Messages récents

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
11
Vivre la perte d'un parent / Re : Perte brutale de mon papa le 9/2/19
« Dernier message par Hoa le Aujourd'hui à 19:15:31 »
J'ai perdu mon père qui avait 57ans au mois de septembre, je m'y préparais depuis enfant car mon père était épileptique et tombait souvent dans la rue etc ...

Ma vie à aussi basculé, je suis assez perdue, j'ai tout remis en cause.

J'ai été préparé très tôt car à 10 ans on m'avait dit qu'il ne rentrerait peut être pas à la maison. ça ne change rien au fait que j'ai l'impression de pleurer comme une enfant inconsolable depuis de son départ au fond de moi.

Toi qui ne t'attendait pas à ça, je pense que c'est d'une certaine manière plus dure de digérer ta nouvelle vie. Pour cette raison je pense que tu devrais continuer à consulter un psy ou un hypnothérapeute en EMDR (spécialiste des traumatismes) autant de temps qu'il te faudra. Ton psy a raison c'est normal ! Je conçois bien qu'entendre qu'une telle souffrance est normal n'est pas rassurant et difficilement acceptable. Accepte ton chagrin et continue à te dire que l'avenir sera beau.

Ta maman réagit comme elle peut c'est sûre, si tu penses qu'elle est triste du fait que tu caches ta souffrance, écrit lui une petite lettre dans laquelle tu la rassures en lui disant que tu ne veux pas pleurer devant elle tout simplement. Après je pense qu'elle sait combien tu souffres si tu avais une relation si liée avec ton père. ne te culpabilise pas pour ça, il n'y a rien de plus dure que de regarder un proche souffrir tout en sachant que seul le temps l'apaisera.

Tu peux te renseigner sur les compléments alimentaires pour l'équilibre émotionnel dans un premiers temps, il y'a les lectures sur le sujets, les nouvelles activités, les groupes de paroles, les voyages, les nouveaux compagnons de vie (chat, chien) et les moments avec les gens qu'on aime.

12
Vivre la perte d'un parent / Re : Désemparée suite au décès de mon papa
« Dernier message par Hoa le Aujourd'hui à 18:56:10 »
Bonjour,

Le déni et l'anesthésie je l'ai vécu 3 mois personnellement, j'étais comme dans un film, m'en fichait d'à peu près tout ce qu'il pouvait bien m'arriver. On m'a dit que c'était normal, je n'ai pas vraiment compris ce que ça signifiait et était persuadée que je resterai comme ça .. et oui maintenant je me rends compte que c'était normal.

Entre temps je suis passée par une période de remise en question de ma vie, la colère me donnait une énergie dingue pour avancer, j'ai fais un tri autour de moi. Bon effectivement, comme on me l'avait dit : "j'étais peut être un peu trop optimiste". Mais je suis rassurée car c'est normal.

Depuis quelques semaines, retour à la réalité, je ressens vraiment un vide, et beaucoup de tristesse que je m'efforce de contenir. Encore une fois c'est normal et je suis certaines que ça passera.

Dans ces 10 mois j'ai compris plusieurs choses (que j'ai du mal à appliquer encore) :
- il ne faut pas culpabiliser de cet état (mais il ne faut pas trop s'en plaindre pour ne pas l'empirer)
- il faut être bienveillant avec soi-même et s'accorder du temps (perso les problèmes de sommeil et de concentration affecte mon travail et me font me sentir nulle)
- il faut du renouveau dans sa vie pour se rappeler au combien elle est belle ( nouveau sport, hobbys, lecture, animal de compagnie, nouveau rêve, nouvelle rencontre)
- ne pas hésiter à rejoindre des groupes de parole ou asso ou psy spécialisé dans la question
- n'hésite pas à prendre des compléments alimentaires pour l'équilibre émotionnel dans les premiers mois (safralite est très bien)
- passe du temps avec les vivants qui compte pour toi, tes enfants sont ta force c'est certain
13
Vivre la perte d'un parent / Après l'anesthésie, la déprime
« Dernier message par Hoa le Aujourd'hui à 18:36:23 »
Bonjour,

J'ai posté il y'a 6 ou 7 mois, un sujet sur le fait que j'avais perdu toute motivation, que je me sentais molle, en hibernation et trop détendue suite à la mort de mon père il y' 10 mois.  On m'avait répondu que j'étais dans le déni probablement, que j'étais anesthésiée. Je m'inquiétais de rester comme ça car ça altérait mes études (j'ai 22ans et je suis en droit).

