Auteur Sujet: Milo parmi les étoiles  (Lu 10133 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne MaeMilo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #15 le: 13 Décembre 2015 à 10:20:31 »
Milou : Tu as raison, j'aimais déjà tellement mon fils... Je me retrouve avec tout cet amour à lui donner et il n'est plus là pour le recevoir... Je continuerai de l'aimer toute ma vie, j'espère juste qu'avec le temps, ca fera moins mal de se dire qu'il ne pourra jamais en profiter...


Nimriel :
Flavie, merci pour tes mots... Ton message m'a fait pleurer (rassures-toi, il m'en faut peu pour verser des torrents de larmes en ce moment). Il est empreint d'espoir, même si tu y raconte ta propre incompréhension face à cette vie qui malgré tout à voulu s'accrocher...pour repartir comme elle était venue alors qu'elle était tellement attendue, tellement espérée. En te lisant, je comprends que le chemin pour accepter, se pardonner est long mais qu'il ne peut pas aboutir si je n'apprends pas à m'aimer en tant que maman... Me dire que je l'ai été, pour de vrai, pour de bon ...Et qu'importe les raisons qui l'ont arraché à moi, Milo aurait été chéri par ses parents et sa famille.
Qu'importe les raisons de sa mort, je ne voulais que son bien, je lui préparais une vie pleine d'amour et de tendresse... Il faut que j'arrive à me rattacher à cela pour enfin être "bienveillante envers moi-même" comme dit Milou... Mais je sais que ca ne sera pas facile tant que nous n'aurons pas les résultats d'autopsie.

Dans trois jours ca fera un mois. Déjà...Seulement... Un mois que tu es venu au monde, si vite, si tôt...Je t'aime, mon bébé, mon petit garçon.




Hors ligne Pyrrha

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 37
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #16 le: 13 Décembre 2015 à 18:57:40 »
Bonjour Magali,

Je viens de lire ton topic et cela m'a bouleversée (..et puis mon plus jeune neveu porte le nom de ton fils). Je suis sur ce forum car j'ai perdu ma maman il y a 2 ans (et 3 autres décès la même année...), je ne suis donc pas dans ta situation mais je voulais saluer ton courage, j'espère que tu vas avoir ton concours car franchement tu as été courageuse au possible ! Je t'envoie plein de courage et quelque soit le résultat, soit fière de toi.

Je t'embrasse,

Pyrrha

Hors ligne MaeMilo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #17 le: 13 Décembre 2015 à 21:55:12 »
Bonsoir Pyrrha et merci pour ton petit mot,

Comme tu as du le lire , j'ai perdu ma maman aussi il y a sept ans. C'est une autre forme de deuil mais il est tout aussi douloureux. Je suis désolée de lire que cette perte aie été suivie de trois autres décès dans ton entourage, il y a vraiment des "années de merde" comme ça... la vie est parfois tellement mal foutue, ca me révolte !

Traverser cette passe doit te demander son lot de courage aussi... Merci de venir le partager avec moi, j'en ai bien besoin.


Hors ligne MaeMilo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #18 le: 15 Décembre 2015 à 12:45:28 »
Bon et bien, pas d'entrée dans la fonction publique pour moi cette année...

Je l'ai appris ce matin. J'ai d'abord été triste, puis en colère... Les gens autour de moi semblaient confiants, j'ai entrevu l'espace d'un instant un futur potentiel...Ou nous pourrions faire un prêt facilement à la banque pour terminer ce projet de maison qui nous tenait à cœur, qui est né lorsque nous avons appris ma grossesse. Un petit rayon de soleil dans notre monde triste, on est jamais contre un petit coup de pouce qui facilite les choses lorsqu'on s'embourbe tous les jours dans cette douloureuse réalité de l'absence...Quelle année de merde !

Et puis, ca m'est passé au dessus... Tant pis, ce n'est pas important. Je le retenterai dans deux ans.

Demain, cela fera un mois que j'ai mis au monde un magnifique petit garçon, un vaillant guerrier qui à fait notre fierté...notre détresse...

J'attends la claque, résignée. Je pense à mon fils, tous les jours, car rien n'est plus important...Ni les fêtes, ni les résultats de concours, ni ces foutues administrations qui s'embrouillent et nous forcent régulièrement à ressasser notre peine pour des questions de "mise à jour de situation" et d' "informations manquantes"... Je pense à Milo, mon rêve perdu, ma merveille... Je l'aime tant... Je ne suis pas prête encore à le laisser partir je crois.

Avec mon conjoint, on se dit qu'on s'en irait bien loin de tout ça, à la campagne, visiter notre loulou à la rivière, profiter du calme de l'hiver. Je ne sais pas encore comment je vais appréhender les fêtes, ni la fin de cette année pourrie...Mais je crois que j'ai besoin de me recueillir en paix...loin de toute cette agitation futile. Je me sens vieillie de dix ans, il y a certains jours ou tout ce qui a pu se passer "avant" semble s'être déroulé il y a des années, ca paraît si lointain, si accessoire...

