Auteur Sujet: Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité  (Lu 2436 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne FloPhano

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bonjour

Cela fait 6 semaines déjà que mes enfants Liv et Paul sont partis après un accouchement prématuré à presque 23 semaines.

10 ans qu'on les attendait dont 5, 5 années de suivi pour infertilité, des opérations, des stimulations…et ce douloureux et long parcours de la pma...mais au bout nous allions devenir parents de deux ptits loulous, deux amours....on était confiant "on ne pouvait pas connaître tous les malheurs du monde." On se réjouissait de leur arrivée en préparant leur chambre, leurs futurs affaires...on était le bonheur incarné....depuis plus rien, la vie s'est arrêtée pour eux, pour nous aussi le 28 Avril.

Le week-end précédent j'avais eu une grosse douleur en me relevant d'un siège, douleur qui s'est atténuée rapidement, mais dans la nuit du dimanche au lundi, des douleurs aiguës. Le lundi matin nous nous rendons aux urgences obstétriques de Toulouse car on ne peut obtenir avec la gynéco de l’hosto, les douleurs s'étaient arrêtées. Une sage femme m’ausculte, col fermé, les enfants sont hauts, leurs petits cœurs battent...pas de problème. Elle m'affirme que ce sont des douleurs ligamentaires sans importance, normale quand on attend des jumeaux...(étant suivie dans cet hôpital, mon dossier indiquait déjà que j'étais diabétique, avait une infection Staphylocoque doré et Streptocoque B depuis plus d’un mois). On m'a donc laissé repartir avec une ordonnance pour paracétamol sans avoir fait d’échographie. Confiants, rassurés souriants...on repart après m'être excusée d’encombrer à tort les urgences.

On se promène un peu (oui faut lutter contre le diabète), je me sens bien, les loulous bougent et donnent leur premier coup de pied à leur papa, c'est le bonheur....mais dans la nuit du lundi au mardi, les douleurs sont de plus en plus intenses, et je me dis « ben dites donc ça va être difficile d'endurer ces douleurs ligamentaires pendant les mois à venir ». Mais si c'est normal c'est normal, hein? Donc j'essaie de dormir entre deux crises de douleur, jusqu'au moment où je n'en peux plus, c'est trop douloureux...j'essaie d'aller aux toilettes, et là la poche des eaux se présente...mon mari la voit et appelle les urgences.....Aux urgences, on me demande l'écho du col...que je n'ai pas fait la veille ! et nous annonce après avoir vérifié que les bébés sont vivants que c'est fini…Liv est descendue dans le vagin. Ils sont vivants mais on nous dit de nous préparer à leur mort, décider si on veut les accompagner si ils sont encore vivants à leur naissance, si on voudra les déclarer, s'occuper de leurs petits corps....On me pose la péridurale (après 1 heure de tentative, 8 essais et une armée d'anesthésistes qui se succèdent), et l'équipe médicale nous dit « on va laisser faire la nature, on ne provoquera ni arrêtera les contractions, c'est fini pour vos bébés on va prendre soin de vous madame » L’enfer commence…un enfer inéluctable, rien à faire pour lutter, je ne veux pas accoucher mais je ne peux rien faire….nous sommes impuissants, démunis devant cette tragédie. 

Notre vie s’est arrêtée depuis ce jour, chaque jour est une souffrance, une errance…un monde sans lendemain. A ceux qui nous disent « faut aller de l’avant », mais de quel avenir parlez-vous, vers ou ? comment ? A la lecture des nombreux posts sur les sites de deuil périnatal, je sais qu’il y aura de meilleurs jours, que le sourire reviendra…mais comment y arriver je l’ignore. Quand on perd ses enfants, certaines personnes ne supportent plus notre présence, celles qui se jetaient sur mon ventre se détournent de moi maintenant. Loin de nos familles et de nos amis, je me sens perdue. En plus si certains pleurent avec nous nos enfants, d’autres nient leurs existences, refusent même de prononcer leurs noms, de parler d’eux.  Mon mari a repris le travail et moi je suis en congé « mat » (merci du mot, un congé mat sans bébés !), seule à la maison sans envie, sans motivation, sans énergie, vide, amputée à vie de mes deux amours. On allait avoir la famille parfaite, deux enfants, une petite fille et ptit gars…et on a plus rien, tout s’est envolé avec eux…parfois je ne sais plus si j’ai rêvé de cette grossesse ou si je vis un réel cauchemar…quand j’arrive à m’occuper l’esprit, je tressaute en réalisant qu’ils ne reviendront pas, ils sont partis pour de vrai, pour toute notre vie…que me reste-t-il d’eux, quelques photos, leurs magnifique empreinte de pieds…..et un vide abyssal, un manque de tous les jours.

