Auteur Sujet: Un jour, un pas, une avancée, un espoir  (Lu 14239 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« le: 29 Septembre 2015 à 17:09:17 »
J'ai 30 ans.
Je rejoins aujourd'hui ce forum car j'ai besoin de mettre des mots et de laisser couler les larmes sur notre histoire. J'aimerais si possible pouvoir la raconter par étapes et je propose ici le premier billet.

Notre histoire commence il y a un peu plus d'un an par un joli + sur un test de grossesse. Ce Mini-nous est arrivé très vite. Nous avons eu beaucoup de chance:  nous n'avons pas connu les difficultés que rencontrent certains couples à avoir un enfant.  S'en suivent 9 mois merveilleux. Une grossesse sans aucun souci: pas de nausées, pas de prise de poids excessive, pas de traces sur mon corps. En bref je faisais des envieuses autour de moi et je suis consciente d'avoir vécu pour cette première grossesse, "une grossesse de rêve".

Arrive le terme et Mini-nous qui ne veut pas sortir. Ce n'est pas grave, il y a encore quelques bricoles à finir dans la maison. Puis vient le jour du déclenchement de mon accouchement parce que 5 jours de retard ça suffit ;).
Et ce jour là le ciel nous est tombé sur la tête... Au monitoring lors de mon installation sur la table d'accouchement, il n'y a plus re rythme cardiaque.
Le médecin: "Je suis désolé mais je n'ai plus de battement de cœur" et moi: "C'est grave ?"
Le choc, l'incompréhension, l'appel à la famille, l'effondrement.
La suite arrive après le séchage des larmes.


Hors ligne NicoleMC

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 26
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #1 le: 29 Septembre 2015 à 19:29:57 »
Bonsoir Myriam.

Tu as trouvé la place où poser des mots sur tes sentiments, tes angoisses, ta douleur et ton amour pour "Mini-nous"
Prends tout ton temps pour raconter ton histoire, votre histoire..
Un mot après l'autre, un pas après l'autre...
Saches que nous sommes là pour te lire et surtout pour te tenir la main, même virtuellement.

Nicole


Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #2 le: 30 Septembre 2015 à 09:24:25 »
Une nouvelle journée commence.

Après le choc de l'annonce, 3 jours vont suivre avant l'accouchement. Bien que notre premier réflexe soit de dire" Bon nous partons pour une césarienne là ?", la réponse du médecin et des sages-femmes reste de dire: "Non il vaut mieux que vous viviez votre accouchement de la manière la plus naturelle possible car la césarienne laisse toujours des séquelles sur votre corps".
C'est donc parti pour essayer de déclencher cet accouchement le plus doucement possible. Ce jour de l'annonce, je rentre chez moi bourrée de cachets pour déclencher les contractions et avec un bébé décédé dans mon ventre.

Le lendemain matin, retour à la maternité, cette fois-ci pour y rester jusqu'à l'accouchement. Toujours pas de contractions...La journée passe très lentement. Mon mari commence à poser des questions sur l'après. Je suis dans le brouillard.
Vient le troisième jour. Cette fois-ci, si les contractions n'arrivent pas, on me déclenchera l'accouchement à l'ocytocine le soir. On augmente les cachets, je fais une réaction allergique et 40°C de fièvre. On oublie la péridurale. Je descends enfin en salle d'accouchement. Les cachets n'ayant rien donné, on me branche sous ocytocine.

Et l'attente commence. Mon corps ne réagit pas, ma tête est ailleurs, ce bébé même décédé ne veut pas venir (ou peut être est ce moi qui ne veut pas le laisser partir ?). Sans péridurale, on me "shoote" à la morphine, on me réhydrate aussi car étant à jeun depuis la veille au soir je commence à être vraiment fatiguée.
Je ne sens pas les contractions, on finit par percer la poche des eaux. Je ne sens toujours rien si ce n'est mon mal de dos car bébé est contre ma colonne. Mais le travail accélère et 4h30 plus tard, Valéry est là. Un beau bébé de 55 cms et 3kgs500 est né ce lundi 15 juin 2015.