Entre temps, j'ai été en colère contre la terre entière ... j'ai fais beaucoup de tri dans ma vie et j'ai réglé mes comptes avec certaines personnes. Je me sentais forte, et j'avais l'impression de reprendre ma vie en main de plus belle et sur des bases plus saine. J'avais décidé que ma vie serait belle malgré tout!  Ça m'a fait un bien fou. Mon père me manquait mais ça ne me rendait pas triste.

Et puis depuis quelques temps j'ai envie de pleurer souvent, l'idée même de penser à mon père me mets les larmes aux yeux alors qu'avant je pleurais un bon coup dans la semaine et il me sortait de la tête.  je veux pas y penser, parce que je ne souhaite pas être triste car au final à quoi ça me servirait de pleurer ? Aujourd'hui pleurer me fait plus de mal que de bien. Un matin je me suis levée et je me suis dis que je ne le verrai plus jamais (ce que je savais déjà), je n'ai pas pu retenir mes larmes. J'ai senti un vide m'envahir et depuis je me sens seule en permanence. J'ai l'impression que son souvenir n'existe pas car personne n'en parle jamais autrement que pour me parler d'argent, héritage et meubles. J'ai l'impression de disparaître avec lui car je refuse d'accepter une telle situation où tout le monde fait comme s'il n'avait jamais existé.

Je sais bien qu'il faut laisser les morts où ils sont mais c'est tellement horrible d'enterrer quelqu'un de se retourner et faire comme s'il n'existait plus même dans nos souvenirs.  Pour moi on peut très bien vivre heureux en entretenant le souvenir d'un être cher, en parler sans installer le malaise, et être heureux comme ça. J'ai notamment une grande tante qui parle de son mari tout le temps et ce n'est pas triste, c'est attendrissant. Elle est si joyeuse, elle en parle pour partager sur son mari et entretenir sa mémoire.

Je fais des cauchemars toutes les nuits je rêve de me faire pourchasser pour qu'on me tue, ou que quelqu'un s'est fait tué, ou que je me rends compte que j'ai tué quelqu'un. Et le reste du temps je ne dors pas de la nuit, car je suis agitée.

J'ai vraiment peur de ce que j'avenir me réserve, j'ai peur de perdre encore quelqu'un d'autre, de ne pas réussir ma vie, mes études, de me décevoir, de finir seule comme mon père, de ne jamais réaliser mes rêves ...

Je suis preneuse de vos avis sur ma situation et de vos témoignages pour ceux qui ont dépassé cette étape du deuil.

