Auteur Sujet: Un pas après l'autre.  (Lu 1530 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Un pas après l'autre.
« le: 09 Mai 2020 à 18:28:33 »
Bonjour à toutes et à tous,

Je me croyais à peu près « solide », à peu près « stable », malgré plusieurs deuils au cours de ma vie, jusqu’à ce que je me fasse violemment percuter par la mort de mon époux il y a 2 mois et demi. Cette mort-là m’est insupportable, trop brutale, trop douloureuse, trop tout… Même si mon regard sur la vie et la mort, d’un point de vue « philosophique », m’aide à certains moments… Je m’étais inscrite sur le Forum du deuil, puis désinscrite, puis ré-inscrite, et re-désinscrite. J’ai du mal à me reconnaître dans les états d’âme que je traverse et à accepter tout doucement que ma vie ne soit plus celle d’avant, et qu’elle ne le redevienne pas, aussi. Je veux « juste » que ça s’apaise, que je ne sois plus une succession de crises de larmes, puis de « mieux-être », j’ai l’impression que ça n’en finit pas. Envie aussi de mourir parfois, mais mon envie de vivre est bien là et je sais qu’il n’aurait pas voulu ça.  Bien que désinscrite du forum, je suis revenue de temps en temps lire les messages des uns et des autres. J’avais la plupart du temps le sentiment que la plupart de ces messages ne m’aidaient pas, qu’ils m’entraînaient vers le bas, sans doute n’ai-je pas supporté toute cette douleur déversée sur le forum. Et pourtant, elle est légitime, je ne juge personne, et sans doute faut-il que j’en passe par là moi aussi. Sans doute faut-il que j’accepte cette sensation de me laisser aller vers le fonds pour, peut-être, mieux remonter après, je n’en sais rien… Je n’ai pas forcément envie de parler de mon époux, j’aurais la sensation de le trahir, lui qui n’aimait pas se mettre en avant, qui aimait le silence, la discrétion. Comme moi… Je n’en parlerai donc sûrement pas sur ce forum car notre couple n’a rien d’exceptionnel si ce n’est que nous nous aimions, comme sûrement ici tous ceux et celles qui pleurent un être cher, quel qu’il soit, parent, enfant, conjoint, ami… Alors voilà, je remonte dans la barque, je vais bien voir où elle me mènera, avec votre aide peut-être, avec mes ressources j’espère !
Amicalement.

Pomalo
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Cheyennou

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 54
  • TES AILES ETAIENT PRETES, MON COEUR NE L'ETAIT PAS
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #1 le: 09 Mai 2020 à 19:59:05 »
Bonjour Pomalo.
Bon courage,
Pour ma part  dans 19 jours cela fera 24 mois , 2 ans que Mon Chéri d'Amour , est parti .
Je souffre comme au premier jour,  je ne comprends toujours pas pourquoi "" Lui""
Nous avions eut un coup de foudre , malgré  qu'il était plus jeune que moi,, et nous avons vécu 36 ans 2 mois et 26 jours d'un Amour Eternel.
Je te souhaite plein de courage.
Il n'y a pas de fin, il n'y a pas de début.
Juste un amour infini , immortel et éternel.
Dieu te tient dans ses bras. Moi je t'ai dans mon coeur.

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #2 le: 09 Mai 2020 à 20:52:21 »
Merci Cheyennou pour ton message. Je n'ose imaginer ce que tu dois traverser en termes de souffrance au bout de tant d'années de bonheur à deux. Je n'ai pour ma part vécu que la moitié de ce temps-là puisque "seulement" 15 années se sont écoulées depuis notre rencontre. Mais 15 années tellement pleines d'amour et de bonheur que j'imagine mal comment vivre sans lui. Il le faudra bien, pourtant, si je veux préserver ceux qui m'entourent et que j'aime, ma famille, mes amis, et je sais qu'il l'aurait voulu. Je ne parviens pas à parler de lui au passé, et en fait, je ne conçois pas que notre histoire soit finie, d'autant que curieusement, je sens sa présence auprès de moi et c'est quelque chose qui adoucit ma peine.  Je partage en tous cas ta douleur et te souhaite moi aussi tout le courage possible.
Amicalement.

Pomalo
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 362
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #3 le: 10 Mai 2020 à 09:47:19 »
Bonjour pomolo , tu dis "seulement 15 ans" je ne suis pas d'accord, lorsque l'on aime, 15 ans pour toi, 36 ans pour chenneyou,  44 pour mon amour et moi, et bien lorsque l'amour est là,  ce temps n'a pas d'importance dans la douleur de la perte de l'autre. C'est mon sentiment
Nicole
Je suis morte avec lui

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #4 le: 10 Mai 2020 à 11:19:33 »
Bonjour Nicole595,

Merci pour ce message qui m’a fait du bien. Effectivement, la durée d’un lien n’a pas forcément à voir avec l’intensité de ce lien. A la mort de mon époux, et bien évidemment encore maintenant, j’ai eu le sentiment que notre bonheur n’avait duré que l’espace d’un claquement de doigts alors qu’il avait bien existé 15 années durant. Dans ce domaine de la perte, de la mort, la notion de temps n’apporte rien à l’échelle de la douleur que l’on ressent. Et nos histoires à toutes et tous n’est pas comparable si ce n’est que toutes et tous nous avons à essayer de continuer à vivre avec notre souffrance mais aussi nos failles, nos limites … Et peu importe le rythme de nos avancées. Dans les premiers temps qui ont suivi la mort de mon conjoint, je m’étais dit que j’allais pour le moment « vivre au jour le jour » et qu’après, on verrait. Et j’ai bien été obligée de constater qu’aujourd’hui, je vis « heure par heure », entre deux vagues de tristesse, de larmes, de découragement . J’ai juste décidé de me faire confiance, de me dire que les ressources dont j’ai besoin sortiront de moi-même lorsque je serai prête, et peu importe quand…

Bonne journée, prend soin de toi.
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 362
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #5 le: 10 Mai 2020 à 11:45:24 »
Si j'ai pu t'aider, j'aurai fait une bonne chose aujourd'hui
Amitiés
Nicole
Je suis morte avec lui

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Le petit monsieur masqué et ganté...
« Réponse #6 le: 11 Mai 2020 à 11:27:42 »
Bonjour à toutes et tous,

Je n’avais pas prévu d’écrire aujourd’hui mais je ne résiste pas à l’envie de vous raconter ma petite anecdote de ce « premier jour de déconfinement » qui pour moi, n’avait rien de particulier si ce n’est juste le fait de ne pas avoir à remplir d’attestation pour me rendre à la petite épicerie du coin. Et là, au rayon fruits et légumes, un petit monsieur d’un certain âge, masqué, ganté, précautionneux au possible, se servait. Très patiente et très respectueuse, (c’était ma façon d’être jusqu’à la mort de mon conjoint...), je suis restée à bonne distance – vous savez, la « distanciation sociale » préconisée – et là, le petit monsieur masqué et ganté, tout à coup, se retourne et m’assène d’une voix forte, agressive et provocatrice : « Vous savez, je n’ai ni la peste, ni le choléra ! ». En temps normal, avant ce deuil qui me bouleverse et me met les nerfs à fleur de peau, j’aurais laissé flotter les rubans mais là, j’ai répondu d’une voix tout aussi forte que lui : « J’en suis ravie pour vous, moi non plus je n’ai ni la peste ni le choléra, je respecte seulement les distances obligatoires pour ne pas me faire engueuler !!! ». Le petit monsieur masqué et ganté m’a lancé un regard gêné (il n’avait pas mis le masque sur ses yeux, c’est bien, il a compris comment faire) et m’a dit : « Merci ». Merci quoi ? D’avoir supporté votre coup de gueule ? De m’en rajouter une couche ? Ça ne vous suffit pas que je sois veuve depuis un mois et demi ?  Tout ça, je l’ai pensé, pas dit, bien sûr, tout en réalisant qu’il ne pouvait pas savoir, bien sûr, mais son agressivité, s’est-il demandé un jour si les gens vers qui il la dirigeait n’étaient pas déjà anéantis par autre chose ??? J’ai quitté le rayon des fruits et légumes et j’ai pensé que, peut-être, si au lieu de tester les gens au coronavirus, on testait le degré de connerie des gens, et qu’on reconfinait tous ceux dont la connerie se situait dans une fourchette entre 80 et 100 %, ça me permettrait peut-être de ne plus croiser ce type d’individu en allant faire mes courses… Quoique… Bon, j’espère redevenir un peu plus positive (pas au Covid, hein, juste dans ma vie), mais j’avoue que le cynisme m’aide à garder la tête hors de l’eau en ce moment.

