Auteur Sujet: Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !  (Lu 523066 fois)

0 Membres et 4 Invités sur ce sujet

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2557
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3075 le: 10 Janvier 2019 à 13:10:09 »
A regarder plusieurs fois...

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3076 le: 10 Janvier 2019 à 17:21:30 »

Katia Chapoutier
Dans quelques jours (le 14 janvier) notre livre La Vie après le suicide d'un proche sortira en format poche.

Il sera encore plus simple de le faire circuler, de l'offrir, de le transmettre pour continuer à libérer la parole...

Partagez, faites le savoir...

En France, environ 10 000 personnes se suicident chaque année. Toutes les classes d’âge et les catégories socio-professionnelles sont touchées. On estime que chaque suicide impacte lourdement environ 40 personnes.

Ce livre donne la parole à ces endeuillés du suicide. Que le décès date de quelques mois ou de plusieurs années, ils racontent leurs histoires, partagent leurs expériences et prouvent que l’on peut non seulement survivre mais vivre.

Leurs témoignages sont éclairés et complétés par les regards de spécialistes comme le psychiatre Christophe Fauré ou Xavier Pommereau, psychiatre travaillant avec les adolescents.

Ce livre constitue le prolongement et l’approfondissement du documentaire éponyme diffusé sur France 5.

Son sous-titre est important : Témoignages d'espoir...

Des témoignages qui sont autant de lucioles dans l'obscurité de la souffrance
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3077 le: 10 Janvier 2019 à 18:16:18 »
Bonsoir Scalpa-ito... mon indien-ito préféré !

Ce matin ton billet faisait référence au "Papa souffrant" ...

TU... JE... NOUS sommes ... Être un "Papa souffrant" DEPUIS la mort de notre Enfant-Amour !

JE suis à terre, à genoux, je vomis ma douleur... je dégueule ma souffrance !

Tu parles aussi mon copain-ito de plus grande tolérance engendrée par notre souffrance... oui, tu as raison... il s'agit sans conteste d'un plus grande ouverture d'esprit ! comme dans le fameux film du cercle des poètes disparus... nous sommes montés et debout sur la table afin d'avoir d'autres angles de vue !

En général, la tolérance, du latin tolerare (supporter) et tolerantia (endurance, patience, résignation), désigne la capacité à permettre ce que l'on désapprouve, c'est-à-dire ce que l'on devrait normalement refuser. En construction ou en dessin par exemple, on dit qu'on peut tolérer une certaine marge d'erreur.


L'indulgence, nom féminin, (latin indulgentia)
Aptitude à excuser, à pardonner les fautes, à ne pas les sanctionner sévèrement : Faire appel à l'indulgence du jury.
Caractère de ce qui n'est pas sévère : L'indulgence de la loi pour ce genre de délit.

J' ai toujours préféré l'indulgence plutôt que la tolérance !

On avance mon Ami ... on avance doucement mais sûrement !

Solidairement... toujours !
Fed-ito

« Modifié: 10 Janvier 2019 à 21:25:49 par Federico »
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

En ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 327
  • One eye dog's man
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3078 le: 10 Janvier 2019 à 18:48:58 »
Hello Fed-ito.
C'est vraiment dur ce passage, je trouve, archi-dur et je sais pas ou on va mais on y va comme disait Fournier, dans "la gueule ouverte", journal écolo des années 70. ;D contemporain de l'an 01 de GB si tu as connu.
Merci  mon Poto d'ouvrir aussi sur Indulgence.
En jouant au sax, je me disais que c'est si difficile de se penser en termes d'une grande souffrance qui doit ouvrir à la grande tolérance. Ouais, t'as bigrement raison faut de l'indulgence mais c'est pas gagné. En travail pour l'instant, j'dirais!
bizs.
Pascal-ito.

Au fait la différence de 178 968 euros entre Jouano et toi, question éthique, franchement sans hésiter une seconde je vote pour toi! C'est marrant, tes 32cts sentent pas le calcul politique! Mais bon, d'accord je chipote. ;)
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3079 le: 11 Janvier 2019 à 09:59:33 »

Saluti a tutti..... je n'oublie ni Cheyenne-ita ni ma Juanita !

