Auteur Sujet: comment continuer sans lui ?  (Lu 5816 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne scalinette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
comment continuer sans lui ?
« le: 31 Janvier 2010 à 10:20:58 »
bonjour à tous

le 15 janvier, l'homme de ma vie s'est éteint à 48 ans, il laisse 3 garcons de 23 ans à 7 mois et 2 belles filles de 11 et 8 ans

si on m'avait dit qu'un abces dentaire pouvait tuer, je ne l'aurais jamais cru, et pourtant, c'est la triste vérité !

malgré le soutien de ma famille et celui de ma belle famille, je me sens seule et malheureuse, j'ai pourtant 4 enfants magnifiques, mais j'ai perdu une partie de moi-meme quand mon amour est parti, je sais que je dois continuer à vivre pour mes enfants, mais je n'arrive pas à me projeter dans l'avenir, pour moi, je n'en ai plus
de plus, je suis devenue hyper protectrice avec mes enfants, surtout avec mes 2 garcons, c'est tout ce qu'il me reste de mon amour, alors je me raccroche à eux 4 et je vis pour eux, ca me permets d'oublier mon chagrin momentanément

le plus dur, c'est le soir et la nuit, la solitude est là, les idées noires et les cauchemars aussi, j'ai l'impression de ressentir sa présence dans la maison, sentir son parfum
je ne parviens meme plus à rentrer dans notre chambre, sa présence y est trop forte, je dors, un bien grand mot, sur le canapé, entourée des photos de lui accrochées au mur et je pleure en me rappellant nos plus beaux souvenirs

je ne sais pas comment faire pour essayer d'avancer car je sais que malgré tout, la vie doit continuer, mes enfants ont besoin de moi, le temps fera son oeuvre, mais ce sera tres long, je le sais


Hors ligne scalinette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #1 le: 31 Janvier 2010 à 15:11:05 »
bonjour adele

merci pour cet accueil et ce soutien, c'est vrai qu'il est plus facile de se confier à quelqu'un qui à traversé ou traverse la meme terrible épreuve

ce midi, nous avons avec ma belle famille partagé le premier repas depuis la mort de mon compagnon, nous ne sommes pas pret à reprendre les memes repas de famille qu'avant, nous étions tous mal à l'aise en regardant sa place à table que personne n'a osé prendre, je n'ai pas réussi à avaler quoi que ce soit, trop dur de manger sans lui à mes cotés

j'ai réussi en voyant le cercueil descendre dans le caveau familial à réaliser la situation mais je n'ai pas encore passé le cap de l'accepter tant sa présence est encore forte à la maison, chaque objet me rappelle des souvenirs, jusquà en avoir mal physiquement quand je le touche

je me sens révoltée contre la vie, en colère qu'il n'ait pas eu plus de temps pour voir grandir ses enfants, nous avions tellement de projets, nous pensions avoir la vie devant nous, nous marier, acheter une maison pour voir grandir et s'épanouir nos enfants et aujourd'hui, je me retrouve seule dans notre maison si pleine de lui et de souvenirs, c'est tellement dur

bien sur, je suis tres soutenue et aidée par ma belle-famille qui est adorable et tres soudée mais je me sens quand meme seule, j'ai l'impression d'avoir perdu une partie de moi-meme à sa mort . Plus rien ne sera jamais comme avant, je ne serai jamais plus spontanée comme avant, quelque chose en moi est brisé et je ne peux pas en parler avec ma belle famille qui a aussi sa propre douleur, j'espere que ce forum me permettra d'exprimer mon chagrin et éventuellement de parvenir doucement à faire le deuil de mon amour

Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #2 le: 01 Février 2010 à 12:44:42 »
Bonjour Scalinette et à toutes bien sûr !

Moi aussi j'ai perdu mon mari subitement il y a neuf mois maintenant. Je suis restée longtemps dans un état de sidération. Puis le chagrin a pris la place, j'ai énormément pleuré, tous les jours. Aujourd'hui j'ai toujours des coups de cafard, mais ça va mieux... du moment que l'on ne me reparle pas de lui. J'ai laissé faire la peine, les larmes, le deuil n'est pas une maladie, il ne sert à rien de prendre des anti-dépresseurs (à mon avis), la famille, les amis doivent assurer leur rôle de soutien.

