Auteur Sujet: deux ans après ...  (Lu 5987 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

agnes

  • Invité
deux ans après ...
« le: 26 janvier 2012 à 21:12:43 »
Cela fait deux ans que mon mari nous a quitter, deux ans que j'essaie de me convaincre qu'il ne sera plus auprès de moi, deux ans que j'essaie de revivre sans lui . Bien sur que la souffrance n'est plus tout à fait la même, mais elle est encore bien présente, suivant les jours, elles est encore très douloureuse . La solitude qui m'habite, est insoutenable, mes amis commencent à décrocher ne comprenant pas pourquoi je n'arrive pas à passer à autre choses. Oui la vie continue, oui d'autres amis sont venus se greffer à mes relations, mais se manque d'amour , se manque de protection, se manque de tout, est là et je continue malgré tout ça à avancer tout doucement .
Comme j'aimerais avoir les solutions pour trouver le bon chemin, je m'accroche à de petites choses dérisoires , je supplie tout les dieux du ciel et de la terre pour que tout ça cesse, je demande à mon chéri de venir me chercher , car il n'y as vraiment qu'avec lui que je me sentais forte , belle, en vie...

Hors ligne Marina Saboya

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 657
Re : deux ans après ...
« Réponse #1 le: 27 janvier 2012 à 15:45:14 »
Ah, Agnès! Comme je te comprend.
18 mois qu'il est parti et je fais le même, exactement le même constat.
La douleur est moins forte (bien que parfois...), les larmes plus rares, mais l'absence reste insupportable.

Yohann a raison, bien sûr, nous avons parcouru beaucoup de chemin.
Nous avançons pas à pas... Vers un inconnu si inquiétant maintenant que nous sommes seul(e)s.

Mais oui, il n'y a qu'avec lui que je me sentais bien, belle, forte et protégée.
J'ai perdu un compagnon de route, un mari devant l'état (maintenant je suis VEUVE, beurk!), j'ai perdu un homme qui me faisait rire, qui me faisait rêver, qui me faisait vibrer, qui me permettait de me projeter dans l'avenir avec lui les yeux fermés. Je savais qu'il était là, quoi qu'il arrive. J'ai perdu le sens de ma vie.

Aujourd'hui, je survis. Et comme toi, Agnès, si cela devait s'arrêter là, je ne serais pas fâchée.
Mais bon, c'est mon chemin de croix, (comme disent les chrétiens - dont je ne suis plus... enfin, presque plus), continuer sans lui.
Alors j'irai au bout et je tenterai de trouver une raison à cela.

Merci Yohann et bises à vous deux.

Marina
PiMa

Mieux vaut souffrir d'avoir aimé que de souffrir de n'avoir jamais aimé.

agnes

  • Invité
Re : deux ans après ...
« Réponse #2 le: 27 janvier 2012 à 16:28:11 »
merci Yohann, merci PIMa, j'ai se sentiment de retour en arrière, de régression, peut être normal !  Je sais malgré tout que j'avance, que les jours sans s’espacent .  Il y as un ans de ça, j'étais très entourée , j'avais des béquilles, des bouées de sauvetages, tout me paraissait plus facile, alors pourquoi ce moment de stagnation aujourd'hui, pourquoi la souffrance ne me quitte pas... J'aime vos messages d'espoirs, je m'y raccroche, je me dit que c'est peut être un autre stade de mon deuil , oui j'arrive à faire des choses que je n'aurais jamais imaginer faire avant... Je suis en rééducation, je réapprend à vivre seule, à marcher seule, comme si on m'avait sectionner une partie de moi , ça demande tellement d'énergie que je fatigue, je fatigue vraiment. Je n'ai toujours pas trouver le courage de me séparer des vêtements, des affaires de mon mari, bien que je n'éprouve plus ce besoin constant de les sentir, de les toucher, mais c'est plus fort que moi, je ne peut me résoudre à les enlever de LEUR place . Comment faire face à tout ça sans se dire que je ne suis pas dans la norme... Je reconnais qu'il m'arrive de penser que si tout devient si difficile, il me reste qu'une solution ..., la seule raison qui me tient encore ici, se sont mes deux filles chéries à qui je n'imposerais jamais une telle souffrance . Se sont mes deux éléments de survie , je ne peut que compter sur elles et leur amour inconditionnel pour me porter . Merci de votre écoute et de votre soutien
   

