Auteur Sujet: La colère  (Lu 1414 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne AudreyA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
La colère
« le: 24 Novembre 2016 à 11:22:23 »
Bonjour,
C'est la première fois depuis que Charlotte nous a quitté que j'écris sur un forum. Je pensais que la psychothérapie suffirait, et même une petite dose d'antidépresseur... Mais je piétine, je m'embourbe, je ne sais plus vers qui ou quoi me tourner pour m'apaiser.
Le 19 avril 2012, lorsque nous nous sommes rendus à la clinique pour accoucher, on nous a appris que le coeur de notre bébé ne battait plus mais qu'il fallait attendre que la nature fasse son travail (c'est-à-dire pas de césarienne, ni de déclenchement). Je vous passe le ciel qui nous tombe sur la tête, l'injustice, l'incompréhension (pourquoi au moment de faire sa connaissance? C'est si cruel!), la culpabilité (j'aurais dû me rendre compte de quelque chose, on aurait alors pu la sauver).
Mais ce qui reste et ne veut pas me laisser tranquille est la colère envers l'entourage.  C'est pour cette raison que j'ai besoin d'écrire ici aujourd'hui.
Peut-être par peur de mal faire ou mal dire, pour nous laisser tranquille, la plupart des gens a très rapidement arrêté de prendre des nouvelles.
Ou alors on a entendu des horreurs, comme par exemple que si on l'avait connu, ça aurait été pire (comme s'il y avait des paliers dans la douleur de perdre un enfant, plus on l'a connu, plus on souffre). Une psy m'a un peu réconfortée en me disant de retourner la situation: au contraire, ils ont eu la chance de connaître leur enfant!
Une copine m'a dit que "Charlotte, ça ne lui parlait pas". Sous-entendu: "je ne peux rien pour toi".
Un autre nous a également dit qu'à force de refuser des invitations, on n'allait plus nous inviter. Excuse d'être malheureux d'avoir perdu un enfant et de ne pas avoir envie de nous éclater et de vous voir avec vos mômes! Surtout venant de quelqu'un qui ne nous a jamais invité, ni appelé...
Quand j'ai essayé de dire ce que je ressentais aux amis, on ne m'a pas comprise, entendue... Ils se sont justifiés, voire même ont retourné la situation contre moi. Ils n'ont pas voulu prendre sur eux pour nous accompagner sur le chemin du deuil (ou du moins faire un bout de route. Non, ils ont préféré se protéger).
Mon mari est bien moins en colère, il me dit que l'on doit se demander ce que l'on aurait fait à leur place. Mais là, sincèrement, je m'en fiche. Je me fiche de savoir ce qu'ils ressentent, si c'est dur pour eux, ce que j'aurais fait... J'avais besoin d'eux et ils n'ont pas été là ou de façon très maladroite. Je me demande ce que je préfère du coup: des gens qui ne disent rien ou qui me font mal pensant bien faire...
Cette colère donc, ne me quitte pas, revient sans cesse, de façon plus ou moins importante.
Hier soir, un copain de la bande nous a appelé pour nous demander si on voulait bien aider financièrement un couple d'amis (celui-là même  qui nous avait dit qu'à force, on n'allait plus nous inviter) qui a besoin de  faire réparer sa voiture. Bon... C'est la deuxième fois... Mais ce qui m'a mise en colère c'est que personne de la bande de copains nous a proposé 10€ pour nous aider à payer les obsèques de Charlotte. Ca nous a coûte 1600€ et on a dû demander à la famille parce qu'on n'a pas d'aide pour payer les obsèques d'un enfant, si on n'a pas d'argent, on ne peut pas l'enterrer dignement...
Aujourd'hui, c'est la goutte d'eau. Peut-être que de l'extérieur, ça paraît exagéré, déplacé... Je sais que je perds de l'énergie et du temps à me torturer avec ça mais je n'arrive pas à gérer cette colère.  J'ai même l'impression de perdre pied.
4 ans qu'elle me suit, 4 ans que je vais voir des psy mais elle est toujours là.
Certainement qu'elle fait écho à des choses sensibles chez moi, le manque de reconnaissance... mais je veux juste avoir la paix. Est-ce que je me raccroche à elle pour me raccrocher à Charlotte?
Je n'en sais plus rien...
Merci.
Audrey
« Modifié: 24 Novembre 2016 à 12:10:59 par AudreyA »

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1274
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La colère
« Réponse #1 le: 24 Novembre 2016 à 12:36:03 »
audrey
 une petite chanson pour toi
 https://www.youtube.com/watch?v=OIMERE9Kkx8
 parfois la colère aide a tenir debout face a l'injustice de la vie , et faire du tri face a l'absence d'empathie des amis
 j'ai perdu deux enfants , un bb a l'accouchement en 1991 une fille Soraya  l'ainée et mon fils de 19 ans l'année dernière , j'ai eu la chance d'avoir 3 enfants après ce premier deuil
 nous sommes nombreux ici a avoir vu des défections amicales par série après un deuil qq soit l'age de l'enfant , tout le monde est presse de nous voir " remis "
 un deuil c'est a vie je pense souvent a mon ainée  qu'est ce qu'elle aurait fait  etc ..... mais j'y pense avec douceur maintenant , pour mon fils il faudra du temps
 prends soin de toi
 mille pensees

Hors ligne kgibran

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La colère
« Réponse #2 le: 28 Novembre 2016 à 17:07:30 »
Je comprends cette colère que tu décris.
Peut etre un besoin de reconnaissance. Je me suis demandée, est ce que je cherche chez les autres une "approbation" de ma douleur ? Est ce que j'envie ces personnes si promptes à déverser leurs petits problèmes qui sonnent faussement le grand malheur, un différent au travail, une tension de couple, alors q je garde enfoui mes traumatismes. Et l'envie de hurler q si tu es un ami, garde de cote tes problèmes de voiture ou d argent et écoute moi. Écoute cette peine qui n'appelle aucun conseil véritable aucune solution. Ma propre famille m a mise en colère. Vite étouffer ce qui pourrait entraver la reprise de la vie normale. Plutot que me laisser consumer par la colère. Qui menaçait de virer en haine viscérale je m eloigne. Je ne supporte plus cette injonction à être fausse. Je n ai pas trouvé d autre issue que fuir ce qui me procure un sentiment si oppressant. A en oublier le manque et la douleur, pour cette perfide colère

Je n essaye pas de te conseiller de faire pareil. Mais parfois la mise à distance avec les personnes qui véhiculent des sentiments pesants fait du bien..
Tu as le droit de penser à toi meme si tes amis ne le font pas
Tu as la douleur de la mort de ta petite Charlotte. Un entourage maladroit peut ajouter de la douleur à la douleur malheureusement.

Bien à toi

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2105
Re : La colère
« Réponse #3 le: 28 Novembre 2016 à 19:10:31 »

    Chère Audrey,

    Bienvenue au club de ceux que le deuil a mis en colère pour l'éternité.
    Sachant fort bien que la mienne ne s'éteindra pas, vu qu' Elle est tout ce qui me maintient encore en cette vie ...
    J'ai opté, en accord avec mes intuitions les plus profondes, de la transposer dans un combat personnel au bénéfice d'une cause.
    Pour que tu te sentes moins seule envers l'ignorance dont font preuve les endeuillés, je te propose de lire deux sujets où nos colères trouvent certaines motivations ...
    - "Les petites phrases dont on se passerait bien"
        dans discussions générales
    - "Florilège de ce dont on se passerait bien"
        dans vivre le deuil.
    Car c'est important, dans la colère, d'être compris.
    Elle est toujours digne d'être comprise.
    Solidairement, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne barbara1984

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La colère
« Réponse #4 le: 29 Novembre 2016 à 09:14:54 »
Bonjour Audrey,

Je suis désolée pour ta perte que je ne peux que comprendre.. J'ai moi-même perdu ma petite fille chérie âgée de 6 semaines il y a de cela un peu plus de 2 mois.

Depuis tout s'est effondré autour de moi et je n'ai qu'une envie, c'est d'aller la rejoindre. C'est notre premier enfant et nous ne savons pas à quoi nous raccrocher.

La colère est aussi là envers certaines personnes, mais la plupart ont été très soutenants. Cependant ma famille pas du tout et de ce fait j'ai pris mes distances, je n'ai plus envie de voir mes parents, ils me rendent encore plus mal quand je les vois.

Tout le monde me dit que cela fera un tri parmi nos amis, je suis très triste de cela, car je suis une personne très sociable et qui aimait sortir.. maintenant je n'ai envie de rien. Je vais au travail, mais je n'arrive même pas à me concentrer..

