Auteur Sujet: Lettre à Louise  (Lu 897 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lauren

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 163
Lettre à Louise
« le: 21 Avril 2011 à 21:49:25 »
Parfois, me redisant que l'écriture
allait te ressusciter d'entre les mortes,
je peignais avec des mots,
ton corps et ta voix grave et douce.
Parfois,las de ne toucher que le vent,
je te faisais apparaitre dans mon esprit, si fort,
que tu prenais consistance et te reformais
devant moi, comme aux beaux jours.
Puis disparaissait ce mirage optique.
Rien qu'un mot laissé par toi
me restait en mémoire,
et puis, le grand silence minéral.
Dans cette carrière où je t'appelais,
ma voix n'avait pas d'écho.
Je pensais à tort te parler avec ma voix
avec ma langue
avec mon appareillage de chair,
alors qu'il n'y avait qu'à travers mon esprit,
avec le côté le plus haut de mon esprit,
que j'allais à nouveau t'étreindre.
Et nous allions nous fondre l'un dans l'autre,
tellement, que la féminité et la masculinité
ne pouvaient plus se définir.
Nous n'étions plus qu'un, qu'une,
et je t'embrassais très fort en m'embrassant
intérieurement. et nos amours passaient au sommet
de nos âmes.Et moi, navigateur étonné,
face à cette retrouvaille si pleine et si haute,
je perdais pied et je plongeais dans l'abandon,
comme un nageur confiant, sans mouvement,
comme un enfant qui se forme
dans la chaleur du ventre de sa mère,
environné par toi, si fort, qu'aucune peine,
qu'aucune tristesse ne pouvais plus m'atteindre.
Et je te chérissais et je t'enfantais à mon tour,
en moi, comme j'aurais du le faire bien avant,
du temps de ma terrestre course,
du temps où les mains, les bras, les seins
pouvaient exprimer en direct les vagues
et les soubresauts et les tendresses de l'âme.
Nous sommes aujourd'hui en différé,
nous étions deux âmes qui s'aimaient très fort
et je ne savais si c'était moi ou toi,
l'incomplet ou l'incomplète.
Etait-ce moi le béquillard
et toi l'entière et l'universelle?


Julos Beaucarne.