Auteur Sujet: Suicide de sa moitié  (Lu 306 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Audreylana

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 9
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Suicide de sa moitié
« le: 30 Décembre 2018 à 22:56:50 »
Bonsoir à toutes et tous, à la recherche d'un espace de parole j'ai découvert ce forum. Mon conjoint avec lequel j'étais depuis plus de 11 ans s'est suicidé en août 2018. Je suis à présent seule avec notre fille de 2 ans. Son décès a été tellement brutal,tellement inattendu j'ai encore du mal à réaliser. Je ne lui en veux pas je sais qu'il nous aimait éperdument, qu'on était tout pour lui mais notre amour n'a pas suffi...  Je ne sais pas ce qu'il s'est passé dans sa tête. J'ai certainement du passer à côté de sa souffrance , ou je l'ai minimisé. Ma fille me reclame fréquemment son papa.... qu'il est dur de lui expliquer qu'il est mort et de me dire qu'elle grandira sans son papa qui l'aimait tant...  Aujourd'hui je me pose mille questions : sur mon quotidien  seule avec ma fille qui m'angoisse, comment affronter la solitude , est ce que je vais réussir à vivre avec ce terrible manque sans que ça me bouffe les trippes... est ce qu'un jour j'aurais moins mal? Je souhaiterais savoir si d'autres personnes ont été confronté à ce drame et pouvoir échanger avec elles.
Merci d'avoir pris le temps de me lire. Dans l'attente de lire vos réponses.
Audrey

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 606
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de sa moitié
« Réponse #1 le: 05 Janvier 2019 à 18:09:30 »
Rebonjour Audrey,

Je suis désolé.
Je n'avais pas vu ce premier message, que je consulte uniquement maintenant.
C'est terrible ce que tu as à vivre. C'est certainement une des épreuves les plus compliquées à surmonter sur cette terre.
Mais j'ai la certitude absolue que tu la surmonteras, avec du temps. Seul le temps permet de faire son chemin.
On se doit de la surmonter avec vaillance, par amour pour la personne qu'on a perdue.
Je le pense réellement.

Cela fera bientôt neuf mois que Ludo a mis fin à ses jours. Ecrire cette phrase est toujours aussi suréaliste, inconcevable pour moi. Je ne peux pas y croire, ou en tant cas, je n'en mesure la portée qu'à une moindre mesure... Je me dis qu'il est parti "ailleurs".
La douleur et la culpabilité sont moins vive avec le temps, je t'assure.
Mais cela reste assez cyclique avec des moments d'interrogation, des moments où on s'en veut, des moments où on refuse la réalité. Et il y a des moments d'appaisement, de douceur. Je te le promets.

Je t'assure qu'on progresse, mais tout doucement. Je ressens des évolutions, dans mon for intérieur. J'évoluerai encore, je l'epsère. J'ai encore des blocages, mais je supporte davantage le quotidien.

Evidemment, nous réagissons tous différement.
Mais un tel acte est terrible. On en sort meurtri, avec une blessure immense à l'intérieur qui sacage tout.
Je pense être rentré dans la phase intermédiaire de deconstruction / reconstruction.
J'ai des moments où je m'en veux beaucoup, mais ils sont plus rares et plus supportables. Je pense être moins dans la recherche du Pourquoi aujourd'hui.

N'hésite pas à écrire ce qu'il te passe par la tête.

Tu auras toujours quelqu'un d'attentif sur ce forum, qui prendra le temps de te repondre, d'essayer de t'aider.

TU N'ES PAS SEULE.

Mille courages et plein de douceur pour toi et ta fille.
« Modifié: 05 Janvier 2019 à 18:20:08 par mike67 »

Hors ligne Audreylana

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 9
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de sa moitié
« Réponse #2 le: 06 Janvier 2019 à 22:13:57 »
Bonjour Mickaël,
Si tu savais comme ton message me fait du bien. Je suis soulagé de voir qu'il y a une lumière au bout du tunnel,  même si aujourd'hui j'ai du mal à imaginer que je puisse me sentir plus apaisé.

