Auteur Sujet: ma reconstruction pas à pas  (Lu 22799 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4651
Re : ma reconstruction pas à pas
« Réponse #90 le: 20 Mai 2019 à 18:30:52 »
merci Biche
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1948
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma reconstruction pas à pas
« Réponse #91 le: 25 Mai 2019 à 14:38:43 »
Quel beau témoignage ! Une sacrée étape.

Ce que tu évoques me fait penser à un moment de liberté durant lequel des barrières seraient tombées.
Comme les chiens qui jouent ensemble sans se soucier d'autre chose que le moment présent, tu as laissé les émotions et les souvenirs jaillir, et surprise !
Ce sont des émotions sources d'une joie non feinte, non teintée de chagrin, un rappel de ce qu'a été votre vie.

On ne peut pas faire plus beau message d'espoir.
La stabilité, je ne crois pas qu'on puisse compter dessus désormais, mais l'instant lumineux, les rires et le partage, c'est une forme de bonheur.

Je te souhaite de retrouver ce bonheur tous les jours, et n'hésite pas à partager avec nous ! (qu'on en profite aussi)

Je t'embrasse fort, ma fée. ;D
If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4651
Re : ma reconstruction pas à pas
« Réponse #92 le: 10 Juin 2019 à 13:41:15 »
De vendredi 17 h j'étais au festival du jeu de ma ville, de ma ludothèque , qui a tant participé à ma reconstruction ...
premier pas social délibéré en janvier 2016 soit 21 mois après mon deuil ... où je n'ai rencontré que des jeunes personnes trentenaires, hommes quasi totalement.
Avec bienveillance, patience, en acceptant mes faiblesses de concentration, (d'entrée j'avais expliqué le pourquoi de mon état), ils m'ont entrainée, accompagnée vers la reconstruction à travers le jeu (de société, de plateau), l'obligation de respecter les co équipiers ou adversaires selon les jeux me menaient sur le chemin de me décaler de l'émotionnel, pendant 2 ans environ j'ai pleuré chaque jeudi en sortant ...
Ce lieu a été aussi le lieu où j'allais avec ma, mes petites filles ...
Là pour la 4 ième année j'assistais au festival, je suis, avec ma fille, cette année devenue bénévole, mes petites ayant moins besoin de surveillance constante.
J'ai vécu depuis vendredi dans une ambiance, chaleureuse, respectueuse, prévenante, douce, attentionnée comme le sont toutes ces personnes bénévoles de cette association.
Cela ajouté à des moments privilégiés d'échanges avec les participants en tant que bénévole, avec des copains, copines pour des session de jeux et beaucoup d'affectif avec ma petites famille m'a fait énormément de bien j'ai ressenti pour la première fois de la plénitude malgré le deuil, le manque était là mais pas la douleur. Curieuse expérience ... au bout de 5 ans donc ..
Je n'ai jamais "compris" comment ce serait possible, mais je savais que cela existerait, je l'avais lu dans les livres de Nadine Beauthéac (ayant perdu son unique enfant et veuve deux fois qui est une référence dans les accompagnements du deuil) de Dr Fauré, des personnes veuves depuis plus longtemps que moi m'en avait parlé ...
je vais pouvoir débriefer mon étonnement avec les séances psy cela devrait m'aider à savoir aller au delà de mon étonnement.

prenez soin de vous
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4651
Re : ma reconstruction pas à pas
« Réponse #93 le: 14 Septembre 2019 à 06:33:46 »
Un café associatif a ouvert il y a quelques mois dans ma ville.
Je l'avais découvert et l'ambiance m'avait séduite, je m'y étais engagée pour un peu de bénévolat.
Depuis j'ai pour la première fois de ma vie expérimenté le vide total de la maison sans être vivant, mon chien étant mort.
De cet événement découlait un nouveau potentiel de temps libre et d'absence de contrainte.
J'ai mis  un mois et demi à diminuer l'intensité des réflexes quant aux contraintes.
A ce jour je ne les oublie pas mon cerveau sait que ça existe et mon émotionnel gère la douleur du plus "jamais" du deuil de mon époux plus la mélancolie pour le manque de ma maman (qui a vécu 37 ans sous mon toit après son plongeon suite à son veuvage de mon papa puis son handicap brutal) je dis mélancolie car le manque n'a pas la douleur des 3 premières années et la douleur par vagues du manque du compagnon à quatre pattes.
Mais depuis quelques jours je sens que le réconfort des satisfactions et épanouissements nouveaux dans ces activités nouvelles (de bénévolat et sorties culturelles) une nouvelle forme de "complémentation" de mon être en lien avec tous les échanges, partages.
 Les connivences ponctuelles, spontanées, les complicités spontanées me réconfortent plus, plus vite, me nourrissent plus longtemps, trouvent un espace où se placer et ce malgré, en même temps, la gestion de toutes les douleurs émotionnelles citées plus haut, comme si une nouvelle capacité émergeait de conjuguer ce qui était auparavant impossible ou si difficile.
 Ces connivences, complicités, jusque là je ne pouvais plus les recevoir en fait, comme interdites d'effets complets de par mon état d'endeuillée et là, à mon insu l'état de deuil ne bloque plus les épanouissements et effets réconfortants.
Ce nouveau vecu me surprend, je l'ai ressenti sans avoir décidé quoi que ce soit ni fait rien de plus de neuf, j'en suis spectatrice.
Il me fait découvrir, vivre un possible auquel je ne croyais pas, n'imaginais pas.
Cette concomitance nouvelle à mon insu me surprend, cette étape de deuil se fait, semble se faire sans "travail" , elle résulte sans doute, pour une part, de celui fait avant.
Ses racines sont dans les premières rencontres entre personnes veuves de ce forum, j'en suis remplie de gratitude.
Je reviens à ce qu'une psy m'avait montré : à vivre de l'amour agapè et philia sans le prérequis de la présence physique de Jean et avec sa présence interne.
Mais ce vécu devient spontané, et durable tout en ne supprimant pas des moments de vagues de chagrins.
Je ne sais pas si ce témoignage peut être utile mais je souhaitais le faire ici
Prenez soin de vous
Affectueusement





« Modifié: 14 Septembre 2019 à 06:36:17 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char