Auteur Sujet: Bientôt 4 mois...  (Lu 1108 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lexisa

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bientôt 4 mois...
« le: 20 août 2019 à 04:26:51 »
Voilà cela fait 3 mois et 20 jours que mon mari est décédé d un cancer du rein diagnostiqué fin décembre 2018. Nous nous sommes connus quand nous avions 16 ans et on ne s'est plus quitté.  Nous avons 3 enfants qui sont si forts...bien plus que moi. C'est vraiment difficile j'aimerais avancer pour faire partir cette souffrance mais je fais un pas en-avant deux en arrière. Tout le monde me dit le temps fera les choses...ben c'est bien, en tout cas ce n'est pas ça qui m'aide aujourd'hui  mais bon si je savais déjà ce qui pouvait m'aider ? Sortir oui mais à petite dose. Dormir je n y arrive toujours pas.  Reprendre le boulot...j'ai essayé au début,  pas une bonne idée,  mon corps et mon esprit ne voulaient pas.  Alors en arrêt encore pendant une semaine.  Et après...je reprends.  Mais est ce que cette fois ci ça va aller ?  En fait j'ai l'impression de ne plus vraiment contrôler ma vie mon esprit et mon corps. Alors que faire???

Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1522
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
Re : Bientôt 4 mois...
« Réponse #1 le: 20 août 2019 à 12:41:36 »
Bonjour Lexisa,

Je viens de lire ton message.
Ce que tu viens de vivre, la maladie de ton mari, ponctuée d'espoirs, de doutes, les souffrances et le voir partir, l'amour de ta vie, depuis tes seize ans, je sais combien tu peux encore souffrir.
Tu es une survivante, le corps et l'esprit ne sont plus en phase, cet amour qui n'es plus là, il n'est plus visible mais tu le gardes encore dans ton coeur, dans ta tête, et tu le garderas toujours.
J'espère que tu as du soutien autour de toi, je sais combien les enfants sont une force qui permet de garder la tête hors de l'eau.
Ecrire ici, exprimer ta douleur, savoir que ce que tu écris est entendu et compris peut t'aider.
Oui, il faut du temps, lire des livres, les parcours d'autres nous le montrent, mais on ne sait pas où se situer, chacun a sa manière d'"avancer", et parfois on recule comme tu le ressens.
Tu peux consulter la table des matières de qigan pour trouver des outils et te repérer sur ce forum
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres

Continues à écrire, partager ce que tu as besoin d'exprimer, tu n'auras pas toujours de réponses, il y a plein de questions sans réponses, mais tu serras toujours lue, et comprise.
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon éternel présent.

