Auteur Sujet: une jeune veuve de plus  (Lu 5901 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne caleomien

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 20
une jeune veuve de plus
« le: 20 Décembre 2012 à 11:17:52 »
Bonjour

Je vous lis depuis quelques temps et je me décide enfin à poster car ça devient trop dur.

Voilà mon histoire, j'ai 29 ans, une petite fille adorable de 2 ans 1/2. Avec mon conjoint nous étions ensemble depuis 7ans1/2 exactement (10/4/2005-10/10/2012) le jour où il nous a quitté. Nous étions pacsés et nous parlions de mariage dans les années à venir lorsque notre fille serait assez grande pour en profiter et garder des souvenirs. Tout allait bien, même si nous avions du mal à avoir une relation de couple depuis la naissance de notre fille, mais nous étions confiant en l'avenir. Nous savions que l'amour était là, que l'on ne pouvait vivre l'un sans l'autre et nous pensions que lorsque notre fille irait à l'école, aurait des horaires de coucher plus correctes, nous retrouverions nos soirées, nos moments à nous.

Malheureusement nous n'en avons pas eu le temps.
Nous venions de rentrer de 3 semaines de vacances, tout allait bien, le mardi soir en nous couchant, nous avons parlé de nos projets du we, et vers 6h30 j'ai été réveillé brutalement persuadée qu'un meuble était tombé, j'ai voulu le réveiller mais il n'était pas dans le lit. C'est lui que j'avais entendu, il était tombé dans les toilettes, je ne pouvais pas ouvrir la porte il était coincé derrière et je l'entendais ronfler (j'ai appris après que dans un coma profond on a des râles qui ressemblent à des ronflements). Donc les pompiers ont cassé la porte, je me suis occupée de ma fille donc nous n'avons rien vu ni l'une ni l'autre. Il a fait un arrêt cardiaque, a été réanimé (mais ne s'est pas réveillé) et est parti à l’hôpital. J'avais confiance, un arrêt cardiaque à 38 ans avec les pompiers sur place ça allait aller. Mais j'ai appris ensuite que ce n'était pas un problème cardiaque, qu'il avait du sang dans le cerveau, ma fille a été gardé jusqu'au lendemain, mes beaux parents et ma mère ont fait la route et sont arrivés dans l’après-midi. J'ai pu le voir plusieurs fois, lui parler mais il était dans le coma. Les infirmières ont essayé de me préparer au pire toute la journée mais je ne voulais rien entendre. Et le soir ils nous ont dit qu'il était en mort cérébrale et qu'ils allaient le débrancher, qu'on pouvait le voir avant. En fait il a fait une rupture d'anévrisme brutale et il était probablement déjà parti le matin. Il n'a jamais ouvert les yeux, je n'ai pas pu lui dire au revoir.

Ça fait 2 mois1/2 qu'il est parti, je n'avais pas d'emploi et pas de famille à proximité, j'ai donc déménagé dans le mois qui a suivi poussé par mes parents et beaux parents. Je vis aujourd'hui chez mes parents avec ma fille. Ma mère me dépanne bien, elle garde ma fille pendant mes rdv psy par exemple, fait le bain quand je n'ai pas la force.
Je suis sous lexomil uniquement, je pleure et crie énormément notamment lorsque je suis seule, voiture, salle de bains. J'ai l'impression d'aller de plus en plus mal, je réalise qu'il ne reviendra pas même si j'ai encore des moments où j'espère me réveiller de ce cauchemar.
J'ai l'impression que je ne m'en sortirai pas, je m'inquiète beaucoup des conséquences pour ma fille, je n'ai aucune idée de ce que ça fait de ne plus avoir de papa.
Je voudrais le rejoindre mais naturellement, je ne veux pas me suicider, et en même temps je me dis que ma fille a besoin de moi.
Je suis persuadée qu'on se retrouvera un jour mais j'ai peur que ce soit dans si longtemps, je ne suis qu'au début de ma vie.
Je manque énormément de tendresse, c'était quelqu'un de très tendre et je suis moi-même très tactile, mais je refuse les contacts sauf ma fille, car c'est de sa tendresse dont j'ai besoin. Il était mon meilleur ami, mon confident, il savait quasiment tout de moi et réciproquement, nos discussions me manquent. C'était aussi mon premier petit ami, celui avec qui j'ai tout connu (premier baiser, première vie à 2, premier bébé,...).

Pour compliquer tout ça, je vais avoir 30 ans (un cap) dans 2 jours, puis ce sera noël, le jour de l'an et tout ça sans lui, j'angoisse terriblement à l'approche de cette période. Si il n'y avait pas ma fille qui parle du père noël pour la première fois cette année, je serai parti m'isoler. Et je refuse de fêter mon anniversaire, mais mes grands-parents vont être là, et j'ai peur des regards de pitié,...

J'ai besoin d'aide.

Pour ceux qui seront aller au bout de ce pavé, merci beaucoup.
Bon courage à vous.

Hors ligne kika

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 211
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #1 le: 20 Décembre 2012 à 11:55:42 »

Caleomien


Je suis allé au bout "de ce pavé", tous nous déposons ici notre histoire, notre fardeau. C'est déjà un grand pas d'accompli que de se raconter et d'être entendu

Tu fais bien de venir nous rejoindre, ça t'aidera parce qu'ici nous nous comprenons tous
C'est une bien dure période pour tous
Tu sais tes grands parents ne vont pas forcément ressentir de la pitié, peut être plutôt de la compassion, de l'amour pour toi et ton petit bout

Courage à toi aussi

Je t'embrasse,

Malika


Hors ligne clara

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 332
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #2 le: 20 Décembre 2012 à 12:02:20 »
 :)
ce n'est pas un pavé, c'est un appel au secours et le besoin de crier ta souffrance ...
C'est aussi ça le forum, pouvoir écrire à n'importe quelle heure, sans crainte de jugement, sans crainte de lasser...
Je n'ai pas de réponses à te donner, j'ai des enfants et ils sont plus grands ...
je t'envoie juste un peu de force et la certitude qu'un jour, tous ici, nous irons mieux ...

je t'embrasse

Claire

Hors ligne pinky29

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 197
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #3 le: 20 Décembre 2012 à 12:37:36 »
Bonjour Caleomien,
Pas du tout un pavé ! je crois qu'on est tous prêt à te lire et à te soutenir du mieux qu'on peut...parce qu'on traverse tous la même chose et qu'on te comprend.
ca fait du bien d'écrire, de lire les autres, de partager, et de voir malheureusement qu'on est pas tous seul...Malheureusement !!!
biz à toi et plein de pensées, même si je sais que ça n'enlève rien à ta profonde douleur...
Christine

Hors ligne caleomien

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 20
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #4 le: 20 Décembre 2012 à 13:20:42 »
Merci pour vos réponses si rapide et pour avoir vu au-dessus de ce pavé. Disons que je n'ai jamais su synthétiser, ce qui amusait beaucoup mon conjoint, lorsque je me lançais dans des explications super longues pour des bricoles.

Pour mon pseudo, c'est le mélange de nos 3 prénoms, le mien CArine, celui de notre fille éLEOnore et le sien daMIEN.

En effet Christine, ce qui m'a fait du bien et du mal en même temps c'est quand j'ai découvert suite à son décès que j'étais loin d'être la seule à être veuve si jeune. C'est douloureux car ça signifie que d'autres ressentent la même souffrance que je ne souhaite à personne (pas même à mon pire ennemi) et en même temps c'est rassurant de savoir qu'il y a d'autres personnes qui peuvent me comprendre, qui peuvent m'aider en me montrant qu'elles s'en sortent, qu'elles avancent. Oui Claire, je suis persuadée qu'un jour nous irons tous mieux, mais quand...
Car je ne me sens pas comprise par mon entourage.
Oui Malika, ma famille ressentira surement de la compassion mais je reste persuadée que je leur fais pitié. Je ne me sens pas comprise, beaucoup de personnes dont mes grands-parents, mon frère me demande si j'ai des pistes pour un boulot. Mais je ne suis pas du tout prête à me lancer dans des cv, lettres de motivations, refus, entretiens,...
Ils ont l'air de penser que je devrais déjà aller de l'avant alors que j'ai du mal à affronter chaque nouvelle journée.
En fait, je ne suis pas très proche de ma famille, si ce n'est ma mère, et curieusement depuis ce jour je n'arrive plus à lui parler peut-être persuadée qu'elle ne peut pas imaginer, comprendre ma souffrance. J'évacue ma colère sur elle car je sais qu'elle ne m'en tiendra pas rigueur et en même temps je sais que ce n'est pas sympa pour elle.

