plus de ce monde. Depuis, j'ai beaucoup grandi, j'ai appris de nouvelles choses sur moi même, sur la vie en générale. J'ai rencontré des personnes formidables, j'ai beaucoup muri, mais je n'ai jamais put l'oublier. Je ne pense pas pouvoir un jour me pardonner pour ce qui est arriver. Je n'y arrive pas. Lorsque je repense à elle, c'est toujours douloureux. Mais c'est une douleur différente, la douleur des années qui ont passé, la douleur de se dire qu'elle ne connaitra jamais les mêmes bonheur que moi. Et je n'en parle jamais, car je sais que j'énerve pas mal de monde autour de moi, ils s'énervent de me voir comme ça, ils ne comprennent pas pourquoi, même après toutes ces années, je vais mal. Alors je ne dis rien. Je laisse la douleur m'envahir intérieurement. Mais le pire dans tous ça, c'est qu'elle est devenue comme une amie pour moi. Je sais, inconsciemment, qu'elle m'accompagnera toute ma vie, certes elle sera beaucoup moins forte. J'ai accepté cette idée.
Il y a plusieurs mois, j'ai perdue mon cousin ( ce n'était pas un suicide mais je ne souhaite pas m'étendre sur les circonstances de son décès). Sa mort m'a complètement transformer, dévasté. Je me reconstruit petit à petit.  Je n'arrive toujours pas à faire son deuil, et ça me fait automatiquement repenser à mon amie, à mon grand-père. C'est un peu comme une réaction en chaîne.
Je n'ai que 18 ans, mais j'ai souvent l'impression d'être "hantée" par eux, dans le sens ou chaque chose que je fais, je le fait pour eux, pour qu'ils soient fière de moi.  Il y a toujours, dans un coin de ma tête, une pensée pour eux.
Bref, après toutes ces années, je ne sais pas si je vais bien ou pas. Je dirai plutot que je vais mieux depuis le tout premier message que j'ai posté sur se site. J'écrirais d'autres messages sur le site, je vais essayer.
Je vous embrasse tous.
Jesse89  :)
6
Bonsoir,

Ma femme s'est suicidée il y a 3 ans par pendaison, nous pouvons avoir le plus puissant des amours, il ne peut rien faire pour éviter la maladie, l'accident ou le suicide, ne le remets pas en cause. Un long chemin t'attend, mais l'apaisement viendra.
Il a fait ce choix et lui seul, un choix horrible avec de lourdes conséquences, il faut l'accepter, lui pardonner, pour essayer de retrouver un chemin plus serein.

Bon courage et patience.
7
Bonsoir tout le monde

Ça fait déjà un moment que je ne suis pas venu sur ce forum mais me voilà toujours vivante...
Demain ça va faire un an qu'il est partie et c'est toujours très douloureux comme depuis un an. Il me manque terriblement. Il est toujours omniprésent dans ma tête. Je pense chaque seconde, chaque heure et jour à lui. J'ai toujours rien changé dans notre appartement. J'ai encore tout de lui. Je n'arrive pas à le faire... Suis je encore normale?

J'ai tellement espéré mourir d'une maladie. J'ai enchaîné des rendez-vous chez les médecins et des contrôles de tout gendre mais rien et toujours rien. Je me suis tellement épuisée ces derniers mois que mon corps n'en pouvez plus et je suis tombé un matin au travail. Tout le monde a eu peur car il y avait deux voitures d'ambulance qui ont du venir me chercher au travail car ils ne savent pas ce que j'avais. Il n'arrivent pas à me faire une perfusion et j'avais tous les symptômes d'une crise cardiaque alors ils ont paniqués et on fait venir une autre ambulance avec 3 médecins... Malheureusement rien trouvé.

On ne peut pas arrêter de penser à la personne qu'on a aimé et qu'on aime toujours juste parce qu'elle n'est plus présent. Elle restera à jamais dans notre coeur. Le plus difficile c'est le vide et la solitude. Plus personne pour partager. Il m'arrive encore très souvent de me dire 《il faut que je raconte ça à Sam ou il faut que je le demande se qu'il pense, ou encore Sam ne serait pas d'accord s'il apprend ça 》. Dans ma tête il est vivant, je n'arrive toujours pas à accepter qu'il ne reviendra jamais.

L'amour est beau et au même temps elle nous détruit quand on la perd pour toujours. On souffre tous les jours et pour le reste de notre vie sur cette terre.

Je vous souhaite une douce nuit
 

8
Spiritualité / Re : "spiritualité" athée libre expression commentaires
« Dernier message par souci le Hier à 22:59:02 »

    Dans un moment où la rage nourrit l'angoisse qui se nourrit de moi ...

    VOUS me faites rigoler !

    Merci
9
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Départ..
« Dernier message par Autrementdit le Hier à 22:08:43 »
je rejoins tout à fait ce que tu dis Mononoké..

après l'expérience de mon père vendredi qui parle au nom de mon amour ou qui interprète ses agissements.. aujourd'hui, ma cousine qui a su ce que je vivais et qui a fait silence ; je la vois aujourd'hui et elle me demande comment je vais.. je fais exprès de lui dire "ça peut aller" et................ rien ! aucune allusion de sa part à ce que je vis ! elle a fait comme si de rien n'était ou comme avant !

sauf que j'ai envie de leur hurler que rien n'est comme avant !!!

à peine arrivée cette cousine a pris toute la place, a parlé de ce qu'elle avait comme problèmes et nous a même coupé alors que je parlais avec ma tante.. l'écouter nous parler de plomberie.. ses enfants étaient là donc du bruit en plus.. sa sœur et son fils sont arrivés ensuite aussi.. résultat : je me sens vidée et épuisée !

je me rends compte que je n'ai rien à faire avec des personnes qui ne comprennent pas ou qui ne s'intéressent pas aux autres....

je demanderai dorénavant à ma tante de venir chez moi ou de se voir à l'extérieur..

demain, je suis censée aller en cours.... mais je ne suis pas certaine de pouvoir parvenir à me lever.... et être suffisamment motivée pour le faire..

mon amour tu me manques.... j'ai hâte de pouvoir rencontrer tes amis.. et de pouvoir aller au gite et me recueillir samedi prochain comme si j'avais rdv avec lui..
10
Spiritualité / Re : "spiritualité" athée libre expression commentaires
« Dernier message par Mononoké le Hier à 21:47:07 »
pareil  ;D : mieux
Pages: [1] 2 3 ... 10