Messages récents

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
11
Spiritualité / vidéo de l'INREES
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 12:16:50 »
Carole Rueda a été confronté au deuil très jeune, après la perte brutale de son père, lorsqu'elle avait 12 ans. Elle fait partie des personnes interviewées par Stéphane Allix dans son livre « Après... », et témoigne ici de son parcours de résilience. Comment se relever d'une tragédie familiale ? Quel sens donner à cette souffrance ? Comment dépasser l'injustice de voir partir ceux que l'on aime ?

✧ Carole révèle comment elle a su trouver la force de dépasser son chagrin, notamment en s'ouvrant à la possibilité d'une une dimension spirituelle, après avoir vécu plusieurs expériences extraordinaires autour de la mort.
À voir sur le site de l'INREES
12
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une guerre perdue d'avance
« Dernier message par katrinap le Aujourd'hui à 10:36:11 »
cher Philippe

Je comprends ta détresse si tu ne rêves pas d'elle je pense que c'est un passage elle reviendra dans tes rêves,  tiens bon, je ne sais pas quoi te dire pour que tu ailles mieux mais on est là
katrin
13
Vivre la perte d'un parent / Re : décès inattendu d'une mère
« Dernier message par katrinap le Aujourd'hui à 10:25:23 »
bonjour

je comprends votre déchirement, venez parler ici cela fera du bien
j'ai vécu la mort de mon père, puis de mon second père(mari de ma mère qui m'a élevé) et de mon meilleur ami en 2017 à 5 mois d'intervalle
très dur de pouvoir faire les deuils quand ils sont  aussi rapprochés et j'étais très proche des trois
mon père reste le plus difficile
venez parler de votre maman ici vous aurez un espace accueillant pour vous répondre
peut être ensuite pouvoir la pleurer? Voir un thérapeute? ou un groupe de parole?
ne restez pas dans un deuil momifié, cela en effet ne vous permettra que de survivre et pas de vivre, or, c'est ce que votre maman aurait voulu pour vous
ce qui doit être infinimenet douloureux pour vous est que vous n'avez pas eu le temps de vous faire à l'idée de son décès avec un mois de diagnostic et déjà partie
or, le temps est une donnée à mon avis importante, je pense qu'on ne se fait jamais à la mort d'un proche surtout de son parent ou enfant, mais quand elle survient brutalement, à la souffrance se rajoute le choc de la sidération
quand on n'a pas pu ou su se poser pour souffrir cette sidération demeure et  ankylose les sentiments et l'esprit
on est tous avec vous
amitié
katrin
14
Vivre le deuil de son conjoint / Re : C'est pas bientôt fini tout ce silence ?
« Dernier message par Faïk le Aujourd'hui à 09:50:58 »
Aujourd'hui, c'est la Journée des Solitudes.
Une seule journée pour prendre en compte ce qui fait la réalité de beaucoup, ici ou ailleurs ? Cela semble si dérisoire ...
Un ministère des Solitudes a été créé en GB, pour lutter contre un fléau social pourvoyeur de maladies. J’ose espérer qu’on pensera à moi aujourd’hui en d’autres termes qu’une éventuelle personne à risques cardio-vasculaires, maladies neurodégénératives, dépression et anxiété ... et je ferai de même pour tous ceux, seuls, qui m'entourent.

S’il y a de la souffrance dans la solitude, il peut y avoir aussi de la jouissance, ou de l’apaisement. Celle à être, non pas isolé, mais seul avec soi-même et en accord avec le reste du monde.


Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup,
Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne,
Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel,
Personne n'est assez riche pour s'en passer,
Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter,
Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires,
Il est le signe sensible de l'amitié,
Un sourire donne du repos à l'être fatigué,
Donne du courage au plus découragé
Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler,
Car c'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne.
Et si toutefois, vous rencontrez quelqu'un qui ne sait plus sourire,
Soyez généreux donnez-lui le vôtre,
Car nul n'a autant besoin d'un sourire
Que celui qui ne peut en donner aux autres.



