Auteur Sujet: Texte littéraire  (Lu 315 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Kissey W.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Texte littéraire
« le: 01 Janvier 2019 à 16:31:46 »
Bonjour,
En ce premier de l'année, je voudrais partager ce texte avec vous, merci de me dire ce que vous en pensez.

Le poète a dit qu’un seul être nous manque et tout est dépeuplé. Le chansonnier lui a répondu que la solitude, ça n’existe pas. Qui croire? Avec la perte de l’être cher, c’est toute la vie de celui qui reste qui se vide. Il est dépouillé de son essence même, il n’a plus de raison d’être. Un arbre sans feuilles ne peut donner d’ombre, une rivière sans eau n’abreuve personne, une ville sans habitants est une cité sans âme. Et pourtant, seul, il ne l’est jamais totalement; la famille, les amis, les connaissances, chacun lui apporte son soutien, partage sa douleur, comprend sa peine, affirme rester à disposition à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. Mais, partager sa douleur, c’est comme dispenser l’amour, on ne s’en trouve dépouillé d’aucune part; la peine d’autrui ne se comprend pas, chacun vit la sienne à sa manière, mystérieuse pour l’autre. On est aux petits soins de sa personne, trop, bien souvent, jusqu’à l’étouffement. Il en vient à manquer d’air, à la désirer, cette solitude qu’il ne voudrait partager qu’avec le seul disparu. Puis, le temps passe, pour lui comme pour l’entourage. Il s’écoule simplement plus vite pour les autres. Ce n’est qu’une question de relativité, en somme. Un matin, il se rend compte qu’il y a moins de monde autour de lui. Les visites s’espacent, le téléphone sonne moins souvent. Les conversations tournent autour d’autres choses, on ne mentionne pas le défunt en sa présence, on fait attention aux mots que l’on prononce, craignant de réveiller un souvenir et, par les larmes qui en découlent, de retarder la guérison d’une blessure qui peine à cicatriser. Ce n’est pas de l’indifférence, ce n’est pas de l’égoïsme, c’est tout simplement que la vie continue son cours. Et elle n’a que faire, la vie, de ceux qui sont tombés à l’arrière; elle ne veut pas s’offrir le luxe de regarder derrière elle: avançant de concert avec son compère le temps, c’est l’avenir qui est l’objet de son attention; il faut penser aux vivants et oublier les morts. Et lui, qui n’est plus qu’un survivant, il finit par se retrouver tout-à-fait seul, avec des images, des sons, des odeurs. Des amertumes et des regrets. Des si qui restent en suspens. Des pourquoi sans réponse. Des comment sans solution. Cette solitude tant aspirée lui est maintenant pesante. Il voudrait une épaule disponible à volonté pour pleurer dessus. Mais cette épaule a trop à faire, elle a ses préoccupations, peut-être même ses propres chagrins, ses peines personnelles, elle accorde quelques instants, l’autre main tend un mouchoir qui essuiera les larmes, et elle retourne à ses préoccupations.
« Modifié: 02 Janvier 2019 à 18:14:33 par Kissey W. »

Hors ligne Kissey W.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Texte littéraire
« Réponse #1 le: 02 Janvier 2019 à 18:11:54 »
Bonjour
J'ai apporté des modifications au texte ci-dessus. S'il a pu être le reflet des sentiments de quelqu'un, j'en retirerais une satisfaction énorme.