Auteur Sujet: Racontons nos beaux souvenirs  (Lu 114699 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #60 le: 25 février 2013 à 08:44:11 »


*

« Modifié: 10 juillet 2017 à 23:21:51 par *Ephémère* »
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Tinou

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #61 le: 25 février 2013 à 11:59:47 »
Merci Marcel, Paquerette et Dan...

Je vous envie (ou admire) de trouver les mots pour raconter votre histoire... Vos récits sont fluides et émouvants à lire...

Martine

marcel09

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #62 le: 26 février 2013 à 16:14:55 »
bonjour à vous tou(te)s,

Merci tout d'abord pour vos messages. Je dois avouer que je pense m'être tromper de fil, en fait j'ai commencé a raconter l'histoire de notre vie, mais ce sont en fait de merveilleux souvenirs aussi. Donc, ne sachant, je vais continuer a vous faire vivre notre bout de chemin, parsemé d'embuches et d'histoires, parfois drôles mais aussi singulières. Elles ont dans tout les cas rythmées notre Amour, et ont contribuées à notre épanouissement conjugal.

J'en étais donc resté à notre mariage, le 21 décembre 1971. Celà ne nous rajeuni pas, mais tout pour parcourir ce chemin de la vie ensemble. Tout, sauf le travail. Je devais reprendre mon poste, celui que j'avais occupé avant de partir à l'armée, fort de l'accord de principe qui m'avait été donné au mois d'octobre par le chef du personnel. Mais aprés ma libération, première semaine de décembre, j'ai reçu un courrier me disant qu'il était impossible de poursuivre la collaboration, déjà restructuration de personnel. Nous qui avions publié les bans, il était donc impossible de repousser le mariage, mais ne le voulions pas non plus. Et donc, petits boulots et puis début 1973, un vrai boulot, et du coup, un premier rayon de soleil frappe à notre porte. Claudine est enceinte. Naitra de ce soleil notre fille, en janvier 1974. Mais également, la construction d'un appartement, suite à la donation par mes parents du premier étage de leur pavillon. La vie ne commençait donc finalement pas si mal que ça. Un deuxième rayon en juuillet 1976, naissance de note fils. La famille est au complet.

Nous voilà arrivé en 1978. Un gros coup dur. Licenciement pour moi. Claudine, elle est au chômage suite à la fermeture du central téléphonique. Mise en place de l'automatique. Nous communiquons aujourd'hui librement, mais il y a à peine 35 ans, il y avait des standardistes pour passer les appels. Rappelez vous le 22 à Asnières de F Raynaud. Aprés un bref séjour à Paris ( 8 juillet-10 septembre)comme agent d'exploitation au PTT, nous avons décidé de changer de métier, et avons pris un poste de gérant d'un magasin d'alimentation
Casino-Epargne. Une vie de travail en commun. Une vie 24/24 vécue ensemble, une vie durant laquelle nous avons pû apprécier les compétences et la disponibilité de l'autre. Je ne dis pas qu'il n'y a pas eu de heurts ni d'accrochages, mais nous avons progressé ensembles. Malheureusement, des problèmes avec un inspecteur auprés duquel je n'ai pas voulu me soumettre, nous a conduit à démissionner. Notre aventure a duré 7 ans. Nous en avons gardé des souvenirs impérissables et des amis (un couple).

Péripéties par ici ou par là, nous voici arrivés en juillet 1991. C'est ici que commence l'histoire que je voulais vous raconter aujourd'hui. Excusez moi pour cette introduction un peu longue. Je vous avez prévenus, c'est en fait notre histoire.

Donc, en juillet 1991, nous sommes à Cambo les Bains, pour effectuer une cure thermale. Elle était indispensable pour notre fils qui souffrait de problèmes respiratoires (végétations déjà enlevées à l'age de 3 ans, angines à répétition...) Pas bien grave en soi, mais génant pour sa croissance. Notre fille profitait elle aussi pour faire ses abblutions, quant à nous deux, par regroupement familial, nous en faisions tout autant afin de soulager nos petites gênes articulaires. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, quand soudain, un vent de tempéte se leva. Une véritable tornade, et je vous le donne en mille, pour quelle raison. Trés trés grave. Deux bonnets de bains, qui à mon goût n'étaient pas étendus dans le bon sens, et donc risquaient de se coller l'un à l'autre.

Et donc, une dispute se déclencha. Je le répéte, trés grave. Nous n'en sommes pas venus aux mains, éducation oblige, mais les paroles ont fusé. Tant et si bien, que je n'ai pas mangé, suis sorti de l'appartement laissant Claudine et les enfants, et m'en suis allé marcher et réfléchir le long de la Nive qui longeait le centre thermal. J'ai réfléchi longuement, et me suis rendu à l'évidence que cela ne pouvait plus durer ainsi, que la seule solution pour régler ce grave problème était le "DIVORCE". Oui, vous avez bien lu.