Yohan, un autre adepte des pavés? Bon j'ai tout lu moi aussi.
J'ai lu le document dont tu me donnes le lien, j'ai aussi lu le livre vivre le deuil au jour le jour qui m'a fait du bien et qui m'a permis de comprendre que j'étais normale et non folle.
J'aime l'image du bateau et des creux des vagues car c'est tout à fait ce que je ressens depuis le 10 octobre, parfois sur le haut de la vague (très rare) et souvent tout au fond, et l'idée de ne plus être seule pour faire avancer ce bateau me rassure.
J'exprime assez facilement mes sentiments, mes ressentis, mes pleurs mais pas avec ma famille, seule ou avec les frères et soeur de Damien dont je suis proche et qui sont très présent pour moi et notre fille malgré leur propre douleur.
J'ai aussi pris contact avec une association de jeunes veufs et veuves mais ne les ai pas encore rencontrés.
Je suis aussi suivi par une psychiatre qui a l'avantage d’être remboursée et de me recevoir toute les semaines et en parallèle je fais un travail avec une psychothérapeute où l'on parle et où je fais des exercices (gts concept).

Biz à tous
Carine





Hors ligne clara

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 332
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #5 le: 20 Décembre 2012 à 14:08:20 »
Chère Carine,

Je ne me sens pas comprise, beaucoup de personnes dont mes grands-parents, mon frère me demande si j'ai des pistes pour un boulot. Mais je ne suis pas du tout prête à me lancer dans des cv, lettres de motivations, refus, entretiens,...

ce n'est pas que tu n'es pas prête, c'est que c'est tout simplement impossible pour toi en ce moment !

dis le haut et fort à ta famille ! dis leur que tu ne peux pas que c'est au dessus de tes forces et fais leur lire le bouquin du Dc faure, qu'ils comprennent ou qu'ils entrevoient ce que tu vis, ce que nous vivons en ce moment ...

Ca y est je suis en colère ! :(

par contre, je sais c'est vraiment du pratique, mais as tu vu une assistante sociale, tu es seule, sans revenue,avec ta fille ... je pense que tu as le droit à quelque chose, même pas grand chose, ce sera ça de pris pour l’avenir et pour toi aussi ...

par rapport à ta fille, garde précieusement votre lien et n'hésite pas à lui parler de son papa, et même à pleurer devant elle :tout petit bout de femme, elle en a besoin aussi de  savoir que tu es triste, pour elle même pouvoir s'exprimer ...

je pars une semaine avec mes enfants, je ne pourrais t'écrire mais penserais bien à toi ... moi, mon anniv, c'est demain, celui de mon fils le 25 et de ma fille le 28 ... alors maudit mois de décembre  ;)

je t'embrasse, courage Carine et trouve des moments de paix

Claire

Hors ligne caleomien

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 20
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #6 le: 20 Décembre 2012 à 14:30:02 »
Merci Claire

Oui je vois que pour vous aussi le mois de décembre est difficile, jusqu'à maintenant je trouvais ça bien d'avoir mon anniv près de noël mais là ça fait trop d'étapes difficiles d'un coup.

Je leur dit que je ne peux pas chercher du boulot maintenant, que toute mon énergie passe dans le deuil et ma fille, que je n'ai pas la force pour. Mais ils n'ont aucune idée de ce que je traverse et à part ma mère personne ne cherche à se renseigner, à lire des livres, je ne me vois pas leur conseiller/imposer, je ne suis pas assez proche d'eux.