C'est étrange comme le temps agit pour les mamanges - et encore, je ne suis qu'au début d'un long chemin. Parfois, on a l'impression que nos anges sont encore là, au creux de nous, qu'il y a quelques jours à peine, nous apprenions que nous portions la vie et observions grandir cette crevette avec ravissement... Et parfois, on se sent l'âme et le coeur lessivés, comme si la vie allait trop vite pour nous, comme si on portait cet horrible absence depuis des siècles.

Je pense à vous , les paranges et à vos loulous parmi les étoiles.
J'aime à penser qu'ils se consolent entre eux là-haut, comme nous ici bas, et qu'ils sont les petits scintillements d'espoir et de joie qui passent parfois dans nos coeurs las, quand on s'y attends le moins.




Hors ligne nimriel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 23
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #19 le: 16 Décembre 2015 à 21:48:45 »
Une pensée pour toi, ton mari et votre Milo aujourd'hui.
Un mois seulement, un mois déjà...
Tu vas sûrement avoir des difficultés à chaque date qui te rappellera ton fils. C'est normal, je vis la même chose.

C'est peut-être une bonne idée de partir à la campagne vous recueillir près de votre loulou. C'est important de se donner le temps de vivre son deuil. Les fêtes risquent d'être difficiles, alors faites ce que vous ressentez !

Désolée pour ton concours. La vie est si injuste parfois... Tu as été courageuse d'essayer. Votre beau projet de maison se concrétisera un jour, je vous souhaite le plus tôt possible. Cela fait du bien d'avoir des projets, même si on peut aussi culpabiliser. C'est plutôt positif je pense, d'avoir envie de penser à la suite, à l'après : maison, concours, nouveau job, nouvelle grossesse... Chaque chose vient en son temps, selon ce que l'on est prêt à vivre et ce que la vie nous offre. Ne perds pas espoir, il y a forcément du bon à venir.

Sache que tu n'es pas seule.



Hors ligne milou

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 203
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #20 le: 16 Décembre 2015 à 22:36:20 »
Concours raté.
Bon, ce n'est pas le plus grave. Tu as fait ce qu'il fallait, dans des conditions très difficiles.
Ce sera pour une prochaine fois. Ou pour jamais. Qui sait ce que réserve la vie ?
Je souhaite qu'elle t'apporte le meilleur, même si en ce moment elle ne te fait pas de cadeau.
Il faut toujours avoir de l'espoir. Ton petit bout de chou sera toujours dans ton cœur.
Je t'embrasse.
Milou




Hors ligne MaeMilo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #21 le: 17 Décembre 2015 à 12:37:05 »
Merci infiniment Nimriel d'avoir eu une pensée pour nous hier, cela me touche beaucoup

Comme tu le dis si justement, un mois déjà...seulement...
La journée d'hier à été très dure, avec mon conjoint nous avons beaucoup pleuré et parlé de Milo, de nos espoirs et de nos crainte pour construire cet avenir sans lui. Ces moments à deux sont aussi rares que précieux car mon homme à tendance à se "blinder" contre ses sentiments. Il veut être fort pour moi, mais il veut aussi essayer de ne pas trop penser à ce que nous avons vécu de peur de "trop souffrir". Alors que moi j'ai juste besoin qu'on pleure ensemble de temps en temps pour me sentir moins seule dans ma peine...

Nous partons demain, on va effectivement se donner quelques jours pour nous trois avant d'envisager Noël qui chez moi à toujours été familial...La "fête des enfants" comme on dit. Bon sang que ca va être dur...On relancera sans doute le projet de maison en janvier, et on trouvera un moyen de le financer (notamment grâce a l'aide des Prêts a Taux Zéro qui se simplifient et s'assouplissent pour 2016) mais tu dis juste, il nous faut des projets pour avancer. Tout ce que j'ai fait jusqu'à présent malgré ma peine immense, malgré ce vide béant creusé dans mon coeur , mon corps, mon âme...Je l'ai fait pour mon petit guerrier, pour Milo, en m'inspirant de son courage... J'espère tenir bon car en ce moment je suis vraiment "dans le creux de la vague" et je me laisse porter...Il faut que je retrouve la force de nager à contre courant.

Oui, je ne suis pas seule. Et d'ailleurs je te remercie d'être là et d'avoir les bons mots Flavie, c'est vraiment quelque chose que tu m'offres malgré la peine et le deuil qui sont les tiens et c'est un geste qui me touche beaucoup.
J'espère que ca va pour toi...Je vais te ce pas aller sur ton post pour le savoir...

Milou,
Comme tu dis, ce n'est pas le plus grave. De toute façon j'ai eu accès a mes notes et avec mon écrit moyen il aurait fallu que je fasse un oral excellent pour décrocher le concours, j'en étais bien incapable. Actuellement j'encaisse une autre claque : nous n'aurons pas de réponses sur la mort de notre Milo avant le 22 avril, date à laquelle nous serons reçus par le chef de service en réa néonat. Il préfère attendre d'avoir tous les éléments et les résultats d'autopsie sont très longs a arriver.

5 mois après le départ de notre tout-petit...4 mois d'attente interminable...Je ne sais pas encore comment je vais réussir à supporter ca, j'ai si peur de ce qu'on va nous dire ! Que me réserve la vie ? C'est une bonne question...Pour l'instant, que des m*rdes ! Mais je comprends ce que tu veux dire. J'ai encore toute une vie devant moi...Une vie à pleurer mon fils mais aussi à chérir son souvenir. Une vie à chercher un sens a mon existence sans lui mais aussi à me (re)construire.

Après la mort de ma mère, il m'a fallu 5 ans...cinq longues années avant de me dire que la vie n'était au final pas si cruelle, pas si pourrie, qu'elle avait aussi son lot de bons moments et qu'avec le temps, ces souvenirs qui font si mal deviennent précieux et nous portent, nous poussent dans les moments de découragement ou de lassitude.

Combien de temps me faudra-t-il pour considérer les choses sous cet angle après cette injustice, cette perte soudaine, innommable et si douloureuse ? Je l'ignore. Mais peut être que le fait de se dire que "un jour, ca ira mieux" est un premier pas ?

Merci pour tes mots Milou,
je pense à toi et ton mari




Hors ligne milou

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 203
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #22 le: 17 Décembre 2015 à 13:28:55 »
Chère MaeMilo,

Remercions  nous l'une l'autre pour nous tenir debout, cahincaha, dans ce tourbillon infernal.

Je vous souhaite, à toi et à ton mari, beaucoup de courage pour cette attente interminable qui vous est imposée avant d'avoir les résultats médicaux. Une dernière étape médicale importante, mais quelle torture ce délai d'attente !

Une seule chose encore : ce deuil réveille en toi celui de ta maman. Pour en avoir fait l'expérience, je crois vraiment qu'on ne peut pas gérer cela toute seule. Choisis de te faire aider, pour protéger ton couple. Vous avez tous les deux votre chagrin, à votre rythme, qui s'exprime de manière très différente. L'amour vous uni profondément. Il faut le protéger  comme un trésor et ne pas lui demander l'impossible, au risque de l'abimer. Je crois qu'il faut te confier à un professionnel pendant quelques temps, pour ne pas demander à ton mari ce qu'il est dans l’incapacité de te donner en ce moment en raison de son propre chagrin.  Ne lui demande pas d'être ton  thérapeute. L'important est qu'il soit prêt de toi, même si tu ne comprends pas toujours sa façon de vitre sa souffrance et que tu penses qu'il ne comprend pas la tienne. L'important est que vous vous aimez et que vous vous aimerez encore très longtemps. Et çà, crois moi, c'est infiniment précieux.

Tu as les ressources en toi. Quand on est capable de passer un oral dans des conditions aussi dantesques, on peut soulever des montagnes. Mais avant de soulever des montagnes, il faut s'accorder du repos, du temps et de l'amour.

Beaucoup d'amour.

Je t'embrasse.
Milou

Hors ligne EGA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #23 le: 18 Décembre 2015 à 14:13:29 »
Bonjour Magali,
Je voudrais te féliciter pour le courage que tu as eu de présenter ton concours. Tu devrais être fière de toi, d’avoir eu le courage ce matin-là, de te lever et de dire que tu continues à construire ta vie !
Tu as raison de continuer à avancer sur les projets que vous avez pour votre famille, ton conjoint et toi. Il est important d’avoir encore des projets, même si ceux-ci semblent en décalage avec ce que vous traversez aujourd’hui. Un jour, ils prendront un tout autre sens et vous pourrez vous retourner sur votre parcours en étant fiers de vous, fiers d’avoir parcouru tout ce chemin. Et toi qui envisageais également le projet d’avoir un autre enfant (ce qui n’est absolument pas honteux !), quelque part, c’est vous battre pour lui aussi ! Je vais te dire quelque chose qui va peut sembler négatif mais qui peut également rassurer : ce n’est pas parce qu’on a un autre enfant qu’on oublie celui qui est à l’origine de notre chagrin ! On ne le remplace pas ! Crois-moi, il est là et bien là ! Il n’y a donc pas de honte à avoir à souhaiter avoir un autre enfant : ce sont deux histoires d’amour, pas une qui vient en effacer une autre. Moi j’ai trouvé que c’était déjà tellement dur de devoir faire le deuil de mon bébé, mais devoir en plus faire le deuil de la maternité… Bien sûr, il faut se sentir prêt et avoir fait un  cheminement qui fera que cette histoire de famille ne devienne pas l’histoire de l’enfant à venir… je crois qu’il ne faut pas tenir compte des conseils de qui que ce soit en la matière et ne pas se sentir jugé, cela doit se passer entre toi et ton mari.
Enfin, je compatis sincèrement par rapport à l’attente qu’on vous a annoncée pour avoir un retour sur ce qui est arrivé à votre petit Milo. Je n’ai pas vécu cela mais pour avoir lu des témoignages, je me rends compte à quel point c’est difficile. Surtout, si je peux me permettre « un conseil » essayez de ne pas trop en attendre (et en tout cas de réfléchir à ce que vous en attendez) et de ne pas rester bloqués sur cette date. Beaucoup de personnes en attendent énormément et se sentent frustrés une fois la réponse là. D’autant que parfois, il n’y a pas de réponse. Du coup, cela peut être très compliqué à gérer : une telle attente peut « bloquer » un peu le cheminement des personnes alors qu’au bout du compte, on reste un parent qui a perdu son bébé.
Bon courage.
Adeline

Hors ligne nimriel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 23
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #24 le: 21 Décembre 2015 à 18:00:28 »
Bonjour Magali,
Comment vas tu? J'espère que vous avez profité de vos quelques jours à la campagne auprès de votre Milo. Cela me fait plaisir de pouvoir échanger avec toi, cela me fait du bien aussi en fait. Le fait de ne pas se sentir seule est vraiment très important pour moi. Je pense que c'est très normal que tu trouves les fêtes difficiles. Ma psychologue m'a conseillé de faire ou d'acheter une décoration de Noël à mettre dans le sapin pour Sasha. Je l'ai fait, cela m'a fait du bien. Si tu ne l'as pas fait peut-être en auras tu envie? J'ai trouvé que c'était une belle façon de symboliser Sasha, mon fils a sa boule de Noël, elle a la sienne... Et c'est juste pour moi, comme un secret, qui m'évite le manque, la peur de l'oubli, l'absence insupportable...

Et c'est marrant que tu parles de vague car c'est exactement l'image qu'a utilisée ma psy ce matin. Elle dit que le deuil est comme une vague. Et que si on représente le deuil avec une ligne, il faut la dessiner comme une succession de vagues qui vont toujours vers le haut mais avec aussi des creux. C'est normal d'être dans le creux de la vague, comme tu dis. Il fait juste accepter que le deuil est ainsi, il faut descendre un peu plus bas pour remonter plus haut qu'avant. C'est grâce à ces moments de creux qu'on avance et qu'on va mieux petit à petit. Donc ne nage pas à contre-courant, suis le mouvement de la vague en gardant en tête que tu vas bientôt remonter et être un tout petit peu mieux qu'avant.

Enfin, je te conseille de te renseigner sur l'emdr, cela m'a vraiment aidée, en une séance je sens une réelle différence. Si tu as souvent des flashs, des images qui reviennent sans que tu les aies invitées et qui te font souffrir... cela pourrait peut-être t'aider !

Dans tous les cas, je vous souhaite bon courage pour l'attente des résultats d'autopsie. Cela doit être très difficile. J'espère que vous en saurez plus et que cela vous laissera la vision d'un avenir meilleur, avec la possibilité d'agrandir un jour la famille.

A bientôt ! Flavie

Hors ligne Pyrrha

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 37
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #25 le: 01 Janvier 2016 à 22:19:53 »
Bonjour Magali,

Je voulais juste t'écrire un petit mot pour te souhaiter plein de courage !
Je ne sais pas si cela peut t'aider (je teste tout ce qui peut faire du bien en ce moment) mais j'ai eu une séance de sophrologie cela m'a aidé à penser à ma mère sans la douleur, c'est peut-être encore trop tôt dans ta situation mais qui sait ?

Je ne sais pas quels mots peuvent soulager une jeune maman comme toi en tout cas je pense bien à toi. Prenez soin de vous toi et ton conjoint.

N'ai pas de regret pour ton concours, c'est déjà tellement difficile à avoir quand "tout va bien" tu auras d'autres opportunités j'en suis sûre.

Hors ligne MaeMilo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 16
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #26 le: 03 Janvier 2016 à 13:21:08 »
Merci à toutes pour vos réponses.

La période des fêtes étant très difficile, je me suis tenue un peu à distance du forum...Mais j'ai lu chacune de vous et je suis touchée par votre volonté de continuer a m'aider, que ce soit en échangeant de simples mots de soutien ou votre propre expérience face au deuil.

Je sens que mes sentiments et mon appréhension par rapport à la disparition de mon bébé sont en train de ...changer.
Le temps qui fait son œuvre j'imagine.
Au début, je freinais des quatre fers pour ne pas vivre cette évolution. Je ne voulais pas que mon corps oublie ce que cela faisait de porter Milo, de sentir ses coups, d'être enceinte de lui. C'était comme le perdre une deuxième fois, le voir s'éloigner... Et pourtant je n'ai pas pu empêcher ces sensations de glisser lentement vers l'oubli...
J'ai fini par oublier son odeur, oublier le contact de sa peau de bébé, de son duvet brun, oublier son poids dans mes bras ou dans mon ventre... J'ai vécu, impuissante et malheureuse, ce "passage à autre chose" malgré moi.

