Auteur Sujet: De retour  (Lu 423 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Minou79

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • Le forum d'entraide durant un deuil
De retour
« le: 21 Juillet 2019 à 00:46:36 »
Voilà, la première année est passée, le 17 juillet 2018 je reprenais le boulot après Son départ. Le temps est mon allié soit disant, toujours autant de douleurs, de plus en plus l'envie de se replier sur soi, de le retrouver, d'être à nouveau tous les deux. Mon suivi psy m'aide à  avancer, mais que le chemin est long, douloureux, fait de descentes  en enfer. Je  n'ai toujours pas trouvé l'apaisement, le quotidien sans Lui est toujours aussi difficile, les questions, les choses que je n'ai pas eu le temps de Lui dire me hantent. Les reproches de certains membres de sa famille m'usent, toujours se battre, toujours se justifier. Je survie depuis le 16 avril 2018, début de son hospitalisation et début de la fin de notre vie, je suis en morceaux. Je surnage pour ne pas plonger et finalement prendre la solution de me laisser couler. Il me manque, je le vois partout, je suis habitée par son absence. Voilà pourquoi je ne suis pas venue sur ce forum, plus en capacité d'être ouverte à la douleur des autres, tellement au fond du trou que le quotidien est déjà une lutte de tous les instants... Si seulement je ne lui avais pas donné ma parole de continuer
Chaque jour passé depuis ton absence est une souffrance, mais quelle chance d'avoir partagé 30 ans avec Toi

Hors ligne Anneso85

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 96
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : De retour
« Réponse #1 le: 21 Juillet 2019 à 01:12:44 »
Quelques mots en partage Minou79 pour te dire combien c’est normal cette douleur et ce manque. Un an c’est si peu au regard de vos années ensemble... Pour les Autres c’est très long et beaucoup sont passés à autre chose, pour nous c’est à la fois interminable et pourtant c’était hier notre vie avant ce vide...
Comment se dire qu’on a passé « que » la 1ère année de nombreuses années sans eux et qu’on a toujours aussi mal?
Mais s’accrocher vaut le coup, les abîmes reviennent un peu moins souvent et petits à petit les moments de répit se font plus doux.
Tendres pensées pour toi ce soir
Anne-Sophie