Pour l'assistante sociale, une amie de la famille l'est et elle m'aide beaucoup. J'ai en effet droit à des aides de la caf et même de la sécu, puis mon conjoint avait un contrat prévoyance obligatoire dans sa boîte qui m'aide aussi.
Étant pacsés, ma fille est son unique héritière, je n'ai droit à rien de ce côté.
Le souci, c'est que tout met du temps à se mettre en place, les joies de l'administration. Heureusement chez mes parents je n'ai pas beaucoup de frais. L'essence, le portable, la garderie, les petits plaisirs (vêtements, ciné), les médecins (mon dossier sécu n'ayant pas fini son transfert, j'accumule les feuilles de remboursement),...

Ma fille sait que je suis triste, elle m'a vu souvent pleurer ou être en colère, je lui explique systématiquement, elle sait que ce n'est ni de sa faute ni de celle de son papa qui aurait voulu rester avec nous. Mais la conséquence c'est qu'elle veut me protéger et ne me parle pas bcp de son papa, heureusement elle en parle à sa mamie, ses tontons,....

Bon courage Claire, quels âge ont tes enfants?

Bises

Hors ligne clara

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 332
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #7 le: 20 Décembre 2012 à 14:50:36 »
mes enfants : ma fille ainée aura 22 ans , mon fils 20 ans (!) et j'ai aussi des jumelles qui viennent d'avoir 13 ans (c'est pas simple)...

moi aussi choc d'une mort brutale ... on suppose crise cardiaque : rien à faire ... plié bâclé en quelques minutes ... ça fera 1 an le 11 janvier ...

le chemin est long, très long , il y a des hauts et des bas, des moments qu'on pense ne jamais pouvoir dépasser, des souffrances intolérables et puis , un jour on se surprends à sourire, à rire d'une blague à 2 balles, à apprécier un paysage ...et puis à nouveau le trou noir, puis la lumière, et ainsi de suite ...

il faut essayer de savoir s'écouter : dès que la fatigue prends le dessus, le navire coule !

alors pas de blague là dessus, PRENDS SOIN DE TOI ... ( ;) depuis quand tu ne t'es pas épilée ?)

je t'embrasse fort chère Carine

Claire

Hors ligne soma80

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 39
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #8 le: 20 Décembre 2012 à 21:38:55 »
bonsoir caleomien,
moi aussi je suis une jeune veuve j'ai perdu mon mari il ya 5 semaines ,j'ai pensé que je suis la seule mais non,il y'en as bcp et on est pas les premieres et on seras  pas les dernieres malheuresement,je sais que c trop dur mais il faut vivre pour votre petite fille elle as besoin de vous,moi aussi j'ai une fille de 16mois et c elle qui me donne le courage,quand le medecin nous as dit q'il lui reste que 4 semaine a vivre tout le monde m'as dit q'il faut se preparer mais c pas possible on ne peux pas se preparer a la perte de qlq'un j'ai pas voulu accepté la realité je croyais toujours a l'espoir,je me suis retrouvé toute seule ma famille vit dans un autre payé je vous souhaite un bon courage.

