Auteur Sujet: Seule  (Lu 364 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Casic

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Seule
« le: 27 Avril 2018 à 13:46:59 »
Bonjour,

J'ai actuellement 27 ans.  Avec mon mari, on a essayé d'avoir un bébé pendant 2 ans quand tout à coup miracle! Je suis enfin tombée enceinte. J'ai été suivie par mon médecin généraliste pour ce début de grossesse. A deux mois de grossesses (12SA), j'ai eu un rendez-vous avec ma gynéco qui était prévu avant que je ne tombe enceinte.
Voulant nous faire plaisir, elle décide de faire une échographie pour qu'on puisse voir le bébé. Et là, là décente aux enfers à commencé. Avec un grand sourire elle nous montre "l'embryon" (même si pour moi, c'est déjà mon bébé) en disant "C'est un très bel embryon de 6 SA". J'ai forcément tout de suite compris qu'il y avait un problème.
Après cette échographie, j'ai dû attendre 48h pour repasser un autre examen. Seconde échographie, , elle trouve la poche vide. Elle m'a donc envoyé aux urgences gynéco. Ils ont retrouvé l'embryon dans une énorme poche. En fait ce qu'il s'est passé c'est que le placenta a continué de se développer comme si la grossesse se poursuivait normalement. Je n'ai eu aucun symptôme physique. J'avais toujours mes nausées, envies d'aller aux toilettes très régulièrement, ...
L’hôpital a estimé que les deux échographies étaient trop proches. Ils m'ont donc fait attendre une semaine de plus pour une troisième échographie avec le même verdict: la grossesse s'est arrêtée, mais mon corps continue comme si de rien était.
Ayant des problèmes cardiaques, ils voulaient que la fausse couche se déclenche naturellement. J'ai donc attendu une semaine de plus encore avec mon bébé mort à l'intérieur de moi. Au bout d'une semaine j'ai eu rendez-vous avec un anesthésiste. Puis j'ai encore attendu une semaine qu'une place se libère dans les blocs opératoires.
Entre la première écho qui était pour nous un jour de bonheur et le curetage, il s'est passé 23 jours. Il a eu lieu le 22/12. (Super fêtes de fin d'année après ça).

J'ai pu passer Noel "tranquille". Mais dès le 26 décembre, j'ai commencé à avoir des douleurs. Pensant aux douleurs normales après un curetage, j'ai juste pris les médicaments fournis par l’hôpital pendant une semaine. Mais au bout d'une semaine la douleur était tellement forte que je ne savais pas marcher. Après 3 jours à airer dans les couloirs des urgences, ils ont enfin fini par trouvé que j'avais une masse dans l'utérus. Ils ont essayé de la soigner à coup d'antibiotiques. Après 3 semaines de divers traitement, toujours pas de changement. Après une IRM, ils ont fini par voir que la masse cachait une malformation artéro-veineuse. J'ai donc dû subir une embolie (une semaine après l'IRM). Puis j'ai eu une complication à cette dernière opération. Rien de grave à côté du reste, juste un hématome sous-cutané qui m’empêchait de marcher.

Après toutes ces péripéties, j'ai fini par m'écrouler. Dans tout ça, j'ai perdu mon bébé. Ça a été incompréhensible pour tout le monde. Pour eux, ça y est, j'étais sortie d'affaire. La vie reprenait son cours. Moi je me sens seule. Vide. Incomprise.
Le pire reste avec mon mari qui agit "comme si de rien été". On en a déjà parlé ensemble. Pour lui, il a été triste et il avait peur pour moi, mais il ne s'était pas du tout projeté dans la paternité.

J'ai l'impression de ressentir une tristesse insurmontable et illégitime. Même en cherchant sur ce forum, les témoignages que j'ai pu lire concernés tous des grossesses déjà bien avancées. Je vous passe le nombre de fois où j'ai entendu des phrases comme "perdre son bébé avant 3 mois, c'est normal, pas besoin d'en faire toute une histoire".

Aujourd'hui, je ne me sens bien nul part, et je ne sais plus quoi faire pour réussir à aller mieux...
« Modifié: 27 Avril 2018 à 13:50:50 par Casic »

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1021
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Seule
« Réponse #1 le: 27 Avril 2018 à 16:23:31 »
Oh Cassic,
Ton histoire me touche beaucoup, bien sûr que ton deuil est légitime.  Aujourd'hui,  le milieu médical commence à savoir  que ce deuil est un deuil à part entière,   Tu as perdu ton bébé,  qui était au creux de ton ventre.  Tu as enduré tant de choses en si peu de temps après l'annonce de son décès, le temps qu'ils ont pris pour trouver une date, puis tous tes soucis de santé. Tout cela ne t'a pas permis de te retrouver toi, toi et ton chagrin.  Aujourd'hui, tu  peux.  Cette tristesse, ce chagrin insurmontable est normal.  Prends tout le temps qu'il te faut pour l'user comme n'importe quel endeuillé en a besoin.  Écris ton chagrin si cela te fait du bien  de mettre des mots sur tes maux.  Peut-être peux-tu trouver des lectures sur des histoires de vécus qui ressemble à la tienne, te faire à accompagner si tu en éprouves le besoin.
Tu sais, je ne vis pas le même deuil que toi, j'ai perdu mon mari, je ne sais la douleur de perdre son enfant,  mais la seule chose que je sais c'est que dès que j'ai porté mes enfants dans mon ventre, dès que j'ai compris que j'étais enceinte, je les ai aimés plus que tout.
Dans ta section, il y a moins de monde qui écrit que dans d'autres sections, tu recevras certainement moins de réponses, mais n'hésite pas à écrire, tu seras lue. 
Je te souhaite beaucoup de douceur, prends bien soin de toi et sache que ton chagrin est bien légitime
 Bien tendrement
  Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln