Auteur Sujet: Remplir ou contempler le vide  (Lu 3534 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lauren

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 163
Remplir ou contempler le vide
« le: 18 Juin 2011 à 08:12:58 »
Bonjour à tous,
Encore un week end. Lundi ça fera 3 longs mois sans Marc. J'ai rempli mon week end, à coups  d'invitationss et de sorties , pas le courage cette fois de rester chez moi à contempler mon vide de lui. Je préfère faire semblant d'être pleine de quelque chose,même si au fond ce qui me remplit c'est du vent.
Parfois, rarement, j'ai l'impression que je suis enfin en paix, quelque chose d'intemporel, de vrai, je suis avec lui quoi que je fasse et le reste m'est indifférent, ou du moins supportable.
Je ne sais pas si ceux qui ont 5 ans de veuvage derrière eux ont l'impression d'avoir enfin atteint cette plénitude, cette certitude, ce calme serein. Pour l'instant ma vie n'est que vide, vide plein ou vide vide, ça dépend. Il me manque tant.
Bon je ne vais pas pleurer c'est pas le moment, je dois aller travailler. Amitiés à tous.
Lauren

Hors ligne Marico

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #1 le: 18 Juin 2011 à 11:49:14 »
Non, Lauren, hélas 5 ans de veuvage n'apporte pas la sérénité, parce que le chemin à parcourir est encore long, qu'on ne l'avait pas choisi comme ça, et qu'on sait qu'il/elle ne le partagera plus avec nous. Définitivement.

Mais au bout de 5 ans, on a accepté, on s'est résigné.

Et même si la pensée de l'absent nous visite régulièrement, on se rend compte qu'il ne manque plus de ma même façon. On ne fait plus de projets dans lesquels il/elle sera présent. Parce qu'on se rend compte qu'il/elle n'y sera pas, quoiqu'on fasse pour y croire. Alors, on fait d'autres projets pour soi. On avance. Parfois, on oublie même de lui en parler...

Je pense que la plénitude n'est (peut-être ??) possible que lorsqu'on a trouvé son nouvel axe de vie, et quand cet axe est en place et fonctionne. (Peut-être). Quand le bonheur est à nouveau présent. Quand on retrouve le goût de la vie (?). L'envie (?) Un autre amour (?). En tous cas pour moi, la plénitude n'est pas encore là. Enfin... retrouverai-je jamais la plénitude ?

Le calme serein... à travers mes posts, on voit bien que je ne l'ai pas encore atteint !
Parfois ça va. Parfois ça ne va pas...

Le sentiment de vide reste, c'est sûr. Et la difficulté, c'est de remplir ce vide avec autre chose que les souvenirs, la nostalgie, la douleur... il faut le remplir de positif, de projets, d'amitié. Pour le moment, le vide ce sont mes enfants qui le remplissent (et même à ras bord !!!). Qu'en sera-t-il quand ils seront devenus grands... (??)

La certitude qu'Il est là ? Je ne sais pas. Longtemps je l'ai eue. Mais plus les années passent et moins je sens sa présence. Lui et moi suivons désormais des chemins différents. Il n'est plus mon mari, là où il est. Il est une âme bienveillante qui, de loin, veille sur nous et surtout sur nos enfants, selon le "contrat" que nous avions souscrit ensemble, et dont il devra respecter sa part, jusqu'à leur mort à eux... Ce contrat-là, j'estime qu'il n'a pas pris fin avec son départ, comme notre mariage. C'est tout ce que j'attends de lui, désormais. Je compte toujours sur sa vigilance pour les protéger, et je suis certaine qu'il le fait.

Mais moi, j'ai un chemin à suivre sans lui.
Ce n'est pas que ça me réjouisse, dans l'absolu. Mais c'est un fait.
Je sens qu'il n'est plus vraiment là pour moi. Les choses sont en place, il n'a plus rien à faire près de moi. Je suis une grande fille. A moi de faire le choix de rester une "veuve corse" (ce qu'il ne me demande pas, après tout) ou de vivre autrement, en tirant la substantifique moelle de ce que nos 25 ans de couple soudé m'ont appris. Nous avons eu une belle vie. Nous avons fait ensemble de belles choses. Pendant 5 ans, j'ai beaucoup pleuré, je pleure encore souvent, surtout dans les grands coups de blues ou les difficultés. Mais je vois bien quand même que j'avance vers un mieux. Et que ça fait énormément de bien aussi, de rire, d'être gai, de croiser des gens nouveaux, de faire des projets, d'oublier simplement que je suis "veuve"... Aujourd'hui j'ai moins besoin de lui.

Il ne faut pas se leurrer, les petits moments de mieux sont illusoires, surtout les premières années. Un jour on va bien. Un jour on retombe et on a l'impression que jamais on ne sortira de ce marasme qui pourtant nous est nécessaire. 3 mois Lauren, c'est hier, c'est rien, c'est infiniment peu. Sans te décourager, parce que chaque histoire est différente, je te dirais que ton chemin est encore long avant d'aller vraiment mieux. Mais je te souhaite qu'il soit moins long que le mien quand même. Je suis particulièrement lente sur ce point-là...

Je t'embrasse.
Bon courage à tous et toutes.
M.

Hors ligne Lauren

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 163
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #2 le: 18 Juin 2011 à 16:28:32 »

Merci Marico pour ta réponse. Même si je le redoute, je sens qu'avec le temps effectivement il va falloir que j'avance sans lui, que je suive, comme tu le dis, un chemin différent.

Ce qui me fait peur dans ce que tu dis, ce sont des phrases telles que: Il n'est plus mon mari là où il est, ou bien: Je sens qu'il n'est plus vraiment là pour moi. J'aimerais tant savoir qu'il m'aime encore, qu'il m'attend comme je l'attends.

Avant de mourir, je vous l'ai déjà dit dans un autre message, il m'a demandé si je l'aimerais toute ma vie. Il savait qu'il allait mourir. Cette question m'obsède depuis 3 mois. Je voudrais savoir ce qu'il a voulu dire, et pourquoi avant de mourir?

J'aimerais savoir, Marico: Est-ce que tu aimes encore ton mari? Pas de la même façon? Mais comment? Excuse-moi je ne veux pas être indiscrète. Le choix de répondre ou pas t'appartient, bien sûr.

Merci encore. Je t'embrasse. Lauren

Hors ligne thalie72

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 101
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #3 le: 18 Juin 2011 à 17:05:51 »
Bonjour à tous,

Marico, je vient de vous lire. 5 ans de veuvages pour vous, moi 9 mois demain et je le cherche toujours et je me demande ce qu'il penserait de la situation où je me trouve. Je me demande souvent si il est prés de moi, le soir je continue à lui dire bonne nuit ( celà peut paraître bizarre mais ça m'aide à me coucher). Mon mari c'est suicider, sans laisser de mot, je n'aurait jamais de reponses. Je n'arrive pas encore à me projeter dans l'avenir, il n'est plus là et de me dire que je doit avancer seule sans lui c'est difficile. Et j'aimerais trouver cette sérénité que vous avez trouver plus faire de crise d'angoisse, trouver la paix tout simplement pour avancer dans cette fichue vie.
Lauren je vous souhaite bon courage.
Thalie.

Hors ligne ergé

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 116
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #4 le: 18 Juin 2011 à 19:20:08 »
Lauren,

Cocteau a écrit "le véritable tombeau des morts c'est le coeur des vivants"

Même mort, tant que quelqu'un t'aime et pense à toi, tu es vivant, tu existes. C'est peut-être ça qu'il voulait te dire.
Pense à toi, pense à lui, il existe grâce à toi.

Bonne soirée à toutes et tous

Hors ligne Marico

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #5 le: 18 Juin 2011 à 19:27:01 »
Hello Lauren,

Est-ce que j'aime encore mon mari ??...
Je crois que je ne peux pas faire autrement. Le soir je lui souhaite la bonne nuit, le matin, je lui dis bonjour. C'est un rituel, une habitude. Mais il est devenu un compagnon de route qui chemine sur un chemin parallèle au mien. Il est une partie essentielle de mes souvenirs, de ma vie, il est le père de mes enfants. Je l'aime, mais plus de la même façon. Il est absent depuis 5 ans... et il ne reviendra pas.

L'amour à sens unique, sans jamais de retour et pour cause, ça finit par ne plus avoir de sens... et pourtant il y a 5 ans, je me pensais brisée pour la vie, inconsolable, je voulais rester loyale et fidèle, je ne voulais pas aller mieux sans lui... et tout ça était vrai.

Evidemment, s'il m'apparaissait soudain et que tout soit à nouveau possible, il redeviendrait mon mari sur le champ. Mais je n'ai plus d'illusion là-dessus, et après tout ce temps, il me reste juste de lui nos enfants et nos souvenirs communs.

J'ai oublié le son de sa voix. Je ne l'aime plus comme un époux, même si envisager une liaison avec un autre m'est encore difficile. Je ne m'effondre plus devant sa photo, où alors quand ça va très mal. Je n'attends plus rien de lui, sauf qu'il veille sur nos enfants. Je ne le sollicite plus comme avant. Je ne lui en veux plus de nous avoir abandonnés. J'ai lâché prise et l'ai laissé partir...

Avec le recul, je crois qu'il en est de ceux qui sont partis comme des amis qu'on n'a pas vus depuis longtemps. On s'habitue à leur absence.

Je crois aussi, sincèrement, que 5 ans est un nouveau cap. Celui où prend conscience du temps passé. 5 ans... c'est beaucoup de jours, de nuits et de larmes. Mais c'est aussi la douleur apaisée et ça fait beaucoup de bien... Et puis les désirs divers reviennent et on ne culpabilise plus.