Hors ligne tiobob

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 357
  • carpe diem
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #9 le: 20 Décembre 2012 à 21:46:59 »
bonsoir carine,
moi j ai 31 ans et mon petit bonhomme avait 10 jours au deces de son papa.
Contrairement à ce que tout le monde semble preconiser, je m efforce de lui parler le plus sereinement possible de ce qui est arrivé à son papa et de ma tristesse.Parfois les larmes ont coulées , mais toujours en douceur,car je veux qu il se sente à l aise pour me parler le plus librement possible.
J ai vecu des moments difficiles quand il est entré en maternelle: remplir la fiche de renseignement....une torture.J ai fini par respirer un bon coup  et me dire qu au moins je pouvais ecrire les noms et prenoms de son papa.J avais deja evoqué la situation à la directrice et à l instituteur en leur expliquant aussi qu ils pouvaient repondre librement aux questions de mon fils.La seule chose que je leur ai dit,c est d utiliser les vrais mots.Son papa est mort,il a eu un accident,il s est fait renversé par une dame qui n a pas fait attention avec sa voiture.A cet age, je crois que ces mots là suffisent,et s ils sont durs à prononcer en tant qu adulte ils deviennent moins tabou pour mon petit.
Je ne veux pas qu on dise que son papa est au ciel,car travaillant avec des enfants je me suis rendue compte qu a cet age beaucoup ne comprenaient pas la signification de ces mots et ont peur que quelqu un prenne l avion et ne revienne plus.
Sinon, j essaye de prioriser les choses.le menage n est pas nickel,les courses faites un peu à l arrache,mais je ne veut rater aucun moment avec mon fils,qu il sache tous les jours combien je l aime et que nous puisssions aussi vivre des moments chacun de notre coté.
Son instituteur s est beaucoup attaché à lui,et c est important qu il ai aussi cette image masculine.En plus,comble de malchance,lui aussi vient de perdre son papa cet automne et je sent qu il se sent encore plus proche de mon fils.
J ai la chance d avoir parmis mes amis des gens qui n ont pas connu leur papa et qui m aident à savoir comment me comporter avec mon fils.
Je te souhaite de trouver un peu de paix et surtout beaucoup de soutien,ici comme ailleurs

cordialement

tiobob

Hors ligne cathy

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 236
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #10 le: 20 Décembre 2012 à 21:52:13 »
Bonsoir Caleomien,

Il y a quelques mois, mon amour lui aussi est parti dans les mêmes circonstances, une rupture d'anévrisme, suivi d'un long arrêt cardiaque, 48h de coma et... mort cérébrale, la fin, il avait 46 ans.
Le choc, l'incompréhension, la colère, des impulsions d'autodestruction, je connais tout ça, je les ai vécues, il est difficile d'appréhender la disparition de sa moitié surtout brutale et imprévisible...
Tes parents sont présents, repose toi sur eux, tu pourras ainsi prendre soin de ta petite fille. Mais surtout, pense aussi à prendre soin de toi, sois douce avec toi même, ne brusque pas les choses, accepter est difficile et dévore notre énergie.

Courage
Je t'embrasse
Cathy
Et je flotte à l'envers, en attendant l'hiver
Givrée de solitude, perdant de l'altitude
Figée dans le silence, contemplant la mouvance
De cet amour fragile qui danse sur un fil
Bernard Lavilliers

