Messages récents

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
11
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je ne vis pas je survis
« Dernier message par Nicole59 le Aujourd'hui à 12:19:49 »
Je ne sais plus qui a dit, je vous ai lu ce matin, que la perte d'un parent n'est pas la même chose que le perte de son amour. Je le confirme, j'ai perdu mon papa il y a quelques années, et je n'ai pas vécu cette souffrance. Vie de famille oblige peut être, j'avais mes enfants petits et le soutien de mon amour, ne pas vivre seule, avoir des obligations, soins des enfants, école, devoirs..... Mais là, c'est indéfinissable, la souffrance est là, bien installée, collée à moi, elle est une partie de du reste de la vie.
Nicole
12
Vivre le deuil de son conjoint / Re : fatiguée
« Dernier message par Nicole59 le Aujourd'hui à 12:13:03 »
Bonjour, les signes se passent chez moi pour ma part.
Nicole
13
Vivre le deuil de son conjoint / Re : fatiguée
« Dernier message par malome le Aujourd'hui à 12:10:36 »
yvgpqpg4

en déposant ce texte , j'ai juste voulu vous dire et peut-être vous aider  à comprendre que nos aimé(es) ne sont pas loin
ce texte non pas inventé par moi mais seulement trouvé peut-être pas à prendre mot à mot

tu dis : Je n'ai pas ces croyances qu'il soit là et pourtant tu confirmes il est dans mon coeur et dans mon esprit, donc près de toi , chacune et chacun essaie d'avance pas à pas et toutes les aides sont bonnes à prendre
amitiés et douceur à toi  avec ton aimé dans ton coeur
14
Vivre le deuil de son conjoint / Re : parti dans les bois
« Dernier message par BEBE le Aujourd'hui à 11:47:38 »
Chère Malome,

Merci pour ce texte, il est le témoignage que d'autres ont vécu  là  même chose que moi et de nombreux autres endeuillés  après le décès de leur aimé.
Je corrigerais juste la partie qui dit qu'on est pas réceptif  à la maison... en ce qui me concerne c'est à la maison que j'ai eu les signes les plus puissants... peut être est ce parce que c'est ici qu'il est mort.

http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/fatiguee-5965/msg109777/#msg109777

Affectueusement,
BEBE
15
Vivre le deuil de son conjoint / Re : fatiguée
« Dernier message par BEBE le Aujourd'hui à 11:37:50 »
Bonjour Yv,

Pour ma part ce qui n'était que des croyances avant le décès de mon Amour est devenu réalité après sa mort à travers les signes et surtout ce jour où il a réussi à me faire faire par télépathie quelque chose  qu'il voulait que je fasse pour me préserver d'un danger....
Je n'ai jamais cherché à entrer en contact avec lui, c'est toujours lui qui vient à moi... maintenant que je sais qu'une forme de communication est possible... il m'arrive de lui poser des questions.

Voilà,  c'est mon vécu,  je le partage car peut être d'autres vivent cela et n'osent pas en parler mais je ne cherche pas du tout à convaincre qui que ce soit... à quoi cela servirait il ?

C'est un peu comme vivre le deuil d'un conjoint... avant on ne sait pas ce que c'est on peut juste penser que...croire que c'est comme ci ou comme ça et ce n'est que quand réellement on vis ce deuil là qu'on sait....

Et bien là c'est pareil, je sais pour avoir vécu certaines choses... mais je ne peux pas transmettre ça a quelq'un qui n'a pas vécu ces choses là.

Et... non... tu n'es pas dure... juste pleine de questionnement.

