Auteur Sujet: Suicide de mon mari  (Lu 3233 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Suicide de mon mari
« le: 11 Août 2017 à 10:00:29 »
Bonjour à tous,

Je suis nouvelle sur ce forum. J'ose prendre la parole car jai vu pleins de commentaires bienveillants et que je suis dans la phase d'interrogation, je cherche des gens qui pourraient me partager leur expériences et leurs réponses pour avancer. J'ai perdu mon mari par suicide il y a 3 mois. Mon mari était tout sauf suicidaire il était pompier et avait déjà fait des gens sur intervention pour tentative de suicide et je sais qu'il était "contre" cette mort. Il n'a pas dormi pendant 4 jours d'affilé et du coup cogite beaucoup. Il repensait à son enfance (sa mère est bipolaire) et il parlait de problème d'argent qui allait être résolu avec la vente de notre bien.  Il parlait de mauvaises évaluations à son travail alors qu'au contraire il a eu des félicitations enfin tout était mélange. Je n'ai pas compris sa douleur j'ai cru que c'était du fait qu'il ne dormait pas car jusqua son geste il n'a jamais été déprime il avait toujours pleins d'objectifs. Je ne comprends pas. Il m'a laissé alors que c'était tout pour moi m. On était ensemble depuis mes 15 ans (jai 32 ans). On essayait d'avoir un enfant depuis 4 ans.
Je ne comprends pas ce suicide comment en ait il arrive à ce geste ? Il ne m'a pas laissé de mot les médecins parlement de bouffes délirantes. Il croyait sentir du gaz la veille (ça non plus ça ne m'a pas mis la puce à l'oreille). Je me sens vide. Je reste pour l'instant pour ma mère et mes sœurs mais tout mon avenir est remis en cause.

Merci pour vos soutiens

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2178
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #1 le: 11 Août 2017 à 15:45:58 »
    Bonjour Alba 1985,

    Je crains que suite à une mort par suicide, la phase d'interrogation reste à jamais ... en suspens ...

    Il y a le deuil, et puis le problème du suicide, qui complique puisque, en tant que proches, nous pensons que nous aurions pu aider, et/ou être appelés à le faire, afin d'éviter la fatale issue.

   Je suis la tata d'un jeune suicidé, et des années après, les questions sont toujours ouvertes et sans possible conclusion !
   La problématique de ce suicide se pose chaque jour pour moi !
   Mais j'enverrais chier au diable quiconque oserait me dire de "tourner la page", NORMAL, c'est NOTRE PETIT, et je continue de l'accompagner pour toujours, ma seule catharsis possible dans cette souillure de ma vie. Non pas que je me sente coupable, mais je prends part, parce que cet enfant fait partie de moi point barre.
   Chaque vie est unique ... chaque souffrance si intime ... chaque "concours de circonstances" étroitement emmêlé de malchance ...
   Il semble qu'un rien aurait pu stopper l'engrenage ... quant à prétendre savoir "quoi" ...

   Ce n'est pas facile ...
   Et toi, à SEULEMENT trois mois, tu es encore sous le choc.
   S'il est vraiment arrivé à ton homme de ne pas dormir plusieurs nuits d'affilée, c' est très dangereux pour le psychisme, c'est ainsi que le cerveau se met à percevoir des sensations irréelles, à halluciner ... les hallucinations sont des "mélanges" incontrôlés ...
   
   Il est très difficile de reconnaître la personne équilibrée et saine que l'on a connue dans l'acte suicidaire, on se dit que si toutes les ressources avaient été présentes à l'esprit, le moment fatidique du suicide ne se serait pas passé.
 
   Mais ça s'est passé, horreur pour nous, oui horreur à "gérer", à rationaliser/contenir, sous peine, en s'identifiant de trop près au suicidé, à finir comme lui ...
   Je sais à quel point notre impuissance est inacceptable, et pourtant la vérité cruelle du suicide, nous révèle qu'on ne peut sauver ... que NOUS, hélas, tant il existe une distance entre les êtres même étroitement liés ! Terrible solitude ... terrible crise de confiance ... en soi, en l'autre, en ce de quoi les sentiments sont faits ... crise de confiance tout simplement dans la solidité de nos convictions, de nos options ...
   Et puis cette lancinante question: quelle part de l'autre nous était-elle
inconnue, nous connaissions-nous VRAIMENT ? Et donc, quelle était notre valeur pour l'autre ? N'oublions pas que jamais nous ne sommes dans la tête de l'autre, que nous ne savons pas, que nous ne saurons jamais, comment, pourquoi, à un moment tout s'est mélangé en déséquilibre envers son jugement ...
   Comme "tout remue", n'est-ce pas, Alba 1985 ...

