Auteur Sujet: Décès de ma maman, Fille unique dans famille monoparentale  (Lu 151 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne miss Terre

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Décès de ma maman, Fille unique dans famille monoparentale
« le: 14 Décembre 2018 à 11:18:13 »
Bonjour,
C'est avec le cœur gros et l'esprit tourmenté que je vais essayer de m'exprimer, de partager, espérant peut être trouver quelqu'un dans cette situation
J'ai été élevé par ma maman seule, mon père étant parti 3mois avant que je naisse et ma mère n'a jamais refait sa vie, bien trop meurtri !!
En mars 2016, ma mère m'appelle en urgence elle ne peux plus ni avaler quoi que se soit après une angine qui traîne, elle a fait un malaise et a appelé les pompiers ils sont en cours, elle est censé passé une fibroscopie ce jour MM, je quitte mon travail pour la retrouver à l'hôpital, ou je l'a découvre apres un mois sans l'avoir vu amaigri, voir cadavairique, j'ai un  choc en la voyant, la vision de ma grand mère, à qui elle ressemble  avant son deces. Pour l'instant elle dort, je ressors reprend mais esprit et me rend compte de la gravité de la situation. Ma mère est un roc, jamais malade, jamais hospitalisé durant mes trente ans de vie, mais la je sens qu'il se passe quelque-chose.
Nous attendons car il ne peuvent faire des examens au vu de sa faiblesse !!  Elle passera 10jours à l'hôpital puis on m'annonce qu'elle doit ressortir, hors de question qu'elle reste chez elle, j'habite à 1h30, je travaille, donc cela va de soi elle vient à la maison !! Mon ami et moi sont à ses petits oignons elle n'a déjà que peu de force pour se lever, mon mari bon cuisinier et ma mère bonne mangeuse, lui concocte des soupes, veloutés en plus des aliments hyper nutritif prescrit mais je l'a pèse chaque jour et je vois son poids descendre, 65/70kg à Noël en. Mars elle ne pèsera plus que 42 et après une semaine à la maison elle descend à 36... Nous attendons le rendez vous de la gastroenterologue et de l'orl,... Le verdict tombe tumeur pharynx inoperable !! La gastroenterologue ne veux pas poser de sonde gastrique car trop faible, l'intervention est reporté à deux fois en attendant elle perd du poids à vu d'œil, a la deuxième annulation donc on refait une transfusion sanguine à defaut, le médecin demande à me voir seule sans ma mère, et la je craque pour la première fois d'une longue lignée, elle constate que ma mère est dans le déni, le mot cancer n'est pas dans son vocabulaire et elle refuse certains soins, que sa fille lui fera... Moi !!
Merci à ce médecin qui a pri la décision, voyant l'état de santé se dégrader entre ces deux rd vs et son état psy de la faire hospitaliser.
Nous étions un dimanche de juin, je passe la journée du samedi avec elle à l'hôpital puis décide au lieu de faire 1h de route pour rentré de faire une heure de route dans l'autre sens pour passer le soir et la nuit chez une amie (je me rend compte sur la route que j'ai oublié mon téléphone)  je repars le lendemain pour aller à l'hôpital !!
 Je rentre dans la chambre, ma mère plus là, je demande à la personne dan se lit d'à côté, "il s'est passé quelquechose elle a été emmène en urgence" là je court trouver une infirmière elle ne sait pas, je sens un bras qui passe sous le mien, et la voix d'une infirmière que je connais "venez avec moi, on a essayer de vous téléphoner" "j' ai oublie mon tel, je suis partie chez une amie sans,  je fond en larme et lui demande où elle est, qu'est ce qu'il se passe, elle m'accompagne dans un bureau essayant de me rassurer par sa présence, "elle est au bloc, la tumeur a grossi et a bloquer la respiration, nous l'avons trouvée dans le coma, les médecins sont en train de lui poser une tracheo,..." et la tt un tas de question auxquelles je sais très bien qu'elle ne peux répondre, est elle rester longtps inconsciente est ce que son cerveau a eu assez d'oxygène, va tellement supporter l'opération, quand pourrai je la voir, Je m'effondre par la culpabilité d'avoir oublié mon tel et ne pas être venu à 13h30,l'heure des visites,(il était 14h30) je m'effondre à l'idée que je ne l'a reverrai peut être plus avec son caractère difficile et ces yeux qui parle pour elle !! Je voudrais juste juste la voir, voir ces yeux vert gris ouverts qui me parle sans sa bouche...
Elle me laisse dans ce bureau je ne sais combien de temps, puis revient et me propose de juste passer la voir, ils viennent de la mettre dans une chambre en soin intensif mais je ne pourrai que juste la voir.   

Je vais m'arrêter la pour ce premier message car ca me devient difficile de raconter pour la première fois ttes ces étapes, de repenser à toutes ces émotions douloureuses

Hors ligne Olaria

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Décès de ma maman, Fille unique dans famille monoparentale
« Réponse #1 le: 14 Décembre 2018 à 11:43:13 »
J'espère pour vous que vous trouverez des personnes ayant vécu des "moments" similaires.
Je trouve votre témoignage très poignant et vous souhaite tout le courage possible en ces temps difficiles.

