Auteur Sujet: Je me souviens  (Lu 493 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Chog

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 367
  • L'amour ne meurt jamais
Je me souviens
« le: 27 décembre 2019 à 22:19:11 »
Après 4 mois sans toi, j'ai besoin d'écrire que...
je me souviens :
de ta voix que je savais douce et puissante à la fois, j'aimerais tant pouvoir te parler encore de tout, de rien
de tes " je t'aime" , que je garderai dans mon cœur pour toujours
De tes mains,  je donnerai tout pour glisser ma main dans la tienne et la serrer pour te retenir
De tes yeux, dans lesquels je me trouvais belle
De ton sourire, qui me faisait rire
De ton rire,  qui me faisait sourire
Je suis en manque de toi...
Seule, une demie moi est restée
Avec toi mon chéri est parti l'autre moitié,
Éternellement à toi








Tu n'es plus là où tu étais, mais partout là où je suis.
V. Hugo

Nicole5951

  • Invité
Re : Je me souviens
« Réponse #1 le: 28 décembre 2019 à 00:52:46 »
Chog , 19 mois et je peux dire la même chose que toi. J'ai toujours sa voix, son sourire, ses yeux bleus qui viraient au gris quand il était contrarié tout de lui me manque, et le creux où je mets ma tête lorsque je m'endors dans ses bras, ce creux fait tout exprès pour ma tête. Ca fait mal trop mal de se dire plus jamais. Je ne peux plus poser ma tête dans le creux de son épaule et ça me manque . Tout de lui me manque, IL me manque mon amour.
Affectueusement
Nicole

Hors ligne Chog

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 367
  • L'amour ne meurt jamais
Re : Je me souviens
« Réponse #2 le: 28 décembre 2019 à 11:21:04 »
J'oubliais ses baisers.
Les fougueux mais aussi les petits bisous envoyés par texto ou bien ceux encore l'on se fait au retour du boulot, presque machinalement, mais si nécessaires. Vous voyez ce que je veux dire très  certainement...

Lorsque je me retrouve en détresse, que seule lui aurait pu apaiser, je me replonge dans mes souvenirs et parfois je demande à mon fils de me serrer dans ses bras, rien qu'un petit instant, sans en abuser car il souffre aussi. Non seulement de l'absence de son père mais en plus de la souffrance de sa mère.
Le manque du contact est sans doute le pire.
Tendres pensées à nos amours et à ceux autour.
Tu n'es plus là où tu étais, mais partout là où je suis.
V. Hugo