Hors ligne Lexisa

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Bientôt 4 mois...
« Réponse #2 le: 21 août 2019 à 01:19:20 »
Merci pour ta lecture.  Effectivement chacun vis la perte de la personne qui lui est chère différemment mais on a tous ce point commun la souffrance.
Sa maladie a été détectée trop tard et son départ trop vite. Seulement 5 mois pour essayer de préparer ses enfants,  nos amis, nos familles respectives, et nous !!!
Decembre 2018 suspicion d'un kyste...janvier 2019 cancer du rein métastasé aux poumons et ganglions lymphatiques.  Prise du soutient...tout va bien. Il gère super bien le traitement si lourd. Il travaille toujours il est à son compte avec un cousin associé.  Première pause de traitement les douleurs apparaissent...l'oncologue ne comprend pas. On change la posologie  du traitement.  3 semaines de traitement 15 jours de pause. Rebelote tout va bien pendant la prise . En arrêt de plus en plus douloureux.  Les morphine sont augmentées.  Mon mari travail toujours et dans le bâtiment,  métier difficile.  Il disait tant que je bosse tout va bien.le moral est la.  Puis contrôle en avril au scan. Le traitement ne fonctionne pas. Donc plus de comprimé et la au bout de 2 jours d'arrêt oblige de le faire hospitaliser pour les douleurs trop intenses.  Mon mari était à 4 pattes dans le bureau de l'oncologue.
Hospitalisation le mercredi tout va bien la morphine agit. On parle alors d'immunothérapie.  La première a lieu le jeudi par intraveineuse.  La capsule lui sera posée le lundi d'après.  Une capsule qui a été très difficile à poser car mon mari est très musclé.  Puis dans la nuit ça se dégrade complètement détresse respiratoire. 
Je précise que je travaille à ce moment a plein-temps. Depuis sa première semaine d'hospitalisation je me suis mise en mi temps pour pouvoir aller le voir a la clinique qui se situe à 40 km de notre domicile.
Mon mari n'est pas bien mais il pense encore pouvoir sortir dici une semaine pour retrouver son travail.  Son boulot cest toute sa vie. Je commence a lui expliquer doucement que ca va être compliqué de rentrer a la maison avec tout cet attirail. 
Puis son état se dégrade dans la nuit , détresse respiratoire aigu oxygéné au taquet.  Les infirmières m'annoncent quil ne passera peut-être pas la nuit. Son corps se refroidit dangereusement.
Il a échappé à la mort le lundi et le mardi . Il revient et commence à se stabiliser.  Les infirmières et aides soignantes sont perdues.  Il est fort votre mari! Ben oui il se bat pour vivre. Il n'est pas prêt à partir il n'a que 38 ans...
Je suis donc en arrêt,  mes parents remontent du sud pour s'occuper de nos enfants.  Jai donc plus de liberter alors pendant 15 jours je dors vers lui et l'aide moralement.  Nous commençons a avoir de sombre discussion sur comment te sens tu. S'il venait à arriver malheur que souhaites tu comme cérémonie enfin blablabla...je comprends qu'il n'est toujours pas prêt à partir au fil des jours. Alors je lui dit tu veux te battre alors battons nous.  Il fait de l'oedème partout dans le bas du corps. Il ne supporte plus son image. J'essaie de le faire marcher un peu dans le couloir mais cest un vrai marathon pour lui. La respiration ce n'est pas encore ca du tout.Les infirmières et médecins ont été prévenus de son choix. Nous faisons donc la deuxième immunothérapie. 
Son état se stabilise doucement mais sûrement.
Pourtant il me dit un soir quil est fatigué comprendre j'en ai marre de me battre. Alors je lui répond que s'il est fatigué je suis d'accord avec lui. Nous avons donc parlé de ses choix après décès.  Dure conversation.  Puis il m'a dit. J'entends une voix , je lui répond c'est peut-être la morphine et autres... il me répond non je crois que l'on m'appelle. 
Je l'ai laissé seul lundi soir car nous devions je pense chacun de notre côté réfléchir.  Le mardi il allait médicalement vraiment mieux mais voulait dormir encore seul. Il avait besoin de faire le point.  Ce ne sont que les seules deux nuits où nous n'avons pas dormi ensemble. 
J'étais chez moi telephone sur le chevet et mercredi matin ce foutu téléphone a sonné. 
Jai du annoncé a mes 3 enfants le deces de leur papa. Prendre sur moi pour l'annonce à la famille proche et amis proches.
Mes enfants savaient tout de a à z de la maladie et son suivi. Jamais nous leur avons menti. Et jusque au  bout.
Je suis donc partie en trombe voir mon mari. Première étape il fallait que je sois sûre.  Il m'avait demandé de le pincer avant d'être incinéré pour être sur quil soit bien mort.
Apres mes enfants sont arrivés.  Et ma douleurs étaient pour mes enfants.
Après ma douleurs étaient pour ses proches.
Et enfin il y a eu ma douleur au milieu de tout ce monde.
Nous avons fait une belle cérémonie.  Ses enfants et très proches ont porté son cercueil où il était vêtu de ses habits de travail, jusqu'à l'alcôve.
Il y avait beaucoup de mon monde car il était très apprécié
Jai réussi tant bien que mal à lui rendre hommage par un texte.
Puis plus rien...
A si....des papiers des papiers des papiers d'ailleurs 4 mois après toujours des papiers.
J'ai pété un vrai boulon 1 mois et demi après.  Le contre coup dit le médecin.
Manque de sa présence de son odeur de sa voix des habitudes de sortir 5 couverts à table . De  ne plus entendre rentrer le camion dans la cour.
Puis tu te retrouves à gérer des choses dont il s'occupait,  tondre le jardin réparer un robinet qui fuit etc.... et là tu te sens encourf plus seule voir inutile. Des amis sont venus m'aider.  Mais nous n'avons jamais pris l'habitude de demander quoique ce soit.  Toujours à 2 pour se débrouiller depuis 22 ans.
Trop de changement...
J'essaie d'avancer car déjà je vois que mes enfants avancent et ca me fait du bien. Meme si parfois il a de gros coups de blues
Et moi je pleurs je pleurs je pleurs mais ce mois ci de moins en moins mais jai toujours cette souffrance alors je me rassure en.me disant que lui nous souffre plus.
Je dois me battre à mon tour mais je n'ai pas envie d'une vie sans lui et je n'ai pas envie d'une nouvelle vie. Je suis toujours trop pleine de contractions
J'aimerais avoir 2 vies celle avec mes enfants tous heureux et une autre m'endormir pour aller retrouver mon.mari et passer des moments intenses ensemble.  Un peu bizarre mes direz vous
Voila ou j'en suis...
Merci à vous et bonne nuit

Hors ligne Lexisa

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Bientôt 4 mois...
« Réponse #3 le: 22 août 2019 à 04:26:26 »
S il y avait une solution pour ne plus souffrir je suis preneuse...
Enfin on le serait tous!
Y'en a qui me dise : trouve toi un but...mais quel but trouver quand son but était de se marier, de construire un foyer, d'avoir des enfants,  des petits enfants,  des projets de vacances,  de retraite puis comme on disait tous les 2 pouvoir mourir ensemble et être enterré ensemble.  On se disait jusqu'au bout... maintenant quel but puis je trouver. Voir grandir et s'épanouir mes enfants...ça cest certains.  Et quoi d'autres?
Maintenant tout a un autre sens. On travaillait pour se créer des projets, aujourd'hui je travaille pour élever mes enfants du mieux que je peux . J'avais du plaisir à aller au boulot. Je n'en ai plus vraiment aujourd'hui.  C'est surtout une nécessité impérative. 
Partir en voyage? Ce ne sera jamais plus pareil. Mon mari voulait voir la Grèce,  il n'aura même pas eu le temps et moi qui lui disait...on verra ca plus tard! J'aurais su.
Et puis je me plains mais mes enfants adolescents sont encore à la maison.  Enfin 2 sur 3. Je viens d'emménager mon grand pour ses études.  Mais quand les 2 autres partiront que me restera t il? Juste moi et mes souvenirs,  mon dieu que je ne suis pas prête.
Alors quels projets, quels buts? Pas facile de le dire aujourd'hui.
Comme toi il me dirait j'ai confiance en toi, la vie continue,  bât toi. Mais à quel prix...