J'essaie de me dire que Melina me regarde et que je devrais me bouger pour qu'elle soit fière de sa petite maman, mais parfois c'est dur, c'est même très dur..
Ma chéri, donne-moi la force, je t'aime plus que tout.

Hors ligne AudreyA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La colère
« Réponse #5 le: 05 Décembre 2016 à 13:16:18 »
Bonjour,
Merci à toutes pour vos messages et surtout de voir que je ne suis pas seule dans cette situation car j'ai l'impression de psychoter, de bloquer là-dessus comme un disque rayé... Je m'attache aux moindres détails de ce que les gens font ou disent et ça bouillonne! Je sens que cette colère gâche mon énergie, mon temps, je rumine. Je ne me reconnais pas.
Mais comment en sortir?
Après la mort de Charlotte, je me disais que je ne voulais pas qu'elle soit morte en vain, je voulais devenir une personne meilleure, débarrassée de ce genre de "bassesses", de mes vieilles rancœurs envers mes parents, faire des choses plus spirituelles... C'est gagné! Je suis pire qu'avant! Pour l'instant, je me dis. J'espère que la thérapie va finir par porter ses fruits.
Barbara1984, je ne peux que te dire que tout ce que tu ressens est normal: l'envie d'être avec elle à tout prix, ne plus avoir goût à rien... La vie reprend ses droits mais vraiment petit à petit. On ne se rend pas compte de la progression d'ailleurs, tellement est infime. Un jour, on pleur un peu moins, on rit un peu plus fort, on a envie de quelque chose qui fait du bien... Melina sera toujours fière de toi, quoique tu fasses parce que tu es sa maman et elle ne pouvait pas rêver meilleure maman.
Tu as le temps de te bouger, d'aller mieux... Dans notre société, on veut nous presser d'aller mieux, de retourner vite au travail, de sortir voir des amis... Mais c'est tout juste impossible! On porte son deuil toute sa vie j'imagine (même si ça fait terriblement peur: comment vivre avec l'absence toute sa vie?) mais la douleur s'estompera.
Il faut vivre sa peine même si elle est insoutenable. Il faut que vous comptiez l'un sur l'autre avec ton conjoint.
Et si vous vous isolez un temps, vous en avez tout à fait le droit et c'est même normal. Le tri parmi les "amis" se fera de lui-même entre ceux qui ne voudront plus se confronter à votre peine et ceux que vous n'aurez plus envie de voir... Mais ce n'est pas grave, il restera les vrais et même peut-être des nouveaux arriveront, plus intéressants.
Je te souhaite beaucoup de courage.

Hors ligne barbara1984

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La colère
« Réponse #6 le: 06 Décembre 2016 à 11:59:04 »
Merci pour ton soutien Audrey.
Je comprends ta douleur également et ta colère, il y a des moments où je suis en colère, d'autres tristes et d'autres où j'ai juste envie d'en finir et de la rejoindre.

Je n'ai jamais vécu quelque chose d'aussi dur que de perdre ma petite fille que j'aimais tant et cela remet en question tellement de choses. Je suis dans un  monde parallèle et me sens tellement à l'écart de tout.. Je suis tellement triste, je vais mourir de chagrin si cela continue..

Hors ligne Rain

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 27
Re : La colère
« Réponse #7 le: 22 Mai 2017 à 14:18:39 »
Comme je comprends vos réactions...
Envie de hurler quand le médecin te dit que "c'est un peu long quand même" d'être encore si mal quelques semaines après une fausse-couche. Non, ce n'est pas long du tout , quelques semaines, pour pleurer un bébé que je n'aurais jamais le bonheur de connaître, dont je ne verrais jamais le visage. qui sera peut-être mon dernier bébé, parce qu'à 42 ans je ne sais pas si je serai encore enceinte...
C'est d'autant moins long que j'ai perdu mon bébé le 11 avril et que mon mari était mort le 26 avril 2006. Oui, c'était il y a onze ans, mais c'est encore douloureux autour de la date anniversaire. En plus j'étais enceinte au moment de sa mort. Je l'ai accompagné jusqu'au bout, avec beaucoup de contractions et j'ai eu peur de perdre mon bébé aussi.
alors, la douleur actuelle ravive encore l'ancienne..
donc, non, ce n'est pas trop long d'être encore mal,c'est même parfaitement normal...
Qu'est qu'on leur apprend en médecine? Elle a séché les cours sur le deuil ou quoi?