Auteur Sujet: départ accidentel  (Lu 33166 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 489
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #240 le: 16 juin 2020 à 08:42:16 »
Oui, tu as subis beaucoup d'émotions fortes, pense à te reposer un peu si tu le peux afin de ne pas s'effondrer.
Affectueusement
Nicole
Je ne serai plus jamais la même. J'ai perdu mon essentiel.

Hors ligne Elisa52

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 354
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #241 le: 16 juin 2020 à 23:31:04 »
Chère Anonymus,
Moi non plus, je n'arrive pas à imaginer comment cette cérémonie a dû être terrible. Mais aussi le début d'une autre étape  : avoir ce bel endroit pour le retrouver.
Affectueuses pensées, prends soin de toi.
"J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière"

Hors ligne anonymus

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 197
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #242 le: 08 juillet 2021 à 03:47:59 »
Bonjour,

Je pense souvent à vous. Ça fait maintenant 2 ans et 4 mois. Je pleure encore souvent et je ne comprends toujours pas le sens de la souffrance. Pour être plus forte la prochaine fois que quelqu'un va mourir? Je ne pense pas l'être. On m'a dit qu'un "cadeau" émerge de la souffrance et je ne vois toujours pas le positif dans cette situation. Je suis brisée. Je continue parce que je m'y sens obligée, mais je n'ai pas de joie. Je ne crois pas un jour voir le positif et je crois qu'il n'y en a pas.

Le père de mon ex-conjoint veut utiliser son ancienne chambre pour y aménager une chambre d'amis. Ce n'est pas ma maison, mais j'aurais souhaité que sa chambre reste intacte pour toujours. Je ne veux pas qu'on touche à ses choses et je refuse qu'il soit mort.

On m'a demandé de faire un témoignage pour être publié dans une revue. Pour montrer qu'on peut s'en sortir. Je n'ai pas l'impression de m'en être sortie. Je me sens comme une bête de foire qu'on utilise pour faire du sensationnalisme. Je n'ai envie de parler de ma souffrance qu'à des gens qui comprennent ce que je vis. Je vais décliner l'offre. Je ne pourrais de toute façon pas dire ma vérité, car ma vérité ne se publie pas. "Qu'as-tu fait pour t'en sortir?" J'ai pris des antidépresseurs et des anxiolytiques et j'ai réprimé mes émotions en me noyant dans le travail.

Est-ce qu'il y a vraiment une forme d'apaisement qui arrive un jour?

Merci de toujours me lire sans jugement et avec bienveillance.

À bientôt

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5147
Re : départ accidentel
« Réponse #243 le: 08 juillet 2021 à 12:10:03 »
Tu as bien fait de venir écrire ici
ta souffrance est réelle, non comprise.
Mais de tout mon parcours ajouté à tous mes deuils depuis très jeune j'en conclu que :
du moment que l'on voit la personne avoir des activités sociales, exprimer des émotions spontanées à certains moments tel le rire, on se dépêche de conclure qu'elle s'est reconstruite malgré l'absence du défunt.
Et je crois aussi que ça arrange bien de ne pas voir la plaie émotionnelle, la souffrance de cette personne.
Il me semble qu'il y a un mécanisme aussi qui fait que l'endeuillé ne se sent pas la force d'exposer publiquement sa souffrance et de prendre le risque émotionnel en étant incompris  d'être jugé, pris à parti pour son attitude alors l'endeuillé se censure pour se protéger !
la souffrance qui dure est tabou !
Et plus la personne s'est reconstruite voire dans le veuvage est à nouveau en couple, plus on évite de vouloir accepter, qu'elle a une souffrance qui reste et qu'elle masque pour ne pas s'effondrer dans un état dépressif pire.

Il est de bon ton dans film, reportages, livres, émission
cf http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/lundi-emission-en-direct/
de mettre en avant le côté positif des capacités à un retour de vie classique, investie dans travail, social, familial et voire affectif, dans le but de ne pas décourager ceux qui commencent le parcours et ne pas risquer d'avoir des difficultés en exposant ces souffrances qui durent
alors on nomme avec pudeur ? retenu ..  le deuil comme "faire avec"

C'est peut être parce que j'ai côtoyé plusieurs personnes veuves qui avaient pu mettre en route dans la reconstruction une nouvelle vie sentimentale mais qui me confiaient comment elles vivaient leurs souffrances que je dis ça !

Souffrance tabou.

J'ai beaucoup lu et écouté, étudié sur les processus de deuil, parfois c'est bien nommé
https://www.neo-funeraire.com/2020/03/01/quand-le-deuil-se-complique/
parfois non.

J'ai précieusement gardé le livre
édité par autrement par l'OCIRP
 faut il faire son deuil perdre un être cher et vivre
issu d'un collectif 
offert par "dialogue solidarité" au début du groupe de paroles
et j'y avais lu
"une douleur qui va vers la vie se supporte, une douleur sans autre horizon qu'elle même menace d'entrainer vers le fond.
Et de là ma compréhension que me centrer; quel que soient les moyens, sur continuer pour perpétuer sa mémoire, la mémoire du nous qui signe ma non acceptation d'une disparition en le faisant vivre encore malgré l'absence, était ce qui serait le moins douloureux pour moi.
... et pour les autres car je pourrai y mettre des joies acceptées (avec mes petites filles par exemple), des plaisirs culturels, ...  et du coup ces autres me voyant vivre avec une apparence "normale" n'auraient plus d'inquiétude pour moi !

les religions et croyances proposent un futur de "retrouvailles" = une non fin
d'autres une continuation transformation des atomes supports en une autre construction nouvelle dans un mouvement perpétuel
car la disparition est inenvisageable me semble t'il !

Donner un sens à notre vie est le plus difficile surtout pour les deuils brutaux, inexpliqués et pour ceux qui n'ont pas d'enfant. Avec humilité je sais que tu es dans le cas le plus compliqué et je vois les aides que j'ai.

Tu as voulu écrire ici c'est très bien, tu trouveras sans doute à faire vivre votre Nous d'une certaine manière l'élan vital s'imposant à toi à faire survivre ce Nous de là tu auras des mécanismes qui feront que tu supporteras la souffrance de manière différente et pourra survivre avec elle.

sois assurée de mon amicale compréhension , bien affectueusement 
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne anonymus

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 197
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #244 le: 08 juillet 2021 à 19:27:21 »
qiguan, tu as toujours les mots justes.

Je me reconnais dans tout ce que tu écris et c'est vrai qu'il y a une sorte de pression sociale qui fait en sorte qu'on doit avoir l'air d'aller mieux et les gens sont très mal à l'aise avec la souffrance qui perdure.

Pour moi, et ça aussi c'est un peu tabou, la seule chose qui me fait réellement tenir est de savoir que son âme existe encore. Je sais que, sous une autre forme, il est là. J'aurais quand même aimé qu'on puisse avoir la même forme plus longtemps.

Sincèrement,

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1015
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #245 le: 09 juillet 2021 à 09:34:17 »
Anonymus

J'ai souvent pensé à toi, nous sommes des compagnes dans la douleur et tu le sais ici on se comprend,  chacun de nous fait son parcours avec ses propres forces, la lutte est quotidienne même si moins violente , malgré tout retrouver la force de communiquer avec les autres est une aide précieuse ,il faut trouver les bonnes personnes , pour moi j'ai participer à l'élaboration d'un film et cela nous a fait un bien fou la personne faisant le film était lui-même  lui-même dans notre cas ,le partage fut d'une grande aide , je continue avec l'aide d'ami(e)s mon parcours
Je pense très fort à toi
Prends soin de toi
Amitiés

Hors ligne BEBE

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1514
  • L'amoureuse de Coeur Canaille qui vit sur Terre
Re : départ accidentel
« Réponse #246 le: 11 juillet 2021 à 17:57:41 »
Bonjour Anonymus,

Merci pour ton passage sur mon fil.
Oui, la danse est un point d’ancrage… elle m’aide à ne pas tomber mais en dehors de ces moments parenthèses… tout reste très difficile comme je l’ai écrit récemment à Malome….   


... il y a des moments avec de belles émotions à la danse,  oui il y a de "bonnes heures" là bas  car pendant que je danse je dompte la douleur mais je n'en suis pas encore à l'étape de "se faire plaisir autant que l'on  peut", qui correspondrait en d'autres termes à un '"profiter de la vie" ... je n'en suis  vraiment pas là... rire, chanter, partir en voyage... j'en suis encore incapable... dans l'ensemble tout reste très douloureux en ce qui me concerne... seule la danse parvient à m'arracher pour de cours instants  à cette mélancolie devenue chronique.

Je continue à penser à mon amoureux H24, nos merveilleux souvenirs ne me laissent pas de répits, ils émergent à chaque instant au détour d’un  parfum, d’une chanson, d’un coin de rue, d’une ambiance, d’une date … je souffre toujours autant mais ce qui a changé c’est que je le dis moins. Tout le monde autour de moi pense que je vais mieux et personne n’a idée à quel point je ne fais toujours que penser à cela… à lui, à sa mort et tout ce qui ne sera plus jamais… j’arrive à vivre comme cela, même si cela n’ a guère de sens, que c’est laborieux et pas très satisfaisant mais mes parents ont besoin de moi alors j’essaie d’être là au mieux pour eux.

Je t’embrasse bien fort
BEBE
L'Amour ne meurt jamais

Hors ligne Elisa52

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 354
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : départ accidentel
« Réponse #247 le: 12 juillet 2021 à 00:17:31 »

 je ne comprends toujours pas le sens de la souffrance. Pour être plus forte la prochaine fois que quelqu'un va mourir? Je ne pense pas l'être. On m'a dit qu'un "cadeau" émerge de la souffrance et je ne vois toujours pas le positif dans cette situation.

Chère Anonymus,
Moi aussi, j'ai si souvent pensé à toi de l'autre côté de l'océan mais proche, me demandant comment tu allais.
J'aurais beaucoup de choses à dire mais ne trouve pas toujours les mots, ces derniers temps.  Je ne sais pas si j'ai trouvé un sens à la souffrance, mais je sais que j'ai beaucoup appris de ce deuil, énormément. Ma vie était en miettes et je reconstruis comme je peux, morceau par morceau. J'apprends de la vie chaque jour, j'ai dû tout réinventer et j'aimerais trouver les mots justes pour partager ça, mais je n'y arrive pas très bien. Après des mois où je ne souhaitais qu'une chose, que ça s'arrête, je me réveille chaque matin en me demandant ce que je vais faire de ma journée pour qu'elle soit la meilleure possible. Ca ne va pas plus loin mais c'est déjà ça ! Quasiment personne ne sait quelle a été, quelle est ma souffrance, à part ici, au groupe de parole, chez ma psy. C'est comme ça, je l'ai compris très tôt, mais maintenant je l'accepte.
J'ai envie de te dire que oui, il y a des moments d'apaisement qui arrivent, non pas un jour, mais de temps en temps, petit à petit, de plus en plus, mais que c'est différent pour chaque personne, nous le savons.
Comme malome et deux autres personnes du forum, j'ai participé au film de Jean-Michel et ça a été une expérience inoubliable et une étape dans mon chemin de deuil.
Reviens ici aussi souvent que tu en ressentiras le besoin, nous sommes là.
Affectueusement
"J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière"

Hors ligne anonymus

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 197
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #248 le: 18 juillet 2021 à 16:24:16 »
Je vous ai répondu à toutes individuellement, mais je vous parle aussi à toutes en même temps. Merci pour votre support.

malome,
Je suis contente que tu aies trouvé un projet pour t'aider à travers tout cela et je suis certaine que ton amour est très fier de ta participation à l'élaboration d'un film. Comme tu le dis, la lutte est moins violente, mais quotidienne. Il y a des éclaircies sur un fond de douleur qui, si on s'y attarde un peu, risque de nous envahir. Je pense à toi et je te souhaite d'autres beaux projets qui t'apaiseront.

BEBE,
Comme je te comprends. Pour en arriver à l'étape ou nous pourrons réellement profiter de la vie et être heureuses, il reste encore un bout de chemin à faire, si tant est que nous puissions un jour en arriver là. Même dans les moments heureux, on se dit que ce serait encore mieux s'ils étaient là. Les souvenirs nous apaisent et nous rappellent en même temps ce que nous avons perdu. Nous pensons à comment notre vie aurait pu être différente s'ils étaient encore là près de nous. Les gens pensent que nous allons mieux et c'est ce qu'ils veulent bien croire aussi. Ça les rassure. Seules nous savons comment c'est réellement. Bien que ce ne soit pas miraculeux, le moyen que tu as trouvé pour t'évader est sain et bénéfique. Je vais essayer également de trouver une activité qui pourrait me procurer de la joie. Les gens disent que c'est ça la vie, des joies et des peines, mais j'ai parfois l'impression que notre peine à nous a emporté toute possibilité de joie future. En espérant que ce ne soit pas le cas. Je t'envoie mes meilleures pensées.

Elisa52,
J'ai manqué tellement de choses! Je ne savais pas que tu avais aussi participé au film. Quel bonheur pour vous de pouvoir partager cette belle expérience. Ton message me donne espoir, même si je sais que la vie ne sera plus jamais comme avant. Elle peut être différente, mais belle aussi. Je crois que je résiste à créer autre chose parce que je suis encore trop attachée à mes souvenirs. Petit à petit, j'imagine que les choses se placeront. Tu sais, j'ai peur un jour d'avoir des enfants et de ne pas les aimer autant que si les avais eus avec mon copain qui est décédé. J'ai peur que tous les moments de joie soient teintés d'une mélancolie sourde et sinistre. Je pense à toi et je te félicite pour le bonheur que tu te crées toi-même au quotidien, malgré la souffrance. À bientôt!

Anonymous


Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1015
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : départ accidentel
« Réponse #249 le: 18 juillet 2021 à 19:13:48 »
 Je crois que je résiste à créer autre chose parce que je suis encore trop attachée à mes souvenirs. Petit à petit, j'imagine que les choses se placeront. Tu sais, j'ai peur un jour d'avoir des enfants et de ne pas les aimer autant que si les avais eus avec mon copain qui est décédé. J'ai peur que tous les moments de joie soient teintés d'une mélancolie sourde et sinistre. Je pense à toi et je te félicite pour le bonheur que tu te crées toi-même au quotidien, malgré la souffrance.
Anonymous

 Dans ce  passage tu t'adresse principalement à Elisa et pourtant j'ai  envie de te répondre , tu fais une bonne analyse de tes ressentis, et je voudrais pouvoir te rassurer quoique tu fasses tu resteras attachée à tes souvenirs personne , je te  dis bien personne ne pourras jamais te voler tes souvenirs ..... 
Ne pas préjuger à l'avance de la peur de ta réaction d'avoir un jour des enfants , laisse faire la vie , tu es jeune  parfois  l'avenir peut te réserver de belles surprises, ne ferme pas la porte , bien sur que cela  sera différent , ton coeur peut faire une place à du nouveau sans jamais jeter ton passé qui sera toujours dans ton présent ,De tout façon  c'est toi qui décidera , toi seule sera ce qui est bon pour toi , fais toi confiance ,
Tu ne nous dis pas ou tu en ai de ton métier ?
N'oublie pas que malgré le vécu de notre drame, la vie est précieuse
Prends soin de toi , continue à nous donner des nouvelles
Amitiés