Auteur Sujet: la famille de mon compagnon me pourrit la vie  (Lu 986 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne cindy lea

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 9
  • Le forum d'entraide durant un deuil
la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« le: 06 Novembre 2017 à 10:40:20 »
bonjour a tous
J'espère que certains pourront m'aider car je n'arrive plus a avancer , j'ai perdu mon homme il y a 6 mois  :'(    :'(   , il s est suicider après avoir eu un accident de voiture .
 .Au début tout ce passer bien avec ma belle famille , mais voila retournement de situation pour  ma belle mère  et un de ses fils mais  depuis 2 mois tout a changer ils  font tout pour me détruire.
Quand mon compagnon est décédé , je savait ses dernières volontés , mon homme nous en avait parler avec son meilleur amis,  j ai aider ma belle mère pour les démarches a faire  , je l ai aussi aider a vider et repeindre l appartement de mon homme  ,
Par la suite nous sommes allées chez moi car nous vivions ensemble chez moi depuis 4 mois, ils voulait rendre son appartement ,mon homme avait tous ses  affaires personnelles ,ses animaux ,ses affaires de pèches, quelque meuble ...
Nous nous sommes mit d'accord des le début pour que je puisse garder les animaux car c est ce que mon homme voulait ,  Les affaires de pèche  ils ont repris il reste 2 ou 3 trucs car ils n avaient pas assai de place, Pour les meubles j en n ai racheter quelque s un et ils m ont laisser la vaisselle  , quelque affaires personnel et ils devaient repasser pour ses vêtements ils attendaient que je sois prête a les retirer de l armoire .
Je la soutener  énormément des qu' elle m appeler je répondais que ce soit a 7h 12 h 23h ou même 3h , je ne me contenter que de simplement répondre je venais aussi parfois chez elle quand elle me crier au secours . J ai promis a mon homme que je serais la pour sa maman il me l avait demander .
Mai tout sa c étais au début , depuis 2 mois sa famille  me réclame tout mais quand je dis tout c est tout 6 moi après telle un enfant voulant ses jouet , ils m ont fait parvenir une liste :les  animaux alors que sa fait un ans et demie qu' ils sont habituer chez moi avec mes animaux depuis que mon compagnon les a eu ils ont un an et demie ,les quelque affaires personnel qu' ils m avaient laisser , vêtements, les bijoux que mon homme m a offert , une batterie de voiture morte , un zibbro , des boules de pétanques et j en passe
ils ont décidaient que je n aurais plus rien de mon homme .
suite au décès de mon homme et avec leur accord nous avions réaliser ma fille et moi un la première lettre de son prénom  décorer avec photo et choses faites de nos mains pour mettre sur les lieux de l accident , et bien ils n ont pas trouver mieux de le détruire et de le faire enlever par la mairie . Alors qu' il savaient que nous l avions poser pour ma fille elle en avait besoin...
Et maintenant ils enlèvent les fleurs que je dépose avec ma fille sur la tombe , étant donner que l urne de mon petit ami a étais seller sur la tombe de ses grand parent comme il le voulait et comme celle ci leur appartient ils trient , imaginez notre tristesse et le mal que sa nous fait quand on voit nos fleurs or de la tombe.
ma fille a 12 ans elle s'entende très bien avec son beau père ils étaient très proches , une complicité de père et fille .
Que puis je faire pour que cela s arrête ??
 j ai l intention de leur rendre pas mal de chose de leur liste mais les animaux mes bijoux je ne veux pas .
Qu' est ce que je risque ??
il faut savoir que depuis que mon compagnon est décédé je ne peux plus aller ou je veux trop de méchanceté , ils aiment nous détruisent..... :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'( :'(