   Et sans aller jusqu'à parler de "folie", ce qui est de toute manière une notion très relative, on ne peut s'empêcher de penser qu'il aurait suffi d'un rien pour que, telle les balances anciennes, notre aimé reste du côté de la vie au lieu de basculer dans l'abandon, dans le vide.

   UN RIEN, un rien ... voilà qui est bien amer à considérer ...
   Mais qui place le suicide dans l'ensemble des fatalités qui cause la mort ...
   Acceptable ou non, personnellement je ne pense pas que le deuil "avance" vers cette question, le deuil avance tout simplement vers une vie dans l'Amour en soi, à sonder, délivrer, partager ...

   Je t'ai pondu une tartine !
   Sans penser si ça allait t'aider ou non, simplement parce que ton histoire "inexplicable" me touche.
   Amicalement et solidairement, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #2 le: 11 Août 2017 à 17:37:58 »
Merci beaucoup Martine. Tes mots me touchent. Je ne me rendais pas compte que d'en parler à des gens vivant la même situation me soulagerais.
Le problème c'est comme tu  le mentionnes cest l'acceptation. Je n'accepte pas. Souvent la nuit je rêve que cette situation n'existe pas et qu'il est à côté de moi en me disant que jamais il ne m'abandonnerait. Car cest bien ça que je ressens de abandon. On a passé plus de la moitié de notre vie ensemble et j'ai l'impression de ne pas le reconnaître dans ce geste. Je n'arrive pas à comprendre comment il a pu faire ça. Je ne dis pas qu'il y a des personnes prédisposées au suicide mais il y en a qui après une longue dépression ne voit que cette issue. Je ne dis pas que le geste est moins grave mais la il n'y avait rien de tout ça au contraire comme je le dis il était "contre" ce geste. Je ne comprends pas alors que pendant ces 17 ans on a tout partage et la pendant 4 jours je n'ai pas su l'aider et voir ce qui se passer.

Je partage aussi ta douleur car perdre un enfant de sa famille cest aussi une grosse douleur.
Comment fais tu ?

Encore merci pour ton soutien

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2178
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #3 le: 11 Août 2017 à 22:41:51 »

    Oh, eh bien, ma chère Alba 1985,
    si tu souhaites savoir comment je me débrouille, mon fil "ce deuil pour les autres" dans cette même rubrique, en témoigne pas à pas ... en pratique et non en recommandations, ces dernières ne valant pas grand-chose ...
    Non, le "problème" n'est pas l'acceptation, je l'ai d'ailleurs mentionné en précisant que, selon moi (mais je sais que beaucoup de théories simplistes -à mon avis- ne visent que ce -pauvre- terme),
   selon moi donc, l'avancement dans le deuil n'est PAS dans cette "étape" , mais tout simplement vers une vie dans l'Amour en soi, à sonder, délivrer, partager ...
   Bien amicalement et solidairement, M.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #4 le: 18 Septembre 2017 à 23:03:59 »
Bonjour  à tous,


Peut-on se suicider sans etre déprime ? Sur un seul et unique coup de tête  fatal ?
Je cherche au travers vos témoignages des vas similaires mais je me sens seul. Seul car il y avait rien à voir ou seul parce que je n'ai fait pour
Empêcher ce geste. Comment arrivee à vivre avec ces interrogations
Merci
Aline

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 289
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #5 le: 19 Septembre 2017 à 11:06:12 »
Bonjour Aline,

Il est possible que ton mari ait eu de gros soucis, financiers par exemple, et qu'il n'ait pas vu de solution. Il était peut-être fier et ne voulait pas  subir l'affront d'un échec ou de la ruine. C'est peut-être ça qui l'a empêché de dormir et fini par altérer son jugement. Il n'a pas laissé de mot parce que son geste était injustifiable, et non pas parce qu'il ne t'aimait pas. Je te dis ça parce que c'est ce qui est arrivé à mon père qui était aussi très actif.

Dans ces cas là, c'est impossible d'empêcher ce geste car la personne n'en parle pas et s'isole. C'est peut-être aussi une forme de bipolarité (tu dis que sa mère en était). Les bipolaires sont souvent des gens généreux qui ont des phases d'activité intense et des phase de doute ou de déprime.

C'est difficile à accepter parce que tu ne comprends pas la cause. Le sentiment d'abandon et de trahison est extrêmement douloureux en cas de suicide. Mais, tu n'as rien à te reprocher puisque de toutes façons il n'aurait rien dit. Et je le répète, ça ne veut pas dire qu'il ne t'aimait pas, mais qu'il s'est senti acculé au bord d'un précipice et qu'il a sauté.

Maintenant il faut te reconstruire en te faisant aider par des psy (voir docteur Fauré) ou en te tournant vers la spiritualité en lisant des livres sur l'au-delà, si tu ouverte à cette idée.

Courage !




Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #6 le: 19 Septembre 2017 à 19:35:44 »
Bonjour Helpa,

Merci de ta réponse cela me touche. Je désespérais d'avoir des retours et du partage.

Oui c'est vrai on avait des problèmes d'argent mais qui allait être résolu dans 2 semaines avec la vente de notre bien. Tout était boucle.
Il était fier c'est vrai mais je n'arrive pas à justifier son geste.  J'étais naïve de penser que le suicide touche uniquement les gens déprimés , isolés. En fait, jai du mal à intégrer que cest une maladie.  Le suicide peut arriver  alors que la personne elle même ne l'a pas désiré ou envisage. Cest cette image du suicide que jai du mal à envisager et que jusqu'à présent aucun témoignage ne me l'avait fait "connaître".

Grâce à ce forum, je me dis que je ne suis pas toute seule à ressentir ces sentiments.

Merci pour ton écoute
Courage aussi
Aline

Hors ligne Liesel

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 157
  • Vivre avec...
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #7 le: 19 Septembre 2017 à 22:05:40 »
Bonsoir Aline,

Je suis très touchée par ton histoire.

Mon fils de 16 ans s'est suicidé il y a un an, malgré les difficultés propres à l'adolescence, rien ne laissait supposer un tel geste.
Il était de plus en plus accro au virtuel et dormait de moins en moins. Je pense en effet que trop de connections couplées à un manque de sommeil mettent dans un état second.
La psy que j'ai vue a d'ailleurs parlé de raptus suicidaire, ce qui correspond à une pulsion.

A ce niveau, ton histoire fait écho avec la mienne.

Perdre un être aimé est extrêmement dur; par suicide, cela équivaut pour moi à un acte terroriste, c'est comme un bombe qui explose et dévaste tout sur son chemin, les survivants errant hébétés au milieu des décombres. C'est d'une violence rare dont on ne se remet pas, on apprend juste à vivre avec, douloureusement, doucement, très doucement.

Sur ce forum, tu trouveras une écoute bienveillante, du soutien, de la compréhension, de l'amitié même.
Je suis de tout cœur avec toi.
Ton deuil est très récent, je t'envoie force, courage, espoir, douceur

Très amicalement
Liesel

Je choisis la vie, en ton nom Alexandre, mon fils,  pour honorer ta mort

Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #8 le: 19 Septembre 2017 à 22:37:26 »
Bonsoir Liesel,

Merci beaucoup pour ton message. Cest exactement ce que je cherchais sur ce forum de l'écoute, la compréhension et du partage.

Je suis très touchée en effet nos histoires comportent malheureusement des similitudes. Les médecins aussi me parlent de raptus et de bouffes délirantes. Rien que ce dernier mot pour moi est difficile à intégrer. Par méconnaissance sûrement jai d'autant plus de mal l'accepter.
Parfois jai l'impression de m'auto rassurée en me disant je ce n'était pas lui que ce n'était pas vraiment son choix.  Mais j'ai beau me refaire les derniers jours rien mais rien ne laisser présager ce geste.

Je peux te demander si toi à ce jour tu "acceptes" le geste de ton fils ? Arrives tu à te dire que c'est son choix ?

Jespere que nous pourrons échanger à nouveau.
Courage Liesel
Aline

Hors ligne Liesel

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 157
  • Vivre avec...
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #9 le: 19 Septembre 2017 à 23:00:39 »
Je pense qu'il est impossible d'accepter l'inacceptable.
Je ne saurai jamais ce que mon fils avait dans la tête, s'il était réellement conscient de ce qu'il faisait (il n'a rien laissé).
Je pense qu'il avait un réel mal-être en lui, je crois aussi probable qu'il était dans un état  second au moment de son geste.
Et puis, que sait-on de la mort à 16 ans?

Le suicide est un acte effroyable et tellement égoïste. Non, je ne l'accepte pas, mais aujourd'hui, je pardonne à mon fils, malgré la détresse, la souffrance, le manque. Je continue de lui donner beaucoup d'amour et choisis de vivre, ainsi il continue de vivre, différemment.

Merci de cet échange, de ce partage; il est bon de témoigner, d'être soutenu, de soutenir également.
Plein de courage

Liesel
Je choisis la vie, en ton nom Alexandre, mon fils,  pour honorer ta mort

Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #10 le: 21 Septembre 2017 à 08:54:31 »
Je crois que pour l'instant cest ce questionnement du pourquoi incessant qui me ronge. Je n'arrive pas à passer outre le geste.  Jai du mal à accepter qu'on puisse passer comme ça d'un  état heureux à un état ou la seule solution qui s'offre à soi est le suicide. Je ne crois pas que mon mari avait un mal etre. Beaucoup de pression c'est certain mais cest lui qui était avec exigeant avec lui même.


16 cest tellement jeune en effet. La vie devant soi.
Je trouve ça tellement injuste.

