Auteur Sujet: 2 ans après, message d'espoir  (Lu 269 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Malianna

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
2 ans après, message d'espoir
« le: 27 Février 2019 à 03:27:40 »
Bonjour a tous.
Il y a exactement 2 ans, j'écrivais pour la première fois sur ce forum pour partager la souffrance que j’éprouvais après avoir perdu ma mamie d'un cancer du sein. (http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil/mon-temoignage-sur-le-deces-de-ma-mamie/)

Aujourd'hui, je suis venue apporter une petite note d'espoir, vous faire part de mon ressenti 2 ans après, de mes victoires et mes difficultés. Je veux juste pouvoir aider ceux qui viennent juste de perdre un proche et leur dire: vous pouvez vous en sortir. Je veux simplement partager mon expérience, ma façon de vivre les choses. Je ne prétend pas avoir le savoir absolu, pour certains ça met plus de temps, d'autres moins. On ne ressent pas tous la même chose, et heureusement ! C'est ce qui fait notre richesse. (je m'excuse à l'avance si ça part un peu dans tous les sens, et pour les éventuelles erreurs de frappe ou d'orthographe; et désolée aussi si c'est un pavé)

Tout d'abord, tous ceux qui vous diront "Ne t'en fais pas, avec le temps tu oublieras, tout redeviendra bientôt comme avant" vous mentent. C'est archi faux, vous n'oublierez jamais, et rien ne sera jamais plus comme avant. Mais la bonne nouvelle, c'est que vous apprendrez à vivre avec. Ce sera long, dur, mais ça viendra petit a petit. Moi, au début, je n'arrivais pas à parler d'elle, j'avais envie de pleurer dès que mes parents la mentionnait, ou mentionnait sa maison. Maintenant, j'y arrive, et je crois que c'est ma plus grande réussite de deuil. Pouvoir parler d'elle avec mes parents, avec des amis, pourvoir raconter des anecdotes, des souvenirs, sans ressentir ce poids sur ma poitrine, sans fondre en larme. Et ça fait un bien fou. Je me dis que comme ça, elle ne cessera jamais vraiment d'exister. Alors si vous ressentez le besoin, l'envie d'en parler, foncez, ne gardez pas ça pour vous.

Pour les photos, les vidéos et tous ces petits souvenirs aussi j'avais du mal au début. Je me forçais à regarder des photos d'elle et je pleurais toutes les larmes de mon corps, mais j'avais l'impression de le mériter. C'était faux. Personne ne devrait s'infliger ça, sauf si ça vous fait du bien. Ne retenez pas vos larmes. Que ça fasse un mois ou un an, vous avez toujours le droit de pleurer cette personne, inutile d'écouter ceux qui vous diront "ça fait déjà (tant de temps) tu devrais passer à autre chose". Ça viendra progressivement, faites les choses à votre rythme. Ne vous mettez pas la pression. Ce n'est pas une course, chacun apprend à vivre sans cette personne à son rythme, à sa manière. Et un jour, au lieu de pleurer en voyant sa photo, vous sourirez en vous disant que vous avez été heureux de la connaitre, même si elle n'est plus là.

Ensuite, ne vous laissez pas ronger par les regrets. Vous en aurez toujours de toute façon, vous trouverez toujours quelque chose à vous reprocher. Mais ça ne sert à rien parce que ce qui est fait est fait, et c'est impossible de revenir en arrière. Vous n'avez pas pu dire au revoir à cette personne ? Vous n'avez pas pu lui dire une dernière fois que vous l'aimiez ? Vous avez refusé ce dernier rendez-vous sans savoir qu'il n'y en aurait pas d'autre ? Ce n'est pas grave. Elle savait que vous l'aimiez, c'est l'essentiel.  Dites-vous qu'elle est partie avec au moins cette certitude. Ne vous sentez coupable de rien,  ce n'est pas de votre faute. Rien n'est de votre faute.

Si vous vous sentez vraiment mal, si vous avez vraiment du mal à le supporter, ne vous enfermez pas. Parlez en a un proche, ou même un inconnu. Ne vous laissez pas sombrer. Demandez de l'aide Plus vous allez couler, plus vous aurez du mal à remonter.

Une autre victoire dont j'aimerai vous parler est que j'ai eu le courage de m'inscrire en fac de médecine, pour devenir cancérologue (oncologue pour les intimes). Malgré le fait qu'on me disait que je n'y arriverai jamais, que je suis beaucoup trop sensible, j'ai eu (pardonnez moi l'expression) les couilles d'y aller, et je me bats actuellement pour avoir mon concours. Tout ça pour vous dire qu'il y a une vie après. Tout ne s'arrête pas avec cette personne. Certes votre vie sera bouleversée, vos habitudes aussi, mais vous pouvez, et vous devez vous relever. Croyez en vous. Rien ne vous est impossible. Vous êtes capables de tout.
Et juste une petite parenthèse pour vous dire que non vous n'êtes pas trop sensibles, ni trop fragiles, vous êtes simplement des êtres humains avec des émotions, des sentiments, et heureusement d'ailleurs. Vous êtes forts, et vous savez pourquoi ? Parce que vous êtes toujours en vie. (petit clin d’œil à  ma meilleure amie qui m'a dit un jour la même chose).

Je ne suis pas en train de vous dire que ce sera facile. Et que 2 ans après je vis ma meilleure vie. C'est toujours difficile parfois, et ça m'arrive toujours de pleurer ou d'avoir mal en pensant à elle. J'ai cette peur irrationnelle de l'oublier, d'oublier sa voix, ses mimiques, ses expressions, sa façon de me regarder. Mais j'essaye de m'accrocher à l'idée que ça ne pourra jamais arriver, que je ne pourrai jamais oublier. Le chemin du "deuil" est long et douloureux, et il ne se fini jamais vraiment. Mais au fur et à mesure, il sera plus facile à parcourir. N'abandonnez pas. Ne vous perdez pas en chemin, et si vous vous perdez, retrouvez vous.

Si vous avez des questions, ou si vous voulez vous aussi partager vos réussites, vos peur et votre expérience, je serai ravie de vous lire (vous pouvez me laissez un message privé ou un commentaire). Prenez soin de vous. Et n'oubliez pas, même sans cette personne, vous demeurez la personne géniale et formidable que vous avez toujours été.