Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le Aujourd'hui à 18:35:48 »

Les plages du silence...
***********************************************

Silence

Je plonge dans le silence

Sans risque de me noyer

Je m’enfonce

Je disparais

Et quand je reviendrai

A la surface des mots et des bruits

Je serais capable

A nouveau

De vivre.

Bernard Friot
2
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une guerre perdue d'avance
« Dernier message par katrinap le Aujourd'hui à 17:56:17 »
je me doute tu sais c'est déchirant, et tellement incroyable de penser qu'elle ne reviendra pas
tiens bon, on est tous submergés par les vagues, parfois ce sont des vaguelettes et on se dit qu'on va y arriver, ortés par nos souvenirs d'autres  fois c'est écrasant inimaginable...

on est près de toi, on te soutient, je te soutiens, on se sent un peu moins seuls grace au forum
bises
katrin
3
Spiritualité / Re : Les signes
« Dernier message par biche07 le Aujourd'hui à 17:02:52 »
 Pour toi Bebe et les autres  ...même les septiques..J'ai lu " les morts nous parlent" du Père François BRUNE...impressionnant et très documentés.
bonne lecture ...et bonne écoute...a bientôt Bises Biche.
4
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une guerre perdue d'avance
« Dernier message par pscar13 le Aujourd'hui à 16:42:05 »
Merci katrin,

Ce qui passe dans ma tête est pire que tout ce que j'avais pu imaginer.
5
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Re : C'est pas bientôt fini tout ce silence ?
« Dernier message par Eva Luna le Aujourd'hui à 16:14:43 »
[b"]Aujourd'hui, c'est la Journée des Solitudes.
Une seule journée pour prendre en compte ce qui fait la réalité de beaucoup, ici ou ailleurs ? Cela semble si dérisoire ...
[/b]"

Ils ont rudement bien fait de mettre un S à solitude...
solitude subie...
solitude désespérée
solitude accompagnée
solitude recherchée
solitude chérie
solitude partagée
solitude aménagée
solitude universelle...

Seule pour traverser l’Épreuve..
comme tant d'autres...
je jongle avec mes solitudes...

Et vous, elle est comment votre solitude à vous?
6
Être un parent en deuil / Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Dernier message par souci le Aujourd'hui à 13:28:33 »

    Ben les discours ne me font pas grand-chose non plus ...
    Mais hier, avec ce jeune déprimé auquel j'ai répondu, c'était mon cœur de tata de "Kalahan-toujours-en-moi" qui s'est exprimé, et c'est de cette expression fidèle dont j'ai besoin, encore plus que ses réminiscences ...
    C'est ce qui me sauve du néant ... un indispensable transfert ...
     Qui ne remplace pas ... jamais ... mais qui me fait sentir encore mon amour maternel, je n'ai pas peur de le dire ainsi ...
     M.
7
Spiritualité / Re : Les signes
« Dernier message par BEBE le Aujourd'hui à 13:27:26 »
Je rajoute  cette référence de livre  sur mon fil "Les signes" pour que ceux qui s'intérèssent à ce sujet et qui vont aller fouiller sur des fils portant sur ce sujet  la trouvent.

Après... : Quand l'au-delà nous fait signe
Stéphane ALLIX


Plus d'un quart des personnes en deuil font l'expérience de formes diverses de communication spontanées après la mort d'un proche. Signes, messages, apparitions... il ne s'agit pas d'anecdotes rares ou suspectes, mais d'une réalité quotidienne et indiscutable vécue par plus de deux-cent mille personnes par an, rien qu'en France.
Il n'est pas possible de réduire une telle quantité de témoignages à de simples hallucinations. Après Le Test, ces récits constituent une nouvelle preuve que la vie se poursuit après la mort. Ce n'est pas une croyance mais une déduction scientifique. Je suis journaliste. Celles et ceux que l'on a aimé poursuivent leur existence dans l'au-delà. Ils sont vivants, et tentent de nous faire signe.
Écouter ces témoignages permet de comprendre quelle forme d'existence nous attend après notre décès. Où se trouvent nos proches défunts ? Que font-ils ? Ont-ils toutes les réponses ? Qu'advient-il au moment de la mort ? Peut-on s'y préparer ? À ces interrogations pressantes, il est désormais possible de répondre. À travers ces incroyables témoignages, je vous propose de découvrir ce qu'il advient après...

