Auteur Sujet: La perte de mon mari  (Lu 1039 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne vero68

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
La perte de mon mari
« le: 09 mars 2020 à 19:48:26 »
Bonsoir, l'homme de ma vie et parti le 7 Decembre 2019 et depuis ce jour m'a vie a totalement changé . Il me manque a chaque battement de mon coeur, j'ai l'impression qu'il va revenir , je suis suivie par un psychologue et depuis 3 semaines j'ai recommencé a travailler 30% mais c'est très difficile de rentrer a la maison et de savoir qu'il n'est pas la  :'(.  Je voudrais le revoir, le toucher. J'habite un village et depuis qu'il n'est plus a mes coter je n'arrive plus a aller au village . J'ai peur des gens. Ma vie sans mon Amour me semble impossible :'( Je voudrais aller mieux mais je n'y arrive pas

Hors ligne Vinciane

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 11
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #1 le: 12 mars 2020 à 16:18:34 »
Mon mari est décédé en octobre dernier et je pleure tous les jours  je ne m’habitue pas à la vie sans lui. Contrairement à ce qu’on me dit, le temps n’arrange rien.

Hors ligne Thiemar

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 138
  • Par amour pour Toi
Re : La perte de mon mari
« Réponse #2 le: 12 mars 2020 à 16:49:13 »
Bonjour Vinciane,
Moi aussi je pleure tous les jours, le soir essentiellement.
Sur les conseils de membres du Forum, j'ai regardé la conférence du Dr Fauré, qui éclaire et explique bien des choses.
Tu verras que le temps est très long avant d'avoir du  « mieux », mais on doit espérer que cela arrive.
Alors patience et courage.
Amicalement.
" Y'a comme un goût amer en nous
Comme un goût de poussière dans tout
Et la colère qui nous suit partout "
                                                                                        Michel Berger

Hors ligne sandy84

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #3 le: 14 mars 2020 à 16:26:31 »
Ma moitié m'a quitté le 28 janvier dernier et depuis ma vie est en suspend. Je pleure souvent et certains jours sont plus difficiles que d'autres. Il était toute ma vie , 28 ans de bonheur avec un homme qui m'a comblé et ma fait le plus beau  cadeau , notre fille.  Son absence est de plus en plus dure  chaque jours et même si sa profession  ( chauffeur routier international ) m'avait appris à vivre seule la plupart du temps,  depuis qu'il est parti le vide est immense.  Je sais qu'il ne rentrera plus.

Hors ligne Cabochon

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 221
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #4 le: 14 mars 2020 à 19:41:28 »
Bonsoir Sandy,
Tu as bien fait de venir écrire ici, car tu y seras comprise.
Beaucoup de courage!!
Tendrement

Hors ligne babetheric

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #5 le: 11 juin 2020 à 23:50:11 »
Bonsoir,
Je m'appelle Elisabeth.
J'ai vécu 28 années de bonheur auprès d'un homme qui m'adorait et que j'adorai.
Au bout de toutes ces années, quand nous marchions dans la rue il me tenait encore la main.  Il m'a donné 3 merveilleux enfants, qui sont sous le choc et notamment ma fille de 21 ans qui suite à ce décès a due être interné en clinique psychiatrique pendant tout le mois d'Août dernier.
Je suis bipolaire et donc hyperémotive, ce à quoi ne pensent pas mes enfants par exemple, et je pourrai vous en citer d'autres, il est parfois dur de soutenir les autres alors que vous avez l'impression que personne ne vous soutient, ni ne vous comprends. Je crois qu'il faut être passé par là pour sentir ce coup de poing dans l'estomac quand vous pensez à celui qui est parti.
Ce samedi là 1er Décembre 2018, nous étions seuls à la maison. Après un déjeuner où nous avions tous les deux rit  pour je ne sais plus quelle raison, il s'est installé sur le canapé, à sa place habituelle. Il a posé, comme d'habitude ses pieds sur la table basse, et a commencé à ronfler.
Pendant ce temps là moi je m'employait à ranger la cuisine et nous devions sortir pour acheter du bois pour la cheminée.
Quand je l'ai entendu ronfler, je suis allée le voir, pour qu'il se réveille et que nous partions.
En fait, il ne ronflait pas, il agonisait.
Ses yeux étaient vitreux, ses râles continus, que j'entends encore, m'ont immédiatement paniqué.
Je l'ai appelé, "ERIC! ERIC! ERIC!" Je l'ai giflé, j'ai hurlé et encore hurlé. J'ai fait la seule chose que j'avais retenue de mes cours de secouriste, j'ai fait un massage cardiaque pendant que j'appelais les pompiers sur haut-parleur. Ils ont mis entre 10 et 15 minutes à arriver. Et pendant que je le massais deux fois il a pris une grande inspiration, et ses yeux se sont "réveillés" 2 secondes pas plus. Lorsque les pompiers sont arrivés sa peau avait la couleur des peaux non oxygénées,ternes, mortes. ils ont immédiatement appelé le SAMU, qui fut là en 5 minutes.
Ils l'ont choqué deux fois et ont réussit a attraper un petit pouls et ont décidés de l'emmener. Immédiatement le médecin  du SAMU m'a demandé si je connaissais quelqu'un qui pourrait venir me soutenir. J'ai averti ma belle-soeur qui s'est évanouit en plein centre commercial. Sa fille a alors appelé mon beau-frère, que maman était évanouie et qu'il y avait un problème chez moi.
Entre temps ma belle soeur réveillé de son évanouissement et sans  considération pour l'état dans lequel elle était, a pris sa voiture pour monter chez moi (j'habite dans les collines de Toulon) elle a croisé les pompiers et le Samu, et elle les a suivis à l'hôpital.
Mon beau frère est venu me chercher, et nous sommes tombés dans les bras l'un de l'autre (le mot famille a une grande existence chez nous).
Mon mari a refait un arrêt cardiaque dans le fourgon, qui s'est arrêté et ils ont encore réussit à retrouver, encore une fois, un petit pouls. Dès son arrivée à l'hôpital, ils l'ont descendus au bloc et ont débouché l'artère qui avait provoqué cette crise cardiaque.
De plus, comme nous sortions de table, l'intégralité de ses poumons étaient plein de nourritures solides.
Les poumons ont une dispositions en arborescence, donc on ne peut les vider. Ils ont essayé, ils ont tout essayé; mais rien n'y a fait.
Il était sous respirateur et il n'a jamais repris connaissance.
J'avais prévenu mes enfants comme m'avait dit de le faire le médecin urgentiste. J'ai trois grands enfants, 28, 25 et 21 ans.
Mon mari était un super papa. J'entends encore mon deuxième fils lui dire "un jour j'aimerai être un père comme toi".  A ma fille qui étudiait à Londres, il avait dit au moment de son départ "Tu vas me manquer ma chérie", ce sont les derniers mots qu'il lui a dit.
Mon fils aîné est arrivé à minuit, mes deux autres enfants étaient là à 7 heures le lendemain matin.
Quand je les ai vus arriver à l'hôpital, j'ai fait une crise de nerfs dans leurs bras.
Les médecins ont été formidables, dans l'unité de réa soins intensifs, tous les jours à une heure fixée ensemble, le médecin et l'infirmier délégué à un patient, reçoivent les familles et font le point.
Il est rentré à l'hôpital le 1er décembre et a été déclaré mort le 7. Ils m'ont laissé lui dire au revoir, ils ont arrêté le respirateur quand je leur ai dit que j'étais d'accord.
Trois cents personnes ont assisté à ses funérailles, tous n'ont pu réussir à entrer dans l'église. Mon mari, chef de projet dans un bureau d'étude, était une légende dans le monde du BTP (bâtiment, travaux publics). A la fin de sa vie, il suivait la construction de 500 logements en même temps. Et tous, depuis les PDG, jusqu'au dernier des ouvriers des entreprises, sont venus. Les ouvriers m'ont plus touchée que les autres. La veille des funérailles, beaucoup d'entre eux ont demandé à leur patron l'autorisation de venir à l'église pour rendre un dernier hommage à cet homme, si simple et si bienveillant.  Ils étaient là en tenue de travail juste pour dire au revoir à cet homme si bienveillant, si humain. Quand mon mari arrivait sur un chantier, il disait bonjour à tout le monde, même au dernier des apprentis dont il avait retenu le nom . L'air de rien, en jean et tee-shirt improbable et pas repassé, toujours des baskets aux pieds, ils avaient réussit ce tour de force de se  faire aimer de tous.
J'ai envoyé plus de 100 faire part de remerciement, et quand je croise un ouvrier, je suis pour eux, une icône, je suis MME L______
Voilà en gros à quoi ressemble mon histoire. C'était en Décembre 2018 et j'attends toujours qu'il rentre à la maison.
Je ne suis pas apaisée, je n'accepte rien, je veux mon mari et rien d'autre. Je survis, pour mes enfants surtout, pour moi parfois. J'avance parce qu'il faut avancer, je joue mon rôle de mère,
J'ai perdu ma vie. Je ne pensais pas qu'un jour je devrai en construire une nouvelle, ma vie était tracé avec mon mari et mes enfants comme moteur.
Aujourd'hui, quand on me dit que je dois faire mon deuil, j'ai envie de cogner les gens si prompts à donner des conseils à la con pour une situation qu'il ne comprennent, ni ne vivent.
Non, je n'ai pas fait mon deuil, non je ne veux pas rencontrer quelqu'un d'autre, non je ne veux pas "refaire ma vie". Pour moi, tout ça c'est des conneries.
Je veux celui qui ne rentrera pas