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 650
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #1 le: 06 Novembre 2017 à 13:12:56 »
je n'ai pas de mots, je n'ai pas de conseils, je te prêtre mes bras pour t'apporter un peu de tendresse
oui, si tu le souhaites garde tes animaux, tes bijoux et tout ce que tu veux, tu ne risques rien, sauf leur attitude négative mais ça tu la subis déjà

plein de douceur
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

En ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1296
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #2 le: 06 Novembre 2017 à 15:07:06 »
bonjour Cindylea
 pas de conseils non plus sauf de prendre le plus de distance avec eux pour te protéger toi et ta fille et de faire une main courante a la gendarmerie pour harcèlement
 je sais que ton deuil est tout récent et que c'est bien difficile tout ça
j'habite entre deux régions et les cendres de mon fils son a 600 km de la ou j'habite  , j'ai ici installe un espace ou je met des fleurs ou je viens lui parler , ça peut être un petit autel chez toi avec des objets importants pour vous e, des photos une bougie enfin ce que tu as besoin , refaire un cœur avec ta fille
 mille pensées pour toi

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 276
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #3 le: 06 Novembre 2017 à 15:35:17 »
Cindylea,
Tout d'abord, je te souhaite tristement la bienvenue sur le forum... J'ai moi aussi perdu mon conjoint il y a bientôt 19  mois... Je me souviens de l'état dans lequel j'étais après 6 mois... Un épuisement intense... physique, moral, nerveux, psychologique. Tout ça est encore présent aujourd'hui, mais j'ai connu des moments de répit. Après 6 mois, le répit semble encore tellement inaccessible... Alors je t'envoie toute mon affection, mon énergie... Tiens bon.
Ensuite, je dois t'avouer que la lecture de ton message m'a fait bouillir. Tes mots ont réveillé chez moi une colère dormante... Ils m'ont fait prendre conscience que même si j'ai appris à apprivoiser cette colère et à ne pas me laisser bouffer par elle, elle reste là, sensible, à fleur de peau. Ne t'inquiète pas, je trouve que c'est une bonne chose, alors je te remercie!
Car comme toi, j'ai encaissé énormément d'attaques, d'agressivité de la part de ma belle-mère suite au décès de mon chéri. Pourtant, tout comme dans ton histoire, avant ce qui est arrivé à mon aimé, nous étions relativement en bons termes. Je dirais même, au delà de ça, que j'avais fini par assumer le rôle d'une personne ressource, notamment dans la facilitation de la communication entre ma belle-mère et mon chéri (communication qui longtemps s'était trouvée interrompue)... Elle se confiait pas mal à moi... Il y avait, me semble-t-il, de la confiance entre nous...
Et puis au décès de mon aimé, revirement total et incompréhensible de la situation (enfin, je dis incompréhensible, mais je pense qu'en réalité, j'ai canalisé beaucoup de choses qui ne m'appartiennent pas, et que je suis devenue l'objet de pas mal de projections...). Attitude glaciale de ma belle-mère à mon égard, agressivité, invectives... Quelques jours après le départ de mon chéri, elle débarque chez nous et m'ordonne de lui donner certaines affaires de son fils. Disons plutôt qu'elle se sert. Elle prend son téléphone, notre ordinateur... Elle me presse de lui donner ceci cela... Je n'étais pas opposée à l'idée d'accéder à ses souhaits, mais à ce moment là, j'étais dans un état de choc, de sidération... et elle s'est infiltrée dans la brèche pour me mettre la pression... A tel point que ma sœur, présente à mes côtés pour me soutenir a fini par la mettre à la porte (alors que ma sœur est habituellement extrêmement calme et conciliante).