Hors ligne Corail

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 137
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #11 le: 20 Décembre 2012 à 22:37:57 »
Bonsoir Carine,
Tout comme toi, je suis une jeune veuve. J'ai 33 ans et un bébé de 6 mois. Mon mari est mort d'un cancer rare début août. On ne s'y attendait pas...
Comme te l'ont déjà dit d'autres personnes, effectivement, l'entourage ne comprend pas vraiment ce que l'on vit. Je leur ai beaucoup parlé au début, j'ai expliqué ce qu'est le deuil, le temps que ça peut prendre, les étapes qu'il peut y avoir, etc. Ils ont été attentifs mais ne peuvent comprendre. Je ne leur en veux pas puisque je pense qu'avant que ça nous arrive, on imaginerait pas tout ça.
Par contre, qu'ils ne comprennent pas, c'est une chose mais je leur dis quand même toujours les choses. La chose que j'aime répéter c'est que dans le deuil, on ne contrôle rien. Que oui, ils ont raison à dire telle chose, qu'on aimerait pouvoir agir tel qu'ils le voient mais qu'on ne peut pas. Et si au bout d'un moment ils disent des banalités d'usage, je leur dis que c'est quelque chose qu'ils ne peuvent comprendre tant qu'ils ne l'ont pas vécu.
Mais il est vrai que rien n'est facile pour nous. Je dis souvent que je suis devenue "handicapée" pour plein de choses mais que je n'en connais pas encore l'étendue.
Pour ta fille, je pense qu'il ne faut pas "t'en faire" vis à vis de son papa. ça a été mon obsession au début. Me dire qu'elle allait être triste de ne pas avoir son papa plus tard, etc. Et en fait, ma psy m'a expliqué qu'elle ne ressentirait pas de manque puisque qq part, elle n'en aurait pas de souvenirs. Ma nounou, qui a perdu son papa très jeune m'a rassurée également en ce sens. Son père ne lui a jamais manqué par contre, elle a donc eu une relation très fusionnelle avec sa mère.
Par contre, voir grandir nos enfants sans leur père, oui, ça sera difficile pour nous. C'est nous qui le vivrons pas facilement, pas l'enfant, tant qu'on leur parle, qu'on leur explique.
Avec mon mari, nous avons toujours parlé à notre fille pour lui expliquer ce qui se passait. On lui disait que là, papa ne pouvait pas la tenir longtemps dans les bras car il était fatigué, on lui expliquait pourquoi il était important qu'elle dorme bien sans nous réveiller. Quand les deux dernières semaines (elle avait donc un mois) je la trimbalais tout le temps, je lui expliquais qu'on allait voir papa à l'hôpital. Elle restait toute la journée dans sa poussette sans pleurer. Elle a fait ses nuits dès la naissance. Au quotidien, elle est adorable. Je pleure devant elle en lui expliquant. Bref, je reste moi-même (même si juste après la mort de son papa, j'ai eu un blocage vis à vis d'elle, j'avais peur de la rendre triste) et elle s'en porte très bien.
J'ai aussi parlé à un homme aujourd'hui qui a élevé seul ses jumeaux, alors qu'ils avaient 2 ans. Aujourd'hui, ils ont plus de 10 ans et n'ont jamais ressenti le manque de leur mère. Leur monde, c'est leur père et la famille autour.
Je sais que c'est triste pour nous mais pour eux, ça sera tout autre chose.
Je ne sais jamais comment finir mes "pavés" mais sache juste que ta douleur est partagée ici et que nous la comprenons. Bon courage pour cette période où certaines dates ne vont pas être évidentes pour toi...
Virginie
« Modifié: 20 Décembre 2012 à 22:40:31 par Corail »

Hors ligne Tinou

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 241
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #12 le: 21 Décembre 2012 à 10:57:42 »
Carine,

Veuve depuis mai dernier, j'ai "affronté" mes 50 ans sans mon mari à mes côtés. Après 30 ans de mariage, je pensais ne pas survivre.
Ca a été difficile, douloureux... Mais je suis là aujourd'hui.

J'écris depuis peu ici ; je lisais sans oser m'exprimer.
Alors je te dis que tu fais bien d'ouvrir ton coeur et qu'ici, tu peux être écoutée, entendue et comprise.

Tendresse,
Martine

Hors ligne tiobob

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 357
  • carpe diem
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #13 le: 21 Décembre 2012 à 21:39:35 »
virginie,
perdon si je ne partage pas ton point de vue.Moi je sais que son papa manque à mon fils, que mon ami qui a perdu son papa avant la naissance dit qu il lui manque aussi...
Il ne faut pas se voiler la face.Même si leur manque n est pas le même que le nôtre, il existe malgré tout, et je trouve dangeureux de le nier.Jee ne comprend même pas que ta psy t ai dit ça car de nombreuses études prouvent que l enfant privé d un parent même très jeune vit le manque.
Je ne critique pas, elle a sans doute voulu te  rassurer.C est sûr que ce qui nous manque à nous ce n est pas la même chose que ce qui leur a manqué à eux.
Toutes le personnes que je connais et qui ont vécu cette situation me l on dit, et je crois leur experience.

voilà,
desolée mais c est dur pour moi de lire que leur père ne leur manque pas alors que mon fils me montre tout le contraire.
je ne pouvais pas laisser dire ça

bonne soirée

tiobob

Hors ligne Corail

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 137
Re : une jeune veuve de plus
« Réponse #14 le: 21 Décembre 2012 à 23:48:33 »
Bonsoir Tiobob,
Tu as raison de partager ton point de vue et je suis bien contente que tu le fasses !
Il est vrai que je me base sur les personnes qui m'entourent et qui me disent qu'elles n'ont pas souffert du manque de leur père ou que leurs enfants n'en souffrent pas.
Comme souvent, il y a au final des enfants qui exprimeront le manque et d'autres non. Mais ce manque peut être de différents types.

