Auteur Sujet: Les petites phrases dont on se passerait bien  (Lu 116518 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne nathT

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 168
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #435 le: 09 Juin 2018 à 11:10:40 »
Ceci étant, oui, les veuves sont des proies faciles comme toutes les personnes en deuil, en souffrance.
Pas facile de se protéger ! Comme si en plus d'être en deuil il fallait faire extrêmement attention à l'entourage qui peut être toxique !
Pourtant si! il faut faire face !
Et personne mais alors personne ne doit nous dicter notre conduite!

Nath

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #436 le: 09 Juin 2018 à 17:28:01 »
Une énorme pour la route :
Mon mari était dans le coma sur son lit, il ne lui restait que quelques heures à vivre : la maman  du grand garçon de mon mari est venue à l'hôpital pour soutenir son fils. Je lui ai proposé qu'elle lui dise aurevoir. Ça me semblait normal puisqu'ils avaient partagé un bout de chemin ensemble. Elle m'a dit oui en me remerciant. Son fils et moi l'avons accompagné dans la chambre.  Je lui propose de sortir. Elle me répond que ce n'est pas la peine. Et là j'entends de sa bouche : "finalement tu auras fait de la merde jusqu'au bout, même ta mort tu l'auras ratée ." Je suis restée sans voix, j'ai été blessée au plus profond de mon coeur. Son fils s'est penchée sur elle, calmement et lui a répondu : "non, tu sais mon père , il a fait des choses bien"
Sans commentaire
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1315
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #437 le: 09 Juin 2018 à 18:41:06 »
  C'est vraiement horrible ce que cette femme s'est permis de dire à un homme mourant, ça laisse sans voix! Je comprends très bien ce que tu as dû èprouver Mononoké, il y a des personnes qui ne respectent rien, pas même les dernières heures d'un autre être humain, pas même la souffrance des proches...puisqu'elle a dis ces choses devant toi et devant son propre fils, sans aucune considèration pour ce que vous étiez en train de vivre. Elle l'a fait sciemment: elle t'as bien dis que ce n'était pas la peine que tu sorte...
  Des personnes de ce genre, j'en ai vu beaucoup défiler moi aussi, depuis mon deuil et même un peu avant, pourtant ils n'ont pas osé aller aussi loin, pas quand il était dans le coma, pas devant ce lit d'hôpital. C'est particulièrement indécent et je conçoit ta colère, il y a de quoi!
  Heureusement que son fils a dis ce qu'il fallait, ce qui était vrai.
 
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3761
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #438 le: 09 Juin 2018 à 21:59:21 »
leur fils n'a pas été dupe heureusement
mais quelle méchanceté
dans un tel moment
que le genre humain peut être mauvais ... à ce point là ...
La colère par rapport à cette attitude indigne qu'elle a eu ne peut pas baisser !
Les animaux respectent les autres blessés à mort ... les humains peuvent ne pas le faire ...
son attitude est inqualifiable ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Denpaolig

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 185
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #439 le: 09 Juin 2018 à 23:29:53 »
Je vous lis et beaucoup de phrases maladroites, méchantes, enfouies remontent à ma mémoire. Une en particulier d'une violence inouïe. Mon frère s'est suicidé en 1988 (mort violente, enquête de police...) et mes parents, face à ce drame, font comme ils peuvent et retournent travailler dans leur commerce seulement quelques jours après le drame. Mes parents étaient chefs d'entreprise (ils travaillaient ensemble et étaient très complémentaires - une équipe de choc toujours sur le terrain !) Des travailleurs infatigables - une énergie incroyable (ils l'ont toujours à presque 80 ans pour ma maman et 79 pour papa) - et patrons de 19 salariés. C'était impossible pour eux de laisser tomber leur équipe.  Alors, à peine mon frère enterré, ils sont repartis au boulot. Là, une concurrente de mes parents vient voir ma mère et lui dit froidement "on se demandait ce qui vous aurait arrêtés dans votre ascension professionnelle ! B'en voilà...".
Quelques années plus tard,  le fils de cette dame s'est suicidé.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #440 le: 19 Juin 2018 à 23:09:52 »
mon mari est mort en septembre,
2 mois après son frère est mort
lors de la cérémonie, ma belle famille était assise au 1er rang, moi au deuxième
3 semaines après, jour pour jour,  c'était sa femme qui mourrait,
mêmes personnes, même lieux que pour son époux,
j'entre dans la salle de cérémonie
le 3eme frère de mon mari et sa femme étaient déjà assis, au premier rang, ils me font signe de venir m'assoir avec eux, je m'installe à côté d'eux
mon beau-père entre dans la salle, arrive au premier rang, me regarde et me dit :
toi, tu vas derrière
.... (qu'est-ce que je fais ?? je la ferme, je m'écrase ou je pète les plombs et je gâche ce moment qui devait être solennel, je me suis tue, j'ai ravalée ma souffrance)
je me suis levée puis  me suis assise au 2eme rang
je ne faisais plus partie de la famille

Arès la mort de ses 2 fils ma belle mère m'appelait tous les jours (elle n'appelait que rarement avant), et elle me répétait, oh on est malheureuse, on souffre, ta famille est détruite, la mort ça te détruit une famille (chouette c'est ce que j'avais envie d'entendre) la vie est dure avec nous,.. enfin plus pour moi, moi j'en ai perdu 2. Jusqu'au jour où j'en ai eu marre,
elle me demande comment je vais, je lui réponds : c'est dur, financièrement j'ai du mal à joindre les 2 bouts, elle me répond que son frère va arriver, qu'elle doit raccrocher, elle ne m'a plus jamais appelée. Et, sur ce coup là c'est moi la peste, car je savais ce que je faisais.

Ces gens ont de l'argent, ils mourront avec, ils ne m'ont jamais demandé si j'avais eu besoin d'aide à la mort de leur fils (toute ma famille, ses frères, mes amis l'ont fait). Au 1er noël, 3 mois après la mort de leur papa, mes enfants n'ont pas eu de cadeau.

Quelques mois après, en février,  lors de la dispersion des cendres de mon époux, je leur ai proposé de venir (je me suis dit que je n'avais pas le droit de les tenir à l'écart, que si c'était mon enfant j'en aurais été malade), ils ont été plus qu'odieux. Je ne les ai plus jamais revus, ils m'ont permise de ne pas culpabiliser, et de ne pas les voir par devoir.
Régulièrement, je dis à mes enfants, ça fait longtemps qu'on n'a pas vu papi et mami, ça vous dit qu'on aille y manger ?
les réponses sont du genre, "ils sont bizarres, tu sais", "on n'a rien le droit de faire chez eux", "on s'ennuie", "ils sont pas très gentils", "bof, non", mes autres grands-parents oui, mais eux, pff", "tu sais maman, c'était surtout papa qui avait envie de les voir",....

On y allait y manger 1 fois par an,mon mari allait les chercher pour qu'ils viennent passer 2 jours à la maison, 2 fois par an, il me disait, je suis content d'aller les chercher, je suis content de les ramener. Il avait accepter ses parents comme ils étaient, il savait qu'ils ne changeraient jamais, il me disait, je fais mon devoir de fils, ils vont bientôt mourir, je ne peux pas leur offrir plus.
« Modifié: 19 Juin 2018 à 23:12:21 par Mononoké »
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln