Auteur Sujet: ce deuil pour les autres  (Lu 242242 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2472
Re : ce deuil pour les autres
« Réponse #1260 le: 05 Novembre 2018 à 13:07:16 »
j'aime bien ton image du lit creusé par la douleur en nous, elle me parle...

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2621
Re : ce deuil pour les autres
« Réponse #1261 le: Hier à 14:39:09 »

   Je passe mes années de deuil à connaître le verbiage des "suicidaires" ...
   Maladie mentale ou énorme cul-de sac sociétal ?
   Comment motiver les rejetés, les inadaptés (dont je suis, ne vous déplaise) à RESTER EN VIE pour LEUR vie, pour suivre LEUR chemin de traverse ?
   Qui a "raison" dans le monde d'aujourd'hui ?
   Qui a raison, franchement ?
   Ô ma maman, toi qui m'as mise au monde ... pour me voir VIVRE
   Pensée pour la maman de Jade, une inconnue ...
   ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

     jades005 : suicide
06/11/18 19:17

j'en ai marre, chaque jour est une épreuve, j'ai l'impression que personne ne comprends ce que je ressens, tout les jours je me demande si le suicide serais une bonne option, s'il vous plait aidé moi je veux plus souffrir comme ca a 13 ans, il me reste encore beaucoup de chemin et je pense que je vais vraiment m'arrêter la....

    en réponse à : jades005
 
    souci07/11/18 12:36

    Bonjour Jade,
    Je suis très touchée par ce que tu écris.
    Touchée par cette souffrance, par cette perception pesante du quotidien ...
    Je comprends que de ce point de vue envahi par la difficulté d'être, l'avenir semble peu engageant ...
    Je ne suis pas toi, mais j'aurais pu poser les mêmes mots, à certaines étapes compliquées de mon chemin vers cet "avenir"que l'on a tant de mal de projeter, dont on ne sait pas trop quel "modèle" on est capable de lui donner ...
    "Personne ne comprend ce que je ressens" ...
    Tu penses que personne ne fait assez attention à toi ? Ou bien alors peut-être que TON attention est happée par les choses négatives, et n'est plus assez libre et optimiste pour remarquer ce qui est agréable et motivant dans ta vie ?
    Peux-tu mieux décrire cette souffrance, qui te fait vivre chaque jour comme une épreuve ?
    A ton âge, il se passe tant de changements: le corps, déjà, se transforme, ce qui n'est pas évident à gérer.
    Avec ce passage obligé de la sexualisation, les premiers émois amoureux et les déboires et illusions associés.
    Les enjeux compliqués entre "paraître" et "être".
    Et puis comme si c'était pas assez, il y a la pression sociale à se préparer à occuper des fonctions professionnelles, purée c'est pas évident du tout de savoir ce qui va nous convenir au juste !
    Bref, tout paraît très lointain, voire insurmontable, et en même temps, on s'en préoccupe ...
    On voit quelle vie mènent nos parents, il est rare qu'un(e) adolescent(e) ait envie d'avoir la même plus tard, des conflits naissent ... critiques, reproches, mauvaises interprétations ...
    Tu as bien fait de venir ici, mille fois bien fait.
    Qu'on aille bien ou pas bien, tu sais, on vit un jour à la fois ...
    Un jour à la fois tout simplement ...
    Cette "montagne", l'avenir, n'existe pas au présent. Or c'est au présent que tu souffres, et au présent que tu peux te sentir plus légère en faisant attention à ce qui est bien.
    C'est dans TA vie que tu peux accepter la joie, la douceur, la créativité.
    TU peux viser là, maintenant, des objectifs à court terme qui procurent du bien-être. En même temps, je devine bien que mes mots doivent te paraître "trop faciles", vu le stress qui est en toi actuellement.
    Concrètement, tu dois bien avoir quelques petites idées des choses qui te maintiennent dans la difficulté et des choses qui t'apporteraient du contentement, de la fierté, non ?
    Tu n'es pas obligée de dévoiler les détails de ta vie, mais "mécaniquement", on a tous, et à tout âge, des habitudes qui nous sabotent, nous freinent, nous bloquent, et des gestes qui nous ouvrent vers les découvertes, le soin de soi, la convivialité, le RIRE, et à la fin de la journée un bon roupillon dans un bon lit, pour s'arrêter "là". L'avenir, c'était aujourd'hui.
    Je serais heureuse de pouvoir continuer de te rassurer un peu, Jade.
    Affectueusement et solidairement, M.

    en réponse à : souci

    jades00509/11/18 21:16

    Bonjour Souci,
    Tu es extraordinaire, je ne sais pas si toi aussi tu as le même problème ou si tu est là pour nous réconforter. Ton message est magique et touchant, mais rien ne peut m'aider à ce stade, j'ai l'impression d'être dans une cage, d'être obligée de devoir avoir une vie que je ne veux pas et de me forcer à être quelqu'un que je suis pas. C'est comme si j'étais prisonnière, prisonnière de tout et de rien, de devoir agir comme les autres veulent que j'agisse et faire tout le contraire de ce que je veux. La vie est compliqué pour tout le monde je sais et chacun a sa manière de voir la vie, me concernant elle est noire et les seuls petits moments de joie finissent par s'éteindre par une longue souffrance. Mes amis me déçoivent autant que ma famille et autant que le reste du monde. J'espère que les personnes concernées par ce sentiment se manifesterons.
    Merci infiniment Souci,
    Jade

    Pour Jade, pour les siens,
    pour "gagner du temps" face au suicide ...
    Tant de jeunes à accompagner, à prendre par la main ... quelle invisible solitude dans le "monde actuel" ...
    M.