Auteur Sujet: Les petites phrases dont on se passerait bien  (Lu 190524 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Jaracas

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 45
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #495 le: 22 janvier 2021 à 11:24:36 »
J'ai lu pas mal de témoignages ici et je me rends compte que beaucoup font face à des ''agressions'' (je le vis comme ça).

Voici un petit condensé des petites phrases qu'on m'a dites depuis deux mois et demi (mon amour a perdu la vie brutalement dans un accident de moto) :
- la première semaine : ''t'es enrhumée ?'' (je reniflais parce que j'étais en train de pleurer)
- 3 semaines après par la première médecin que j'avais choisi aléatoirement : ''je comprends pas c'était un coup de foudre ? Certaines personnes changent de personne comme de chemise vous devez être un peu plus sensible'' (son incompréhension venait je crois du fait que nous nous étions mis ensemble avec mon compagnon deux mois avant son accident, pour elle ce n'était pas possible d'être si triste après ''si peu''. Alors qu'en 30 ans de vie c'est cette rencontre cet Homme qui m'a fait changé de perspectives sur beaucoup de choses, le premier à qui je fais totalement confiance ! On passait quasi tout notre temps libre ensemble et on se complétait sur tout ! On a passé son dernier week end de vie ensemble, sa dernière soirée de vie aussi, une heure avant on s'écrivait. Alors oui il était TRES important pour moi et oui je suis TRES triste... Depuis j'ai changé de médecin et la nouvelle s'y connait vraiment sur le processus de deuil et est beaucoup plus humaine.
- 1 mois et demi après par ma soeur ''t'as pas l'impression de t'enfermer dans ta tristesse ?'' ''Je ne suis pas forcément d'accord avec ta psy'' (oui mais elle elle m'écoute et fais en fonction de moi, de mes ressentis)
-  2 mois après : ''on a l'impression que tu vis dans le passé, tu regardes des photos, tu lis des trucs sur le deuil...''
- Idem : j'ai passé l'aprem avec des copines au moment des vacances de Noël et j'étais chez mes parents pour les ''fêtes'' (mes copines sont célibataires), mon père me demande à chaque fois si elles ont quelqu'un dans leur vie, norme sociétale quoi, le truc ''le plus important'' aux yeux de beaucoup, et quand je lui ai dit non il m'a répondu, mais sans s'en rendre compte du tout : ''Décidément vous commencez à être un bon petit groupe de célibataire'' (Ah bin mon copain est mort il y a deux mois, donc je ne me considère pas vraiment comme célibataire !) Évidemment je n'ai rien dit je suis allée vider mon sac à mes copines mais sur le coup je me suis senti encore plus anéanti.
- 2 mois et demi après quand j'évoque que souvent j'ai du mal à sortir longtemps de chez moi car souvent la tristesse m'accapare et j'ai envie de rentrer : '' la mort de B n'explique pas tout !'' (Ah bin si si je n'avais aucun mal à faire les trucs de la vie quotidienne avant, et en plus il me donnait de la force pour tout ce que j'entreprenais, donc si si ça explique tout mon chagrin et mes difficultés en ce moment !) Évidemment sur le coup je n'ai pas trouvé à répondre grand chose à part c'est normal ce que je ressens ça fait souvent parti du processus de deuil, mais j'ai dit aussi que peu de personnes savaient ce que c'était le deuil. Donc elle m'a dit que son copain savaient puisque un très bon ami à lui était mort il y a quelques mois donc je n'étais pas seul à vivre ça. (J'ai trouvé ma réponse bête, j'étais totalement prise par l'émotion et j'ai pas arrêté de pleurer ensuite).
- Idem : ''ça va ? Qu'est ce que tu fais de beau en ce moment ?'' et quand je réponds que ça va avec des hauts et des bas, la réponse et : '' c'est l'aménagement qui a été difficile ?'' (j'ai déménagé pq mon amour était aussi mon voisin, c'était trop pour moi de rester dans le quartier). J'ai eu envie de dire euuuuh non, en fait c'est le manque de lui, son absence, le fait que je donnerai tout pour qu'il revienne ou même pour le voir quelques minutes ! Le reste me semble tellement sans importance !

Et il y en a plein d'autres (ma mère a même remis en question l'aide que m'apporte ma psychologue), une amie qui me demande ''et toi alors t'as pas envie de discuter avec des mecs ?''. 

J'essaie de ne pas leur en vouloir, et puis je sais qu'il ne connaissait pas mon amour, et je suis très secrète sur mes relations donc certaines personnes ne savaient même pas qu'il existait. Mais parfois j'ai l'impression que ça me fait plus de mal que de bien d'échanger avec eux. Heureusement j'ai quelques copines qui comprennent, dont une qui s'est intéressée aux documents sur le deuil que je lui avais partagés suite à des questionnements de sa part.


En tous cas ça me soulage de pouvoir partager ici avec vous et je ne veux pas du tout dénigrer les personnes que je cite ici, elles ne font pas exprès mais j'ai l'impression que peu sont assez à l'écoute pour parvenir à comprendre que j'ai juste besoin qu'ils soient là, qu'ils m'encouragent dans mes choix, juste ça, pas besoin de me donner des conseils et de se demander si je suis normale.

Douces pensées à vous.