Pascal-ito, j'ai des vieilles godasses qui pourraient servir à Cheyenne pour se défouler et se faire les dents après votre jogging si elle en a encore sous la patate !

A part ça... ah! oui, je commence toujours ma journée par lire "L'édito de Pascal" et selon son humeur ... je suis le mouvement... c'est dire s'il est devenu important mon super copain-ito ! j'trouve que tu n'es pas reconnu à ta juste valeur sur ce forum ! c'est dommage ! tu es cultivé, éduqué , intéressant, enrichissant ! t'es vachement bien ... point barre !
Juste envie de l'écrire... comme ça... simplement, sincèrement !

Pascal , tu es mon éditorialiste préféré ! après oui, je suis d'accord, il y a des correspondants locaux, des journalistes nationaux et des journalistes spécialisés en politique internationale, en sports, en économie, en connerie humaine !
Moi, par exemple je suis Grand Reporter de Guerre ... je vis en permanence sous les bombardements de la douleur et de la souffrance !
C'est pour ça que j'ai grand intérêt à prendre soin de moi... douceur & indulgence !
J'accepte volontiers mes limites physiques et morales ... je m'applique, je fais pour le mieux... mais, à l'évidence cela ne suffit pas toujours pour "ne pas redoubler" et moi je suis un vrai cancre, tout au fond de la classe, au dernier rang ... ni dieu ni maître !
Il paraît que je suis... attachant ! ... si, si, si ... on me l'a dit dernièrement !

Je suis attachant ! na !

Fed-ito
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3080 le: 11 Janvier 2019 à 11:57:50 »

Après la mort d’un enfant, de l’expérience du vide à une autre manière d’aimer
Conférence de Lytta Basset - Lundi 14 janvier 2019 à 19 h 30


Lytta Basset vient nous offrir une conférence le 14 janvier prochain. "Conférence", je dirais plutôt dialogue, échange de vécu, pistes de reconstruction. Elle s'adresse à nous tous qui avons perdu un enfant, mais aussi à tous ceux qui ont vécu cette expérience du vide, qu'elle qu'en soit la raison.

Lytta Basset est accompagnante spirituelle, elle s’adresse à ceux qui cherchent à mettre du sens, à ne pas rester seuls dans le vide, à aller à la rencontre d’eux-mêmes. Si cette théologienne et professeur d'université a su trouver appui sur la religion, c'est pour toujours ajouter : "Le chemin de vérité qui mène à une Vie plus forte que l’irréparable n’est pas l’apanage des croyants, pas même des adeptes de telle ou telle religion".

J’ai fait la connaissance de Lytta en 2001. Samuel, son fils aîné venait de se suicider, notre fils, n’était plus avec nous depuis deux ans. J’ai rencontré sa solitude. Deux ou trois ans plus tard, Dominique, Nathalie et moi, membres d’Apprivoiser l’Absence, sommes allées participer à un séminaire autour de Lytta qui m’a confié ressentir à ce moment-là un grand sentiment d’enlisement. Le lendemain de nos échanges, elle a partagé avec nous ce ressenti soudain "Mais elles sont vivantes..."

Aujourd'hui, la parole et les nombreux écrits (*) de Lytta Basset traduisent son chemin de vie. Ils touchent souvent au plus profond d'eux-mêmes ceux qui la lisent ou l'écoutent, tant ils leur donnent le désir d’exister. Et Lytta viendra, forte de cette conviction qu'elle a chevillée au corps : "Nous nous approprions d’autant plus ce qui nous est arrivé que nous le partageons avec d’autres. Et l’on est jamais autant auteur responsable de sa parole qu’en la rendant publique."

(*) Ce lien qui ne meurt jamais, Oser la bienveillance, La source que je cherche

Lieu Couvent Saint-François – 7 rue Marie Rose – 75014 PARIS

Métro : Alesia Bus : 62

Libre participation aux frais
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3081 le: 11 Janvier 2019 à 12:08:53 »

COMPRENDRE LE SUICIDE

Le suicide est une mort particulière, violente et complexe. C'est un acte profondément intime, élaboré depuis longtemps dans la solitude absolue avec laquelle la personne s'est retrouvée enfermée dans ses difficultés.