Tout mon soutien
Affectueusement
Aline

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 289
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #11 le: 21 Septembre 2017 à 09:57:26 »
Bonjour Alba,

Je pense que la clé est à chercher de ce côté là :

Beaucoup de pression c'est certain mais cest lui qui était avec exigeant avec lui même.

C'est la peur de ne pas y arriver et de décevoir qui peut être à l'origine de son geste. Ca paraît fou, mais certains réagissent comme ça, plutôt les hommes il me semble.

Malheureusement tu n'auras sans doute jamais la réponse. Mais je suis sûr que de là où il est il veut que tu repartes de l'avant. Peut-être t'enverra-t-il des signes ?

Hors ligne Coccie

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #12 le: 21 Septembre 2017 à 12:27:27 »
Mon psy m'a dit : "on arrive à accepter, petit à petit, avec beaucoup de temps suivant les personnes... mais sans valider pour autant". Comment valider le suicide d'une personne qu'on aime même si les proches vous rabâchent "c'était son choix" ? Choisir la mort, c'est terrible, cela signifie qu'il n'y a pas d'autre issue... alors que l'amour de la vie peut être présent, paradoxalement. Mon compagnon m'a écrit dans sa dernière lettre, quelques heures avant de sauter d'une falaise début juillet : "je ne sais pas si je trouverai le courage, car j'aime beaucoup la vie aussi..." quelle désolation pour moi. Quelle horreur de se dire qu'il aurait peut-être suffi d'un rien.
C'est un long chemin semé d'épines qui est devant nous, endeuillés par un suicide... pour ma part je navigue entre chagrin, tristesse, colère et révolte contre l'injustice... son meilleur ami me disait hier "je me sens trahi". Oui, c'est ça aussi. On se sent laissés tombés comme de vieilles chaussettes, sans y être aucunement préparés, et dans une violence extrême.
Les sentiments, les ressentis sont exacerbés, la tristesse, le chagrin, incommensurables...
Ici, on est nombreux à partager tes émotions, ta douleur. Même ceux qui ne s'expriment pas, souvent parce qu'ils ne le peuvent pas, lisent, et trouvent, sans doute, le réconfort du partage. Je te souhaite une belle journée... une à la fois...

Hors ligne Liesel

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 157
  • Vivre avec...
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #13 le: 21 Septembre 2017 à 19:23:44 »
Bonsoir Aline,

Merci pour ton soutien.
Oui, tout cela est injuste, quelques soient nos histoires, pour ceux qui sont morts et pour ceux qui restent.

"La mort n'atteint pas seulement celui qui doit fermer les yeux à jamais mais aussi les autres, tous les autres qui recevront l'horreur et l'absence en partage."  Marie-Claire Blais

Je me pose encore parfois la question du pourquoi pour mon fils, tellement de réponses et un tel non sens! Je crois qu'il est impossible de répondre à cette question du pourquoi. Eux-mêmes sauraient-ils répondre?

Bien affectueusement
Liesel
« Modifié: 21 Septembre 2017 à 19:28:08 par Liesel »
Je choisis la vie, en ton nom Alexandre, mon fils,  pour honorer ta mort

Hors ligne Alba1985

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon mari
« Réponse #14 le: 23 Septembre 2017 à 11:10:14 »
Merci pour vos messages qui me vont droit au cœur.

@coccie : tes paroles raisonnent en moi. C'est exactement ça que jai du mal à comprendre aujourd'hui cest ce goût pour la vie et pour autant ce geste d'une violence incroyable. Pour moi, par méconnaissance, quelqu'un qui se suicide c'était prévisible de par la personnalité et le comportement. Mais justement rien mais absolument rien ne laissait présager ce passage à l'acte par mon mari. Jai ce sentiment de m'être trompée de n'avoir rien vu de ne pas l'avoir compris alors que je suis aussi convaincue qu'il n'y avait rien de prévisible.  Ce geste me fait me remettre en cause moi notre amour alors qu'en 17 ans il ne m'a jamais fait doute de son amour pour moi.
Cest tout récent ton deuil aussi, as tu repris le travail ? Comment tu avances et explique le geste de ton compagnon et ses derniers mots ?
Si je suis trop indiscrète dans mes questions tu m'en excuseras. J'essaye de comprendre ce que les autres ressentent pour comprendre les propres sentiments.
Je suis de tout cœur avec toi

@liesel : merci pour ta très belle citation.
Oui c'est vrai se poser la question du pourquoi cest d'essayer de rationnaliser leur geste alors qu'il n'y a justement rien de rationnel.
Le chemin de l'acceptation me semble encore long. Toutes les nuits je rêve que c'est un cauchemars et que tout cane s'est jamais produit. Le réveil est brutal.

Affectueusement
Aline