Auteur Sujet: réinsertion après un deuil, travail et société  (Lu 14759 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne PAVELLE

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 27
Re : réinsertion après un deuil, travail et société
« Réponse #75 le: 15 Mars 2018 à 16:33:31 »
Un peu de mes nouvelles.
j'ai repris mon travail à temps partiel thérapeutique le 30 octobre. Je pense que ce n'était pas une mauvaise chose car j'ai repris goût au travail et confiance en mes compétences.
Et puis........ Dès mon retour par contre j'ai eu comme l'impression d'être mise au placard, les collègues qui tournent la tête pour éviter de vous saluer, qui ne vous relaient pas les informations, et vous mettent du coup dans des situations embarrassantes, c'est ça être mis au placard ?
Bref, les semaines ont été vraiment pesantes, il n'y a que dans l'intimité des chambres lorsque je donnais mes soins que j'étais à l'aise, avec les patients. Dès mon retour dans le service, atmosphère pesante, de plus en plus pesante. Au bout de 3 mois un matin deux collègues sont venues vers moi provoquer brusquement une discussion, m'ont accablée de reproches en tout genre, dénigrant mon travail, minimisant mon implication dans le service. On m'a avoué ne pas supporter mon temps partiel, même si je suis remplacée. J'ai essayé bêtement de me défendre,  puis j'ai juste écoutée, je me suis réellement sentie en danger, et finalement j'ai tourné les talons.
Incapable depuis de retourner dans cet établissement, je vous fais grâce de mon désarroi des heures et des jours suivants. Et bien évidemment que de tels agissements sont intolérables, depuis quand des salariés attaquent et jugent des collègues comme ça, d'un claquement de doigts ?

Ces événements ont finis de me déstabiliser professionnellement  un peu plus. Et cette fois c'est fini, je jette l'éponge.

Je n'ai pas remis les pieds au travail, je m'y sens vraiment en danger,  et pas le courage ni la force de demander un changement de service même si je n'ai aucun problème avec les autres équipes. Le médecin du travail m'a déclarée inapte à tout poste dans cette entreprise.
Ma directrice m'a téléphoné, très déroutée par la situation surtout que le médecin du travail lui a appris que je n'étais pas la seule actuellement à vivre des maltraitances au travail dans cet établissement !!
Dans les semaines à venir elle va me proposer une mutation dans un autre établissement, sinon ce sera un licenciement. Je suis bien sûr très troublée par l'avenir, mais maintenant je dors la nuit, je me sens libérée d'un énorme poids, un peu effrayée mais tout de même prête à postuler et travailler ailleurs.

Financièrement c'est aussi assez compliqué mais c'est pareil, je le prends avec philosophie, c'est transitoire, je le veux j'en suis sûre.

Je suis énormément soutenue par mes enfants et mes amis, eux et ma psychologue m'ont vraiment rassurée.

Maintenant j'ai hâte d'oublier cette sale période de ma vie, où des personnes perverses ont profité de ma faiblesse psychologique. Je n'ai même pas de colère contre elle, pauvres femmes minables, incultes et sans ambitions.

Je t'avais dans la peau. Désormais tu seras toujours sur ma peau...

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3741
Re : réinsertion après un deuil, travail et société
« Réponse #76 le: 15 Mars 2018 à 21:36:05 »
 :-\ et bien Pavelle
quelle surprise de lire de tels agissements  >:(  :o
j'espère que tu vas garder ta sérénité dans les difficultés de ta situation
et espère que tu as plein de ressources qui vont venir pour la suite ...
bien affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne tony36

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : réinsertion après un deuil, travail et société
« Réponse #77 le: 26 Mars 2018 à 12:12:04 »
Pavelle.
Je suis vraiment désolé que tu te retrouves dans une telle situation.

Cela conforte mon point de vue : je ne comprends pas ce qui se passe dans ce pays. On nous dit qu'on vit dans le grand  pays des droits de l'Homme, on nous parle à longueur de temps de solidarité, de tolérance, de rendre la vie des gens la plus sécurisée et harmonieuse possible.
Et dans les faits, la compassion la plus élémentaire ou même le minimum de ce qu'on appelle l''humanisme ne sont pas appliqués dans le monde du travail. C'est marche où crève !

Pourtant, il s'agit de cas de figure qui justifient pleinement que les personnes concernées soient un peu ménagées s'agissant de gens qui ont vécu un drame personnel (et quel drame, le décès de ce que l'on a de plus cher !).
Alors qu'est ce que ça doit être quand on fait un "simple" burn out ou une dépression pour des raisons professionnelles !

Je trouve ta situation inadmissible mais je ne veux pas non plus trop  jeter de l'huile sur le feu. Je dis juste que ce genre de situations devraient être dénoncées. Il ne faut pas céder à la colère, il faut aller de l'avant, faire au mieux et rester dans les rails même si c'est dur.