Auteur Sujet: Immense chagrin  (Lu 8201 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Immense chagrin
« le: 21 Janvier 2010 à 12:36:46 »
Bonjour à tous, on croit que les malheurs n'arrivent qu'aux autres... Quand il y a 9 mois mon fils m'a réveillée à 1 h 30 du matin pour me dire que son père était aux urgences, j'ai su de suite, comment je pourrais l'expliquer aujourd'hui, j'ai su que c'était fini...

Nous étions une famille heureuse, un couple épanoui, très complice, mon mari n'était pas malade, il est mort d'un infarctus sur son lieu de travail. A la sidération a succédé le cauchemar, mon plus jeune fils est devenu très violent, puis dépressif, il s'en sort, nous nous en sortons petit à petit aujourd'hui.

C'est une étrange sensation, l'impression de vivre dans un monde parallèle, avec ceux qui "savent" et ceux qui ne "savent pas". J'ai le sentiment de regarder le monde avec des yeux neufs, comme si embarquée dans la routine de la famille et notre bonheur je ne savais plus voir, apprécier et paradoxalement je vois tout en noir, je me réveille tôt le matin et les angoisses reviennent, est-ce que je vais m'en sortir financièrement, est-ce que je serai assez forte pour continuer sans lui, pour soutenir mes deux fils ?

Je lui parle souvent moi aussi à voix haute, je pense qu'il me protège parce-que malgré tout je ne m'en sors pas trop mal, mais il me manque, ses bras me manquent, sa voix, quel immense chagrin !

Je suis plus réceptive à la souffrance des autres, tout me touche, quelle douleur !

Merci de m'avoir lue

Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Re : Immense chagrin
« Réponse #1 le: 22 Janvier 2010 à 13:56:55 »
Bonjour Adèle,

Non je ne prends rien pour dormir, je m'affale comme une masse le soir, je suis très fatiguée, la fatigue morale dépasse de loin la fatigue physique. Chaque matin depuis le départ je me réveille et me dis que le cauchemar continue.

Je suis devenue assez agressive, pas toujours aimable, sur la défensive, j'ai peur que fragile on "abuse" de moi, j'évite au maximum de dire que je vis seule. Ce qui me semble différent aujourd'hui c'est cette liberté, (dont je ne sais trop souvent que faire) et qui laisse par ailleurs de lourdes responsabilités, peur de faire les mauvais choix et d'entraîner mes enfants avec des décisions que je suis seule à prendre. C'est difficile. Bien souvent je me demande ce qu'aurait fait mon mari à ma place aujourd'hui, comment aurait-il géré les priorités, les garçons ? Est-ce qu'il aurait autant souffert de la solitude ?

Ce qui me ronge aujourd'hui c'est de ne pas avoir pu l'accompagner comme tu as pu le faire, il est parti tout seul, n'a pas eu le temps de me prévenir. C'est une grande douleur de ne pas avoir pu se dire au revoir, que l'on s'aimait, ce qu'il aurait voulu pour les garçons et pour moi.

J'ai pris contact avec une association en lien avec ce site et qui organise des groupes de paroles. Il y en a très peu sur la France, et assez loin. J'avais espoir de rencontrer d'autres veufs, pour échanger et sortir, mais si on doit faire des heures de route pour se rencontrer c'est une nouvelle difficulté qui s'ajoute, alors j'ai abandonné ce projet.

Comment vis-tu aujourd'hui, est-ce qu'un homme t'a ouvert ses bras ? Comment tes enfants vivent le fait que tu restes seule ? Est-ce qu'ils sont inquiets ?

Amitiés

adèle

  • Invité
Re : Immense chagrin
« Réponse #2 le: 22 Janvier 2010 à 19:55:37 »
Bonsoir Nouveau,

J’ai aussi à gérer quelques problèmes d’agressivité et d’irritabilité. Souvent je m’oblige a respirer pour me détendre et remettre les choses en place dans ma tête, ce ne sont pas les autres qui sont chiants (quoique..) mais moi qui suis en colère…

Je comprends ton chagrin de ne pas avoir pu dire « au revoir », maintenant je me dis que j’ai eu, que nous avons eu ce cadeau là. Mais il m’a fallut bcp de temps pour en arriver là.
Il n’y a que depuis quelques semaines que je me libère un peu des cauchemars de maladie et que je rêve de lui, enfin en bonne santé.

Mes enfants m’ont surprotégée les premiers mois. Ça m’énervait d’ailleurs. Ils ne me disaient rien mais je remarquais bien qu’ils faisaient attention à ce que je me nourrisse régulièrement. Le pire, c’est qu’ils étaient un fardeau, malgré leur tendresse et leur gentillesse. Je veux dire que je n’arrivais plus à m’interesser à leurs projets, qu’il me fallait des efforts surhumains pour tenter de suivre du mieux que je pouvais, ce qu’ils vivaient. C’est comme si, la mort m’avait détachée de tout et de tous, et il m’a fallut quasiment réapprendre à les aimer. Ensuite j’ai senti que ma fille hésitait à partir de la maison, pour ne pas me laisser seule, alors j’ai fait en sorte de montrer que j’allais mieux, pour qu’elle ne se sente pas responsable de moi, ça m’a fatiguée :) mais ça m’a boostée. Tu as encore tes garçons à la maison ? quel age ont ils ? Comment sont ils avec toi?

J’ai pris en juin un rdv avec l’association « vivre le deuil ». j’ai eu un entretien de deux heures avec une femme, magnifique, qui m’a écoutée, fait parler sur des points précis. Je suis sortie de ce rendez vous complètement sonnée mais soulagée. Au sujet des groupes de paroles, elle m’a dit que je n’étais pas encore prète, qu’il était trop tot. J’étais beaucoup trop fragile pour recevoir le chagrin des autres. Elle avait raison. Sur tout. Et là, nous avons la chance de nous trouver, sur ce forum. J’aime bien. Je trouve plus facile d’écrire que de parler.

Au sujet de ton autre question, oui j’ai testé et tu fais bien de poser la question, j’écrirais cela sur mon topic demain.

J’ai téléchargé et regardé le module « prendre soin de soi au cours du deuil ». J’ai tout faux, et je vais encore profiter que je suis seule pour diner d’un bol de céréales :) Il va falloir que je le regarde plusieurs fois celui là avant de passer à l’action !

A très bientôt

Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Re : Immense chagrin
« Réponse #3 le: 26 Janvier 2010 à 13:02:30 »
Bonjour Adèle,

Oui j'ai toujours mes fils à la maison, le plus jeune a 16 ans, il a quitté son apprentissage après une période extrêmement douloureuse et conflictuelle, je l'ai "re scolarisé" récemment pour qu'il puisse faire des stages et trouver sa voie. Nos rapports sont à présent apaisés, il commence à se soucier de moi, ça me fait beaucoup de bien, mais il reste une charge très lourde à porter, dépressif et peu sûr de lui, il se repose sur moi comme un petit garçon. Son frère a 20 ans, il est interne la semaine, très courageux et positif il dirige très bien sa vie, il est d'un grand soutien pour moi.

J'ai lu ton dernier message et j'imagine combien il doit être difficile de se retrouver dans l'intimité avec un nouvel homme, moi non plus je ne suis pas prête. Je pense que pour que ça "marche" il faut se sentir à l'aise, sans trop de soucis et légère, pour l'instant c'est trop compliqué.

Comment vis-tu tes soirées, pour moi c'est le moment le plus pénible de la journée. Est-ce que tu arrives à sortir, à t'amuser ?

A bientôt, courage

adèle

  • Invité
Re : Immense chagrin
« Réponse #4 le: 26 Janvier 2010 à 22:13:20 »
Bonsoir Nouveau

Mes soirées... je suis une solitaire mais je travaille souvent  le soir à l'extérieur de chez moi. Lorsque je suis seule à la maison, je peux rester des heures à fixer le vide, tant je suis fatiguée de tout. Et le temps passe, lentement. mais il y a eu des périodes où je zappais pendant presque toute la nuit, d'autres où je me suis avalée des séries au rythme de 5 saisons en deux semaines, d'autres.. je ne sais plus...
J'ai un travail qui m'oblige à rencontrer beaucoup de gens, du coup, je refuse souvent les invitations à diner de mes amis, les sorties avec eux. Je dépense tellement d'energie à travailler que je n'en ai plus à côté.

Les premiers temps du deuil, les gens me disaient que  j'avais la chance d'avoir un travail passionnant, que ça allait m'aider. Moi je n'avais qu'une envie, c'était d'être seule, roulée en boule. j'étais épuisée, par les derniers mois de la maladie et le deuil, et tout le monde me disait que j'avais de la chance de travailler! je les aurais insultés, si j'en avais eut la force. Alors les soirées à la maison... un vrai zombie.Et la fatigue, c'est ma deuxième peau.

Mais je recommence à lire, à aller au cinéma depuis peu. Et j'écris beaucoup. C'est la seule chose que je n'ai jamais cessé de faire.
Et là, en ce moment, je retrouve une forme de plaisir à travailler.  Et toi? que fais tu de tes soirées?

je suis contente de lire que tes fils te soutiennent, même si le deuxième a mis du temps. 16 ans, c'est si jeune.

A bientôt Nouveau :)




Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Re : Immense chagrin
« Réponse #5 le: 28 Janvier 2010 à 13:04:22 »
Bonjour Adèle,

Je profite de mon temps de pause pour te faire un petit coucou. Moi aussi le travail m'a sauvée,  mais j'ai quelquefois bien du mal à me concentrer, je me surprends à rêvasser et paradoxalement pendant toute cette période difficile et malgré un changement de poste (prévu avant le décès) et bien je n'ai pas fait d'erreurs, je devrais même bientôt avoir une promotion. C'est une grande satisfaction pour moi que d'avoir pu faire face à la maison et en parallèle dans ce travail, j'aurais aimé partager ça avec mon mari, qui m'a tant soutenue.

Pour ma part, je regarde la télé et je lis beaucoup, je range, organise, trie mes papiers. Je vais d'ailleurs m'y coller ce soir car j'ai R.V avec le notaire demain pour signer la "liquidation" de la succession. J'ai eu beaucoup de mal avec ce notaire qui a mis beaucoup de mauvaise volonté, parce-qu'au début nous ne comprenions rien à son Charabia, il s'est vexé et tout a donc dégénéré, je ne suis pas violente mais je lui aurais mis volontiers mon poing dans la figure. Vivement qu'on en finisse !

Je vois beaucoup de monde la semaine moi aussi et j'apprécie d'être chez moi le week-end, mais je fais en sorte de voir quelqu'un de ma famille ou une amie, on prend un café, on va au ciné ou on se fait un petit restau. Ce qui est agréable je trouve c'est de pouvoir dire non facilement sans forcément donner d'explications ou de rentrer plus tôt, personne n'ose rien me dire étant donné les circonstances et ça me convient tout à fait. Moi je n'ai pas la force d'écrire, j'ai beaucoup écrit à mon fils cet été puisque je ne pouvais plus communiquer avec lui. Je préfère parler (avec mon mari ?) dans la voiture ou à la maison toute seule, c'est idiot mais ça me fait beaucoup de bien et quand j'ai une difficulté je l'appelle à l'aide, je me demande si je ne deviens pas folle...

Bonne journée à toi

adèle

  • Invité
Re : Immense chagrin
« Réponse #6 le: 28 Janvier 2010 à 23:51:17 »
bonsoir Nouveau,

Les papiers, c'est terrible. ça me rendait malade de devoir joindre le certificat de décès. J'avais les mains qui tremblaient et mes pensées partaient dans tous les sens, incapables de se fixer sur ce que je devais faire. J'ai encore des choses à faire que je repousse depuis des mois.

Je rentre du travail, je suis fatiguée ce soir. Il se passe des choses très fortes dans ma vie professionnelle en ce moment. J'aimerais partager ce que je vis avec mon Oli. Je sais qu'il aurait adoré cette journée. Parfois j'en ai marre de m'accrocher à cette idée qu'il est là quelque part, et qu'il m'accompagne. Et je doute. Et je me sens seule au milieu des autres. Alors je me secoue, je me concentre sur ce qu'il se passe, je souris, je ris, je travaille et puis il revient.. le spleen. Surtout lorsque je rentre à la maison.

J'espère que tu as pu venir à bout de tes papiers ce soir. Et bravo pour ton boulot. C'est incroyable ce que l'on peut trouver finalement comme ressources au fond de nous. Il y en a même certaines qu'on aurait jamais oser imaginer.

Bonne journée :)

Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Re : Immense chagrin
« Réponse #7 le: 05 Février 2010 à 12:50:10 »
Bonjour Adèle,

Ca ne va pas bien aujourd'hui, enfin même pas du tout, mon fils refuse d'aller au Lycée et ma mère m'a appellée au bureau catastrophée, elle a 86 ans, elle est tombée chez elle cette nuit, les pompiers ont du fracturer la fenêtre... et comme chaque fois c'est moi qu'elle appelle à l'aide, moi qui n'en peux plus, qui voudrais disparaître et tous les laisser se débrouiller, mais qu'est-ce que j'ai fait au ciel ?  ::)

J'en arrive à m'imaginer dans quelques années, mes garçons partis, mes parents disparus et enfin tranquille !!  8)

Non ce n'est qu'un rêve pour l'instant mais ça me fait du bien. Je me suis organisé une petite sortie avec une copine ce soir, pour rigoler avec elle et oublier tous les autres.

J'espère que tu vas bien et que tu vas penser à toi aussi, bon W.E

A bientôt

Hors ligne claudel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 24
Re : Immense chagrin
« Réponse #8 le: 06 Février 2010 à 16:12:02 »
Bonjour Nouveau,
Ta situation me touche beaucoup car elle a des similitudes avec la mienne:  une mère en perte d'autonomie de qui je dois m'occuper et deux fils qui, même adultes, ont des problèmes qui me préoccupent.  Et pourtant, je n'ai pas d'énergie pour ça. Je rêve d'une vie tranquille sans histoire.  Ce sera quand?
Mais il ne faut pas attendre que ça arrive pour vivre.  C'est important de prendre du temps pour soi comme tu l'as fait et que je fais également.  Il faut tenter d'en profiter à plein.  J'ai besoin de faire le vide de tous ces problèmes , de temps à autre, afin de refaire mes énergies, sinon j'étouffe.
J'espère que, malgré tout, tu passeras un bon W. E. et que tu prendras aussi soin de toi.  Je te porte dans mes pensées.  Claudel

Hors ligne Nouveau

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
Re : Immense chagrin
« Réponse #9 le: 08 Février 2010 à 12:28:12 »
Bonjour Claudel,

J'ai également lu ton histoire, quelle déception d'arriver à la retraite et de se retrouver seule. Je voudrais savoir si tu te sens mieux au bout de deux ans ou non. Est-ce que tu as tenté de rencontrer quelqu'un, est-ce que tu arrives à sortir ?

Moi ce week-end j'ai été manger au restau. avec une copine, puis on s'est connecté sur Meetic (où elle est inscrite) on a bien rigolé. Samedi je suis allée boire le café chez une amie : le piège, elle avait invité sa famille. Je me suis sentie très mal à l'aise, je ne supporte plus les réunions de famille ... chez les autres, je n'étais pas à ma place. Pour l'instant j'apprécie uniquement les tête à tête, l'intimité. Je pense que mon amie, en croyant bien faire, en fait trop, ça ne me distrait pas, ça me mine.

J'ai d'ailleurs passé un dimanche épouvantable, j'ai pleuré toute la journée, c'est infernale, je me demande si cette tristesse s'arrêtera un jour.

J'aimerais vivre tranquille comme toi, mais tout le monde se repose sur moi. Toujours quelque chose à me demander mais c'est vrai que quand je refuse parce-que je n'en peux plus je ne culpabilise même pas, je ne me reconnais plus. J'ai beaucoup changé en 9 mois, suis toujours sur la défensive, heureusement que j'ai un travail qui me plait. Est-ce que tu es en retraite ?

Permets que je t'embrasse,

A bientôt

Hors ligne claudel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 24
Re : Immense chagrin
« Réponse #10 le: 08 Février 2010 à 22:16:16 »
Bonjour Nouveau,
Effectivement, après deux ans, je me sens mieux, moins démolie,  mais le deuil est loin d'être terminé (si, ça se termine).  Je pleure  moins, mais les larmes viennent encore facilement quand quelque chose me fait penser à lui ou surtout quand je parle de lui. J'ai peine à croire que je ne le reverrai plus jamais, que je vais continuer ma vie sans lui. Je le sais que c'est ça, mais je trouve ça absurde.  Toutefois, je fonctionne dans la vie, je m'organise bien, ce qui laisse croire que tout est réglé pour moi.  Mais non, il y a un grand trou dans ma vie.........
Non, je n'ai pas tenté de rencontrer quelqu'un, un autre homme.  Je vis seule et j'apprends à vivre ainsi. Je crois que je préfère continuer seule que de partager ma vie, mon quotidien.  Je  manque cruellement de la tendresse de mon Jean, mais je ne me sens pas prête à en accepter d'un autre.  C'est ainsi pour le moment.  J'aimerais bien, par contre, avoir un ami très proche, homme ou femme, pour partager mes loisirs, voyages et confidences.  J'ai des amies, mais elles ont toutes un conjoint, donc moins disponibles que moi.
Comme toi, je ne me sens pas bien dans un groupe et les rencontres de famille, particulièrement.  Je n'ai plus d'intérêt et j'ai hâte de me retrouer chez moi.  Les bavardages et blagues en groupe me fatiguent au plus haut point.  Je préfère me retrouver en tête-à-tête, que ce soit pour avoir du plaisir ou pour des conversations plus intimes.  Ne me sens pas très à ma place dans un groupe.  je suis en retraite et malgré tout, j'ai une vie sociale plutôt remplie.  Je refuse rarement une invitation parce que je ne veux pas m'isoler. Et comment me faire un réseau qui me convient si je ne vais pas vers les autres?
 Je suis désolée que tu ais eu un si mauvais dimanche. Je peux comprendre car j'en ai vécu aussi, certains étaient même insupportables. J'ai alors téléphoné à une amie qui me proposais d'aller au restau pour parler. Je te souhaite d'avoir, dans ton entourage des personnes qui sont capables d'entendre ton chagrin et qui  qui te permettent de pleurer si tu en as besoin.  Ces personnes sont assez rares mais précieuses.  J'ai de tendres pensées pour toi. Comme j'aimerais pouvoir te réconforter.  Prends soin de toi, et surtout, ne te sens pas coupable de dire "non". Tu dois même le faire parfois. Tu as toute mon amitié.
Je t'embrasse, Claudel