Auteur Sujet: un partage particulier sur la reconstruction  (Lu 737 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5000
un partage particulier sur la reconstruction
« le: 07 novembre 2020 à 12:16:50 »
Elle devrait succéder officiellement à Melania Trump, le 20 janvier 2021. Après la victoire annoncée de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine, Jill, l’épouse du leader démocrate, devrait endosser le rôle de première dame des États-Unis. L’occasion pour elle d’entrer à nouveau à la Maison-Blanche, un lieu qui lui est familier. Elle y a officié comme «Second Lady», lorsque son époux était vice-président de Barack Obama, de 2009 à 2017.

Quarante-cinq ans après sa rencontre avec Joe Biden, par un samedi de 1975, elle a assisté à l’intronisation de son époux comme candidat officiel du Parti démocrate à la présidentielle, le mardi 18 août, lui rendant sur scène un vibrant hommage. «Je sais que si nous confions cette nation à Joe, il fera pour votre famille, ce qu’il a fait pour la nôtre - nous rassembler et nous unir, nous porter en période de besoin, et tenir la promesse de l’Amérique pour nous tous», a-elle lancé lors de la convention du Parti démocrate. «Vous voyez pourquoi elle est l’amour de ma vie et le roc de ma famille», avait répondu Biden. Sur son compte Twitter, Joe Biden a loué les qualités de son épouse. «Jill aime farouchement, se soucie profondément des gens, et rien ne l’arrête lorsqu’elle décide d’améliorer quelque chose. Vous tous, à travers le pays, pensez simplement à votre professeur favori, celui qui vous a poussé à croire en vous. C’est le genre de première dame que sera Jill.»

Atout incontesté du candidat démocrate, cette enseignante de 69 ans, qui cumule plus de 1,2 million d’abonnés sur Twitter, est apparue à des meetings de campagne virtuels dans plus de dix-sept villes entre les mois de mai et d’août. En mars, elle s’est interposée physiquement entre son époux et une perturbatrice sur la scène du Super Tuesday.

Mariés depuis quarante-trois ans, Jill Jacobs et Joe Biden n’étaient pas destinés à se rencontrer. Née le 5 juin 1951 à Hammonton, dans le New Jersey, l’aînée de la famille Jacobs, père banquier, mère au foyer, grandit à Willow Grove, en Pennsylvanie, entourée de quatre sœurs. Adolescente indisciplinée mais brillante, Jill Jacobs fréquente le lycée Upper Moreland, dans le comté de Montgomery. Elle obtient son baccalauréat en 1969. La jeune fille suspend ses études le temps d’un bref mariage. Après la séparation, Jill Jacobs est diplômée d’une licence d’arts à l’université du Delaware. Elle enseignera l’anglais dans une école publique durant treize ans.

Son destin bascule en 1975, lorsqu’elle croise la route d’un des frères Biden, qui tient à présenter la jeune femme de 24 ans à Joe. Et convainc Jill Jacobs d’accepter un rendez-vous. Joe Biden, lui, traverse une période sombre. Veuf depuis trois ans, il a perdu son épouse, Neilia, et Naomi, leur fille de 13 mois, dans un accident de voiture. Devenu sénateur du Delaware, il veille désormais sur ses deux fils, Beau, né en 1969, et Hunter, né en 1970. Jill a raconté leur première rencontre à Vogue en 2016. «J’étais en dernière année et je sortais avec des types en jeans, sabots et T-shirts. Il s’est présenté à la porte en veste de sport et mocassins, et je me suis dit: “Mon Dieu, ça ne marchera jamais”. Il avait neuf ans de plus que moi!» Pourtant, les fils de Joe Biden se familiarisent rapidement avec la nouvelle compagne de leur père. «Je n’imaginais pas que je me demanderais, à l’âge de 26 ans, comment réparer une famille brisée, a-t-elle déclaré lors de la convention démocrate. Mais Joe a toujours dit à ses garçons: “Maman nous a envoyé Jill” - comment aurais-je pu la contredire?»

Si Joe Biden est alors convaincu qu’il doit épouser celle qui a «sauvé leur famille», il essuie néanmoins quatre refus avant qu’elle n’accepte sa demande en mariage. «Je ne pouvais pas risquer qu’ils (Beau et Hunter, NDLR) perdent une autre mère», confie-t-elle dans une tribune à Time Magazine en août 2019. Le couple se marie le 17 juin 1977 à la chapelle des Nations unies, à New York. Quatre ans plus tard, il donne naissance à une petite fille prénommée Ashley. Jill reprend ses études, obtient un master d’arts à l’université de Villanova, puis un master d’éducation à l’université de West Chester, le tout en Pennsylvanie. Elle enseigne dans un collège communautaire du Delaware durant quinze ans, et dans un hôpital psychiatrique pour adolescents.

En 2009, son époux est investi vice-président par Barack Obama. Devenue «Second Lady», l’enseignante doit composer avec les feux des projecteurs. «Quand Barack a été élu et qu’il a désigné Joe comme vice-président, notre vie a changé, a-t-elle déclaré. Des hélicoptères tournaient au-dessus de notre maison. C’était fou!» Jill rechigne pourtant à bousculer son quotidien. La «deuxième dame» fait toujours huit kilomètres de jogging, cinq jours par semaine. Elle poursuit également sa carrière de professeur au collège communautaire de Virginie du Nord, où elle enseigne encore à ce jour, et maintient ses engagements en faveur des enfants défavorisés et des familles de militaires. En 2012, elle écrit un livre pour enfants, Don’t forget, God bless our troops, paru aux Éditions Simon & Schuster, inspiré de l’expérience de Natalie, petite-fille de Joe Biden.

En effet, son père, Beau Biden, procureur du Delaware et officiel de l’armée américaine, s’est engagé dans des opérations en Irak en 2009. Peu après son retour de mission, il annonce être atteint d’un cancer du cerveau, auquel il succombe le 30 mai 2015, à l’âge de 46 ans. Lors de l’enterrement, son frère Hunter Biden rend hommage à leur belle-mère Jill, déclarant qu’elle saura de nouveau «réparer» leur clan. Véritable pilier de sa famille, la professeure ne faillit pas depuis. En 2017, elle cocrée la Fondation Biden, qui lutte contre les violences faites aux femmes et soutient les familles de militaires. Elle devrait officier aux côtés de son époux à la Maison-Blanche. La première dame n’envisagerait pas, pour autant, d’abandonner son poste d’enseignante. «Enseigner n’est pas ce que je fais, clame-t-elle. C’est ce que je suis.»
Le Figaro
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5000
Re : un partage particulier sur la reconstruction
« Réponse #1 le: 07 novembre 2020 à 12:18:04 »
Je viens de découvrir ses parcours liés à tant de deuils :
perte de conjoint et enfant dans accident
perte d'un fils adulte dans la maladie
je ne savais pas
c'est ce portrait qui me fait découvrir
je partage
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3040
Re : un partage particulier sur la reconstruction
« Réponse #2 le: 07 novembre 2020 à 12:58:24 »
merci pour ce beau portait.