Me voilà de retour à l'appartement, et je dis donc ma décision à Claudine, tout en lui tendant mon alliance que j'avais hésité à jetter aux poissons. Mais aprés réflection, je m'étais dit qu'elle pourrait servir à payer l'avocat. Claudine a pris l'alliance, et à son tour est partie. J'ai su par la suite, qu'elle était allé voir le médecin de cure, pour arrêter celle ci, qu'elle avait téléphoné à mon frére qui habitait Pau afin qu'il la récupère le lundi avec ses bagages. J'ai oublié de préciser que nous étions le samedi midi.

Heureusement, la raison l'a emportée. Nous avons beaucoup discuté, calmement, tout le dimanche. Je ne dirais pas que tout était applani, mais pas mal de solutions avaient été trouvées aux différents qui entravaient notre union. Bien sûr, les beaux parents réciproques faisaient partie intégrante de ces problèmes. Pour y remédier, la solution que nous avons trouvé, nous est apparue comme tellement évidente, qu'elle a été officialisée dés notre retour.

Cette solution, nous éloigner de nos parents. Comment? En faisant construire, tout simplement. Nous nous sommes donc attelé au travail, rechercher un terrain en priorité. J'ai commencé à dessiner plusieurs plans de maison et avons fait établir des devis auprés d'entreprises.(Je suis dessinateur industriel, formation fabrication mécanique. Pas grand chose a voir avec le batiment, mais le dessin reste le dessin).
Nous trouvons le terrain au mois d'octobre, faisons le prêt à la banque dans la foulée, passons chez le notaire au mois de novembre, trouvons l'entreprise, et le 1 février 1992 le début des travaux. Soit 6 mois aprés notre dispute. Entre temps, j'avais récupéré mon alliance, non sans mal car Claudine m'avait dit qu'elle l'avait jetté dans les toilettes et tiré la chasse. Depuis, je ne l'ai plus jamais quittée, et la porte encore aujoud'hui.

Voilà donc comment est sorti de terre notre nid d'amour, grace à un quiproquo, et je dois dire que je suis aujourd'hui dans une situation ou je me pose des questions à savoir si je garde cette maison bien trop grande pour moi seul, et d'un autre côté de la balance, cette histoire et le pourquoi de l'existence de cette maison.

Je vous souhaite bonne lecture et vous donne rdv pour un nouvel épisode, un peu plus agréable de notre parcours en commun, et qui a bouleversé notre vision de la vie pour la suite de celle ci.

Tendres et affectueuses pensées.

Bises  :-* :-*

Marcel

Fathio

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #63 le: 26 février 2013 à 16:59:09 »
Comme quoi, Marcel, on ne dira jamais assez l'importance de l'étendage des bonnets de bain!
Bel exemple d'effet papillon, partir de 2 bonnets de bain et finir sur la construction de la maison familiale.
Merci de nous raconter votre histoire.
Fathio

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #64 le: 26 février 2013 à 17:15:18 »


Grand merci, Marcel, de bien vouloir partager ainsi avec nous l'histoire de ton amour.

J'espère que vous avez bien appris à vos enfants, lorsqu'ils furent en âge de comprendre, combien il est primordial, comme l'écrit Fathio, de bien étendre les bonnets de bain !

Je t'embrasse, Marcel, et te dis à bientôt.

Merci encore.


*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Tinou

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #65 le: 26 février 2013 à 18:11:46 »
Très beau et émouvant... Merci Marcel

germinou

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #66 le: 26 février 2013 à 20:32:23 »
Wow Marcel...

Mais quelle histoire......Moi qui aimerais vendre ma maison pour acheter plus petit!....mmm...tu me donnes des idées.. ;)

Non mais on dira ce qu'on voudra, toutes les raisons du monde  sont bonnes quand un couple est dû pour une "bonne dispute" hein...Et croyez-moi, aucune différence d'un pays à l'auuutre... ;)

Merci Marcel!  Une autre maintenant.. :D

Amitiée Sylvie :-* :-*


dan43

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #67 le: 27 février 2013 à 00:31:31 »
Pas du tout Marcel ! tu ne t'es pas trompé de fil !
c'est bien ici , tu es à la bonne adresse....

à bientot de te relire !

(à suivre )

Amicalement

Daniel

tititou

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #68 le: 27 février 2013 à 02:55:38 »
Histoire courte...

Nous marchions lors d'une promenade dans un pré rempli de petits "bonheurs" comme je les surnommais...
Vous savez ces petites boules pleines de petits fils argentés ressemblant à des pompons....