Compte tenu des circonstances mon accouchement s'est bien passé et a été très rapide après la rupture de la poche des eaux. Je suis quelqu'un qui ne sent pas les contractions et je n'ai eu aucune épisiotomie. (Un super accouchement pour un premier enfant. )

Et là maintenant que cet enfant est là, nous affrontons la réalité. Mon mari part avec la sage-femme pour le nettoyer, l'habiller. Je ne sais pas si je vais pouvoir le voir car c'est la première fois que je suis confrontée à la vision de la mort. La sage-femme revient avec son appareil photo et me demande si je souhaite voir les photos qu'elle a prises. Oui évidemment. Je regarde cet enfant sur écran et je me dis qu'il faut que je le vois en vrai. Mon mari me l'apporte dans ses bras. Si vous aviez vu ce papa tellement fier avec son enfant dans le creux de ses bras... Je n'ai pas pu prendre Valéry dans mes bras, je n'ai pu que regarder ce petit garçon, chercher les similitudes avec ses parents, le confronter à l'image idéalisée que j'en avais et le laisser prendre toute sa place dans mon cœur.

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 301
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #3 le: 30 Septembre 2015 à 10:55:10 »
 Myriam,

pensées compatissantes pour cet événement si dur.

Cela me rappelle ma grand mère qui a vécu la même chose : elle m'en parlait encore à la fin de sa vie...
Malheureusement, elle n'avait jamais pu voir son enfant ni lui faire une sépulture, ce qu'elle regrettait amèrement et constamment.
Face à ton immense douleur, tout ce que je peux te transmettre -  pardon maladroitement - c'est que si la vie de ton enfant a été courte, elle a été réelle.
La reconnaître comme tu fais dans ton coeur comme le faire reconnaître officiellement est très important pour la suite.

pensées
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès

Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #4 le: 30 Septembre 2015 à 14:51:30 »
Merci Bulle777 et NicoleMC pour vos messages de soutien.

Beaucoup d'entre nous se posent la question du pourquoi. Pourquoi un enfant sans problème particulier décède à terme ? L'incompréhension et la surprise a été de mise chez tous nos proches.

Nous avons eu droit à la batterie de tests sanguins: rien de ce côté. Le gynécologue attendait l'accouchement pour voir un éventuel nœud au cordon: rien non plus. Nous avons également fait une analyse génétique avec le sang du bébé récupéré dans le cordon: rien non plus. Nous avons refusé l'autopsie car elle était inimaginable pour nous et surtout elle ne nous ramènerait pas Valéry.
Réponse: le mystère reste entier ou du moins pour le gynécologue cela reste très probablement un accident de cordon (pincement ?). Nous nous en contenterons.

Les jours qui ont suivis l'accouchement m'apparaissent dans un brouillard. Mes parents et beaux-parents ont assuré le quotidien de la maison, ont répondu aux appels, messages des amis, de la famille, ont géré les visites à la chambre funéraire,...
Après avoir inscrit notre fils sur le livret de famille, nous nous sommes concentrés avec mon époux sur les obsèques et la préparation d'une cérémonie. Je ne pensais pas avoir affaire à ce milieu là avant quelques années. Que de questions: enterrement ou crémation ? ouverture d'un caveau dans une ville qui ne représente pas grand chose à nos yeux, le mettre dans un des caveaux de la famille, le carré des enfants ? Quel choix d'un cercueil pour un bébé ??? Quelle cérémonie possible? Heureusement nos parents nous ont aidés, soutenus. Enfin surtout mon mari puisque j'étais coincée à la maternité.

Nous avons choisi la crémation pour Valéry et cela le plus tôt possible (de toute façon vous ne pouvez pas voir un corps d'enfant trop longtemps, la dégradation est rapide).
La cérémonie s'est déroulée 5 jours après l'accouchement. Nous l'avions préparée avec un prêtre très compréhensif sur nos choix (crémation déjà réalisée donc pas de corps à bénir). Ce temps a été superbe, le prêtre a su trouver les mots justes, a su toucher chacun de nous. J'ai pu lire et mon mari aussi. Nous avons pu chanter.
Nous étions entourés de nos proches. Je suis consciente de la chance que l'on a eu de pouvoir offrir tout cela à Valéry.

 Je suis désolée si mes mots paraissent durs ou vous choquent mais j'ai besoin de les écrire, de les partager. Tout cela contribue pour moi à l'acceptation.
Je parle bien ici de nos choix et je comprends qu'ils puissent ne pas être les mêmes pour d'autres.

Je vous parlerai prochainement du personnel médical, des réactions autour de nous, des phrases maladroites, du "est ce qu'on doit envoyer un faire-part?" doit on remercier tout le monde pour les cartes et les fleurs ? que faire de toutes ces fleurs d'ailleurs (l'odeur du lys me monte à la tête)? et bien d'autres sujets jusqu'à ce que j'aille mieux.
Merci de me lire, m'écouter ou juste  d'être là.


Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #5 le: 01 Octobre 2015 à 09:01:19 »
Un jour de plus.

Après la cérémonie, nous avons mis tout le monde dehors. Nous avions besoin de nous retrouver tous les deux (trois?). Aujourd'hui vous n'avez en théorie plus le droit de conserver une urne funéraire chez vous. Nous avons fait le choix de la garder le temps de lui trouver un lieu qui nous corresponde, qui nous apaise.
Le prêtre avait bien insisté pour que nous choisissions plutôt un lieu très précis (pas de dispersion dans un lac par exemple) afin que le recueillement soit plus facile. Pour moi qui suis croyante, je ne voulais pas le mettre trop loin d'un lieu consacré ou ayant une forte connotation religieuse. Avec tous ces critères, nous nous sommes mis en quête du lieu idéal... et nous l'avons trouvé. Ce sera en montagne près d'une petite chapelle. Et Valéry sera enterré avec une petite statuette en bois de la Vierge Marie. Ce lieu paisible avec une très belle vue nous apporte du réconfort.
 
Cela a été très dur de laisser Valéry tout seul là-bas :'( . Il a fallu puiser dans nos ressources pour ne pas faire marche arrière et le ramener avec nous à la maison. Mais maintenant, un mois et demi après, cela va mieux. Nous programmons même une rando pour aller le voir le weekend prochain avec nos proches cette fois-ci.

Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #6 le: 02 Octobre 2015 à 09:35:56 »
Un jour de plus.

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler de la réaction des autres que ce soit notre entourage proche comme lointain et de notre gestion de la communication.

Dès la connaissance du décès de Valéry, nous avons envoyé un sms à des "têtes de réseau" pour qu'elles puissent relayer. L'accouchement étant programmé, tout le monde attendait de joyeuses nouvelles dans la journée. Du coup nous n'avons pas eu droit à des messages "alors il est né ?" etc. Par la suite, après l'accouchement et dès que nous avons eu connaissance de la date de la cérémonie, nous avons pris le temps de rédiger un mail pour expliquer ce qui arrivait et surtout pour dire que nous avions besoin d'en parler et qu'il ne fallait pas hésiter à poser des questions.

Cela a permis a beaucoup de gens d'exprimer leurs peurs, leur colère, leurs interrogations mais aussi leurs expériences. Et là nous nous sommes rendus compte du nombre de gens autour de nous qui avaient perdu un enfant dans les mêmes circonstances ou un peu plus tard. Nous avons été en quelque sorte un facteur libérateur de la parole.

Nous avons eu aussi droit à des phrases malheureuses que tout le monde ici connaît ("vous aurez d'autres enfants, c'est peut être pour éviter un plus grand malheur qu'il est parti maintenant,..). Nous avons essayé d'y réagir le plus calmement possible en expliquant que nous n'aurions plus jamais Valéry et que pour l'instant c'est cette douleur qu'il fallait gérer.

Nous avons fait également face à la colère (il faut attaquer la clinique, pourquoi n'ont ils pas déclenché l'accouchement plus tôt?). Là encore il a fallu expliquer que le protocole avait été respecté, que nous en avions discuté, qu'aucun risque n'avait été pris,... En fait nous ne nous attendions pas à devoir développer autant de pédagogie ;). C'était au début.

J'ai conservé mon congé maternité et j'ai profité de ce temps pour me soigner physiquement. Mon cerveau était en mode off. Et puis est arrivée la rentrée. Et là, trois plus tard, pour moi c'était encore comme si cela était arrivé la veille mais pour les collègues l'été était passé. Je me suis prise en pleine face leur silence et ça fait mal. Alors que je pensais qu'on allait parler de ce qui m'était arrivée, rien ! Et aucune place pour en parler non plus. Est que l'on m'enlevait mon statut de mère, est ce qu'on me reniait le fait d'avoir porter un enfant pendant 9 mois? Qu'est ce qu'il se passait ?Pourquoi la vie continue t'elle?

Si vous avez des réponses je suis preneuse car trois semaines après ma reprise je n'ai toujours pas compris. Je sais que la mort est un sujet tabou, difficile à aborder mais bon sang, ne faites pas comme s'il ne s'était rien passé et que ça y est je suis passée à autre chose ! Pourquoi personne ne m'a t il demandé les yeux dans les yeux "comment vas tu ?" "comment ça se passe pour toi, avec ton mari ?"



Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2212
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #7 le: 02 Octobre 2015 à 12:21:22 »
"Nous avons été en quelque sorte un facteur libérateur de la parole."
Nous sommes étonnés de voir les réactions et confidences quand on permet que la parole sur la mort se partage..
encore faut il être capable de peur proposer ça... vous avez su ... c'est rare...
Le recours au mail permet de se dire sans trop s'exposer aux émotions des autres...et leur permet en retour de partager un peu...
ma psy dit que c'est à nous de leur expliquer ce dont on a besoin.. vous l'avez fait avec naturel et justesse...
la mort de valery est un drame que vous abordez ensemble, en famille, son papa, sa maman...avec courage et détermination à ne pas laisser le silence vous ensevelir.. vous avez bien raison...

je te lis avec attention et intérêt, tu exprimes bien les moments forts de votre histoire...ça aidera surement d'autres familles face au deuil périnatal... méconnu...

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 301
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #8 le: 02 Octobre 2015 à 13:54:13 »
Ah la réaction des autres....c'est tout un poème!

Les gens sont "coincés", ne veulent pas aborder la réalité, la leur déjà et celles des autres aussi.
Je pense aussi qu'ils veulent se protéger du malheur par le silence... "ah si cela m'arrivait...".
Il y a ceux qui ne savent pas quoi dire, ceux qui s'en fichent, ceux qui ont eu le m^me problème, ceux qui ont peur de dire, ceux qui...Par contre, ils en parlent beaucoup à d'autres, pas à nous...Quelle manque d'humanité!

Ma graande famille, si "unie" ne m'a pratiquement rien dit après le décès subit (et suspect) de ma mère.
Pourtant, la situation avec mon entourage proche était, est  extrêmement violente mais le silence a prévalu...
Rien, à part 2 personnes (sur 55... çà fait peu!). 
Ah si le jour même, tout le monde t'appelle, même quand tu demandes du silence et du retrait mais après, c'est le long long chemin de solitude et de silence.... Je l'appelle la conspiration du silence.

En fait, c'est à nous de faire comme vous avez fait, c'est à dire d'ouvrir le sujet, de prévenir par mail etc. Mais quand on peux! D'ailleurs "bravo" à vous pour ce que vous avez fait mais quelle fatigue... faire de la pédagogie....alors que l'on a besoin de soutien, on croît rêver!

Aujourd'hui, je comprends un peu plus car chacun avance comme il peux avec ses défauts et ses peurs, son intelligence, ses émotions, ses bassesses, ses lâchetés.... L'important, c'est qu'avec votre conjoint, vous soyez proches pour affronter cela et c'est déjà pas si mal!  D'ailleurs, tu racontes tout cela avec une grande maturité alors que la tempête est si proche.

Force à toi, mère courage et merci de nous faire partager ces moments et ces réflexions.


PS : Alors... comment "vas"-tu? Comment "ça va" avec ton mari?
« Modifié: 02 Octobre 2015 à 13:56:29 par Bulle 777 »
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès

Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #9 le: 03 Octobre 2015 à 10:55:17 »
Un jour de plus.
Merci Bulle et Eva Luna pour vos messages !

Comment je vais? Aujourd'hui ça va. Je n'ai pas pleuré depuis 24 heures. Je ne vais pas vous mentir, il y a vraiment des hauts et des bas. J'alterne souvent et rapidement du sourire aux larmes. Et mon mari, ce jeune papa. Il avance différemment de moi. Il arrive à ne voir que le positif (alors que d'habitude dans notre couple je suis la plus positive !). Il me rappelle sans cesse les bons moments que nous avons partagés avec Valéry, avec la famille et les amis qui étaient là pour nous, qui nous ont témoigné tout leur soutien et tout leur amour. Il me rappelle que je suis une maman qui a donné la vie même si cette vie n'est pas arrivée jusqu'à l'air "aérien". Ma psychologue me le répète aussi et je pense qu'il est temps que je vous le dise à vous aussi, surtout à vous, maman endeuillées.

Vous avez porté un enfant vivant, vous lui avez donné la vie. Il a pu ressentir vos émotions, goûter les mille et unes petites choses que vous avez mangé pendant ces mois de grossesse, entendre votre voix qui circulait dans vos os jusqu'à votre bassin pour offrir une caisse de résonnance, entendre la voix de votre conjoint et ressentir la lumière du jour lorsque vous mettiez à nu votre ventre. Ce n'est pas parce qu'il ne respirait plus à la naissance que vous avez "échoué" dans votre rôle de mère. Vous avez donné la vie, ne l'oubliez jamais !
De l'écrire m'aide aussi à l'accepter moi-même ;).


Vous parlez de force, le monde autour de nous parle de force. Cela me parait toujours bizarre. Quand un évènement comme celui-ci vous tombe dessus, vous n'avez pas d'autre choix que de continuer à avancer (en tous cas pour moi).
Sous le choc, je me suis rapidement posé deux questions: est ce que la vie vaut la peine d'être vécue même avec des drames comme le notre ? Est ce que je veux continuer à vivre?

J'ai regardé autour de moi et j'ai trouvé ma réponse.

Un des éléments qui m'a aidé fut le personnel médical. Nous avons eu énormément de chance dans notre malheur de tomber sur des gens profondément Humains. Dès l'annonce du décès de Valéry jusqu'à la cérémonie d'au revoir, nous avons été accompagnés, aidés et soutenus. Pas un seul instant une décision n'a été prise sans notre accord, sans qu'on nous l'ai expliquée. Les sages-femmes dans leur gestes, leurs paroles, leurs attentions nous ont placé dans une bulle de sécurité. On ne nous laissait pas tomber.
Mon gynécologue m'a montré combien il compatissait avec nous. Il m'a dit qu'il avait revu tout mon suivi pour voir si il n'y avait pas quelque chose qu'il n'avait pas vu. Une des sages-femmes est devenu notre fil rouge pendant tout mon séjour donnant sa ligne directe à mes parents pour qu'ils puissent l'appeler quand nous ne répondions pas. Mon mari a bien sur pu dormir avec moi toutes les nuits passées à la clinique. Et certaines sages-femmes étaient présentes à la cérémonie pour Valéry.

Nous avons vécu un véritable moment d'empathie et de compassion qui nous fait voir aujourd'hui l'humanité d'un œil nouveau.

Ce que je veux vous dire c'est: " regardez autour de vous il y a des personnes qui peuvent vous aider (ce forum par exemple) et sur qui vous pouvez vous appuyer". Vous n'êtes pas seuls, parents endeuillés ! La route est longue et difficile mais on peut avancer ensemble c'est plus facile.

A lundi! Demain c'est jour de repos ;)

Hors ligne Hervé

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #10 le: 03 Octobre 2015 à 14:18:10 »
Bonjour Myriam

Il est toujours dur d’accueillir une nouvelle maman confronter à ce deuil si particulier.

Malheureusement, ce deuil si particulier fait peur à beaucoup de personnes car ce n'est pas l'ordre "logique" de la nature

Beaucoup de personnes ne veulent pas entendre parler de la perte d'un enfant et encore moins à la naissance

C'est pourquoi, ce forum existe. Ici, nous avons tous connus ce deuil si dur, nous avons tous eu à un moment, besoin d'un main tendu à laquelle se raccrocher, avoir une écoute sincère et non des mots de compassion dans le style de :
- il faut tourner la page
- tu en ferra un autre
- la vie continue, regarde devant et non derrière...
  et tant d'autres phrases qui font mal au cœur

Ici, tu trouvera écoute et un soutien, n'hésite pas à poster quand tu aura besoin de soutien, ce forum est là pour aider et soutenir

Sincèrement

Hervé

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 601
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #11 le: 04 Octobre 2015 à 09:49:15 »
Bonjour Myriam,

Je te lis aussi avec attention... respect et admiration.

Ton récit est émouvant, l'amour est entre chaque mot, chaque ligne.
L'amour pour votre petit garçon, votre  petit Valéry, et l'amour pour la vie.

Merci pour ce témoignage, empreint de dignité.

Je reconnais derrière ces mots une profonde douleur, une grande tristesse, alors je me permets de te serrer fort dans mes bras.
Je pense bien à toi, à vous deux.

Nora


Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #12 le: 05 Octobre 2015 à 09:52:33 »
Comme promis me revoilà.
Deux jours de plus ;)

Merci pour vos pensées, vos embrassades virtuelles. Nous en avons besoin !

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un premier gros choc qui m'a fait pleurer une bonne partie de la semaine dernière. Apprendre une nouvelle grossesse chez des amis proches.