Après ce "deuil sensoriel" , j'ai vécu cette période des fêtes comme "déconnectée" , en dehors de moi-même, me levant chaque matin avec l'impression que tout ce drame était arrivé à une autre Magali, dans une autre dimension. Cela m'arrive encore quelques matins...Depuis, je ne lutte plus contre ces changements, je me laisse porter.

J'ai compris que ne plus penser à la mort de mon fils, ce n'est pas ne plus penser à lui. Après avoir craint de perdre son souvenir, de le voir ternir avec les années...j'ai réalisé qu'il n'en serait rien, que Milo restera pour toujours mon premier né, mon premier bébé mais que - comme le disait si justement une autre mamange - il va peu à peu cesser de prendre "toute la place" dans ma vie pour trouver "sa place", dans mon coeur, dans mon esprit , dans mon histoire.

Milou
Tu as raison quand tu dis que tout cela me renvoie au deuil de ma mère.
Je ne sais pas encore sous quelle forme et avec quels symptômes (c'est un "vieux" deuil même s'il reste douloureux ) mais j'ai décidé de prendre un psy "pour moi" en plus de la psychothérapie de couple afin de mettre le doigt dessus, car j'ai besoin de comprendre comment cela influence sur ma façon de vivre la disparition de mon fils.

Avec mon conjoint nous avons passé le Nouvel An chacun de notre côté, nous en avions besoin.
 Après le décès de notre enfant, il s'est mis en arrêt maladie jusqu'au 8 janvier pour rester près de moi. Je ne le remercierai jamais assez pour cela, car jusqu'à peu, j'avais un besoin viscéral de ses bras, de sa présence. Je me suis laissée porter , voire materner par lui.
Puis j'ai ressenti le besoin d'un deuil plus "intime" , de rester seule avec le souvenir de mon fils un moment. Après s'être disputés à plusieurs reprises à grands renforts de crises de larmes et d'incompréhension, nous avons creusé un peu plus loin et avons compris que l'heure n'était plus à être l'un sur l'autre. Nous restons soudés, nous restons parents de notre Milo chéri, nous nous aimons toujours bien sûr...mais nous avons l'envie de nous recentrer sur nos besoins et vivre ce deuil de façon un peu plus "personnelle".

Mon conjoint à donc fait le Nouvel An avec des amis dans son Sud natal et je suis rentrée chez nous pour le passer seule...enfin, jusqu'à ce que ma petite sœur s'invite, ce qui finalement était une bonne idée.

Merci pour tes mots Milou, je pense à toi et ton mari...Et je ne peux que reprendre tes mots "Il faut beaucoup d'amour". C'est ce qu'il me reste de plus précieux de mon petit Milo, l'amour d'une mère à son fils.... Je ne doute pas une seconde que vous vous aimiez ton mari et toi, puisses le temps rendre ta peine plus douce et faire honneur à ce que vous as unis toutes ces années.

Je t'embrasse également.

Adeline
Merci pour tes mots de mamange. J'ai lu l'histoire de Gabriel et de ton petit espoir sur l'ancien forum, ainsi que ton post plus récent sur celui-ci.  Tu sais, cela m'émeut de voir que même après trois ans, il est important pour toi que son fils aie "sa place" dans votre histoire de famille et combien il peut être douloureux de constater que les gens passent à autre chose (surtout avec l'arrivée d'un nouvel enfant...Comme si cela éclipsait ce qui s'est passé, ce que nous avons ressenti, vécu et vivons toujours ! ). Avant ce Noël en famille , j'avais glissé discrètement à ma grand mère que j'amènerais une bougie pour Milo, afin qu'il nous accompagne, et que j’espérais sans trop l'avouer que le reste de ma famille aurait un petit geste en souvenir de mon fils.

Quand nous sommes arrivés chez ma tante et mon oncle pour le réveillon, le sapin était tout auréolé de bougies pour lui. C'était magnifique...et douloureux... Son nom n'est pas venu dans les conversations mais on m'a dit que j'avais le droit d'être triste ( je n'ai de toutes façons pas pu retenir mes larmes durant la soirée, surtout avec le petit garçon de mon cousin  qui crapahutait entre les cadeaux du haut de ses huit mois) , ca a beaucoup compté pour moi. Je garde donc précieusement le souvenir de ce Noël, car je sais que malheureusement, des attentions comme celles-ci vont s'estomper avec le temps. Je comprends donc tout a fait ton ressentiment lors de l'anniversaire de ton espoir.

Je me permets une question... Comment as tu "su" que tu étais prête à revivre une nouvelle grossesse ? Au delà de mon envie bien réelle d'être mère à nouveau, je suis constamment en train de louvoyer entre deux état d'esprit radicalement opposés  à ce sujet : La motivation inébranlable mûe par l'Espoir et la terreur sans nom alimentée par la perte de mon fils.
Qu'est-ce qui t'a fait franchir le pas ? Comment as-tu vécu cette nouvelle grossesse (9 mois c'est tellement long quand on a vécu le deuil périnatal...) ? Et l'arrivée de ta fille ?