C'est un acte décidé et construit petit à petit avec l'idée devenue obsédante qu'il est la seule issue pour mettre fin à une souffrance personnelle devenue intolérable.

Les signes ne sont jamais faciles à détecter, d'autant plus qu'à l'approche du passage à l'acte, tout est mis en œuvre pour le cacher à l'entourage. Ce terrible secret aura pour effet de provoquer l'incompréhension, la consternation et la culpabilité.

C'est pour les proches, une tragédie qui les blesse à jamais.

C'est pourquoi, il est primordial pour l'entourage qui vit un tel drame de pouvoir en parler afin d'en évacuer la culpabilité, la colère et le désespoir.

https://laviepourleternite.blogspot.com/p/le-suicide.html
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3082 le: 11 Janvier 2019 à 12:32:54 »

Ils condamnent leur liberté
Avec le sourire de la trahison
Toujours ils vont s’agenouiller
Au temple en ruine de la raison
Que peuvent-ils encore espérer
À se soumettre de cette façon
Les hommes comme prisonniers
De leurs pensées sans horizon.


********************************************

À celui qui pleure
L’amour d’une dame
Les marées du cœur
Font vagues à l’âme !

Le bonheur est leurre
Qui cache un drame -
Des larmes, se meurt
La plus belle flamme.


*********************************************

Mère des mots qui errent
À l’ombre des inquiétudes
Face cachée des mystères
De l’esprit elle se dénude
Pour l’avoir trop souffert
J’en ai acquis la certitude
La poésie est morte prière
Les anges ont le cœur rude.


*********************************************

Stéphen Moysan
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3083 le: 11 Janvier 2019 à 19:39:48 »

Je peux vivre la passion sans Amour Et l'Amour sans passion !

La passion sans Amour est sans risque parce qu'on sait d'avance que ça ne va pas durer toute la vie !
L'Amour sans passion est à risque parce qu'on sait justement que ça peut durer toute notre vie !


La passion c'est sympa mais à un moment donné il faut quand même être un peu raisonnable ! faut pas déconner ! merde !
L'Amour c'est sympa mais à un moment donné il faut quand même être carrément raisonnable ! faut pas toujours déconner ! merde alors !

La passion de la bagatelle c'est bon quand on est jeune mais ensuite il y a les Enfants , la maison, le jardin, le boulot, le sport, papa, maman et Juanita (ma chatte !)... et enfin l'Amour de la femme !

La passion, la passion... ouais ?! et alors ?!
L'Amour c'est la zénitude de la fièvre du samedi soir ! dimanche c'est ... le jour du seigneur et jour d'abstinence sexuelle pour être en forme pour la reprise de la semaine ! hihi huhu ! nomého !

j'adore ce sujet :
Passion ! oui !....... Amour ! oui !...................... Passion et Amour ? impossible !
il faut choisir entre la Passion temporelle ou l'Amour éternel !

"Les Amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics...
bancs public... bancs publics
En s'disant des "Je t'aim'" pathétiques,
Ont des p'tits gueul's bien sympathiques!"



- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3084 le: 11 Janvier 2019 à 22:42:29 »

Mon médecin généraliste (avec lequel j'entretiens de bonnes relations de confiance) ne comprends pas (?) et s'étonne (!) que "DEPUIS tout ce temps" je puisse encore être dans cet état de douleur physique et de souffrance morale !
Il veut absolument que je consulte un psy ... il veut que je sorte davantage avec mes amiEs... il veut que je fasse encore plus de sport... il veut que je trouve à tout prix (?) une amoureuse... il veut que je parte en vacances... et... et que sais je encore !
Il m'a littéralement saoulé de mots !
Quand  il m'a enfin libéré... dehors.... j'ai fermé les yeux, respiré un bon coup et j'ai eu la confirmation du gouffre qui me sépare dorénavant des non-endeuillés  n'ayant pas perdu  une personne essentielle , un amour éternel !
Je l'aime bien mon médecin généraliste... il veut remuer ciel et terre pour moi mais moi je n'ai plus cette énergie vitale , je choisis précautionneusement mes activités, je sélectionne mes efforts, je dose et j'ai besoin de pauses !

Il ne comprends pas... moi, ça fait longtemps que j'ai compris !