Il est courant de faire un vœu lorsque l'on souffle sur les pistils de ces petits génies .... Tout le monde le sait .
Toutes ses petites étoiles s'envolent au gré du vent... et celui qui en attrape une peut faire un second voeu...

Alexandre avait cueilli une de ces petites boules... et soufflant dessus très fort pour faire une pluie d'étoiles,
avait dit... d'un air grave ...

Le bonheur est dans le pré, cours y vite, cours y vite...
Le bonheur est dans le prè, cours y vite il va partir...

Le bonheur est dans le pré, cours y vite, cours y vite...
Le bonheur est dans le pré cours y vite... il est parti...  

Et il m'avait attrapé au vol en riant... c'est toi mon petit bonheur...
je ne te laisserai pas partir...

Le bonheur.... ces petits moments tout simple... ces petits instants magiques qu'il faut savoir saisir...
Ce jour là, nous avons su en profiter....

Depuis, quand je vois ces petits bonheurs... je n'ose plus faire de voeux...
Le bonheur est si fragile...

Aujourd'hui c'est lui qui est parti... je n'ai pas su le retenir

« Modifié: 27 février 2013 à 03:08:55 par tititou »

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #69 le: 27 février 2013 à 08:52:32 »


Comme il est joli et tendre, ce souvenir, Martine.

Nos amours sont partis comme ces petits bonheurs mais ce n'est pas un léger zéphyr qui les a emportés.
Rien, ni personne ne pouvait les retenir : ni la science de la médecine d'aujourd'hui, ni la force de notre amour, ni la puissance de leur volonté de vivre et de rester avec nous.

Tu  le sais bien, Martine, nous ne sommes rien face à ce maelstrom qu'est le destin, et le combat de toute vie se joue sur une défaite annoncée.
Alors, pourquoi penser, "petite mère", que tu n'as pas su le retenir, toi qui lui as fait une si grande place, bien au chaud, dans ton coeur ; où il demeure à jamais.

L' image, douce et joyeuse de ces "petits bonheurs",  que tu nous offres ce matin, fait naître mon premier sourire du jour.
Et je songe que mon adoré aimerait surement voyager ainsi de par le monde : léger, libre, libre...
Je voudrais tant que cette grâce lui soit accordée...

Merci à toi, Martine.

Je t'embrasse.


 
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

dan43

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #70 le: 27 février 2013 à 21:04:39 »
  Martine ,

 "sois sage , o ma douleur et tiens toi plus tranquille ..."

 Ta petite histoire , m'a apporté , ce soir , un vent frais de printemps , des souvenirs me sont revenus ....je vois des champs de blé , des coquelicots et des bleuets , un pique nique sur une grande nappe , des fourmis aussi ! un beau soleil , les Alpes au loin , bleues et blanches , les criquets dans l'herbe , et le rire d'une voix chère qui s'est tue....

 merci , Martine pour cet éclat de bonheur .

  Daniel

Tinou

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #71 le: 28 février 2013 à 18:56:15 »
Merci Martine pour ce brin de douceur...

Martine

dan43

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #72 le: 28 février 2013 à 22:21:08 »
  Cette année là ( 1996 ) , nous étions décider à visiter le Costa Rica , petit pays d Amérique centrale , qui ne possède aucune armée , ou les femmes ont le droit de vote bien avant que la France l'accorde , et ou la peine de mort a été abolie voilà bien longtemps ...Une république sans dictateur  , une aberration , en somme ...

  Par Ibéria ,escale à Madrid , et ensuite vol transatlantique , escale à Miami , juste le temps de se goinfrer de pop corn et de boire une Bud , et arrivée à San José , la capitale .

  Nous effectuons notre circuit , par les plus belles réserves et parcs du pays  (25% du territoire est placé en réserve naturelle ) et terminons notre voyage par une " folie " :5 jours dans un palace sur la cote Pacifique....

  L'hotel Tango Mar , une merveille  ! 25 bungalows dispersés dans un domaine d'une centaine d'hectares , avec une plage vierge , encombrée d'arbres arrachés à la foret , accotée à une falaise rouge , et ou les perroquets se comptaient comme nos pigeons ...

  Le restaurant au niveau de l'océan , les bungalows sur la falaise , un lac , une cascade , des oiseaux partout , des papillons , une piscine perdue  dans la végétation , des biches , des singes hurleurs , des iguanes qui venaient engloutir les fleurs d'hibiscus dans la main d'Odile ...et le café , tous les matins à la porte .. un jacuzzi dans la chambre , tout le tralala , quoi !

 Pour circuler dans le domaine , nous disposions de petits buggys à essence , genre golf , ou kart , qu'Odile transforma rapidement en auto tamponneuse ..
  
 Très réticente , au début , elle finit par se laisser convaincre de m'accompagner . pour aller du bungalow , en haut de la falaise , jusqu'au restaurant , en me criant tout le long du chemin :
-freines ! freines !
...Je descendais la cote au point mort , c'est vous dire la vitesse !
  Finalement , elle prit le volant , après que je l'ai convaincue du non -danger de l'engin . Mais pourquoi , ai je tant insisté , moi , inconscient que j'étais  !!

  Nous voila partis !
-J'ai eu mon permis du premier coup !
- çà se voit , tu as déjà écrabouillé deux massifs de fleurs  !!!
-j'ai rien vue , moi , ou çà ???
-regardes devant  !!!

..En zig zag on arrive en haut de la cote qui menait au petit lac , but de notre sortie . Mais , avant d'arriver , une petite descente , ou j'ai vu ma dernière heure arriver !!

  On commence cette descente , et , là , misère , elle accélère !!
-freines ! freines !  ( là , c'est moi  !!)
  Odile ouvre la bouche et débute un hurlement à faire fuir tous les animaux jusqu'au Guatémala !
 On allait de plus en plus vite ..elle évite une borne sur le coté , en arrachant au passage , la moitié , et je vois, tout au bout de la ligne droite , en bas de la cote , un bungalow , portail grand ouvert , avec un autre buggy bien placé pour stopper notre course   !!
...vous vous souvenez du gendarme à St Tropez ?, j'étais dans le role de De Funès , et Odile dans celui de la bonne soeur !

 Par bonheur , elle trouve le frein et appuie !!.....On part en dérapage incontrolé , on fait un superbe tete à queue , digne de Fangio , et on s'arrete , dans un nuage de poussière...silence ...
-ET çà te fait RIRE !
-t'as vu çà ? et elle me montre du doigt deux touristes , qui ont quitté le chemin , pour se mettre à l'abri !!
-regardes ! y 's'arretent pas , la trouille qu'ils ont eus !!!!..ben , quoi , mon lapin , t'en fais une tete ?
-un peu plus on se payait le buggy , là !!
  Elle hausse les épaules :
-j'ai pas l'habitude des automatiques , moi ! ....bon , il est ou ton lac ?
-tu veux pas que je conduise , demandai je , timidement ...
-ah , ben , non ! j'suis chaude , maintenant !

  On ne s'ennuyait jamais avec Odile ...

...ah , oui , le lac ? très beau , merci .

« Modifié: 28 février 2013 à 22:33:00 par dan43 »

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #73 le: 28 février 2013 à 23:32:54 »


Oh non, Daniel, visiblement, on ne s'ennuyait jamais avec ton Odile....

Tu m'as fait rire, Daniel.
Oh pas un grand rire ; pas d'éclats.
Un petit rire de souris,  mais tout de même, c'est déjà beaucoup.

Merci, encore et encore.



*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

tititou

  • Invité
Re : Racontons nos beaux souvenirs
« Réponse #74 le: 01 mars 2013 à 00:52:35 »
Petite mère... je te réponds aujourd'hui...

Si, je n'ai pas su le retenir...

Car je n'ai pas vu les petits signaux qu'il me lançait... J'aurais du, moi qui l'aimais tant...
Ces derniers temps, il se détachait du matériel... je le voyais bien. Je n'ai pas compris. La vie quotidienne pour lui était futilité... il ne comprenait plus le monde où nous vivions... le désamour qui nous entourait. Tout cela pour lui était devenu souffrance.
C'était un signe... il se détachait de la vie peu à peu... Mon amour n'était plus assez fort pour le retenir...
Tant qu'il a cru à l'amour des hommes, sa foi l'a portée. Ici, c'est le désert pour moi... m'avait-il dit...
Oui, en venant ici, en Normandie, il a quitté ce qui avait été sa vie ces 15 dernières années... le partage avec les plus humbles, les plus démunis, les plus petits... leur coeur était à la dimension de leur misère... c'est dire l'immensité de l'amour qu'ils nous ont donné.
Aider les autres était sa vocation...toutes ces années, si dures soient elles nous ont apportées bien plus que tous les salaires d'une vie...
Ici, personne n'a plus voulu de son aide... Les portes se sont fermées une à une. Je n'ai pas vu la profondeur de son désespoir.
Il se sentait inutile... Il ne se soignait plus... une forme d'abandon... Voilà pourquoi, petite mère, je te dis que je n'ai pas su...
A mon tour je vis sa solitude et je comprends son désarroi... Car aujourd'hui elle m'est insupportable.

Je t’embrasse.
« Modifié: 01 mars 2013 à 02:27:56 par tititou »