Auteur Sujet: la fonction de la culpabilité dans le deuil  (Lu 17864 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
la fonction de la culpabilité dans le deuil
« le: 06 Juin 2015 à 16:27:58 »
Ce sujet touche tous les endeuillés
voir l'extrait du livre le deuil au jour le jour
http://www.fichier-pdf.fr/2015/06/06/culpabilite/ sur cette fonction de la culpabilité !
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #1 le: 06 Juin 2015 à 16:37:43 »
je sais qu'ici se croiseront les endeuillés avec beaucoup de culpabilité lié aux circonstances du décès
mais aussi les autres j'espère
pour moi c'est la culpabilité de survivre qui m'a le plus touchée ...
Pour la culpabilité lié aux conflits relationnels avec le défunt : j'ai eu la chance de vivre au cours des moments de sa fin de vie d'avoir avec lui un vrai, beau, grand moment de pardon et dès que de la culpabilité m'assaille je repense à ce moment et ça s'apaise seul !
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne fleurdecoton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 721
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #2 le: 06 Juin 2015 à 19:58:08 »
la culpabilité dans le cadre d'un suicide est très présente et est au paroxysme , et elle est très liées à la colère .nous écoutons, des autres vous n'êtes pour rien , et c'est important de l'entendre mais c'est insuffisant, il faut en parler et en parler ...... d'ou l'importance d'ouvrir un fil relatif à la culpabilité .....

merci qiguan




Hors ligne Stefy

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 848
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #3 le: 06 Juin 2015 à 20:09:29 »
C' est bien que tu lances ce débat Qiguan, c' est important de pouvoir s' exprimer dessus et surement pouvoir y mettre un peu de distance....avec le temps...
Pour moi, c' est la culpabilité de ne pas avoir compris, ne pas avoir percu la gravité de son état. Culpabilité de ne pas avoir pu empécher, alerter.....''''Mais pour qui se prend elle me direz vous, elle pense avoir le controle sur tout? Je sais déja cela, mais c' est mon ressenti malgré tout.
Souvent je me dis, mais comment tu as pu passé a coté de ca, on ne voyait que ca.....oui c est sur me direz vous également,  avec le recul.......
Culpabilité d' etre encore la moi, alors que lui n' est plus.  Culpabilité d' avancer, l' impression de le laisser.....
Souvent j' entends dans mes oreilles, coupable!!!
J' ai lu ton lien Qiguan, je l' avais déja lu, surement du coté du Dr Fauré.
Cette culpabilité a donc une fonction. Meme elle, a une fonction .......
Tout cela est meme dans l' ordre du normal.....je ne fais meme pas exception a la regle. Tu crois crever, tu te débats avec des sentiments dont tu n aurais meme pas imaginé l' existence, des sensations des plus horribles, mais c' est juste normal, c' est le chemin a emprunté, c est balisé.......
Du coup parfois t' oses meme plus exprimer tes sentiments les plus profonds, car toi tu crois qu' ils vont te laisser la sans vie, parce que en fait ben c' est normal.....tout le monde, enfin presque passe par la......
Je sais j ai du mal avec ca.
Je m' égare

Elle permettrait de préserver le lien, surement. J' ai aussi cette impression mais plus dans le sentiment de colère. Colere, cilpabilité étroitement liées en fait.
La colère qui m' envahit parfois ,et la aussi meme  si je sais,  est difficile a gérer. Des montées de rage, je suis prete a exploser et j explose parfois.
Mais c est vrai que parfois je me dis, ca me maintient encore dans la vie, colere contre lui contre moi, je suis au plus proche de lui.....
Concernant la culpabilité apparemment j ai lu, qu elle s apaisait progressivement sans qu on est a y faire grand chose.
En fiat on ne maitrise rien , c est déja tracé  :-\, juste quelqu uns prennent quelques chemins détournés mais au bout du compte on doit tous arriver au meme endroit....
Ce qui est difficile c est que malgré que je sais tout cela, mon ressenti est différent, parfois incompréhensible pour moi. Et ce n est pas parce qu on sait qu on fait.....
Tu vois beaucoup a dire sur tout ca, mais je m arrete la


Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #4 le: 06 Juin 2015 à 20:45:02 »
j'espère qu'ici les personnes de toutes les sections du forum pourront écrire leur facette de la culpabilité
et qu'en lisant chacun(e) découvrira des facettes, verra des facettes similaires à la sienne voir opposée, et s'enrichira de ces réflexions
un moyen aussi de prendre de la distance oui avec cette culpabilité qui se fait physique ...
de l'observer faute de pouvoir agir ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mamoure

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 865
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #5 le: 06 Juin 2015 à 20:57:00 »
la culpabilité de survivre , très forte pour moi car avec Alain , son fils est parti
pendant des jours , des semaines , je ne cessais de répéter " pourquoi cet accident n'est-il pas arrivé avec moi comme passagère ? "
je le dis moins mais je le pense encore si fort , très souvent
moi , je suis là , encore , à subir une vie dont je ne veux pas
et cet ado de 15 ans n'est plus...

Hors ligne fleurdecoton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 721
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #6 le: 06 Juin 2015 à 21:24:34 »
@stefy

je te rejoins complètement .....la meme question que toi ,comment ai je pu ne pas voir?comment ai je pas compris?comment ai je pu passer à coté ....et les scènes qui défilent ,re défilent .....
 et effectivement tu rentres dans un procès de conscience  , des émotions horribles , au point de te sentir coupable ..et puis tu te prends la colère, colère contre toi ,  mon dieu cette colère ......un volcan qui crache  ses Flames 


parait il que ça maintien le lien, dans le suicide, je ne le pense pas ...... j'ai déjà perdu mon père, et je n'ai pas eu toutes ses questions...quelques regrets, oui mais pas cette torture .....

oui ça s'apaise , mais à quel prix .....  quelqu'un a dit sur ce forum , que la personne qui se suicide le fait une fois, pour nous avec la culpabilité, nous rejouons la scène plusieurs fois jusqu'a ce que le corps nous dit STOP......

je ne sais pas si tu  as vécu ça mais moi , mon estime de sois, ainsi que mon capital confiance ce sont pris un coup

enfin je te dirai que le deuil d'un suicide c 'est un feu d'artifice d'émotion ......
























 
« Modifié: 06 Juin 2015 à 21:26:30 par fleurdecoton »

Hors ligne Stefy

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 848
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #7 le: 07 Juin 2015 à 01:14:50 »
L' estime de soi et le capital confiance, je ne sais pas trop...
 L' estime de soi en chute? C' est paradoxal, je dirai que non et en meme temps oui.
Le capital confiance en l' autre  a dégringolé ,  j' ai vraiment ressenti cela comme un abandon. J' avais confiance, une confiance aveugle, je me suis sentie trahie. Je ne sais pas si je pourrais faire a nouveau confiance a 100%, je ne crois pas.
 La confiance en moi, c' est plus compliqué. J' ai  toujours eu une bonne confiance en moi, assez sure de moi. Mais que lui n ai pas eu assez confiance en moi pour me laisser l aider a ébranlé cela. Je pensais qu il savait que j avais assez de ressources pour etre la, donc qu il pouvait compter sur moi. Il ne l a pas fait, alors peut etre qu' il ne me pensait pas aussi forte que moi je le pensais, et donc surement que je ne le suis pas, malgré ce que je croyais
C est un peu embrouillé mais voila...

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #8 le: 07 Juin 2015 à 09:33:49 »
Culpabilité ...
Je ne suis pas assaillie par ce sentiment, et pourtant il est là.

Culpabilité des conflits auxquels il n'est pas possible d'échapper en 20 ans de vie commune, certains résolus, d'autres plus mal.
 Cette culpabilité, j'en fais mon affaire. Nous parlions beaucoup, mon mari et moi. Nous n'étions pas d'accord sur tout,  je ne l'idéalise pas, loin de là, je suis bien consciente de ce qui pouvait être source de conflits entre nous. Pourtant, si nous avons continué à cheminer ensemble, et si nous avions encore autant de projets, cela signifie que ces désaccords n'étaient pas rédhibitoires, alors n'en parlons plus.

Mais surtout la culpabilité que je ressens est liée à la maladie, et la façon dont je l'ai gérée, sans doute maladroitement parfois. La vitesse de la dégradation m'a prise de court, et je me suis sentie débordée, seule, souvent énervée, fatiguée, impuissante. J'ai bien le sentiment que je n'ai pas toujours été à son écoute, que je n'ai pas toujours fait ce qu'il fallait.

Pourtant je m'en suis occupée jour et nuit, j'ai arrêté de travaillé.   j'ai été infirmière, aide soignante, aide à domicile ( nous avons été sur liste d'attente 3 mois pour obtenir de l'aide, et il est parti avant qu'elle soit mise en place ), je l'ai veillé des nuits entières, j'ai fait pour lui, pour son corps, pour son esprit tout ce qu'il m'était possible de faire à ce moment. Mais ce qui était possible pour moi  n'était pas suffisant pour lui.
Ce sentiment de n'avoir pas été " à la hauteur " est conforté par le fait qu'il m'a rejetée en fin de vie, lorsque j'ai dû le faire hospitaliser car ses os se cassaient tout seul alors qu'il ne pouvait plus bouger de son lit.
Il m'en a voulu, a pensé que je me débarrassait de lui, ne voulant plus que je le touche, que je m'en occupe, ayant l'air toujours fâché contre moi, me disputant lorsqu'il était capable de parler.
J'ai été prise en charge à ce moment par les infirmières qui m'ont expliqué que c'était une réaction courante, que la colère n'était pas dirigée contre moi, que les métastases cérébrales pouvaient expliquer son agressivité, que la morphine altérait son jugement.

Pourtant, elle est bien là, cette culpabilité, tapie dans l'ombre ...




Hors ligne fleurdecoton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 721
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #9 le: 07 Juin 2015 à 09:47:48 »
@stefy
Très bien expliqué et c est ce que j'ai ressentie ... Mon capital confiance et l'estime de soi , que l'acte suicidaire m'a renvoyé ...  Je pense c est ce qui complique le deuil et apparition des crises d'angoisse ...pour ma part le deui apres un suicide c est comme une explosion qui arrache tout ce que l'on a cru comprendre de la vie , de la relation a l'autre.... Et il va falloir reconstruire .... Comment ? Sur quelle base? ... Plein de question se bousculent ....
« Modifié: 07 Juin 2015 à 20:52:58 par fleurdecoton »

Hors ligne Oriane

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 360
Re : Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #10 le: 07 Juin 2015 à 15:20:22 »
Culpabilité ...
Je ne suis pas assaillie par ce sentiment, et pourtant il est là.

Culpabilité des conflits auxquels il n'est pas possible d'échapper en 20 ans de vie commune, certains résolus, d'autres plus mal.
 Cette culpabilité, j'en fais mon affaire. Nous parlions beaucoup, mon mari et moi. Nous n'étions pas d'accord sur tout,  je ne l'idéalise pas, loin de là, je suis bien consciente de ce qui pouvait être source de conflits entre nous. Pourtant, si nous avons continué à cheminer ensemble, et si nous avions encore autant de projets, cela signifie que ces désaccords n'étaient pas rédhibitoires, alors n'en parlons plus.

Mais surtout la culpabilité que je ressens est liée à la maladie, et la façon dont je l'ai gérée, sans doute maladroitement parfois. La vitesse de la dégradation m'a prise de court, et je me suis sentie débordée, seule, souvent énervée, fatiguée, impuissante. J'ai bien le sentiment que je n'ai pas toujours été à son écoute, que je n'ai pas toujours fait ce qu'il fallait.

