Auteur Sujet: Pensée à ma grande sœur..  (Lu 448 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Ylxna_D

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Pensée à ma grande sœur..
« le: 10 Mai 2018 à 22:02:22 »
Voilà, aujourd’hui comme tous les jours je penses très forts ma grande sœur qui est decedée il va y avoir bientôt 2 ans, elle avait 27 ans et elle est decedée d’anorexie mentale. Je n’arrive pas a m’en remettre pourtant vous allez me dire que au bout de 2 ans je devrais ressentir moins de douleurs mais pas du tout c’est encore pire, je garde tout a l’intérieure de moi je ne veux pas montrer à quel point je suis triste, j’ai des photos d’elle partout et il y a des jours où j’en m’assoies Devant les photos et je me mets à pleurer c’est plus fort que moi.. je vais bientôt avoir 16ans et le pire c’est que mon anniversaire et 10 jours après ça mort ça me fait tellement bizarre. C’est tellement injuste qu’elle soit partie aussi tôt, et je suis dans une période où je me sens coupable, coupable de ne pas l’avoir aider a rester, coupable de n’en pas être rester assez avec elle, coupable de tout.. je pense toujours au bon moments que j’ai pue passer avec elle mais j’ai peur qu’un jour j’oublie ça voix, un détail de son visage ou son rire, mais jamais je ne serai oublié qu’oit que se soi..  je l’aime tellement fort..
c’est vraiment bien que l’on puisse écrire sur ce forum afin d’avoir des réponses et de pouvoirs parler..

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 319
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Pensée à ma grande sœur..
« Réponse #1 le: 11 Mai 2018 à 20:07:47 »
Bonjour Y,

Tu est très jeune et tu as vécu quelque chose de très traumatisant. C'est tout à fait normal que tu ressentes toujours autant de peine. Tu ne l'oublieras jamais, rassure-toi, et c'est bien ainsi. Un jour, tu arriveras à penser à elle sans tristesse, en te rappelant les bons moments, en lui parlant dans ton coeur comme à une amie.

Mais pour le moment, il faudrait que tu trouves du soutien auprès d'un professionnel. C'est très difficile de s'en sortir tout seul, et encore plus à ton âge. Il faut trouver la bonne personne avec qui tu te sentes en confiance. Peut-être que dans ton lycée quelqu'un pourrait te renseigner ?


Hors ligne Virginiaz

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Pensée à ma grande sœur..
« Réponse #2 le: 06 Juin 2018 à 11:20:03 »
Overall, these are what I'm following so I want to know if you can recommend me.

Hors ligne Denpaolig

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 183
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Pensée à ma grande sœur..
« Réponse #3 le: 12 Juin 2018 à 21:53:39 »
Bonsoir Ylxna_D,

Cela fait 30 ans que mon frère est mort. Je n'ai jamais oublié son visage, son rire... Alors bien évidemment, il y a les photos mais quand je pense à lui, je le vois en mouvement, nos chamailleries, nos fous rires. Je n'ai pas oublié.
Ta sœur est à jamais en toi. L'anorexie mentale est une maladie grave. Jamais tu ne dois culpabiliser de n'avoir pu l'aider, tu lui as apporté tout l'amour d'un frère. Tu l'as aidée à ta mesure. Ne culpabilises pas, non.
Te fais-tu aider, parles-tu avec quelqu'un qui peut t'apporter écoute, conseils  et bienveillance ? Il existe peut-être une structure près de chez toi qui accueille les jeunes ? Ici (j'habite à côté de Quimper, dans le Finistère), nous avons la Maison des Adolescents, c'est une structure qui accueille avec ou sans rendez-vous les jeunes de 12 à 25 ans, gratuitement. Mes deux plus jeunes enfants ont été suivi l'un par une psychologue, l'autre par une éducatrice spécialisée après le décès de leur papa. C'est un lieu d'écoute, tu peux y aller seul, quand tu le souhaites.  Ma fille continue à y aller et elle me dit pouvoir tout dire à l'éducatrice sans avoir peur d'être jugée. Peut-être existe-t-il ce genre de structure près de chez toi ? Sinon, tu peux aussi en parler à ton médecin traitant. Il te conseillera. Si tes parents te soutiennent, tu peux leur parler de ton mal être également.
Je t'encourage à venir ici, déposer ta peine, ta douleur, ta souffrance, tes cris. Je comprends que tu aies besoin de cet espace pour lâcher ce que tu t'interdis de lâcher ailleurs... Et moi,  en retour, je t'accueille et te donne toute la tendresse et la chaleur dont je suis capable...

Prends bien soin de toi, et à très vite,

Muriel.