J'ai effectué durant cette période une somme d'activités impressionnante, nous avons des ressources insoupçonnées, on m'aurait dit que j'aurais tout ça à faire un an avant, je serais tombée à la renverse !

Et puis je suis sûre qu'il est là avec moi, il me soutient, me porte, quand j'ai une difficulté je l'appelle à l'aide et ça marche ! Au début j'ai eu une sensation bizarre, la nuit après avoir éteint la lumière je sentais comme si quelqu'un s'asseyais au bout du lit, ça l'a fait plusieurs nuits de suite...

Les réveils noctures, les cauchemars, les sensations d'oppression aussi je connais, mais ça diminue avec le temps.
Par contre il faut pouvoir dormir pour récupérer, c'est indispensable, surtout au début, ensuite on a tellement de démarches et de choses à faire qu'on s'endort comme une masse.

Est-ce que tu travailles ?

Prends soin de toi,

Amitiés

Hors ligne scalinette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #3 le: 01 Février 2010 à 13:28:14 »
bonjour nouveau

c'est vrai que j'ai aussi cette sensation de le sentir pres de moi, lorsque je suis sur le canape, je sens sa presence à coté de moi et lorsque je m'endors, mon esprit doit me jouer des tours car j'ai l'impression de l'entendre me parler, de sentir l'odeur de sa peau

je fais plein de travaux dans la maison pour éviter de penser, j'ai refait la cuisine et la chambre des enfants, ca me soulage mais paradoxalement, ca me fait mal aussi, j'ai l'impression de me débarasser de lui alors que je suis tout à fait consciente que ces travaux étaient prévus bien avant sa mort, du coup, je m'abrutis encore plus de travail pour éviter de culpabiliser et pour m'écrouler de fatigue, meme si malgré tout je ne parviens que tres peu à dormir, c'est un peu comme un cercle vicieux, tout est flou dans ma tete, les sentiments s'emmelent

je faisais une formation de secrétaire médicale, mais j'ai laissé en suspens pour l'instant, je dois étudier les avc et les cardiopathologies, mais comment pourrais-je étudier cela alors que ce sont ces pathologies qui ont emporté mon amour ? lorsque j'aurais la force, je reprendrais, pour l'instant, c'est trop tot

heureusement que mes enfants sont là pour me faire avancer, je retrouve un peu de lui chez mes garcons, ils lui ressemblent tellement, je tiens pour eux et grace a eux

j'ai dit à notre bonhomme de 4 ans que son pere le regardait du ciel assis sur un nuage comme le pere noel, peut-etre que de son nuage la-haut, il me regarde et, je l'espere, est fier de moi...

merci de votre soutien

amicalement

Hors ligne claudel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 24
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #4 le: 02 Février 2010 à 01:28:20 »
Bonjour scalinette ,
J'ai perdu mon conjoint il y a 2 ans et je me reconnais tout à fait dans ce que tu décris de ton expérience du deuil.  Pendant de nombreux mois, les matinées, soirées et nuits étaient très pénibles pour ne pas dire insupportables. Je me suis même demandé à quelques reprises si je serais toujours capable de résister au suicide.  Le matin, je n'avais pas le goût de me lever et le soir, je n'arrivais pas à me décider d'aller au lit.  Si je n'avais pas fait d'effort, je serais restée des heures et des heures prostrées sur le divan, sans rien faire, le téléviseur fermé, à ne rien attendre.  Par contre, quand je commençais le train-train quotidien, ça allait mieux.  Au début, il y tellement à faire avec la paperasse et le notaire qu'on n'a pas le choix de bouger. Et toi, avec les enfants, les journées sont certainement bien remplies.  Quelle énergie ça doit te demander!! Mes enfants ont quitté le domicile puisqu'ils sont adultes.

Longtemps, je pensais à lui continuellement, hantée par le souvenir de sa maladie, de ses souffrances, de sa mort, me demandant ce qu'on aurait pu faire pour éviter le cancer. Est-ce que j'aurais pu faire plus et mieux pour le soulager, l'aider? Je me rappelais tous les bons moments que l'on ne connaîtrait plus.  Comme mes enfants ont eux aussi  été très bouleversés par le décès de leur père,  j'avais de la peine pour eux et j'en avais énormément pour notre petit-fils avec lequel il avait une relation très étroite et qui, lui aussi, souffrait d'avoir perdu son grand-père.  Je trouvais et trouve cela encore très cruel de les voir ainsi séparés.