J'ai appris par FB la nouvelle grossesse d'une amie. Déjà parents d'un petit garçon d'un an, ils attendent leur prochain pour fin mars. Cette nouvelle m'est vraiment tombée dessus. Les ayant vus la semaine précédente ils ne nous en avaient pas parlé, et voir ce post sur FB m'a fait mal. Je me prenais en pleine face mon propre vide, l'absence de l'enfant attendu, le temps suspendu pour nous et la vie qui continue pour les autres.

Alors fidèle à moi-même, j'ai pris mon clavier et je leur ai écrit. Je leur ai dit combien cela m'avait blessée d'apprendre cette nouvelle de cette façon, combien j'étais jalouse de leur petit garçon déjà présent, combien je ne comprenais pas cette grossesse si proche de leur premier et aussi combien je me réjouissais pour eux. Je leur ai aussi dit que j'allais les éviter quelques temps, le temps pour moi d'accepter.

Leur réponse m'a surprise. Mon amie m'a expliqué qu'ils ne nous en avaient pas parlé parce que c'était trop tôt et pour eux, et pour nous, que certains membres de sa famille n'étaient même pas au courant et qu'elle ne maitrisait pas les communications de son conjoint. Elle a parfaitement compris ma peine, m'a dit que leur porte serait toujours ouverte et m'a remercié de ma franchise.

Alors voilà, n'hésitez pas à parler autour de vous et à dire ce que vous ressentez. Je sais que cela est difficile mais les autres peuvent l'entendre, parfois même le comprendre. Et vous serez surpris.


Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #13 le: 06 Octobre 2015 à 09:30:14 »
Un jour de plus.

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler du souvenir, de garder vivante la mémoire de Valéry.

Première chose à laquelle sont confrontés les parents qui rentrent de la maternité les bras vides: les objets, vêtements,...de bébé. Qu'en faire ? Chez nous ils étaient partout. Nous avions également déjà reçu des cadeaux de naissance (chose que je ne ferai plus jamais d'envoyer un cadeau avant la naissance).
Ma mère est partie acheter des caisses de rangement et nous avons très vite rangé tout cela pour ne pas les avoir sous les yeux en permanence. Je ne sais pas encore ce que je vais en faire. Pour l'instant c'est stocké à l'abri de la poussière. Cela pourra peut être servir un jour. L'avantage par rapport au deuil d'autres parents c'est que ces objets n'ont jamais servi. Je n'ai pas de souvenirs de Valéry les utilisant. Ils me rappellent "seulement" son absence.

Deuxième chose, mon suivi de grossesse. Comme beaucoup de futures mamans, je m'étais fait un classeur bien rangé avec mon suivi, mes échos,... et aussi un petit carnet perso pour noter mes impressions. Et bien, cet été, je me suis posée et j'ai découpé les échos que je souhaitais garder et je les ai collées à la suite dans mon petit carnet, le carnet de Valéry. Cela m'a fait du bien de revoir ces images où mon enfant était bien vivant.

Troisième chose, les cartes, mots de condoléances. Là aussi, après avoir répondu à tout le monde, j'ai fait du tri et gardé celles qui m'avaient le plus touchée. Je les ai mises également dans le carnet de Valéry.
Son bracelet de naissance est également collé sur ces pages.

Pour l'instant je ne peux pas le relire mais je compile dedans tous les petits riens que j'ai envie de partager avec lui et qui font qu'il existe. Cela m'aide de me dire qu'il me reste pleins de bonnes choses de Valéry.



Hors ligne MyriamDA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Un jour qui passe = un espoir d'aller mieux
Re : Un jour, un pas, une avancée, un espoir
« Réponse #14 le: 07 Octobre 2015 à 11:13:43 »
Un jour de plus.

Aujourd'hui ça va. Nous avons parlé hier soir avec mon mari d'aller récupérer à la maternité les photos de Valéry qui y avaient été faites. Je ne sais pas encore quand nous irons mais nous savons que nous sommes prêts à les avoir chez nous.

Vous, parents en deuil, avez vous des photos de votre enfant décédé ? Les avez vous gardées? Les avez vous imprimées, mises dans un cadre ? Je ne sais pas trop quoi en faire. Je ne sais pas si je pourrais les voir tous les jours. Cela reste très particulier une photo d'un corps mort, on le voit tout de suite. Et j'ai aussi un peu peur de pleurer à chaque fois devant (déjà, rien que le souvenir de ces images m'amènent les larmes aux yeux).