Pourtant je m'en suis occupée jour et nuit, j'ai arrêté de travaillé.   j'ai été infirmière, aide soignante, aide à domicile ( nous avons été sur liste d'attente 3 mois pour obtenir de l'aide, et il est parti avant qu'elle soit mise en place ), je l'ai veillé des nuits entières, j'ai fait pour lui, pour son corps, pour son esprit tout ce qu'il m'était possible de faire à ce moment. Mais ce qui était possible pour moi  n'était pas suffisant pour lui.
Ce sentiment de n'avoir pas été " à la hauteur " est conforté par le fait qu'il m'a rejetée en fin de vie, lorsque j'ai dû le faire hospitaliser car ses os se cassaient tout seul alors qu'il ne pouvait plus bouger de son lit.
Il m'en a voulu, a pensé que je me débarrassait de lui, ne voulant plus que je le touche, que je m'en occupe, ayant l'air toujours fâché contre moi, me disputant lorsqu'il était capable de parler.
J'ai été prise en charge à ce moment par les infirmières qui m'ont expliqué que c'était une réaction courante, que la colère n'était pas dirigée contre moi, que les métastases cérébrales pouvaient expliquer son agressivité, que la morphine altérait son jugement.

Pourtant, elle est bien là, cette culpabilité, tapie dans l'ombre ...

Je te rejoins Nora dans ton explication..moi aussi j’ aurais voulu faire bcp plus pendant la maladie de ma fille

Mais comme tu le dis tout va vite,tout s’enchaîne...on se sent dépassé,démunie,fatiguée..on a pas le temps de parler car on n y  crois pas,on espe.on change d une heure à l’autre,  c’est tellement compliqué

Alors on fait comme on peut  pas toujours comme on voudrait...et puis plus rie.n

Alors vient la culpabilité de ne pas avoir assez parler,soigner,entourer....mème si autour de nous on nous dit le contraire
Le malheur de t’avoir perdue ne doit pas me faire oublier le bonheur de t’avoir connue

Hors ligne Aujardin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 34
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #11 le: 07 Juin 2015 à 22:31:41 »
On se sent coupable de continuer à vivre sans eux, de pouvoir apprécier encore des choses alors qu'eux ne les  connaitront plus. c'est très ambivalent comme sentiment, car on sait qu'il faut qu'on réapprenne à apprécier les choses pour se reconstruire, pour tenir toutes ces années qu'ils restent à traverser sans eux, ne serait ce que pour continuer à accompagner les enfants et en mem temps, on s'en veut qu'ils ne profitent plus d'un bon verre de vin, d'un beau paysage, d'un bon livre d'un rando, d'une belle journée d'été...Et du coup toutes ces choses simples qu'on aimait faire avec eux n'ont plus d'intéret et sont difficiles à faire sans eux..
On se sent coupable de toutes les choses qu'on a pas pris le le temps de se dire, pris dans le train train quotidien... Maintenant qu'on passe notre temps à penser à eux, plein de choses ressortent , des détails anodins à l'époque de leur vivant, nous les analysons différemment qu'ils ne sont plus là et d'un seul coup on se rend encore plus compte qu'on avait encore tant de chose à se dire... 
"Un seul être vous manque et tout est dépeuplé."Lamartine

Hors ligne Stefy

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 848
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #12 le: 08 Juin 2015 à 23:53:35 »
Oui  Fleur de coton, comment reconstruire et sur quelles bases? Ces bases que je croyais si solides, inébranlables......sur quoi construit t on maintenant? ..... si ca peut etre balayé comme ca d' une seconde a l' autre.......

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #13 le: 09 Juin 2015 à 09:38:31 »
merci Yacine
pour le mail général, le dossier
 :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne fleurdecoton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 721
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la fonction de la culpabilité dans le deuil
« Réponse #14 le: 09 Juin 2015 à 12:55:06 »
@ Stefy

Oui tout peut être remis en question  en qq seconde .... Je ne sais pas répondre à ces questions .... Je lis , je me renseigne .... Peut être pas assez ... Et Je reste sans réponse ......