Michèle.

Hors ligne miss Terre

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Décès de ma maman, Fille unique dans famille monoparentale
« Réponse #2 le: 14 Décembre 2018 à 12:48:23 »
bonjour,
merci j'espere aussi trouver des adultes "enfants "unique qui ont perdu leur seul parent, leur seul "pillier" "racine" et comment ont ils traverser les tourments du deuil ...
 tellement difficile entre le contexte de la maladie,de l'avoir vu autant souffrir, puis la chance d'avoir pu etre pret d'elle qd mm, d'etre seule a ces cotes et aujourd'hui de me sentir completement abandonné
 je crache un peu comme ca vient, les mots, les phrases, la syntaxe,(desole pour les fautes) peut importe je pause des mots  et je pleure en mm tps, je comprend pas trop tout ce qui s'est passe alors je ne peux en vouloir a mon mari de ne pas reussir a me comprendre peut etre que d'ecrire et partager m'aidera... aujourd'hui je vous direz peut importe j'ai mal de toute facon,
j'ai du mal a parcourir le chemin du deuil... ou juste que parfois apres 2 pas en avant je recule d'un coup de 3 en arriere ... et parfois je regarde autour de moi et suis totalement perdu

merci michèle et bien a vous
 

Hors ligne miss Terre

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Décès de ma maman, Fille unique dans famille monoparentale
« Réponse #3 le: 14 Décembre 2018 à 14:13:03 »
ce moment ou je suis rentré et ou j'ai entrevu ces yeux entre la joie de me voir et la peur, la terreur, la panique d'avoir ce truc qui lui sortait de la gorge encore sous assitant respiratoire , je n'ai pas demandé et lui ai pris les mains, qu'elle a serré de plus belle, j'ai senti qu'on me prenait  par le bras, je l'ai donc embrassé sur le front en lui murmurant soit encore un peu forte maman,  ca aller mieux maintenant, tu es entre de bonnes mains rassure toi je reviens demain j'ai pas le droit de rester " sans sourciller et sans pleurer je lui ai fait un immense sourire en lui faisant un signe de la tete et me suis laisser entrainer dans le couloir.  J'etais choqué et en mm tps rassuré, j'ai vu un regard expressif, ces yeux verts/gris qui avait réagi en me voyant, les medecins m'ont parlé m'expliquant la progression dans les poumons, l'evolution de la tumeur, juste qu'il ne pouvait se prononcer, aucun mots ne sortait de ma bouche, et cette phrase que j'avais deja entendu a plusieurs reprises deja "vous etes fille unique? votre père? de la famille? je faisait bêtement des ouis ou des nons de la tête,  juste l'heure a laquel je pouvais venir demain !
 j'ai pu telephoner a mon mari avec le tel de ma mere que j'avais recuperer, le rassurant que j'etais encore a l'hopital (il etait 21h env et ca faisait depuis mon depart le midi qu'il n'avait pas de news) mais aussi de la situation, me sentant prete a reprendre la route, le trajet fut sujet a bcp de confusions, la culpabilité,la peur, la colere,la tristesse, la douleur physique qui vous prend aux tripes au coeur,vous tord tout ce qui peut et cette pression de se dire que l'on doit faire face quand je vais rentrer...
bah non j'ai pas fais face je me suis littéralement effondré dans ses bras, pleurant et lachant toutes les cris de mon corps, tentant  de lui expliquer ce que je ne savais pas moi meme de la situation "médical", le rassurant sur le fait de l'avoir vu "réactive"
voila l'étape qui a été le 3eme choc de la maladie, la tracheotomie!!

nous avons decouvert le lendemain une maman fatigué certes, deconcerté , chamboulé, handicapé, mais ma maman, dans le déni s'exprimant par la colere , "les medecins l'ont opere sans lui demande son avis et sans l'avertir et la tracheotomie n'etait pas prevu " a t'elle reussi a nous faire comprendre par ecrit avec le peu de force qu'elle avait ! nous avons beau lui expliquer qu'elle etait inconsciente et qu'ils n'avaient pas eu d'autres choix, qu'il lui avait sauvé la vie, rien les medecins l'avait comme elle disait "entourloupé"
 a commencé la phase ou nous avons du nous adapté, emmurer dans son silence, avec tout ces questionnements ces doutes et ces peurs qu'elles devait ressentir,privé de parole,enfermé dans ces pensées, l'agacement de ne pas reussir a se faire comprendre par de simples gestes aux infirmieres, la connaissant par coeur il etait plus facile pour moi de l'accompagner, alors on a pris ardoise, veleda, cahiers stylo pour communiquer, exprimer les choses par écrit ne doit pas etre chose aisé, et etre obligé d'ecrire "pipi" sur un papier pour faire comprendre aux infirmieres qu'elles avaient envie etait tres agacant, degradant ,puis  nouvelles gardes robes car avec la sonde gastrique, ca croche ca appuie sur le tube, puis plus de col ferme haut (raté elle adoré les cols roulés)