Je ne suis pas contre ce que dit ma psy. Il est vrai que je suis obligée de résumer ce qu'elle me dit et le fait de dire qu'elle m'indiquait que ma fille n'aurait pas de "manque", c'était + dans le sens qu'elle n'en souffrirait pas tel que moi je l'avais en tête (et moi je faisais le parallèle avec le manque que j'ai ressenti par l'absence de mon père - et ce manque, il est atroce (mes parents se sont séparés, j'avais 3 ans et mon père m'a ignoré jusqu'à mes 18 ans)). Donc le manque que ma fille pourra avoir n'aura rien à voir avec le manque que j'ai connu.
Après, je sais que l'absence sera là et que quand les enfants sont en age de comprendre que les autres enfants ont un papa, oui, il y aura un "manque" car l'image familiale ne sera pas là, je le sais. Je ne me cache pas derrière un monde parfait car je sais bien que nos enfants n'ont pas de papa et que ça sera sujet à question, sujet à non compréhension. Mais ce que je veux dire c'est que leur manque ne sera pas celui que l'on a en tête.
Je sais aussi qu'il est important pour un enfant d'avoir une présence masculine. C'est pourquoi je veux faire en sorte que notre fille ne soit pas qu'avec moi et qu'elle ne s'identifie pas qu'à moi, qu'elle arrive à trouver en qq'un de mon entourage (beau-frère ou meilleur ami de mon mari) ce dont elle aura besoin comme présence masculine. Et je sais que ça ne remplacera en rien son père.
Je sais qu'à me lire, on peut croire que je veux vivre dans un monde idéal, à croire qu'elle n'en souffrira pas. Mais je pense sincèrement qu'elle n'en souffrira pas.
ça ne sera pas de la souffrance, ça ne sera pas un manque horrible, ça sera l'absence de son papa qu'elle n'a pas connu. Et cette absence, oui, elle la ressentira, je ne le nie pas. D'autant plus que je lui parlerai de son papa et qu'elle saura, par moi ou ses amis, à quel point c'était qq'un d'exceptionnel.

Donc oui, dans le mot "manque" on peut y mettre pas mal de choses et le degré peut varier. Bien sûr qu'il y a un manque lié à l'absence de souvenirs, l'absence d'un type de présence qu'on ne connait pas mais ce n'est en rien un manque tel que ça pourrait l'être dans le cas d'un enfant qui garderait des souvenirs de son papa. Je pense que c'est bien plus dur de perdre son papa quand on a déjà vécu des choses avec lui et qu'on en garde des souvenirs.

Enfin, ce n'est pas simple tout ça !

Mais ne t'inquiète pas, tu as bien raison de me dire ce que tu penses, tu es mieux placée que moi pour nous parler de ton expérience avec ton fils.
Moi, je ne peux que me fier à ce qu'on peut me dire. J'ai d'ailleurs une collègue qui a perdu son conjoint dans des circonstances strictement identiques à moi. Son fils avait 9 mois à l'époque. Dès qu'il voyait un homme chez elle, il demandait à sa mère "papa ? papa ?" parce qu'il n'arrivait pas à comprendre où était son papa. Elle lui disait qu'il était au ciel (et je crois que  c'est toi qui a expliqué dans un autre post que l'enfant n'arrive pas à comprendre ce que ça veut dire) et du coup, pour lui, le ciel, ça ne voulait rien dire...donc il continuait de le chercher... Elle a mis très longtemps à lui expliquer qu'il était mort (le temps qu'elle s'en persuade elle-même soit 1 an...) et qu'il ne reviendrait pas. Aujourd'hui, elle continue sa vie avec un autre homme et son petit n'a pas de manque, il a trouvé en ce nouveau conjoint ce dont il a besoin. Et il sait que ce n'est pas son père.
Enfin voilà, je partage juste les 3/4 expériences dont on m'a parlé et je sais que chaque expérience est unique.

Et ma seule certitude, c'est que notre fille n'aura pas de manque tel que moi je l'avais en tête. Tel qu'on l'a en tête au moment où on se prend cette grosse claque dans la vie.

Bonne nuit.