Auteur Sujet: encore besoin de vous  (Lu 4869 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Ginette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 6
  • Le forum d'entraide durant un deuil
encore besoin de vous
« le: 26 août 2021 à 18:15:08 »
Bonsoir

D'abord merci à tous pour ce forum qui permet de s'exprimer car sans vous, je suis bien seule comme je vous 'ai raconté mon histoire


dans le message précédent ,c'est une douleur  qui ne laisse pas trop de répit ,ma question est faut il prendre des

antidépresseurs,? J'arrive, pas à faire la différence si c'est une dépression normale de deuil ou une dépression clinique,

dans  cet état de puis 7 mois maintenant, est ce que cela aide ou pas? Je prends somnifère et anxiolytique pour dormir.

Merci pour votre aide, bon courage  à tous.

Amiltiés

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 6304
Re : encore besoin de vous
« Réponse #1 le: 26 août 2021 à 22:30:51 »
sujet souvent évoqué
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/traitement-ou-pas/msg48632/#msg48632

livre Dr Fauré vivre le deuil au jour le jour page 115 à 116

http://forumdeuil.comemo.org/sante-deuil-stress-deperession/temoignage-26-mois-avec-les-methodes-naturelles/msg73933/#msg73933

pleurer ?
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/deuil-d'un-amour-illegitime/msg113428/#msg113428

comprendre les étapes du deuil avec livre conférences en vidéo du Dr Fauré aide à comprendre ce que l'on traverse pas à pas

bien à toi
(tu as peut être reçu mes messages privés)
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1878
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
    • Créations et Décors chez Katia – Un amour infini pour la vie
Re : encore besoin de vous
« Réponse #2 le: 27 août 2021 à 07:38:59 »
Bonjour Ginette,

J'avais aussi cette interrogation à 8 mois de deuil, la douleur est si forte parfois, mais je n'ai jamais pris de médicaments.
Je t'envoie la réponse que j'avais faite, il y a l'extrait du livre du Dr Fauré à ce propos.

Nous devrions éviter de donner des conseils sur l'utilisation ou non des médicaments, les avis sont nuancés.

Docteur Christophe Fauré - Vivre le deuil au jour le jour :

S’occuper de soi, c’est :
– s’accorder suffisamment de sommeil, même si, pour un temps, on a besoin de somnifères ;
– s’alimenter du mieux possible (une mauvaise alimentation est un véritable stress pour l’organisme) ;
– faire un minimum d’exercice physique (même si le cœur n’y est pas…) ; on sait aujourd’hui qu’une activité physique, même modérée comme la marche, trois fois par semaine pendant au moins 30 minutes, a des vertus antidépressives ; c’est souvent préférable à la prise de médicaments…

Les effets des médicaments

Il existe peu de données concluantes sur l’effet des antidépresseurs au cours du deuil. Certains affirment qu’ils ralentissent le processus, voire l’inhibent, et que celui-ci réapparaît de plus belle à leur arrêt – ce qui n’est pas encore prouvé scientifiquement. Ce qui est sûr, c’est que certaines personnes en deuil sous antidépresseurs (à tort ou à raison) décrivent des difficultés à vivre pleinement les émotions du deuil : « Je n’arrive pas à pleurer, alors que je sens que ça me ferait du bien. Je me sens loin de ma peine et je ne parviens pas à l’approcher ! » Face à un tel émoussement des émotions naturelles du deuil, l’antidépresseur peut être un obstacle plutôt qu’une aide.
L’antidépresseur aura forcément un effet sur le vécu dépressif d’une personne en deuil (puisque le vécu dépressif et la dépression ont des territoires communs). Cependant, le danger est de médicaliser un processus qui, en soi, n’a pas besoin de l’être. Ce qui est à proscrire, c’est la prescription systématique d’un antidépresseur, dès les tout premiers temps du deuil (lors des obsèques, par exemple) – à la rigueur, un anxiolytique léger serait beaucoup plus indiqué. La difficulté est que, une fois l’antidépresseur prescrit, le patient refuse souvent de l’arrêter car il redoute d’être submergé par la douleur. Cela risque d’amener le médecin à reconduire inutilement une prescription pendant des mois, alors qu’elle n’était pas justifiée initialement…
Il ne faut pas non plus tomber dans l’autre extrême, qui serait de refuser tout antidépresseur à une personne en deuil en souffrance parce qu’elle ne présente pas tous les critères de dépression clinique ! On vient de le voir avec l’exemple de la jeune femme qui doit reprendre son travail. Dans tous les cas, s’il y a prescription de médicaments, elle doit obligatoirement s’intégrer dans une démarche globale de prise en charge du deuil. La première composante de cette approche est l’accueil de la parole, l’écoute attentive et répétée de ce cœur qui a mal. C’est accorder son plein espace au travail de deuil et à l’expression des émotions qui en sont la trame. Si l’antidépresseur rend possible ou accompagne cette verbalisation de la peine, alors il remplit sa fonction ; il est un outil dans la palette des aides disponibles pour les personnes en deuil – pas une fin en soi.


Personnellement, j'ai déjà pris des antidépresseurs auparavant, mais avec l'accord de mon psychiatre j'ai opté pour la première option, je m'oblige à marcher ou pédaler, pour le moment c'est plus efficace.
Trouver le spécialiste en qui faire confiance et pas le premier médecin venu.
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon éternel présent.