Prenez soin de vous toutes et tous, et bon courage à celles et ceux qui, aujourd’hui, sont obligés d’affronter ce type de rencontres alors que nous avons plutôt besoin de douceur, non ?

Pomalo
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Vidéo : L’étrange cérémonie des pies à un congénère mort.
« Réponse #7 le: 11 Mai 2020 à 16:47:20 »
J’ai été émue par cette vidéo, les animaux aussi, sans doute, expriment à leur façon leur désarroi face à la perte…

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/oiseaux/video-l-etrange-ceremonie-d-adieu-des-pies-a-un-congenere-mort_103008

Pomalo
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne pirouaise@

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #8 le: 11 Mai 2020 à 18:01:31 »
Bonjour Pomelo,
Mon soutien dans cette épreuve. J'ai également perdu mon compagnon fin février, de manière brutale et imprévue. Confinée depuis 2 mois chez une amie au bord de la mer, j'appréhende le retour a la vie "sociale" ! Je trouvais ça bien confortable de ne pas être confrontée au regard des autres et parfois a leurs indélicatesses !
Plein de pensées pour toi qui commence comme moi ce chemin qui semble interminable.

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #9 le: 11 Mai 2020 à 18:12:38 »
Merci Pirouaise@ pour ton message. Pour moi, le confinement a été la meilleure des choses qui puisse m'arriver pour m'obliger à me confronter à cette nouvelle et douloureuse situation qu'est le deuil. D'ailleurs, je ne déconfine pas encore (façon de parler) car j'ai avant tout besoin de solitude (une solitude remplie de la présence de mon époux, sensation étrange et réconfortante, même si je pleure très souvent sans essayer de lutter contre puisqu'a priori, il vaut mieux laisser les émotions s'exprimer aussi souvent que possible). J'ai personnellement la "chance" de pouvoir rester chez moi car je n'ai plus d'obligations professionnelles. Je te souhaite tout le courage nécessaire pour continuer le chemin, nous savons tous et toutes ici qu'il sera long mais divers témoignages nous prouvent qu'on peut, petit à petit, "vivre avec".
Bien à toi.

Pomalo
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Adnarag

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 155
  • ...
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #10 le: 14 Mai 2020 à 13:15:21 »
Bonjour Pomalo
J'espère que ta barque te mènera là où l'apaisement sera promesse d'une vie plus douce.
...
Ne pas parler de ton conjoint pour ne pas le trahir et conserver votre discrétion et votre amour du silence.
J'ai trouvé ça très beau.
Puisque qu'il ne t'était plus possible de vivre.
Heureux.

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #11 le: 14 Mai 2020 à 15:35:11 »
Merci Adnarag. Je sais que le silence apporte beaucoup, et que le respect de soi et d'autrui est une valeur essentielle pour vivre. Et c'est bien ainsi.

Avançons aussi tranquillement que possible tout en acceptant les embûches, et on arrivera bien quelque part où se reposer, se ressourcer...

Bien à toi.

Cathy
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #12 le: 17 Mai 2020 à 17:34:09 »
Un dimanche difficile. Mais pas plus qu’un lundi ou qu’un mardi ou qu’un autre jour de la semaine. C’est quoi, d’ailleurs, une semaine ? Aujourd’hui, je suis pleine d’amertume mais pas aigrie. Pleine de tristesse mais pas désespérée. Je serais sûrement plus entourée dans un couvent ou un monastère, dans le silence des nonnes ou des moines croisé(e)s au fil des pérégrinations au sein des cloîtres embaumés de roses. Je suis une solitaire, ma solitude a toujours été un choix de vie. Mon époux était un solitaire, sa solitude était un choix de vie. Nos deux solitudes réunies étaient devenues un bonheur au quotidien. L’une des deux solitudes est partie, la mienne est restée sur ce plan terrestre où je n’ai pas un seul coup de fil depuis la fin du confinement. C’est paradoxal mais en fait non : avant le « début du déconfinement progressif », mes voisins (voisins, famille, amis…) devaient considérer que j’étais une « personne vulnérable » (ben oui, plus de 60 ans, pathologie chronique et veuvage récent, forcément, la loi vous impose de passer un coup de fil…). Et bien que triste, je n’en veux à personne. J’ai presque envie de remercier tous ceux qui me laissent tomber, ou plutôt non, remercier tous ceux qui sont repartis la tête dans le guidon pour savoir s’ils vont avoir un rendez-vous pourtant si urgent chez le coiffeur et s’ils vont partir en vacances. Parce que oui, merde, ils ont plein de trucs à faire et puis bon, au bout de 3 semaines ou d’un mois, c’est quand même un manque de volonté que de n’avoir pas « fait son deuil » !!! Désolée, je suis solitaire et, en plus, je suis lente, je mets du temps à faire les choses. Pourriez-vous m’accorder une semaine de plus, et dimanche prochain, on fait la teuf ??? Le jour où, de façon incontournable, ces amis, ces voisins, ces gens de ma famille,  seront confrontés au deuil, j’essaierai de leur venir en soutien car je sais combien il est précieux… Amertume, oui, découragement aussi, mais peut-être qu’en ayant écrit ces quelques lignes, je me sentirai plus légère. Et encore, j’ai de la chance : mon époux décédé est mon meilleur soutien, je me confie à lui, il comprend, il avait lui aussi connu des deuils et il les avait surmontés, il adorait rire, comme quoi quand on veut on peut…

Mais en tous cas, c’est bien de pouvoir jeter des mots comme ça sur un forum où d’autres vivent le même type d’épreuves…

Bien à vous toutes et tous.

Cathy
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Thiemar

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 112
  • Par amour pour Toi
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #13 le: 17 Mai 2020 à 18:51:49 »
Bonjour Cathy,
Et oui, les petites préoccupations des « autres »nous paraissent dérisoires et presque indécentes.
On voudrait tellement que notre entourage ne nous parle que de nos Chers Disparus.
Mais je pense que ça leur fait peur, ou qu'ils craignent de nous faire souffrir.
Nos proches sont en général non préparés ou « formés » pour nous accompagner. Il faut le vivre de l'intérieur pour savoir de quoi il retourne et mesure toute l'ampleur de notre détresse.

Chaleureuses pensées.
Thiemar.
" Y'a comme un goût amer en nous
Comme un goût de poussière dans tout
Et la colère qui nous suit partout "
                                                                                        Michel Berger

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un pas après l'autre.
« Réponse #14 le: 17 Mai 2020 à 19:14:26 »
Bonjour Thiemar,

Oui, je pense que tu as raison et c'est pourquoi je n'en veux pas à mon entourage. En lisant beaucoup de témoignages ici (dont les tiens, car j'avais déjà eu l'occasion de correspondre avec toi sous un autre pseudo, avant que quitter une première fois le forum, ne sachant pas comment l'utiliser...), je me suis aperçue que ce que je ressens est très fréquent, et le simple fait de pouvoir le partager avec ceux qui font malheureusement aussi l'expérience du deuil est réconfortant. Je te remercie donc vraiment pour ton message. Je souhaite que toi aussi, au fil des échanges, tu ailles de mieux en mieux (ou de "moins mal" en "moins mal") même si je sais que la route est longue pour nous tous.

Chaleureusement.

Cathy

Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.