Aux causes tragiques de cet accouchement, certaines hypothèses ont été avancées…infection et béance du col…est-ce qu’on aurait pu empêcher cette tragédie? un meilleure suivi de mon infection, des examens préliminaires pour le col, une meilleure prise en charge à ma première visite aux urgences (ce n’était pas des douleurs ligamentaires mais bien des contractions utérines…mauvais diagnostic !!).  J’ai un goût amer, un goût de colère…10 ans d’attente pour enfin les serrer dans mes bras, et au lieu de cette joie, me voilà recroquevillée avec des doutes sur l’efficacité des soins, de leurs sérieux..et un constat évident du manque de moyen humains et financiers des hosto…Un lourd tribu à porter…des questions en suspens en attente de la prochaine réunion avec la gynéco obstéricienne et la gynéco pma.

J’ai envoyé un mail à l’ASP de Toulouse pour rencontrer d’autres parents endeuillés, pouvoir leur parler, partager  avec eux…mais aucune réponse pour le moment. On est bien seul quand on est parents endeuillés, seuls avec nos souffrances, nos questions, nos peurs. J’espère sur ce site pouvoir trouver des personnes avec qui partager, échanger un peu, alléger cette vie de douleur et d’injustice.

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 782
Re : Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité
« Réponse #1 le: 08 Juin 2015 à 12:37:59 »
Je viens de lire ton message bouleversant. Accroche-toi un instant à la fois.
J'espère que tu auras des réponses à tes questions.
En ce moment, je ne trouve pas trop les mots, mais je voulais t’envoyer ce petit mot.

Hors ligne NicoleMC

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 26
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité
« Réponse #2 le: 09 Juin 2015 à 20:54:05 »
Bonjour Flo,

J'aimerai te souhaiter "la bienvenue" ici mais c'est bien le dernier endroit que tu aurais souhaité fréquenter et pour cause... Et pourtant, c'est parfois dans ces lieux d'échanges qu'on trouve un peu de force, un peu de ce souffle de vie qui semble nous quitter avec nos bébés...
Ton deuil est terriblement récent, tu dis que cela fait 6 semaines déjà... Je te répondrais 6 semaine à peine... Il n'y a pas de recette miracle et tu le sais déjà, le temps va  être à la fois ton pire ennemi et ton meilleur allié mais 6 semaines, c'est si court ....
Ces amis qui te tournent le dos, ces personnes qui nient l'existence de Liv et Paul , ces personnes qui te disent d'avancer, on les a, malheureusement, tous rencontrés.
Petit à petit, on fait le tri autour de nous. On est déçus par certains,  surpris par d'autres que l'on attendait pas dans ces moments tragiques. Tu te fâcheras peut-être définitivement avec des amis que tu croyais solides, mais tu découvriras d'autres amitiés plus fortes encore.

Je sais aussi ce besoin de comprendre, de trouver les raisons  de ce drame. Là encore ce n'est jamais tout blanc ou tout noir... Parfois nous n'avons aucune réponse, aucune explication. Parfois on sait mais on ne sait pas comment l'éviter...  la médecine a fait tellement de progrès qu'il est intolérable de se dire que nous pouvons être frappés comme ça en plein cœur. On aimerait que ça n'arrive jamais... J'aimerais que ça n'arrive jamais plus à aucun parent, mais je sais que c'est un rêve fou...
Les "Pourquoi" nous hantent longtemps.. Comme tu le dis avec tous les efforts et les sacrifices pour avoir enfin vos petits loulous avec vous, dans vos bras, pourquoi ? Là encore pas de réponse.. Je sais, je n'en ai pas beaucoup finalement :) et pourtant je me suis posée ces même questions des centaines de fois moi aussi... Mais quelque soient nos histoires ça reste tellement injuste qu'aucune réponse ne pourrait justifier cette terrible perte.

