Auteur Sujet: Les grandes lames et les hallebardes qui emportent tout  (Lu 714 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne MM

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Les grandes lames et les hallebardes qui emportent tout
« le: 27 septembre 2020 à 18:30:10 »
A tout juste 18 ans je fais La rencontre d'une promesse d'un chemin de partage et d'amour comme j'en n'ai toujours rêvé. Tous les ingrédients que je pensais nécessaire pour réussir ma vie étaient réunis.
Mon meilleur ami, mon amant, mon confident, le père de mes 3 enfants...
Nous étions tellement fusionnel, toujours d'accord, nous deux contre le reste du monde !

Pourtant ces dernières années j'avais pleinement conscience que nos chemins s'éloignaient et t'exprimait mon ressenti, tout semblait normale pour toi c'est la vie de couple!

Jusqu'à ce soir d'été ou j'ai fais tout éclater...Je tombe de haut ! Il y avait une autre femme dans ta vie, nous avions abordés ce sujet si souvent, nous nous étions promis de tout nous dire, rien  se cacher, nous ne serions pas comme nos parents !

Quelle déception pour ton non-respect,  pour tous ces mensonges, cette trahison d'avoir fait rentrer une tierce personne dans notre cocon familiale, sans jamais me l’avouer.

Après m'avoir supplié de te pardonner,  tu as choisi finalement de prendre de la distance, d'essayer une nouvelle aventures amoureuse. Je voulais que tu fasses un choix rapidement.
Je souffre, alors  je cours, je cours... c'est décidé je n'ai plus besoin de toi je veux juste couper, si on peut, ce lien qui nous unit, on sait tous les deux que plus rien ne sera comme avant.

Ma colère, mon regard sur toi, les reproches, nous emmène aux disputent que nous avons jamais connu  en 18 ans de vie commune, à ces phrases que l'on regrette.

Alors tu as trouvé un petit appartement  qui t’éloigne de tes habitudes familiales,  tu reviens à la maison un week-end sur deux, pour garder nos enfants en attendant de pouvoir les accueillir.

Nos disputent sont usantes et ce n’est pas nous ! Je découvre  la course à pied pour vider une partie de ma colère,  ça fonctionne, un repas centré sur les enfants, sans reproche.   ce dernier dimanche midi ou tu as prévu de cuisiner des moules frites, un plat que  j’apprécie.

Tu as fait de ce repas notre dernier moment en famille, lundi 2 décembre2019  tu as décidé que ta vie était trop difficile à porter, tu as choisi de m’abandonner une seconde fois en te donnant la mort.

Il n’y a pour moi pas de quête du Pourquoi … Mais tellement l’envie de te demander  « Pardon » de ne pas avoir mis ma colère de côté, de ne pas avoir su t’aider , te comprendre.

Aujourd’hui je ne sais plus qui je suis, j’ai tout perdu en 3 mois. Qui suis-je maintenant sans toi ?