Raoul Follereau
(1903-1977)
15
Vivre le deuil de son conjoint / Re : 3 ans et toujours perdu
« Dernier message par BL62 le Aujourd'hui à 09:34:56 »
Mon Amour,

09H21 , 3 ans et 4 mois . Encore une journée en enfer .
Tu me manques trop

Je t'aime

16
Vivre le deuil de son conjoint / Re : souffrance, incompréhensions, rupture
« Dernier message par PaulHarvey le Aujourd'hui à 09:23:11 »
Aký veľký je tento veľký zdroj údajov? Koľko údajov môžem získať, pretože mám podozrenie, že tento veľký obsah databázu odstránil?
17
Vivre Le Deuil / Re : Pleurer ou ne pas pleurer
« Dernier message par PaulHarvey le Aujourd'hui à 09:22:30 »
Ako Isang Tagapagpananalixik na naglapapupang matuto ng bagong bagai. Áno ang ayong natutunan upang dnes?
18
Discussions Générales / Re : Parent divorcé et désenfanté
« Dernier message par résilience et silence le Aujourd'hui à 08:11:23 »
Saluto!

La répression ne remplace pas l'éducation!
 
Pfouh! c'est le seul truc que j'ai trouvé à répondre à un Agent de la voirie tout en colère devant les déchets inappropriés laissés épars devant les collecteurs de la déchetterie collective! Evidemment c'est pas cool et yop, il attendait avec impatience qu'il y ait des caméras de surveillance pour coller des PV aux malotrus crados, la seule solution qu'y disait, c't homme !
Là où je vis, je me suis dit que la psychologie ça marche pas, c'est diabolisé, vilipendé, délabré et inadapté.A  juste titre ou pas je m'en fiche un peu. Au final le moyen que j'a trouvé ça a été la pédagogie.  Mais allais je lui parler de ma fille décédée dans un bidonville construit sur des déchets à l'autre bout du monde?
Comme Fed-ito, des fois je me demande ce que je suis devenu : un tout petit grain de sable dans les rouages de la folie qui nourrit sa progéniture, comme dit "tire le coyote".
Allez, les Navajos disent qu'il faut laisser le coyote vivre et l'avoir à l'oeil! C't homme, j'l'ai vu se poser une question, puis il m'a dit : "mes enfants ils jettent pas un papier par terre". (Sinon ils prennent une baffe, que je me suis dit! Mais ça c'est plutôt le mien de coyote : j'ai pas le sentiment d'avoir été un père à la hauteur, alors mon pote, juge pas autrui et garde ta mélasse, que je m'suis dit!))
Allez bisoux les endeuillé(e)s et plein de câlins je vous transcrit devant notre déchetterie, sans surveillance, sans caméras et sans embarras!
Y a pas de déchetteries pour les câlins, c'est tout recyclé dans le bonheur! :D

Pascal-ito
19
Être un parent en deuil / Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Dernier message par Eva Luna le Aujourd'hui à 01:55:46 »
Bon ben...pas convaincue par son discours...
déjà j'avais pas vraiment aimé son livre: Ce lien qui ne meurt jamais...
mais je laisse le lien, ça peut convenir à d'autres...
20
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le Aujourd'hui à 00:20:15 »

Que suis je devenu ?

Où suis je réellement ? Qui suis je vraiment ? Quel est mon devenir mais au fait... est il nécessaire d'avoir un avenir pour survivre ?

Questions difficiles !

Franchement, je ne sais plus ce que je deviens ! je ne sais plus Où je suis ! je ne sais plus Qui je suis !

Je vis sans réalité... sans lieu... sans avenir !

Je vis quotidiennement dans la métamorphose... je suis un " travestimenti carnevale "...

Je change d'un être en un autre ...

   -  Transformation totale de mon être au point que je ne suis plus reconnaissable...
   -  Modification complète de mon caractère, de mon état physique, de mon aspect  psychologique...surtout de ma forme physique et morale...
   
Je n'ai plus de développement "normal" ... je régresse... je ne suis que dans l'émotionnel... les sentiments... l'amour... l'amitié !

Selon L' Encyclopédie Larousse... la définition du mot "métamorphose" en biologie... c'est la transformation profonde que subit un insecte en passant de l'état larvaire à l'état nymphal et de celui-ci à l'état adulte ou imaginal.

MOI, en ce moment c'est exactement l'inverse... je suis à l'état adulte ou imaginal et je me transforme régressivement vers un état nymphal puis un état larvaire...

C'est pas compliqué... je dois renaître... de mes cendres si je veux continuer à être un être vivant !

Je n'aime plus QUE ce qui me transporte... Que ce qui me berce dans une infinie tendresse...

J'aimerais bien redevenir B. comme dans la vraie vie... mon vrai prénom ... dans une autre vie !
Pages: 1 [2] 3 4 ... 10