Maintenant, je vais mieux mais je ne saurais dire que je vais très bien. Le deuil me semble un bien long chemin.  J'essaie de bien prendre soin de moi et je te souhaite d'en faire autant.

Toute mon amitié,
Claudel

Hors ligne scalinette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #5 le: 02 Février 2010 à 15:19:18 »
bonjour claudel et bonjour à toutes,

aujourd'hui est un jour particulier fait de joie et de tristesse
mon fils fete ses 4 ans, son premier anniversaire sans son papa
malgré ce jour de fete, le chagrin est la, je pense à cet anniversaire ou il n'est plus la et tous ceux qui suivront, il ne sera plus la pour chanter à tue-tete

la famille sera présente mais les pensées vont quand meme vers lui et vers mon petit bonhomme pour qui l'absence de son pere se fait cruellement sentir aujourd'hui
la mort est assez abstraite pour lui, il sait que son papa est un ange et qu'il est au paradis mais pour lui, le paradis est la chambre d'hopital de son pere

je me raccroche à mes enfants, ils sont les seules personnes qui me retiennent dans ce fichu monde, je n'ai plus gout a rien, plus envie de sourire à la vie, pour moi elle s'est arretée ce 15 janvier

amitiés à toutes, merci pour votre soutien

scalinette


Hors ligne fanfan30

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #6 le: 11 Février 2010 à 00:21:16 »
Mon époux est parti le 26 novembre dernier soudainement dans la nuit. Je l'ai trouvé mort le matin, je ne sais pas vraiment de quoi (infarctus, rupture d'anévrisme?). Il n'avait aucun facteur de risque ni signe avant coureur. Il avait 54 ans. Notre plus jeune fille a 14 ans. J'ai aussi du mal à dormir dans notre lit. J'ai laissé son oreiller à sa place et je ne dors que de mon côté. Je me demande si cela va durer. Parfois quand le chagrin est trop fort, je dors dans le salon. Je me dis que je devrais peut-être me forcer à enlever son oreiller et à dormir de son côté. Ce n'est pas possible.

Blandine

  • Invité
Re : comment continuer sans lui ?
« Réponse #7 le: 11 Février 2010 à 14:20:20 »
Bonjour,

Michel est décédé il y a maintenant presque 9 mois et je dors pour l'instant toujours de "mon" côté. J'ai gardé son oreiller aussi pendant quelques semaines au début et un jour, j'ai senti que je pouvais l'enlever, ce que j'ai fait de suite pour être sûre de ne pas rater l'occasion. Depuis je n'arrive quand même toujours pas à investir l'autre partie du lit, mais finalement est-ce si important ?
J'ai aussi vécu les choses à mon rythme en saisissant l'occasion de trier ou ranger uniquement lorsque je le sentais possible sans trop me faire violence. Un tiroir de la commode dans la chambre lui était dédié, j'ai mis du temps à le vider, et ensuite j'ai encore mis du temps à oser l'utiliser pour moi. Je n'ai toujours pas réussi à enlever son savon à barbe et son blaireau de la salle de bain ; tant pis, je ne sais pas si ça me rassure ou me cause du chagrin, c'est tellement changeant tout ça, je sens juste que ce n'est pas le moment.
Je ressens également toujorus cette sensation de solitude au milieu des autres. C'est un tel décalage par rapport à leurs préoccupations, à leurs envies et un décalage aussi par rapport à moi-même. Je ne supporte plus le bruit ou beaucoup de monde autour de moi, ça renforce ma solitude. Mais ça bouge tout ça, avec des impressions de retour en arrière parfois puis d'avancées... En fait, je ne sais plus qui je suis et je ne sais pas qui je vais devenir ; ce n'est pas grave en soi, je sais juste que je ne serai plus la même et je laisse venir les émotions qui viennent. La douleur est parfois insupportable mais c'est le seul chemin pour en atténuer l'intensité au fil du temps, en tout cas je l'espère !
Bon courage à toutes et croyons en nos ressources personnelles. Nous en avons toutes et elles peuvent parfois nous surprendre
Blandine