voila pour situer ma maman était une femme vivant seule depuis trente ans, de caractere franche et brute parfois, fiere et orgueilleuse, un sacré bout de femme se fut sa force peut etre pendant la maladie mais aussi je crois une de ces plus grande souffrance au dela de la souffrance physique

l'espoir renait un peu
mais elle et nous, nous sommes adapté et raccroché a l'espoir et confiance, s'est suivi une periode un peu plus calme, prenant au jour le jour, j'avais deja baissé mon temps de travail j'ai peux prendre des conges pour etre le maximum là maman avait prit ,peut etre, conscience qu'elle aurai pu y rester sans est suivi qu'elle a eu besoin de voir ces freres et soeurs (pour certains qu'elle n'avait pas vu depuis 20 ans ), nous avons passer de bons moments ou elle prenait bcp sur elle, pour paraitre bien quand elle avait des visites,parallelement, je la voyais triste appeuré quand nous etions que toutes les deux, parfois aussi en colere et se defouler un peu sur moi, j'ai pri sur moi a parfois ne pas y aller pour lui accorder des tps, parfois le lendemain elle me le reprocher, j'ai heuresuement souvent essayer de comprendre, de ne pas prendre pour moi, contre moi, comme tout bon malade, partagé par ne pas avoir envie de dependre et qu'on la voit comme ca et par le besoin et l'envie de voir du monde, sans en plus savoir tout ce qui pouvait lui traversé l'esprit et qu'elle ne pouvait peut etre pas ecrire ou me demander.

 la barriere de la parole fut lourde de sens, permettant paradoxalement  des contacts physiques de la tendresses, qui n'aurai peut etre pas eu ... mais aussi des demandes qui ecrit noir sur blanc prennent d'autres dimensions, des petits mots sur des bouts de papiers qui restent et d'autres qui resteront a jamais, mais aussi des souvenirs de mots/phrases qui s'effacent de l'ardoises quand j'arrive, des vannes qu'elles m'envoyait par son ardoise, des blagues avec mon mari pour se moquer un peu de moi, des boutades ... 

Hors ligne Mylénium

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Décès de ma maman, Fille unique dans famille monoparentale
« Réponse #4 le: 17 Décembre 2018 à 05:11:01 »
bonjour,
merci j'espere aussi trouver des adultes "enfants "unique qui ont perdu leur seul parent, leur seul "pillier" "racine" et comment ont ils traverser les tourments du deuil ...
 tellement difficile entre le contexte de la maladie,de l'avoir vu autant souffrir, puis la chance d'avoir pu etre pret d'elle qd mm, d'etre seule a ces cotes et aujourd'hui de me sentir completement abandonné
 je crache un peu comme ca vient, les mots, les phrases, la syntaxe,(desole pour les fautes) peut importe je pause des mots  et je pleure en mm tps, je comprend pas trop tout ce qui s'est passe alors je ne peux en vouloir a mon mari de ne pas reussir a me comprendre peut etre que d'ecrire et partager m'aidera... aujourd'hui je vous direz peut importe j'ai mal de toute facon,
j'ai du mal a parcourir le chemin du deuil... ou juste que parfois apres 2 pas en avant je recule d'un coup de 3 en arriere ... et parfois je regarde autour de moi et suis totalement perdu

merci michèle et bien a vous

bonjour miss Terre, je comprends vraiment ce que tu vis car moi aussi je suis fils unique, n'ayant pas connu mon père , je devais avoir 5/6 ans quand il est parti,  je l'ai jamais revu depuis et sais pas ce qu'il est devenu, ça fait plus de 30 ans maintenant, j'ai perdu ma mère il y'a presque 4 ans le 2 mars 2015 qui allait sur ses 71 ans fin avril, d'un cancer du rein métastasé malheureusement mal diagnostiqué à temps, la maladie a duré 2 ans alors que , si elle avait été réellement suivie et faits les examens nécessaires 9/10 mois avant ça aurait pu etre autrement, mais avec les si malheureusement , certes le parcours de ta maman et la mienne est différent , que ta mère avait pas le meme cancer , mais c'est vrai que quand on n'a surtout sa mère comme seule famille ,  pas de père ou beau père ,que on n'a ni frères et soeurs c'est encore plus difficile et compliquer à gerer , on se sent beaucoup plus seul mais aussi abandonné , c'est assez dur heureusement que j'étais  quand meme soutenu par 2 amies de ma mère, une amie à moi et mon copain , plus à coté de ça le psy des soins palliatifs et ma psy habituelle qui me connait depuis plusieurs années, mais bon... on se rejoins sur pas mal de choses, ta maman avait quel age quand elle est décédée? ta maman est partie en 2016 c'est ça?  je te souhaite beaucoup de courage en tout cas , as tu vu un ou un psy pour parler de tout ça?  n'hésite pas à parler et à vider ton sac et de t'épauler sur de bonnes personnes , ton mari qui est aussi là pour toi puis  prends soin de toi surtout c'est très important