Auteur Sujet: Une rage difficilement contenue  (Lu 2765 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Alma

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Une rage difficilement contenue
« Réponse #30 le: 16 Février 2018 à 10:00:31 »
Bonjour,

            Bien que mon père se soit suicidé il y a presque vingt-cinq, j'ai encore des réserves de colère pour longtemps. Je pense à Tardi qui dit : " Je trouve plus d'inspiration dans la hargne que la joie de vivre.  La hargne c'est positif à la différence de la haine qui est stérile. " Et  toi, tu as déjà eu à passer par toutes les étapes d'un deuil par suicide : l'identification, la culpabilité, le chagrin, la mise en danger....  Tu dis que rien de positif ne sort de cette colère. Pourtant il me semble qu'elle est pour l'instant une force  vitale. Tu sais que s'effondrer, se détruire, s'en prendre à soi même, fuir les problèmes,  faire des hypothèses ne sont pas des options. Alors tu es une combattante et tu affrontes.  C'est injuste et tu enrages.  Peut-être peux-tu au moins t'autoriser à éprouver de la rage...
             Ce n'est pas la colère qui t'épuise: c'est une souffrance  et une responsabilité au quotidien qui épuiserait n'importe qui. Puis-je suggérer une dernière chose fondée sur mon ressenti et mon vécu? de tous les états qui peuvent être engendrés par un deuil par suicide, c'est à dire un abandon volontaire, la colère, la hargne c'est ce lui qui entrave le moins l'action. Dans tes messages, même lorsque tu t'en veux d'avoir explosé devant tes enfants, même lorsque tu en veux à ton conjoint, ce qui ressort c'est cet amour immense.  Ma mère ne s'est jamais autorisée à exprimer la moindre colère. Etre spectateur d'un parent anéanti d'angoisse et de culpabilité n'est pas la meilleure des sensations pour un enfant. Mais je ne la juge pas, c'était sa manière de réagir, sa manière d'aimer aussi. Et elle a tenu bon au final.
         Nous aimerions tous n'être que paix, amour, acceptation et reconnaissance pour l'amour que nous avons reçu et donné. En attendant, il y a la vie et il faut prendre des décisions et être là.
        J'espère vraiment qu'un jour tu pourras te permettre d'éprouver d'autres émotions. En attendant, je suis très admirative devant tes réactions et ta lucidité. 

Bon courage à ta famille et à toi,

Aurélie