J'ai conscience que ma belle-mère, harassée par la souffrance, n'était pas, elle non plus, dans son état normal à ce moment là. Alors même si cet épisode a été très douloureux pour moi, je sais qu'il l'a été pour elle aussi et je tirerais volontiers un trait sur tout ça...
Mais ça a continué et empiré. Probablement du fait de la réaction de ma sœur qui a posé les limites que je n'étais pas capable de mettre. Insultes et hurlements au moment de préparer la cérémonie. Tandis que je me tassais, que je pleurais allongée sur le carrelage de la cuisine, j'ai une image de ma belle-mère au dessus de moi entrain de me déverser sa rage.
Puis le jour de la cérémonie, elle a embrassé tout le monde chaleureusement, (notamment l'ex compagne de mon chéri: la maman de ma belle fille dont elle ne cessait par ailleurs de dire du mal) choisissant sciemment de m'exclure...
Ensuite, j'ai du quitter précipitamment notre appartement à moi et mon chéri, faire le tri dans les affaires... Elle est passé 2 fois, pour prendre ce qu'elle voulait garder puis n'est plus jamais revenue m'aider. Heureusement que mon beau père et des cousins de mon aimé étaient là pour m'aider à gérer ce pénible déménagement ainsi que toute la paperasse. Sinon, je ne sais vraiment pas comment j'aurais fait...
Malgré tout, j'ai décidé tant bien que mal de persévérer afin de rétablir une relation cordiale entre ma belle-mère et moi. C'était, c'est important pour moi... au nom de tous les bons moments partagés du vivant de mon aimé. Parce que de là où il est je n'aimerais pas qu'ils nous voient nous déchirer... Et puis pour ma belle-fille aussi, la fille de mon chéri. Qui a à peu près le même âge que ta fille a toi Cindylea... Elle se retrouve, bien malgré elle au cœur de tellement de conflits d'adultes... J'espérais parvenir à rester neutre au milieu de tout ça.
Alors petit à petit, après quelques mois, j'ai repris contact avec ma belle mère, par téléphone, sms... et j'ai fini par aller lui rendre visite chez elle, à la campagne. Là où nous allions lui rendre visite et où nous passions du temps ensemble, avec mon aimé et ma belle fille... Et là, au courant de ce séjour, j'ai retrouvé ma belle-mère telle que je l'avais connue, humaine, chaleureuse même... derrière ce masque de hargne. Nous avons eu l'occasion de parler de mon chéri et tenté de mettre des mots sur ce qui nous avait divisé toutes les deux... J'étais tellement heureuse du tour que prenait les choses à ce moment là que je me suis montrée aussi conciliante que possible... Sans doutes trop. Acceptant qu'elle mette surtout en avant la souffrance qui lui avait été infligée à elle lorsque ma sœur l'avait mise à la porte... acceptant qu'elle ne remette pas du tout en cause toutes les horreurs qu'elle m'avait jetées à la tête, ni la façon dont elle s'était comportée avec moi au courant des mois passés...
Ensuite je suis repartie en Alsace, et la distance n'arrangeant rien, j'ai "senti" qu'un froid recommençait à s'installer entre nous... Je ne peux pas l'expliquer, mais c'était palpable... D'autant plus qu'entre temps, ma belle fille, lassée de toutes ces tensions, avait décidé après en avoir parlé à sa psy, de prendre des distances et de ne plus voir sa grand mère, qui cherchait trop à la mêler à toutes ces histoires( à coup de "ton père aurait voulu que..." "ton père aurait dit que...." etc.). J'avoue à ce moment là avoir cessé pendant un temps d'appeler ma belle mère, car j'avais peur de l'effet vampirisant de nos conversations sur moi. Peur qu'elle tente de m'utiliser pour reprendre contact avec sa petite-fille et peur de ne pas être capable de fixer mes limites....