Affectueuesement,
BEBE
16
Vivre le deuil de son conjoint / Re : fatiguée
« Dernier message par yvgpqpg4 le Aujourd'hui à 10:12:23 »
Je n'ai pas ces croyances qu'il soit là. Je n'ai pas eu d'éducation religieuse et je suis très terre à terre. Je n'y pense pas trop qu'il est là à nous regarder.. Je ne sais pas trop quoi en penser de ceci. Par contre il est dans mon cœur et dans mon esprit ça oui. Pourquoi penser que nos aïeux et nos morts sont là ? Est ce une croyance ou une façon de se rassurer ? Vous devez me trouver tous très dure.
17
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Crier sa peine…
« Dernier message par yvgpqpg4 le Aujourd'hui à 09:55:27 »
Bonjour haute comme 3 pommes. Cela m'interpelle le fait que tu dises l'avoir cherché pendant 3 ans. Moi je suis à environ 15 mois, et je fais tout pour éviter de le chercher mon chéri, comme si je me disais non ne commence pas à rentrer là dedans, à vouloir rêver de lui, placarder des photos partout, essayer de se souvenir de moments passés avec lui, j'ai l'impression que je me l'interdit pour moins souffrir. Faut il faire vivre nos morts ? Ou juste les garder secrètement au fond de soi, tout cela je ne sais plus je suis perdue dans cette phase où je culpabilise de le cacher sous le tapis mais où j'ai parfois envie de le "refaire vivre". Se souvenir empêche t il "d'avancer" ? Tu me comprendras je pense.
18
Être un parent en deuil / Re : Mon bébé de 15 ans
« Dernier message par résilience et silence le Aujourd'hui à 09:31:05 »
Oui, cette construction du vide en nous est terrifiante. Cela demande des forces multiples, du temps et une résistance hors norme, comme Maud vous a montré de son vivant cette immense capacité qu'elle avait en elle. Tenez bon, ne lâchez pas ce fil, d'autres que moi sont présent(e)s et savent que dans ces premiers moments, nous ne pouvons que vous transmettre notre profonde compréhension ainsi que toute notre empathie.  Des liens, des lieux existent si besoin, sur ce forum ou ailleurs, n'oubliez pas cette ressource.
Mille profondes  pensées de soutien.
Pascal.
19
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je ne vis pas je survis
« Dernier message par Nicole59 le Aujourd'hui à 09:07:52 »
Merci à tout le monde pour ce soutien. Je ne me suis pas trompée, journée horrible, obligée de m'isoler pour pleurer car impossible de retenir mes larmes et mes sanglots. Cela fait 10 mois que sa présence physique n'est plus. 10 mois sans le toucher, sans l'embrasser, sans caresser son visage, ses, cheveux, sans sa main dans la mienne.... 10 de cauchemar éveillée.
Je n'en peux plus de cette souffrance je veux que ça s'arrête c'est trop difficile à supporter. J'ai vécu des choses dures dans ma vie, mais là c'est insupportable n
. Je voudrai tellement le rejoindre.
Les mots ne repassent pas cette souffrance, c'est innommable.

Merci de me lire, d'être là.

Nicole
20
Discussions Générales / Re : Parent divorcé et désenfanté
« Dernier message par résilience et silence le Aujourd'hui à 08:42:51 »
    — Jane Broadis (@Jb5Jane) 27 février 2019

Ce poème intitulé Dyslexie, le voici :

    « Je suis stupide

    Personne ne dira jamais que

    Je suis douée avec les mots

    J’étais faite pour être géniale

    C’est faux

    Je suis un échec

    Personne ne pourra jamais me convaincre de penser que

    Je peux réussir dans la vie.»

Maintenant, lisez-le à l’envers :

    « Je peux réussir dans la vie

    Personne ne pourra jamais me convaincre de penser que

    Je suis un échec

    C’est faux

    J’étais faite pour être géniale

    Je suis douée avec les mots

    Personne ne dira jamais que

    Je suis stupide »


SVTT, TTVS en dyslexique.

La preuve en est, apprendre à parler le monde à l'envers remet debout puisque le monde marche sur la tête. Et plus je monte mon escalier, plus je vois ce côté d'anamorphose fort proche de cette "figure d'Indien en miroir cylindrique, 1740, par Elias Baeck (musée des arts décoratifs de Paris): être un Papadeuillé remet à plat (par le rouleau compresseur qu'il impose à  nos vie, je n'ai pas de meilleure métaphore pour en imager la brutalité,désolé) une spiritualité  déformée, voire atrophiée, illisible, opaque en tout cas,  de notre lien à l'universel. L'Ouroboros cesse de se mordre la queue en nous contraignant à chevaucher le dragon.
Cette spiritualité redevient lisible après avoir été réduite au silence, comme un papyrus qui se déroule. Résilience et silence prend du sens, un sens dyslexique en quelque sorte. Mon bain culturel n'a pas proposé de terreau autre que le deuil pour que puisse s'ouvrir ce qui fût contraint à rester graine.
Je me permets de vous rappeler cette formule : "Ils nous ont enterrés mais ont oublié que nous étions graines". J'ai enterré ma fille et une graine de spiritualité arrosée de toute cette douleur indicible n'a eu d'autres choix que de pousser, de croitre, de se développer. Effectivement, si les yeux des morts se ferment, ils ouvrent nos yeux, à nous les vivants.

Le cerveau n'exclue le coeur pas plus que le coeur n'exclue le cerveau, une maille à l'endroit, une maille à l'envers. ;D

Biz-itaos.

Pascal.
Pages: 1 [2] 3 4 ... 10