Ce que je vis par mon expérience, vous le vivrez aussi. Mais vos veuvages sont tellement récents qu'il vous est impossible de ne pas pleurer et appeler vos conjoints, de ne pas vous révolter, de ne pas espérer un signe, c'est tellement normal, vous êtes encore dans la sidération.

Oui, une forme de sérénité vient par rapport à celui que nous pleurons, mais pas toujours par rapport à "tout le reste", et pas tout de suite...
Un apaisement, en tous les cas.
Une acceptation.
C'est le seul chemin possible si on veut continuer à vivre...
Cordialement
M.

Hors ligne Lauren

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 163
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #6 le: 18 Juin 2011 à 22:16:48 »
Merci Marico, tes paroles font du bien. On te sent loin du premier choc, et ça m'apaise. Et puis j'ai besoin d'entendre ceux comme toi qui ont pacouru le chemin du deuil, du moins en partie, pour pouvoir essayer de me projeter dans l'avenir et me dire que moi aussi, peut-être, je calmerai un jour mon angoisse.

Au fait, nous avons passé le bac la même année (cf ton message à Ergé sur Mike Brant).
Bon week end. Lauren

Hors ligne bruno

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 350
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #7 le: 19 Juin 2011 à 10:52:31 »
     Marico, bonjour,
 tu dis que tu as oublie le son de sa voix?Tu es sure d'avoir oublie,ou tu ne l'entends plus?Moi j'ai justement tres peur un jour de me dire que je ne m'en rappelle plus....

Hors ligne Pascale

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1048
  • Je t'aimais, je t'aime, et je t'aimerai....
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #8 le: 19 Juin 2011 à 12:17:25 »
Salut Ergé,
Cocteau disait si vrai, c'est pour ça que je dis souvent parler-moi de Jacques j'en ai besoin, faîtes le vivre dans vos coeur parce que dans le mien il est toujours vivant.
Mon fils de 17 ans me l'a dit aussi le jour de son décès "Maman, pour moi il ne sera jamais mort, il est là" me dit'il en frappant sa poitrine.
Et c'est si vrai!!!
Je vous embrasse toutes et tous.
Pascale la Louve
Pascale la Louve

Hors ligne Marico

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #9 le: 19 Juin 2011 à 13:51:07 »
Coucou Bruno,

Non, je n'entends plus la voix de mon mari.
Je ne me souviens plus de ses intonations.
Je trouve que la voix est une chose qu'on n'arrive pas à garder en mémoire. Au contraire du visage.
Dans les premières années, mon fils mettait souvent des K7 vidéos de son papa jouant avec lui. Lorsque je n'étais pas dans la pièce et qu'il mettait le lecteur en marche, c'était terrible tout à coup, d'entendre la voix de mon mari remplir la pièce. J'avais beaucoup de mal avec ça. Ca fait 2 ans que mon fils n'a pas regardé de film. Il n'avait plus envie. Alors même quand je me concentre, je n'entends plus la voix de mon mari, mais je la reconnaitrais sans aucun doute si je l'entendais à nouveau...
Heureusement qu'il reste des photos, des films vidéos, surtout pour les enfants.

Pour répondre à Pascale, mes enfants et moi parlons souvent de leur père. Nous le gardons vivant dans nos souvenirs et notre coeur. Parfois, nous rigolons en nous rappelant ses manies, nous évoquons les bons souvenirs, je raconte à mon fils que son père aimait jouer au tennis comme lui, ou qu'il aimait la moto. Qu'il disait à ma fille que lorsqu'elle aurait 15 ans, il attendrait les garçons avec un canon de 12'... Elle a 15 ans et les garçons sont tranquilles, je n'ai pas de fusil !...
Quand ils ont de bons résultats scolaires, je leur dis "votre père serait fier de vous..." et l'inverse quand ils font des bêtises. J'essaie toujours de lui garder une petite place dans notre quotidien...

Il n'est pas mort dans nos coeurs, mais il n'est plus là dans la "vraie" vie, et ça fait une différence !
Je vous embrasse.
M.

Hors ligne Pascale

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1048
  • Je t'aimais, je t'aime, et je t'aimerai....
Re : Remplir ou contempler le vide
« Réponse #10 le: 19 Juin 2011 à 16:28:29 »
 :'(  :'(  :'(
vos témoignages me laisse souvent en larme et pleine d'émotions, Je ne peux pas dire que je suis tout le temps malheureuse mais je ne sais pas si je serai un jour consolée de sa perte, ça ne m'empèche pas de vivre ou de rire parfois mais j'ai des moments de grandes tristesses. Sa voix, je la reconnaîtrait entre 1000. Son regard, je le reconnais dans les yeux de son petit-fils, il me manque énormément.
Comme vous tous à mon avis.
Je vous embrasse tous bien fort.
Pascale la Louve
Pascale la Louve