Auteur Sujet: Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.  (Lu 455775 fois)

0 Membres et 4 Invités sur ce sujet

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1497
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1800 le: 10 Juin 2019 à 23:26:17 »
Exactement ça

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 886
  • Terra Incognita
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1801 le: 11 Juin 2019 à 16:33:55 »
Merci KS pour cette découverte et ce partage. Claire Marin-que je ne connaissais pas-exprime pour moi également tout ce que les naufragés de la résilience aimeraient un peu, beaucoup, s'entendre dire ...

Extraits JDD , Libération :

" Pourquoi ne pas avoir écrit avec Rupture(s) un livre de consolation?

Peut-être parce qu'il faut accepter que certaines pertes sont inconsolables. Il y a des deuils réels ou symboliques qui nous marquent définitivement, et toute tentative de consolation serait soit vaine soit mensongère. Il y a des douleurs inconsolées, des manques affectifs de l'enfance qui font encore pleurer des personnes âgées, des trahisons dont on ne se remet jamais. Charles Juliet le dit magnifiquement. Il y a des souffrances qu'on offense en essayant de consoler. Parfois, il vaut mieux partager l'indignation, la colère ou la révolte que d'essayer d'apaiser ce qui est insupportable.
Quand une rupture remet en question notre identité, elle en appelle d'autres, en cascade

Pourquoi avoir mis le "s" de Rupture(s) entre parenthèses à la fin du titre?

Pour indiquer que, souvent, une rupture en entraîne d'autres. Quand une rupture remet en question notre identité, notre place dans la société, le sens même de notre existence parfois, elle en appelle d'autres, en cascade. On éprouve alors le besoin de changer de cadre, de lieu, de métier, ou d'environnement affectif. La maladie, le deuil, la rupture amoureuse, l'épreuve en général opèrent un tri dans les amis et les proches : il y a ceux qui s'écartent, par gêne, par peur d'une sorte de contamination du malheur, et ceux qui nous aident à "traverser la catastrophe", pour reprendre l'expression du philosophe Pierre Zaoui.
Mais on peut aussi considérer ce pluriel d'une autre manière. J'ai essayé de défendre l'idée que la rupture, comme événement qui produit une effraction dans le réel, qui le reconfigure d'une manière violente et inattendue, est en fait souvent précédée d'une multiplicité de petites fêlures que l'on n'a pas su ou pas voulu identifier et qui annonçaient la déchirure à venir. Un événement a priori joyeux comme une naissance ou un voyage peut réveiller d'anciennes failles, des fragilités de l'enfance, raviver des blessures d'adolescence et déclencher la rupture.
Comment rompre sans faire souffrir? C'est l'équation impossible

Quelles sont les conditions nécessaires pour qu'une rupture soit une renaissance ?

Certains médecins disent que les patients qui ont déjà vécu des ruptures de vie, divorce, chômage, deuil, et qui ont su reprendre le cours de la vie après une épreuve, sont mieux armés face à l'expérience d'un cancer. Le fait de savoir qu'on a déjà traversé des crises nous donnerait une sorte d'assurance quant à notre capacité à faire face. C'est sans doute vrai, mais il faut aussi être attentif au point de rupture qui existe en chacun de nous, c'est-à-dire ce moment où le sujet n'a plus la capacité physique et surtout psychique d'endurer sa propre souffrance. Il existe toujours cette possibilité que la rupture soit fatale, qu'elle détruise le sujet, l'anéantisse totalement.
Ce qui peut nous sauver de l'effondrement, ce sont d'abord les autres. Toute renaissance, comme la naissance, ne peut se faire sans l'aide et la présence d'autrui. Il est toujours étonnant d'ailleurs de voir que les figures qui accompagnent la renaissance sont rarement celles auxquelles on aurait pensé a priori. Mais finalement, cela se comprend : il faut sans doute des visages et des regards neufs pour accueillir un nouveau sujet, libéré de sa vieille peau de malade, de veuf, de femme délaissée, de son statut d'indésirable ou d'invisible. Il y a aussi des œuvres qui suscitent ou entourent cette maïeutique, cette renaissance du sujet à lui-même, dans et par la rupture. Des romans qui déclenchent des vocations, des films qui font l'éloge de la fuite, des petites phrases entêtantes qui fonctionnent comme des mantras et nous poussent à nous révéler.

Pourquoi ne revient-on pas à la vie d'avant, après une rupture?

Parce que cette vie d'avant n'existe plus. Soit parce que quelqu'un manque, qui était au centre de cette vie. Soit parce que la personne que nous étions avant la rupture n'existe plus. Nous avons perdu une certaine naïveté, ou nous nous sommes allégés d'un poids, nous avons changé de statut, nous ne voulons ni ne pouvons être la même personne. Et même si en apparence, "nous n'avons pas changé", la métamorphose intérieure est profonde.



Faïk, en rupture non-conventionnelle

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2652
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1802 le: 12 Juin 2019 à 13:39:25 »
Eva Luna, en rupture professionnelle
subite et subie,
c'est une emmerde, pas une épreuve...
ça m'aide pas trop de me le dire comme ça...

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1497
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1803 le: 12 Juin 2019 à 15:53:11 »
Qu'est ce qu'il arrive ?

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2652
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1804 le: 14 Juin 2019 à 13:27:44 »
Hey... le délai d'appel ne court qu'après notre acceptation officielle et écrite à tous du verdict et de ses conséquences...
donc... encore 2 mois d'attente...

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1497
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1805 le: 14 Juin 2019 à 22:41:32 »
Merde alors toujours attendre

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2652
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1806 le: 15 Juin 2019 à 00:20:15 »
J'ai récupéré mon poste, mon administration a reconnu une erreur...
Champagne!
Ouf... pas besoin de retourner devant des élèves après 20 ans d'une autre fonction...
plus de risque de devoir déménager à l'arrache cet été...
Sonnée par cette semaine d'angoisse, soulagée mais sonnée...
Je reste fragile...je le savais mais ça se confirme encore,
une grosse emmerde me plombe la vie...
et risque de me faire plonger...

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2652
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1807 le: 15 Juin 2019 à 13:01:17 »
Et la bonne nouvelle du jour c'est le mail de l'avocat qui nous informe que le jeune danois responsable de l'acident mortel ne fera pas appel de la décision des juges...ouf ouf ouf...
Le versant judiciaire de la mort d'Emmanuelle va bientôt se clore...
Tout le reste reste... et remonte même en ce moment...

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2652
Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Réponse #1808 le: 22 Juin 2019 à 02:16:58 »
Une amie qui sait écouter... et partager...
Un bébé renard qui me regarde en lisière de foret...
Une soirée rock plutôt agréable...
La vie est belle aussi...