Flavie
Oui l'image de "vague" et de "courant" n'a jamais été aussi vraie pour moi en ce moment. J'ai passé les fêtes dans le creux de la vague puis passé de longues journées à la remonter lentement...Et là, je me sens fatiguée...Mon esprit est comme ankylosé de ressasser sans cesse les mêmes souvenirs, les mêmes images...
Je vais suivre ton conseil et tester l'EMDR, je pense que cela pourrait m'aider à honorer les moments précieux que j'ai passé avec mon fils qui sont souvent supplantés par ces "flashs" des instants les plus douloureux.

Pour l'autopsie...Eh bien j'ai réussi à obtenir un rdv avant le 22 avril depuis. On m'avait dit que mes résultats d'analyse placentaire tomberaient sous un mois après l'accouchement et j'ai téléphoné au secrétariat pour expliquer que si Chef de Service réa néonat avait ces résultats en sa possession, je préférerais qu'il nous reçoive maintenant plutôt que tout nous balancer "en bloc" dans 4 mois. Trois jours plus tard, je recevais un courrier pour un rdv préliminaire aux résultats d'autopsie au 12 janvier.
Comme le dit si justement Adeline/EGA, il ne faut pas trop en attendre, ne pas se crisper sur cette date car souvent on arrive pas à pointer une raison précise à ces drames...Depuis que j'ai été entendue par le Chef de Service sur mon besoin de "savoir" je me sens soulagée, plus sereine. Bien sûr , je suis parfois saisie d'une peur panique quant à ce qu'on va nous annoncer (Et si ? Et si ?...) J'ai peur qu'on pointe une cause génétique, de basculer dans un parcours PMA...Enfin, tu dois bien connaître tout cela.

Je t'admire tu sais. A priori mon conjoint et moi n'avons aucun problème majeur pour concevoir un enfant en bonne santé (la tachycardie de Milo n'a pas de causes précises, c'est un dysfonctionnement peu courant mais bien réel qui ne s'explique pas bien médicalement) mais je n'arrive pas à écarter l'hypothèse que tout cela n'aie pas été qu'un "accident de la vie".
Comment as-tu trouvé le courage et l'espoir de continuer ? Et ton mari, comment le vit-il ? Des fois j'essaie d'imaginer la réaction de mon conjoint si on lui annonce que le "problème" vient de lui...Je ne sais pas comment j'arriverai à le soutenir suffisamment, à l'empêcher d'être consumé par la culpabilité...(déjà que j'ignore comment j'arriverai à survivre à l'annonce inverse : Et si ca venait de moi ? ) J'admire toutes ces mamanges qui doivent subir ces obstacles malgré l'épreuve infiniment douloureuse que leur a déjà infligé la vie avec la perte de leurs anges...

Comment fais-tu Flavie ? Ton mari et toi êtes tellement courageux !... J'imagine qu'il faut de la confiance, beaucoup d'amour...Je ne m'imagine pas une vie sans enfants, mes enfants...Comment trouverais-je la force de lutter si on m'annonce que "ca va être compliqué ?" (On me l'avait déjà dit avant Milo à cause de mes ovaires polykistiques et d'un petit dérèglement hormonal mais ce n'est rien comparé à un souci nécessitant un parcours PMA...D'ailleurs, il a suffit que je calcule ma date d'ovulation a l'arrachée pour que Milo apparaisse dans nos vies, au bout de seulement 5 mois d'essai "en roue libre" )


Pyrrha
Merci pour tes mots de soutien, Pyrrha
Je lis que la vie n'a pas été clémente avec toi non plus, j'en suis sincèrement désolée...Des fois , je suis révoltée de voir que la foudre frappe plusieurs au même endroit, comme si on s'acharnait à nous briser ! Tu as beaucoup de courage et je te remercie, malgré ta peine et ton malheur, de prendre le temps de venir me conseiller.

Je ne sais que peu de choses de la sophrologie, mais cela fait partie des domaines que beaucoup de mamanges pratiquent
après la perte de leurs petits voire même pour la grossesse suivante. On me parle aussi des magnétiseurs, de l'acuponcture, de domaines un peu plus obscurs pour moi comme le Yumeiho (sorte d'ostéopathie asiatique) ...J'ai un peu du mal à m'y retrouver.

C'est vrai que pour l'heure j'ai surtout soigné ma tête (mon esprit) avec le suivi psy mais je ressens également le besoin de soigner mon corps (que j'apprends peu à peu à aimer de nouveau car j'ai toujours la sensation qu'il m'a trahi a cause de mon accouchement prématuré...) Peux-tu m'en dire plus sur ces séances de sophrologie ? En quoi cela consiste-t-il ? Comment cette pratique t'a-t-elle aidé dans le deuil de ta maman ?

« Modifié: 03 Janvier 2016 à 13:31:17 par MaeMilo »

Hors ligne Pyrrha

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 37
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #27 le: 03 Janvier 2016 à 18:43:50 »
Citer
C'est vrai que pour l'heure j'ai surtout soigné ma tête (mon esprit) avec le suivi psy mais je ressens également le besoin de soigner mon corps (que j'apprends peu à peu à aimer de nouveau car j'ai toujours la sensation qu'il m'a trahi a cause de mon accouchement prématuré...) Peux-tu m'en dire plus sur ces séances de sophrologie ? En quoi cela consiste-t-il ? Comment cette pratique t'a-t-elle aidé dans le deuil de ta maman ?

Bonjour Magali,

Merci pour ta réponse ! Pour en revenir à la sophrologie, c'est un module d'initiation que je fais au travail.  Je n'ai donc pas eu le temps d'explorer la pratique "à fonds". Pour résumer il y a la respiration bien sûr etc... et des "exercices" : à un moment donné il fallait visualiser un mot de calme (n'importe lequel, donc un mot agréable pour soi) (plus tard, nous avons fait cela aussi avec un lieu de calme, réel ou imaginaire) et se concentrer dessus et j'ai pensé à un mot qui m'a ramené à ma mère car ce mot lui correspondait et cela m'a amené à penser à elle, sa façon d'être... et je me suis rendue compte que je pensais à elle sans la douleur... ce qui était nouveau et c'était très bien. Je crois que c'est le mélange de détente et de concentration qui a permis cela.
Voilà ce que je peux te dire. Je vois aussi un psy et je me suis mise au yoga : bref je me dis que tout ce qui peut nous faire du bien est bon à prendre  :)

à bientôt,

Hors ligne EGA

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #28 le: 07 Janvier 2016 à 13:50:41 »
Bonjour,

Tu dis que tu as pris conscience que Milo sera toujours ton premier bébé et que bien entendu tu ne l’oublieras jamais… lorsque j’ai compris ça pour moi cela a été une grande libération quelque part ! Ça peut paraitre difficile de se dire ça, que sa vie, aussi courte soit elle, nous marquera à jamais et que rien ne sera plus comme avant. Mais en même temps, cela veut dire qu’il ne sert à rien de s’empêcher de vivre de peur de « passer à autre chose » car de toute façon, on pensera toujours à lui et qu’il sera toujours dans notre cœur !

Cela m’amène à répondre aux questions que tu te poses sur l’après…

Je voulais d’abord te remercier d’avoir lu l’histoire de mon petit Gabriel.

Comment j’ai su que j’ai été prête à vivre une nouvelle grossesse ? Je pense que je n’étais pas prête à vivre une nouvelle grossesse ! Par contre j’étais prête à avoir un autre enfant. J

Ce que je veux dire par là, c’est que j’ai vraiment fait la distinction entre le fait d’être prête à accueillir un autre enfant, et être prête à mener une grossesse. Je voulais plus que tout avoir un autre enfant, par contre, la grossesse c’est le cauchemar à traverser pour y arriver ! C’est vrai que moi, je l’ai très mal vécue mais j’ai laissé passer peu de temps après la naissance de Gabriel. Cela dit, je ne suis pas convaincue que laisser passer plus de temps aurait changé quelque chose. Mais ne pas être prête pour une grossesse ne veut pas dire qu’on est pas prêt à accueillir un autre enfant ! Moi je sais que j’appréhendais beaucoup le rendez-vous de suivi avec la gynéco car je ne voulais pas me lancer sans avoir l’aval du corps médical. J’ai aussi demandé à la psy ce qu’elle en pensait et elle ne s’est pas vraiment prononcée mais n’a pas essayé de me dissuader ni d’invoquer un quelconque délai à respecter. Et après j’ai été tellement soulagée de ne pas avoir de contre-indication que j’ai compris à quel point c’était vital pour moi. C’est vrai que par contre, je me suis battue, comme beaucoup d’entre vous, afin d’avancer  en vue de ce projet-là. Je ne sais pas si on pourrait conseiller de « se lancer » tout de suite à une personne qui se laisserait aller, et quel serait l’impact sur son futur bébé, car on voit quand même parfois des bébés de « remplacement » et il faut absolument éviter cela. Il est certain que moi j’ai été beaucoup aidée de ce côté-là, car le sexe des deux bébés était différent. Je ne sais pas comment cela se serait passé dans le cas contraire ! J’ai encore le réflexe de penser à la chambre vacante de notre maison comme la chambre de Gabriel alors que la maison a été construite après sa naissance : il n’a jamais été question que ce soit sa chambre ! Du coup, je me dis que si ma fille avait été un garçon, il aurait été facile pour moi de faire l’amalgame.

Après, effectivement, la grossesse a été extrêmement difficile psychologiquement. Je n’ai pas pu l’annoncer à qui que ce soit (à part papa bien sûr !). Nous-mêmes, n’en parlions presque jamais. A part en vacances où nous avons pu l’évoquer un peu : on était hors du quotidien et cela nous a permis de nous laisser aller un peu : mais bon, j’étais enceinte de plus de 5 mois, c’est pour te dire que ça a été difficile. Quelques jours après, j’ai vu mes parents que je n’avais pas vus depuis plusieurs semaines, ils n’ont pas pu faire autrement que de remarquer que j’étais enceinte et je me suis effondrée, je n’ai toujours pas pu en parler. Passé le nombre de mois où j’ai été enceinte de Gabriel, ça n’a rien changé, j’ai gardé l’angoisse jusqu’au bout. Par contre, ce qui m’a énormément aidée à créer un lien avec ma fille, (car il faut avouer que je passais pas mon temps à me caresser le ventre, j’essayais juste de penser à autre chose pour que ça passe plus vite), donc ce qui m’a aidée paradoxalement, c’est d’avoir eu un petit soucis qui combiné avec le problème de la première grossesse, a impliqué la mise en place d’un suivi médicalisé de ma grossesse avec une sage-femme qui venait faire un monitoring deux fois par semaine. Et cela a été très bénéfique : j’ai commencé à créer un lien avec ma fille à cette occasion-là.  Plusieurs fois par semaine, j’entendais son cœur, étais concentrée sur ses mouvements, parlais d’elle à la sage-femme et je pense que cela m’a beaucoup aidée ! J’attendais avec impatience ces rendez vous.

Pour ce qui est de l’arrivée de ma fille, je suis contente que tu me poses la question car je suis extrêmement heureuse de la relation que j’ai avec ma fille et ce, depuis le départ ! Je voudrais dire haut et fort, qu’on peut avoir eu un enfant qui a eu une histoire aussi tragique que nos enfants et avoir une grossesse chaotique, pleurer encore après 3 ans et avoir des enfants épanouis et être épanouie en tant que mère. Je voudrais dire aussi, que même si mes enfants sont nés le même jour, je ne regrette pas une seule seconde de ne pas avoir attendu, je ne sais quelle échéance parfois préconisée par les « professionnels »…  Il faut écouter son cœur !

Bon courage !

Hors ligne nimriel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 23
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Milo parmi les étoiles
« Réponse #29 le: 10 Janvier 2016 à 21:52:52 »
Chère Magali,
Tout d'abord je te souhaite une belle et paisible année 2016, j'espère pour vous qu'elle vous apportera un peu de sérénité et de bonheur, ainsi qu'une bonne santé et de bonnes nouvelles!
J'ai pensé à toi pendant les fêtes... J'ai eu moi-même des moments de creux et de peine ... J'ai également pris de la distance d'avec le forum je n'avais pas le courage de venir parler ici ...
Très franchement je commence à aller mieux. L'EMDR m'a vraiment aidée, c'est surprenant, la deuxième séance à laquelle je suis allée cette semaine n'en a pas été une, nous n'avons fait que parler car la psychologue n'a pas senti que j'avais besoin de plus. Et c'est vrai. Je suis toujours triste et je pense encore à Sasha mais je ne souffre plus autant. Je te conseille vraiment d'essayer, cela devrait t'aider. Ton psychologue a sûrement quelqu'un à te recommander.

Je suis heureuse de savoir que tu vas avoir des réponses plus vite pour l'autopsie de ton petit, n'hésite pas à partager avec nous ce qui ressortira de cet entretien.

Concernant l'éventualité d'un parcours pma ... Oui ça fait peur. Je n'ai jamais pensé en arriver là... Avoir des enfants a toujours été une évidence. La situation ne nous laisse pas le choix, j'ai décidé de ne pas me laisser abattre. Quant à mon mari, je pense qu'il souffre beaucoup. La culpabilité qui est la sienne est difficile à imaginer, même pour moi. Il sait qu'il a cette maladie depuis ses 18 ans, il a eu le temps de réfléchir et d'accepter un peu sa situation. Mais je pense que cela reste difficile. En particulier par rapport à notre fils qui a lui-même sa maladie ... Cela restera certainement une blessure. Je souhaite qu'il se fasse aider mais il ne semble pas prêt.

Si cela devait vous arriver, console toi en te disant que ce n'est pas une fatalité. La médecine actuelle permet des tests prénataux ou préimplantatoires, cela est très dur mais rend au moins le fait d'avoir des enfants en bonne santé possible. Courage!

Concernant le fait d'être prête à avoir un autre enfant... Donnez vous le temps qui vous semble nécessaire afin de pouvoir accueillir un nouvel enfant dans votre famille. Je pense que de toute façon ta prochaine grossesse et les débuts avec ton futur enfant seront source d'angoisses, te rappelleront ton petit Milo ... C'est normal, il te faudra l'accepter. Embrasse ta particularité de future maman déjà mamange, cela ne t'empêchera pas d'accueillir avec bonheur un jour un bébé, issu de l'amour entre toi et ton mari et pour votre premier né. Et si vous voulez vous lancer bientôt, c'est votre droit ! Vous pouvez faire confiance à votre ressenti, vous faites tout ce que vous pouvez pour dépasser votre souffrance, c'est le principal.

Je vais aller poster sur mon sujet, depuis le temps ... Bon courage!