J'ai cependant continué à lui envoyer des sms aux dates anniversaires notamment, tout comme à ma belle-fille et à mon beau-père. Pour leur signifier que nos pensées convergent vers celui que nous aimons et qui est parti... Que nous sommes liés par ça.
Entre temps, j'ai appris que ma belle-mère et ma belle fille ont repris contact. Je crois pouvoir dire que je me suis sincèrement réjouis de l'apprendre, car je trouve important pour M., ma belle-fille, que ses grands parents restent présents dans sa vie.
Sauf que le 14 octobre dernier, alors que cela faisait un an et 6 mois jour pour jour que mon chéri nous avait quitté: gros coup de massue suite à un sms envoyé, là encore, à mes beaux parents et ma belle fille pour l'occasion... Ma belle fille passait justement le week end chez sa grand mère, et elle m'appelle, clairement perturbée à son retour chez sa maman. Elle m'apprend qu'après avoir reçu mon sms, sa grand-mère, donc ma belle-mère, s'est mise à déverser des torrents d'ignominies sur ma personne. Racontant à ma belle-fille que j'étais une sale hypocrite, une personne mauvaise et dangereuse qui stimule la négativité chez les gens. Lui expliquant que tôt ou tard, il faudra qu'elle se prépare à ce qu'on coupe les ponts ma belle fille et moi (qui sommes restées très proches). Et que... et là... coup de théâtre: il fallait absolument qu'elle se méfie de moi parce que je suis folle et dangereuse. Que j'ai une maladie mentale!! Car oui, j'ai eu le malheur un jour de confier à ma belle-mère que je luttais depuis de nombreuses années contre des TOC et des ruminations et que j'avais été diagnostiquée comme souffrant de cette maladie. Elle a également ajouté que mon chéri et moi allions nous séparer de toutes façons, que ce n'était qu'une question de temps. Car là encore, elle savait qu'au moment du décès de mon aimé, je devais repartir en Alsace pour en temps, histoire de faire un point sur mes projets perso et professionnels. Mais heureusement, ma belle fille était au courant de ce départ programmé pour l'Alsace et n'est pas tombée dans le panneau...
Le bon côté des choses, s'il y en a un... c'est qu'au moins, cela m'a permis de parler ouvertement de ma maladie avec ma belle-fille. Je cherchais depuis un moment comment faire, sans en dire trop et sans l'inquiéter... et le fait de me sentir à ce point jugée et poussée dans mes retranchements m'a étrangement fourni le courage de trouver les bons mots et un ton sincère et rassurant. Je lui ai rappelé certains épisodes où elle m'avait vu en souffrance du vivant de son papa, pour qu'elle se remémore que son père était au courant, et qu'on arrivait très bien à faire face. Qu'il n'y avait là rien d'alarmant. D'ailleurs, après m'avoir écoutée, ma belle-fille s'est sentie plus libre de me confier ce qu'elle même traverse en ce moment, ce dont elle parle avec sa psy... donc peut être que finalement je devrais remercier ma belle-mère pour ça? N'exagérons rien tout de même...
Tout ça pour te dire Cindylea.... Merci, déjà. Encore une fois. Je n'ai jamais parlé de ça ici car je ne voulais pas l'alimenter. Nourrir la colère en moi. Mais finalement, ça m'a fait du bien de le poser par écrit. C'est aussi une façon pour moi de reconnaitre ce que j'ai du endurer, de ne pas le minimiser et c'est important.
Ensuite, je voulais te dire aussi: sois certaine que tous ces comportements mis en œuvre par les autres, aussi scandaleux et ignobles soient-ils, sont dictés par la souffrance. C'est, selon moi, une façon immature de gérer la souffrance en rejetant sur les autres tout ce qu'on n'est pas capable de mettre au travail. Sois certaine qu'ils ne disent rien de toi, que dans l'absolu, tu n'es pas visée personnellement. Ça ne les rend pas acceptables pour autant! Loin de là! Mais de te souvenir de ça te permettra peut être de ne pas t'enfermer dans la rancœur et le ressentiment. Car la rancœur ne fait du mal qu'à celui qui la porte en lui.
Mais le plus important, ce que j'aimerais te transmettre de ma propre expérience: c'est de ne pas hésiter à poser tes limites. Tu es en droit de le faire!!! Ça ne signifie pas pour autant que tu cherches le conflit, mais parfois, quand les autres sont déterminés à entrer en guerre, le fait de nous plier à toutes leurs volontés ne changera pas leurs intentions. Refuser, pour ta part, de leur abandonner vos animaux de compagnie n'est pas un acte de guerre! S'ils décident de le voir comme ça, malheureusement, ça leur appartient. Mais tu n'as pas à être conciliante au point de te faire mal, juste pour éviter ça.!!! Bien sur, partager les affaires c'est toujours délicat car on a souvent besoin de se sentir entouré par ces objets qui maintiennent quelque chose de palpable... face à ce vide qui menace de nous engloutir. Alors qu'on le veuille ou non,  il y a toujours ces tensions, parce qu'il y a des choses qu'on ne veut pas lâcher, tandis que chacun réclame "sa part"... "Sa part": Ça sonne mal, c'est moche, mais c'est humain. Mais dans ta situation, je crois comprendre que tu t'es déjà montrée ouverte, conciliante plus qu'il n'en faut! Alors tu as le droit de dire "stop"! Tu n'as pas à te laisser piétiner! Ton chéri a beau être le fils de ses parents, c'était aussi un adulte qui avait choisi de vivre sa vie d'homme auprès d'une femme aimée! Ils n'ont pas à te prendre les symboles de cette histoire! Le plus dingue selon moi étant les animaux de compagnie (et les cadeaux/bijoux de ton chéri)! Ça devrait te mettre la puce à l'oreille sur le fait qu'ils grignotent tes limites et commencent franchement à dépasser les bornes!!
Pour ce qui est du cimetière... ce que tu décris me désole... Malheureusement, encore une fois, si ta belle-famille a décidé de prendre les armes, tu ne peux pas les en empêcher. Mais sois certaine qu'au final, la dignité est une arme bien plus puissante... Si cela te fait, vous fait du bien malgré tout de déposer des fleurs, même s'ils décident honteusement de les jeter derrière.... ne t'empêche pas. Si c'est trop pénible pour vous, dis toi que ce qui compte, c'est que ta fille et toi ayez un endroit symbolique pour déposer des fleurs, allumer une bougie pour celui que vous aimez... Ne peux-tu pas créer pour vous trois un tel endroit? Un endroit qui vous appartiendrait, à toi, ta fille et à lui? Peut être un arbre dans un parc où vous aimiez vous promener, un carré dans le jardin... Même, un petit "autel" avec une photo et des bougies dans la maison.... Ta belle famille peut peut être te priver de la tombe, mais elle ne peut pas te voler votre histoire, ni ta possibilité à créer un rituel, une symbolique autour de ce que vous avez partagé... Et sois sur qu'où qu'il soit désormais, ton aimé n'est certainement pas dans une urne ou au cimetière, et que la lumière des bougies que tu allumeras chez toi avec amour l'atteindra bien plus qu'un arrangement de fleurs hors de prix posé dans une intention jalouse et hargneuse.
Et puis, si ça te pèse trop, viens écrire! Nous sommes nombreux ici, malheureusement, à avoir subi ces méchancetés, ces souffrances ajoutées dont on se serait bien passées...
Si tu es arrivée jusque là, je te remercie à nouveau! Tu comprendras en arpentant les allées de ce forum que j'ai du mal avec le fait d'être concise! Mais je ne pouvais pas ne pas réagir à ton message, qui fait tellement écho à ce que j'ai traversé.
Je t'embrasse.
Prends soin de toi. Prenez soin de vous, toi et ta fille.


« Modifié: 06 Novembre 2017 à 16:04:15 par Ela »

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 276
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #4 le: 06 Novembre 2017 à 15:49:07 »
Et je suis d'accord avec Kompong Speu! Si ça prend vraiment des proportions excessives et que ta belle famille ne lâche rien, tu es en droit de te défendre en actionnant le levier judiciaire!!! Bien sur, c'est compliqué parce que tu as déjà tant de choses à gérer et que tu es dans une période d'extrême fragilité... Mais sois sure que tu serais en droit d'en arriver là si on ne te laissait pas le choix...
Je relis et relis ton message... les animaux de cie, les bijoux que ton homme t'a offert... les fleurs du cimetière... Quand la souffrance devient bêtise, c'est vraiment désolant.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2949
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #5 le: 06 Novembre 2017 à 21:06:11 »
cindylea beaucoup de choses adaptées t'ont été écrites :
j'ajouterai sans frais, c'est gratuit tu peux aller pour un suivi pro en CMP et pour échanger avec des personnes veuves vers dialogue et solidarité
voir dans table des matières les liens
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
prends soin de toi au mieux que tu peux  :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne cindy lea

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 9
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #6 le: 08 Novembre 2017 à 00:46:38 »
Bonjour a tous et merci pour vos messages qui me remonte le moral .
j ai reçu hier un recommander de ma belle mère que j ai surnommer Cruella elle le mérite largement .
ce courrier demander la restituion des affaires de son fils qui m aurais etait confier lors du demenagement . que de mensonges tout sa etais deja chez moi vu qu on vivait chez moi depuis 4 mois .
elle me donne 8 jours pour tout ramener en me menaçant d aller voir un avocat et de me poursuivre pour abus de confiance elle me dit disposer de preuves messages et lettre ecrites elle monte tout un tissu de blabla contre moi sa commence a bien faire , je commence a devenir a bout  :'(  :'(  :'(   :'(

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #7 le: 08 Novembre 2017 à 12:16:50 »
Cindy Lea,
effectivement, elle n'y va pas de main morte Cruella ... Si tu as le courage de te lancer dans des démarches (au moins pour te protéger), il existe des associations qui font du conseil juridique gratuit. Elles pourront au moins te dire si les "preuves" qu'elle pense avoir sont recevables et te conseiller sur ce que tu peux faire pour que Cruella te laisse tranquille.

Je ne sais pas d'où tu es mais il y a une liste ici: http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/acces-au-droit-369
Tu peux aussi contacter le barreau des avocats près de chez toi, ils peuvent aussi t'aiguiller vers les bonnes personnes: http://www.conferencedesbatonniers.com/barreaux/userslist/7-liste-des-barreaux
Enfin, quelques ressources et conseils ici pour les cas de harcèlement (même si je ne suis pas sûre que ça entre directement dans cette catégorie, ça vaut toujours le coup de jeter un œil): https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32247

Je pense bien fort à toi et à ta fille,
Alex

Hors ligne loma

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 393
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : la famille de mon compagnon me pourrit la vie
« Réponse #8 le: 08 Novembre 2017 à 14:54:48 »
Bonjour Cindy Lea, que de tourments supplémentaires dont tu n'avais pas besoin.

Si tu as un appartement tu as une assurance et, souvent, les assureurs ont un service de conseil juridique par téléphone . Ils pourront t'éclairer sur tes droits .

Le cas des animaux est délicat, auparavant considérés comme des biens meubles, les animaux de compagnie sont désormais reconnus comme des "êtres vivants doués de sensibilité" selon l'article 515-14 du Code civil appliqué depuis février 2015.
Néanmoins, ce nouveau statut ne permet pas réellement de modifier le traitement des animaux (en cas de séparation par exemple) car ces derniers restent soumis au régime des biens.
Là encore je t'invite à te rapprocher de conseillers juridiques (assurance de ton appartement, ou consultations gratuites dans certaines communes). Dans la mesure où ils sont chez toi depuis longtemps, tu pourras apporter la preuve que tu t'en occupes (ex tu les amènes chez le véto, tu leur achètes leur nourriture, tes voisins te voient les promener etc ...). N'hésite pas à prendre des photos des animaux montrant qu'ils sont heureux chez toi, cela pourra peut être servir.

Je te souhaite de retrouver un peu de sérénité
loma
"si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettres d'or ... je t'aime encore"  William Shakespeare