BEBE
8
Spiritualité / Re : vidéo de l'INREES
« Dernier message par BEBE le Aujourd'hui à 13:19:27 »
Merci Qiguan

Je suis en plein dans la lecture de ce livre dont tu parles... je fais partie de ces un quart de personnes 

Après... : Quand l'au-delà nous fait signe
Stéphane ALLIX


Plus d'un quart des personnes en deuil font l'expérience de formes diverses de communication spontanées après la mort d'un proche. Signes, messages, apparitions... il ne s'agit pas d'anecdotes rares ou suspectes, mais d'une réalité quotidienne et indiscutable vécue par plus de deux-cent mille personnes par an, rien qu'en France.
Il n'est pas possible de réduire une telle quantité de témoignages à de simples hallucinations. Après Le Test, ces récits constituent une nouvelle preuve que la vie se poursuit après la mort. Ce n'est pas une croyance mais une déduction scientifique. Je suis journaliste. Celles et ceux que l'on a aimé poursuivent leur existence dans l'au-delà. Ils sont vivants, et tentent de nous faire signe.
Écouter ces témoignages permet de comprendre quelle forme d'existence nous attend après notre décès. Où se trouvent nos proches défunts ? Que font-ils ? Ont-ils toutes les réponses ? Qu'advient-il au moment de la mort ? Peut-on s'y préparer ? À ces interrogations pressantes, il est désormais possible de répondre. À travers ces incroyables témoignages, je vous propose de découvrir ce qu'il advient après...


Lumineuses pensées pour toi
BEBE
9
Vivre le deuil de son conjoint / Re : C'est pas bientôt fini tout ce silence ?
« Dernier message par souci le Aujourd'hui à 13:07:54 »
   "nul n'a autant besoin d'un sourire
Que celui qui ne peut en donner aux autres."
   Hm, là-dessus, il était gentiment naïf, le gars. (*)

   Le sourire, ah, ben, c'est comme le cui-cui à l'oiseau chanteur, chez moi, mas c'est pas pour ça que j'en ai pas besoin ! Heureusement, si les "adultes" ne me le rendent pas, les petites enfants et les animaux-à leur manière, eux, me le renvoient toujours !
   Et puis il y a deux poètes avec lesquels je ne suis jamais seule ... Rilke et Lorca, et je te partage un beau passage, ma Faïkette, à+, sourire, M.

   (*)
    L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps.

 

Je songe par exemple que jamais encore je n’avais pris conscience du nombre de visages qu’il y a. Il y a beaucoup de gens, mais encore plus de visages, car chacun en a plusieurs. Voici des gens qui portent un visage pendant des années. Il s’use naturellement, se salit, éclate, se ride, s’élargit comme des gants qu’on a portés en voyage. Ce sont des gens simples, économes ; ils n’en changent pas, ils ne le font même pas nettoyer. Il leur suffit, disent-ils, et qui leur prouvera le contraire ? Sans doute, puisqu’ils ont plusieurs visages, peut-on se demander ce qu’ils font des autres. Ils les conservent. Leurs enfants les porteront. Il arrive aussi que leurs chiens les mettent. Pourquoi pas ? Un visage est un visage.

 

D’autres gens changent de visage avec une rapidité inquiétante. Ils essaient l’un après l’autre, et les usent. Il leur semble qu’ils doivent en avoir pour toujours, mais ils ont à peine atteint la quarantaine que voici déjà le dernier. Cette découverte comporte, bien entendu, son tragique. Ils ne sont pas habitués à ménager des visages ; le dernier est usé après huit jours, troué par endroits, mince comme du papier, et puis, peu à peu, apparaît alors la doublure, le non-visage, et ils sortent avec lui.

 

Mais la femme, la femme : elle était tout entière tombée en elle-même, en avant, dans ses mains. C’était à l’angle de la rue Notre-Dame-des-Champs. Dès que je la vis, je me mis à marcher doucement. Quand de pauvres gens réfléchissent, on ne doit pas les déranger. Peut-être finiront-ils encore par trouver ce qu’ils cherchent.

 

La rue était vide ; son vide s’ennuyait, retirait mon pas de sous mes pieds et claquait avec lui, de l’autre côté de la rue, comme avec un sabot. La femme s’effraya, s’arracha d’elle-même. Trop vite, trop violemment, de sorte que son visage resta dans ses deux mains. Je pouvais l’y voir, y voir sa forme creuse. Cela me coûta un effort inouï de rester à ces mains, de ne pas regarder ce qui s’en était dépouillé. Je frémissais de voir ainsi un visage du dedans, mais j’avais encore bien plus peur de la tête nue, écorchée, sans visage.

    Rainer Maria Rilke,
    extrait des Cahiers de Malte Laurids Brigge.

    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
10
Discussions Générales / Re : Parent divorcé et désenfanté
« Dernier message par souci le Aujourd'hui à 12:50:24 »

    Cher Pascal,

    Merci pour cette vue de ta merveilleuse fille au milieu des récolteurs de déchets ...
    Absurdement navrante néo-agriculture du 21 ème !
    Mon frère, brave sioux, travaille dans une usine de tri des déchets, je suis fière de lui ... il a une tenue de travail gilet ET culotte jaune, hé!
   
    L'horreur économique ne fait-elle que commencer ?
    Plantons des arbres à fruits, des plantes à graines, des roses à câlins, partout, partout, partout !
     :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'(
   
   
   
Pages: [1] 2 3 ... 10