Auteur Sujet: Deuil du conjoint = aussi la mort du couple : souffrance au quotidien, Espérance  (Lu 4600 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Kathynette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
Bonjour,

Fin 2009, mon mari s'est suicidé par pendaison.
Il avait déjà fait 2 tentatives : une en 1996 et une autre en 2009. Il était suivi, prenait un médicament.
Ce jour là, ma vie a basculé vers le vide, l'absence. Tous mes repères ont volé en éclats. Mon Amour était le centre de ma vie de puis plus de 15 ans. Nous n'avons pas eu d'enfant.
Nous avons eu des épreuves chacun, soit dans notre enfance, mais aussi ensuite adulte, mais notre Amour est ce qu'il y a de plus important.
Je crois très fort à la Vie après la mort, ce qui me réconforte car j'ai l'espérance qu'on se retrouvera dans l'Eternité.
Malgré cela, je souffre énormément de son absence, de son regard, de sa tendresse, ... besoin de le toucher, de lui parler. Tout ce quotidien est à présent impossible.
Je m'accroche à la Vie pour mes proches et puis je me dis que lors de notre mariage, mon mari nous sommes engagés dans une alliance entre lui, moi et Dieu. Je me motive en me disant que ce n'est pas parce que mon Amour a renoncé (il souffrait d'être bipolaire mais c'est un mari extrêmement doux, attentionné, généreux, ... mais fragile) car il souffrait trop (j'ai mal de son absence mais je ne lui en veux pas) et à priori n'a pas eu la clairvoyance nécessaire pour lacher prise par rapport à ses obsessions (il se sentait inutile, perdait confiance en lui, ...), je me dois d'être forte pour 2.
Il nous a écrit qu'il se pensait un boulet pour nous (sa femme et sa famille), ..., il demandait de nous excuser, ... et espérait nous aider autrement ... et être plus présent par la pensée. Je culpabilise car c'est vrai que son "laisser-aller" me stressait, ainsi que sa fragilité (j'avais peur). Ma propre fragilité ne l'a pas aidé.
Je me fais aider par des associations, ... mais je suis toujours à la recherche de nouvelles infos utiles pour m'en sortir.
Depuis quelques jours, j'ai l'idée de savoir comment a été trouvé mon mari (apparence, y avait il 1 mise en scène ?, ...) et pour cela contacter le médecin qui a constaté le décès et les gendarmes. Pensez vous que cela puisse m'aider.

Merci

Hors ligne marine1977

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
Bonsoir !

Je pense qu'il faut faire ce que vous pensez. Si vous voulez le faire faites-le pendant que des gens puissent vous donner ces informations. Le deuil commence toujours par un début et si c'est ce début là que vous voulez faites-le. Cela vous aidera.

bon courage !

bisous

Marie-So

Hors ligne darkylady

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
Kathynette,
Je ne sais pas si cela peut t'aider mais si tu ressens le besoin de connaître les détails des derniers instants de ton mari, fais ce que tu envisages de faire.
Par expérience je crois que nous avons besoin d'engranger le plus d'informations possibles pour mener à bien notre deuil.
Lorsque mon amour s'est éteint, le 17 juillet dernier, je n'étais pas à ses côtés. Il s'est éteint à l'hôpital à midi tandis que je devais m'y rendre en tout début d'après-midi. Depuis 3 mois, je passais mesjournées entières (de 8h à 20h sans discontinuer) à ses côtés, à l'hôpital, mais depuis quelques temps mon corps avait dit "stop". Je ne me nourrissais plus, je faisais des malaises. Aussi, le médecin m'avait mise sous traitement et nous avions instauré un relai avec mon père. Ce dernier allait à l'hôpital le matin et moi l'après-midi.
Aussi, lorsque Christian s'est éteint, c'est mon père qui se trouvait à ses côtés. Je m'en suis voulue et je m'en veux encore de ne pas avoir été plus forte car c'était à moi d'être là.
Au départ, mon père a tenté de me protéger en m'en disant le moins possible sur ces derniers instants mais je l'ai forcée à tout me dire car je voulais absolument savoir. J'avais besoin de savoir. Alors il me l'a dit et ces informations, aussi terribles soient-elles, font partie intégrante de mon deuil, de mon cheminement.
Tout comme toi, je crois en la survivance de l'âme, en une vie après la vie, et hier, j'en ai eu la preuve formelle via un médium spirite qui a établi un premier contact avec Christian. J'ai posté un message à ce sujet sur ma file.
C'est magnifique et je me sens soulagée, rassurée. D'ailleurs, hier soir, je me suis endormie assez tôt (normalement je ne trouve pas le sommeil avant 2 ou 3h du matin) et comme une masse, me sentant comme libérée d'un poids.
Ceci étant, je suis toujours extrêmement malheureuse, Christian me manquant cruellement, et je n'envisage toujours pas l'avenir sans lui, c'est quelque chose qui me paraît inconcevable, impossible, mais ce premier contact va m'aider à envisager son absence différemment car j'ai désormais la certitude qu'il est bien vivant mais simplement autrement.
Aussi je te le répète, je ne sais pas si cela peut t'aider mais si tu ressens le besoin de connaître les détails des derniers instants de ton mari, fais ce que tu envisages de faire.
Je te souhaite tout le courage possible.


" Notre mémoire est un monde plus parfait que l'univers. Elle rend la vie à ce qui n'existe plus ! " - Guy de Maupassant

Hors ligne darkylady

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
Je comprends oui et non, et j'estime la suppression de mon message quelque peu exagéré dans la mesure où j'ai fait état de mon expérience personnelle sans inciter quiconque à aller consulter un médium.
Je constate qu'une fois encore la liberté d'expression est bafouée ce qui est fort dommage.
" Notre mémoire est un monde plus parfait que l'univers. Elle rend la vie à ce qui n'existe plus ! " - Guy de Maupassant

Hors ligne mariej

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 166
  • et le désert refleurira....
Non Darklady, la liberté d'expression n'est pas bafouée sur ce site, c'est un lieu pour s'entraider dans le deuil.
La consultation de medium ou autre n'enlève rien au chagrin, à la perte de la personne aimée, et le travail de deuil reste bien réel et nous sommes là pour nous y aider mutuellement.
" Parce qu’il y a des coeurs qui sont si grands qu’ils ne battent que lorsqu’ils sont avec les autres."