Je deteste quand les gens me disent qu'il faut du temps mais tu as raison seul le temps est mon alier, mais dieu que ça me paraît long... long pour moins souffrir, pour avancer , pour ne plus sentir ce poids lourd sur les épaules...  A la fois j'ai l'impression que son suicide à eu lieu hier.

C'est vraiment l'épreuve la plus dur que l'être humain peut rencontrer. Parfois je me demande pourquoi la vie m'inflige une telle souffrance. Pourquoi moi, pourquoi lui. Jamais je n'aurais penser vivre une telle difficulté. Parfois ça me fait peur. Je me demande si je vais pouvoir m'en sortir? Et si je sombrais moi aussi? comment peut on survivre à une chose aussi horrible...Heureusement ma fille me donne le goût de me lever le matin et de continuer à vivre. Elle a besoin de moi plus que tout.

Je suis suivie pr une psy mais j'envisage peut être de pratiquer des séances d'hypthnose ou de l'EMDR. Je   voulais savoir si de ton côté tu avais fait le choix de ce type de séance. J'ai parfois des crises d'angoisse où je revis cette journée horrible et revois son visage lorsque je l'ai découvert.  La psy me dit que c'est normal mais je ne veux pas que cette angoisse m'envahisse trop. Je veux retrouver un peu de sérénité... mais est ce seulement le temps qui me l'apportera?

Je ne vit plus chez moi depuis ce 11 août. Trop dur d'y rester la nuit seule avec ma fille. Je suis retournée chez mes parents. Je vais devoir chercher un autre logement. La encore j'ai l'impression que reconstruire ma vie ailleurs va me demander tellement d'énergie.... encore de l'énergie en plus de celle dépensée pour survivre sans lui , vivre le quotidien, affronter mes angoisses....

Je te remercie d avoir pris le temps de me répondre. Je suis heureuse que de ton côté tu puisses sentir une évolution positive ou la culpabilité et la souffrance ont de moins en moins leur place.

J'espère te relire bientôt

Audrey

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 606
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de sa moitié
« Réponse #3 le: 06 Janvier 2019 à 23:21:41 »
Bonsoir Audrey,

Je suis heureux et ai l'impression de me sentir utile si mes messages t'aident à aller un peu mieux.

je suis venu sur le site ce soir, car j'avais le moral qui flanchait un peu. et te lire me fait du bien  aussi. dont je te remercie
 également.

J'ai sympathisé avec une personne (suicide de son conjoint) d'un groupe de parole, auquel je participe et que j'ai revu aujourd'hui.
Cela fait immensément du bien de pouvoir échanger sur mes peines, sur mes blocages, sur mes avancées.
Mais j'ai re-détricoté mon histoire encore une fois et, face à quelqu'un que je connais très peu, j'ai toujours la crainte d'être jugé. Et du coup.. cela m'a perturbé ce soir... tout est donc loin d'être réglé!
Mais un appaisement se fait oui!

Je ne me sens pas responsable de ce geste funeste.
Mais je m'en veux d'avoir été un facteur déclencheur, de ne pas avoir mesuré l'impact, les conséquences de mes actes.
C'est moins douloureux qu'au début, mais ca reste compliqué.
Je me dis qu'on fait tous pareil. Les derniers propos qu'on a tenu ou qu'ils ont tenus sont interprétés par nos cerveaux jusqu'à l'infini... et du coup, c'est tous les aspects de la relation qui se trouvent examinés à la loupe. et cela peut faire mal.

Je ne suis pas allé voir de psy... j'ai fait deux séances, mais je ne parvenais par à y trouver une avancée... peut être trop tôt...
Ce forum m'a beaucoup aidé. J'ai aussi pu échanger et être écoutés avec des amis très chers + groupes de parole.

J'ai surtout la crainte que Ludo soit oublié. Je m'y refuse car il reste une personne très importante dans mon monde à moi.

Et oui...le temps est notre allié.
C'est vraiment le cas. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi parler, débloquer les choses qui nous dérangent.
Et à te lire, je pense que tu le fais très bien. Tu es sur les bons rails, vraiment!!! C'est important.

La thérapie EMDR est très efficace apparemment.
Dans mon cas, je n'y ai pas eu recours car je n'ai pas vu Ludovic décédé. Ce sont les pompiers qui l'ont trouvé, je n'ai pas osé pénétré dans la chambre, j'étais complètement perdu. Je regrette aujourd'hui, car j'aurais voulu courir et le prendre dans mes bras. Mais bon... je me dis que cela a pû me préserver d'images trop choquantes.
 
Tu verras des évolutions, progressivement.
Encore une fois, je pense vraiment qu'on leur doit cela. On leur doit de tout mettre en oeuvre pour retrouver une sérénité qu'eux n'ont pas réussi à trouver. On se doit, sur le long terme, de tisser une belle cicatrice, pour que leur mort ne soit pas tabou ou gênante, et pour cultvier une relation tendre et appaisée avec eux, même s'ils ne sont plus là.

Un très grand courage à toi.
Continues d'écrire si tu le souhaites
« Modifié: 06 Janvier 2019 à 23:23:35 par mike67 »

Hors ligne Audreylana

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 9
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de sa moitié
« Réponse #4 le: 08 Janvier 2019 à 14:37:29 »
Bonjour Mike,

je te remercie de ta réponse. J'aime la manière dont tu conçoit "leur départ". Moi aussi j'aime a penser qu'il est ailleurs, quelque part. Tout comme toi j'ai encore du mal a réaliser qu'il est parti, qu'il est décédé. C'est tellement surréaliste de vivre sans lui, que ma fille grandisse sans son père.

Moi aussi j'essaie de le faire vivre afin qu'on ne l'oublie pas, je parle très souvent de lui à mes proches, ma famille, je mets des photos de lui, de nous dans mon appartement. Je trouve que ce que tu dit est très juste, nous leur devons de trouver une sérénité, pour eux qui n'ont pas réussit. Nous devons avancer et dépasser cette souffrance pour leur rendre hommage car ton Ludo comme mon Yann étaient, j'en suis sur,  des gens bien, vraiment.

C'est peut être cette vision des choses qui m'aident a avancer un peu. Avec ma fille bien sur.

Face au geste de Yann, moi aussi je repense a ce que je n'ai pas vu, pas compris. Il m'arrive de refaire l'histoire, et si j'avais été là ce jour-là, et si je lui avait dit davantage " je t'aime" et si  j'avais fait quelque chose de cette souffrance que je voyait accroître en lui. Mais tu sais je pense sincèrement qu'à nos côtés ils ont essayé, ils se sont battu, ils ont aimé, ils se sont senti aimé et valorisé. Alors certainement que ça n'a pas suffit mais peut être que sans notre présence, leur souffrance aurait été plus cruelle, plus dur, et leur mort serait arriver plus tôt.

J'ai essayé d'analyser le parcours de vie de Yann avec la psy, j’émets des piste de réponses, des hypothèses qui ne seront que MES réponses sans certitude d'être sur le bon chemin. Mais ça m'aide à mettre du sens là ou il n'y en pas.

L'avenir sera fait de haut et de bas et cette tragédie nous aura changé à tout jamais.  Mais nous devons accepter de ne pas avoir toutes les réponses. Je reste persuadé que notre amour n'est aucunement un élément déclencheur de ce geste fatal, mais qu'au contraire, il l'a retardé.

Regarde, si ce n'est pas déjà fait, le documentaire de Katia CHAPOUTIER "la vie après le suicide d'un proche" diffusé sur France 5 en Février 2018. Il m'a fait du bien et explique mon écriture un peu moins emprunt de  tristesse aujourd'hui. 

Plein de choses restent à faire pour moi , déménager, vivre seule avec ma fille, faire face à ce quotidien marqué par la solitude... et tout cela va me demander beaucoup d’énergie mais j'y penserais une prochaine fois.

A bientôt

Audrey

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1891
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de sa moitié
« Réponse #5 le: 08 Janvier 2019 à 16:31:16 »
Je découvre ton fil, Audrey.
Bravo pour ta force, ta lucidité, pour ta façon de regarder en avant.
Amicalement.
If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes