Auteur Sujet: Solitude  (Lu 3283 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Elisa52

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 139
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Solitude
« le: 07 Mars 2019 à 17:39:37 »
Demain ça fera trois semaines. Et déjà les messages, les appels se font plus rares. Au début, ils étaient nombreux, pleins de chaleur et de réconfort, certains magnifiques "Nous espérons être présents pour toi dans ce moment difficile", "Tu ne seras pas seule pour avancer dans cette douloureuse épreuve, je prendrai de tes nouvelles aussi souvent que possible", "Je partage de tout coeur ta peine, prends soin de toi", "Bon courage, je pense bien à toi" , "Je suis avec toi en pensée" et bien d'autres encore. Mais c'est comme si le temps n'était pas le même pour eux et pour moi. Ils ont leur vie, leurs occupations, leurs soucis. Il y a aussi "je t'appelle demain" (ou cet après-midi, ou tout à l'heure)... et puis rien. Le téléphone devient terriblement muet. J'attends un mot, une pensée, mais rien ne vient. Et je commence à comprendre qu'il va me falloir me confronter à nouveau à ma vieille ennemie, la solitude. Celle dont j'avais failli mourir avant de le rencontrer, dont il m'a protégée pendant 19 ans. Même éloignés l'un de l'autre, nous nous téléphonions plusieurs fois par jour, nous racontions ce que nous vivions chacun. Ces dernières années, avec sa maladie, nous ne nous quittions pas plus de quelques heures par jour. J'avais presque oublié ce que c'était, ce vide insondable, ce silence vertigineux. Je n'ai pas envie de vivre ça, je préférerais m'en aller sur la pointe des pieds, puisque déjà on commence à m'oublier, on ne pense plus à ma souffrance. La douleur physique me vrille le ventre, s'ajoutant à l'extrême douleur du coeur, de l'âme. Je ne vois pas comment surmonter un tel abîme.

Hors ligne anonymus

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 193
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #1 le: 07 Mars 2019 à 18:29:29 »
Chère Elisa52,

Pour moi ça fait une semaine, et je redoute déjà ce que tu décris. Je me dis que les gens sont compréhensifs quand c'est tout frais, mais qu'après un certain temps, ils s'attendent à ce que tu ailles mieux et que tu arrêtes d'en parler et d'y penser. Mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Chacun a besoin de plus ou moins de temps. Bien sûr, l'ami qui ne lui avait pas parlé depuis 3 ans aura un choc, puis il continuera son chemin en se disant que c'est bien dommage. Mais nous, les conjointes, perdons un gros morceau. Surtout si, comme moi, tu t'appuyais beaucoup sur lui pour te supporter. Il va nous falloir trouver d'autres supports (professionnels, famille, amis et pourquoi pas un animal?). Ne te bouscule pas et prends tout le temps dont tu as besoin. Je suis avec toi dans cette épreuve injuste, cruelle, abominable et insensée.

Hors ligne sylvie44

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 64
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #2 le: 07 Mars 2019 à 18:34:19 »
Bonjour Elisa
Oui la solitude moi aussi je connais depuis 10 mois. Surtout n'ayant jamais vécu seule. au début beaucoup de messages moi
aussi . On sera là ne t'en fait pas. Et apres ????  Le silence dans la maison . Ce silence au début j'en pouvais plus!
Et ça m'arrive encore souvent. alors j'allume la tv ou la radio.

Quand ça va pas je téléphone à une copine. La solitude ça fait toujours peur.
Surtout quand je rentre chez moi .
Pour l'entourage la vie a repris sont cours.ils ne vivent pas les mêmes émotions.pour nous tout à changé .
Courage prend soin de toi!!!

Sylvie

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4640
Re : Solitude
« Réponse #3 le: 07 Mars 2019 à 18:57:22 »
dans table des matières
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
tu trouveras
/autres qui s'éloignent amis etc
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/tentative-de-comprendre-pourquoi-le-sautres-nous-gardent-a-distance/
tu pourras voir
solitude au milieu des autres
https://m.youtube.com/watch?v=-iVurK3P9uE

ici certaines ont décidé comme moi d'exprimer aux autres leur dévastation
cela n'a pas suscité auprès de l'entourage de l'aide  ... cf mon fil au début
d'autres ont envoyé ça
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/texte-sur-le-veuvage-de-nadine-beautheac/

d'autres ont réussit à faire réagir de proches ami(e)s ...

il est certains qu'une thérapie avec un pro aide à travailler sur ce type de problème qui aggrave l'état d'endeuillée ...

bien affectueusement

"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Elisa52

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 139
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #4 le: 08 Mars 2019 à 00:10:54 »
Merci 3mmane et Sylvie. Appeler une copine ? J'ai peur de déranger, de peser. J'ai envoyé un message à tous ceux qui ont été présents pour le  leur dire et leur demander de prendre, eux,  l'initiative de m'appeler et de me proposer... un café en terrasse au soleil, un petit tour ou autre chose. Peu ont compris.
Qiquan, merci pour les liens. Ton texte est tout à fait éclairant sur les réactions des autres face à la souffrance et au deuil, ainsi que les réponses qui suivent. La vidéo sur la solitude est super aussi. Je vais partager peut-être une partie de ces ressources pour que "les autres"' comprennent un peu mieux ce que nous vivons. Mais j'ai compris qu'il ne faut rien attendre, une fois passés les premiers temps du deuil.
Ce forum. est décidément une ressource extraordinaire.
Gratitude et amitié à toutes
Elisa

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 591
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #5 le: 09 Mars 2019 à 15:39:38 »
bonjour Elisa

les "si tu as besoin on est là " oui ça je connais mais personne ne vient frapper à ma porte savoir si j'ai besoin  ou encore vivante , ils ont tous repris leurs habitudes , la tristesse , les larmes font peur , ce ne sont pas comme les médicaments pas de mode d'emploi comment faire ? quoi dire ?  moi à part la visite de mes enfants , un coup de fil régulier  d'une ou deux personnes c'est tout , ma soeur qui habite la province un soir m'appelle   pour prendre de mes nouvelles ,me dit"   3 mois c'est bon ça va allez " je ne dis rien d'ailleurs pas eu le temps   mais elle tout à son bonheur d'une nouvelle maison neuve se lance dans les détails et fini par me souhaiter une bonne soirée, ha ce fut la goutte d'eau en raccrochant  , chute du Niagara toute la soirée , elle avait tout simplement bousillée ma triste soirée non pas par méchanceté ni par bétise, juste rien compris , ben  à  elle ce n'est que son beau-frère , mais cet épisode me taraudait et incapable de prendre le téléphone, après plusieurs jours je lui envoie un e-mail en prenant des gants de velours pour lui expliquer que pour moi non ce n'était pas fini , par sms elle me demandait pardon de m'avoir blesser, elle ne s'était pas rendue compte et qu'elle attendrait que moi j'appelle , voilà juste pour dire ils ne savent comment faire , il n'ont pas les mots pour apaiser , réconforter ou juste écouter , comme je dis plus haut pas de mode d'emploi
douceur à toi et ton aimé qui veille sur toi

Hors ligne Nicole59

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 149
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #6 le: 09 Mars 2019 à 17:40:47 »
Bonjour,

Pareil chez moi, seuls mes enfants sont toujours présents. Les autres vont me dire si tu as besoin de parler viens, j'ai du café, tu y vas une fois mais pas deux car tu te rends compte qu'au final tu es seule avec ta douleur, personne ne comprends. Pas leur faute, il faut malheureusement le vivre pour le comprendre, c'est humain. Alors perso je viens ici. J'arrive tout doucement à déposer ma colère, mon désarroi et ma désespérance. Ici pas de jugement, juste une écoute et c'est une grande importance.
Courage à toi
Nicole
Je suis morte avec lui.

Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 990
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
Re : Solitude
« Réponse #7 le: 09 Mars 2019 à 21:59:31 »
Elisa,

Tu as ouvert un sujet qui est récurent sur ce forum, il suffit de rechercher le mot "solitude" et tu trouveras plus de 1000 posts.
Les veufs, veuves ne sont pas les seuls concernés, mais il est vrai que quand on a vécu à deux pendant de nombreuses années, cette solitude est insupportable.
Je me suis déjà exprimé sur le sujet, mais ça fait du bien de pouvoir le faire de nouveau.
La seule personne qui manque à ma solitude, c'est mon amoureuse.
J'arrive au cinquième mois, j'ai connu exactement les mêmes messages et appels pleins de compassion que tu évoques, après les invitations uniques du premier mois, ou les quelques visites de chacun de nos amis, et la famille proche, les appels et les messages se font rares, les spams sont devenus mes amis du quotidien.
Mais même lors de ces rares invitations ou visites, je me sens bien seul, alors que je ne pense qu'à mon amoureuse en permanence, il est bien difficile de l'évoquer, le sujet est plutôt évité.
Alors, même si je suis "déçu" par le silence de mon téléphone, je ne me plains pas d'être seul.
Ce forum est pour moi une présence bien plus réconfortante et je m'y sens bien, je peux exprimer ici tout ce que j'ai besoin sans devoir affronter les têtes baissées, les regards gênés, voir les réponses inappropriées ou blessantes quand je tente de le faire en présence des "proches".
A leur décharge, mon amoureuse était tellement dynamique, souriante, joyeuse, rigolote, que c'était bien plus agréable pour eux que me voir maintenant seul avec ma tristesse.
J'espère que les souvenirs des années que tu as partagées avec ton aimé, et sa présence dans ton cœur rendront ta solitude moins ennemie.
Tendresse et douceur.


"On ne voit bien qu'avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux"

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4640
Re : Solitude
« Réponse #8 le: 09 Mars 2019 à 22:21:52 »
citation
"La douleur est un symptôme et tout symptôme nous indique (tel un panneau indicateur) un besoin d’écoute et d’attention. Il s’agit d’écouter ce qui a tant besoin d’être exprimé, entendu et compris. Trop souvent l’erreur sera de vouloir éloigner le sujet de son ressenti.

De la part des autres, l’erreur provient essentiellement de vouloir modifier l’état de la personne endeuillée.
Vouloir agir pour le bien d’autrui peut être perçu consciemment ou inconsciemment comme une violence.
Par exemple vouloir rassurer : « Ne t’en fais pas… » ou « Dans quelques temps ça ira mieux… » ;
Vouloir aider : « Tu devrais sortir…»
 ou imposer sa présence et tout faire pour l’autre ;
Vouloir déculpabiliser « C’est pas de ta faute, tu ne pouvais pas prévoir… » ;
Vouloir donner son avis «  je pense qu’il aurait du… ».
Ou son expérience « Ça m’est arrivé à moi aussi de perdre… »
ou « un collègue qui a aussi perdu… » ;
Juger la situation « C’est terrible ce qui t’arrive… » ;
 Juger ce qui est exprimé « Mais non, dis pas ça…!  » ou « Tu n’es pas triste ? Comment est-ce possible ? »

Ces paroles ne font que nier le ressenti de la personne. Elles ne sont pas centrées sur la possibilité de laisser exprimer les ressentis sans jugement.
 Celui qui vit le deuil ne se sent pas compris et peut cesser d’évoquer sa douleur pensant « ça ne sert à rien d’essayer de dire ou de faire comprendre… Personne n’entend. » il peut aussi s’énerver de la présence des autres, la trouver étouffante, gênante, choquante… créant ainsi une douleur supplémentaire à celle déjà existante.

Quelle empathie ?

Selon la définition, l’empathie consiste à s’identifier à l’autre, se mettre à sa place et ressentir ce qu’il ressent. Certains pensent qu’il est nécessaire d’avoir vécu la même situation pour comprendre la souffrance d’autrui ou pour être compris par autrui. L’inconvénient, c’est que penser que la souffrance d’une situation doit être la même pour tous, cela ne permet pas à chacun de vivre la singularité de son deuil. Une personne qui aurait beaucoup souffert suite au décès d’un de ses parents ne pourrait alors pas comprendre et offrir une écoute appropriée à celui qui annoncerait ne pas se sentir aussi profondément affecté en vivant la même situation.

Croire que l’on ne comprend la souffrance d’autrui que si l’on a vécu la même situation peut porter à confusion. Une représentation bien précise de la douleur à vivre doit alors correspondre à ce qu’évoque l’autre.

Laissons à chacun la liberté de vivre à sa mesure sa propre souffrance et de pouvoir ainsi l’évoquer sans être jugé. La seule possibilité qui reste est de bien vouloir entendre, depuis sa place et sans chercher à se mettre à la place de l’autre. Cela procure un profond respect pour tout ce qui est exprimé sans jamais être poussé à vouloir comparer ni juger quoi que ce soit. Offrir cette qualité d’écoute permet à l’autre d’être plus authentique et c’est assurément une aide précieuse à apporter.

Le symptôme, spécialement pour rétablir l’équilibre

Vouloir s’éloigner de ce que l’on ressent ou vouloir éloigner l’autre de ce qu’il ressent est source de déséquilibre. Car tout ce qui n’est pas entendu, tout ce qui est évité, contrôlé, nié, enfouit ou rejeté ressurgit un jour ou l’autre sous des formes bien diverses de symptômes. Ce sont des sources de déséquilibre psychiques et physiques dont les symptômes apparaissent pour indiquer qu’un ordre est à rétablir. Les pratiques mises en œuvre pour s’éloigner de ses ressentis sont totalement inefficaces et peuvent même s’avérer dangereuses pour la santé si les symptômes augmentent pour mieux se faire entendre.

Une subtile qualité d’écoute

Vouloir aider ne consiste alors pas à vouloir agir pour le bien de l’autre, mais à l’écouter de manière juste afin de l’aider à se sentir pleinement lui-même par rapport à ce qu’il vit. Aider ne doit pas être une intention sur autrui, mais un résultat qui découle de la considération de ce qui est exprimé.

C’est une écoute délicate qu’il faudra apporter pour éviter les nuisances involontaires liées à un état relationnel : « vouloir aider », « vouloir rassurer », « vouloir faire oublier » « vouloir éviter », « vouloir comparer » ou « vouloir juger »… La difficulté est de savoir accueillir ce qui nous est dit en portant son attention sur la personne plus que sur l’information, ce qui définit l’état communicant (lire l’article : Distinguer l’état communicant de l’état relationnel)

Si l’on nous dit :
« – Mon mari s’est suicidé. »

On pourra alors répondre, en portant notre attention aux émotions qui sont liées à ce deuil :

« Comment est-ce que tu le vis ? »

Il y a un ordre à respecter pour assurer une écoute dans la considération d’autrui. En premier lieu, l’attention devrait porter sur l’être et ce qu’il ressent. Après seulement, l’intérêt peut être porté sur l’événement (où ; pour quoi , comment ça s’est passé ?). L’individu (le sujet) n’est pas à confondre avec l’événement (l’objet). L’attention sur l’individu (le sujet) devrait prioriser l’intérêt sur l’événement (l’objet). Si l’intérêt (la curiosité personnelle) prime, alors le sujet se sentira invisible (non exister) par rapport à ce qu’il vit dans son intérieur. Le sujet ne devrait pas être l’objet de la curiosité de celui qui écoute !

C’est généralement la source de la douleur et du mal-être des individus. Ça l’est aussi lors du vécu d’un décès. La difficulté vient souvent d’un dialogue entre mal-entendus et malentendants : D’une coté celui qui écoute peut manquer de tact, n’écoutant pas avec considération la réelle expression des ressentis de l’être. En face, celui qui vit le deuil et qui n’a pas l’expérience d’être à l’écoute de ce qu’il ressent peut se trouver incapable de répondre clairement à une question portée sur l’être et ses ressentis.

Quand la communication est possible et réalisable, alors une sensation agréable d’apaisement s’instaure. Et lorsque ce n’est pas totalement apaisé, le symptôme persiste spécialement pour indiquer que tout n’a pas été entendu, qu’il reste quelque chose d’important à faire émerger à la conscience. C’est comme si des parts de soi restées dans l’ombre maintenaient un mal-être pour ne pas être oubliées. La douleur est la manifestation du besoin de faire émerger à la lumière la conscience de ce que nous éprouvons.

Vivre en paix sans oublier

Ne pas confondre « vivre en paix » et « avoir oublié ».   On peut très bien ne pas oublier un être cher et se sentir en paix, sans douleur de l’avoir perdu. Ce n’est pas l’oubli qui s’installe grâce à l’écoute, mais un profond sentiment d’apaisement, une quiétude intérieure suite à l’intégration des parts blessées de soi
."

Catherine Sarrade"
et revoir sur le site ressource dont est issu ce forum
http://deuil.comemo.org/se-faire-aider-deuil
« Modifié: 09 Mars 2019 à 22:23:23 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Elisa52

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 139
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #9 le: 12 Mars 2019 à 23:42:37 »
Aujourd'hui, j'ai croisé une voisine qui m'a dit "Je te trouve mieux, tu as l'air moins fatiguée, il y a quelque temps (sous-entendu quand il était encore en vie), je t'ai trouvé vraiment fatiguée" et elle a ajouté "De toute façon, s'occuper de quelqu'un qui est malade, c'est fatigant". Autrement dit, avec l'intention la plus bienveillante du monde, elle était en train de me dire que j'allais mieux maintenant qu'il est mort que quand il était vivant ! Les gens ne se rendent pas compte, ils croient bien faire. Dans le florilège des énormités que j'entends, celle-là bat je crois les records. Mais il y a aussi "De toute façon, il était tellement malade..." où "Maintenant, il ne souffre plus". On croit apaiser ma peine avec ces mots, mais ils me font mal. Comme ça semble compliqué pour presque tout le monde -à part ceux qui ont vécu la même chose - de trouver les mots ! Et il faut entendre ça et l'accepter car toute autre réaction serait incomprise, voire mal prise.

Hors ligne cococipo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #10 le: 13 Mars 2019 à 16:32:54 »
Pour moi cela fait un peu plus de 5 semaines, le lendemain de mes 50 ans, quelques jours avant les 20ans de notre fils.
Je retrouve exactement tout ce qui est décrit et ça me fait terriblement peur.
Je me dis que dans mon malheur j'ai beaucoup de chance, nos 3 enfants. C'est la seule chose qui fait que j'essaie d'avancer et qui me motive le matin pour aller bosser. 2 sont toujours à ma charge donc "faut se bouger". Et puis toutes les formalités administratives occupent d'autant que j'habite en Allemagne et que tout est bien différent ici. Aucun bien, quelques dettes, une voiture et puis voilà..... faut continuer. Comment ? Je l'ai rencontré, j'avais 14 ans. Mon meilleur ami, mon confident, mon amour de jeunesse, mon mari, le père de mes enfants, celui qui m'a vu grandir pendant 36 ans et qui y a contribué.
Je passe de la tristesse à la colère, je crie à l'injustice car c'était quelqu'un de génial.  Mais je n'arrive pas à réaliser, il est quelque part. A l'hopital ou il était pendant quelques semaines, il se repose là-haut oú il s'est éteint.
ça fait mal à en crever et en même temps beaucoup de gens n'auront pas le quart de ce que j'ai pu partager avec lui....

Hors ligne Nicole59

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 149
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #11 le: 13 Mars 2019 à 17:11:52 »
Bonjour,

Oui ça fait mal à en crever, oui on est en colère, et le pire c'est que l'administration nous l'enlève e'core plus, changement du nom sur la carte grise, le compte bancaire a un seul nom, le notre et plus le sien, son nom qui disparaît des courriers.... J'ai vraiment eu l'impression que l'on me depouillait de lui, qu'on le virait de la vie. Ça a été un moment affreux. Maintenant il est près de toi, dans ton cœur et là, personne ne peut te le prendre.

Nicole
Je suis morte avec lui.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4640
Re : Re : Solitude
« Réponse #12 le: 13 Mars 2019 à 18:28:19 »
Pour moi cela fait un peu plus de 5 semaines, le lendemain de mes 50 ans, quelques jours avant les 20ans de notre fils.
Je retrouve exactement tout ce qui est décrit et ça me fait terriblement peur.
Je me dis que dans mon malheur j'ai beaucoup de chance, nos 3 enfants. C'est la seule chose qui fait que j'essaie d'avancer et qui me motive le matin pour aller bosser. 2 sont toujours à ma charge donc "faut se bouger". Et puis toutes les formalités administratives occupent d'autant que j'habite en Allemagne et que tout est bien différent ici. Aucun bien, quelques dettes, une voiture et puis voilà..... faut continuer. Comment ? Je l'ai rencontré, j'avais 14 ans. Mon meilleur ami, mon confident, mon amour de jeunesse, mon mari, le père de mes enfants, celui qui m'a vu grandir pendant 36 ans et qui y a contribué.
Je passe de la tristesse à la colère, je crie à l'injustice car c'était quelqu'un de génial.  Mais je n'arrive pas à réaliser, il est quelque part. A l'hopital ou il était pendant quelques semaines, il se repose là-haut oú il s'est éteint.
ça fait mal à en crever et en même temps beaucoup de gens n'auront pas le quart de ce que j'ai pu partager avec lui....

avec tristesse je t'accueille
tu vas pouvoir ouvrir comme les autres un fil perso où nous parler de vous, de toi, de vos enfants ...
crier ta douleur
prends soin de toi
affectueusement

(je t'invite à fouiller http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/ )
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 591
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #13 le: 13 Mars 2019 à 19:34:45 »
cocoipo

avec compassion je t'accueille parmi nous , 5 semaines c'est encore bien frais , que l'on soit d'un pays ou d'un autre la douleur est la même , et comme tu le dis si bien pour les enfants il te faut aller travailler , 36 ans de bonheur sont un cadeau et tes enfants en sont le résultat , mais cela n'enlève rien  au manque et tu aurais aimé que cela dure encore et le destin en a décider autrement , nous devons subir , et nous débattre  pour avancer pas à pas sur ce chemin qui ardu et pas du tout linéaire , mais tu as aussi le droit de pleurer et crier ta peine et ton mal de vivre que dis-je survivre , moi au début je disais juste  respirer pour ne pas en crever , aujourd'hui je crois avoir un peu avancer j'en suis à 4 mois1/2 mais rien n'est simple entre le manque , la solitude , etc.... ici tu seras lue , et comprise sans jugement , certain(es)répondront
N'oublie pas malgré tout de prendre soin de toi , pour avoir aussi la force de t'occuper de tes enfants ,  eux aussi on la douleur de la perte de leur papa
de tout coeur toi
douceur pour ta soirée , ton aimé veille sur vous

Hors ligne capucine41

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Solitude
« Réponse #14 le: 13 Mars 2019 à 20:22:21 »
Bonsoir, le 26 décembre 2018; j'ai perdu mon amie d'un cancer de la veine cave supérieure, elle est partie en trois mois; peut être qu'il est plus compliqué, de se faire entendre sur un forum, ou dans la vie quotidienne quand une femme aime une autre femme; mais mon amour pour elle était fusionnel, elle me protégeait, si bien bien qu'elle ne sait pas confiée sur ses dernières volontés, se sont ses collègues sans que je le sache ont entrepris avec elle de longs moments de dialogue et un jour, elles m'ont tout dit, la différence de Lara FABIAN a été écouté par tous et aussi pour elle. J'en reviens à vous dire que l'on se sens bien seule, ses amies présentent aux obsèques (la crémation) m'avaient promis d'être là pour m'épauler, elle leur avait demandé d'ailleurs, comme à tous les autres présent ce jour là. Je n'ai plus de famille, pas d'enfants (je ne peux en avoir), on m'envois des sms, et de me dit d'en parler à un psy pour soulager mon chagrin, et de sortir, c'est facile à dire quand on pleure et qu'on est malheureuse, personne ne comprend, (pas vécu). N'étant pas mariée ou pacsée, impossible d'avoir le dossier médical, je dois passer par sa famille, je ne pouvais pas retirer les vêtements à l'hôpital, c'est sa soeur qui a du le faire. Je vais mener un combat pour elle, continuer le dossier qu'elle avait commencé, les urgences d'une petite ville du Loir et Cher l'ont pas pris en charge alors qu'elle souffrait, toute sianosée et gonflée, l'interne l'a laissé sortir sans traitement, confondant avec un oedeme de quinke (allergie), un deuxième passage et si pas un autre médecin, on l'a mettait dehors; elle a mené deux combats(ce qu'elle disait), un est perdu, a moi de combattre l'autre pour elle, pour sa mémoire. Bravo les urgence de V, on me dit verbalement, on a commis une erreur, sur le courrier, je fais une histoire d'argent, alors que c'est l'amour de ma vie que j'ai perdu. Bon courage à vous qui avez perdu quelqu'un, ce combat me redonne de la force.