Auteur Sujet: Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !  (Lu 485687 fois)

0 Membres et 4 Invités sur ce sujet

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2608
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3030 le: Aujourd'hui à 17:47:34 »


"La violence des riches" provoque la violence du suicide !

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2608
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3031 le: Aujourd'hui à 18:07:26 »

Hé ! j'y pensais plus ... on est samedi soir ... ce soir je sors ! 

https://music.youtube.com/watch?v=kJQP7kiw5Fk&list=RDAMVMmkdvne01wJc

Bonne soirée à toutes et à tous !

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 132
  • exister c'est survivre à des choix impossibles
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3032 le: Aujourd'hui à 18:09:36 »
Bonne soirée mon pote! nous c'est une bouffe à plusieurs ici!

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2608
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #3033 le: Aujourd'hui à 18:54:03 »

Bonne soirée Pascal !... pensée amicale... la première gorgée de bière ! ... et qu'il y en ai beaucoup d'autres même si c'est de la "Rince-cochon"... hihihi !

PHILIPPE DELERM
La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules...

«C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes - une incision de l'ongle de l'index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d'un seul doigt. La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer. Ce n'est pas bon, un peu amer, mais frais comme la cuisine de onze heures, cuisine de l'eau froide, des légumes épluchés - tout près, contre l'évier, quelques carottes nues brillent sur un torchon, finissent de sécher.
Alors on parle à petits coups, et là aussi la musique des mots semble venir de l'intérieur, paisible, familière. On parle de travail, de projets, de fatigue - pas de psychologie.»
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !