Auteur Sujet: Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.  (Lu 4539 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne kergaran

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Je n'irai plus voir la mer.
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #60 le: 26 Avril 2019 à 19:54:55 »
J'ai beaucoup de respect ici sur ce forum, même si je les connais peu, pour Mircea et Federico.
Je le précise parce que  ce que je vais poster ici peut, aujourd'hui, peut-être faire penser, parce que je cite Camus, à des idées suicidaires. Mais ce n'est pas le cas.
Pourquoi j'écris ici ?
J'ai besoin ici d'écrire pour mettre en lumière une relation qui était vouée à l'ombre.
Et pourtant !
Je viens écrire ici parce que justement, il me faut vivre.
On m'a dit aussi qu'il m'était possible ici de venir user ma douleur. Mais pour moi, peut être m'est-il simplement trop tôt, cette simple pensée d'espérer user la douleur déjà me semble absurdité.

Vendredi 26 avril. 8:24
Je pourrais traverser tous les pays de la terre. En parcourir chaque recoin. Naviguer sur toutes les mers. Explorer tous les fonds sous-marins. Te chercher. Partout. Mais jamais ne te retrouver.
Car tu n’es plus là.

16:41
Ce n’est qu’une simple réalité : tu n’es plus là.
Je ne te verrai plus.
Tu ne viendras pas.
On ne se toucheras pas.
Tu n’es plus là.
Tu n’existes pas.

Cette saloperie de vide, ce néant.
Cette absurdité.
Quand ils arrivent et pénètrent l’esprit, tout semble …
Sans la moindre lueur.
Sans espoir.
Il n’est pas de mot pour décrire cela.

Selon Camus, il paraitrait que la capacité de Sisyphe à supporter le châtiment, à continuer encore et encore, sans la moindre illusion pourtant de réussite, en dépit de l’absence du moindre sens, serait une forme de victoire.
Sans doute.

Chez toi, il y avait un rouge-gorge. Tu me l’as dit plusieurs fois, même quand il t’était difficile déjà d’écrire, de parler : « Ici passe rouge-gorge ».
Je guette chez moi chaque mouvement sur les branches, dans cet espoir, désespéré, peut-être d’en apercevoir un.
Comme si cela pouvait conjurer un mauvais sort.
Comme si cela allait pouvoir, définitivement, m’apaiser.

Les pétales continuent de pleuvoir.

Certes, nous avançons tous vers notre propre mort.
Mais il ne me semble pas cependant que les châtiments soient pour tous de même nature.
Certains fardeaux me semblent être plus lourds, plus difficile à porter. Certaines pierres ne se contentent pas de redescendre sous leur propre poids la montagne. Elles écrasent, meurtrissent les chairs, piétinent les sentiments, mutilent les cœurs.

Je ne saurai pas te mettre au fond de mon cœur sans cette introspection de moi-même. J’avais toujours cru le contraire, mais au fond j’étais un « Sisyphe » heureux dont la pierre à rouler était lourde, … Seulement lourde. Et je croyais l’avoir accepté. Mais c’est en fait beaucoup plus compliqué. Je ne mets plus le même sens sur ce mot d’absurdité.
Je me dois d’accepter ta mort. Je n’ai pas d’autres choix.
Mais je ne veux plus me résigner à cette vie-là. Il faut que je change ma vie. Que je parte d’ici.
« Modifié: 26 Avril 2019 à 20:09:24 par kergaran »
Génétique en bandoulière.
Des chromosomes dans l'atmosphère.
Infinité de destin. Qu'est-ce qu'on en retient ?
Le vent l'emportera. Tout disparaîtra.

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3084
  • "De ma blessure a jailli un fleuve de liberté" "F"
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #61 le: 26 Avril 2019 à 22:56:03 »

" Votre petit monastère est superbe d'amour"... merci infiniment Kergaran

J'aime vous voir vous promener à travers ses allées fleuries... à l'aube, au lever du jour... au crépuscule, au coucher du soleil... moments magnifiés où règne le silence intense de notre solitude exacerbée par notre souffrance !

La vraie liberté n'est pas seulement dans le fait de penser ou de croire... elle est dans le pouvoir ÊTRE et VIVRE ses pensées et croyances et de se défendre à la vie, à la mort !

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne kergaran

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Je n'irai plus voir la mer.
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #62 le: 27 Avril 2019 à 21:10:01 »
Samedi 27 avril. 18 :28
Un répit aujourd’hui.
Pour éviter ce silence des abysses, … mon esprit est ingénieux, et met en place des stratégies …
Il fait trop de bruit ou il s’ignore …
Il se raconte des histoires.
Il s’occupe … par des activités quelconques. Il s’envahit par des activités débordantes, trop complexes. Comme pour se dire qu’il existe bien : si il est encore capable d’exécuter la tâche. Encore capable de se dépasser pour comprendre.

J’ai lu tout un tas de choses sur la mort, ou devrais-je dire plutôt le deuil. Regardé et écouté tout un tas de vidéos, … de théories et de points de vue.

Parmi tout cela, j’ai lu ou entendu, que l’on ne pleurerait pas l’être perdu lui-même, mais notre manque égoïste de cet être. Ce qui de nous ne sera plus avec lui.
Cela me semble hérésie : tous ceux qui ont aimé savent bien que l’on pleure avant tout autre chose l’être disparu. Je préfèrerais te savoir vivant heureux avec une autre. Que mort maintenant.

J’ai aujourd’hui entendu un peu parler le psychiatre, neurologue et éthologue Boris Cyrulnik de son livre « La nuit je dessinerai des soleils ». Selon lui, la résilience c’est être hébété par un traumatisme, à la suite duquel, si on ne fait rien on reste hébété, et si l'on se débat pour se remettre en vie, on déclenche ce processus de résilience. C’est reprendre un autre type de développement après une agonie psychologique. C’est combattre la perte par les mots écrits, et ne pas laisser s’installer les ruminations.

Mais …
En clair : débordés par les situations nous devons réagir ! Aimer à nouveau un autre ? Réagir ? Sans quoi nous ne serions que : juste psychiatriques.
Merde. On n’a même pas ce droit dans ces sociétés de chiottes de : pleurer …d’aimer, … vraiment aimer !
« Modifié: 27 Avril 2019 à 21:43:03 par kergaran »
Génétique en bandoulière.
Des chromosomes dans l'atmosphère.
Infinité de destin. Qu'est-ce qu'on en retient ?
Le vent l'emportera. Tout disparaîtra.

Hors ligne Mircea

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 405
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #63 le: 28 Avril 2019 à 13:24:41 »
Chez toi, il y avait un rouge-gorge. Tu me l’as dit plusieurs fois, même quand il t’était difficile déjà d’écrire, de parler : « Ici passe rouge-gorge ».
Je guette chez moi chaque mouvement sur les branches, dans cet espoir, désespéré, peut-être d’en apercevoir un.
Comme si cela pouvait conjurer un mauvais sort.
Comme si cela allait pouvoir, définitivement, m’apaiser.
Rouge-gorge est un fidèle petit compagnon.
Au printemps, je le vois beaucoup moins mais cet automne et tout l’hiver, un rouge-gorge était perché sur un cordage près de la porte, chaque jour, dès le matin ….
Quand il n’y était pas, il était posé sur un tas de bois à proximité.
Lorsque je plantais des arbres, souvent il me suivait …., il était à mes côtés.

Petite compagnie réconfortante ….

Il faut que je parte d’ici.
Il faut que je me construise une autre vie. J’ai peur.
« peur » et surtout « partir » reviennent souvent ici ….
Cette peur, ces peurs, j'en connais aussi …. celles qui paralysent, ces peurs de vivre parce que l’on n’a plus confiance en soi tellement on se sent fragile, on n’a plus confiance en la vie... elle a trahi ….

Et puis un moment arrive où l’on sait ce que l’on doit faire, où est notre place, comme une évidence ….
alors plus de peur, on sait, on fait ….

A cet endroit fait pour toi, là où est ta place, tu y trouveras peut-être un rouge-gorge qui t’attend ….

Hors ligne marguerite13

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 85
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #64 le: 01 Mai 2019 à 12:41:48 »
Bonjour Kergaran!
En ce 1er mai je t'envoie du muguet qui envahit mes plates bandes pour qu'il t'apporte un peu de bonheur, si c'est encore possible. Il y a des similitudes dans nos histoires mais tu n'en dis pas assez pour que je comprenne la tienne.
Pas grave, notre similitude à tous, c'est la douleur, la souffrance, le chagrin, le désespoir, le bonheur qui ne reviendra probablement jamais, même si on arrive à donner le change de temps en temps. Au fond de nous, le deuil, ce deuil qui nous fait tellement mal.
Je t'embrasse,
Marguerite.

Hors ligne malome

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 442
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #65 le: 01 Mai 2019 à 15:11:47 »
rouge-gorge

A cette époque on  ne les voit plus , ils sont occupés à créer  un nid d'abord ,puis une famille et ravitailler maman rouge-gorge au nid , tant que dur la nidification , en général le reste de l'année le rouge-gorge est solitaire , souvent un par jardin  et il défend son territoire , et n'aime pas se mélanger aux autres oiseaux de la nature  ici j'ai la chance d'en avoir un tous les ans et l'hiver il attend ses graines
Amitiés et douceur à vous

Hors ligne kergaran

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Je n'irai plus voir la mer.
Génétique en bandoulière.
Des chromosomes dans l'atmosphère.
Infinité de destin. Qu'est-ce qu'on en retient ?
Le vent l'emportera. Tout disparaîtra.

Hors ligne malome

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 442
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #67 le: 10 Mai 2019 à 12:10:14 »


 super belle chanson , je ne connaissais pas

Amitiés

Hors ligne Mircea

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 405
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #68 le: 10 Mai 2019 à 14:05:09 »
 :'(
A tes côtés, Kergaran, tout proche ....

Beaucoup de chaleur, de douceur, de tendresse pour toi

Catherine

Hors ligne kergaran

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Je n'irai plus voir la mer.
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #69 le: 17 Mai 2019 à 17:40:44 »
Je sais que l'on ne voit pas grand chose, mais ...
Quelqu'un sait ce que c'est comme oiseau ?

Génétique en bandoulière.
Des chromosomes dans l'atmosphère.
Infinité de destin. Qu'est-ce qu'on en retient ?
Le vent l'emportera. Tout disparaîtra.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4492
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #70 le: 17 Mai 2019 à 18:02:50 »
tape : rouge gorge sur google il semble que ça pourrait être ça !
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne malome

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 442
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #71 le: 17 Mai 2019 à 19:25:59 »
 c'est bien un rouge-gorge

Amitiés  et douceur

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 750
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #72 le: 18 Mai 2019 à 08:40:33 »
Un rouge gorge est venu traverser ton jardin Kergaran ? J'espère que cela t'aura apporté un peu d'apaisement.

Au début, dans les premiers mois, lorsque j'allais au Jardin du Souvenir du cimetière tous les jours ou presque, j'apercevais toujours un rouge gorge dans les arbres et arbustes environnants. Je me surprenais à le chercher du regard dès mon arrivée.
Il était toujours là.
Dans mon immense désespoir, je me disais que, peut être ...

Un jour, le cousin de mon compagnon est venu avec moi se recueillir au Jardin du Souvenir. Un merle est venu se poser sur la pelouse, et le cousin a dit  :

" C'est lui, c'est T. ....!

Chacun bricole comme il peut...

Depuis, la présence des rouges gorges et des merles  dans mon jardin m'apporte toujours du réconfort.

Porte toi bien Kergaran.

Nora

Hors ligne kergaran

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Je n'irai plus voir la mer.
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #73 le: 19 Mai 2019 à 13:57:30 »
Merci à tous

Un rouge-gorge semble en effet être passé par là.
Je l’ai vu pour la première fois sur le portail, le 2 mai très exactement.
Je ne le vois plus, mais je l'ai vu pendant quelques jours.

Il y a plein d'oiseaux ici dont je ne connais pas les noms.
Chacun bricole comme il peut, oui, sans doute.
Cela apporte un peu de douceur. Peut-être. Un semblant de douceur.
Ici il ne fait très beau, et le printemps semble ne pas vouloir véritablement apparaitre. Caché derrière un ciel voilé souvent blanc.
Je n’ai jamais eu autant de fleurs dans ce jardin que cette année pourtant.

Dorénavant j’ai peur du noir.
« Modifié: 19 Mai 2019 à 14:04:59 par kergaran »
Génétique en bandoulière.
Des chromosomes dans l'atmosphère.
Infinité de destin. Qu'est-ce qu'on en retient ?
Le vent l'emportera. Tout disparaîtra.

Hors ligne malome

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 442
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un été si particulier. Ou ce que la vie nous aura refusé.
« Réponse #74 le: 19 Mai 2019 à 14:44:09 »
je viens de voir le rouge-gorge dans mon petit jardin , la nidification doit être terminée

Amitiés et douceur