Papa de Raphaël
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

En ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 327
  • One eye dog's man
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3085 le: 12 Janvier 2019 à 08:15:14 »
Hello Fed-ito!

Idem pour moi! A un degré différent côté temps seulement 2 1/2 ans mais équivalent: comment ça, vous n'arrivez pas à arrêter le xanax? A un dosage aussi bas et ça fait plusieurs fois que vous dites "je vais bien!". Alors?
Bon je l'ai croisé fortuitement avec sa fille il y a quelques mois malgré toute ma vigilance et ma discrétion notre paradoxe m'a jailli comme chaque fois au visage!

ON NE VEUT PAS QUE D'AUTRES CONNAISSENT CE QU'ON VIT, POINT BARRE!

Et comme toi, je l'aime bien cet homme, il est sympa. là, je passe à un dosage de 0,125/jour  et j'ai un peu l'impression de marcher sur une poutre au-dessus du vide avec les yeux bandés et les lacets défaits! TVB! ;D

Caduceusement!

Bisous-ito.
« Modifié: 12 Janvier 2019 à 08:17:41 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne nathT

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 395
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3086 le: 12 Janvier 2019 à 09:49:38 »
Federico, Pascal,

Hier soir j'ai eu un appel de ma belle soeur; anniversaire des 9 ans de l'accident qui a emporté son fils de 20 ans .
Elle m'a bien confirmé qu'il lui a fallu des années pour 's'en remettre' : elle est parfois.... oui... parfois mais seulement parfois heureuse et oui...elle est dans un monde à part ou seuls ceux qui ont connu cette  terrible peuvent comprendre .Elle a toujours refusé obstinément de 'faire pitié' .Autour d'elle personne ne comprend et. bien ..... tant mieux pour eux.....C'est ce que tu dis Pascal....tant mieux pour ceux qui ne comprendront jamais parce qu'ils ne vivront pas ce drame absolu .

De mon côté, j'ai désormais compris que lui parler de son fils, des souvenirs que j'ai de son fils ne lui fait pas de mal bien au contraire .

Mes potes 'endeuillés :' Moonlight salue bien Junita et Cheyenne

Nath


Hors ligne loma

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 636
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3087 le: 12 Janvier 2019 à 12:18:53 »
"si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettres d'or ... je t'aime encore"  William Shakespeare

Hors ligne nathT

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 395
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3088 le: 12 Janvier 2019 à 12:43:59 »
Merci Ioma

je fonce l'acheter!

Mamie Nath ,
 stylo rouge et .......Résistante .....

Je suis malheureuse , triste ..... et je ne me soigne pas !Na

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2918
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3089 le: 12 Janvier 2019 à 19:02:10 »

VIVRE APRÈS LE SUICIDE D'UN PROCHE

La personne qui met fin à ses jours (plus encore s'il s'agit d'un enfant ou d'un adolescent) est submergée par des émotions violentes qui lui empêchent tout raisonnement, toute prise de conscience sur les conséquences de son acte au moment où il se produit.
Elle se trouve sous le coup de l'émotion de l'instant. Cet instant d'une insupportable souffrance à laquelle il s'agit de mettre fin pour se libérer.


Il est alors vital pour les proches de parvenir à exprimer tout leur ressenti, toute leur douleur, en pleurant, en criant, en parlant ... et de pouvoir comprendre, reconnaître qu'ils ne sont pas responsables, que la personne qui est partie ne voulait pas, ne pouvait pas leur dire son immense souffrance pour les protéger (surtout dans le cas d'adolescents hypersensibles).

Chacun le fera à sa manière, au rythme qui est le sien, en verbalisant son chagrin dans un échange avec l'autre (de préférence avec un professionnel à qui l'on pourra confier plus qu'on ne peut le faire avec un proche) ou tout autre manière d'accompagnement qui lui convient.

Il deviendra alors possible de parvenir à mettre de l'ordre dans l’innommable chaos où tous les repères ont volé en éclats et de commencer à cheminer dans le questionnement et la reconstruction.

Il sera alors aussi concevable de donner un sens à la douleur éprouvée en continuant à faire vivre, parfois à travers une cause, mais surtout dans les cœurs et les mémoires, l'être cher qui est parti.

https://laviepourleternite.blogspot.com/p/le-suicide.html
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !