Auteur Sujet: Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !  (Lu 2799 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nicole595

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 199
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #30 le: 06 Mai 2019 à 13:48:29 »
Oui le parcours est long. J'ai enlever mon message car j'ai eu peur de blesser.
Merci Malone
Nicole
Je suis morte avec lui

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #31 le: 12 Mai 2019 à 19:28:21 »
J'appréhende un peu les semaines qui viennent car elles vont être lourdes d'anniversaires et de souvenirs. Même si je n'accorde pas une importance excessive aux dates, cela va être mon premier anniversaire fêté sans ma femme, suivi de notre anniversaire de mariage (29 ans quand même) et les 12 mois de sa disparition, le tout en très peu de temps.
J'ai toujours autant de mal à vivre sans elle, sa présence et sa compagnie me manquent terriblement.
J'ai beau être bien entouré par mes enfants, ma famille et mes amis, cela ne remplace pas la complicité et l'amour d'une vie de couple. Ma femme était la compagne de ma vie. Nous avions une vie active, chacun travaillant pas mal et se déplaçant régulièrement, mais nous aimions tout simplement être ensemble. J'aimais sa présence, la sentir à côté de moi,  la voir passer devant moi, sa conversation, sa curiosité, son sourire, et son côté toujours partante pour aller se balader ou visiter une expo. Bien sûr, comme tous les couples nous avions nos désaccords et nos moments de tension, mais nous avons eu une belle vie de couple qui a disparu avec elle.
Et cela, même des enfants et des proches aimants ne le remplacent pas. 
C'est un manque au quotidien, je le sens moralement et physiquement, avec une gène permanente comme une angoisse, même quand je vais correctement.
Comme un drogué, il faut apprendre à s'en passer, accepter que cela soit fini, qu'on n'y aura plus droit. Il ne s'agit pas de combler le vide, mais de vivre avec et de s'y habituer.
Cela laisse la vie bien fade et sans saveur, je m'active mais sans trouver de plaisir ni de joie dans ce que je fais.
A chaque fois,  il me manque la perspective de la retrouver et lui parler, de la voir arriver en face de moi, de sentir sa présence.
La solitude n'est plus la même. Nous avons souvent été séparés par des voyages, des absences, j'ai souvent voyagé professionnellement longtemps et seul dans des cadres impersonnels ou je me sentais seul. Mais c'était une solitude temporaire et je savais que je pouvais la rejoindre rapidement.
La solitude d'aujourd'hui est lourde, pesante, tenace, elle est comme un douleur sourde que l'on ressent moins quand on est très occupé mais qui revient dès que l'on est plus au calme et devient même terrible un dimanche soir ou quand on reste éveillé la nuit.
C'est aussi le sentiment d'avoir tout d'un coup laissé sa vie derrière soi.  Ma vie d'avant est partie avec elle, et ne reviendra pas, jamais, je le comprend maintenant et c'est très long et douloureux à accepter,  cela me pèse sur le moral chaque jour qui passe. Même mes enfants que j'adore ne suffisent pas à apporter un continuité.

Depuis quelques jours pourtant, je dors mieux, les médecins ont enfin trouvé semble-t-il une molécule qui me fait de l'effet.
Le fait de me réveiller reposé change ma vie après un an de nuits sans sommeil à me trainer et à ne tenir qu'avec la volonté.
Je me sens physiquement et intellectuellement beaucoup plus dynamique, moins déprimé aussi car le manque de sommeil joue toujours sur mon moral. Mais cela ne change rien au manque et à l'absence qui sont toujours autant là avec l'estomac noué.
Ma femme était malade depuis plus de 15 ans; professionnellement, j'ai traversé comme tout le monde des périodes difficiles où j'ai du faire mes choix en tenant compte de sa situation, et maintenant cela. Je ne plains pas mais cela fait beaucoup d'années à lutter et à tenir et je me sens las de me battre, de devoir toujours faire face, de tenir pour les autres.
J'aspire à un peu de sérénité pour reprendre des forces, retrouver une forme de joie et de légèreté , mais ce n'est pas pour tout de suite, cela risque encore d'être long. Il faut être patient, chercher un nouvel équilibre qui viendra peut être un jour, cultiver des plaisirs à ma portée, ne pas avoir trop d'attentes.
Une petite satisfaction, je peux maintenant penser à elle avec amour et affection sans sombrer dans la déprime. Je ne peux pas dire qu'elle me tient compagnie car c'est plutôt le vide qu'elle laisse que je ressens, mais au moins puis je penser à elle sans broyer ensuite du noir pendant des heures. Probablement une certaine forme de distance qui se crée.
Mais que c'est long, que c'est long !
Bien à vous.


Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1071
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #32 le: 12 Mai 2019 à 20:16:08 »
chrisljb,

Je lis tes mots et je les comprends, manque, solitude, même si je sais très bien qu'elle ne reviendra pas, je n'arrive toujours pas à renoncer à ma vie d'avant.
Toutes ces années passées à deux, l'accompagnement dans le combat contre la maladie, quelle qu'elle soit, c'est épuisant, et tout s'arrête, on reste anéanti, pendant des mois.
Mais je lis aussi que tu arrives à avancer, a mieux dormir et retrouver un apaisement, c'est encourageant.
Continue à prendre bien soin de toi.
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse,  mon présent pour toujours

Hors ligne Boutchou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 338
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #33 le: 12 Mai 2019 à 20:45:11 »
Crisljb,
Je partage avec toi  tous ces difficiles moments sur ce chemin de souffrance
J ai écrit il y a 2 jours sur mon fil la detresse d'un quotidien  vide , ou le manque est une douleur constante ...
Un quotidien répétitif depuis des mois rythme par les larmes., les souvenirs , la vie d avant obsédante et enfuie ...
Et comme dit Bébé faisant référence aux film "un jour sans fin ...."un jour sans fin qui recommence chaque matin

 Si tu traverse des moments plus sereins  tu as peut être vers un peu d apaisement
Meme si rien ne peut s oublier ..

Amitiés
Boutchou
« Modifié: 12 Mai 2019 à 21:02:17 par Boutchou »

Hors ligne Boutchou

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 338
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #34 le: 12 Mai 2019 à 21:29:53 »
Pardon d avoir écorché ton pseudo  ,cher Chrisljb
Amitiés
Boutchou

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #35 le: 14 Mai 2019 à 00:46:55 »
Pscar13, Boutchou,

Merci pour vos messages de sympathie. Je suis allé voir vos fils, ce que je n avais pas fait jusque là, car on est souvent centre sur sa propre douleur.
On se sent un peu moins seul de lire vos récits et témoignages, un peu rassure aussi de lire des mots tres proches des nôtres et de mesurer que d autres traversent les mêmes tourments et interrogations.
C est une situation a laquelle rien ne nous avait préparés, nous sommes désarmés , perdus, notre existence est bouleversée, nos repères ont vole en éclat, la.tristesse et la nostalgie de notre vie passee nous mangent de l intérieur... comment rester lucide et continuer a regarderdevant soi dans ces conditions ?
Vous lire m'aide a prendre du recul, a me dire que ce désespoir est normal, que je ne réagis pas différemment d un autre.
Ce n est pas une consolation mais c est déjà un point d appui pour ne pas sombrer.
Je prends cela comme un encouragement a garder le cap même si je ne vois pas bien ou je vais. Je pense a mes filles qui ont besoin d un futur heureux, je pense a ma femme qui n aurait certainement pas aime que je baisse les bras et que je sois un poids pour nos filles. Cela ne me fabrique pas un avenir, mais cela me permet de repartir pour une nouvelle journée.
Bien amicalement.
C

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #36 le: 09 Juin 2019 à 12:28:35 »
Après tant de messages de tristesse et désespoir, j'espérais pouvoir écrire un jour quelque chose de positif à partager avec les membres de ce forum  qui se sentent écrasés par le chagrin.
J'appréhendais beaucoup ce mois de juin lourd en anniversaires et souvenirs, et je suis en train de le traverser sans trop de casse. Bien sûr, j'ai mes moments d'émotion et d'immense tristesse, mais j'arrive à me reprendre.
Je trouve que je vais un peu mieux, que j'ai progressé. Rien de mirobolant, je n'ai pas retrouvé la joie et la gaieté, cela reste dur avec des montagnes russes, mais je ne suis plus constamment anéanti, terrassé, paralysé par le chagrin et la douleur.
Ma femme me manque toujours autant, les moments qui me la rappellent, ceux que j'aurais tellement aimé partager avec elle, reviennent chaque jour, mais je parviens à y penser sans être submergé par l'émotion. Une certaine distance s'est installée, la douleur est toujours là mais comme partiellement anesthésiée, la blessure n'est plus à vif, elle commence à cicatriser.

Je continue le cours de ma vie, je fais ce que j'ai à faire, j'ai pris quelque décisions pour me réorganiser, déménager, je vois mes enfants,  mes amis, je pars en we, je rattrape l'énorme retard de paperasse accumulé depuis un an, je trie lentement mais régulièrement nos affaires. Tout cela sans joie particulière mais j'arrive à passer de bons moments, essentiellement quand je suis bien entouré par des proches. Je crois que mon entourage attend que je fasse des projets, mais je  ne suis pas encore capable d'envisager l'avenir.  Pour le moment je n'en ai pas, je ne le conçois même pas. Mes projets étaient liés à ma femme ou se faisaient avec elle, et sans elle  je n'arrive pas à me projeter, je vis avec un horizon très court, 3 à 4 mois à peine.

J'ai aussi remarqué que j'étais capable de retrouver de l'énergie pour entreprendre quelques actions. Rien de grandiose, mais là où je me trainais et me forçait, il m'arrive de me surprendre à m'y mettre avec énergie et détermination. Cela , c'est complètement nouveau. Bien sûr, je me réjouis de bien peu mais c'est un changement.

Tout cela ne suffit pas encore à être heureux, loin s'en faut, mais si je repense à l'état dans lequel j'étais en mars dernier, en janvier, je mesure le chemin parcouru. C'est un peu comme la randonnée en montagne, on a l'impression de se trainer, de peiner à chaque pas, qu'on ne va jamais y arriver, et tout d'un coup une vue dégagée permet de mesurer la distance parcourue, et elle n'est pas si ridicule. Tout au moins, dans ces moments, tout est bon à prendre.

Voilà, je sais à quel point la douleur peut paraître insurmontable, j'ai eu le sentiment de descendre de plus en plus bas sans aucune lueur d'espoir. Je ne vais pas encore bien, et ma vie reste un champ de ruines, mais je peux dire qu'il y a un point d'inflexion où l'on commence à aller moins mal. On ne s'en rend pas compte sur le moment;  imperceptiblement, on commence à remonter la pente et quelques mois plus tard on mesure un peu de progrès.

Je ne sais pas ce que le futur me réserve, cet avenir que je n'envisage pas, ma vie n'a pas encore de sens, mais à de brefs moments, je me surprends à avoir envie de me battre et me redresser, pour mes enfants, pour la mémoire de ma femme qui n'aurait pas aimé que je baisse les bras, pour mes amis qui sont si généreux.

Beaucoup d'inconnu encore devant moi, surement des mois et des années de convalescence, et une vie qui ne sera plus jamais comme avant.
Mais je voulais laisser sur ce forum cette petite lueur d'espoir , vous dire de tenir bon même si cela parait ne pas avoir de sens, de prendre soin de vous et vous appuyer sur vos proches.
« Modifié: 10 Juin 2019 à 00:22:15 par chrisljb »