Hoa

14
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je ne vis pas je survis
« Dernier message par Boutchou le Aujourd'hui à 18:30:55 »
Ma chère Nicole
A mon tour de t'adresser mes plus chaleureuses pensées ...et tout mon soutien
Que dire de plus ,....je n ai plus de mots devant cet immense chagrin
Je sais que ça ne fera rien passer mais ....
quelle épreuve dans nos cœurs à vivre et à revivre sans cesse ...
Prends soin de toi ,ton amour le voudrait .
Je t'embrasse
Boutchou
15
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je ne vis pas je survis
« Dernier message par Nicole5951 le Aujourd'hui à 18:15:03 »
Demain sera le jour où on m'a pris mon amour pour toujours, ils sont venus l'enfermer. Il est parti avec plein de souvenirs de toute la famille. Je ne vois que le tournevis qui clos tout, je ne voulais pas. Mon petit frère est venu me chercher pour que ces hommes l'emmènent. Trop dur. Pour moi il est vraiment parti ce jour là, avant j'étais près de lui nuit et jours, je pouvais le caresser, lui parler, je m'endormais dans mon fauteuil en lui tenant la main. Mais le 23 j'étais sans lui. J'ai mal, tellement mal.
Desolee
Nicole
16
Vivre le deuil de son conjoint / Re : J’ai perdu l’amour de ma vie à 27 ans
« Dernier message par malome le Aujourd'hui à 17:54:45 »
non tu ne perds pas la tête , et ce n'est pas ton imagination, certain(es) reçoivent ce qu'on appelle des signes , moi je ne   
 m'en suis pas encore rendue compte , une de mes filles a eu dans un rêve la visite de son papa , c'est elle qui me l'a racontée, je ne serais pas dire de quoi cela dépend, n'en ai pas peur son âme ou son esprit (selon ce que l'on croit ) veille sur toi  , mais tes yeux terrestres ne le verront plus , et le Manque se fera sentir trés longtemps, il y aura des jours ou tu auras l'impression de traverser un tsunami , juste laisser passer en espérant un lendemain meilleur . Prends soin de toi
Amitiés et douceur
17
Vivre le deuil de son conjoint / Re : J’ai perdu l’amour de ma vie à 27 ans
« Dernier message par Maxel le Aujourd'hui à 17:23:39 »
Vos mots sont exacte on m’a retiré une partie de moi  merci pour votre soutien
Sa fait tellement de bien d’être écouter conseiller compris
Je lis en ce moment un livre sur la vie après la mort je me
Pause beaucoup de question à ce sujet il met arrivé quelque petit truc étrange depuis qu’il est
Parti simple fruit de mon imagination pour me réconforté ou est-ce que c’était réel j’ai vraiment l’impression
De perdre la tête . Vous aussi avez vous vécu certain phénomène étrange ?
18
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Perdre son conjoint jeune (24 ans)
« Dernier message par anonymus le Aujourd'hui à 17:15:07 »
waraléna,

comme malome dit, le deuil est un processus bien personnel. j'en suis bientôt à 3 mois, et je peux dire qu'en apparences ca va mieux, car je mange, je dors et je travaille, ce que je ne faisais pas au début. par contre, dans mon coeur et dans ma tête c'est le fouilli. il y a des journées mieux que d'autres. je crois que je suis dans une phase de désorganisation, car je ne sais plus qui je suis, les valeurs auxquelles je tenais tant ne m'importent plus, je fais un peu n'importe quoi, je dépense beaucoup, je prends beaucoup de médicaments, je prends des décisions impulsives...j'ai lu que c'était normal, ce qui me rassure un peu, mais je ne me reconnais plus du tout. alors pour dire que ca va mieux, je ne sais pas, et je ne sais pas si un jour ce sera mieux. ce ne sera jamais mieux qu'avant que mon copain décède.

Amitiés
19
Vivre le deuil de son conjoint / Re : J’ai perdu l’amour de ma vie à 27 ans
« Dernier message par anonymus le Aujourd'hui à 17:07:52 »
Maxel,

Comme je te comprends. Bientôt 3 mois pour moi que mon amour est parti en motoneige et qu'il n'est jamais revenu. 3 mois, et je n'y crois toujours pas. J'attends toujours qu'on me dise que c'est une blague. Une très mauvaise blague, mais une blague quand même.

Un jour à la fois, de petits objectifs, se laisser du temps, se donner le droit de ne pas aller bien, crier sa peine, pleurer, dormir, manger...il n'y a pas de trucs miracles.

Mon pilier à moi avait 26 ans. J'en ai 25. C'était mon âme soeur. Mon meilleur ami. Mon confident. Il était tout.

Je suis désolée que tu aies à vivre cette terrible épreuve.

Amitiés
20
Vivre le deuil de son conjoint / Re : parti dans les bois
« Dernier message par anonymus le Aujourd'hui à 17:02:40 »
malome,

moi aussi, mon amour était un explorateur et un aventurier alors que moi, je préférais rester à la maison et qu'il me raconte ses découvertes au téléphone puis en vrai, en regardant les photos qu'il avait prises. Je l'ai accompagné quelques fois, mais je suis plutôt craintive face à l'inconnu.

parfois, je m'imagine qu'il est parti en vacances et qu'il reviendra bientôt. pour ma part, même si mon psy me conseille de partir en voyage, je ne vois pas comment cela pourrait m'être bénéfique. je n'ai aucune envie de quitter la ville où tous mes souvenirs sont avec mon amour. Je reste dans mon lit, notre lit, avec son peignoir et mes photos.

Amitiés
Pages: 1 [2] 3 4 ... 10