Hors ligne Pensées

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 20
  • Le souvenir, c'est la présence invisible (V. Hugo)
Re : La perte de mon mari
« Réponse #6 le: 12 juin 2020 à 16:19:03 »
Comme je te comprends Babetheric.... comme je te comprends... je ressens la même chose... mon mari lui n'était qu'ouvrier mais il était très aimé de tous... les chefs sont venus à l'inhumation, ceux qui ne sont pas venus ont envoyé une carte ou des fleurs. les collègues sont venus... en nombre... il a bossé dans cette usine pendant 30, il venait d'avoir sa médaille de vermeil en juillet dernier... cela fait seulement 3 mois, et moi aussi je l'attends, j'attends qu'il rentre de son travail... même si cette dernière année, nous étions toujours ensemble car il était déjà malade et son état s'était aggravé...

personne ne remplacera nos amours, partis bien trop tôt, bien trop vite....

je t'envoie beaucoup de tendresse,
nadia
Tu n'es plus là tu tu étais, mais tu es partout là où je suis
(V. Hugo)

Hors ligne Rachel67

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #7 le: 29 juillet 2020 à 00:22:22 »
Bonjour a tous , je suis nouvelle sur le forum et l histoire  de Babetheric m a profondément touchée . Mon mari  est parti le 11 avril dernier a  l age de 56 .ans. Il n avais j amais ete malade. Nous avions passé la journée  a la maison, il a fait la cuisine et la soirée a été tranquille, devant la tele..  Je me suis couchee avant lui. Vers 4 h du matin j ai été réveillée par un ronflement anormal. J ai essayé de le réveiller... en vain.  Quelques minutes plus tard, il etait mort. Les secouristes sont arrivés pour constater le décès. . La  similarité des symptômes m a frappée. Et m a incitee à écrire ... nous étions mariés depuis 25 ans. Je me retrouve dans  les témoignages  et  cela fait du biem de pouvoir s exprimer...   j ai l impression d etre dans un trou noir, un tunnel dont je ne vous pas la fin.  Au travail, avec la famille, Je suis avec les autres mais seule, separee, avec ce poids au coeur qui ne me quitte jamais.  Apres presque quatre mois, je ne vais pas mieux, meme si j essaie de donner le change en public.
Merci  d etre la,  de comprendre... courage a tous et a toutes

Hors ligne Lorette61

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #8 le: 13 août 2020 à 17:23:11 »
bonjour à tous,

mon mari m'a quitté le 14 février, un cancer foudroyant 70 jours  :'( et plus les mois avances et plus je sombre, j'ai essayé d'être forte de donner le change  à tous autour de moi mais je ne peu plus je suis à bout la tristesse le désespoir m'envahit  je pleure !!!
comment vivre sans lui ne pas l'entendre ne pas le toucher   plus rien à partager .....
27 ans de vie et voilà !!!
je viens de découvrir ce forum qui va m'aider je l’espère.

Hors ligne miamor

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 19
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : La perte de mon mari
« Réponse #9 le: 17 août 2020 à 00:45:38 »
Bonjour lorette 61,
Je comprends très bien ce que tu ressens. J'ai 46 ans, il en avait 50, n'était jamais malade, faisait attention à sa santé, ne fumait pas, ne buvait pas, mangeait bio...
Il me comblait depuis bientôt 13 ans et était un merveilleux "bio papa" pour ma fille.
Il est aussi parti suite à 'un cancer foudroyant le 24 janvier 2020.
En 6 semaines.
Un tsunami qui l'a emporté sans que je comprenne ce qu'il se passait.
D'une simple consultation pour problèmes intestinaux à une admission en soins palliatifs 6 semaines plus tard et son décès le lendemain matin.
Un tsunami.

Depuis je tente de survivre et d'avancer.  Je me réfugie dans le sport et l'hyperavtivité où j'arrive à trouver de rares moments sans ce poids dans le ventre. 
Bouger pour ne pas penser, ne pas sombrer...
Il parait qu'au bout d'un moment, la douleur s'estompe... J'ai du mal à y croire pour le moment...
Je te souhaite beaucoup de courage et t'apporte tout mon soutient dans cette traversée du désert.
Miamor