suzy

  • Invité
Re : deux ans après ...
« Réponse #3 le: 28 janvier 2012 à 15:49:02 »
Bonjour Agnès,
Pour moi, cela fait un peu plus de 25 mois... Comme toi, j'ai l'impression que je ne m'habituerai jamais à cette vie sans lui...Nous étions un couple tellement fusionnel! Nous avons vécu 24 ans d'un bonheur absolu, 24 ans pendant lesquels je m'émerveillais chaque matin de m'éveiller à ses côtés, 24 ans pendant lesquels il ne s'est pas passé un seul jour sans qu'il ne me dise qu'il m'aimait; 24 ans où le seul fait d'entendre son pas dans l'escalier faisait vibrer mon coeur...Il était mon compagnon, mon ami, mon confident, mon complice, mon amant, mon mari, le père de mes enfants...Nous faisions absolument TOUT ensemble: le sport, la chorale, les petits jeux  ( cartes, sccrable, yatzee...). Nous avions les mêmes intérêts ( sorties gastro, week-end de charme, voyages...) Oui, ma vie a changé à 200 % !!!
Au début, j'ai vécu comme dans une sorte de tunnel sans fin. Pourtant, j'ai rapidement repris le travail, me disant qu'au moins, ma vie sociale m'empêcherait de penser à ma solitude...Cette solitude que je retrouvais pourtant chaque soir en rentrant de mon travail; cette solitude qui hantait mes week-ends...Pendant de longs mois, je ne vivais plus que par mon travail. Je voyais avec angoisse le vendredi qui s'approchait...Heureusement, j'ai deux grands enfants qui m'ont énormément entourée et aussi de bons amis à qui , je le savais, je pouvais téléphoner n'importe quand. Mais malgré tout, les dimanches ont toujours été les pires journées à vivre seule... Le dimanche, je ne voulais pas importuner ceux qui, je le savais, avaient leur vie à vivre...Je savais qu'à l'époque du bonheur, je ne pensais pas trop aux gens seuls non plus...J'avais ma petite vie harmonieuse avec mon mari, mes enfants et même si je connaissais une personne seule, je préférais l'inviter un autre jour, un jour de la semaine, mais pas un dimanche qui, pour moi, était un jour à passer en famille ou en couple...
Lorsque je regarde en arrière, je me demande parfois comment j'ai fait pour supporter ma vie depuis que mon amour m'a quittée...Et pourtant, j'ai supporté...j'ai apprivoisé ma solitude malgré moi...Lorsque je relis mon journal de deuil ( qui est toujours sur ma table de chevet), je ne peux que mesurer le chemin parcouru...Même si je sais que ma vie ne sera plus jamais la même, je me rends compte que j'ai indéniablement avancé sur le chemin de mon deuil. Je suis prête maintenant à me séparer du matériel. J'ai déjà débarrassé beaucoup de choses : vêtements, matériel informatique... La prochaine étape est la vente de ma maison avec tout mon mobilier. Bien sûr que ça me fait bizarre, bien sûr que c'est déstabilisant...Mais en même temps, je crois que pour pouvoir commencer un nouveau chapître, il faut vraiment clore le dernier d'une manière définitive...Ma maison et tout ce qui s'y trouve me rappelle en permanence la belle vie que j'y ai vécue et que je n'aurai plus jamais...Je trouve que j'ai encore trop d'années à vivre pour me contenter de ne vivre que dans mes souvenirs...Oh , mes souvenirs ne me quitteront jamais. Je sais que jusqu'à la fin de mes jours, ils seront là, bien enfouis au fond de mon coeur...Mais ils prendront une place différente en moi. Ils me donneront la force de construire autre chose...Je suis sûre que j'ai encore d'autres choses à vivre et mon amour, de là-haut, m'encourage à les vivre...
Et, au nom de tout ce bonheur passé, au nom de tout l'amour qu'il m'a donné, il sera fier de moi...
Je vous embrasse tous et toutes
Suzy

Hors ligne Marina Saboya

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 657
Re : deux ans après ...
« Réponse #4 le: 28 janvier 2012 à 21:18:39 »
Bonsoir Suzy,

Comme tous ici, je te trouve formidable.
Formidable lorsque tu parle de ton histoire, une osmose parfaite avec ton Amour. Je voudrais avoir écrit ces phrases là.
Formidable de volonté, de parvenir malgré ton immense chagrin à te projeter dans l'avenir.
Et formidable de générosité, car ton projet est magnifique.
Je ne parlerais pas de ton courage qui m'éblouit.

Je t'embrasse fort, Suzy.

Marina
PiMa

Mieux vaut souffrir d'avoir aimé que de souffrir de n'avoir jamais aimé.

suzy

  • Invité
Re : deux ans après ...
« Réponse #5 le: 29 janvier 2012 à 17:37:42 »
Merci Marina pour ce que tu dis à mon propos...Tu veux que je te dises ? Ca me donne des frissons...Je n'ai jamais pensé que tout ce que je racontais de mon histoire pouvait dégager ce que tu dis...Je n'ai jamais cherché à mon montrer "formidable"...Je raconte les choses, simplement, telles que je les ressens...Il faut dire que pour moi, l'écriture a été une extraordinaire thérapie...Et si je parviens à transmettre un message d'espoir qui prouve que même sans notre essentiel, on peut encore croire en la vie, alors je suis contente...Et en même temps, un message comme le tien , Marina, ça me tire en avant, tu ne peux pas savoir à quel point...
Je t'embrasse
Suzy