Mais il y a une chose que je sais, une chose dont je suis sure... Tu dis que vous alliez devenir parents.... La vérité c'est que Liv et Paul ont fait de vous des parents. Tu es une maman... En souffrance, aux bras vides, au cœur déchiré pour le moment, c'est vrai,  mais TU ES UNE MAMAN. N'en doute pas !
Toute cette peine, toute cette colère, cette culpabilité peut-être aussi que tu ressens (ce sentiment de ne pas avoir su protéger notre (ou nos) bébés alors mêmes qu'ils étaient là où rien ne devait pouvoir les atteindre est un sentiment qui frappe souvent dans le deuil périnatal) finira par s'atténuer mais tout l'amour que tu as pour tes petits lui ne finira pas de grandir. C'est aussi dans cet amour que tu pourras puiser de la force.

Je ne peux guère soulager ta peine aujourd'hui mais j'espère que tu trouveras un peu de réconfort en sachant que tu n'es pas seule.

De tendres pensées pour Liv et Paul et je te prête mon épaule virtuelle pour poser un peu ta douleur.

Nicole

Hors ligne lesparentsdeMalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
Re : Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité
« Réponse #3 le: 10 Juin 2015 à 11:21:28 »
Flo,

Liv et Paul sont partis et rien ni personne ne peut leur redonner la vie.

Et toi, tu es seule les bras vides. Aller de l'avant, mais quel avant ?
On ne peut pas aller de l'avant, nous on voudrait revenir en arrière comme quand ils étaient là.

Ce passage est normal, mais ce n'est qu'un passage.

Personne ne peut savoir à ta place ce que tu ressens, et ce que tu peux faire.

Les gens sont d'une maladresse qui rajoute souvent de la souffrance à la souffrance.

Penses à toi et protège-toi.

Les prochaines échéances sont les rendez-vous avec les gynéco. C'est un moment indispensable, mais qui peut être difficile à vivre. N'hésites pas à préparer des questions, à en discuter avant avec ton conjoint.  C'est aussi un moment ou on recroise des femmes enceintes (qu'on à juste envie d'étrangler à mains nues !!!)

Je vais penser bien fort à toi, à ton conjoint.

De douces pensées à Liv et Paul,

N'hésites pas à venir déposer ta souffrance.

Claire



Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2223
Re : Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité
« Réponse #4 le: 10 Juin 2015 à 13:12:28 »
Vous êtes des parents endeuillés...
la mort de vos tout-petits est une injustice absolue et le chagrin est à la mesure de l'amour que vous leur portiez déjà; à la mesure de la vie dont vous rêviez pour eux..pour vous...une vie interrompue brutalement...tragiquement.
6 semaines,  c'est hier... le choc ne s'est pas encore dissipé...

Hors ligne Mélanie+Titouan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité
« Réponse #5 le: 21 Octobre 2015 à 12:25:24 »
Bonjour,

Je viens de lire tes mots, ton histoire est  bouleversante... Ton récit me touche profondémment mais comment trouver les bons mots pour te réconforter? Le corps médical est en effet fautif par manque de moyens et de temps!! Quelle tristesse!
Je pense bien à tes deux amours Liv et Pul, et j'espère qu'il existe un endroit où tous nos enfants perdus se retrouvent et se réconfortent.
Si tu as besoin de discuter un peu, n'hésite pas, je te répondrai au mieux.
Courage à vous deux!
Mélanie, mamange comme toi.

Hors ligne MaeMilo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Rentrés les bras vides et le coeur saignant de la maternité
« Réponse #6 le: 02 Décembre 2015 à 18:09:23 »
A mon tour , je découvre ton histoire et j'en suis bouleversée.

Je suis touchée par tes mots, qui font écho à ce que je vis en ce moment... Ma compassion ne soulagera sans doute pas la douleur d'avoir perdu tes deux trésors, mais j'espère que tu tiens bon, que tu puises un peu de réconfort auprès de ton entourage et ton mari. Je suis triste de te savoir seule chez toi ( mon conjoint reprends le travail en janvier, je redoute ce moment...) et j'espère qu'il y a tout de même auprès de toi des gens qui savent rendre ces journées vides moins longues, moins cruelles...

Courage ! Mes pensées pour toi et ta belle famille, pour Liv et Paul